Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

4. La leçon de Prague

Texte intégral

1L’étude du réformisme tchécoslovaque du temps de Dubcek et du Printemps de Prague n’entre pas directement dans le projet de cet essai consacré essentiellement aux deux cas polonais et hongrois. Il est néanmoins inconcevable de passer sous silence l’une des tentatives les plus prometteuses, de sortir une société communiste du marasme du stalinisme. D’autant plus que l’expérience tchécoslovaque s’est produite dans un pays à vieille tradition démocratique et qui fut néanmoins plus longtemps marqué par le traumatisme poststalinien que la Pologne sous le réformisme autocratique de Gomulka, ou la Hongrie du « premier kadarisme » encore plus répressif que réformiste. Nous nous limitons toutefois à quelques aspects des événements de 1968 pour en tirer quelques conclusions permettant de situer le Printemps de Prague dans l’ensemble du mouvement réformiste, sans entrer dans les détails.

2Quant à son contexte immédiat, l’origine du Printemps de Prague s’inscrit dans le sillage du XXIIcongrès du PCUS d’octobre 1961. Un congrès qui, avec près de cinq ans de recul marqué par la répression de la révolution hongroise de 1956 ainsi que par une nouvelle brouille de Moscou avec Belgrade et le XXIcongrès très en retrait par rapport au précédent, sembla inaugurer une nouvelle vague de déstalinisation. Il ne fut en fait qu’un répit pour la déstalinisation. Bien que Khrouchtchev en sortit renforcé il ne lui restait, jusqu’à sa chute en 1964, que trois ans pour consolider, avec peu de succès, le grand tournant qu’il avait amorcé dès son accession au pouvoir.

3La relance de la déstalinisation n’est pas restée toutefois sans effet. Elle est à l’origine de l’amorce de la « libéralisation » du régime Kádár ainsi que du régime de Novotny en Tchécoslovaquie. François Fejtö relate les événements de ce petit dégel dans son Histoire des démocraties populaires. Malgré la réticence de l’appareil politique et le conservatisme de Novotny, ces événements ont conduit au fil des années aux prémisses du printemps 1968, notamment au limogeage de Novotny lui-même (soutenu du bout des lèvres et ensuite abandonné par Brejnev) et à l’avènement d’une nouvelle équipe dirigeante avec, à sa tête, Alexandre Dubcek.

4Toutefois, à cheval entre le règne de Khrouchtchev et celui de Brejnev, cette marche vers l’éclosion de la liberté éphémère à Prague n’aurait pu être conduite à terme sans l’interférence de plusieurs facteurs intérieurs. En premier lieu, l’essoufflement et la crise de l’économie. D’où l’origine de la réforme économique tchécoslovaque, liée entre autres au n om d’Ota Sik. Cette réforme ne sera que très partiellement mise en œuvre en 1967 ; elle profitera cependant au régime Kádár qui s’en inspira pour élaborer sa propre réforme connue sous le nom de « nouveau mécanisme économique ».

5Quant à la Tchécoslovaquie, deux autres éléments avaient aussi accéléré l’évolution vers la transition de 1968. A savoir, le rebondissement de l’éternel problème de la Slovaquie et le réveil vigoureux des intellectuels. Depuis longtemps mécontents de leur situation inférieure aux Tchèques et de leur économie sous-développée par rapport aux régions industrielles, les Slovaques ont formulé toute une série de revendications constitutionnelles (transformer la république unitaire en fédération), culturelles et économiques pour mettre fin à l’inégalité. Quant au mouvement intellectuel, mené, comme dans les autres démocraties populaires, par les écrivains, les journalistes et leurs associations, il prit l’allure d’une révolution culturelle démocratique. Dans un dernier sursaut autoritaire, le régime Novotny fit exclure du parti quelques écrivains, dont Ivan Klima, membre du Comité Central, et interdit la revue Literarni Noviny. Pour peu de temps. Dès février 1968, la revue interdite réapparut sous le nom de Literarni Listy, les écrivains repartirent à l’assaut, créant dans le pays une effervescence culturelle sans précédent. Ivan Svitak, Vaclav Havel, Ludvik Vaculik, Eduard Goldstücker, pour ne mentionner que quelques noms, ont été parmi les plus illustres.

6Entre-temps, les survivants des procès, dont le grand procès Slansky, firent aussi leur réapparition et plusieurs d’entre eux finirent par jouer un rôle de première importance pour la promotion des réformes, comme Josef Smrkovsky, Frantisek Kriegel et Marie Svermova.

7Notons encore que le parti communiste lui-même avait pour ainsi dire changé de peau. Il renouvela non seulement sa garniture de dirigeants, mais aussi sa structure et ses règlements. Le 6 avril 1968 le Comité Central, réuni en séance extraordinaire, adopta un document, « le programme d’action du parti communiste tchécoslovaque » entamant une véritable démocratisation notamment par une nouvelle politique d’information et par l’intégration de la « base » dans le processus décisionnel.

  • 1 D’après Mlynar les Deux mille mots ne contenaient « rien d’extraordinaire à cette époque ». Beaucou (...)

8Prétexte ou souci réel de débordement : la publication par Ludvig Vaculik d’une véritable charte des libertés1, le manifeste intitulé « Deux mille mots » et portant la signature de nombreux écrivains, déclencha la contre-offensive – depuis longtemps en préparation – des éléments staliniens… et de Moscou. Le 20 août 1968 le Printemps de Prague fut écrasé, comme 12 ans auparavant la révolution hongroise, par les chars soviétiques et par les unités venues à la rescousse des alliés, à l’exception des Roumains.

9En dehors des ouvrages de synthèse et nombre de travaux universitaires et témoignages, l’un des proches de Dubcek, Zdenek Mlynar a fait le récit précis et poignant de ces événements dans son ouvrage intitulé « Le froid vient de Moscou » que nous venons de citer.

10Tous ces ouvrages et documents démontrent indiscutablement que cette intervention militaire n’avait rien à voir avec les arguments mis en avant 12 ans auparavant pour justifier la même agression à Budapest. Bien au contraire, les dirigeants tchécoslovaques ont tout fait pour éviter de dépasser les bornes « à la hongroise » et donner par cela un prétexte à l’intervention. Il n’y avait pas eu d’insurrection armée, pas d’occupation d’usine par des conseils ouvriers, pas de grève générale, pas de gouvernement de coalition, pas de retrait du Pacte de Varsovie, pas de déclaration de neutralité… Toutes les institutions du régime socialiste sont restées en place et le parti, tout en prenant la direction d’un renouveau, n’avait pas perdu un instant le contrôle de la situation. C’est le renouveau du socialisme qui était à l’ordre du jour, le passage pacifique du totalitarisme à « un communisme à visage humain » et non pas le retour à la démocratie pluraliste. Malgré cette retenue et cette réaffirmation de principes de base inscrits dans toutes les constitutions des pays communistes, Moscou et ses alliés n’ont pas jugé tolérable la démocratisation de leur propre système dans un des pays du bloc, la Tchécoslovaquie en l’occurrence. L’on connaît la justification fournie à l’agression : elle est entrée dans l’histoire sous le nom de « doctrine Brejnev » justifiant l’intervention dans un pays socialiste quelconque par les intérêts « supérieurs » du camp communiste. En réalité, il s’agissait d’interdire son renouveau. Claquemurés dans l’immobilisme post-stalinien, les dirigeants communistes du bloc ont asséné par leur intervention à Prague un coup mortel au réformisme le plus prometteur et le mieux dirigé par le parti dans toute l’Europe de l’Est. Car ce qui leur apparut comme le crime le plus impardonnable des réformateurs tchécoslovaques, c’était leur coopération avec la société civile.

11Le Printemps de Prague avait ceci de particulier qu’il semblait réconcilier l’intérêt national avec, selon la terminologie consacrée, « le devoir internationaliste » du parti au pouvoir. En d’autres termes, le maintien de l’hégémonie politique et même idéologique de l’Etat- Parti et l’aspiration de la société civile à la liberté… à davantage de liberté tout au moins.

12La relève de la garde, c’est-à-dire l’élimination de Novotny et de ses collaborateurs discrédités par vingt ans de régime policier, par les ignobles procès fabriqués de toute pièce, par le marasme économique, la censure, l’arbitraire, s’est produite dans la plus parfaite légalité. Les décisions avaient été prises par le Comité Central du parti : l’élaboration d’un programme de renouveau, d’une réforme économique et, pour finir, composition d’une nouvelle équipe dirigeante avec, à sa tête, Alexandre Dubcek. La réforme des règlements du parti a couronné l’édifice parce que, pour la première fois, il y était stipulé que les membres du parti devaient désormais participer au processus de prise de décisions au lieu de servir un groupe de dirigeants et d’exécuter leur volonté.

13L’année 1968, jusqu’à l’intervention soviétique du 20 août, était le témoin d’un véritable rajeunissement du régime, dans le calme et dans l’ordre, avec la participation enthousiaste de la population. Liberté de la presse, discussions à cœur ouvert dans les assemblées, prolifération de clubs et d’associations surgis de la société civile dans la plus parfaite spontanéité et, en même temps, la loyauté vis-à-vis de l’équipe au pouvoir. C’était vraiment le triomphe de la glasnost et de la perestroïka, si ces expressions, venues vingt ans après le Printemps de Prague, peuvent avoir une signification. Le pays était en train de renaître après une longue hibernation dans la plus parfaite publicité ou transparence. Et tout cela sous l’autorité incontestée du parti communiste… Depuis lors encore vingt ans ont passé et la direction, depuis lors déchue, de M. Jacek, avait tenté d’accréditer l’idée qu’elle avait adopté sans réserve les slogans de Mikchail Gorbatchev… tout en précisant que le nouveau programme de restructuration et de transparence n’avait rien en commun avec le réformisme de 1968 et celui-ci restait sous la condamnation autrefois prononcée.

14Par ailleurs les anciens artisans du Printemps de Prague avec le discret et (vingt ans durant) taciturne Alexandre Dubcek en première ligne n’ont pas manqué de rappeler aux dirigeants soviétiques, ainsi qu’à l’opinion publique mondiale, qu’ils considèrent le nouvel esprit du Kremlin comme une réhabilitation de la politique inaugurée à Prague en 1968. Dubcek l’a déclaré sans équivoque dans une lettre largement reproduite dans la presse mondiale.

15Néanmoins, l’affaire en est restée là. Le Kremlin n’a pas réagi et les dirigeants tchécoslovaques n’ont fait que réaffirmer, jusqu’à la veille de l’effondrement aussi subit que total du régime à la fin de 1989, la condamnation du « révisionnisme » de l’équipe de 1968.

16C’est peut-être précisément dans cette hypocrisie que se trouve le point faible du réformisme prôné par le parti – qu’il s’agisse du soviétique, du tchécoslovaque ou d’un troisième. La glasnost, c’est-à-dire la transparence du discours officiel devient opaque du moment qu’il doit aborder, pour être crédible, les erreurs et les crimes commis dans un passé relativement récent comme c’était le cas de l’écrasement par des armes et la condamnation pour crime de révisionnisme du Printemps de Prague. Alexandre Dubcek et ses amis avaient beau proclamer leur ardent désir de réhabiliter Prague, considérer comme une perestroïka avant la lettre. Ils réaffirmèrent aussi en vain que le pouvoir ne leur avait pas échappé : il restait à leur charge le fait majeur de ce Printemps, à savoir, d’avoir été le printemps d’un peuple entier.

17Mais cette image métaphorique reste à nuancer. Le Printemps de Prague était, au départ, parti du pouvoir et adopté par la suite par la société. Il reste à bien des égards comme une borne marquant la fin d’une période et le début d’une nouvelle dans l’histoire de ces sociétés. Aux yeux de certains observateurs, il marque la fin du réformisme-révisionnisme proposé et contrôlé par le pouvoir et envisageant de changer les modes de gouvernement sans laisser monter sur l’avant-scène les forces authentiques de la société. Pour d’autres, cette limite avait été franchie. Dans une hypothèse comme dans l’autre la tendance « réforme-communiste » semble avoir poussé son dernier soupir avec l’entrée des chars à Prague, en août 1968.

18Finalement, parmi les derniers du peloton, voire même après la RDA et la Bulgarie, le peuple tchécoslovaque se débarrasse aussi de son équipe au pouvoir, une des équipes les plus récalcitrantes aux réformes. Ce nouveau chapitre appartient déjà à l’histoire, qui reste à écrire, des mois dramatiques s’ouvrant sur une nouvelle ère. Retenons-en cependant un point en rapport avec les analyses sur le révisionnisme d’antan. Les manifestants à Prague et à Bratislava n’avaient certes pas manqué d’ovationner les héros du Printemps de Prague, Havel et Dubcek en tête. Mais personne – si ce n’est le noyau débordé du pouvoir discrédité – ne se réclame du programme de 1968… Le révisionnisme d’antan avait vraiment poussé son dernier soupir avant même que les circonstances ne lui eussent permis de ressusciter.

19Depuis Prague, aucune tentative de réforme sociale n’a été entreprise, et la société n’a jamais été sollicitée autrement que comme « matière première » (selon l’expression de Claude Lefort) incitée à… travailler mieux et se résigner à des sacrifices. Si bien que les réformes achoppent sur l’indifférence ou le refus, puisque les populations n’accordent aucun crédit aux projets gouvernementaux. A des degrés variables, cette situation s’est produite sous le règne de Gomulka ainsi que de son successeur Gierek et elle risque de se reproduire dans les années à venir dans la perestroïka de Gorbatchev. Si le cas hongrois a pu remporter quelques succès non négligeables et sans conflit majeur – contrairement à la Pologne ayant connu dans la même période des affrontements sanglants à plusieurs reprises – c’est parce que grâce à des déblocages partiels, l’interaction entre gouvernants et gouvernés n’a pas complètement cessé.

Notes

1 D’après Mlynar les Deux mille mots ne contenaient « rien d’extraordinaire à cette époque ». Beaucoup d’autres publications disaient la même chose. Ce qui les avait rendus « explosifs » c’était la publication du texte de Vaculik sous forme de manifeste. Voir Zdenek Mlynar, Le froid vient de Moscou, Prague, 1968, du socialisme réel au socialisme à visage humain, Paris, Gallimard, 1981, pp. 184-192. Comme le montre la pagination, Zdenek Mlynar avait néanmoins consacré 8 pages aux effets suscités par les Deux mille mots.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable