Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

II. La mort d'une société

4. Le quadrillage

Texte intégral

1Lorsqu’à la fin de 1948 les dirigeants des partis communistes ont annoncé le « tournant » consistant à proclamer ouvertement le passage au socialisme et à la dictature du prolétariat (la démocratie populaire « remplissant » désormais cette fonction), cette annonce provoqua certainement un choc et fit de cette date le début d’une nouvelle période historique. C’en était une sans aucun doute, mais davantage sur le plan de la totalitarisation de la société civile que sur celui de la politique et de l’économie. En fait, il ne subsistait déjà plus grand-chose de la politique lénifiante initiale.

2De la coalition ne restait qu’une façade délabrée, de l’économie de marché un secteur réduit à la portion congrue, de la société civile quelques îlots condamnés à disparaître à brève échéance. On sait comment la « tactique du salami » – le mot est de Mátyás Rákosi - fut employée pour éliminer tranche par tranche les partis, les groupes et associations ainsi que les individus se trouvant en travers du chemin conduisant au pouvoir absolu, sans partage.

  • 1 Georges Dimitrov, Oeuvres choisies, Paris, Editions Sociales, 1952, p. 25.

3C’est ce qui fit dire à Dimitrov dans son rapport du 19 décembre 1948 que le parti avait « sous-estimé » la force des travailleurs et « surestimé » celle de la réaction ; qu’il y avait un retard dans l’application correcte « des principes marxistes-léninistes »1.

4Les dirigeants polonais et hongrois lui firent écho. L’élimination de Gomulka était étroitement liée à cet aggiornamento idéologique à retardement auquel, de même qu’à ses conséquences, il s’était opposé. En Hongrie Ràkosi fit son autocritique dans le même sens que Dimitrov ; Révai, le responsable des questions idéologiques lui emboîta le pas, livrant, un peu plus tard, à propos de l’affaire Lukàcs, le secret de l’engrenage. Nous y reviendrons dans les pages qui suivent. Il est à noter ici que le mouvement a été mis en marche par Staline, peu avant la fin de 1948. Sa décision de jeter le masque provoqua sans doute le désarroi des dirigeants est-européens ainsi que la peur d’avoir été pris en faute. Le fait d’avoir mis tout en place pour introduire le totalitarisme à la mode soviétique aurait pu ne pas suffire pour rester en faveur. La magie des mots pèse lourdement dans un système logomachique.

5A propos des débats d’idées des années 1940 de l’après-guerre, se pose la question controversée de l’appréciation globale de la démocratie populaire. Etait-ce, comme de nombreux auteurs l’affirment, tout simplement un écran de fumée derrière lequel se préparait le totalitarisme stalinien ou bien, selon une autre version, une « expérience originale » visant à construire un nouveau type de société ?

6Et, partant de cette dernière hypothèse d’école : quel type de société ?

  • 2 Adresse de Moscou aux représentants du gouvernement polonais de Londres, 18.06.1945, cité d’après K (...)

7Les nombreux éléments fournis par l’histoire de la guerre, de la diplomatie interalliée et de la fameuse « tactique du salami », ne laissent guère de doute sur un point d’importance capitale : celui du pouvoir politique. La détermination des communistes avait été exprimée avec toute la clarté voulue par Wladyslaw Gomulka à une époque où la politique des « fronts démocratiques » et « populaires » était encore de rigueur ; c’est lors des entretiens avec les représentants des forces politiques polonaises, entretiens qui eurent lieu à Moscou et qui procédèrent à la création du gouvernement d’« unité nationale » que Gomulka lança la mise en garde suivante à l’adresse de ses « partenaires » et « frères ennemis » : « Ne vous offensez pas, Messieurs, que nous ne vous offrions dans le gouvernement que des places que nous-mêmes estimons possibles. Car c’est nous qui sommes les maîtres [...]. Le pouvoir une fois conquis, nous ne le rendrons jamais. [...] Nous ne rendrons pas le pouvoir politique pour empêcher que le peuple polonais ne courre à une nouvelle perte qui le menacerait dans le cas du choix d’une mauvaise ligne politique que la réaction essaie de lui imposer. [...] Nous ne rendrons pas le pouvoir [...], nous anéantirons tous les bandits de la réaction sans aucun scrupule. Vous pourrez toujours crier que coule le sang du peuple polonais, que le NKVD gouverne la Pologne, ce n’est pas ce qui nous fera rebrousser chemin »2.

  • 3 Le témoignage est de Roman Zambrowski, Dziennik (Journal), in : Krytyka, n° 6, 1980.

8Les partis communistes n’ont jamais eu l’intention de le partager avec d’autres forces politiques au-delà d’un bref laps de temps indispensable d’une part pour des raisons de politique internationale et, de l’autre pour des raisons de politique intérieure. « Et si la révolution d’octobre fut tout de suite proclamée en tant que dictature du prolétariat dont le but était l’édification du socialisme, nous, par contre, dans la situation internationale et intérieure d’alors, mais aussi par égard au degré de maturité des masses, nous ne pouvions faire de même. Dans ce domaine, la compréhension mutuelle entre notre direction et Staline était sans équivoque »3.

  • 4 Mihály Korom, Magyarország ideiglenes nemzeti kormánya és a fegyverszünet (1944-1945) (Le gouvernem (...)

9Les scénarios étaient variables. L’objectif toujours identique. Quelques informations fragmentaires peuvent donner l’impression que les dirigeants communistes étaient incertains en ce qui concerne la véritable nature de la coalition frontiste que le Kremlin leur avait imposée. Pour les plus empressés cela n’était qu’une perte de temps inutile. Profitant de la présence de l’Armée rouge et de la désintégration de l’appareil d’Etat de l’ancien régime, les communistes auraient pu, selon eux, prendre immédiatement le pouvoir. D’autres, comme quelques militants hongrois réunis à Moscou fin 1944 pour un ultime “briefing”, avaient exposé la crainte de se retrouver en Hongrie à tel point minorisés que le parti sera voué à la clandestinité et contraint d’adopter la tactique du « double pouvoir » à l’instar des bolchéviks en 19174. Cette idée, quelque peu saugrenue, présupposait un gouvernement « de type Kerenski » contre lequel les communistes livreraient bataille en s’appuyant sur les masses et, plus particulièrement, sur les « soviets » rebaptisés pour la circonstance « comités nationaux », « comités d’usine » ou autres comités populaires.

10Entre ces deux positions extrêmes les dirigeants du parti, plus réalistes parce que sachant pouvoir s’appuyer sur les forces soviétiques, avaient préconisé d’adopter la « ligne frontiste » et la tactique de grignotage qui s’ensuivit. S’appuyer sur les « soviets » leur paraissait à la fois insuffisant et incertain, sachant à l’avance que le rapport des forces à l’intérieur de pareilles organisations populaires disséminées ne leur sera pas nécessairement favorable. Cette prévision s’avérant juste, les comités comme « organes locaux du pouvoir » ne tardèrent pas longtemps à dépérir. Nous y reviendrons, mais retenons, d’ores et déjà, que le parti n’a jamais envisagé de conquérir le pouvoir par « en bas », à partir d’organisations spontanées (ou suscitées dans un premier temps par le parti lui-même), issues de la société civile. Au lieu d’un réseau de “self-government” le parti s’efforça, d’entrée de jeu, de renforcer sa propre organisation et de contrôler, notamment par le noyautage, les organisations de masse.

11Il subsistait certes quelque incertitude sur l’évolution des rapports de force entre le parti d’un côté, ses partenaires et ses adversaires déclarés de l’autre. Mais aucune incertitude en revanche en ce qui concerne leur élimination progressive. Un peu plus tôt comme en Pologne ou en Roumanie, un peu plus tard comme en Hongrie ou en Tchécoslovaquie, le parti entendait dès le départ devenir seul maître à bord.

12La conférence constitutive du Kominform à la réunion de Szklarska Poreba en septembre 1947 avait sans doute accéléré ce processus déjà en cours – sans toutefois donner la consigne de ravaler la façade. Rappelons que d’après notre hypothèse cette consigne décisive émanant de Staline a été transmise même plus tard qu’on ne l’avait pensé, à savoir en automne 1948.

  • 5 G. Dimitrov, op. cit., p257.

13L’autocritique de Dimitrov et des autres Rákosi à propos du « retard » dans la mise en œuvre de la soviétisation de la démocratie populaire, concerne alors vraisemblablement très peu le domaine politique. En effet, lorsqu’en décembre 1948 Dimitrov déclare que le « Front de la Patrie cesse complètement d’être une coalition politique pour devenir l’organisation de l’union de combat des travailleurs de la ville et de la campagne qui reconnaissent pleinement le rôle dirigeant de la classe ouvrière et de notre Parti »5, cette mutation avait déjà été largement accomplie.

14S’il y a eu « retard », « sous-estimation » des « forces du progrès », « adaptation incorrecte » de l’idéologie et autres erreurs justifiant ces auto-critiques en série, ils concernaient donc, outre l’habillage idéologique, le projet social.

15Mais y a-t-il jamais eu un projet de société véritablement différent du modèle soviétique ?

  • 6 En Pologne cette « troisième voie était préconisée par le Parti socialiste dont les idéologues les (...)

16Un homme comme Georges Lukács, nous le verrons plus en détail, semblait le croire de même que ces intellectuels séduits par la métamorphose des partis communistes sectaires et dogmatiques en autant de partis démocratiques-socialistes-nationalistes ouverts au dialogue. Certes le parti n’a jamais admis qu’il s’agissait là de la fameuse « troisième voie »6 entre société bourgeoise et société socialiste -comme le montre par exemple la critique de l’idéologue du PC hongrois, Rêvai, adressée au jeune penseur Istvàn Bibó et, lors du débat Lukács, au vieux routier lui-même. Il n’en reste pas moins que les dirigeants eux-mêmes ont tenu ce langage ambigu que l’on pouvait interpréter de cette façon.

17Sur ce langage, ainsi que sur l’accomplissement différent de certaines mesures de socialisation totalitaire repose la thèse considérant la démocratie populaire comme une « expérience originale » où le parti, tout en disposant du pouvoir politique, aurait tenté de construire une société démocratique… ou presque. Une thèse largement divulguée par ailleurs par les « compagnons de route » occidentaux tout au moins jusqu’au procès de Rajk en automne 1949 sans parler des défenseurs inconditionnels du système communiste.

  • 7 La conception similaire formulée par Imre Nagy (« un communisme qui n’oublie par l’homme ») n’avait (...)

18Ajoutons encore qu’une telle interprétation attribue aux dirigeants communistes d’Europe de l’Est l’intention d’avoir voulu édifier un système différent du soviétique, une sorte de « socialisme à visage humain » avant la lettre, avant la mise en circulation de ce concept inspiré de la tentative infortunée de Dubcek7.

19Nous ne possédons pas le don de pénétrer la pensée secrète de ces dirigeants. Quelques-uns ont certainement pensé « pouvoir faire autrement », ne fut-ce que pour limiter les dégâts. Mais d’ici à leur attribuer un projet de société originale dans le sens démocratique, il y a un pas que rien ne permet de franchir.

  • 8 Cf. l’article de Karel Bartosek : « Les procès politiques en Tchécoslovaquie, 1948-1954 », in Commu (...)

20Préparé et quasiment accompli à l’avance, le « grand tournant » a néanmoins réservé le pire : la souffrance et l’humiliation du grand nombre. Car la position sociale de la grande masse de la petite bourgeoisie et de la paysannerie avait été encore plus ou moins épargnée jusqu’au « grand bond en avant » et, d’autre part, la terreur ne s’était pas encore abattue sur l’ensemble de la population. Néanmoins, une fois de plus se vérifie l’hypothèse que si le passage à la dictature du prolétariat semblait plus doux en Pologne qu’en Hongrie, c’est que la liquidation des ennemis, réels et potentiels y avait été plus radicale avant le tournant tandis qu’en Hongrie – de même qu’en Tchécoslovaquie – inversement8.

21Dans le bilan de l’économie nationale, la paysannerie mise à part, le parachèvement de l’étatisation pendant le totalitarisme stalinien ne représente que quelques pourcents.

22L’appareil de production est passé, dans une très large mesure, entre les mains de l’Etat dès 1946-1947 à un point tel qu’environ 80 % des salariés dépendait de cet unique patron. En Pologne, où une grande partie de l’industrie avait été confisquée par les Allemands, le secteur étatique était immédiatement prédominant après la guerre. En 1947 il produisait déjà près de 90 % des biens. En Hongrie, sans doute moins, mais avec les étatisations progressives et la dépendance des petits entrepreneurs, le contrôle étatique était déjà quasiment complet. C’est dire aussi que le parti s’érigeant en pouvoir unique cueillit le fruit mûr.

  • 9 Marie Lavigne, Les économies socialistes soviétiques et européennes, Paris, Armand Colin, 1983, p.  (...)

23C’est ce qui explique que la nationalisation s’accomplit dans les démocraties populaires deux fois plus vite qu’en Union soviétique après 1917. La production industrielle brute du secteur socialiste atteignit 82,4 % après dix ans en URSS, tandis qu’en Hongrie et en Roumanie elle est d’environ 92 %, en Bulgarie, en Pologne et en Tchécoslovaquie entre 96 et 99 % après cinq ans, c’est-à-dire en 19509.

24Les chiffres concernant le commerce de détail (le commerce en gros ayant été étatisé plus tôt), sont proches. 76,4 % étatisé en URSS en 1928 ; entre 83 et 94 % en Pologne, en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Bulgarie en 1950.

  • 10 Szyja Bronsztejn, Ludność żydowska w Polsce w okresie miedzywojennym (La population juive en Pologn (...)

25En Pologne, rappelons-le, la guerre et l’immédiat après-guerre avaient déjà fait leur œuvre de « restructuration » de la société par les exterminations et déportations massives réitérées. En outre, beaucoup de Polonais, anciens fonctionnaires, officiers, politiciens, etc. (150 000 personnes tout au moins) qui avaient suivi le gouvernement en exil et l’armée, ne sont jamais retournés en Pologne. La petite bourgeoisie artisanale et commerçante juive avait, elle, quasiment disparu dans les chambres à gaz10.

  • 11 John Michael Montias, Central Planning in Poland, New Haven and London, Yale University Press, 1962 (...)

26Les chiffres cités ci-dessus concernant la prise en main de l’industrie par l’Etat avaient sans doute laissé une marge à l’activité artisanale-commerciale et à la petite entreprise11, mais il n’y avait même pas besoin de nouvelles lois pour les décourager à partir de 1947. Le Parti se bornait à les harceler par des mesures administratives, fiscales et de répression.

  • 12 Rocznik Statystyczny 1960 (Annuaire statistique 1960), Warszawa, 1960, p. 135).

27A la fin de l’époque du stalinisme intégral, en 1956, on ne compte que 4 841 entreprises privées dans l’industrie, avec 11 030 employés12.

28L’élimination du secteur privé s’accompagne de mesures de répression dont l’étendue est difficilement mesurable : la Commission pour combattre la spéculation, créée le 16 novembre 1945, intensifie son travail : ayant traité 5 646 cas en 1946, elle en traite, en 1948, 74 098 et en 1949, 64 680.

  • 13 Hanna Jedruszczak, op. cit., p. 1189.

29En 1949, 9 134 personnes sont envoyées au camp de travail, par rapport à l 397, en 1946, et 5 186, en 194813.

30Les chiffres dont nous disposons laissent supposer que la plupart des anciens artisans, commerçants etc., a été intégrée dans l’économie étatique et coopérative durant la période de l’industrialisation forcée.

  • 14 Ces chiffres concernent les artisans sans familles ; ils sont extraits de R.F. Leslie, The History (...)

31L’expropriation de la petite bourgeoisie artisanale, commerçante ou exerçant des professions libres était avant tout un acte politique visant à déclasser et insécuriser tous ceux qui jouissaient encore d’une indépendance relative. La « liquidation » des classes supérieures n’avait touché que des couches sociales privilégiées donc par définition peu nombreuses. Dans cette seconde phase de restructuration sociale il s’agissait de millions d’âmes en Pologne, de centaines de milliers en Hongrie. Dans la première, il existait avant la guerre plus d’un million et demi d’artisans, patrons et employés et tout au moins autant de commerçants. En 1949 il ne reste en Pologne – il est vrai pour une population fortement diminuée – que 171 000 artisans, en 1953 pas plus que 90 00014. En Hongrie environ 300 000 artisans et commerçants sont expropriés après 1948 ainsi que quelque 70 000 koulaks. Nous reviendrons sur les koulaks à propos de la collectivisation, mais de toute façon, davantage que les paysans plus pauvres poussés dans les kolkhozes, ils appartiennent désormais à ce bétail humain « aliéné », privé de son instrument de production dont jadis Marx et Engels ont décrit le sort à l’aube du capitalisme moderne.

32Ces chiffres ou plutôt ordres de grandeur sont importants pour observer une société qui se meurt. D’abord parce que, tout au moins pour la Hongrie, cela représente, familles comprises et toutes catégories confondues, un million et demi de personnes sur un total d’environ 9 millions d’habitants. A ces déclassés s’ajoutent le nombre inconnu de retraités de l’ancien régime, les anciens fonctionnaires limogés (par exemple 30 000 officiers) et d’autres éléments indésirables, interdits de séjour dans les grandes villes et déportés dans des villages.

33Il n’y a plus d’entreprise, de prise de risque, d’initiative, de choix. L’Etat-Parti planifie, distribue, commande, embauche, licencie, déplace. En plus de gouverner, il règne sur la société.

34Pour revenir aux déclassés en Hongrie, une première question se pose : où sont-ils passés ?

35A défaut de données statistiques, la réponse est difficile. Sans doute beaucoup d’artisans et commerçants, peut-être la majorité, passèrent du secteur privé au secteur étatique ou coopératif. Pour d’autres, c’était la prolétarisation encore que, d’après les statistiques, l’industrie absorba très peu de nouvelle main-d’œuvre jusqu’au début des années 1950. Et le grand bond en avant ne s’est produit que dans les années 1960 lorsque la moitié des paysans, un million avec leurs familles, allaient doubler le nombre des ouvriers renversant radicalement les structures anciennes. La restructuration massive fut en effet provoquée d’abord par l’industrialisation forcée, décidée par le parti en 1951 et par l’accélération de la collectivisation libérant, il est vrai que progressivement, la moitié de la main-d’œuvre agricole pour l’industrie et le secteur tertiaire.

36Le transfert des forces de travail est imputable également, dans une large mesure, aux changements intervenus à partir des années 1970, période de la réforme économique et de la modernisation, dont l’évaluation requiert l’emploi des variables de la mobilité sociale. En revanche, dans la période allant jusqu’au début des années 1950, le concept de « mobilité sociale » ou de “social change”, cher aux sociologues américains ne fait que camoufler la véritable nature d’un bouleversement social dû à des raisons politiques et réalisé par la violence. Si, comme nous l’avons constaté, le déclassement et la réinsertion forcés de presque deux millions de citoyens n’ont pas sensiblement modifié l’équilibre des structures socio-professionnelles, cela ne fait que confirmer l’idée que les déracinés furent intégrés dans les usines, dans la construction, dans les entreprises socialisées.

37Le plus grand nombre devint partie constituante de la classe ouvrière et des employés subalternes ainsi que des coopératives non-agricoles.

38A part, pour quelque temps les paysans, le socialisme, c’était le salariat ou l’étable collective. Une grande partie des professions libérales, avocats, médecins, n’y échappèrent pas non plus. Nous ne nous étendrons pas ici sur les conditions matérielles misérables de cette existence frappant par ailleurs tout aussi durement la prétendue classe dirigeante, celle des ouvriers.

39L’un des plus gros chapitres de la destruction de la société civile traditionnelle concerne la paysannerie. Rappelons que celle-ci représentait à cette époque plus de la moitié de la population en Hongrie et davantage en Pologne, 60 % et que la réforme agraire avait jeté la base d’une démocratie agraire et d’une renaissance culturelle. Pour certains dirigeants communistes, tels Gomulka en Pologne et Imre Nagy en Hongrie, cette situation, même si elle ne devait pas s’éterniser, aurait dû être prolongée pour une assez longue période aussi bien pour des raisons politiques qu’économiques. L’exemple soviétique pouvait servir d’appui à deux titres. D’une part, la collectivisation en URSS n’a commencé massivement qu’en 1929 ce qui avait donné à la paysannerie après la suppression du communisme de guerre en 1921 quelque huit ans de trêve. D’autre part, le résultat désastreux du système kolkhozien russe fournissait la démonstration de l’ineptie d’une telle politique.

40La NEP en Hongrie, pensait Imre Nagy, devrait donc durer au moins autant qu’en Russie. En fait, elle n’avait même pas duré la moitié de ce laps de temps. La campagne de collectivisation est lancée en 1949 avec une extrême brutalité. Contrairement à une idée répandue, le bilan était décevant pour le gouvernement : après plusieurs années d’effort, environ 20 % seulement des paysans sont entrés dans le secteur coopératif et moins de quinze pour cent travaillaient dans les fermes d’Etat. En 1953 deux tiers de la paysannerie ont donc gardé leurs exploitations individuelles. Cette situation n’a radicalement changé qu’une décennie plus tard, sous le régime de János Kádár.

  • 15 Les résultats de la collectivisation sont peu encourageants : le 30 septembre 1956 on comptait 10 5 (...)

41En Pologne, le gouvernement concentrait ses efforts sur le secteur étatique, la réforme agraire et le « recouvrement » des territoires allemands à l’ouest de la nouvelle République lui ayant permis d’étatiser plus d’un tiers des terres agricoles et d’y installer des fermes d’Etat. Les coopératives, à leur apogée en 1955, couvraient moins de 10 % de la surface agricole pour disparaître presque totalement pendant l’ère de Gomulka15.

  • 16 Une anecdote intéressante montre jusqu’à quel point la « dékulakisation » est devenue un dogme de l (...)

42La sauvagerie de la collectivisation ainsi que la résistance désespérée des paysans sont des thèmes connus de tous depuis un demi-siècle. L’exemple des démocraties populaires, la Pologne partiellement exceptée16, ne fait qu’ajouter quelques variations au drame qui s’était joué en Union soviétique, se soldant, estime-t-on, par six millions de morts (Staline lui-même l’aurait dit à Churchill), la misère persistante des kolkhoziens et la pénurie alimentaire chronique.

43Tout en restant inachevé dans les années 1950, le cas hongrois fournit néanmoins une illustration saisissante des effets catastrophiques de cette vague de collectivisation. Nous ne parlons pas ici des greniers vidés et du cheptel abattu. La collectivisation avait littéralement terrifié toute la population. Les paysans riches pour commencer, les « moyens » presque aussitôt. Pour gonfler le « succès de la dékoulakisation » des paysans « moyens » modestes, possédant quelque dix hectares ou même moins, se trouvèrent soudainement qualifiés de koulaks et propulsés dans les rangs de cette catégorie sociale promise à la « liquidation ».

44Puisque, à part la dékoulakisation, l’objectif consistait à faire entrer dans les kolkhozes toute la paysannerie, la pression ne s’arrêta pas là. Elle s’étendit sur tous les récalcitrants, à savoir sur l’immense majorité des agriculteurs individuels avec y compris les plus pauvres et les centaines de milliers de nouveaux propriétaires, bénéficiaires de la réforme agraire.

45Aucune statistique ou document ne permettra jamais de dresser le bilan de cette sauvagerie et des souffrances d’hommes et de femmes battus, torturés, séquestrés, humiliés, poussés au suicide.

46La campagne était littéralement à l’agonie. Et la ville avec elle, à cause de la pénurie alimentaire. Le plus grave revers de l’action était l’hostilité de toute la population. Au sein de la paysannerie elle-même, au lieu de provoquer l’antagonisme entre riches et pauvres, la campagne ne fit que l’atténuer voire même susciter la solidarité réciproque dans l’infortune partagée. Il n’y avait que des groupuscules qui se battaient pour la cause, aux côtés des forces de police et des « agitateurs de choc » dépêchés des grandes villes aux villages.

47La propagande officielle du régime ne portait pas loin. Seuls quelques naïfs crédules, sans parler des opportunistes, se persuadèrent qu’il s’agissait là d’un combat socialiste contre la réaction cléricale et koulake et d’un combat de la modernité contre le paysan arriéré, accroché au mode de vie d’un autre temps. De fait, ce mode de vie désuet avait été salué à peine quatre ans auparavant par le même parti communiste et par les mêmes propagandistes comme la grande victoire de la justice et du progrès dans ce pays « semi-féodal » et rétrograde. Quatre ans auraient donc suffi pour transformer « le jardin de millions de paysans fiers et laborieux » en un marécage de petits capitalistes retors et de paysans obtus ?

48Le bilan des transformations rurales reste donc contradictoire. En Pologne, la société paysanne, quoique harcelée et défavorisée, a subsisté et gardé ses traditions. Par contre en Hongrie, malgré sa résistance tenace, elle subissait pleinement l’effet d’une politique délibérée d’abaissement : appauvrissement, exactions, harcèlements, dégradation du cadre de la vie sociale.

49L’Archipel du Goulag des pays de l’Europe de l’Est attend encore son Soljénitsyne. Mais l’on connaît le rôle qu’il a joué dans le démantèlement des adversaires politiques du régime et de la société civile.

50Après la mort de Staline et, davantage encore, après les révélations de Khrouchtchev sur Staline au xxe congrès du Parti communiste soviétique, les dirigeants communistes de l’Europe de l’Est finirent par admettre une infime partie des « fautes » et « erreurs » commises pendant les années les plus sombres de la terreur policière. L’on connaît aussi les expressions stéréotypées de cet aveu. Il y a eu, lit-on dans les déclarations officielles, quelques « violations de la légalité socialiste ». Ou ailleurs : « le camarade X. est tombé victime de l’arbitraire stalinien ». Les responsables en sont Staline et « le culte de la personnalité ». En guise de punition symbolique, le corps embaumé du despote fut transféré du Mausolée au Mur du Kremlin. Mais des têtes aussi sont tombées, des responsables haut placés comme Béria ou Abakoumov ainsi que des tortionnaires particulièrement sauvages ont été fusillés, emprisonnés ou simplement licenciés. En Pologne et en Hongrie aussi.

  • 17 En Hongrie, jusqu’en juin 1952, 95 camps et villages d’internement pour travaux forcés ont été rece (...)

51D’autre part, des mesures sans doute importantes ont été prises pour rétablir « la légalité socialiste ». Des camps de relégation17 – l’on ne sait pas exactement lesquels – furent démontés et un nombre, également inconnu, de survivants regagnèrent leurs foyers. Quelques-uns, post mortem ou vivants, furent « réhabilités » et dans certains cas dédommagés.

52Le système prit indiscutablement un tournant. L’on en connaît les limites ainsi que l’adoption de nouvelles techniques de répression tel que l’internement psychiatrique, largement pratiqué en Union soviétique, beaucoup plus rarement dans les démocraties populaires. Comme si le régime post-stalinien eut tenté de marcher avec moins d’effusion de sang mais avec un contrôle renforcé de la « dissidence ».

53La répression stalinienne n’en reste pas moins non seulement une période d’horreur comparable avec le système totalitaire meurtrier de Hitler et un stigmate ineffaçable, mais aussi le mécanisme principal de l’assujettissement de la société.

54Il est remarquable également que la partie de l’opinion publique manipulée par la propagande communiste et des compagnons de route ne s’émut que sur le sort des victimes communistes innocentes des crimes de trahison dont elles avaient été accusées. Quant aux autres, elles passèrent aux pertes et profits d’une révolution ayant la main peut-être un peu lourde, mais somme toute excusable. Les dieux ont soif…

55On s’est penché davantage sur le mystère de l’âme du militant communiste rendant à son parti « le dernier service » en se déclarant coupable, ou bien criant « vive Staline » avant de passer au poteau que sur le paysan battu à mort, la nonne violée ou l’ouvrier mis en prison pour « sabotage ».

56On peut se demander si l’on s’est vraiment rendu compte du fait que la répression en apparence aveugle, insensée, opérée sans discrimination avait un but, à savoir précisément la destruction de la société civile ?

57En effet, la « légalité socialiste » dont on avait triomphalement annoncé le rétablissement après la dénonciation de sa violation est tout un système, progressivement érigé, pour en arriver à ce but.

  • 18 « Les tâches des associations de jeunesse. Discours prononcé au IIIe congrès pan russe de l’Associa (...)

58Rappelons d’abord son point de départ moral et juridique. Une phrase célèbre de Lénine en résume le fondement. « ... Notre morale est totalement subordonnée aux intérêts de la lutte de classe prolétarienne »18. Il n’y a pas une seule autre phrase dans l’immense œuvre léninienne qui le contredirait.

59C’est le même esprit qui préside aux lois et aux décrets instituant les organes de répression munis de pouvoirs exceptionnels pour réduire à néant toute organisation et tout individu susceptibles de nuire à ces intérêts.

  • 19 En Pologne, l’appareil juridique anti-fasciste comprenait trois Décrets. Celui du 31 août 1944 cond (...)

60Le fondement du système de répression dans les démocraties populaires avait été différent au départ. C’était la condamnation du nazi-fascisme coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, contre les droits de l’homme, contre les peuples19. Un fondement moral irréprochable, impliquant la punition des coupables, la prévention des tentatives de récidive et la protection de l’ordre démocratique installé après la victoire des alliés.

61Chez les anciens alliés de Hitler, la mise en place d’un appareil juridique antifasciste découlait d’une obligation internationale, à savoir des accords d’armistice.

  • 20 En Hongrie c’était le VIIe article de loi du 12 mars 1946. Il y avait des lois ou des décrets sembl (...)

62La Commission de contrôle alliée se trouvant placée sous l’autorité soviétique, c’est elle qui surveillait l’application des clauses. Or les clauses de l’armistice, destinées à l’éradication du fascisme et de toute menace contre la sécurité de l’Union soviétique et de l’ordre démocratique – clauses reprises dans les traités de paix avec la Bulgarie, la Hongrie et la Roumanie – se prêtèrent largement à des interprétations différentes. Au départ, elles furent en effet appliquées contre les criminels de guerre, les organisations fascistes ainsi que contre les hommes d’Etat jugés responsables de la guerre tel que le Hongrois László Bárdossy, ancien président du Conseil des ministres, condamné à mort en 1945. Les lois promulguées après la guerre, ainsi que les tribunaux et davantage encore la police, ont vite fait d’élargir les principes de base aux adversaires politiques, puis aux suspects et pour finir, aux ennemis imaginaires20.

  • 21 II s’agit là des collaborateurs et des nazi-fascistes. La répression de la résistance antiallemande (...)

63L’on ne dispose pas de données précises sur les vagues successives d’épuration, de procès politiques et de répression généralisée. L’épuration proprement dite semble avoir été plus forte en Hongrie qu’en Pologne21, mais, comme nous l’avons déjà fait remarquer, moins qu’en France. A titre indicatif, il suffit de mentionner qu’en Hongrie moins de 200 personnes ont été exécutées pour crimes de guerre entre 1945 et 1947 et que le nombre des exécutions sommaires de collaborateurs nazis se limitait à quelques cas individuels. Les tribunaux ont en outre condamné environ 15 000 personnes à des peines de prison pour crimes de guerre.

64En France, où par ailleurs la polémique autour des chiffres n’a jamais pris fin, l’on estime en tout cas à quelque 30 000 à 40 000 le nombre des exécutions, sommaires ou après jugement, voire même à environ 100 000 selon les estimations de la droite.

65Même si l’on garde à l’esprit les proportions, la France ayant compté quatre fois plus d’habitants que la Hongrie, l’écart est large. Il s’explique entre autres par le fait que les autorités soviétiques s’étaient chargées du gros travail, ceci étant valable également pour la Pologne. Elles sont arrivées avec des listes en main, pour prendre en charge les collaborateurs et fascistes notoires, et emmenèrent en vrac des milliers d’autres sur dénonciation, simple suspicion ou encore sans discrimination, pour enfler le chiffre des « prisonniers de guerre ».

66D’autre part, tandis qu’en France l’épuration avait marqué la fin d’une période de répression, et peut-être aussi de règlement de comptes, en Hongrie l’épuration n’était qu’un commencement.

67Les prisons se sont remplies d’adversaires politiques d’une autre nature : de démocrates, de socialistes, de syndicalistes, de dirigeants de partis paysans – alliés d’hier du Parti communiste au sein du Front patriotique populaire. Vinrent ensuite les communistes éliminés par leur propre parti à la suite des procès fabriqués de toutes pièces comme celui de László Rajk.

68Selon certaines estimations, environ 500 « politiques » ont été exécutés ou sont morts en prison pendant la demi-décennie du stalinisme hongrois. D’autres centaines – ou milliers – périrent dans les camps à cause du mauvais traitement et des privations.

69Le nombre des procédures judiciaires engagées pendant cette période ainsi que le nombre des condamnations à des peines diverses, frappant toutes les classes de la population, donne un tableau encore plus effroyable.

70D’après l’Annuaire Statistique officiel hongrois de 1957, en l’espace de six ans, entre 1948 et 1953, 1 297 089 personnes inculpées comparurent devant les tribunaux. 695 623 d’entre elles furent condamnées à des peines variables allant de l’amende à la peine capitale, en passant par la condamnation à l’emprisonnement.

  • 22 Statisztikai évkönyv, 1949-1955 (Annuaire statistique 1949-1955), Központi Statisztikai Hivatal (Of (...)

71Ce qui frappe avant tout, c’est le nombre qui, pour chacune des années prises en compte, est fortement plus élevé que ce soit avant le « tournant » de 1948 ou après 1953 pendant le gouvernement réformiste d’Imre Nagy ainsi que sous le régime de János Kádár. Nos chiffres donnent en moyenne 216 000 inculpations et 116 000 condamnations par an dans un pays, rappelons-le, de 9 millions d’habitants. Pendant la seule année 1952, 77 000 jugements à la peine de détention avaient été prononcés22.

  • 23 Piotr Woźniak dans son Zapluty karze/ reakcji, Wspomnienia AK-owca z wiezień PRL (Le sale gnome de (...)

72Et ces statistiques, même si nous les prenons pour fiables, ne reflètent pas toute la vérité. Elles ne concernent que les causes jugées, finissant par condamnation ou acquittement. Et les non-lieux. En plus des personnes inculpées, plusieurs centaines de milliers de citoyens avaient été dénoncés et internés par décision administrative23.

73Cela signifie que durant les six années du régime stalinien de Rákosi, 2 millions de personnes avaient été l’objet de dénonciation, dont 1 300 000 de poursuite pénale et un nombre inconnu d’internement. Certes, une personne pouvait être l’objet de plusieurs inculpations ou de tracasseries et, d’autre part, les tribunaux ont souvent prononcé le non-lieu ou l’acquittement. Il n’en reste pas moins que peu de familles ont échappé à la tracasserie policière généralisée et près d’un tiers des familles comptait un membre dûment condamné.

74Les statistiques citées ne fournissent aucune indication concernant les délits politiques. Pendant l’année témoin 1952, environ un tiers des condamnations ont été prononcées pour des délits économiques frappant en grande majorité des paysans ainsi que des ouvriers coupables de délits « contre l’économie planifiée ». Il est significatif que pendant l’année 1954, durant le premier gouvernement d’Imre Nagy, ce genre de jugement tombe à 7 343 contre 52 228 en 1952… Quant au total des condamnations, il tombe à 69 532 contre 144 743 en 1952. C’est moins que la moitié…

75L’on peut en déduire que la suppression de la persécution systématique des paysans récalcitrants (ou simplement incapables de satisfaire aux exigences exorbitantes de l’Etat) et des ouvriers essayant de se soustraire à la disciplinarisation insoutenable du travail, avait décriminalisé la société de la moitié de ses « délinquants ». Le nombre des condamnations pour vol (dont les vols dans les usines) avait aussi sensiblement diminué.

76Nous ne disposons pas, pour la Pologne, de données précises concernant l’étendue de la répression dans les années 1948-1956. Selon certaines sources, telles que Richard K. Carlton éd., Forced Labor in the “Peoples Democracies, op. cit., pp. 207-221, elle n’atteindra pas celle des autres démocraties populaires – le chiffre de 50 000 détenus dans les camps de travaux forcés est articulé. Si la répression n’a pas atteint celle des autres pays du bloc, ce n’est pas par défaut d’instruments juridiques appropriés. Après la guerre, la loi fut modifiée et le champ d’application des sanctions pénales a été sensiblement élargi, englobant le sabotage économique, la spéculation et la désorganisation du marché, la propagande chuchotée. Dans la panoplie des lois, les plus importantes seront : la Loi du 19 avril 1950 sur la discipline du travail socialiste, les deux décrets du 4 mars 1953 sur la protection renforcée de la propriété socialisée et celui sur la qualité de la production, le décret du 12 septembre 1947 sur l’obligation d’entraide paysanne ainsi caractérisée par le procureur de la Cour suprême L. Lemell : « cette réglementation prévoit une sévère répression pénale contre tout riche paysan qui tenterait de se soustraire à l’obligation d’entraide de bon voisinage. Le procureur et les tribunaux se doivent de faire preuve d’une vigilance accrue de classe dans ce secteur et réagir avec sévérité contre toute tentative faisant infraction à cette réglementation. » (Rola i zadania organów wymiaru spra-wiedliwości na tle uchwal Plenum KC PPR – Le rôle et les tâches des organes juridictionnels à la lumière des résolutions du Plénum du CC du PPR, Varsovie, tiré à part du Demokratyczny Przeglad Prawniczy, n° 10, 1948, pp. 27-28). Les lois sur les fournitures obligatoires de blé, de pommes de terre, de lait, etc. prévoyaient des sanctions pénales jusqu’à trois ans de prison.

77Le caractère éminemment politique des poursuites à l’encontre de centaines de milliers de paysans et d’ouvriers ne laisse subsister aucun doute. L’ampleur de la répression policière pour des raisons proprement politiques ou prétendument telles échappe néanmoins à notre investigation. D’une part, parce que de nombreuses condamnations politiques ont été camouflées par des motifs « économiques », d’autre part parce que le nombre de condamnés politiques en prison n’a jamais été révélé et enfin parce que l’internement administratif frappant plusieurs centaines de milliers de personnes mélangeait délibérément « les politiques », « les droits communs » et les « criminels économiques ».

78Le but politique de ces gigantesques opérations policières a été l’objet d’innombrables ouvrages. Le but social, peut-être un peu moins. Car outre les adversaires identifiés et les « ennemis potentiels » du régime, les « suspects », la persécution touchait un nombre si élevé de citoyens toutes catégories sociales confondues que, comme nous l’avons remarqué, près d’un tiers des familles était concerné. Pour les uns, par dizaines de milliers chaque année, la vie consistait à survivre, ne fut-ce que misérablement, et faire la queue à l’entrée des camps et des prisons pour faire passer, si possible, un paquet maigrichon de nourriture ou de linge au père de famille croupissant derrière les barbelés. Les « politiques » étaient par ailleurs privés de cette faveur. Pour d’autres, c’était la peur, nuit et jour, puisque le moindre lien avec les personnes exécutées, emprisonnées, internées pouvait servir à les impliquer le moment venu. Il n’y a par conséquent qu’une seule explication globale : c’est d’avoir voulu insécuriser toute la population. Nous ne nous étendons pas ici sur le caractère démentiel d’une telle action ni non plus sur ses effets finalement contre-productifs parce que, tout en réduisant la personne humaine en matière brute, elle créa l’égalité de tous dans la peur. Cela certes n’effaça pas la barrière entre persécutants et persécutés, mais rendit les premiers assez vulnérables pour provoquer leur effondrement psychique voire souvent leur désertion aux moments de crise.

79En ce qui concerne ses proportions, l’univers pénitencier hongrois était parmi les plus peuplés, mais loin d’atteindre celui de l’archipel Goulag avec ses 20 millions de “zek”, 10 % de la population.

80Grâce à la suppression de l’internement administratif par le gouvernement d’Imre Nagy en 1953 et la libération d’un nombre important de prisonniers politiques, le goulag hongrois ne s’est donc pas transformé en une sorte de sous-société pénitentiaire de longue durée.

81Il n’empêche que le monde carcéral hongrois avait aussi ses lois, ses hiérarchies, ses privilégiés de même que ses fameux savants et experts habitants le « premier cercle » de l’enfer et étant utilisés pour fructifier leurs expériences. Une romancière hongroise a mis en scène, assez récemment, le sort en prison de l’ancien directeur-ingénieur-en-chef d’une compagnie pétrolière, la société MAORT, condamné à mort puis à perpétuité et qui, depuis sa cellule, continua à diriger les forages et l’exploitation de son ancienne compagnie pour le bien de l’Etat socialiste. D’autres, employés par exemple comme traducteurs, ont eu au moins le plaisir de lire des chefs-d’œuvre de la littérature occidentale… des livres interdits au public, mais utiles pour tenir au courant les professionnels de la politique du parti. Le goulag hongrois remplit aussi un rôle essentiel dans le processus de déracinement social de la population, s’ajoutant au processus d’insécurisation.

82Une grande partie des “zek” hongrois venait sans doute des anciens et récents condamnés politiques, des « suspects » pour raison de classe et d’autres éléments déclassés de la société. C’est ainsi que l’ancien fasciste côtoyait l’ancien ministre communiste, l’officier du régent Horthy le syndicaliste social-démocrate, le curé, l’athée, la victime, le tortionnaire. Des scènes, des images devenues clichés répétitifs.

83L’on s’est intéressé un peu moins à ces centaines de milliers d’ouvriers, paysans, artisans, commerçants, employés venus grossir, souvent pour quelques mois seulement, mais en flots ininterrompus, l’univers plus durable des prisons et des camps.

84Le fait « d’être passé par là », ne constituait certes pas un déshonneur, pour l’ancien condamné retourné au village ou à l’usine. Souvent, au contraire, cela lui donna une aura de martyr. Mais l’individu était dorénavant fiché, avec son casier judiciaire, suspect devant les autorités, cible de nouvelles vexations. L’écart entre les critères de respectabilité officiels et de la société civile est devenu plus large que dans le passé, faisant planer sur la réintégration sociale de l’individu une ambiguïté insurmontable. A plus forte raison l’ancien officier ou fonctionnaire public ou le ci-devant bourgeois ou commerçant était placé devant l’impossibilité matérielle de se trouver un lieu d’insertion sociale. Sauf la famille – à condition qu’il en reste quelque chose : une femme, une mère ou, comble de bonheur, un gîte.

85Le système policier-judiciaire-pénitencier s’est avéré ainsi non seulement le bras séculier du parti contre ses ennemis réels et imaginaires, mais aussi un instrument de la dé-socialisation, complétant l’œuvre du démantèlement des institutions politiques autonomes et le processus de déclassement accompli par des moyens économiques.

  • 24 Nowe Drogi (Voies Nouvelles), IIIe Plénum du CC du PZPR, 11-12-13 nov. 1949, p. 107.

86Les résultats de ces gigantesques bouleversements peuvent apparaître, à la lumière des statistiques, comme autant d’éléments de la mobilité sociale. D’autant plus qu’ils s’effectuaient parallèlement avec la promotion sociale de cadres populaires. Nous ne disposons pas de données chiffrées pour la Hongrie. En ce qui concerne la Pologne, à la mi-1946, on articule le chiffre de 5 500 ouvriers ayant accédé à des postes de responsabilité. Au Plénum de 1949, R. Zambrowski déclare que 15 000 ouvriers occupent des postes de direction24.

87Quant à l’appareil administratif de l’Etat, il fut détruit dans un premier temps par les Allemands, ensuite l’appareil clandestin mis en place par la délégation du gouvernement polonais en exil, à Londres, subit le même sort, il est évincé par les autorités dominées par le Parti communiste. L’appareil gouvernemental hongrois, en partie désintégré par l’effet immédiat de la capitulation, se trouve également entre les mains de nouveaux fonctionnaires, soit communistes soit de plus en plus soumis à l’autorité du parti.

88Tous ces mouvements font émerger une nouvelle classe d’origine populaire ou petite-bourgeoise se substituant aux ci-devant. Elle est plus démocratique de par ses origines ce qui ne signifie pas nécessairement qu’elle le soit aussi dans son comportement vis-à-vis de ses administrés. Mais indépendamment de tout jugement de valeur – un jugement par ailleurs essentiellement positif selon l’auteur de ces réflexions – une chose est certaine : la relève s’est effectuée par la conjugaison de l’action politique et des mesures économiques avec une méthode policière particulièrement odieuse au mépris de la dignité de la personne humaine.

89Mobilité sociale ? Oui, sans doute, c’en était une. Mais avec, comme direction principale pour les vaincus, le camp et la prison.

90Peut-on alors souscrire à la thèse, également répandue, de la « répression aveugle » opérée par les autorités communistes sans discrimination et sans rationalité apparente ?

91Nous ne le croyons pas. Malgré toutes les incertitudes qui ont plané sur la mise en exécution de cette politique de table rase et malgré le caractère insensé et contre-productif de certaines actions contre un tel groupe social ou un tel individu, la dé-socialisation suivait sa logique inhérente. Elle consistait à extirper l’individu de son milieu social, de le déraciner.

92Jusqu’à quel point pareille entreprise peut-elle être menée ? Dans les années 1950, jusqu’à la « déstalinisation », les sociétés d’Europe de l’Est ont donné l’impression d’avoir succombé. Toutes les notions de prestige social, d’honneur, de solidarité, de communication culturelle coutumières semblaient être broyées et refoulées dans les tréfonds de la conscience. Ressurgiront-elles le moment venu ? Sur le moment les mesures politiques, policières, administratives et économiques de la démocratie populaire, s’acheminant vers le totalitarisme n’ont pas manqué leur but premier : désarticuler la société et livrer la population à l’arbitraire du parti unique, seul détenteur depuis 1947/48 du pouvoir. Mais ni ces mesures, ni le processus politique ne rendent compte à eux seuls du changement sans l’examen du nouvel encadrement social et de l’emprise du parti sur la culture, l’information et les mentalités.

93Ce n’est qu’à titre de référence que nous mentionnons ici, appuyés sur de nombreux ouvrages, les mesures d’encadrement social communes à tous les pays communistes européens. Il s’agit des syndicats uniques, des associations professionnelles des métiers intellectuels et artistiques, des unions de femmes, des Jeunesses communistes, des sociétés savantes et culturelles étatisées et des clubs sportifs, des cercles de lectures et de loisirs remplacés par des Maisons de la culture et/ou autres établissements municipaux etc. etc. Sous des rubriques telles que « organisations de masse », « unions des associations », « sport » ou « culture » l’on trouve facilement leurs organigrammes respectifs, leurs statuts et leurs fonctions à remplir dans une multitude de brochures officielles et d’ouvrages généraux écrits sur les pays socialistes.

94C’est un système perfectionné qui doit beaucoup au modèle d’organisation sociale soviétique et qui ne laisse inoccupé aucun espace de la société civile. Tout le monde fait partie d’une ou de plusieurs lignes du réseau : selon son sexe, son âge, sa profession, son lieu d’habitat, en un mot selon les critères distinctifs de son identité civile. Et même selon certains critères qui ne figurent pas dans un passeport ou une carte d’identité comme par exemple son sport préféré (la chasse, la pêche, le football, la gymnastique, la natation) ou son penchant culturel (lecture, chant, théâtre amateur, danse, musique). Il y a toujours une organisation qui le prend en charge et qui lui fournit des prestations souvent extrêmement généreuses en équipement et en programmes d’activité.

95Grâce au syndicat ou l’association professionnelle de l’individu, on reçoit des bons de vacances pour des maisons de repos, des billets de théâtre au prix modique, chaque village ou quartier possède une maison de la culture avec projecteur de films, les entreprises ont leurs clubs sportifs et culturels, les bibliothèques et les cercles de lecture municipaux sont innombrables.

96Le régime s’en enorgueillit dès ses origines déjà lointaines. A juste titre et chiffres en main. Nulle part au monde le tirage des grands classiques de la littérature n’avait atteint un niveau comparable. Nulle part le livre ne coûte aussi peu cher. Nulle part le théâtre, le film, les spectacles ne sont aussi accessibles aux ouvriers que dans le pays du socialisme. Les démocraties populaires ont suivi l’exemple soviétique. Dans le budget cumulé de l’Etat, des syndicats et des municipalités les postes culturels, d’instruction publique, de sport et de certaines prestations sociales atteignent des proportions qu’aucun welfare state capitaliste n’est en mesure d’assurer aux citoyens.

97Ce système, dont nous verrons certains autres aspects à propos de l’école, l’information et la production des biens culturels et de l’idéologie est une nouveauté absolue sur le plan des relations sociales. L’Etat moderne, certes, ne s’est jamais abstenu d’encourager ou au contraire freiner, contrôler et canaliser, certaines activités socioculturelles d’autant plus qu’il se trouve de plus en plus sollicité. S’il ne prend pas intégralement à sa charge une telle association ou institution « d’intérêt public », telle que par exemple « l’école publique laïque républicaine » ou de réseaux entiers de promotion de connaissances utiles ou d’activités édifiantes du corps et de l’esprit, il accorde des subventions ou des dégrèvements d’impôt. La séparation étanche entre l’Etat et la société civile est une abstraction philosophique tellement l’interférence des deux sphères est une réalité permanente dans les deux directions : la société civile s’efforçant de façonner les institutions qui la gouvernent et les pouvoirs publics s’étendant dans des domaines innombrables de la vie de la société.

98Cependant en cas de litige, seul le droit tranche en dernière analyse et, d’autre part, le système d’amortissement invisible de la démocratie redresse les déséquilibres et compense, du moins partiellement, l’inégalité des forces de pression et des représentations d’intérêts.

99En revanche, le système socialiste de distribution des biens et des services socio-culturels fonctionne comme un encadrement total, en principe égalitaire, appliquant les mêmes règles pour tous. Le jeu des intérêts diversifiés en est éliminé de même que l’initiative personnelle et la variété qui caractérisent l’anarchie apparente de la société civile démocratique.

100Le domaine de la vie associative d’avant l’instauration de l’encadrement de type soviétique montre le contraste mieux que n’importe quel autre aspect de la société.

  • 25 Sándor Dobrovits, Magyarország egyesiileteinek statisztikája (Statistique des associations de Hongr (...)
  • 26 Elemér Hankiss, Második társadalom ? (Seconde société ?), Valóság, XVIIe année, n° 11, novembre 198 (...)

101La Hongrie entre les deux guerres avait connu une véritable floraison d’associations, de clubs, de cercles les plus divers. Les chiffres les plus fiables proviennent d’une étude et d’une enquête statistiques publiées respectivement dans les très officiels Revue Statistique de 1935 et Bulletin Statistique, n° 1, 193825. Selon le dernier recensement que nous avons déjà cité dans la première partie de cet ouvrage, il existait en 1937 16 747 associations. Pour marquer le contraste relevons que, d’après une étude sociologique récente, il n’en restait après les ravages de la période stalinienne que 225 sans compter les associations sous le contrôle des autorités des conseils locaux26. Nous y reviendrons également parce que les critères variables employés dans les différents relevés statistiques rendent difficile de se faire une idée juste aussi bien en ce qui concerne le démantèlement de l’ancien réseau qu’en ce qui concerne la restructuration de la vie associative. L’on compte par exemple parmi les associations autonomes d’autrefois de nombreuses organisations sous tutelle effective, sinon toujours officielle, d’organes étatiques.

102L’écart entre les deux chiffres reste toutefois béant et témoigne de la volonté inflexible des autorités communistes de ne rien laisser à l’aléa des activités sociales autonomes et spontanées.

  • 27 En Pologne, le 22 juillet 1948 aura lieu à Wroclaw le congrès où fusionneront le ZWM – l’Union de l (...)

103L’histoire de la démolition systématique de ces foyers de la vie sociale serait une page extrêmement monotone. Elle a commencé, comme on l’a indiqué, par la suppression dès 1945, par loi ou décret gouvernemental des organisations fascistes, anti-soviétiques, suivies de près des associations horthystes, réactionnaires, cléricales, monarchistes. Le 4 juillet 1946 le ministre de l’Intérieur, László Rajk, dissout les deux organisations de jeunesse les plus importantes, à savoir l’Union des Scouts et le KALOT27, l’association des célibataires catholiques. En l’espace de deux semaines suivantes, 1 500 associations sont dissoutes. Suivre la trace des milliers d’autres serait une entreprise d’autant plus difficile que les dissolutions s’effectuaient souvent par auto-dissolution ou par la substitution d’anciennes associations par d’autres, dépendantes soit des organisations faîtières telles que l’Association démocratique des femmes ou de la Jeunesse (plus tard Jeunesses communistes), soit des syndicats placés sous l’autorité d’un Conseil syndical unique, soit encore des municipalités. Ces dernières, l’on s’en souvient, avaient alors déjà perdu tout semblant de “self-government” et sont devenues des rouages de l’administration étatique centralisée. L’élection des conseils locaux se déroulant de la même manière que les élections parlementaires.

104Les associations de chasse, de pêche, de sport, les clubs de football, de randonnées, les cercles littéraires ou de lecture – rien n’a échappé aux organes de centralisation et de contrôle étatiques. L’opinion publique déplorait en particulier la transformation du club le plus populaire de Budapest, avec son équipe de football Ferencváros (du nom de quartier François, appelé familièrement “Fradi” par les ouvriers, ses principaux supporters). Le mécontentement latent s’est transformé en une manifestation publique antigouvernementale en 1954 après l’échec de l’équipe nationale de foot au championnat mondial tenu à Genève. Quant aux nouveaux clubs, ils n’ont jamais réussi à capter l’ardeur des supporters de leurs prédécesseurs.

  • 28 Stephen D. Kertesz, Between Russia and the West. Hungary and the Illusions of Peacemaking 1945-1947 (...)

105En 1949, les cercles de lecture anciens ont été dissous et remplacés par de nouveaux, et leurs bibliothèques « purgées » des livres indésirables. Cette purification n’était par ailleurs ni la première ni la dernière. La destruction des livres fascistes faisait partie des obligations du gouvernement démocratique d’après guerre et aussitôt une commission officielle en fut chargée. Mais, chose étonnante, les autorités soviétiques d’occupation s’en chargèrent simultanément avec encore davantage de zèle. Un ancien diplomate hongrois, devenu plus tard professeur historien réputé aux Etats-Unis raconte que les censeurs soviétiques prenant les catalogues de bibliothèques avaient extirpé des rayons tout livre faisant mention du nom du régent Horthy avec y compris… les livres d’horticulture. Quelques-uns datant du xviie siècle28. Lors d’un autre autodafé de livres au début des années 1950, les œuvres de la « décadence occidentale pourrie » comme celles de Sommerset Maugham et de Cocteau, furent envoyées au pilon.

106En règle générale, les nouveaux organes de loisir, de sport, de culture ou de lecture s’installèrent dans les locaux des anciens ou dans des manoirs et maisons expropriés. Simultanément, l’Etat socialiste consacrait des moyens financiers considérables à la construction et l’équipement de maisons de culture ou de foyers culturels dans les usines. Nous avons évoqué plus haut l’atmosphère vibrante, enthousiaste dans les villages, jusqu’alors isolés, recevant la première fois dans leur existence une troupe théâtrale jouant Molière ou un spectacle de chant et de danse folklorique monté par les jeunes de leur propre commune. A en croire les chiffres officiels, ce mouvement de démocratisation de la haute culture et du folklore, loin d’être brisé, s’était poursuivi pendant les années sombres de l’époque stalinienne ainsi que par la suite. Les chiffres ne rendent pas compte certes de la détérioration du climat due à la vigilance idéologique des autorités coupant l’élan spontané et imposant des programmes politisés, mais la croissance des lieux de culture – maisons, salles, bibliothèques – et des groupes d’amateurs montre néanmoins l’aspect indéniablement positif de la politique culturelle dans ce domaine. En 1941 l’on a recensé 1 695 maisons ou salles de culture, dans les années 1950-1960 environ 2 500.

  • 29 Statisztikai évkönyv 1977 (Annuaire statistique 1977), Statisztikai évkönyv 1983 (Annuaire statisti (...)

107Les statistiques montrent ensuite une forte augmentation (jusqu’à 3 878 en 1965) puis une stabilisation autour de 2 500 foyers29. Fluctuations dues à la désaffectation de salles décrépites ou peu fréquentées ainsi qu’au changement de méthode de recensement statistique. Le nombre des bibliothèques publiques (scientifiques, municipales, scolaires, etc.) avait probablement baissé dans un premier temps à cause de la dissolution de milliers d’associations, mais il a commencé à augmenter dans les années 1960 pour atteindre environ 5 000, sans compter les bibliothèques scolaires, puis 10 000 à la fin des années 1970 et au début des années 1980.

108Phénomène identique en ce qui concerne les associations sportives. Disparition des anciennes sociétés et clubs pendant l’ère stalinienne ; nouveau départ sous le régime Kádár. Décisions en apparence anodines, mais touchant à la sensibilité de centaines de milliers de supporters. A la place du club athlétique très populaire “Kispest” (Petit-Pest) l’on crée le club “Honvéd” (intraduisible : soldat, poilu) à la place d’autres Vasas (Métallo), “Bányász” (Mineur), Vörös Lobogó (Drapeau Rouge), Dózsa (du nom d’un chef rebelle paysan du xvie s.).

109L’un des problèmes les plus délicats des dirigeants communistes des années 1950 était certainement la Gleichschaltungdes multiples associations ouvrières traditionnelles – des syndicats aux cercles de gymnastique ou d’échecs.

  • 30 A Magyar Szocialista Munkáspárt XIII. kongresszusa (XIIIe congrès de Parti Socialiste Ouvrier Hongr (...)

110Dans les annuaires statistiques l’on cherche en vain des données concernant les syndicats et les autres associations de protection d’intérêt professionnel. Il n’y a rien non plus sur les « organisations de masse », sur le Front populaire patriotique ou les Jeunesses communistes. L’on trouve certes des informations dans une multitude de publications officielles, journaux et ouvrages. Il suffit d’ouvrir, par exemple, le procès-verbal d’un congrès du parti pour apprendre que le nombre des membres des Jeunesses communistes monte, selon le rapport de 1985, à 913 000 répartis en 34 000 organisations de base, qu’il y a 1 million et demi de pionniers (de 6 à 14 ans) et 4 millions 399 000 de travailleurs syndiqués… Autant dire que tout le monde. La population active se monte à 5 millions. Pour les enfants le taux d’organisation est à 98,1 %, pour les travailleurs 96,5 %. Seule l’organisation des Jeunesses communistes est « déficitaire » et elle aussi seulement parmi les... ouvriers. Toujours selon le même rapport, 26,6 % des jeunes travailleurs sont membres de la KISz (Jeunesses communistes) contre 71,8 % des écoliers et apprentis30.

  • 31 A titre d’orientation du système d’encadrement polonais dans les années de l’Etat totalitaire à son (...)

111Les organisations de masse et les organisations professionnelles appartiennent en effet davantage à l’organigramme du pouvoir exercé par l’Etat-Parti qu’à la sphère d’activité de la société. Certaines données concernant cette dernière sont par ailleurs trompeuses, précisément parce que nombre de clubs et de cercles de certaines organisations étatiques apparaissent comme clubs ou cercles tout court, donnant l’impression qu’il s’agit de quelque activité sociale spontanée. Parmi ces pseudo-clubs se trouvent par exemple ceux de l’association paramilitaire de la Défense de la Patrie (4 101 clubs, 7 044 sections) comptant 292 000 membres. Nous ne savons pas dans quelle rubrique de statistique générale sont comptabilisés les 1 781 groupes de la Compagnie d’Amitié hungaro-soviétique, dans laquelle l’Association des Résistants et Antifascistes ou encore autres sociétés faisant partie du Conseil de la Paix ou du Conseil des femmes. Quoi qu’il en soit, les bases de ce système d’encadrement ont été jetées en partie avant 1948 et, plus massivement, pendant la construction de l’Etat totalitaire entre 1949 et 195331 lorsque, après la fusion forcée du Parti Social-démocrate avec le PC le nouveau parti communiste unifié avec les bribes de la social-démocratie, mit fin à toute autonomie syndicale et associative.

  • 32 La loi sur les syndicats du mois de juillet 1949 et l’instauration de la CRZZ – Conseil Central des (...)

112Un seul exemple. Avant la guerre, il existait un syndicat des médecins sociaux-démocrates. En 1945, il s’est transformé en Syndicat libre des médecins comptant 7 000 membres. Le personnel auxiliaire s’est constitué en même temps en Syndicat libre des employés sanitaires, 6 000 membres au départ, puis 13 000. La réorganisation des syndicats par branches amena à leur unification et à l’extension du syndicat à tous les métiers touchant de près ou de loin la santé. Résultat : à la place d’une variété d’organisations différenciées selon les métiers, selon les familles politiques, selon les intérêts de groupes l’on trouve un syndicat gigantesque : plus de 200 000 adhérents…32

113Un mot sur les associations mutuelles et de loisirs ouvriers, mais aussi paysannes. En même temps que les syndicats, ces associations étaient la fierté du prolétariat depuis le xixe siècle… Organes de solidarité, d’entraide, sociétés de lecture, de chant, de théâtre d’amateurs, de randonnée, de pêche… Lieux de discussions, d’amitiés, parfois d’amours… Elles secrétaient et véhiculaient tout un système de valeurs propres au monde ouvrier.

114Le sort de cette société civile, à la fois distincte et intégrée dans le vaste ensemble social, était scellé d’avance. Son existence autonome était tout bonnement intolérable pour le parti communiste. Si bien que par une série de mesures elle fut partiellement détruite et partiellement confisquée. Placées sous l’autorité soit des syndicats soit directement de la direction de l’entreprise, les associations ouvrières devinrent des simples courroies de transmission de l’idéologie officielle.

115Quelques-unes parmi, les plus prestigieuses, avaient été épargnées pendant un an ou deux. L’exemple en est le chœur ouvrier “Acélang” (Voix d’acier) d’une grande usine de construction de machines dissout en 1950 en raison de ses vieilles traditions... social-démocrates.

  • 33 Quelques jours après, Kádár « démissionne ». Un an après, il est arrêté.

116Il est évident, mais mérite d’être noté, que la franc-maçonnerie n’a pu survivre à cette période de glaciation. Son sort n’a touché directement qu’un millier de personnes, mais il est symptomatique des tours et détours qu’avait subi la société en l’espace de quelques brèves années. Interdite, comme nous l’avons indiqué, sous le régime Horthy, la franc-maçonnerie avait été à nouveau autorisée en 1945 sous le signe de la démocratie ; une démocratie porteuse de la promesse que les entorses à la liberté et aux droits de l’homme du « fascisme-Horthy » seront réparées et ne seront plus jamais tolérées. Voici donc que renaissent une quinzaine de loges avec environ 900-950 membres... Rappelons que d’après la police de Horthy, il y avait dix fois autant de franc-maçons refoulés dans la clandestinité... mais jamais inquiétés. Or en juin 1950 le ministre de l’Intérieur, János Kádár par hasard33, dissout les loges. Cette fois-ci pour de bon.

  • 34 II y a eu certes des divorces, des reniements, probablement aussi des dénonciations de proches.

117Le quadrillage de la population est pratiquement terminé en 1950-1951. Il n’y a plus aucun groupe social qui échapperait à l’Etat-Parti omniprésent, plus aucune organisation autonome, plus aucune forme de vie en société qui ne serait encadrée et surveillée. Ce qui reste de la société civile se réfugie dans les consciences : dans la religion, dans les valeurs éthiques et sociales intériorisées, dans la famille enfin qui subsiste et résiste. Pavel Morozov n’a pas fait d’émules dans les démocraties populaires34.

Notes

1 Georges Dimitrov, Oeuvres choisies, Paris, Editions Sociales, 1952, p. 25.

2 Adresse de Moscou aux représentants du gouvernement polonais de Londres, 18.06.1945, cité d’après Krystyna Kersten, Narodziny systemu wladzy w Polsce 1943-1948 (La naissance du système du pouvoir en Pologne 1943-1948), Paris, Libella, 1986, p. 97.

3 Le témoignage est de Roman Zambrowski, Dziennik (Journal), in : Krytyka, n° 6, 1980.

4 Mihály Korom, Magyarország ideiglenes nemzeti kormánya és a fegyverszünet (1944-1945) (Le gouvernement national provisoire de Hongrie et l’armistice (1944-1945), Budapest, Akadémiai kiadó, 1981, pp. 254-255.

5 G. Dimitrov, op. cit., p257.

6 En Pologne cette « troisième voie était préconisée par le Parti socialiste dont les idéologues les plus influents étaient Julian Hochfeld et Jan Topinski, qui écrivaient dans la Revue socialiste (Przegled socjalistyczny) où ils discuaient des problèmes de 1’« humanisme socialiste », d’une « voie démocratique, évolutive au socialisme ». (Krystyna Kersten, op. cit., p. 282).

7 La conception similaire formulée par Imre Nagy (« un communisme qui n’oublie par l’homme ») n’avait pas été autant appréciée. Seulement quelques personnalités indépendantes comme Raymond Aron, François Fejtö, Cornélius Castoriadis, Claude Lefort, Edgar Morin en avaient compris la signification.

8 Cf. l’article de Karel Bartosek : « Les procès politiques en Tchécoslovaquie, 1948-1954 », in Communisme n° 4, 1983, pp. 5-27.

9 Marie Lavigne, Les économies socialistes soviétiques et européennes, Paris, Armand Colin, 1983, p. 37.

10 Szyja Bronsztejn, Ludność żydowska w Polsce w okresie miedzywojennym (La population juive en Pologne dans l’entre-deux-guerres), Wroclaw-Warszawa-Kradów, Zaklad Narodowy imienia Ossolińskich, 1963, p. 236.

11 John Michael Montias, Central Planning in Poland, New Haven and London, Yale University Press, 1962, pp. 52-53.

12 Rocznik Statystyczny 1960 (Annuaire statistique 1960), Warszawa, 1960, p. 135).

13 Hanna Jedruszczak, op. cit., p. 1189.

14 Ces chiffres concernent les artisans sans familles ; ils sont extraits de R.F. Leslie, The History of Poland since 1863, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 317.

15 Les résultats de la collectivisation sont peu encourageants : le 30 septembre 1956 on comptait 10 510 coopératives ; en décembre de la même année, après les vagues de dissolutions qui ont suivi le plénum d’octobre, il n’en reste que 1 534. (Andrzej Korbonski, Politia oj Socialise Agriculture in Poland 1945-1960, London, Columbia University Press, 1965, p. 172).

16 Une anecdote intéressante montre jusqu’à quel point la « dékulakisation » est devenue un dogme de la politique de 1’« édification du socialisme ». Stanislaw Staszewski, qui fut à l’époque le responsable pour la presse au CC du POUP, reçut un membre du CC du PCUS, rédacteur en chef de la revue du Kominform. « Pour une paix durable et pour une démocratie populaire » ; lors de l’entretien l’hôte soviétique, après quelques préliminaires, passa à la question cruciale :
- Que ferez-vous de vos koulaks durant la collectivisation ?
- Je ne comprends pas très bien votre question.
- La Pologne est un pays au territoire restreint ; combien avez-vous de propriétés paysannes ? demanda-t-il.
- Environ quatre millions.
- C’est simple alors, vous avez 400 000 koulaks.
- Qu’est-ce que c’est que ce calcul ? Je ne vous suis pas.
- Nous sommes partis du principe que dix pour cent des exploitations agricoles sont des koulaks, vous devriez en avoir approximativement autant. Ce qui donne 400 000 propriétés koulaks, donc au moins un demi-million de personnes à déporter ou à mettre en arrestation. Où allez-vous les déporter ?
(Citation de Teresa Toranska, Oni (Eux), Londres, “Aneks”, 1985, p. 121).

17 En Hongrie, jusqu’en juin 1952, 95 camps et villages d’internement pour travaux forcés ont été recensés, devant suppléer aux prisons selon la Ligue Internationale des Droits de l’Homme. Pour la Pologne, durant la même période, 34 camps d’internement et 8 camps attachés aux pénitenciers ainsi qu’un nombre non précisé de Bataillons disciplinaires. Selon Richard K. Carlton, Forced Labor in the “Peoples Democracies”, F.A. Praeger, NY, 1955, pp. 95 et 210.

18 « Les tâches des associations de jeunesse. Discours prononcé au IIIe congrès pan russe de l’Association des jeunesses communistes russes, 2 octobre 1920 ».

19 En Pologne, l’appareil juridique anti-fasciste comprenait trois Décrets. Celui du 31 août 1944 condamnant les criminels fascistes et hitlériens coupables de crimes et de persécutions des populations civiles et des prisonniers de guerre ainsi que les traîtres à la Nation polonaise. Suivi de celui du 22 janvier 1946, contre les responsables de la défaite de septembre 1939 et de la fascisation de l’Etat. Le troisième, sur la responsabilité pénale contre les personnes ayant renoncé à la nationalité polonaise au cours de la guerre (volksdeutsch).

20 En Hongrie c’était le VIIe article de loi du 12 mars 1946. Il y avait des lois ou des décrets semblables dans les autres pays. La loi hongroise fut destinée à la « protection de l’ordre démocratique et de la république ». En Pologne, ce fut avant tout le Décret du 13 juin 1946 sur les crimes particulièrement dangereux commis contre l’Etat durant la période de reconstruction, et qui sera connu sous le nom de « Petit Code Pénal ».

21 II s’agit là des collaborateurs et des nazi-fascistes. La répression de la résistance antiallemande, mais en même temps anticommuniste prit des proportions incomparablement plus étendues en Pologne qu’en Hongrie.

22 Statisztikai évkönyv, 1949-1955 (Annuaire statistique 1949-1955), Központi Statisztikai Hivatal (Office Central de Statistique), 1957, pp. 354-358.

23 Piotr Woźniak dans son Zapluty karze/ reakcji, Wspomnienia AK-owca z wiezień PRL (Le sale gnome de la réaction. Souvenirs des prisons de la République Populaire de Pologne par un soldat de l’AK), Paris, Ed. Spotkania, 1982, p. 121, aligne le chiffre de 200 000 personnes qui auraient perdu la vie en 1947 et 1957 suite aux répressions dans les prisons et les camps.

24 Nowe Drogi (Voies Nouvelles), IIIe Plénum du CC du PZPR, 11-12-13 nov. 1949, p. 107.

25 Sándor Dobrovits, Magyarország egyesiileteinek statisztikája (Statistique des associations de Hongrie), Statisztikai Szemle (Revue Statistique), n° 1, 1935 : du même auteur, Társadalmi szerve-zelek (Organisations sociales), Statisztikai Közlemények (Bulletin statistique), n° 1, 1938, op. cit.

26 Elemér Hankiss, Második társadalom ? (Seconde société ?), Valóság, XVIIe année, n° 11, novembre 1984, pp. 25-44. Chiffres cités en note d’après une étude inédite de Béla Pokol.

27 En Pologne, le 22 juillet 1948 aura lieu à Wroclaw le congrès où fusionneront le ZWM – l’Union de la Lutte des Jeunes, lié au PPR communiste, le OMTUR – Organisation de la Jeunesse des Universités Ouvrières, liée au PPS socialiste, le ZMD – Union des Jeunesses Démocratiques, liée au Parti Démocrate et la plus importante organisation de jeunes du pays qui réunissait en 1947 465 000 membres dans 5 660 cercles ruraux : l’Union des Jeunesses Paysannes “Wici” répondant du PSL. Le ZMP – Union de la Jeunesse Polonaise, est né. Il atteindra en 1954 près de 2 000 000 membres.

28 Stephen D. Kertesz, Between Russia and the West. Hungary and the Illusions of Peacemaking 1945-1947, Notre Dame Londres, University of Notre Dame Press, 1984, p. 85.

29 Statisztikai évkönyv 1977 (Annuaire statistique 1977), Statisztikai évkönyv 1983 (Annuaire statistique 1983), op. cit. Pour la Pologne, les Maisons de la Culture connaîtront une croissance permanente, seuls les foyers et clubs après avoir atteint leur apogée en 1952 fléchiront en 1957 de plus de la moitié, pour remonter lentement dans les années suivantes. Ainsi à titre d’exemple : 1954, 17 556 ; 1956, 16 075 ; 1957, 7 514 ; 1960, 10 641.

30 A Magyar Szocialista Munkáspárt XIII. kongresszusa (XIIIe congrès de Parti Socialiste Ouvrier Hongrois), Budapest, Kossuth, 1985, pp. 24-32.

31 A titre d’orientation du système d’encadrement polonais dans les années de l’Etat totalitaire à son apogée : Association d’Amitié Polono-soviétique : 1953, 6 800 000 – 1954, 7 100 000 ; Syndicats : 1953, 4 500 000 – 1954, 4 700 000 ; Ligue des Femmes : 1953, 2 300 000 –1954, 2 300 000 ; Croix-Rouge Polonaise : 1953, 1 800 000 – 1954, 2 100 000 ; Union des Jeunesses Polonaises : 1953, 1 600 000 ; 1954, 2 000 000 ; Union de l’Entraide Paysanne : 1953, 1 900 000 – 1954, 1 900 000 ; Ligue des Amis du Soldat : 1953, 1 500 000 – 1954, 1 500 000 ; Union des Scouts Polonais : 1953, 1 200 000 – 1954, 1 400 000. Source : Annuaire Statistique, GUS, Varsovie, 1955, p. 270.

32 La loi sur les syndicats du mois de juillet 1949 et l’instauration de la CRZZ – Conseil Central des Syndicats Professionnels – Centrale syndicale unique en décembre de la même année ferment un chapitre du syndicalisme polonais qui en 1935 disposait de 298 syndicats. K. Grzybowski, The Evolution of the Polish Labour Law 1945-1955, in Z. Nagórski Sr., Legal Problems under the Soviet Domination, NY, Ass. of the Polish Lawyers in Exile in the US, 1956, p. 83. La réorganisation des syndicats par branche dissout, à titre d’exemple, une profession comme celle des Travailleurs Intellectuels qui dans les années trente réunissait 254 800 travailleurs en 72 syndicats prof. Adam Skwarczynski ed., Atlas Orgamzaczji spotecznych (Atlas des Organisations sociales), Warszawa, 1932, p. 9.

33 Quelques jours après, Kádár « démissionne ». Un an après, il est arrêté.

34 II y a eu certes des divorces, des reniements, probablement aussi des dénonciations de proches.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable