Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

3. Le modèle Gomulka

Texte intégral

1Contrairement à la carrière houleuse et la fin tragique d’Imre Nagy et de l’évolution mouvementée du réformisme qui s’est développé dans son sillage, la trajectoire de Gomulka était moins saccadée. Une fois sorti de l’oubliette où son parti l’avait jeté en 1948, à cause notamment de son « nationalisme », Gomulka est resté fidèle à lui-même et à sa vision politique, en fin de compte, très peu éloignée de la ligne du parti. Sa défaite n’avait pas le tragique de la fin d’Imre Nagy si ce n’était dans le sens d’une remarque ironique de Marx que les tragédies se muent dans l’histoire en tragi-comédies…

  • 1 Adam Bromke, Poland’s Politics: Idealism versus Realism, Massachusetts, Harvard University Press, 1 (...)

2Porté au sommet du pouvoir à la fin de l’année 1956 par une puissante vague de mécontentement populaire, Gomulka restera, quatorze ans durant, l’arbitre suprême sinon incontesté du communisme polonais. Il aura été le dirigeant communiste le plus populaire de la Pologne d’après-guerre, aucun autre, que ce soit parmi ses prédécesseurs ou ses successeurs, ne pouvait se prévaloir d’un tel soutien de la société. Une popularité qui n’allait pas durer très longtemps, faisant assez vite place au désenchantement ; une popularité qui, née en l’absence du protagoniste exclu à la fin de 1948 de la vie politique, s’avéra reposer plus sur les espérances et les illusions d’une société déçue par huit ans de règne stalinien que sur l’attraction réelle du programme politique de Gomulka. De ceux qui en 1956 réclamaient son retour au pouvoir, beaucoup seraient par la suite obligés de constater que l’appui qu’ils lui accordaient était le résultat d’un malentendu. Effectivement, comme l’a remarqué Adam Bromke1, Gomulka devait sa popularité initiale à un concours de circonstances particulier : (1) son absence de la vie politique pendant huit ans, qui l’empêcha de se discréditer aux yeux de la société comme l’avaient fait ses concurrents ; (2) l’impopularité de la politique de ceux qui l’avaient écarté de la direction du parti ; (3) les effets de la propagande de dénonciation dont il fut, plusieurs années durant, la victime et qui, en lui attribuant des projets hérétiques du point de vue de l’élite au pouvoir, contribua à créer le mythe d’un Gomulka réformiste. Ainsi, ce même Gomulka que personne ne regrettait lorsqu’il était tombé en disgrâce, devint, malgré lui, le point de ralliement des espoirs de la société. Plus la déception de la nation et de la société devenait générale et plus le mythe du Gomulka « populiste » gagnait du terrain.

  • 2 Wladyslaw Bieńkowski, Socjologia kleski. Dramat gomulkowskiego czternastolecia (La sociologie de la (...)

3Il semblerait que Gomulka était, à cette période, le seul à se rendre clairement compte de l’incompatibilité entre sa vision de l’avenir de la Pologne socialiste et les attentes de la société. Comme le constata un de ses proches collaborateurs, le ministre de l’éducation Wladyslaw Bieńkowski : « En observant Gomulka durant les premiers mois qui suivirent Octobre, on pouvait s’apercevoir que ce qui constituait sa plus grande force – le soutien dont il jouissait dans la société – était en même temps la principale source de ses appréhensions. Entre autres, parce que le soutien que lui accordait la société le séparait de l’appareil dont il essayait de gagner la faveur »2.

  • 3 300 000 à 500 000 personnes se seraient rassemblées ce jour là pour entendre et acclamer le nouveau (...)
  • 4 Teresa Toranska, Oni, pp. 148-150.

4Gomulka ne désirait pas, et ne pouvait probablement pas, asseoir son pouvoir sur l’immense popularité dont il jouissait. Il avait peur des masses, d’un peuple auquel il ne faisait pas confiance et qu’il savait hostile à son idéologie, se rappelle Stefan Staszewski, à l’époque premier secrétaire du comité régional du parti de la capitale. Dix jours après le VIIIPlénum qui nomma Gomulka au poste de premier secrétaire une grande manifestation3eut lieu devant l’imposant édifice du Palais de la culture, cadeau du camarade Staline au peuple polonais et symbole visible de son règne. Cette manifestation, Gomulka n’en voulait point, persuadé, nous dit Staszewski, qu’« elle ne servait plus à rien. Il savait déjà qu’il tenait les rênes du pouvoir, que sa cause l’avait emporté et qu’il n’avait plus besoin que les gens l’acclament »4. Il a dû y consentir, entraîné par les pressions du comité du parti de Varsovie et par l’enthousiasme populaire qu’il s’agissait de canaliser. La réticence qu’il manifesta peut rétrospectivement être considérée comme autant de perspicacité. Quant la foule commença à scander le slogan « Wyszyński au bureau !!! » (il s’agissait bien entendu du bureau politique) Gomulka ordonna la dissolution du rassemblement et se retira, irrité, « tout tremblant ».

  • 5 C’est l’opinion d’un de ses collaborateurs, Lucjan Motyka, exprimée dans l’article “Siedem glosów o (...)
  • 6 Dans les révélations de Swiatlo Gomulka apparaît en outre comme le seul communiste polonais digne d (...)
  • 7 La libération de Gomulka aurait, selon certaines sources, eu lieu le 13 décembre 1954 : Eleonora Sy (...)

5Gomulka, l’homme qui « n’aimait flatter ni les hommes ni les masses »5, cherchait, comme tout bon communiste, à gagner en premier lieu la confiance du parti et de son appareil. D’un parti qui se trouvait aux prises avec de graves difficultés après la mort de Staline en 1953, après la défection en la même année de Józef Swiato, un haut responsable du Ministère de la Sécurité publique dont les révélations concernant les « méthodes de travail » pratiquées par la police politique retentirent d’un puissant écho grâce aux émissions de la Radio Free Europe6, après les premières libérations des prisonniers « injustement condamnés »7et, finalement, après le XXcongrès du PCUS et le rapport secret de Khrouchtchev qui fut largement diffusé parmi les « permanents » du parti en Pologne. A noter aussi que le chef du parti, Bierut, mourut à Moscou pendant le congrès et, comme l’affirment certains sous l’impact de ces révélations, ouvrant par sa mort une difficile procédure de succession.

  • 8 Appartiennent à la fraction Nowak, Mazur, Mijal, Dworakowski, Witaszewski, Rumiński, KJosiewicz. Vo (...)
  • 9 La fraction de Pulawska dont on dit souvent qu’elle se composait d’anciens staliniens compromis, co (...)

6L’effervescence intellectuelle qui gagna les milieux du parti ainsi que le mécontentement des ouvriers qui culmina dans la révolte de Poznan en été 1956 firent que le problème de déstalinisation et la crise du parti se sont transformés en crise nationale mettant en danger la survie du régime. D’où le caractère dramatique des conflits de fraction au sein de la direction du parti, divisée notamment entre le « groupe de Natolin »8et le « groupe de la rue Pulawska »9(nommés ainsi selon l’endroit où ils se réunirent). Le récit de cette lutte interne avait fait l’objet de nombreuses publications dès après l’avènement de Gomulka et de révélations ultérieures à l’époque de Solidarité, un quart de siècle plus tard. Relatons ici les caractéristiques de cette lutte plutôt que son déroulement chronologique.

7A la différence de la première déstalinisation hongroise, celle de la Pologne avait été menée – ou rattrapée en cas de débordement – par le parti.

8En comparaison avec la Hongrie les premières mesures et effets de la déstalinisation étaient moins importants. Entre autres aussi parce que les dégâts l’avaient été également ou, comme l’affirmait Jakub Bermann dans son interview avec Teresa Torańska, le gros du travail sale avait été accompli immédiatement après la guerre, dans la foulée de l’occupation et de la guerre civile endémique. Le parti, lui, avait aussi été moins touché : à part l’affaire Gomulka et l’élimination de ses amis politiques comme Kliszko, Komar et autres. Il n’y a pas eu l’équivalent du procès Rajk. L’Eglise, quoique durement attaquée, s’en était sortie également beaucoup moins affaiblie, tout comme la paysannerie.

9En Hongrie, on l’a dit au chapitre précédent, le train de réformes économiques et judiciaires du premier gouvernement Nagy répondait à un besoin urgent, reconnu par les dirigeants soviétiques, pour éviter l’explosion de la colère. Si vous n’agissez pas, disait Khrouchtchev à Rákosi, « les paysans vous chasseront avec des fourches ».

10En revanche, à la différence du parti hongrois dominé invariablement par l’équipe dirigeante et l’appareil staliniens, le parti polonais sut mieux s’adapter aux impératifs du moment. A partir, il est vrai, de la dernière phase seulement, c’est-à-dire 1956, il s’est montré capable d’aplanir ses divergences internes pour s’acheminer vers une solution acceptable pour l’opinion publique tandis qu’en Hongrie l’opposition anti-stalinienne s’est trouvée frappée d’ostracisme jusqu’à l’éclatement de l’insurrection. Sans doute « la solution Gomulka » avait aussi été adoptée peu avant la 24heure du drame, mais elle avait été envisagée et préparée, lentement et péniblement, dès l’été chaud de Poznań.

11Le dégel qui culminera en octobre 1956 par le VIIIPlénum et la nomination de Gomulka au poste de premier secrétaire du parti, était un réveil de la société de la léthargie dans laquelle elle sombrait pendant plus de sept ans d’offensive idéologique communiste. Le rôle des luttes fractionnelles dans ce processus de déstalinisation n’est pas facilement mesurable. Entre ceux qui, comme Witold Jedlicki, affirment que le réveil de la société fut sonné en haut lieu pour être ensuite utilisé comme argument dans la lutte pour le pouvoir et ceux qui mettent l’accent sur les effets de la déstalinisation « d’en bas », la contradiction n’est pas insurmontable. Il est sans aucun doute vrai que, dans ce pays où toutes les règles de contrôle étatique établies au temps de Staline restaient en vigueur, le processus de libéralisation n’aurait pas pu, ne serait-ce que commencer sans l’encouragement d’une des fractions. Mais il est aussi vrai que, sans l’activité sociale, sans les explosions de mécontentement spontanées comme celle de juin 1956 à Poznan, le processus en question n’aurait probablement pas atteint de telles proportions.

  • 10 Adam Wazyk, “Poemat dia doroslych” (Poème pour adultes) in : Nowa Kultura, Varsovie, 21 août 1955. (...)
  • 11 L’action la plus connue en faveur d’une réhabilitation des événements historiques condamnés était c (...)

12Le rôle de l’intelligentsia dans la période de déstalinisation en Pologne assume une importance capitale. Ce sont les écrivains, les journalistes, les jeunes intellectuels qui sont à la tête du mouvement de contestation et des réformes. Les journaux comme Nowa Kultura ou Po prostu que, hier encore, personne ne prenait la peine de lire, changèrent d’aspect et devinrent un objet aussi convoité que les produits de première nécessité. En été 1955 parut dans Nowa Kultura le « Poème pour adultes » de Adam Wazyk où l’auteur faisait le procès de ce qu’on appellera bientôt la « période révolue » : « Ils boivent de l’eau de mer en criant “limonade” et retournent secrètement chez eux pour vomir »10. La contestation dans les milieux intellectuels, avant qu’elle ne soit jugulée par un parti ayant retrouvé ses forces sous la direction de Gomulka, aura rendu à la société des valeurs, des épisodes de son histoire11qui étaient condamnés à l’oubli.

  • 12 Lors d’une rencontre d’activistes du ZMP qui eut lieu le 23.03.1956 on a du constater que « ces der (...)
  • 13 Danuta Zablocka, “Ruch nowej inteligencji” (Le mouvement de la nouvelle intelligentsia) in : Nowa K (...)
  • 14 Barbara N. Lopieńska, Ewa Szymańska, op. cit., pp. 86-87.
  • 15 Le rôle des milieux d’émigration dans le processus de « dégel » comme dans celui de la reprise des (...)

13Dans la période d’effervescence qui suivit la divulgation du rapport secret de Khrouchtchev les intellectuels et plus généralement l’intelligentsia polonaise cherchaient à créer de nouveaux cadres d’expression. Les anciennes organisations d’encadrement créées à la fin des années 40 ont soit été dissoutes, comme dans le cas de l’Union de jeunesse polonaise12, soit reléguées dans l’oubli. Leur place fut prise par les nouvelles organisations fondées lors du dégel. Parmi elles les clubs de la jeune intelligentsia dont le premier fut fondé à Brzozow, une petite localité de la voivodie de Varsovie13. Sous l’impulsion des jeunes réformistes de Po Prostu qui en assumèrent le patronage les clubs se transformèrent en un mouvement à l’échelle nationale qui organisa une première conférence des « groupes révolutionnaires des jeunes » à Varsovie en automne 195614. Dans les autres milieux de l’intelligentsia, les écrivains, après une période d’acerbes discussions et de récriminations mutuelles, changèrent la direction de leur Union en plaçant à sa tête Antoni Slonimski, un membre connu du groupe des poètes “Skamander”, un émigré d’après-guerre, connu entre autres pour son attitude critique à l’égard du système15.

  • 16 Andrzej Korbonski, Politics of Socialist Agriculture in Poland: 1945-1960, London, Columbia Univers (...)
  • 17 La libération de Wyszyhski eut lieu après l’arrivée de Gomulka au pouvoir, le 26.10.1956. Jerzy Klo (...)
  • 18 Wladystaw Bieńkowski, alors ministre de l’éducation dit ceci à ce propos : « Dans de nombreuses loc (...)
  • 19 Adam Bromke, op. cit., pp. 180-181.

14En même temps que les intellectuels et l’intelligentsia, les autres milieux sociaux, dont chacun avait une longue liste de torts à redresser, se joignirent au mouvement général de contestation. Les ouvriers fondèrent leurs propres Conseils dans les usines. Les paysans, encouragés par les paroles critiques prononcées par Gomulka au sujet de la politique agricole du passé, procédèrent spontanément à la dissolution des coopératives. Leur nombre passa de 10 510 au trente septembre 1956 à 1 534 trois mois plus tard16. Les parents des élèves, encouragés par la fin de l’internement du primat de Pologne17, cardinal Wyszyński, ainsi que par les pourparlers entre le gouvernement et l’épiscopat, insistent sur la réintroduction de l’enseignement de la religion dans les écoles, éliminé illégalement par le passé18. Le mouvement de contestation n’épargne pas non plus les partis frères, pourtant peu enclins à manifester leur autonomie19.

  • 20 Gomutka i inni..., p. 87.
  • 21 Ibid., p. 88.
  • 22 Wtadyslaw Gomulka, Przemówienie I Sekretarza KC PZPR W1. Gomutka na VIII Plenum 21.X.1956 (L’allocu (...)

15Au moment où Gomulka est élu premier secrétaire du parti, la société polonaise marque très clairement sa volonté de poursuivre un effort de déstalinisation et de réformes qui commence désormais à prendre de l’envergure. Dans le nouveau chef du parti l’opinion publique tend à voir son porte parole et son défenseur. Celui-ci accède au pouvoir muni d’un programme. Les points majeurs du « projet gomulkien » concernent les questions économiques dont il était toujours passionné et qu’il suivait de près. Ils ne prévoient pas de réforme radicale de gestion économique, se limitant à des changements de politique économique qu’il juge erronée. On mettra dorénavant l’accent sur la production des biens de consommation, on mettra fin aux privilèges du secteur socialiste dans l’agriculture, un point sur lequel Gomulka reste ferme et auquel il semble attacher une grande importance20. Un autre fragment important de son programme qui promet de lui gagner les sympathies de la société, concerne les relations polono-soviétiques et la question de l’indépendance nationale. C’était en effet le point qui servit, en 1948, de pierre angulaire de la théorie de la « déviation nationaliste de droite » dont il fut accusé. Il annonce le départ des « conseillers » soviétiques qui contrôlent le fonctionnement des forces armées et de la police politique polonaises21. Il est encore question, dans son programme, de la réparation des fautes commises par la direction du parti et de l’Etat dans la « période passée ». Le système qui permettait d’« emprisonner des innocents, y compris des communistes, parfois durant de longues années », « de soumettre des hommes à des tortures sauvages », « de semer la peur et la démoralisation », a été surmonté ou sera définitivement surmonté, dit Gomulka, entre autres « grâce au XXCongrès du PCUS, qui nous a aidés d’une manière décisive à le liquider »22. Il s’agira donc de restreindre le pouvoir de la police politique, surtout de la soumettre à un contrôle efficace des instances suprêmes du parti.

16Toutes ces mesures et ces événements, dans la Pologne de l’été et de l’automne 1956, montrent beaucoup d’analogies avec la Hongrie. Dans un pays comme dans l’autre, les intellectuels, avec les communistes révoltés contre le stalinisme, ont joué un rôle d’avant-garde. Les associations d’écrivains et d’artistes sont devenues, selon le mot de François Fejtö, des « républiques indépendantes ». Le Cercle Petöfi agissait dans le même esprit que le mouvement des clubs indépendants polonais. Dans les deux pays l’indépendance nationale était la force motrice la plus puissante de la contestation et le rétablissement de la justice, grâce à l’élimination du système policier, la revendication politique et morale la plus importante. La situation de la paysannerie présente également beaucoup de similitudes. La chronologie de l’évolution ainsi que la politique du parti déterminèrent cependant toute la différence entre l’explosion révolutionnaire hongroise et l’issue gomulkiste.

17Outre l’attitude différente des groupes au pouvoir que nous avons déjà évoquée, rappelons que ce qui s’est produit en Pologne essentiellement dans la seconde moitié de 1956 avait été en Hongrie l’objet de luttes âpres entre les staliniens au pouvoir et Imre Nagy et ses partisans pendant plus de trois ans. Ces derniers avaient introduit beaucoup d’éléments du programme de 1956 de Gomulka dès les réformes de juin 1953, mais ceux-ci furent ensuite supprimés ou vidés de leur sens par l’équipe de Rákosi reprenant la totalité des pouvoirs. Et, bien que la chute personnelle de Rákosi en été 1956 eut pu marquer un nouvel élan, la persistance de l’esprit orthodoxe sous son successeur Ernö Gerö avait brisé la possibilité d’une évolution réformiste. La Hongrie s’achemina vers le cycle violent de révolution et de répression (jusqu’au tournant de Kádár vers le réformisme au milieu de 1960) tandis que la Pologne s’installa dans la continuité réformiste gomulkienne pour une décennie et demie. Cette différence due aux personnalités, au hasard des circonstances et aux événements fortuits est d’autant plus importante à signaler que les structures et les forces profondes à l’œuvre ont été, à quelques variations près, identiques.

  • 23 Marcel Peju, « Chez les intellectuels de Pologne » in : Les Temps modernes, n° 143-144, janvier-fév (...)
  • 24 J. Kloczowskl, L. Muellerowa, J. Skarbek, op. cit., p. 442.
  • 25 Les penchants autocratiques de Gomulka sont attestés par presque tous ses anciens collaborateurs. V (...)
  • 26 Les opinions des « conseillers » n'ont pas eu d'impact majeur sur la politique de Gomulka dans le d (...)

18Muni de son programme, auquel certains n’hésiteront pas de conférer le nom de « la voie polonaise au socialisme », Gomulka restera quatorze ans au pouvoir. La plupart des réformes espérées par la société resteront irréalisées, sur le papier, d’autres seront ouvertement abandonnées. L’intelligentsia qui s’est engagée à fond dans le processus de libéralisation, sera la première à vivre une déception. Après l’interdiction, en automne de 1957, du journal Po prostu et la dissolution violente des manifestations estudiantines de protestation, la revue Europa, dirigée par Jerzy Andrzejewski et comprenant au sein de son Comité de rédaction Adam Wazyk, Mieczyslaw Jastrun et Pawel Hertz, se voit refuser l’autorisation de paraître23. L’Eglise qui jouait un rôle stabilisateur durant la crise et encouragea les fidèles à voter pour la liste unique du parti dans les élections législatives de janvier 1957, se verra retirer peu à peu les « privilèges » arrachés au pouvoir dans les moments de désarroi : en 1961 la nouvelle « loi sur l’éducation et l’enseignement » réaffirme le principe de l’école laïque et se prononce en faveur de l’enseignement de la religion en dehors de l’école. L’année suivante onze séminaires religieux, dix lycées confessionnels et trente-sept internats seront fermés, les sœurs devront quitter 72 hôpitaux et 322 jardins d’enfants24. Ni les ouvriers, dont les conseils seront privés d’influence par une loi qui les placera au niveau de partenaires inégaux avec le parti et les syndicats au sein des « Conférences d’autogestion ouvrière », ni les paysans qui, quoique gardant leurs lopins de terre, seront systématiquement privés de moyens d’investir, ne pourront se juger satisfaits des résultats de « la voie polonaise au socialisme ». Les fractions qui se combattaient au moment de l’arrivée de Gomulka au pouvoir, seront, elles aussi, sensiblement affaiblies. Gomulka gouvernera en autocrate25, réalisant ses propres idées à l’élaboration desquelles il n’associera personne26.

  • 27 L’expérience des « clubs de discussion » et ceux de la jeune intelligentsia est instructive. Leur p (...)
  • 28 Wiadyslaw Biehkowski intitula un de ses livres sur la Pologne de Gomulka Hamulce i motory socjalizm (...)

19En dépit de l’indiscutable repli du programme réformiste qui recevait les contrecoups de la « petite stabilisation » gomulkienne, certains des plus sinistres aspects de la période stalinienne seront à jamais bannis de la Pologne après 1956. La répression, même si elle est employée, ne dégénérera plus en une guerre ouverte contre la société. Les liens culturels et intellectuels avec le monde ne seront plus complètement coupés malgré les efforts sincères des obscurantistes du genre de Mieczyslaw Moczar, ministre des affaires intérieures et instigateur du dernier « pogrome » polonais de 1968. Les paysans ne seront plus victimes de pressions ouvertes en vue de la collectivisation. Une trêve inconfortable s’installera entre la société et le pouvoir. Ce dernier, en abandonnant les méthodes de pression qu’on qualifie par euphémisme d’« administratives », persistera cependant dans sa volonté de construire la société socialiste selon le modèle soviétique. Au lieu d’avoir recours aux arguments de force, il misera dorénavant sur l’action de longue durée, sur un processus de socialisation basé sur la lente transformation des structures économiques et sociales. Le pouvoir n’aura pas toujours suffisamment de patience pour se résigner à la lenteur de ce processus qui condamnerait la Pologne à rester en queue du peloton des pays « bâtisseurs du socialisme ». Le pouvoir n’hésitera donc pas à accélérer la marche quand elle lui paraîtra trop indécise : l’action contre l’Eglise, le sabotage de l’économie paysanne, les querelles avec les intellectuels en sont autant de preuves éloquentes. Aux obstinées sollicitations du pouvoir de s’adapter à la « nouvelle réalité », la société répondra par une retraite dans le privé, par le cynisme et une méfiance accrue à l’égard des slogans politiques. Privée de garanties institutionnelles qui assureraient son autonomie et qui lui permettraient de s’organiser27avec des structures durables, la société subira tantôt les attaques renouvelées du pouvoir avec une patience résignée, tantôt elle se révoltera avec fracas. La seconde de ces révoltes, celle des ouvriers du littoral de décembre 1970, mettra fin aux quatorze ans de règne de Wladyslaw Gomulka. C’était peut-être un sourire de l’ironie de l’histoire que Gomulka, qui croyait que l’économie, l’industrialisation, la modernisation étaient de puissants « moteurs du socialisme »28, ait été chassé du pouvoir par des ouvriers qui protestaient principalement contre les effets de sa politique économique. Pour Gomulka, tout comme pour ses prédécesseurs et ses successeurs, une politique économique erronée, contraire aux attentes de la société, devint la cause principale de l’échec. La tentative d’adapter l’économie aux exigences idéologiques du système s’avéra être plutôt un « frein du socialisme ».

20S’il n’a pas été donné à Gomulka de réconcilier la société polonaise avec l’idéologie et les projets communistes, il lui a été toutefois possible d’implanter le système dans la réalité polonaise plus solidement que ne l’avaient fait ses prédécesseurs. En éliminant de l’arsenal de la politique communiste certaines des armes les plus brutales, en choisissant une démarche plus paisible sur la voie vers le communisme, il est parvenu non pas à éveiller l’enthousiasme des masses, mais à les convaincre de s’accommoder tant bien que mal d’un système mal-aimé. La trêve ne sera pas éternelle, l’apprivoisement n’écartera pas le danger de confrontations futures.

Notes

1 Adam Bromke, Poland’s Politics: Idealism versus Realism, Massachusetts, Harvard University Press, 1967, pp. 64-65.

2 Wladyslaw Bieńkowski, Socjologia kleski. Dramat gomulkowskiego czternastolecia (La sociologie de la défaite. Le drame des quatorze ans de Gomulka), Paris, Instytut Literacki, 1971, pp. 24-25.

3 300 000 à 500 000 personnes se seraient rassemblées ce jour là pour entendre et acclamer le nouveau leader du parti.

4 Teresa Toranska, Oni, pp. 148-150.

5 C’est l’opinion d’un de ses collaborateurs, Lucjan Motyka, exprimée dans l’article “Siedem glosów o Gomulce” (Sept opinions sur Gomulka) in : Polityka, n° 6,11.02.1984, p. 14.

6 Dans les révélations de Swiatlo Gomulka apparaît en outre comme le seul communiste polonais digne de respect. Voir : Zbigniew Blazynski, Mówi Jozef Swiatto. Za kulisami bezpieki i partii 1940-1955, Londres, Polska Fundacja Kulturalna, 1985.

7 La libération de Gomulka aurait, selon certaines sources, eu lieu le 13 décembre 1954 : Eleonora Syzdek, Bronisiaw Syzdek, Polityczne dylematy Wtadystawa Gomutki (Les dilemmes politiques de Wladyslaw Gomulka), Warszawa, Czytelnik, 1985, p. 135. Egalement Walery Namiotkiewicz, Dziatalność Wtadystawa Gomutki. Fakty-wspomnienia-opinie (L’activité de Wladyslaw Gomulka. Faits-souvenirs-opinions), Warszawa, Ksiazka i Wiedza, 1985, p. 523. D’autres historiens donnent comme date de sa libération, en suivant en ceci un communiqué officiel de l’Agence de presse polonaise du 20 février 1957, le mois de novembre 1954. Voir : Nicholas Bethell, Gomulka, His Poland and His Communism, London, Longmans, 1969, p. 197.

8 Appartiennent à la fraction Nowak, Mazur, Mijal, Dworakowski, Witaszewski, Rumiński, KJosiewicz. Voir : Roman Zambrowski, Dziennik (Journal), in : Krytyka, Warszawa, n° 6, 1980, pp. 61-62 ; E. et B. Syzdek, op. cit., p149. Voir aussi Gomuika i inni. Dokumenty z Archiwum KC 1948-1982 (Gomulka et les autres. Documents des archives du CC 1948-1982), Warszawa, Krlg- Biblioteka Kwartalnika Politycznego tKrytyka, 1986, pp. 73-74.

9 La fraction de Pulawska dont on dit souvent qu’elle se composait d’anciens staliniens compromis, comptait en son sein principalement des membres plus jeunes de l’appareil, comme Jerzy Albrecht, Piotr Jaroszewicz, Leon Kasman, Jerzy Morawski, Mieczystaw Rakowski, Jerzy Sztachelski, Stefan Staszewski, Stanistaw Kuziński etc. Voir : Witold Jedlicki, Klub Krzywego Kota, Paris, Instytut Literacki, 1963, p. 27.

10 Adam Wazyk, “Poemat dia doroslych” (Poème pour adultes) in : Nowa Kultura, Varsovie, 21 août 1955. Voir aussi : Edmund Stillman, Bitter Harvest, The Intellectual Revolt Behind the Iron Curtain, New York, Frederick A. Praeger, 1959, pp. 129-133.

11 L’action la plus connue en faveur d’une réhabilitation des événements historiques condamnés était celle initiée par les journalistes de Po prostu au sujet des combattants de l’Armée de l’intérieur (AK), soumis durant une décennie à toutes formes de répression et réhabilités en 1956. Zbystaw Rykowski et Wiesiaw Wladyka, “Rehabilitacja – rok 1956, wiosna” (Réhabilitation – 1956, printemps) in : Polityka, n° 21, 24.05.1986, pp. 10-13.

12 Lors d’une rencontre d’activistes du ZMP qui eut lieu le 23.03.1956 on a du constater que « ces derniers temps l’organisation a perdu 400 mille membres ». Zbystaw Rykowski, Wiesiaw Wladyka, “Rehabilitacja...”, p. 11.

13 Danuta Zablocka, “Ruch nowej inteligencji” (Le mouvement de la nouvelle intelligentsia) in : Nowa Kultura, n° 29, 15.07.1956.

14 Barbara N. Lopieńska, Ewa Szymańska, op. cit., pp. 86-87.

15 Le rôle des milieux d’émigration dans le processus de « dégel » comme dans celui de la reprise des contacts de la culture et de la vie intellectuelle polonaise avec les tendances et les courants européens et mondiaux était d’une grande importance. Lors du « dégel » la principale publication de l’émigration, Kultura de Paris, était diffusée largement et pratiquement sans entraves en Pologne même ; les écrivains polonais établirent des contacts avec la rédaction, ainsi qu’avec leurs homologues émigrés et étrangers. Voir à ce propos “Dwa wywiady o Kulturze” (Deux interviews sur Kultura) in : Res publica, n° 8, 1981, pp. 152-169 : entretien avec Jerzy Giedroyc, le rédacteur en chef du mensuel ; pp. 170-188 : entretien avec Zofia Hertz, une collaboratrice qui dit, à propos de l’année 1956 : « Dans les années 1956-1957 les gens ont commencé à venir chez nous, par groupes entiers. Ils venaient aussi après, quoique moins nombreux », p. 179.

16 Andrzej Korbonski, Politics of Socialist Agriculture in Poland: 1945-1960, London, Columbia University Press, 1965, p. 172.

17 La libération de Wyszyhski eut lieu après l’arrivée de Gomulka au pouvoir, le 26.10.1956. Jerzy Kloczowski, Lidia Muellerowa, Jan Skarbek, Zarys dziejów kósciola katolickiego w Polsce (L’histoire de l’Eglise catholique en Pologne), Kraków, Wydawnictwo Znak, 1986, p. 441.

18 Wladystaw Bieńkowski, alors ministre de l’éducation dit ceci à ce propos : « Dans de nombreuses localités, surtout à la campagne, la population amenait les curés dans les écoles et exigeait que soit enseignée la religion éliminée illégalement. L’affirmation souvent répétée que la direction gomulkiste, en changeant de politique à l’égard de l’Eglise, aurait réintroduit la religion dans les écoles est un malentendu manifeste » ; op. cit., p. 42.

19 Adam Bromke, op. cit., pp. 180-181.

20 Gomutka i inni..., p. 87.

21 Ibid., p. 88.

22 Wtadyslaw Gomulka, Przemówienie I Sekretarza KC PZPR W1. Gomutka na VIII Plenum 21.X.1956 (L’allocution du premier secrétaire du CC du POUP Wl. Gomulka au VIIIe Plénum, le 21 octobre 1956), Nowe Drogi (Voies Nouvelles), n° 10, octobre 1956, p. 41.

23 Marcel Peju, « Chez les intellectuels de Pologne » in : Les Temps modernes, n° 143-144, janvier-février 1958, pp. 1185-1190. La répression ne se limite pas à ces deux cas célèbres. Sont en même temps interdits les hebdomadaires Przemiany à Katowice et Kronika à Lódź, est confisqué le numéro d'octobre de la revue Twórczość, de nombreux rédacteurs sont licenciés à la radio et dans les journaux.

24 J. Kloczowskl, L. Muellerowa, J. Skarbek, op. cit., p. 442.

25 Les penchants autocratiques de Gomulka sont attestés par presque tous ses anciens collaborateurs. Voir à ce propos : “Siedem glosów o Gomulce” in : Polityka, n° 6, 11.02.1984, p. 14 ; R. Zambrowski, op. cit., pp. 78-79.

26 Les opinions des « conseillers » n'ont pas eu d'impact majeur sur la politique de Gomulka dans le domaine économique par exemple. Les thèses du Conseil économique chargé d'élaborer un projet de réforme et où travaillaient les économistes les plus connus, Czesiaw Bobrowski, Oskar Lange, Wtodzimierz Brus, Michal Kalecki, Edward Lipiński, n'ont pas été, selon les mots du premier ministre Cyrankiewicz, ni acceptées ni rejetées. Voir : Czestaw Bobrowski, Wspomnienia te stutecia (Souvenirs d'un siècle), Lublin, Wydawnictwo Lubelskie, 1985, p. 246.

27 L’expérience des « clubs de discussion » et ceux de la jeune intelligentsia est instructive. Leur pullulement dans les mois du dégel s’est produit sans base légale, à la force de l’enthousiasme de leurs membres et fondateurs et de la faiblesse momentanée du pouvoir. Celui-ci s’opposera à la légalisation de leur statut. Les clubs, soumis à des tracasseries finiront pas se dissoudre eux-mêmes, certains, comme le célèbre “Klub Krzy wego Kola” à Varsovie, seront liquidés par décision administrative. Voir : W. Jedlicki, op. cit., p. 161.

28 Wiadyslaw Biehkowski intitula un de ses livres sur la Pologne de Gomulka Hamulce i motory socjalizmu (Les freins et les moteurs du socialisme), c’est à ce titre que nous faisons allusion ici. L’importance du facteur économique dans la politique et dans la pensée de l’establishment polonais du temps de Gomulka est soulignée par Ray Taras, Ideology in a Socialist State, Poland 1956-1983, Cambridge, Cambridge University Press, 1984, pp. 104-106.