Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

III. Entre reforme, révolution et normalisation : les modèles d'action

Introduction

Texte intégral

1A la mort de Staline, les pays d’Europe de l’Est semblaient avoir achevé le processus de stalinisation. En moins d’une décennie, les partis communistes, minoritaires et dans la plupart des cas sociologiquement insignifiants, ont imposé l’idéologie du marxisme-léninisme, le système du parti unique, l’économie planifiée et la dictature exercée au nom du prolétariat. La société civile se trouvait à la merci d’un système d’encadrement vertical, contrôlé par le pouvoir central de l’Etat-Parti. Sous les décombres des cadres de ses activités traditionnelles, elle s’est réfugiée en une sorte de clandestinité spirituelle et culturelle. Rien ou presque n’a été épargné. Et même après le décès de l’autocrate, le système mis en place demeura inchangé. Les opposants ainsi que les ennemis imaginaires du régime continuaient à purger leurs peines, l’Eglise du silence à se taire (le cardinal Wyszynski fut mis en état d’arrestation en septembre 1953, six mois après la mort de Staline), la population à végéter.

2L’Union soviétique connaissait certes elle-même de graves difficultés, tantôt visibles, tantôt occultées. L’héritage était trop lourd pour être supporté par les successeurs de Staline sans qu’ils tentent d’en alléger le fardeau en attribuant toute la responsabilité au « culte de la personnalité ». Une première brèche fut ainsi ouverte et ensuite élargie par le XXe congrès du PCUS dans le célèbre discours secret de Khrouchtchev.

3Toutefois il aurait été imprudent et, en tout cas, prématuré d’émettre des doutes sur la stabilité du système soviétique. Après les secousses subies pendant l’ère Khrouchtchev, il s’est en fait restabilisé en réprimant toute velléité d’opposition ou de réformisme aussi bien à l’intérieur que dans sa zone d’influence est-européenne. « L’ordre de Yalta » semblait inébranlable, ne fut-ce qu’au prix des « normalisations » qu’on sait. Il est entré dans la conscience collective mondiale à tel point que les tentatives d’évasion suivies de répression n’ont fait, tout en soulevant des vagues d’indignation dans l’opinion démocratique, que renforcer l’idée de la pérennité de la puissance soviétique et de sa domination est-européenne. Et l’audace des révoltés passait souvent en même temps pour un manque de réalisme ou une exagération. La science politique scrutait : « jusqu’où pouvait-on aller ? », où étaient les « limites à ne pas franchir » vis-à-vis de la patience de Moscou ?

4La perception de la réalité était toute différente dans « l’autre Europe », en particulier en Europe centrale. Sans une autre vision de la réalité quotidienne et des perspectives d’avenir, celle-ci n’aurait pu être le théâtre d’un mouvement de contestation et de recherche d’alternative sans cesse renouvelé. Un mouvement certes en ordre dispersé, facilitant à la puissance soviétique la remise des pendules à l’heure. A l’heure de Moscou bien sûr, à la seule exception du réformisme de Kádár qui, pendant 20 ans, avait pu poursuivre une expérience singulière. Mais le modèle soviétique n’était plus, comme auparavant, un modèle véritablement uniforme dans tous les pays de la région. Pas plus la recherche d’issues, entreprise par le haut ou venue d’initiatives de la société.

5L’objectif de ces pages n’est pas et ne saurait être, en raison de l’ampleur du sujet, d’écrire l’histoire de ces décennies. Car, en ce qui concerne l’Union soviétique, cette période post-stalinienne est aussi longue que les 35 ans de règne de Lénine et de Staline. Autant pour les démocraties populaires passées sous la domination soviétique. Malgré la relative stabilité des équipes dirigeantes, surtout au niveau du poste du premier secrétaire, la variété des personnalités, des styles de direction et des politiques mises en œuvre rendrait impossible l’effort d’embrasser à la fois l’histoire politique et l’évolution de la société vis-à-vis du pouvoir pendant 35 ans, ne serait-ce que dans les deux pays choisis. Il sera par conséquent question dans ce chapitre des plus importantes tentatives de changement qui avaient lieu séparément en Pologne et en Hongrie depuis la disparition de Staline, avec en plus, le Printemps de Prague de 1968 en Tchécoslovaquie. L’adjonction de ce dernier sujet a paru indispensable non seulement à cause de son importance intrinsèque, mais aussi parce que la comparaison de l’exemple tchécoslovaque avec ceux de la Pologne et de la Hongrie éclaire singulièrement ces derniers.

6Le chevauchement chronologique des événements présentés était inévitable. Pendant qu’en Pologne trois « régimes » se sont succédés, la Hongrie était passée d’une brève révolution violente à une longue période marquée par le style de direction d’une personne, János Kádár. Quant à l’inversion de l’ordre chronologique plaçant l’insurrection hongroise de 1956 avant le réformisme d’Imre Nagy de 1953-1955, elle peut gêner le lecteur : nous ne pouvons qu’espérer que la nécessité logique de l’analyse puisse dissiper cet inconvénient.