Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

5. Le régime Kádár

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1960, le régime Kádár est apparu pendant plus d’une décennie comme un modèle de socialisme viable, voire même enviable à certains égards. Il avait séduit tous ceux qui, après l’effondrement successif du modèle stalinien, du maoïsme, du Che-Guévarisme et du castrisme, éprouvent, semble-t-il, le besoin permanent d’une illusion révolutionnaire. Mais il faut rendre justice à l’expérience hongroise de ces années : elle avait convaincu également tous ceux qui espéraient qu’après le réformisme un peu intempestif de Khrouchtchev, après le naufrage du gomulkisme en Pologne et l’assassinat du socialisme « à visage humain » à Prague, les pays de l’Europe de l’Est pourraient trouver le chemin de l’adoucissement du régime totalitaire et une prospérité tout au moins relative. Si bien que la Hongrie a eu bonne presse dans les médias occidentaux y compris la presse bourgeoise. A un point tel que le modèle hongrois semblait être, au milieu des années 1980, le prédécesseur de la perestroïka ainsi que du réformisme du great old man de la Chine, Deng Xiaoping, un réformisme de plus qui a sombré dans le sang en 1989.

2Nous reviendrons dans ce chapitre sur les caractéristiques de la réforme hongroise, mais il paraît nécessaire de remarquer pour la clarté de nos propos qu’au moment de la rédaction de ce chapitre le régime de János Kádár est déjà une page tournée de l’histoire. Le vieux leader, artisan du retournement et de la répression après la révolution de 1956 et qui avait néanmoins réussi à se donner l’image d’un réformiste paternaliste, dut quitter la scène politique dans des conditions humiliantes au mois de mai 1988, lors de la conférence de son parti. Un an après il s’est vu définitivement écarté dans des conditions encore plus humiliantes et indignes. Peu après, en juillet 1989 János Kádár mourut. Depuis lors ses successeurs, dont M. Károly Grosz, durent affronter une grave crise politique et économique et prendre des initiatives pour le moins audacieuses, quitte à remettre en question la légitimité du parti unique ainsi que le maintien pur et simple du système institutionnel. Dans la dernière partie de cet ouvrage nous entreprendrons le récit de ces événements ainsi que l’analyse, difficile, des perspectives.

  • 1 Nous avons tenté de dresser un bilan de trente ans du kadarisme dans un ouvrage paru en 1987, De Bé (...)

3Il serait toutefois contraire à l’esprit d’objectivité qui doit guider cet examen de placer les 30 ans de « kadarisme » dans l’optique de sa faillite finale. Il est vrai que le « modèle hongrois » souffrait de plus d’une maladie congénitale et, pour ainsi dire « saisonnière ». Sa courbe est loin d’être ascendante, elle fut plusieurs fois brisée par le conservatisme et les atermoiements du régime. Il est vrai aussi que dès le début des années 1980, il donnait des signes d’essoufflement, annonciateurs de la crise. Signes avant-coureurs de sa faillite même, à moins qu’il ne réussisse à la surmonter dans un délai raisonnable avant que les erreurs accumulées ne le fassent sombrer définitivement. Une telle perspective, devenue réalité en 1989 – n’était pas exclue bien avant la chute de Kádár en dépit du fait que les acquis de la réforme avaient placé ce pays à un niveau de civilisation matérielle et socio-culturelle globalement bien plus élevé que les autres pays du bloc. Dans cette appréciation qui peut paraître pêcher par indulgence aux yeux d’observateurs plus critiques, nous avons inclus également le potentiel humain1.

4Une autre remarque préliminaire est indispensable avant de tenter un bilan de l’expérience. C’est que cette expérience s’est déroulée dans un cadre institutionnel fondamentalement inchangé. Les modifications de la Constitution de 1949, promulguée en pleine période stalinienne, laissèrent subsister les « petits paragraphes » permettant de vider de sens les garanties constitutionnelles des droits de l’homme. Restait aussi intact le rôle dirigeant du parti unique. Certes de nombreuses lois et décrets particuliers ont élargi les possibilités du citoyen de se défendre contre l’arbitraire des autorités, de vivre plus librement sa vie privée, de poursuivre ses activités économiques et même d’exprimer son choix entre plusieurs candidats à des élections. Les assouplissements du totalitarisme tendent à renforcer le droit privé et le cheminement vers un « système civil », mais sans pour autant instituer une véritable participation de la population aux décisions politiques majeures et, partant, à la définition des orientations politiques et économiques du pays. En un mot : les bases du système socialiste restèrent intangibles jusqu’à 1988 voire même 1989 avec, y compris, le maintien du monolithisme, du contrôle étatique et policier et le pouvoir discrétionnaire du parti de révoquer théoriquement à n’importe quel moment tout ce qu’il avait précédemment concédé. Nous y reviendrons dans les chapitres consacrés à l’examen du parti et de la société civile.

5Le kadarisme première mouture avait commencé dans la répression. János Kádár, en compagnie du vieux bolchevik moscovite Ferenc Münnich et des autres membres d’un gouvernement formé sous le bouclier de l’armée soviétique, est revenu reprendre le pouvoir communiste quelques jours après avoir pleinement approuvé, notamment dans un discours à la Radio, la politique d’Imre Nagy. Le revirement du personnage n’est intéressant ici, où il n’est pas question de faire le récit des événements, qu’à propos précisément de sa personnalité. Elle n’a cessé d’intriguer trente ans durant, historiens et observateurs, tout le monde se demandant comment une personnalité si détestée par la population a pu devenir, somme toute, assez populaire et comment, après une dure répression, sa politique put devenir le modèle d’un consensus voire de « libéralisme » aux yeux de certains.

  • 2 Lászlό Gyurkό, Arcképvázlat történelmi hátéerrel (esquisse de portrait sur fond historique), Budape (...)

6Kádár, homme simple, autodidacte devenu, pendant la guerre, un des dirigeants du parti illégal quasiment disloqué, emportera le secret dans sa tombe. Solitaire et renfermé, il ne fit de confidences à personne – même son unique biographe attitré dut se contenter de quelques bribes d’information2.

7On ne sait pas au juste quel ange et quel démon habitaient cet homme impénétrable, pas plus que les conditions exactes dans lesquelles il avait accompli ses revirements spectaculaires.

8Deux ou trois constantes apparaissent à l’observateur de sa longue carrière politique. János Kádár est un fils du parti, dans le sens presque familial du mot : enfant illégitime, il n’a pas eu d’autre famille, marié sans descendance, il n’a pas d’autre affection paternelle, autodidacte, son horizon intellectuel se referme devant toute influence extérieure qui pourrait troubler sa bonne conscience. S’il est un homme pour qui l’idée d’un « communisme qui n’oublie pas l’homme » ou la formule plus pénétrante d’un « communisme à visage humain » avait une signification au moins tactique, c’était bien János Kádár. Il n’avait inventé, par ailleurs, ni l’une ni l’autre : la première formulation vint d’Imre Nagy, la seconde d’Alexandre Dubcek. Mais Kádár sut étoffer l’idée par son fameux slogan renversant le principe stalinien qui débusque l’ennemi en chacun, selon sa formule : « celui qui n’est pas contre nous, est avec nous ».

9Tout cela ne peut faire oublier son rôle dans la répression (sur lequel nous reviendrons) mais semble montrer un homme politique à la fois étroitement attaché au système qu’il avait fait sien dès sa jeunesse et possédant une grande souplesse et une bonne dose de pragmatisme dans l’application de ses principes. Avec, peut-être aussi, un peu plus d’humanité que ses pairs et ses prédécesseurs. Nul ne pourrait se prononcer là-dessus. C’était Kádár qui avait interdit la torture à la police politique AVH et qui, au fur et à mesure du raffermissement de sa position, finit par libérer et en partie intégrer dans la vie civile tous les prisonniers politiques. Au sortir de l’arène Kádár ne laissa pas derrière lui de victimes vivantes.

10Il y a laissé cependant les morts.

11Son rôle véritable dans l’affaire Rajk paraît, pour le moins, troublant. Sans entrer ici dans les détails (en partie mal connus), Kádár avait sans aucun doute joué le rôle de l’intermédiaire entre Rajk et Rákosi, désireux d’amener Rajk à l’aveu de crimes qu’il n’avait jamais commis. Kádár, alors ministre de l’Intérieur, avait été son émissaire dans ce sinistre marchandage dans la prison. Kádár qui assista par la suite à l’exécution de l’homme qu’il savait innocent et qui était… son meilleur et peut-être unique ami.

12Le septuagénaire était hanté aussi par un autre fantôme, celui d’Imre Nagy qu’il fit exécuter en juin 1958. A regret peut-être… L’on dit qu’il subissait alors la double pression de Moscou et de Pékin. Imre Nagy et ses compagnons d’infortune moururent néanmoins sur l’échafaud.

  • 3 Elek Fényes, “Kisérlet az 1956-os forradalmat követö megtorlás számszerü felmérésére” (Tentative d’ (...)

13Quant à la répression après l’instauration de Kádár au pouvoir sur les ruines de la révolution écrasée, elle eut une ampleur sans précédent même si l’on se tient aux estimations déjà citées d’une étude récente d’un historien hongrois de Budapest, publiée sous le nom de plume d’Elek Fényes. Il y aurait eu consécutivement aux événements de 1956 entre 320 et 360 exécutions et environ 16 000 condamnations à la détention3.

14Faisons remarquer qu’à son entrée dans les fourgons de l’armée soviétique János Kádár avait promis l’impunité aux participants de la révolution, tout comme il avait promis de sauvegarder l’indépendance nationale et certaines conquêtes de la révolution, en premier lieu le maintien des conseils ouvriers. Or, après la période de la répression dure, trois ans environ, la Hongrie s’était retrouvée pratiquement au même point qu’avant la révolution, sous le régime, il est vrai déjà fortement ébranlé, de Rákosi et de Gerö.

15C’est à partir des années 1960 – et non sans avoir au préalable « recollectivisé » l’agriculture – qu’on assiste dans le pays à un assouplissement du régime sur les plans judiciaire, administratif, économique et dans une moindre mesure, politique et culturel. Assouplissement aboutissant à des changements structurels et fonctionnels cette fois importants. Après avoir libéré le romancier Tibor Déry et quelques autres écrivains sous la pression de l’opinion publique internationale, le gouvernement proclama, le 22 mars 1963, une amnistie générale pour deux catégories, totalement différentes, de détenus : pour le petit nombre de staliniens condamnés et pour la majorité des gens de 1956. Pas pour tous donc. Il en restait plusieurs centaines en prison, en compagnie de nombreuses victimes de l’arbitraire policier-judiciaire de l’époque de Rákosi.

16Amnistie précoce, en comparaison avec la Russie ou la Tchécoslovaquie. Amnistie tardive et incomplète, pour rendre crédible l’image de marque postérieurement fabriquée d’un Kádár « libéral » et d’un kadarisme consensuel. En fait, précoce et tardive à la fois, conformément à ce mélange d’orthodoxie désuète, de pragmatisme et d’esprit d’ouverture qu’avait toujours été le kadarisme du début jusqu’à la fin. Le septuagénaire, enfermé dans son refus de rompre le cadre composé de ces éléments n’est pas très différent du János Kádár quadragénaire sorti de la prison et de la chambre de torture de Rákosi. Il s’est refusé alors de se joindre à l’opposition cristallisée autour d’Imre Nagy en se cramponnant à une position « centriste » sans autre programme et perspective qu’une version légèrement assouplie de l’éternel modèle soviétique. Cette version, portant la marque de Khrouchtchev, avec en plus quelques « audaces » fugitives de Gomulka, de Togliatti et du titisme, devait rester par la suite l’horizon idéologique de Kádár ainsi que sa ligne d’action. Il les avait suivis – et c’est cela qui lui donne une importance malgré tout historique – avec plus de bonheur et d’esprit de conciliation que n’importe lequel de ses pairs. Et surtout plus longtemps, offrant, grâce à son réformisme, une période plus ou moins heureuse à toute une génération de Hongrois. C’est cette période qui prit fin dans la deuxième moitié des années 1980, précisément au moment où, à tort ou à raison, la montée du style Gorbatchev donnait aux uns l’espoir d’un véritable renouveau et à d’autres la certitude que tout « réforme-communisme » était condamné à faire long feu à cause de la pesanteur structurelle du système.

17Au milieu des années 1960 et davantage encore à partir de l’entrée en vigueur de la réforme appelée « nouveau mécanisme économique », en 1968, le réformisme kadarien avait toutefois suscité de grands espoirs ainsi que, fait d’importance capital, un esprit de coopération, tout au moins sur le plan de l’activité économique. Le démarrage de l’ère des réformes n’aurait probablement pas été possible, en plus du mérite personnel de Kádár et de l’heureux choix d’une partie de ses coéquipiers, sans l’encouragement de Khrouchtchev. L’élaboration de la réforme, après une longue pause, avait en fait repris tout à la fin de l’époque khrouchtchévienne, en 1964. Son succès en revanche doit être attribué au dirigeant hongrois qui, nonobstant l’élimination de son protecteur, semble avoir tenu bon vis-à-vis de Brejnev et de la gérontocratie soviétique. L’écrasement du Printemps de Prague aurait pu donner un nouveau coup d’arrêt au réformisme hongrois en gestation et Kádár, semble-t-il en était conscient. Il aurait même, d’après une information personnelle que nous tenons d’une source fiable, mais incontrôlable, averti Dubcek du danger qui allait le frapper et manifesta un geste discret de désapprobation au moment de l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Un geste de mauvaise humeur, s’abstenant d’applaudir… mais laissant toutefois participer, ne fut-ce que symboliquement, l’armée hongroise à l’invasion. Plus important est le fait que la réforme économique, en partie d’inspiration précisément tchécoslovaque, qui avait été introduite le 1er janvier 1968 ne fut pas interrompue après l’écrasement du Printemps de Prague le 20 août de la même année. Au contraire, la réforme connut alors quelques années de dynamisme jusqu’à ce qu’elle commence à faiblir sous la pression des courants conservateurs de la classe politique.

  • 4 Statisztikai évköny 1986 (Annuaire statistique 1986), Központi Statisztikai Hivatal (Office central (...)

18Quoique mouvementé et jalonné tantôt de reculades tantôt de pénibles redémarrages pendant environ une bonne douzaine d’années, de 1968 jusqu’au début des années 1980, le bilan, à mi-parcours de la réforme, apparaît globalement positif. Après il se détériore. D’après les statistiques hongroises dont la fiabilité n’a pas été mise en cause le revenu national a plus que quadruplé entre 1956 et 1986 (indice 117 en 1956, 501 en 1986), le revenu réel et la consommation par habitant ont à peu près triplé, mais le pouvoir d’achat stagne voire même baisse depuis le début des années 19804.

  • 5 Voir ibid. ainsi que notre relevé jusqu’à 1985 dans Miklόs Molnár, De Béla Kun à jáns Kádár, op. ci (...)

19La détérioration est plus durement ressentie par les salariés ainsi que par les paysans des coopératives agricoles que par les professions libérales et privées. Salaires et revenus agricoles accusent, avec quelques fluctuations, 6 % de baisse dans les années 19805. Leur chute est vertigineuse depuis 1987 à cause des graves erreurs commises et de la dette extérieure d’environ 18 milliards de dollars contractée pendant le règne de Kádár.

20Malgré cette rectification rétrospective, le bilan n’est pas globalement négatif. Le succès initial et assez considérable du « nouveau mécanisme économique » doit être attribué à un train de mesures assez long et souvent compliqué et qui se résume difficilement. Ses grands principes en revanche sont connus et ils reviennent continuellement dans la presse à propos de toutes les réformes (ou demi-mesures) mises en pratique dans les pays communistes de Budapest à Pékin. Il s’agit toujours de briser le carcan de la planification et du « volontarisme » au profit d’une rationalité économique insufflée par le marché, donc, en dernière analyse, de la « main invisible » du système économique libéral. D’où le démantèlement partiel de la planification – qui ne serait qu’indicatif au lieu d’être directif et obligatoire pour les entreprises – ainsi que la décentralisation de la production et des décisions économiques, une certaine autonomie des entreprises, l’introduction du profit et de la compétitivité et un plus grand réalisme dans la pratique des prix. Autant de mesures qui devraient, théoriquement, installer une sorte de marché socialiste (socialiste parce que les grandes entreprises restent propriétés de l’Etat) où la demande des consommateurs ainsi que la concurrence entre entreprises sont censées créer un équilibre par le jeu spontané du marché, au lieu d’un système d’allocation de ressources, de fixation de prix et de redistribution artificielles opérées par l’Etat. Nous reviendrons sur les insuffisances de ce « mécanisme » allant jusqu’à provoquer sa faillite, mais mentionnons d’abord tout brièvement les autres composants de la réforme.

21Le premier en ordre chronologique et peut-être aussi en importance (bien que ce sujet n’ait retenu que peu d’attention) est l’agriculture. La Hongrie avait cessé d’être un pays à dominante agraire aux environs des années 1960. Sur 4 millions et demi d’actifs il y avait en 1957, en chiffre rond, 2 millions de paysans contre 1 million 300 000 ouvriers et, moins de 30 ans après, 1 million de paysans contre pas loin de 2 millions d’ouvriers, pour 5 millions d’actifs. La proportion s’est donc inversée entre paysans et ouvriers. L’accroissement de la population active étant absorbée statistiquement par les services. Au 1er janvier 1987, on ne compte que 943 000 paysans, coopératives, fermes d’Etat et sylviculture confondues. Cela représente tout de même une population rurale d’environ 20 % des actifs, produisant environ également un cinquième du produit national brut. Sa part semble avoir diminué à quelque 17 à 18 % vers la fin des 1980, mais au démarrage de la réforme elle représentait encore environ un tiers du PNB. Si bien que le dynamisme du secteur agricole avait été décisif, aussi bien pour le bilan économique global que pour l’approvisionnement de la population.

22A la surprise de tous et des intéressés les premiers, la collectivisation fut un succès grâce à l’enchevêtrement savamment dosé du collectif et du privé dans les règlements et le fonctionnement des nouveaux kolkhozes, ainsi qu’à la priorité donnée à la compétence au lieu de la naissance et de l’ancien statut social. Il en était fini de la chasse aux « koulaks » : les paysans les plus expérimentés ont pris en main l’organisation de la production et de l’écoulement des produits sur un marché libéré de l’ingérence étatique.

23Si bien que deux changements se sont opérés simultanément. La pénurie des produits alimentaires prit fin, marchés et magasins regorgeaient de denrées alimentaires, et l’agriculture hongroise devint largement exportatrice ; et d’autre part, les paysans s’enrichissaient. Le village hongrois est prospère – pour la première fois, il faut le dire, depuis plusieurs siècles.

24Le déclin se fait sentir dans ce secteur aussi. Mais l’acquis reste important ; il est à l’origine de l’abondance qui surprend les touristes ainsi que d’un premier élan de coopération entre les autorités gouvernementales et la population.

25Cet élan de coopération est au fond la clé du succès initial dans tous les domaines. Les grandes entreprises industrielles en avaient, elles aussi, profité car la croissance du pouvoir d’achat avait sans doute stimulé l’activité des travailleurs et, partant, les résultats des entreprises. Certes, pour peu de temps et insuffisamment. A part l’industrie étatique modérément productive et l’agriculture florissante pendant presque deux décennies, c’est un troisième secteur qui s’est taillé une part considérable dans la relative mais réelle prospérité des années 1970. Il s’agit du secteur privé, commerce, artisanat et petites entreprises confondus.

26L’évaluation chiffrée du secteur privé ne va pas sans difficulté. Selon l’Annuaire Statistique de 1986, au 1er janvier 1987 le secteur privé comprend 266 000 personnes représentant environ 5,5 % de la population active (pp. 52-53). Elles auraient fourni 7 % du PNB, sans compter les 6,6 % provenant des exploitations auxiliaires de salariés employés dans le secteur socialiste (étatique et coopératif). En ajoutant ces 6,6 % au secteur privé on en arrive donc à un peu moins de 14 % provenant d’activités non-salariées.

27Les données réelles sont probablement plus élevées. Dans un autre ouvrage nous avons estimé le secteur privé à 7 % de la population active sans compter l’agriculture, et son apport dans une fourchette de 7 à 15 % du PNB sans le produit des « lopins de terre » des paysans des kolkhozes. La réalité était probablement plus proche des chiffres supérieurs de cette large fourchette donnant, avec l’addition de la production agraire personnelle, quelque 20 % du PNB. Chiffre qu’il va falloir encore une fois réviser en hausse pour les toutes dernières années de la décennie où il atteignit au moins 30 %.

28La difficulté de l’estimation tient à l’extrême complexité de la définition du « privé ». Car, à part les artisans véritablement privés et leurs employés (sans compter les coopératives artisanales), les petits commerçants et entrepreneurs avec leurs employés et quelques professions libérales, il existe aussi des communautés de travail (GMK) privées avec plus de 70 000 associés dont 21 000 à plein temps (les autres ayant leur activité principale ailleurs, c’est-à-dire dans le secteur étatique pour la plupart). Il faut y compter aussi les groupes de production au sein de coopératives ainsi qu’au sein d’entreprises étatiques. Le nombre total de travailleurs de ces deux dernières catégories est beaucoup plus élevé que celui des petites communautés privées. Elles totalisent à elles seules 370 000 personnes (contre, rappelons-le, plus de 70 000 seulement dans le secteur privé). Ils produisent sous contrat, comme sous-traitants, avec l’organisation économique « mère » constituant ainsi un vaste secteur à cheval entre le socialiste et le privé (p. 310). Dans l’agriculture, il existe aussi plusieurs combinaisons entre le collectif et le privé qui produisent ensemble une part substantielle des denrées alimentaires (œufs, légumes, etc.) comme c’est le cas de toutes les agricultures socialistes.

29Il en ressort donc également que la ligne de démarcation entre le collectif et le privé passe non seulement entre les différentes organisations ou unités de production, mais aussi dans l’individu partagé entre une activité salariale ou coopérative et une activité privée. D’où la difficulté d’une estimation précise. L’on peut toutefois estimer, sinon mesurer, le coût et le bénéfice de ce système.

30Un bénéfice sans aucun doute considérable en découle pour l’individu ou le ménage qui réussit ainsi de trouver soit la prospérité soit un complément de revenu qui dans beaucoup de cas « mixtes » est supérieur au salaire, au prix certes du dédoublement pénible de l’effort et du temps de travail. Bénéfice aussi pour l’approvisionnement de la population dans tous les domaines. Les marchés, et non seulement alimentaires, regorgent de marchandises, souvent, très souvent de qualité médiocre. Il y a, certes aussi, pénurie dans beaucoup de domaines, surtout industriels, relevant des entreprises d’Etat, mais la pénurie « classique » des pays communistes avec les queues interminables devant les magasins est un phénomène totalement révolu en Hongrie. Enfin, le privé et ses ingénieuses combinaisons avec l’étatique et le coopératif ont fini par donner un élan à l’ensemble de l’économie. Grâce à cela, les trous béants en approvisionnement et en services, laissés par l’étatisation démesurée de l’époque stalinienne, sont comblés par les secteurs privé et semi-privé qui sont devenus autant de locomotives de l’économie nationale.

31Toutefois, de petites locomotives… Tant que l’industrie reste à quelque 90 % dans les mains de l’administration de l’Etat-Parti, et qu’elle travaille fréquemment à perte, le train reste terriblement long et lourd pour être tiré par les activités d’artisans, de commerçants, de petits entrepreneurs. L’une des voies de la prospérité passe par le renforcement de ces secteurs, mais cela se heurte d’une part à des obstacles structurels et politiques et, d’autre part au fait que la modernisation sur une vaste échelle doit se produire, tant que le régime ne change pas fondamentalement, dans l’énorme secteur de l’industrie étatique.

32Quant au coût du système mixte, à prépondérance toujours « socialiste », il est aussi énorme et est supporté par les individus, les familles, la population. Ce coût est à la fois physique et moral. Pour gagner plus que le médiocre salaire et dont le pouvoir d’achat diminue à cause de la montée en flèche des prix, il faut travailler 60 heures et plus par semaine voire jusqu’à 70 heures, le soir et le dimanche au détriment de la santé, de la vie de famille, des loisirs, de l’enrichissement culturel… Il y en a qui le refusent, néanmoins on estime à 75 % les familles, au minimum, ayant un pied dans des activités subsidiaires, ne serait-ce qu’un lopin de terre cultivé le dimanche. Une situation qui est de plus en plus vigoureusement dénoncée non seulement en privé, mais aussi dans la presse et dans la littérature. L’écrivain István Csurka, plusieurs fois réprimandé et puni à cause de son franc-parler, la considère même comme une catastrophe morale, entraînant une course aux biens matériels et une dégradation des mœurs et de la cohésion sociale. L’écrivain dénonce aussi, avec beaucoup de ses confrères comme le grand poète Sándor Csoόri pour ne citer que lui, le dépérissement de la nation, depuis sa conscience jusqu’à son évolution démographique. La Hongrie montre en fait depuis plusieurs années une courbe démographique nettement descendante accusant depuis 1981 un déficit net annuel de plusieurs milliers d’âmes. Ce phénomène est lié, en plus de l’économie, au moral et aux perspectives, comme nous le verrons plus loin.

33L’analyse du réformisme hongrois serait néanmoins historiquement fausse en adoptant exclusivement l’optique du déclin et de la crise des années 80. Comme nous l’avons fait remarquer, la percée et le dynamisme économique de plus d’une décennie précédente n’auraient pas été possibles sans la participation, dans certains domaines vigoureusement actifs, de la population, à savoir chez les paysans, les classes moyennes et les professions intellectuelles plus que dans les rangs des ouvriers. Cette participation sans aucun doute volontaire parce que motivée par les avantages acquis en contrepartie, était motivée également par la libéralisation – qu’il ne faut pas confondre avec liberté ni libéralisme – des conditions de la vie. D’innombrables contraintes et chicaneries bureaucratiques ont été levées dont le système de délation et de suspicion généralisé sous le stalinisme, les préjugés de classe par exemple dans l’admission aux universités, la surveillance des mœurs et de la vie privée. Le citoyen ne peut certes pas choisir le système dans lequel il vit, mais il peut au moins dire ce qu’il en pense. Limitée au cercle d’amis et aux bistrots, cette liberté d’opinion avait même tendance à s’étendre aux réunions publiques et, plus récemment, aux journaux. Plus large est également la gamme des choix spirituels et culturels. La pratique de la religion n’entraîne aucune sanction, les films étrangers sont importés et les livres traduits et publiés par milliers, à très peu d’exceptions près. Après Kafka, Sartre et Camus, Arthur Koestler, Pasternak et Soljénitsyne apparaissent dans les librairies en traduction hongroise publiés par les maisons d’édition de l’Etat.

34Les voyages à l’étranger sont devenus de plus en plus faciles. Si auparavant il avait fallu attendre deux ou trois ans pour obtenir le passeport, à la fin des années 1980 les restrictions ne frappent que quelques opposants ayant « casier judiciaire », pour raison politique. En 1986 pas moins de 6 millions de hongrois avaient visité des pays étrangers dont près de 5 millions des pays socialistes et 708 000 des pays non-socialistes (p. 200). Notons que dans la même année la Hongrie avait accueilli 16 millions de touristes étrangers dont 4 millions venant de l’occident ou d’autres pays non-socialistes.

35Des touristes sont frappés – des milliers d’articles et de reportages le démontrent – par l’aspect extérieur agréable de Budapest ou d’autres lieux fréquentés, par l’abondance des vitrines et des magasins, par le climat accueillant, les restaurants bons et gais…

36Un climat de bien-être et même de joie de vivre. Cette qualité apparente de la vie est-elle ressentie au même degré par la population que par les observateurs étrangers ? Il est difficile de répondre et la majorité des interrogés y avait répondu négativement même pendant les années fastes du régime, avant donc la crise actuelle. Mais « nous avons rencontré aussi des tziganes heureux » pour paraphraser le titre d’un film célèbre. Malgré les plaintes et les critiques, ce pays n’était point malheureux dans les années 1970 à l’exception précisément des tziganes et d’autres couches défavorisées, les retraités, les malades, les marginaux. Tandis que les bénéficiaires de l’ouverture économique s’enrichissaient, la pauvreté continuait à sévir et s’élargir parmi ceux qui n’avaient pas la possibilité de se débrouiller dans un système « mixte » favorisant justement les combines si ce n’est pas la corruption. Car la corruption sévit aussi sous toutes ses formes : trafic d’influence largement pratiqué dans les milieux dirigeants du parti et de la classe politique en général, vol ou simple bakchiche – la morale publique a dangereusement baissé.

37Les inégalités sociales y avaient certainement largement contribué. Inégalités criantes, insupportables en régime pseudo-socialiste où la sécurité de l’emploi et une relative égalité à un degré de nivellement pas trop bas donnent un sentiment de justice à défaut de véritable aisance. Le modèle hongrois doit ses réussites au fait d’avoir créé une vaste classe moyenne, une sorte d’embourgeoisement – très modeste – englobant intellectuels, entrepreneurs, techniciens, paysans et une minorité d’ouvriers. Le spectacle d’une différenciation faisant émerger des nouveaux riches d’un côté et des pauvres de l’autre est à même d’ébranler la confiance. C’est sur ce phénomène depuis longtemps observé que se greffe depuis quelques années la crise.

38Quant à celle-ci elle n’est pas tombée, elle non plus, du ciel. Ses causes sont ancrées dans l’insuffisance, l’incongruité et l’ambiguïté de l’ensemble du système économique et politique ainsi que de la réforme elle-même. Les esprits clairvoyants, notamment parmi les économistes jusque dans les « pères » de la réforme tel Rezsö Nyers n’ont pas cessé de dénoncer depuis 1972, date de la première reculade de la politique économique d’ouverture, les conséquences fâcheuses de la réticence des dirigeants vis-à-vis de la réforme. Ces derniers, János Kádár en tête, n’ont jamais voulu donner libre cours aux mesures dites libérales susceptibles de favoriser l’entreprise privée d’une part et de l’autre une sorte de « déréglementation » (le terme n’est pas utilisé en Hongrie) de l’énorme réseau des entreprises étatiques. En fait la gestion des entreprises socialistes est restée bureaucratique sinon dirigiste au même point qu’avant. Dans notre ouvrage déjà mentionné sur l’histoire du parti communiste hongrois nous avons peut-être surestimé la capacité du parti de se retirer de plus en plus dans la sphère politique en libérant l’économie de ses ingérences paralysantes – ou bien, pourrait-on dire nous avons surestimé sa capacité de devenir un « parti de gestion » se contentant d’agir dans ce domaine comme le bon commerçant. A la lumière de l’échec patent des derniers temps, le parti s’est montré plutôt enclin au vieux système paternaliste, entre autre sous la pression des « barons », ces chefs de grandes entreprises en général déficitaires et qui, se liguant avec les hommes de l’appareil administratif, ont tout fait pour préserver leur pouvoir de décision.

39Notons ici, avant de revenir sur les perspectives actuelles, qu’à cause de ces insuffisances aggravées par de graves erreurs de gestion tel que l’endettement galopant et la baisse de la compétitivité, toute la machine s’est grippée, tous les indices économiques accusent la chute vertigineuse : production, productivité, innovation, qualité, rendement… Au mois d’avril 1988 lors des discussions du projet de redressement élaboré par le Comité Central pour la conférence de mai, la critique des communistes qui y avaient pris la parole était unanime : la direction du parti et du pays s’est montrée incapable d’élaborer une alternative à même de faire sortir le pays du marasme. Selon un vice-ministre des finances, les erreurs de la dernière décennie ont causé autant de dégâts que… toute la seconde guerre mondiale. Selon un autre fonctionnaire haut placé, le pays n’a pas d’argent pour importer et n’a pas les moyens d’exporter… Car, au fait, le maintien d’un train de vie plus ou moins acceptable n’avait été possible ces dernières années que grâce à l’endettement. Et celui-ci, au lieu d’être investi dans la modernisation des structures et de l’appareil de production avait finalement été gaspillé. Un bilan lourd et qui augure tout au moins une nouvelle décennie extrêmement difficile.

40La crise économique avait aussi ranimé une crise politique latente. Si, en paroles lénifiantes, les dirigeants se montrent d’accord que l’issue de la crise économique ne pourrait pas se produire sans réforme institutionnelle politique, ils font tout pour l’empêcher ou la ralentir. C’est peut-être inscrit dans la nature intrinsèque de toute perestroïka communiste. Elle provoque irrémédiablement le raidissement d’une grande partie des cadres et des appareils. L’on assiste alors, comme l’ère de Gorbatchev le montre, à une lutte de tendances entre rénovateurs et conservateurs et, après, tout finit, comme en Hongrie, en compromis paralysants. Si, pour faire le bilan de l’ère Gorbatchev il faut attendre une ou deux décennies, l’exemple hongrois est là pour montrer que le régime est incapable d’enjamber sa propre ombre. Les rénovateurs, pour utiliser le mot des partisans de M. Juquin, finissent par se rétracter eux-mêmes aussi, par crainte de perdre une partie de leur pouvoir. Car, en dernière analyse, tout le problème est là…

41Dans les chapitres suivants nous reprendrons quelques aspects fondamentaux de cette question notamment dans l’optique de la société civile et sa lutte pour faire prévaloir les intérêts généraux de la nation ainsi que les intérêts particuliers des groupes sociaux, professionnels et communautaires. Faisons observer toutefois ici, en conclusion du bilan du réformisme kadarien, que si le modèle hongrois apparaît depuis déjà la deuxième moitié des années 1980 à bout de souffle, c’est peut-être moins à cause de ses erreurs économiques qu’à cause de son refus de lever les contraintes politiques, idéologiques et administratives du régime. Moyennant quelques libertés, notamment sur le plan économique, le régime hongrois a sans doute obtenu une sorte de consensus tacite et la collaboration de la population, mais au prix de maintenir sur elle une hégémonie paternaliste. Il l’avait refoulée dans la sphère privée, sans lui donner accès à la sphère politique, sans lui concéder aucun pouvoir décisionnel. « On nous a, le mot revient mille fois dans les revues et dans les discussions, infantilisés pendant trente ans ». Finalement, la marmite explose. Peut-être pas au point de reproduire les événements de 1956, mais suffisamment pour placer le pouvoir devant un choix déchirant : ou bien renoncer aux caractères dits « libéraux » du modèle hongrois ou bien sauter le pas dans la direction d’une démocratisation véritable. Examine rétrospectivement, sous l’angle des grands changements de 1989, ce choix semble être fait. Le kadarisme avait fini sa course. Kádár est mort, politiquement et physiquement. Depuis, l’existence même du système communiste était en jeu. La course avait commencé. Nous y reviendrons.

Notes

1 Nous avons tenté de dresser un bilan de trente ans du kadarisme dans un ouvrage paru en 1987, De Béla Kun à nos Kádár, op. cit.

2 Lászlό Gyurkό, Arcképvázlat történelmi hátéerrel (esquisse de portrait sur fond historique), Budapest, Magvetö, 1982.
Editions en langues étrangères : Pergamon Press en Grande-Bretagne, Etats-Unis et Allemagne, 1988.
Quelques mois avant sa mort János Kádár parla. Il accorda une interview détaillée au collaborateur de l’hebdomadaire Magyarország (La Hongrie) qui la publia en plusieurs feuilletons entre mai et juillet 1989. Les déclarations de Kádár éclairent sans doute certains épisodes des événements de 1956 et de 1958 (année du procès et de l’exécution d’Imre Nagy) sans pour autant apporter des révélations de grande importance. Le texte paraîtra également dans des publications étrangères qui en avaient racheté le droit. Nous nous référons avec prudence à cette interview car il nous est impossible de vérifier l’authenticité des propos de l’ancien dirigeant qui, d’après le journal, ne les a pas laissé enregistrer, et les éventuelles coupures et rectifications qui pouvaient y être apportées.

3 Elek Fényes, “Kisérlet az 1956-os forradalmat követö megtorlás számszerü felmérésére” (Tentative d’évaluation chiffrée de la répression suivant la révolution de 1956), op. cit.

4 Statisztikai évköny 1986 (Annuaire statistique 1986), Központi Statisztikai Hivatal (Office central de statistiques), Budapest, 1987.

5 Voir ibid. ainsi que notre relevé jusqu’à 1985 dans Miklόs Molnár, De Béla Kun à jáns Kádár, op. cit., pp. 261-273.