Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

II. La mort d'une société

5. Église et école sous la chape

Texte intégral

1Parti à la conquête intégrale de la société, le parti communiste s’est assigné une tâche à la fois inhumaine et surhumaine : la conquête des âmes. Peut-être un autre terme, mieux admis et plus courant parce qu’émanant des démiurges, des dieux architectes du nouvel Univers eux-mêmes, à savoir la formation de « l’homme nouveau » exprime-t-il plus clairement cette ambition démesurée.

2Les sociologues du phénomène communiste ont tôt fait de découvrir cette dimension de la nouvelle religion qui en a amené quelques-uns à lui donner la figure de Prométhée ou de l’archange brandissant l’épée flamboyante de la nouvelle foi laïque. En un mot, le côté prométhéen, messianique, millénariste, utopique du communisme n’a jamais cessé de fasciner les esprits même après que, descendu sur terre, l’archange avec sa carte du parti se soit révélé la créature dérisoire d’une prétention intellectuelle des plus orgueilleuses et des plus destructives.

  • 1 Sa thèse portait sur la différence entre la philosophie de la nature de Démocrite et d’Epicure.
  • 2 Franz Mehring, Karl Marx, ch. 2.

3Marx s’y est donné avec certes la prétention scientifique qu’on lui connaît, mais avec une certaine modération que lui avait imposée sa propre critique des socialismes dits utopiques ainsi que sa connaissance des limites et de la fragilité de toute entreprise humaine. L’ancien thésard, encore idéaliste néo-hégélien de Jena, s’intéressant à la philosophie de la conscience, exaltant la liberté intérieure de l’individu ainsi qu’à celle de la nature de Démocrite et d’Epicure1, se souvenait du dicton que c’est la démesure que punissent les dieux. Et aussi de ce que le non-sens d’Epicure selon lequel les atomes tombent en déclinaison représente la libre volonté de l’homme de s’écarter de la ligne de chute verticale déterminée par la nature ; la libre volonté comme qualité de l’homme ravie au destin2.

4En tout cas, ce n’est pas Marx qui s’imaginait changer la mentalité des hommes grâce au déferlement de hordes « d’agit-prop » ânonnant des phrases stéréotypées sur l’homme nouveau et les lendemains qui chantent.

5La punition des dieux s’est réalisée précisément par la banalisation du message prométhéen. Les qualités de l’homme nouveau devant se matérialiser dans un comportement social conformiste réglementé… sans déclinaison possible. La tentation de l’absolu a cédé sa place à une misérable entreprise d’endoctrinement ou, pire, de dressage. A l’alignement forcé des hommes sur une idéologie dégradée au niveau du code de la route. Le parti y tient, sans y croire, parce que cette réglementation lui assure, outre le pouvoir sur les choses, le pouvoir sur les hommes.

6La méthode d’opération est certainement très complexe, et ne manque pas parfois de subtilité. Mais l’instrument principal en reste invariablement la contrainte, avec tout ce qu’elle comporte de monotonie. L’Etat-Parti exproprie, confisque d’abord tous les moyens matériels d’expression et de diffusion d’idées contraires à son message. Dans un pays appartenant par tradition à la chrétienté occidentale et à majorité paysanne, sa cible principale est naturellement l’Eglise. Plus elle est unie et dotée d’ascendance, comme l’Eglise catholique polonaise, et plus le combat contre elle sera difficile, imposant des concessions et des compromissions, et en même temps d’un intérêt vital pour le parti.

7Nous avons relevé quelques-unes des mesures de spoliation et de restriction contre l’Eglise de Pologne, mais aussi la prudence des autorités et le ménagement dont elle avait été l’objet pendant une période plus prolongée que n’avaient été les églises en Hongrie, de même d’ailleurs qu’en Tchécoslovaquie. Dans ces derniers pays en effet, la puissance de l’Eglise catholique était moins redoutable qu’en Pologne.

  • 3 Bohdan Cywinski, Il secolo della difficile prova. Le radici dellidentita, Roma, CSEO, 1983, p. 154

8En Bohême et en Moravie, environ un quart de la population appartenait soit à d’autres églises (hussite, évangélique, juive) soit s’est déclaré sans confession. Mais aussi parmi les 7,1 millions de catholiques, les non-pratiquants constituaient la grande majorité déjà avant la guerre ; la moitié des enfants ne fréquentait pas le catéchisme ; 1 100 sièges pastoraux étaient vacants, le nombre des séminaristes s’élevant à quelque 100 à 120 personnes3.

9Les catholiques slovaques, plus nombreux et plus ardents, constituaient, avec y compris les catholiques grecs, environ 80 % de la population, le reste ayant été en majorité luthérien.

  • 4 Il lui restait 55 000 ha. Donáth, pp. 182-183.

10Quant à la situation de l’Eglise catholique de Hongrie, elle était, plus simple, à mi-chemin entre celle de la Pologne et les églises tchécoslovaques d’importance moyenne. Privée, grâce à la réforme agraire, des 9/10 de ses immenses domaines, 436 000 ha., d’une partie de ses éditions, l’Eglise catholique hongroise (65 %) demeurait encore riche et influente4. Sa puissance demeurait cependant limitée, après comme avant la guerre, par celle des autres églises (21 % de protestants calvinistes, 6 % de luthériens, 5 % d’israélites, 3 % diverses) de même que par son propre conservatisme.

11Les églises, sans être une proie facile, furent donc attaquées de front dès la saisie du pouvoir : écoles étatisées, ordres religieux dissous, campagne lancée contre la réaction cléricale. L’Action catholique fut dissoute. De l’importante presse catholique (deux journaux, 18 hebdomadaires, 25 revues) il ne restait qu’une revue.

12Les autres églises subirent, proportionnellement le même sort. Après avoir brisé leur puissance séculaire, il était question maintenant de briser leur puissance spirituelle, réduire et contrôler, pour commencer, leur mission pastorale, autant de mesures que l’Etat polonais n’a pas osé entreprendre avant les années 1950 et jamais jusqu’au point d’engager une épreuve de force décisive.

  • 5 Magyarország története, op. cit., p. 768.

13En Hongrie en revanche, la bataille anticléricale et antireligieuse battait son plein dès 1948 avec la sécularisation de 6 505 écoles, les concordats qui fonctionnarisèrent les ecclésiastiques5 et enfin la répression policière pure et simple. A commencer par le cardinal Mindszenty suivi d’autres prélats et évêques protestants, les chefs des églises in terribus infidelibus ont été traduits devant le tribunal et condamnés à l’issue de procès scandaleusement truqués. Des milliers de prêtres, religieux et religieuses les ont suivis dans les prisons et les camps d’internement.

14Dans le même temps, sous la pression et l’intimidation, les fidèles ont délaissé le culte, n’osaient pas se marier à l’église, faire baptiser leurs enfants ou les envoyer au catéchisme. L’église du silence vivait ses années les plus douloureuses.

15Une situation qui, finalement, n’arrangeait rien, la persécution rendant le régime encore plus odieux et la religion plus consolatrice dans la misère que dans les temps heureux. Petit à petit, les puissants de ce monde finirent par se rendre compte que la profanation du sentiment religieux était une arme à double tranchant et qu’il leur était plus profitable de chercher des compromis.

  • 6 Outre les hautes écoles de théologie l’Eglise catholique garde huit gymnases (accord du 30 août 195 (...)

16Le temps des épreuves était néanmoins long et dur tout comme celui de la négociation des concordats, et davantage encore des « arrangements » pratiques, laborieux. Il serait malavisé et prématuré de tenter d’en tirer un bilan, mais les événements postérieurs semblent néanmoins montrer qu’il y avait là une impasse. Les Eglises, l’une après l’autre, finirent par s’incliner devant la force moyennant les maigres concessions et subsides de l’Etat qui leur a permis de poursuivre leur activité pastorale et même culturelle dans des limites imposées. Réduite littéralement à la portion congrue, la hiérarchie ecclésiastique semblait s’y accommoder. Faute de mieux, bien sûr – il s’agissait d’assurer la survie de son ministère. Les églises n’ont pas été désaffectées, l’on y administrait le culte, la communion, les sacrements. Quelques séminaires continuaient aussi à fonctionner : la vocation ecclésiastique n’est pas éteinte. Subsistent aussi quelques écoles prestigieuses : piaristes, bénédictaines, calvinistes6. Plus tard, le dégel aidant, le nombre des fidèles pratiquants s’accrut de même que celui des enfants catéchisants. Sans trop anticiper, notons aussi que sous le régime Kádár se montrer le dimanche à l’église redevint une sorte de geste subsidiaire aux statut et prestige sociaux.

17Il nous paraît cependant impossible de juger si le prestige des églises s’en est trouvé également accru. Aux yeux de nombreux croyants en tout cas, l’Eglise « officielle » s’est trop inféodée au régime et ne remplissait plus avec suffisamment d’autorité morale sa mission sacrée.

18Quant au gouvernement, cette perte de prestige lui était sans doute bienvenue malgré une certaine revitalisation – mais en même temps banalisation – des cultes. Une façon de gagner la bataille contre l’obscurantisme et la mystique religieuse. Il n’est pas sûr cependant que la soif du sacré ne ressurgisse un jour car ni les mesures administratives, ni la répression, ni les concessions et les concordats avec la hiérarchie ne peuvent la tarir.

  • 7 Cité d’après Z. Fijalkowski, Kościót katolicki na ziemiach polskich w latach okupacji hitlerowskiej (...)
  • 8 Wspomnienia Wandy Wasilewskiej 1939-1944, Archiwum Ruchu Robotniczego, (Mémoires de Wanda Wasilewsk (...)

19« L’Eglise restait toujours en réserve en tant qu’ultime bastion du nationalisme polonais tant qu’il subsistait d’autres centres actifs. L’Eglise constitue pour la conscience des Polonais le point central de ralliement, un point qui rayonne sans discontinuer en silence et remplit pour ainsi dire la fonction de l’éternelle lumière »7. Ces paroles extraites du Journal de Hans Frank, le régent du Gouvernement général qui répondait directement de Hitler, montrent que même aux yeux de celui qui devait l’anéantir et qui ne saurait être soupçonné de complaisance pro-polonaise, l’Eglise catholique avait une autorité et un pouvoir indéniables. De même à l’orée de la guerre, le Décret du PKWN du 6 septembre 1944 n’englobe pas dans son projet de réforme agraire les biens de la main morte et cela « grâce » à l’intercession de Staline en personne et au grand étonnement des communistes polonais eux-mêmes pour « ne pas provoquer une grande indignation et qu’il ne fallait pas commencer par là »8. Aux yeux de celui qui était virtuellement le maître incontesté de ce côté-ci de l’Europe, en vertu des accords de Yalta, l’Eglise catholique semblait un partenaire à ménager.

20Cette autorité, cette intégration de l’Eglise à la nation remonte aux partages, où elle fut le refuge de la polonité face au Kulturkampf de Bismarck d’une part et aux persécutions des Tsars de l’autre. Dans la Russie orthodoxe tout comme dans la Prusse protestante, être catholique signifiait être polonais.

21Vers la fin de l’entre-deux guerres, une Eglise privilégiée face aux allogènes, renforcée par le Concordat de 1925 sut bloquer à la Diète des lois lésant ses intérêts – (comme celle sur le mariage civil, qui ne devait passer que le 25 novembre 1945 dans un décret promulgué par les communistes) et cela malgré un fort mouvement de laïcisation. Une Eglise aussi, où le nombre d’évêques aux noms plébéiens devenait dominant – à l’inverse de l’Eglise de Hongrie. Durant la guerre, sous la houlette du Cardinal Sapieha, prince de l’Eglise et aristocrate, intraitable face à l’occupant et qui remplaçait le cardinal Primat August Hlond absent puis interné en Allemagne, cette Eglise sut partager avec ses fidèles les vicissitudes de l’occupation et de la résistance, avec ses centaines d’aumôniers militaires de l’AK et dont le futur primat Wyszyński devait être.

  • 9 Pertes de guerre de l’Eglise entre 1939-1945 : 7 évêques, 1837 prêtres, 63 clercs, 289 prêtres et 2 (...)

22Tout comme ses fidèles, elle en sortit éprouvée mais son autorité intacte, en septembre 1939 le clergé diocésain comptait 10 017 prêtres, 2 158 disparurent dans les camps, en déportation, sur le champ d’honneur. Il faudrait ajouter près de 20 % encore rendus inactifs par la maladie ou l’infirmité9. Le nouveau dessin des frontières lui fit perdre 40 % de ses terres, des lieux de culte, désorganisa sa structure diocésaine.

  • 10 La situation de l’Eglise catholique en 1945, Documentation Catholique, vol. L, 1953, col. 1194.

23Pourtant, au lendemain de la guerre, elle déploie une activité intense sur le plan scolaire, éducatif et hospitalier. A titre d’exemple elle fonda 135 écoles primaires, 59 lycées, 111 écoles professionnelles et 722 maternelles. Son œuvre sociale englobait 215 internats, 252 orphelinats et 274 hôpitaux10. Sa presse était florissante ainsi que ses éditions.

24Son poids devient nécessaire, paradoxe entre tant d’autres, aux communistes eux-mêmes qui attendent son aval au sujet « des nouveaux territoires ». Exigence excessive dans son impatience et qui entraînera le premier pas des hostilités du pouvoir : la rupture unilatérale du Concordat de 1925. Néanmoins, elle était indispensable pour le renouveau moral du pays et pour limiter une guerre civile larvée, non sans qu’on lui fasse sentir qui était le maître véritable en promulguant en novembre 1945 la loi sur le mariage civil et en la harcelant dans ses forces vives et sapant son autorité morale. Autre paradoxe, tout en se démarquant clairement du communisme, matérialiste et athée, c’est son ouverture vers une sui generis cohabitation, bravant en cela le Saint Siège tout aussi bien qu’une partie de la hiérarchie catholique tant en Pologne qu’à l’étranger.

  • 11 cf. K. Pomian, Pologne : Défi à l’impossible ? De la révolte de Poznań à Solidarité, Ed. Ouvrières, (...)
  • 12 Przemówienie ksiedza kardynala A. Hlonda na Akademii ku czci Chrystusa Króla w Poz-naniu : Kościól (...)

25Au demeurant, il lui fallait se reconstituer et s’adapter à l’évolution des esprits et reconquérir certaines parties de l’intelligentsia et du monde ouvrier, influencés par des idées progressistes et socialistes souvent antireligieuses, ainsi qu’une partie de la paysannerie liée à la tradition anticléricale du mouvement populiste11. Ainsi, dès le 28 octobre 1945, le cardinal August Hlond, dans un discours important et d’autant plus significatif qu’il suit de six semaines la rupture du Concordat avec le Saint Siège, présente au nom d’un « patriotisme ardent et chrétien » un programme de coopération avec l’Etat. Ses idées essentielles seront reprises dans les documents ultérieurs de l’épiscopat. « La Pologne, déclare le cardinal Hlond, qui depuis dix siècles, assimile le christianisme à sa manière, a aussi ses propres sentiments et attitudes devant les problèmes de l’heure présente. La Pologne va vers la renaissance selon sa vie propre. Plus rapidement que d’autres peuples, la Pologne trouvera dans son patriotisme fervent et chrétien, le moyen d’accorder ce qu’il y a de sain dans la poussée révolutionnaire du moment avec la foi du peuple ; elle vaincra les antinomies qu’une philosophie du xixe siècle a construites entre la matière et l’esprit, elle conduira à une harmonie vivante les forces physiques et les facultés spirituelles du Polonais, réconcilier l’esprit avec la technique, la tâche temporelle du citoyen avec sa vocation éternelle, la nouveauté avec une glorieuse tradition, l’avenir avec les conquêtes spirituelles du siècle »12.

26A l’issue des élections du 19 janvier 1947, la lutte contre l’Eglise s’intensifie, laïcisation de l’école, campagne antireligieuse et anticléricale dans la presse, censure de plus en plus oppressante, relégation de l’Eglise à l’enceinte seule du culte.

27L’année 1948 s’ouvrit par une série d’attaques dans la presse, suivies par des arrestations et des procès contre la hiérarchie et des membres du clergé, l’interdiction de toute organisation à caractère confessionnel dans les écoles et une attaque contre le Primat accusé d’appuyer la thèse vaticane sur les territoires recouvrés de l’Est.

28Elle s’achève avec la mort du Cardinal primat August Hlond, le 28 octobre, qui sera remplacé par l’évêque de Lublin – Stefan Wyszynski, nommé par le Pape le 12 novembre de cette même année. Le bilan des emprisonnements s’alourdit, 400 prêtres se trouvent dans des prisons ou des camps. Avec l’année 1949, une nouvelle étape dans les relations entre l’Eglise et l’Etat voit le jour, succédant à la liberté toute relative des années précédentes, période d’asphyxie qui mènera en 1953 à l’emprisonnement du cardinal primat de l’Eglise du silence.

29Le dernier numéro du Tygodnik Powszechny paraîtra le 8 mars 1953. Suivent la nationalisation de plus d’une quinzaine d’imprimeries catholiques, la liquidation de la Faculté de droit et des sciences économiques et sociales de l’Université catholique de Lublin, l’étatisation des hôpitaux appartenant à l’Eglise et aux ordres religieux, et dont les sœurs et les aumôniers seront chassés.

  • 13 J. Dyczewski, Religijność Polski miedzywojennej (Religiosité de la Pologne d’entre les deux guerres (...)
  • 14 Caritas comptait au début de 1950 : 334 orphelinats (16 676 élèves), 258 asiles de vieillards, 38 d (...)

30Les ordres et les associations sont décimés, ces associations qui avant 1939 furent fort nombreuses dont l’Apostolat de la prière qui comptait 750 000 adhérents ou l’Action catholique 519 666, Caritas, la Croisade Eucharistique, la Société des Enfants de Marie, les Conférences de Saint Vincent de Paul13. Elles avaient toutes connu une renaissance en 1945 ainsi que toute la vie associative qui ne fut jamais aussi riche après cette période, très courte d’effervescence sociale. L’Action catholique fut dissoute la première, en 1946 déjà ; en 1949 suivent l’Apostolat de la prière ainsi que toutes les autres, assimilées à la Loi d’août 1949 sur les associations. Dernier bastion, Caritas tombera en janvier 195014. Ironie du sort, alors que les anciennes sont démantelées, de nouvelles surgissent : le Club des Intellectuels Catholiques, connu sous le nom de ZNAK (le Signe) et Pax. La première mourra avec Staline en 1953 pour renaître en 1956, la seconde continuera ses activités. Cette attaque de front qui sera achevée par l’emprisonnement du Cardinal Wyszyński est accompagnée par des tentatives de destruction de l’intérieur. Tout comme la Hongrie avait son « Union des Prêtres catholiques pour la paix », la Pologne eut ses « prêtres patriotes » qui, après sa dissolution devaient reprendre Caritas. Ainsi, Pax créé en février 1947 par B. Piasecki, le Mouvement Social Progressiste Pax et son quotidien La Parole Universelle (Slowo Powszechne) regroupaient l’ex-droite nationaliste d’avant-guerre avec B. Piasecki, ancien dirigeant des phalanges fascisantes. Ce mouvement, condamné par Rome et rejeté finalement par la hiérarchie catholique polonaise, fut censé être le cheval de Troie de l’Eglise catholique.

  • 15 S. Golebiewski, Z problematyki reformy rolnej gruntów koscielnych w Polsce w latach 1918-1950 (Prob (...)
  • 16 J. Mindszenty, Card., Mémoires, Editions de la Table Ronde, Paris, 1974, p. 198.
  • 17 Z. Wichrowski, L’Evangile dans un pays socialiste. La problématique de l’évangélisation en Pologne (...)

31Entre temps, le 23 mars 1950 paraît dans le Journal des Lois, la loi sur la nationalisation des biens de la main morte qui sevrait le clergé de la majeure partie de ses terres15. Ainsi les avoirs de la main morte rétrécissent comme une peau de chagrin : en 1939 l’Eglise possédait 375 000 ha pour ne retrouver que 150 000 à la libération suite aux changements territoriaux. En 1950, l’Eglise ne possède plus que 33 000 ha. C’est dans ce climat d’offensive généralisée que fut signé, le 14 avril 1950, l’accord entre les représentants du clergé et ceux du gouvernement. Accord – compromis qui était loin d’éveiller l’unanimité. Pour le Saint Siège ce fut un coup de foudre, pour les Eglises catholiques un scandale que certains condamnèrent avec véhémence – ainsi le Cardinal Mindszenty en Hongrie16. En Pologne, une partie de la hiérarchie y était opposée ainsi les évêques de Kielce, Katowice, Lublin et Bialystok et les administrateurs de Wroclaw et de Olsztyn17. Le cardinal primat rompit l’intransigeance de certains de ses évêques grâce à l’appui et à l’énorme autorité du doyen de la hiérarchie : le cardinal Sapieha, freinant ainsi l’élan, meurtrier pour l’Eglise, de la sécularisation.

  • 18 Porozumienie zawarte miedzy przedstawicielami Rzadu Rzeczypospolitej i Episkopatu Polski w dniu 14  (...)

32Sur les dix-neuf articles qu’il comporte, les dix derniers enregistrent les promesses de l’Etat concernant l’enseignement de la religion, l’Université catholique de Lublin, les associations catholiques, les activités charitables de l’Eglise, la presse et les éditions catholiques, le culte public, les pèlerinages et les processions, les activités pastorales et l’assistance religieuse dans l’armée, les prisons et les hôpitaux, les ordres religieux enfin. Les neuf premiers articles obligent l’Eglise. L’épiscopat se charge tout d’abord d’appeler le clergé à prêcher aux fidèles le respect du droit et des autorités de l’Etat « conformément à l’enseignement de l’Eglise », et aussi à inciter les fidèles « à un travail plus intense pour reconstruire le pays et accroître le bien-être de la nation ». Toutefois, l’article 5 constituait la pierre de touche de tout cet édifice : « Le principe selon lequel le Pape est l’autorité normative et suprême de l’Eglise catholique s’applique aux questions de foi, de morale et de juridiction ecclésiastique, tandis que dans d’autres questions l’épiscopat se guide sur la raison d’Etat polonaise »18. L’encre pas encore sèche au bas de l’accord que ce dernier fut violé : emprisonnement du clergé et procès contre la hiérarchie montés de toutes pièces entre tant d’autres celui de Mgr Kaczmarek condamné à 12 ans de prison le 22 septembre 1953.

  • 19 Z. Wichrowski, op. cit., p. 160.

33Le 25 septembre de la même année, un communiqué du Présidium du gouvernement annonçait l’internement du Cardinal Wyszyńhski : « Suite à l’usage abusif fait obstinément par l’archevêque Wyszyńhski des fonctions ecclésiastiques par lui détenues pour rompre les principes de l’accord malgré de nombreuses mises en garde… le Présidium du gouvernement en vertu de ses droits législatifs et dans le souci de normaliser pleinement les rapports entre le gouvernement et la hiérarchie ecclésiastique, a interdit à l’archevêque Wyszyńhski d’exercer les fonctions liées au poste ecclésiastique qu’il occupait jusqu’alors »19.

34L’étatisation de l’école et la facultativité de l’enseignement religieux s’inscrivent, comme on l’a déjà rappelé, dans la tradition démocratique-libérale de « l’école publique laïque républicaine ». Une fois de plus, le parti communiste put ainsi donner à son combat une coloration démocratique « au-dessus de tout soupçon », tout au moins aux yeux de l’opinion publique progressiste tant locale qu’européenne. L’étatisation n’aura été, dans cette optique, que le parachèvement de la séparation de l’Etat et de l’Eglise et la suppression radicale du privilège des riches de confier l’éducation de leurs enfants à des établissements privés, inaccessibles aux pauvres. C’est aussi, du même coup, l’éradication de l’élitisme basé sur les privilèges de la naissance et de l’argent et la promotion d’une nouvelle élite populaire.

35Les mesures adoptées – en Hongrie notamment à l’issue d’un débat parlementaire où l’opposition put encore s’exprimer – ainsi que les investissements considérables ont encore accentué le caractère démocratique-républicain-laïque de ce tournant, dans un pays où deux tiers des écoles primaires et plus d’une centaine de gymnases avaient été tenus par les églises. N’était-ce pas, après d’autres réformes, le « rattrapage » d’un autre « retard historique » dont le parti communiste devenait le champion ? D’autant plus que dans l’Europe occidentale également la société civile républicaine et radicale n’exigeait depuis un siècle rien de mieux de l’Etat que de prendre à sa charge la responsabilité – et les frais… – de l’instruction publique.

36D’autres changements n’ont fait que renforcer encore l’image progressiste de cette évolution dans les pays de l’Europe de l’Est. Entre autres la mise sur pied de nombreux établissements de formation d’adultes : écoles de travailleurs, gymnases du soir, homologation de leurs diplômes permettant l’accès à l’Université ainsi que la promotion massive d’enfants ouvriers et paysans dans l’enseignement secondaire et supérieur.

37En Pologne, tout un système préférentiel fut établi au nom de l’égalitarisme : « cours préparatoires », « année zéro » et enfin par l’arrêté ministériel de 1950 instaurant un quota de 60 % de places destinées aux étudiants d’origine ouvrière et paysanne.

38Entre 1945 et 1951 plus de 100 arrêtés ministériels et décrets furent promulgués transformant – réformant – le panorama académique polonais.

  • 20 Szczepanski, J., Socjologiczne problemy wyzszego wyksztakenia, (Problèmes sociologiques de l’éducat (...)

39En 1949, 23,6 % des étudiants étaient d’origine ouvrière et 22 % venus de la paysannerie. En 1951-1952 le pourcentage des étudiants d’origine ouvrière monte à 39,1 % et celui des paysans à 24,9 %. Par la suite, tout au long des décennies suivantes, leur proportion diminue jusqu’à tomber à environ un quart de la population estudiantine en ce qui concerne les fils d’ouvriers, et à 15 % du total pour les jeunes paysans entrant dans les hautes écoles20.

  • 21 A magyar népi demokrácia története, 1944-1962 (Histoire de la démocratie populaire hongroise, 1944- (...)

40En Hongrie, en moins d’une décennie, de la libération jusqu’à 1954, le nombre des élèves du secondaire avait plus que doublé (130 000 en 1954), celui des universités et des hautes écoles plus que triplé (38 300 en 1954). En outre, à tous les niveaux d’enseignement, des dizaines de milliers d’adultes obtinrent certificat ou diplôme aux cours du soir, dont 9 000 en une année (1954) au niveau de l’enseignement supérieur, auxquels allaient s’ajouter plusieurs milliers de diplômés par correspondance. Selon les statistiques officielles 65 % des élèves du secondaire et 55 % des étudiants des universités et des écoles supérieures étaient d’origine ouvrière ou paysanne, au début des années 195021.

41Il était déjà question à ce propos du NéKOSz, ce mouvement de collèges populaires destiné à la formation d’une nouvelle élite venue du peuple. Après avoir brisé l’élan de ce mouvement, certes sectaire, mais mu par un esprit authentiquement plébéien et révolutionnaire, c’était la bureaucratie de l’Etat-Parti qui prit en main la promotion scolaire des cadres populaires dès 1949-1950. Les résultats spectaculaires, ci-dessus chiffrés, témoignent de son efficacité. Mais cela au prix de l’éradication de toute spontanéité et d’indépendance d’esprit des élèves. Les nouveaux programmes, manuels et instructions scolaires et universitaires donnèrent désormais la priorité absolue à l’enseignement du marxisme-léninisme, de la langue et la culture russes ainsi que de l’histoire et de la littérature « marxisées » au détriment de la culture humaniste, à la fois polyphonique, européenne et nationale. Le rêve d’une modernisation et d’une démocratisation de l’école à l’européenne a sombré dans la grisaille de la vulgate soviéto-socialiste.

42Le parti prit soin d’éliminer tout mécanisme socio-culturel d’ingérence dans une « affaire » relevant désormais de sa compétence exclusive. Dans les pays occidentaux – qui n’en aurait pas fait l’expérience ? – parents et élèves se plaignent fréquemment de l’orientation « trop à droite » pour les uns ou « trop à gauche » pour les autres d’un maître ou d’un professeur. Or ce mécanisme de correction, car c’en est un, face à la tendance absolutiste qu’un gouvernement pourrait imposer à l’école, manque totalement dans la démocratie populaire. Le maître est lui-même maîtrisé par un plan d’études abusivement uniforme et ne lui laissant aucune initiative tant soit peu « déviante », par des instructions du ministère de l’éducation et des autres autorités.

43L’orientation de l’enseignement vers les sciences naturelles au détriment des sciences humaines, tout en s’inscrivant aussi dans la ligne d’une évolution générale du monde industriel, fait partie néanmoins également d’une volonté idéologique et politique. Les sciences naturelles permettent de développer chez l’élève, d’une part l’admiration du progrès scientifique et technologique du système marxiste-léniniste et d’autre part la canalisation des vocations vers les métiers utiles pour la construction du socialisme d’Etat industriel.

44L’accent se déplace vers la « technique » en Pologne aussi.

  • 22 gus, Rocznik Statystyczny 1950 (Annuaire des Statistiques 1950), Warszawa, p. 150. F. Ryszka, éd., (...)

45Dans le courant de l’année académique 1937-1938, les étudiants des facultés à profil technique représentaient 15,3 % du chiffre total. Dans les années 1948-1949, ce pourcentage s’élève jusqu’à 20,5 % alors qu’un processus inverse aura lieu dans les « humanités » : 1937-1938, 17,3 % du nombre total des étudiants étaient inscrits en sciences humaines. En 1948-1949 ce chiffre tombe à 11,4 %22.

46Quant aux sciences humaines, il s’agit d’une élimination sélective. Dans un sens au détriment des langues mortes, de la culture de l’antiquité et des racines « gréco-judéo-chrétiennes » de la civilisation centre-européenne. Dans un autre sens, au détriment des sciences sociales autres que le marxisme-léninisme, celui-ci étant considéré comme le summum de toutes les connaissances anthropologiques, philosophiques, sociologiques, politologiques, éthiques, esthétiques, psychologiques et, naturellement, économiques et historiques. Le marxisme, cet « horizon indépassable » de Sartre, s’est révélé dans la pratique de la démocratie populaire totalitaire un ciel bas. Nous en reparlerons à propos des campagnes menées par le régime contre les sciences sociales en général, la sociologie, la psychologie et la psychanalyse en particulier, ainsi qu’à propos de la véritable confiscation de la mémoire historique au profit d’une histoire au service exclusif du parti.

  • 23 Tadeusz Sulimirski, Szkolnictwo wyzsze i паuка (L’enseignement supérieur et la science) in n° spéci (...)

47L’introduction de l’enseignement obligatoire du marxisme-léninisme à tous les niveaux couronne l’édifice et cela pour toutes les classes d’âge et dans toutes les démocraties populaires. En Pologne, dans l’enseignement supérieur, des chaires de matérialisme dialectique et historique sont créées dès 1949, elles seront transformées en chaires des principes du marxisme et du léninisme à la rentrée de 195023.

48Ce phénomène est tellement connu qu’il n’est pas nécessaire d’insister ni sur ses formes ni sur son contenu qui n’est que la pensée de Marx, Engels et de Lénine vulgarisée, même au niveau universitaire, selon le “kratki kourse”, cette histoire abrégée du Parti communiste soviétique de Staline. A l’école supérieure du parti hongrois il y a, à cette époque, un enseignant spécialisé pour chacun des chapitres de ce petit livre rouge. Et le cri de cœur de cet élève souhaitant être jugé mûr pour étudier un jour le « cours intégral » et non pas seulement l’abrégé… ne fut jamais entendu.

49Le catéchisme marxiste-léniniste déborde d’ailleurs l’enseignement proprement dit de la doctrine. Pour tout travailleur, la journée commence par « la demi-heure de lecture », commentaire en commun du journal du parti. Elle continue par la lecture des slogans affichés et l’écoute des mêmes slogans diffusés par haut-parleurs. Ensuite réunion de la brigade, de la cellule, du cercle culturel avec, partout, invariablement, les mêmes rengaines.

50Jusqu’au journal mensuel des pêcheurs à la ligne qui consacre plus de place à l’enseignement impérissable du génial Staline qu’aux poissons et à l’hameçon.

51Pour revenir à l’école : la vulgate pénètre tous les enseignements. Les sciences naturelles ne font que corroborer la dialectique de la nature selon Engels. L’archéologie et l’ethnographie – la théorie de Marx sur la succession des « stades » socio-économiques. Le droit – la prééminence de l’infrastructure sur la superstructure. La littérature – la lutte de classes. L’histoire enfin – une illustration de la conception matérialiste de l’histoire.

52Depuis la fin de l’époque la plus dogmatique l’on assiste certes, nous le verrons, à un relâchement du carcan idéologique, mais l’on retrouve dans les manuels jusqu’à nos jours l’étroitesse de vues des gardiens de l’orthodoxie. Il suffit d’ouvrir, presque au hasard, un manuel historique hongrois, un livre scolaire d’éducation civique tchécoslovaque ou polonais pour retomber sur les mêmes schémas :

53« Pourquoi la bourgeoisie est-elle devenue réactionnaire en France en 1848 ?

54Par quoi la littérature et l’art ont-ils servi les objectifs bourgeois dans la première moitié du xixe siècle ?

  • 24 Történelem a gimnázium III, osztálya számara (Histoire à destination des élèves de la IIIe classe d (...)

55Quelle est la tâche historique de la classe ouvrière ? (Comment peut-elle réaliser sa vocation ?) »24

Notes

1 Sa thèse portait sur la différence entre la philosophie de la nature de Démocrite et d’Epicure.

2 Franz Mehring, Karl Marx, ch. 2.

3 Bohdan Cywinski, Il secolo della difficile prova. Le radici dellidentita, Roma, CSEO, 1983, p. 154.

4 Il lui restait 55 000 ha. Donáth, pp. 182-183.

5 Magyarország története, op. cit., p. 768.

6 Outre les hautes écoles de théologie l’Eglise catholique garde huit gymnases (accord du 30 août 1950) ; l’Eglise réformée en avait obtenu quatre et l’Eglise luthérienne une déjà en 1948.

7 Cité d’après Z. Fijalkowski, Kościót katolicki na ziemiach polskich w latach okupacji hitlerowskiej (L’Eglise catholique sur les terres polonaises dans les années de l’occupation nazie), Ksiażka i Wiedza, Warszawa, 1983, p. 220.

8 Wspomnienia Wandy Wasilewskiej 1939-1944, Archiwum Ruchu Robotniczego, (Mémoires de Wanda Wasilewska 1939-1944, in Archives du Mouvement Ouvrier), vol. VII, Ksiçżka i Wiedza, Warszawa, 1982, p. 402.

9 Pertes de guerre de l’Eglise entre 1939-1945 : 7 évêques, 1837 prêtres, 63 clercs, 289 prêtres et 291 frères et clercs de divers ordres ainsi que 289 nonnes. Martyrologium Polskiego ducho-wieństwa rzymskokatolickiego pod okupacja hitlerowska 1939-1945, (Martyrologue du clergé catholique romain polonais sous l’occupation nazie 1939-1945), Warszawa, 1977.

10 La situation de l’Eglise catholique en 1945, Documentation Catholique, vol. L, 1953, col. 1194.

11 cf. K. Pomian, Pologne : Défi à l’impossible ? De la révolte de Poznań à Solidarité, Ed. Ouvrières, Paris, 1982, p. 121 pour une typologie d’attitudes à l’égard de la religion en Pologne.

12 Przemówienie ksiedza kardynala A. Hlonda na Akademii ku czci Chrystusa Króla w Poz-naniu : Kościól katolicki wobec zagadnień chwili, Discours du Cardinal A. Hlond à l’Académie pour le Christ Roi à Poznań : « L’Eglise catholique en Pologne face aux événements de l’heure présente », 28 octobre 1945, in Listy Pasterskie Episkopat u Polski (Lettres Pastorales de l’Episcopat Polonais) 1945-1974, Ed. du Dialogue, Paris, 1975, pp. 11-12.

13 J. Dyczewski, Religijność Polski miedzywojennej (Religiosité de la Pologne d’entre les deux guerres), in Collectanea Theologica, 1972.

14 Caritas comptait au début de 1950 : 334 orphelinats (16 676 élèves), 258 asiles de vieillards, 38 dispensaires pour enfants, 17 pensionnats pour enfants, 18 pensions ouvrières, 364 soupes populaires.

15 S. Golebiewski, Z problematyki reformy rolnej gruntów koscielnych w Polsce w latach 1918-1950 (Problèmes de la réforme des terres de la main morte en Pologne 1918-1950), Nowe Prawo, n° 3, mars 1967, Warszawa, pp. 336-346.

16 J. Mindszenty, Card., Mémoires, Editions de la Table Ronde, Paris, 1974, p. 198.

17 Z. Wichrowski, L’Evangile dans un pays socialiste. La problématique de l’évangélisation en Pologne 1945-1981, thèse de doctorat de troisième cycle en Théologie Catholique, Strasbourg, 1983, pp. 150 et ss.

18 Porozumienie zawarte miedzy przedstawicielami Rzadu Rzeczypospolitej i Episkopatu Polski w dniu 14 kwietnia 1950 (Accord conclu entre le représentant du Gouvernement de la République et l’Episcopat de Pologne le 14 avril 1950), Listy Pasterskie..., op. cit., pp. 91-95.

19 Z. Wichrowski, op. cit., p. 160.

20 Szczepanski, J., Socjologiczne problemy wyzszego wyksztakenia, (Problèmes sociologiques de l’éducation supérieure), Warszawa, Państwowe Wydawnictwa Naukowe, 1963, p. 108 et R. Mistewicz, Spoleczno polityczne aspekty przyjeć na studia wyzsze, (Aspects socio-politiques d’admission aux études supérieures), Nowe Drogi, n° 7, 1968, p. 37 ; Lane, Kolankiewicz, op. cit., p. 210.

21 A magyar népi demokrácia története, 1944-1962 (Histoire de la démocratie populaire hongroise, 1944-1962), Budapest, Kossuth, 1978, pp. 198-206.

22 gus, Rocznik Statystyczny 1950 (Annuaire des Statistiques 1950), Warszawa, p. 150. F. Ryszka, éd., Polska Ludowa 1944-1959, Przemiany spo/eczne (Pologne Populaire 1944-1950. Transformations Sociales), Wroclaw-Warszawa-Kraków Gdansk, Zaklad Narodowy im. Osso lińskich, 1974, p. 437.

23 Tadeusz Sulimirski, Szkolnictwo wyzsze i паuка (L’enseignement supérieur et la science) in n° spécial de Kultura, Paris, mars 1952, p. 196.

24 Történelem a gimnázium III, osztálya számara (Histoire à destination des élèves de la IIIe classe de gymnase), Budapest, Tankönyvkiadó (Editions de manuels scolaires), 1979, p. 98.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable