Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

1. Le modèle insurrectionnel

Texte intégral

1Entre le mois de juin 1953 et les mois d’octobre-novembre 1956 la Hongrie avait été successivement le théâtre d’un premier élan de déstalinisation, d’un retour en force du stalinisme, d’une insurrection armée et d’une invasion soviétique qui finit par écraser cette première « révolution anti-totalitaire ».

2Beaucoup de bouleversements en relativement peu de temps, mais qui, loin d’être des phénomènes isolés, étaient les corollaires des changements, encore timides, du monde communiste post-stalinien. Immédiatement après la mort de Staline le 5 mars 1953, ses successeurs, notamment Malenkov, Khrouchtchev et, pendant les premiers mois Béria, rapidement éliminé et exécuté par ses rivaux, avaient pris les premières dispositions pour alléger le fardeau de l’héritage que leur avait laissé le tyran. Peu de temps après, le 16 juin 1953 eut lieu la première révolte contre les staliniens locaux, à savoir la révolte des ouvriers de Berlin Est. L’Europe centrale communiste allait ensuite connaître d’autres émeutes sanglantes, notamment à Poznan en été 1956, mais c’est l’insurrection d’octobre de la même année à Budapest qui porta au paroxysme la crise du système.

3Depuis cet événement jusqu’aux émeutes ethniques qui sont, au moins partiellement, d’une autre nature et qui secouent l’URSS de Gorbatchev, le « modèle insurrectionnel » des Hongrois est resté un phénomène unique. Il apparaît en quelque sorte comme la limite que les autres mouvements d’émancipation des peuples d’Europe de l’Est avaient évité de dépasser. Comme les peuples de la Tchécoslovaquie en 1968, au moment de l’invasion soviétique venue pour écraser le Printemps de Prague. Comme les Polonais de l’époque de Solidarnosc, au moment de la proclamation de l’état de guerre par le général Jaruzelski en décembre 1981.

4Phénomène unique donc, ce Budapest à feu et à sang d’octobre-novembre 1956 et que nous évoquons dans ces pages, mais qui s’inscrit dans la dynamique de l’évolution qui avait commencé immédiatement après la mort de Staline. Pour tracer un fil conducteur rappelons donc les faits, quitte à revenir au chapitre suivant sur certains caractères de l’ère des premières réformes qui avaient précédé, mûri et préparé l’explosion de l’insurrection d’octobre 1956.

5Avant même que la révolte de Berlin Est leur eut donné le signal d’alarme, les nouveaux dirigeants soviétiques se sentirent particulièrement inquiets du climat explosif régnant dans les pays satellites. Si bien qu’ils ont adressé des directives aux partis-frères au pouvoir dans le but de les amener à atténuer la tension moyennant allégements et réformes. Béria, mieux informé que ses pairs grâce aux services de renseignement sous sa direction, s’est montré le plus zélé comme nous apprennent les notes prises plus tard par Imre Nagy lors de ses premières rencontres avec la nouvelle « direction collégiale » du Kremlin. En fait, le parti hongrois avait déjà reçu des instructions dans ce sens, mais l’équipe dirigeante, avec à sa tête Mátyás Rákosi, n’y avait répondu que de façon évasive, sans entreprendre un train de mesures nécessaires.

6Cette réticence était à l’origine immédiate de la convocation à Moscou de Rákosi et quelques autres chefs du parti hongrois pour un entretien les 13 et 14 juin 1953 et qui aboutit à la nomination d’Imre Nagy au poste de président du Conseil des ministres et au « programme de juin » qui fut ensuite présenté au Parlement le 4 juillet suivant. Entre temps, le 16 juin, la révolte des ouvriers de Berlin avait encore démontré le bien-fondé des inquiétudes du Kremlin et le caractère dramatique de la situation dans les démocraties populaires, notamment en Hongrie.

7Le « programme de juin » avait donc été inspiré et imposé par Moscou de même que la personne d’Imre Nagy qui, quoique revenu également de l’émigration moscovite, occupa jusqu’alors une position de seconde ligne et avait subi une période de disgrâce à la fin des années 1940 en raison de son opposition à la collectivisation forcée de l’agriculture. Après les entretiens d’été 1953 au Kremlin, commença ainsi pour Nagy une trajectoire de vie aussi extraordinaire que tragique de cinq ans, se terminant à l’échafaud. Il avait d’abord été pendant plus d’un an et demi le premier chef de gouvernement réformiste dans le monde communiste, il fut ensuite éliminé du pouvoir et même exclu du parti par le groupe stalinien de Rákosi, à nouveau, après plus d’un an et demi de « traversée du désert », réadmis au parti en octobre 1956, puis promu d’urgence chef de gouvernement au moment dramatique de l’éclatement de l’insurrection du 23 octobre, capturé ensuite par les Russes et déporté en Roumanie après l’écrasement de l’insurrection avec laquelle il a refusé de se désolidariser… Il passa en prison, à Budapest, la dernière année de sa vie pour être pendu, sous le régime de János Kádár, le 16 juin 1958. Il reçut enfin, 31 ans après son exécution, l’hommage ému du peuple hongrois lors de son enterrement solennel à Budapest…

8Le premier ministre réformiste de 1953 était loin de se douter d’une telle destinée. Il lutta près de deux ans contre les staliniens de son parti pour amener les réformes promises. Malgré l’hostilité de ses adversaires, il réussit à les réaliser comme nous le verrons plus loin dans cette étude, sur une vaste échelle avant son élimination. Et, surtout, pendant ce laps de temps, la société s’est réveillée… Pendant son exercice de chef de gouvernement et peut-être plus encore pendant sa disgrâce de 1955 à 1956, Imre Nagy, le communiste réformateur, est devenu l’homme politique le plus populaire. A tel point que c’est lui qu’acclama la foule le 23 octobre 1956 lors de la gigantesque manifestation qui devait se transformer en insurrection.

9Ce réveil de la société avait toutefois été au départ, plutôt un sursaut et ensuite une révolte des élites. Certes l’opinion publique de la majorité silencieuse souhaitait le succès de Nagy, mais le conflit ouvert s’est déroulé dans le vase clos de l’intelligentsia. Hormis un tout petit groupe au sein de l’élite politique, c’étaient essentiellement les écrivains, les artistes, les enseignants qui avaient appuyé la politique réformiste et qui menaient le combat contre les dirigeants staliniens et leur puissant appareil. Toujours est-il que derrière le combat d’avant-garde des intellectuels toute la société civile s’est redressée pour partir à l’assaut, le moment venu, contre les bastions du totalitarisme. D’autant plus que, après une période d’un an et demi de gouvernement réformiste pendant lequel les torts causés par le stalinisme avaient commencé à être réparés, il était insupportable pour l’opinion publique d’assister sans réagir au retour de ce même stalinisme en la personne de Mátyás Rákosi.

10A cette maturation psychologique vint s’ajouter toute une série de détonateurs politiques. Il suffit de les rappeler brièvement tellement ils sont connus. En 1955, peu après l’élimination d’Imre Nagy, s’est produit la spectaculaire réconciliation de Khrouchtchev avec Tito. Bien que l’influence réelle du « titisme », de la « voie yougoslave », ait été minime en Hongrie (et même dans les milieux réformistes proches de Nagy), la rencontre de Belgrade, prenant l’allure d’un Canossa, donna le signal : malgré l’éviction de Malenkov en URSS, malgré la chute de Nagy en Hongrie, malgré aussi la mise sur pied du Pacte de Varsovie le train réformiste lié de plus en plus au nom de Khrouchtchev, continuera son chemin. Sans doute, cependant, le XXe congrès du PCUS fut le détonateur et l’accélérateur le plus puissant. Les révélations sur Staline au XXe congrès déclenchèrent en Hongrie, comme en Pologne et dans la plupart des pays et partis communistes, un mouvement irréversible de renouveau. Son élan fut certes ensuite plus d’une fois brisé tant en URSS qu’ailleurs, mais jamais totalement arrêté. Le véritable post-stalinisme avait commencé, avec les hauts et les bas qu’on connaît, pendant plus de 30 ans, faisant sortir de sa torpeur la société civile d’Europe centrale.

11L’étincelle qui avait ensuite fait jaillir la flamme à Budapest est apparue sur le ciel polonais. L’avènement de Gomulka au pouvoir est relaté au chapitre suivant de cet essai. Quant à la scène qui s’est déroulée à Budapest le 23 octobre, quelques jours après celle de Varsovie, elle avait été initialement une démonstration de sympathie pour la Pologne. Mais cette démonstration, amenant dans la rue 300 000 personnes selon les estimations, s’est transformée en insurrection.

12Le récit des événements déborderait le cadre de cet ouvrage. Nous en retenons ici seulement quelques faits prégnants.

13La société, si longtemps privée de moyens d’expression, avait ici « voté » par les armes, et plus encore par la solidarité totale avec les insurgés, pour un renouveau du pays. Un renouveau dépassant presque immédiatement le programme réformiste de 1953, mais pas pour autant la tendance de l’opposition antistalinienne et son chef Imre Nagy qui sont restés un composant majeur de cette révolution de 13 jours. Tout comme à Budapest au niveau gouvernemental ainsi que dans la presse et dans la rue, dans les provinces également une multitude de tendances politiques et d’associations sociales a émergé. Et partout, dans les usines comme dans les quartiers, dans les chefs-lieux départementaux comme dans les villages, deux revendications avaient dominé la scène : celle de l’indépendance nationale à la faveur du retrait militaire soviétique et de la dénonciation du Pacte de Varsovie et celle de l’auto-gouvernement économique, administratif et social.

14Imre Nagy, sans doute plusieurs fois en retard avec ces décisions, finit par regagner la confiance qu’il avait perdue par ses atermoiements durant les premiers jours et forma un gouvernement pluraliste, et réussit à consolider la situation. Après une première semaine confuse et houleuse, la Hongrie connut une petite semaine de calme ainsi que l’immense espérance d’entrer dans une époque nouvelle de liberté, d’indépendance et de démocratie. C’est dans ces circonstances que se produisit le volte-face soviétique et l’invasion du pays, à l’aube du 4 novembre 1956, par plusieurs divisions de chars.

15Malgré la résistance des forces armées et la déclaration de Nagy à la Radio que les troupes soviétiques venues attaquer le gouvernement démocratique légal du pays avaient « le but évident de le renverser », rien ne put empêcher la fin.

16La révolution hongroise avait soulevé dans tout le monde libre une vague de sympathie et la condamnation politique et morale de l’intervention soviétique. Elle était aussi, jusqu’à la fin des années 1980, objet de controverses. De controverses idéologiques bien sûr, mais aussi historiques et sociologiques quant à sa nature, sa « stratégie » (pour autant qu’on puisse utiliser cette expression pour une insurrection et une révolution spontanée de 13 jours) et ses chances de succès dans un monde partagé, et opposé à l’une des superpuissances qu’est l’Union soviétique.

17Passons en revue quelques-unes de ces questions.

18A l’échelle d’un pays entier, c’est l’insurrection hongroise de 1956 qui tenta, pour la première fois, de mettre fin par les armes à l’occupation russe et à un pouvoir communiste installé par Moscou. Une révolution à la fois nationale, politique, anti-totalitaire et sociale aux yeux de l’immense majorité de la population avec y compris l’opposition communiste anti-stalinienne. Une contre-révolution aux yeux des inconditionnels du régime communiste.

19Cette antinomie sémantique s’explique d’une part par les valeurs dont les mots révolution et contre-révolution sont chargés, mais elle traduit aussi la situation historique concrète en Hongrie au moment des événements. Tandis qu’en Pologne, quelques jours à peine avant la montée de Gomulka, le pouvoir avait pu canaliser le mouvement populaire vers un compromis et éviter donc la polarisation, ne fut-ce que momentanément, en Hongrie celle-ci devint fait accompli en l’espace d’une nuit, du 23 au 24 octobre 1956. Le pouvoir s’est retranché derrière la barricade à la fois réelle et symbolique de ses forces armées (insuffisantes) et des blindés soviétiques appelés à la rescousse. Il se pourrait, comme l’avait écrit Raymond Aron, que 24 heures plus tôt la nomination d’Imre Nagy, un communiste « révisionniste », aurait pu produire le même effet apaisant à Budapest que celle de Gomulka à Varsovie, mais avec l’entrée des chars une telle opération de compromis n’avait que des chances infinitésimales. Nagy, certes, l’a tentée et a réussi en apparence. Après quatre jours d’atermoiement (que l’on peut considérer comme une erreur) il amena, en reconnaissant le bien-fondé de l’insurrection, le cessez-le-feu et, dans un deuxième temps, le compromis politique recherché grâce à la formation d’un gouvernement de coalition.

20Sur le moment, ces décisions ont été prises d’entente avec le parti communiste (avec à sa tête son nouveau premier secrétaire János Kádár) et les dirigeants soviétiques ; après coup, on les a portées en actes d’accusation contre Nagy et ses amis politiques, membres de l’opposition anti-stalinienne au sein du parti. Dans ce processus de réinterprétation des événements par les officiels du parti réinstallé grâce à une seconde intervention soviétique (le 4 novembre) l’insurrection devint synonyme de contre-révolution et la seule action médiatrice, celle de Nagy, complot.

21La volte-face vint, bien entendu, de Moscou. C’est le pouvoir soviétique qui décida, probablement le 31 octobre, de crever l’abcès.

  • 1 « Il [le gouvernement soviétique] est prêt à discuter avec les pays membres du Pacte de Varsovie de (...)

22Dans la logique du pouvoir soviétique, cette décision n’a rien de surprenant. Le Kremlin voyait clairement la situation de cette façon. Les concessions accordées aux Hongrois avaient mis ce pays (avec le danger de contamination des autres pays du bloc) sur une trajectoire que les appareils communistes ne pouvaient plus contrôler. Le retrait des troupes soviétiques et la promesse de renégociation des dispositifs du traité de Varsovie1 avaient laissé le parti communiste hongrois sans moyens pour s’imposer et cela d’autant plus que ce dernier se trouvait déjà en position d’acteur, certes important, mais minoritaire dans le gouvernement de coalition ainsi que dans les comités nationaux, les conseils ouvriers, la presse, les forces armées. D’acteur unique, doté des moyens de son pouvoir, il est donc devenu l’un des acteurs d’une partie à plusieurs joueurs. D’emblée les règles du jeu changèrent, un simple retour en arrière sans cassure étant devenu impossible.

23A cet endroit du récit, une précision sur le caractère de l’insurrection est nécessaire quoiqu’il s’agisse d’un fait connu. Les insurgés des premiers jours n’étaient pas nombreux. Nous les avons évalués dans un ouvrage précédent à quelque deux mille ; chiffre qu’il faut certainement réviser à la hausse, il n’est pas néanmoins question de les estimer à plus de quelques milliers. Ça n’était pas « le peuple en arme ». Mais cette révolte était une arme au moment où, précisément, « la critique des armes se substitue à l’arme de la critique ». S’il est un moment de l’histoire où « le pouvoir est dans la rue » et où il est ramassé par toutes les composantes de la société civile, à la seule exclusion de la société politique de l’establishment, c’était bien l’Octobre hongrois. On l’a déjà dit, il est vrai, à propos du caractère pan-national de la révolution hongroise. Il s’agissait là non seulement de reconquérir la dignité d’une nation, mais aussi la liberté de la société de « travailler sur elle-même » pour reprendre une fois de plus cette expression de Tocqueville à propos de la démocratie. Le recours au « modèle insurrectionnel » (il est inutile de dire que personne à Budapest n’a cru agir selon un modèle quelconque si ce n’était celui de 1848) était ainsi l’expression la plus exacerbée de la volonté de reconquérir la dignité comme condition humaine. Grâce au soutien sans réserve de la population, le bras armé de la révolution était, et est resté tout au long des événements, un facteur politique de première importance et même un facteur militaire qu’il fallait prendre en considération. Aucune pacification n’était en fait possible sans jeter en ligne des forces massives. Pour rétablir l’ordre ou « normaliser » la situation, selon l’optique soviétique, il fallait le réduire à néant au prix d’une attaque en force contre la capitale hongroise et que les dirigeants soviétiques hésitèrent à entreprendre. Ou bien alors il fallait composer avec les insurgés pour gagner du temps ou, pourquoi pas ? pour de bon.

24Etait-ce ainsi que les maîtres du Kremlin avaient perçu la situation ? A vrai dire nous ne le savons pas ; le seul, et donc insuffisant, témoignage de l’intérieur du groupe décisionnel, celui de Khrouchtchev, ne donne d’autre idée de cette perception que l’idée du désarroi et de la confusion. Qu’elle qu’ait été cependant la perception des choses, résultant de l’abandon du parti hongrois à la dérive, il n’y avait pour Moscou que trois scénarios possibles :

  1. Plier bagage en laissant la Hongrie se « finlandiser » ;

  2. Repartir – non pas de zéro ! – de la base d’une coalition limitée, susceptible de se plier au contrôle communiste et finalement absorbée par celui-ci, comme cela s’est produit après la guerre. Ça aurait été un recul provisoire ;

  3. Rétablir le statu quo par une intervention armée massive et décisive.

25Nombreux sont ceux qui pensent que le premier scénario n’a jamais été envisagé par Khrouchtchev bien que quelques informations, notamment aux archives du Foreign Office, laissent planer l’incertitude. Il n’est donc pas exclu qu’à ce moment, juste avant la décision finale, certains dirigeants soviétiques aient envisagé l’abandon pur et simple de la partie contre la garantie « modèle finlandais » de la Hongrie de s’abstenir de toute activité hostile vis-à-vis de l’Union soviétique.

26Mais c’est peu probable. Avec un premier ministre communiste à la tête du gouvernement révolutionnaire, Moscou pouvait envisager de garder une position plus forte en Hongrie qu’en Finlande. Le deuxième scénario, par conséquent, paraît plus vraisemblable. Pendant quelques jours la situation hongroise ayant semblé « réversible » au prix, déjà concédé, du pluralisme contrôlé, une partie des dirigeants soviétiques pouvaient, après ce recul, envisager une « reconquête » graduelle.

27Pourquoi, alors, le choix du troisième scénario, celui de casser le mouvement ?

28Certains commentateurs l’attribuent à la surenchère des revendications populaires ainsi qu’à la faiblesse d’Imre Nagy qui leur a cédé, notamment sur les plans du pluralisme politique et du statut du pays au sein du pacte de Varsovie, pacte qu’il avait fini par dénoncer. Les soviétiques, outrés, auraient alors perdu patience.

29Cette interprétation a plus d’un défaut. La dénonciation du Pacte est intervenue à un moment où Moscou avait déjà opté pour le « troisième scénario », à savoir l’intervention massive, ne laissant à « l’acteur hongrois » (toutes tendances réunies) que l’alternative de l’abandon de la partie ou d’un acte désespéré de résistance. Douze ans plus tard, les dirigeants tchécoslovaques ont opté pour le premier terme de l’alternative ; en 1956, les Hongrois, pour le second. Les Tchécoslovaques en ont retiré l’avantage de diminuer les sacrifices immédiats ; les Hongrois une certaine satisfaction morale et, peut-être, une meilleure position comme point d’un nouveau départ.

  • 2 Dans un compte rendu du journal Le Monde de mon livre sur 1956, Victoire d’une défaite, André Fonta (...)

30Quant au choix de Moscou pour le « troisième scénario », quelques rares documents permettent de le fixer à la date indiquée du 31 octobre. Entre autres les Souvenirs de Khrouchtchev qui relatent également le changement de position des Chinois représentés par Liou Shaotchi venu à Moscou, et les mémoires de l’ambassadeur yougoslave, Veljko Micunovic, Journées de Moscou. L’interprétation des actes et des paroles d’Imre Nagy, acculé et proclamant la sortie du Pacte et la neutralité, permet de confirmer les deux sources : le tournant est intervenu à Moscou bel et bien le 31 octobre, l’encre à peine sèche sur le document du 30 octobre préconisant des négociations et non pas l’intervention2. D’autres éléments, dont l’observation des mouvements de troupes soviétiques, corroborent la même thèse. Pour certains commentateurs, il est vrai, les gestes d’apaisement soviétiques antérieurs à la décision finale n’auraient été que ruse.

31Attendu que les hostilités à Suez leur avaient déjà facilité la tâche et que les Américains leur auraient donné le feu vert, l’action de reprise en main était décidée. Que ces facteurs aient joué aussi un rôle dans la décision finale nous paraît, à nous aussi, quasiment sûr. Il n’empêche que l’hypothèse basée sur les trois scénarios nous semble plus plausible.

32Quoi qu’il en soit, cette décision, prise un jour plus tôt ou un jour plus tard, sonna le glas du « modèle insurrectionnel ». Si bien que depuis lors aucun mouvement d’opposition, avec y compris le mouvement Solidarnosc ne l’a tenté. Le cas de la résistance afghane repose sur des données foncièrement différentes aussi bien concernant ses origines que son déroulement.

33Echec donc, échec escompté d’avance pour tout mouvement insurrectionnel contre la domination soviétique en Europe de l’Est ? Les données peuvent sans doute changer, mais toutes choses égales et dans un avenir prévisible, cela est probablement le cas. Il n’est que d’autant plus intéressant de constater que les mouvements oppositionnels ont, depuis, jeté par dessus bord non seulement le « modèle insurrectionnel », mais aussi l’un des autres modèles d’action possible, à savoir le « révisionnisme » qui pourrait être considéré comme son antipode.

Notes

1 « Il [le gouvernement soviétique] est prêt à discuter avec les pays membres du Pacte de Varsovie de la question des troupes soviétiques stationnant sur les territoires de la Hongrie, de la Roumanie et de la Pologne... » lit-on dans la déclaration du 30 octobre diffusée par Radio-Moscou et publiée dans la presse le lendemain. On y lit aussi que le gouvernement soviétique admet la nécessité de l’accord du pays concerné pour le stationnement de ses troupes et déclare à l’adresse de la Hongrie qu’il avait donné l’ordre d’évacuer Budapest et « est prêt simultanément, à ouvrir des pourparlers avec la République populaire hongroise et les autres pays membres du Pacte de Varsovie » au sujet des troupes. Voir La révolution hongroise publiée par Melvin J. Lasky et François Bondy, Paris, Plon, 1957, pp. 135-136.

2 Dans un compte rendu du journal Le Monde de mon livre sur 1956, Victoire d’une défaite, André Fontaine fit remarquer que la déclaration citée contient une mise en garde contre le danger d’exploitation de la situation par « les forces de la réaction et de la contre-révolution » que l’auteur n’avait pas prise en considération. Cette remarque est pertinente. La mise en garde soviétique servit ensuite d’argument pour justifier l’intervention.