Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

IV. Les partenaires ennemis

Introduction

Texte intégral

1Le chapitre précédent conduisait le lecteur aux tentatives de renouveau qui avaient marqué en Pologne, en Hongrie et exceptionnelle ment aussi en Tchécoslovaquie la longue période post-stalinienne jusqu’à l’entrée en scène de Mikhail Gorbatchev en Russie. Des tentatives différentes, nous l’avons dit, quant à leur nature, leur durée et leur place respective dans la chronologie. L’insurrection hongroise de 1956 avait été écrasée après 13 jours, le régime Kádár survécut pendant plus de 30 ans dont 20 sous le signe d’un réformisme longtemps admiré, puis s’est effondré à son tour. Le Printemps de Prague, lui, n’avait fleuri que quelques mois, le grand mouvement de Solidarité en Pologne pas plus d’un an et demi, mais avec un prolongement clandestin intense. Il en ressort que nous avons traité de forces sociales et d’événements en apparence difficilement comparables. Un lien fort toutefois les place les uns à côté des autres. Il s’agissait, dans tous les cas, d’examiner des manifestations de volonté de renouveau répondant aux aspirations de la société civile des pays concernés.

2Après les avoir survolées nous nous attelons, dans ces avant-dernière et dernière parties, à l’examen d’objets beaucoup moins clairement définissables, à savoir à des « acteurs » qui se sont affrontés, et qui continuent, dans le conflit opposant la société au parti ainsi qu’à des valeurs et des enjeux de cette confrontation jalonnant quatre décennies. Nous décrirons par la suite les « espaces » de la vie politique, économique, sociale et culturelle dans lesquels celui-ci se déroule. Autrement dit : qui sont ceux qui s’affrontent ? Pourquoi ? Sur quels lieux ?

3Ces subdivisions, en apparence simples, sont en réalité des morceaux monumentaux, appelant des méthodes d’analyse multiples et en outre inextricablement enchevêtrés. Ensemble, ils constituent l’histoire sociale de deux pays pendant plus d’une génération. Proposer de l’écrire serait une entreprise démesurée dans le cadre de cet essai. Il faut donc inévitablement en dégager les éléments qui semblent les plus significatifs pour retracer la longue marche de la société civile vers son émancipation, totale ou partielle. Mais le choix que cela entraîne est plus délicat que dans la partie précédente où les « points chauds » de trois décennies se dégagèrent par eux-mêmes des périodes de « normalisation » ainsi que celles d’immobilisme. Choix plus délicat parce que les critères de ce qui est significatif et de ce qui ne l’est pas dépendent, davantage que dans la précédente partie événementielle, du jugement nécessairement arbitraire de l’auteur et de sa méthode d’approche.

4La difficulté commence d’entrée par le choix des « acteurs ». De quoi la société civile est-elle faite ? De quels « acteurs » ? S’agit-il de classes sociales, de groupes professionnels, d’organisations ou de courants invisibles ? Des questions proches se posent aussi à propos du pouvoir, de sa composition ainsi que, tout comme pour les acteurs précédents, de ses valeurs et objectifs. Le choix des acteurs est difficilement dissociable des valeurs, des buts et des lieux de confrontation.

5Si bien que celui que nous avons opéré paraîtra nécessairement incomplet et arbitraire. Des thèmes d’ordre aussi différent s’ensuivront comme un survol du changement social, un rapport sur le mouvement Solidarité, un aperçu sur l’Eglise, un chapitre sur le parti.

6Mélange d’objets et mélange de genres et qui se retrouve, de surcroît, à l’intérieur de chacun des thèmes distincts. Cet éclectisme reflète cependant tout au moins un aspect de la réalité des choses : la mutation d’une société ne se fait pas nécessairement dans une belle ordonnance.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable