Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

2. Imre Nagy entre réforme et révolution

Texte intégral

1Selon le vocabulaire communiste, réformisme et révisionnisme ne sont nullement synonymes, malgré le fait que du temps de Lénine le révisionnisme d’un Kautsky, par exemple, n’ait été que le glissement du réformisme social-démocrate vers une volonté de révision des bases idéologiques révolutionnaires. Avec le temps, le réformisme prit une connotation recevable, voire même souhaitable, dans certaines situations comme la perestroïka ou le réformisme kadarien, plus ancien, tandis que tout changement allant au-delà de certaines limites – il est impossible de définir une fois pour toutes lesquelles – n’avait gagné aucune honorabilité. Au contraire, le révisionnisme demeure la cible de prédilection de la politique traditionnelle communiste.

2Le réformisme d’Imre Nagy, le plus ancien en date depuis la NEP de Lénine, entre sans aucun doute dans la catégorie du réformisme tout à fait admissible voire souhaitable aux yeux de la direction du parti. En fait il avait été inauguré à Moscou en été 1953 et soutenu pendant près de deux ans par l’équipe de Khrouchtchev au pouvoir. Il n’empêche que la politique suivie par Imre Nagy en tant que chef de gouvernement hongrois entre le mois de juillet 1953 et la fin de l’année 1954 (officiellement Nagy resta en place jusqu’à avril 1955) fut taxée de révisionniste, au moment et après son élimination du pouvoir et, plus tard, des rangs du parti. Nagy certes avait connu une de ces « réhabilitations » coutumières aux partis communistes lorsque la « ligne » penche à nouveau vers le disgracié d’hier. En fait il fut réintégré dans le parti hongrois en automne 1956, donc après le célèbre XXcongrès du Parti Communiste Soviétique, le « congrès de la déstalinisation ». Peu après, dans la foulée des événements de l’insurrection hongroise, il avait été coopté au Comité Central, au Bureau Politique et investi de la fonction de chef de gouvernement pendant les 13 jours de la révolution. A nouveau destitué, déporté puis emprisonné, jugé et exécuté Imre Nagy a alors perdu la vie non pas, ou pas seulement, à cause de son révisionnisme, prétendu ou vrai, mais de sa trahison.

3Ne nous laissons cependant pas abuser par le vocabulaire communiste. Les événements de 1956 que nous avons retracés plus haut sous le titre de « modèle insurrectionnel » ont démontré aux yeux de tout historien de bonne foi que Nagy, communiste jusqu’au bout, n’avait commis aucun « crime contre l’Etat », mais tout au plus le « crime » non punissable d’une « déviation révisionniste » si tant est que ce fut le cas. En fait, et par deux fois, Nagy avait été victime, d’abord survivante et la seconde fois mise à mort, des changements de la « ligne » du parti et des circonstances. La première fois, en mars-avril 1955 Nagy fut limogé sans qu’il n’eut rien changé de significatif dans sa politique de réformes inaugurée sous l’impulsion des dirigeants de Moscou parce que le limogeage de Malenkov, un limogeage dû essentiellement à la lutte de Khrouchtchev pour le pouvoir contre ses adversaires avait renforcé la position des adversaires de Nagy… à Budapest. Ceux-ci, avec à leur tête Mátyás Rákosi, premier secrétaire du parti, sautèrent alors sur l’occasion de se débarrasser de « leur Malenkov », à savoir de Nagy.

  • 1 L’expression, venue plus tard, est associée au Printemps de Prague de 1968 de Dubcek ; Nagy, lui, a (...)
  • 2 Voir entre autres Imre Nagy, Un communisme qui n’oublie pas l’homme, préface de François Fejtö, Par (...)

4La trajectoire de Nagy s’inscrit par conséquent dans la courbe du réformisme soviétique du temps de Malenkov et de Khrouchtchev. Sans le concours, pour lui défavorable, des circonstances, Imre Nagy, théoriquement, aurait pu poursuivre sa carrière de réformiste, « pour un communisme à visage humain »1, tout au moins jusqu’à la défaite politique de Khrouchtchev en 1964. Plus d’un indice permet d’affirmer que celui-ci aurait même souhaité maintenir Nagy en place, à condition de faire une de ces « autocritiques » de circonstance qui caractérisent le va-et-vient des dirigeants communistes entre état de grâce et de disgrâce2. Khrouchtchev, lui, avait en fait continué et même accéléré son réformisme, culminant certes avec les XXe et XXIIcongrès, après avoir éliminé Malenkov, Molotov et les autres représentants de la vieille garde stalinienne.

5La seconde ascension de Nagy, suivie cette fois de sa chute dans le néant, s’inscrit dans le contexte du XXcongrès soviétique, de l’effervescence que celui-ci avait provoquée et, pour finir, dans le contexte de l’insurrection de Budapest en octobre-novembre 1956.

  • 3 Voir ci-dessus la IIe partie du présent ouvrage, « La mort d’une société ».

6Il n’en reste pas moins que cette insurrection, que nous avons brièvement analysée au chapitre précédent, s’inscrit aussi dans la dynamique propre à la Hongrie et, de ce fait, est un prolongement, un aboutissement du réformisme des années 1953-1954 marqué par le premier gouvernement d’Imre Nagy. Plusieurs analyses, concordantes, ont constaté cette filiation. Le réformisme d’Imre Nagy, connu aussi sous le nom de « cours nouveau » et de « programme de juin » ou de « voie de juin », avait suscité dans l’opinion publique hongroise des sentiments de satisfaction et, davantage encore l’espoir d’en finir avec ce qu’on résume par « stalinisme », et d’engager le pays dans une voie véritablement nouvelle d’un communisme plus vivable. Pour comprendre l’état d’esprit de la population il faut se replacer dans le climat des années 1950 marqué par la terreur, les privations et le bouleversement des structures sociales et culturelles traditionnelles. Dans ce climat, le trait principal du réformisme était le sentiment de soulagement qu’il avait suscité. Les mesures annoncées dans le discours-programme du nouveau chef de gouvernement, Imre Nagy, proclamant le retour « à la légalité socialiste », la libération d’un grand nombre de prisonniers et d’internés politiques, l’allégement du fardeau économique, la révision du système kolkhozien et des tracasseries frappant la paysannerie privée et, peut-être avant tout, les allusions au relèvement de la dignité nationale étaient autant de nouvelles qui galvanisèrent toute une société à demi-morte et se sentant jetée à la fosse commune d’une histoire impitoyable3.

7Le soulagement, éprouvé après les premières réformes, s’est vite transformé en effervescence politique et intellectuelle. L’Union Soviétique mise à part, la Hongrie avait été alors l’unique terrain de confrontation entre la société civile et le pouvoir ainsi qu’entre l’aile réformatrice du parti appuyée par la majorité silencieuse de la population et l’aile stalinienne appuyée, elle, par les appareils.

8Plus loin dans cette étude, nous aurons à revenir aussi bien sur cette réanimation de la société civile que sur la résistance de la bureaucratie. Retenons ici que le combat était inégal, au profit des adversaires de la réforme. Ces derniers dominaient encore tous les leviers de la répression ainsi que du pouvoir économique, réduisant ainsi à la merci de leur arbitraire la société civile à peine réveillée de l’hibernation. Combat inégal et fatal pour Imre Nagy également qui, comme nous l’avons indiqué, y perdit son poste. Mais fatal aussi pour les tenants du pouvoir revenus en force à la faveur du tournant de la roue politique qui eut alors l’effet inattendu d’exaspérer la population.

9Les quelques 18 mois entre le limogeage de Nagy en 1955 et la révolution d’octobre 1956 firent de la Hongrie le théâtre d’une tension extrême et d’une lutte acharnée entre communistes réformistes, écrivains et autres intellectuels d’un côté, soutenus par l’opinion publique, et de l’autre la célèbre nomenklatura. Si le cas hongrois devint à tous points de vue celui des antagonismes les plus manifestes, c’est précisément parce que le retour en force du néo-stalinisme après une période de soulagement et d’espoir ne pouvait qu’exacerber les esprits et les conduire à une opposition au régime encore plus radicale qu’avant.

10C’est dans ce sens que le réformisme modéré et modeste d’Imre Nagy devait presque fatalement déboucher sur un courant oppositionnel de la société, courant certes silencieux au départ, mais incomparablement plus radical que l’opposition communiste et quasiment unanime dans le rejet. Déboucher, donc, dans la révolution. Etait-ce inévitable ?

11En tout cas, seul le triomphe du réformisme, entre-temps radicalisé, aurait pu l’empêcher. Or celui-ci venait d’être vaincu et poussé, par la dynamique des forces en présence, vers la masse anonyme des mécontents, futur acteur principal de l’insurrection d’octobre 1956. Une fusion s’est produite, ne fut-ce que momentanément.

  • 4 Article publié en hongrois dans Irodalmi Ûjság (Gazette littéraire), Paris, 1987.

12L’auteur du présent ouvrage s’est trouvé à plusieurs reprises confronté à deux interprétations extrêmes et à ses yeux abusives des événements de Budapest. D’un côté, l’interprétation selon laquelle l’Octobre hongrois aurait été aussi bien par ses origines que par son déroulement le résultat d’un large mouvement socialiste unissant communistes révisionnistes, socialistes démocrates et, pour finir, le mouvement conduisant à l’occupation des lieux de travail par les conseils ouvriers. Notre but n’étant pas ici l’analyse du déroulement des événements et des forces en présence dans la révolution, laissons de côté ce qui s’est passé après la désintégration de l’Etat-Parti communiste. A d’autres endroits, nous avons eu le loisir d’examiner les rapports de forces, les tendances et les perspectives de la révolution4en arrivant à la conclusion que même toutes ces tendances réunies sous la bannière d’une démocratie socialiste hypothétique avaient peu de chances de l’emporter. Elles ne représentaient qu’une minorité – sans doute très importante – confrontée à d’autres tendances, en majorité certes démocratiques mais nullement socialistes.

13L’autre interprétation ne prend, elle, en considération que cette dernière donnée négligeant à la fois le poids du mouvement des conseils en gestation et la force potentielle de la social-démocratie traditionnelle ainsi, qu’enfin, le réformisme communiste. Il se serait agi, toujours selon cette deuxième interprétation, non pas d’une révolution, mais d’une restauration. Affirmation également contestable parce qu’elle suppose la possibilité d’un retour en arrière intégral, l’effacement des traces laissées par le profond bouleversement économique et social entre 1945 et 1956 ou, tout au moins, entre 1948 et 1956.

  • 5 Voir mes ouvrages cités dans lesquels, tout en soulignant l’importance du rôle des intellectuels an (...)

14Là où les deux interprétations pêchent à la fois contre l’évidence documentaire et le bon sens réside l’explication du processus conduisant à la révolution. Il se peut que certains historiens, dont l’auteur de ces lignes5, aient contribué à créer un malentendu à ce propos en mettant l’accent sur la rupture entre le mouvement réformiste et la révolution spontanée venue « d’en bas ». Or la réalité des actes et de la parole témoigne à la fois de rupture et de continuité. Outre de nombreux indices tirés de la presse libre, de l’action des intellectuels et des organisations populaires spontanément créées (comités nationaux, conseils ouvriers, nouvelles associations) l’évidence qui atteste avec le plus de force ce mélange de continuité et de rupture est la position occupée par Imre Nagy. L’ascendance d’un communiste acclamé par la foule et qui, après avoir perdu une partie de sa popularité, sait regagner la confiance ne peut s’expliquer exclusivement par le fait, par ailleurs indéniable, qu’il n’y ait eu personne d’autre… Finalement, huit ans après l’élimination des anciens dirigeants des partis démocratiques, un leader charismatique, ou tout au moins crédible, venu d’un autre horizon politique que le révisionnisme aurait pu émerger, voire même aurait sans doute émergé si l’horizon d’attente de l’opinion publique avait été orienté vers un leader-messie d’ancien régime. Le cardinal Mindszenty, par exemple, dont on disait qu’il aurait dû être le prince archevêque de Hongrie non pas en 1956, mais… en 1526, lors de la bataille de Mohács contre l’armée ottomane où avait péri l’arme à la main son illustre prédécesseur, l’archevêque Pál Tomori.

15Malgré l’anticommunisme foncier de la majorité de la société, le temps n’était plus celui des croisades. Le révisionnisme, quoique dépassé, demeura une composante de la réalité des rapports de forces et aussi des aspirations diffuses et peut-être confuses de la population. Les réformistes communistes ont été poussés voire même harcelés par le « bas », non pas pour disparaître de la scène, mais pour s’adapter, pour se radicaliser, pour exercer avec plus de fermeté le rôle qui leur incombait dans le processus conduisant à la révolution ; le peuple ne leur a pas retiré « le mandat du ciel », bien au contraire. A noter aussi que l’affirmation selon laquelle le mouvement communiste antistalinien aurait perdu son influence ne repose sur aucune évidence attestée par les faits et les documents. L’on ne trouve aucune critique, encore moins de mise en cause, de ce mouvement et ses représentants dans la presse libre et dans les assemblées. Au contraire ils y restent présents et écoutés. Et cela malgré le fait que, désorientés dans les premières heures, ils n’ont pas été capables d’improviser un programme adapté aux circonstances nouvelles : un programme qui leur avait déjà fait cruellement défaut pendant la phase précédente, à savoir au milieu des années 1950. Il n’en reste pas moins qu’outre Imre Nagy, Géza Losonczy, Ferenc Donáth, Miklós Vásárhelyi et, il est interdit de l’oublier, János Kádár, agissant au centre décisionnel de l’Etat, plusieurs personnalités émergèrent également au niveau local, départemental et institutionnel. Notamment parmi les chefs de l’insurrection et dans l’armée qui fournit les cadres supérieurs à la nouvelle direction militaire avec à sa tête les généraux ou colonels Király, Maléter, András Márton, Gyula Ujhegyi, Gyula Várady, János Mecseri (exécuté), György Radó (médecin colonel), Ferenc Nádor (commandant des forces aériennes) pour ne mentionner que quelques-uns. Le commandant Pálinkás, de son nom originel margrave de Pallavicini, exécuté pour avoir libéré le cardinal Mindszenty, était lui aussi, l’un des réformistes communistes de l’armée de même que le colonel Ferenc Jánosi, gendre d’Imre Nagy et le colonel de police Sándor Kopácsi.

  • 6 Les autorités autrichiennes avaient exécuté environ 120 personnes à cause du rôle qu’elles avaient (...)

16D’après les recherches les plus récentes, effectuées en Hongrie, le chiffre total des condamnés à mort et exécutés se monte à environ 350 personnes ; chiffre tenu par certains comme sous-estimant la réalité, mais qui représente néanmoins presque autant que le nombre total cumulé des exécutions des trois répressions connues dans l’histoire, à savoir la répression faisant suite à la révolution et la guerre d’indépendance de 1848-49, les peines capitales frappant les communistes de 1919 et enfin celles prononcées contre les criminels de guerre fascistes après 19456. Selon l’étude citée, on ne peut pas démêler la proportion des réformistes communistes, mais à en juger la liste des noms venus à la connaissance des historiens, un grand nombre des victimes était des communistes de la tendance d’Imre Nagy. L’on arrive à la même constatation à propos des 16 000 condamnations à réclusion, environ.

17Un autre aspect encore du rôle joué par les réformistes communistes se trouve dans leur participation aux conseils ouvriers et aux comités nationaux. Les plus actifs parmi ces derniers ont été ceux du comitat de Borsod-Miskolc et des comitats réunis de Transdanubie siégeant à Györ. A la tête de ce dernier, s’est trouvé un ancien populiste proche d’Imre Nagy et, du premier, un ancien membre exclu du Bureau Politique rallié à la tendance de Nagy.

18Nous avons utilisé dans les pages qui précèdent, indifféremment les termes de réformisme, de réforme-communisme, de révisionnisme en tant que tendances anti-staliniennes au sein du parti communiste hongrois. Imprécision voulue puisqu’il nous semble que la connotation fluctuante de ces expressions ne permet pas de les classer avec rigueur. Fluctuant est également le terme « opposition » attendu que Imre Nagy par exemple avait qualifié d’oppositionnelle la tendance dogmatique au sein de l’appareil du parti effectivement opposée au réformisme à caractère antistalinien qui était alors la « ligne officielle » soutenue par surcroît par le Kremlin. Le manque de précision dans notre récit tient aussi au fait que les réformistes de la tendance Nagy – si on les considère comme partisans d’un train de changements modérés et à vitesse limitée, respectant le cadre idéologique et institutionnel du régime ainsi que les règles découlant de « l’esprit de parti », la partinost, la Parteilichkeit – n’ont pas manqué d’évoluer vers une attitude plus combative et radicale au cours des années 1953-1956. Ils restèrent toutefois, selon le mot de François Fejtö, « Jacobins du Parti, Girondins de la nation ». Sont-ils pour autant devenus des révisionnistes dans le sens culpabilisant que leur attribue l’histoire et le discours officiels du régime ? Question difficile à résoudre parce que l’attitude générale de cette opposition doit être subdivisée en tendances plus finement nuancées. Retenons seulement que plus d’un ancien réformiste avait tourné le dos au « léninisme », même au marxisme. Le dénominateur commun, pourrait-on toutefois affirmer est que, à l’époque, ils ont encore partagé l’illusion de pouvoir changer le régime… sans changer ses fondements idéologiques et institutionnels. Mais sur ce point également deux remarques plus nuancées s’imposent. Ces réformistes-révisionnistes de l’opposition, avec y compris Imre Nagy dont le parcours sur le plan des idées témoigne d’une évolution rapide vers le radicalisme, ont unanimement rejeté le maintien de l’ingérence soviétique et, seconde nuance importante, l’emprise du parti sur tout le système institutionnel et la société. Socialistes dans le sens marxiste, ils le sont probablement restés, mais s’opposant à sa dégradation en vulgate au niveau du discours et en totalitarisme au niveau du gouvernement des choses et des hommes.

19Dans ce sens le réformisme-révisionnisme nagyiste avait en fait dit le dernier mot de tout un courant, désormais submergé et dépassé même si le Printemps de Prague l’a fait revivre, littéralement le temps d’un été.

Notes

1 L’expression, venue plus tard, est associée au Printemps de Prague de 1968 de Dubcek ; Nagy, lui, ayant défini son réformisme, presque 15 ans avant Dubcek comme « un communisme qui n’oublie pas l’homme ».

2 Voir entre autres Imre Nagy, Un communisme qui n’oublie pas l’homme, préface de François Fejtö, Paris, Plon, 1957 ; Miklós Molnár et László Nagy, Imre Nagy réformateur ou révolutionnaire ?, Genève, Droz, 1959.

3 Voir ci-dessus la IIe partie du présent ouvrage, « La mort d’une société ».

4 Article publié en hongrois dans Irodalmi Ûjság (Gazette littéraire), Paris, 1987.

5 Voir mes ouvrages cités dans lesquels, tout en soulignant l’importance du rôle des intellectuels antistaliniens avant l’explosion révolutionnaire, j’en arrive à l’affirmation que le mouvement populaire avait balayé le premier par ses revendications plus radicales, antisoviétiques et anticommunistes.

6 Les autorités autrichiennes avaient exécuté environ 120 personnes à cause du rôle qu’elles avaient joué dans la guerre de 1848-49 ; environ 70 à 100 personnes ont été condamnées à la peine capitale et exécutées après la chute de la dictature du prolétariat en 1919 et, trente ans plus tard, 189 criminels de guerre et collaborateurs fascistes. Au total : environ 400. Voir Elek Fényes, Kisérletaz 1956-os forradalmat követö megtorlás námszerü felmérésére (Tentative d’estimation chiffrée de la répression suivant la révolution de 1956), in Magyar Füzetek, n° 17, Paris, 1986. Elek Fényes, de son vrai nom János Rainer, indique aussi que sous la terreur blanche, en 1919, plusieurs milliers de personnes ont été victimes d’exécution sommaire par des commandos d’extrême droite. Selon d’autres estimations, leur nombre était de 500 à 600, tandis que sous la terreur rouge de Béla Kun il y aurait eu 133 condamnés à mort exécutés et, en plus, entre 70 et 100 exécutions sommaires. Voir Péter Gosztonyi, “Magyar Golgota (La Golgotha hongroise), dans Irodalmi Ujság (Gazette Littéraire), n° 4, 1989. Selon les estimations de Gosztonyi, la répression sous le régime de János Kádár aurait fait entre 500 et 600 victimes.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable