Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

II. La mort d'une société

2. Les classes sociales, le parti et le problème juif

Texte intégral

1La politique frontiste et les instruments policiers et administratifs que les partis communistes se sont attribués n’auraient que superficiellement transformé le paysage social des nouvelles démocraties sans les événements de guerre et de l’immédiat après-guerre qui l’avaient au contraire profondément bouleversé. Pour mesurer l’ampleur des changements intervenus avant même l’installation du parti au pouvoir il est nécessaire de les évoquer ne fut-ce que très sommairement.

2La Hongrie, ramenée à ses frontières de 1920, déplorait à nouveau le rattachement de plus de deux millions de Hongrois aux pays voisins ainsi que la perte, encore plus douloureuse, de plus d’un demi million de ses citoyens morts pendant la guerre. Ces chiffres ne comprennent pas les centaines de milliers de déportés et de prisonniers de guerre manquant à l’appel, mais petit à petit revenus au pays.

  • 1 La minorité allemande comptait environ 450 000 âmes. L’on estime à quelque 50 à 60 000 le nombre de (...)
  • 2 Statisztikai évkönyv 1983 (Annuaire statistique 1983), Budapest, Központi Statisztikai Hivatal, 198 (...)
  • 3 Edward Rosset, Demografia Polski (Démographie de la Pologne), PWN, Warszawa, 1975, vol. 1, p. 24.
  • 4 Maty Rocznik Statystyczny (Petit Annuaire statistique), G.U.S., Warszawa, 1985, p. xxix. Une estima (...)

3Les divers déplacements de populations, aussi choquants qu’ils aient été, n’ont pas modifié l’équilibre démographique. Le transfert d’environ 180 000 Allemands1, le départ volontaire de 73 000 Slovaques et d’environ 80-85 000 personnes choisissant de s’établir en occident a été largement compensé par le transfert forcé de plus de 100 000 Hongrois de Tchécoslovaquie ainsi que par l’immigration volontaire d’environ 250 000 autres Hongrois venus des pays voisins. La Hongrie comptait 9 200 000 habitants en 19492. La saignée de la Pologne était incomparablement plus tragique. En vies humaines elle se chiffre à 6 millions. A l’issue de la guerre et de la conférence de Yalta la Pologne cède 46 % de son territoire (180 000 km2) et 33 % de sa population d’avant guerre (11 714 000) à l’Union soviétique et reçoit en compensation 104 000 km2 à l’ouest, notamment en Poméranie et en Silésie. La superficie de la Pologne actuelle est de 312 683 km2, sa population se montant à 23 930 000 personnes en 1946 (dont 2 millions d’Allemands) contre 35 340 000 avant la guerre à l’intérieur des frontières d’alors3. La perte nette en nombre d’habitants se chiffre par conséquent à 11 170 000 âmes4.

  • 5 Joseph B. Schechtman, European Population Transfers 1939-1945, NY, Oxford University Press, 1946, p (...)
  • 6 E. Rosset, op. cit., p. 569-570.
  • 7 Rocznik Statystyczny 1949 (Annuaire Statistique 1949), G.U.S., Warszawa, p. 25, tabl. 7.

4Derrière ces chiffres autant de tragédies humaines, la mort et le désespoir chevauchant les frontières. L’extermination de 3 200 000 juifs par les occupants nazis et autant de Polonais, d’Ukrainiens et d’autres au fil des guerres, des occupations et des dévastations, en était, on l’a dit, la note la plus tragique. Mais la fin de la guerre avec son terrible bilan des morts n’exprime pas toute l’ampleur du désastre. Il s’y ajoute l’exode de plusieurs millions de gens poussés par la peur et la persécution sur les routes ou dans les wagons de déportation. Retour en Pologne ou, au contraire, départ pour d’autres destinations de millions encore. Le « déplacement » de la Pologne vers l’ouest touchait près de 12 millions de personnes dans les territoires annexés par l’Union soviétique et près de 1,9 millions d’habitants dans les nouveaux territoires polonais à l’ouest. Parmi les 5 274 000 Polonais de l’Est5 un grand nombre, fuyant les Russes, est sans doute parti pour la Pologne, d’autres furent rapatriés (1 526 000 environ dans les premières années, 250 000 plus tard)6 d’autres encore sont restés sur place ou furent déportés. D’après les statistiques officielles soviétiques il y aurait eu 1 430 000 Polonais en URSS en 1962 – le nombre réel est sans doute beaucoup plus élevé. Les rapatriés polonais venant des forces armées polonaises d’occident et des camps allemands étaient plus de 2 266 460 personnes7. D’autre part plus d’un demi-million d’Ukrainiens, de Biélorussiens et de Lithuaniens ont été amenés de Pologne en URSS dans l’immédiat après-guerre.

  • 8 Norman Davies, God’s Playground. Л History of Poland, vol. II., p. 562.

5« Pendant trois ans, écrit Norman Davies, les routes et les trains polonais étaient bondés par la procession incessante de réfugiés, de déportés, de rapatriés, de personnes en transit, d’expulsés, de migrants intérieurs »8.

  • 9 Rocinik Statystyczny 1949, op. cit., p26, tabl. 8.

6Dans cette cohue gigantesque, les Allemands de Poméranie, de Silésie et des autres territoires « recouvrés » de l’ouest de la nouvelle Pologne. En tout 8,9 millions de personnes dont 1 million de Polonais de citoyenneté allemande. Quant aux Allemands de souche leur exode commence à la mi-1944. La seconde vague suit en janvier 1945 sous la poussée de l’offensive soviétique. Plus de 2 275 000 Allemands seront ensuite évacués par les autorités polonaises9.

7Grâce à la guerre, aux exodes, déplacements et déportations, la Pologne, tout comme la Hongrie, se retrouvent « débarrassées » de leurs minorités allemande, ukrainienne, slovaque et autres. Elles se trouvent également débarrassées des juifs. Le problème ne tardera pas à rebondir, mais dans l’immédiat, et sur le plan pour ainsi dire statistique, la présence des survivants de l’holocauste – une infime minorité en Pologne – n’altère pas l’homogénéité globale ethnique et religieuse de la communauté.

  • 10 Rocznik Statystyczny 1947 (Annuaire Statistique 1947), Varsovie, 1947, p. 65.

8Les structures sociales subissent en revanche une première mutation profonde aux deux extrémités de l’échelle. Au milieu, les classes bourgeoises et la paysannerie plus ou moins aisée retrouvent leur position, momentanément il est vrai. La classe ouvrière également. Sa promotion au rang de classe politique hégémonique est prononcée avec discrétion et elle restera pour toujours symbolique. Dans les premières années du nouveau régime, le poids numérique de la population ouvrière demeure stationnaire. Il augmentera seulement avec les plans quinquennaux. Dans la Pologne d’après-guerre les employés de l’industrie et de l’artisanat se chiffrent à 1 263 172 personnes en 1946 dont 278 157 dans le secteur privé, répartis dans 118 249 entreprises, ce qui montre la faible concentration dans ce secteur10.

9En Hongrie les ouvriers industriels et du bâtiment représentaient environ un cinquième de la population active tandis que la population rurale plus de la moitié, comme avant la guerre.

  • 11 A. Polonsky, A. Drukier, The Beginning of Communist Rule in Poland, London, Boston Henley, Routledg (...)

10En revanche, le visage social de la campagne avait profondément changé grâce à la réforme agraire de 1945. Celle-ci élimina d’un seul coup la classe, peu nombreuse, mais politiquement influente, des grands propriétaires. En Pologne, 13 243 propriétés foncières d’avant guerre furent parcellisées, plus de 9 248 000 hectares furent expropriés dont 6 070 000 hectares distribués parmi plus d’un million de paysans11.

  • 12 Sándor Orbán, Két agrárforradalom Magyarországon. Demokratikus és szocialista agrárátalakulás 1945- (...)

11En Hongrie, des 3 millions 200 000 hectares expropriés, un million 857 480 ha. sont distribués parmi 642 342 bénéficiaires, c’est-à-dire en moyenne presque 3 ha. pour chacun. Avec y compris les anciens petits paysans 87 % des exploitations sont au-dessous de 10 ha. La nouvelle classe paysanne est par conséquent économiquement faible. L’effet de la réforme avait été néanmoins positif, en particulier en Hongrie, ce pays dit « semi-féodal » où avant la guerre quelque 12 000 grands propriétaires possédaient près de la moitié des terres12.

12Aux yeux du grand nombre une injustice historique fut réparée. L’on a quelquefois affirmé que les paysans s’étaient montrés réticents : ils hésitaient à s’installer dans la propriété des anciens seigneurs. Par peur ou par respect. En réalité, à quelques rares exceptions près, les bénéficiaires de la réforme ont accepté avec enthousiasme le changement depuis longtemps espéré de leur situation. L’immense classe rurale, encore très diversifiée entre les petits et les grands, les « koulaks », s’est installée comme la classe la plus nombreuse et à certains égards la plus influente de la société ne fut-ce qu’en raison du nombre des voix qu’elle représentait. C’est dire aussi qu’au départ le caractère rural de la nouvelle démocratie s’est renforcé socialement et politiquement. Culturellement aussi parce que les valeurs et les modes de comportement traditionnels paysans ont connu un nouvel essor qui ne manqua pas de se répercuter dans la vie et le discours politiques ainsi que, par ailleurs, dans la littérature inondée de romans et de poèmes à thème paysan.

  • 13 Sándor Balogh, Választások Magyarországon 1945, Budapest, Kossuth, 1984, p. 155.

13Le parti communiste, promoteur énergique de la réforme agraire, cherchait sans doute une clientèle parmi les bénéficiaires de la réforme agraire, mais se trouvait en même temps en porte-à-faux. Ses intérêts à long terme, son projet de société étant incompatible avec la prédominance de la société rurale. Le parti préconisait l’industrialisation rapide, la modification consécutive des structures sociales, l’urbanisation – en un mot une sorte de modernisation empruntée au modèle soviétique. S’installer dans une société à prédominance rurale était également incompatible avec les objectifs à court terme du parti. La clientèle paysanne s’est tournée dans sa majorité vers les partis paysans13.

  • 14 Jan Borkowski, “Dzialalność Polskiego Stronnictwa Ludowego wlatach 1945-1947” (Activité du Parti Pa (...)

14A cause de la violence et de la fraude généralisées le décompte du scrutin de janvier 1947 en Pologne ne tire à aucune conclusion. Le Parti paysan de Mikolajczyk (PSL) n’aurait obtenu que 10 % des voix, or, en réalité, un courant d’opinion, notamment paysan, extrêmement puissant lui avait été favorable. Lors de son premier congrès, en janvier 1946, les effectifs du PSL atteignent 600 000 personnes, presqu’autant que ceux de tous les autres partis réunis. Ainsi le PPR, le parti communiste comptait 235 000 membres, le parti socialiste 165 000 et le SL parti paysan frontiste 280 00014. C’est précisément ce danger que les communistes, déjà bien avant les élections, voulaient écarter par tous les moyens pour priver une énorme portion de la population, dont la paysannerie, de sa représentation politique adéquate.

15Le parti s’adressa par conséquent en premier lieu au prolétariat. Mais cette classe n’était pas très nombreuse dans ces sociétés à prédominance agraire et, en plus, sa place de représentation y était occupée par la social-démocratie et les syndicats de vieille tradition. C’est avec ces organisations que les communistes devaient entrer en compétition.

16Les débuts n’étaient pas toujours prometteurs. Tout à fait au départ un noyau ouvrier s’est créé au sein du parti.

  • 15 Dziewanowski, The Communist Party of Poland, op. cit., pp. 192, 347, notes 15 et 355, n° 2. Selon l (...)

17En Pologne 80 % des 235 000 membres étaient ouvriers. A la fin de l’année 1945 ce pourcentage est tombé à 62,2 %, pour tomber encore plus bas à la fin des années 1940 au fur et à mesure de l’accroissement des effectifs totaux15. Dans le parti hongrois les ouvriers n’ont jamais dépassé 50 % des effectifs et leur pourcentage est tombé à un peu plus d’un tiers dans les années 1950. L’influence des sociaux-démocrates dans les syndicats ainsi que dans les comités d’usine demeurait prépondérante. D’après M.K. Dziewanowski le parti communiste polonais a subi de graves revers aux élections des comités d’usine en 1945. Les autres consultations populaires polonaises, biaisées et même falsifiées, ne permettent pas de tirer des conclusions sur l’implantation du parti dans les milieux ouvriers.

  • 16 Sándor Balogh, Választások Magyarországon 1945, op. cit., pp. 147-169.

18En revanche, les élections de 1945 en Hongrie, premières et dernières élections libres, ont livré des informations assez précises à ce sujet. L’échec des deux partis ouvriers était, comme on le sait, patent. Aux élections municipales de Budapest ils n’ont pas obtenu la majorité. Aux élections législatives, le PSD obtint 17,41 % des voix, le PC 16,95 %. Dans la plupart des circonscriptions industrielles, le PSD dépassa le PC. Seuls les mineurs et les ouvriers de quelques arrondissements urbains votèrent massivement communiste. Le PC, récupéra son désavantage sur le PSD dans quelques circonscriptions rurales dans lesquelles la tradition du socialisme agrarien était restée vivante16.

  • 17 Après le congrès d’unification le parti comptait 1 128 000 membres dont 179 000 furent exclus et 13 (...)

19La composition sociale des deux partis ouvriers confirme également que le PC hongrois n’avait pas réussi sa percée dans la classe ouvrière avant la désintégration du PSD. La création du parti unifié ne résolut pas pour autant le problème. L’assimilation des ouvriers sociaux-démocrates s’est avérée difficile : les vieilles traditions socialistes et syndicalistes ont résisté à la bolchévisation avec beaucoup de ténacité. De nombreux anciens ouvriers socialistes ont été expulsés du parti unifié, de nombreux autres, tout comme d’ailleurs la majorité de la population prolétarienne, se sont refusé à y entrer17. Finalement c’était la catégorie des employés – appelée aussi dans les statistiques « travailleurs non-manuels » – qui fournissait aux partis communistes le gros de leurs effectifs et de leurs cadres.

20La réussite des partis communistes à s’emparer du pouvoir ne faisait que masquer leur échec vis-à-vis de la société civile, un échec que l’encadrement forcé de la population n’a nullement pallié. Avaient-ils jamais espéré une meilleure performance notamment parmi les ouvriers ? Il est difficile de le savoir.

21Les partis communistes, revenus de loin, ont dû mettre sur pied une organisation efficace à partir de rien. Les autorités soviétiques leur ont sans doute facilité la tâche en leur prêtant main forte et en leur fournissant les moyens matériels. Cette assistance à double tranchant ne pouvait cependant suppléer l’organisation propre des partis. Ceux-ci avaient besoin de fonctionnaires, de militants bénévoles, de propagandistes à tous les échelons. Plusieurs dizaines de milliers de personnes dès le départ.

22Ils les ont trouvées. Avares d’informations sur le nombre et la provenance de leur personnel, les partis communistes n’ont jamais laissé pénétrer le secret de leur organisation. Il fallait, par exemple, des années et des années pour apprendre avec certitude qu’en Hongrie quelques ministres et secrétaires d’Etat appartenant officiellement à d’autres partis avaient été en réalité membres secrets du Parti communiste dès la première heure. Et combien d’autres « sous-marins » à des postes moins élevés… ?

  • 18 Les effectifs du PPR en juillet 1944 : 20 000 membres dont 5 000 sur les territoires entre le Bug e (...)

23Une partie des cadres de l’appareil du parti venait de Moscou une autre partie de l’émigration communiste en occident et enfin quelques milliers sans doute du parti « intérieur » clandestin comptant selon l’estimation de plusieurs auteurs quelque 8 000 personnes en Pologne18, au grand maximum 3 000 en Hongrie d’après l’estimation officielle, émanant de Mátyás Rákosi. En réalité, ces chiffres englobent ceux qui à un titre ou un autre pouvaient se prévaloir d’une ancienneté. Selon l’estimation de János Kádár le parti clandestin en était réduit à quelques centaines de personnes dont une dizaine de dirigeants…

  • 19 Pour les effectifs du parti en Hongrie voir les ouvrages cités du présent auteur : A Short History (...)

24Contrairement à une légende tenace la proportion des « moscovites », quoique dominante au sein de la direction, était peu élevée dans les rangs. D’après les mémoires d’un ancien chef de service du personnel du parti hongrois le nombre des émigrés communistes retournés de l’occident après la guerre montait à environ 600-700 tandis que celui des anciens moscovites, avec y compris la deuxième génération d’émigrés, tout au plus à la moitié de ce nombre19. En outre un nombre inconnu de nouveaux cadres avait été formé dans les écoles installées dans les camps de prisonniers de guerre, notamment à l’école centrale de Krasnogorsk.

25Le tableau de la Pologne est plus compliqué parce que, en dehors des catégories mentionnées à propos de la Hongrie, un nombre important de militants, de militaires, d’officiers de la police politique a déferlé sur le pays dans le sillage de l’Armée rouge ainsi que, naturellement, dans l’armée du colonel Berling, l’ancienne Brigade Kosciuszko. La première école de formation des militants polonais qui devait ensuite installer le parti était la Pologne orientale elle-même, occupée par l’Union soviétique entre 1939 et 1941, et réoccupée en 1944.

  • 20 Teresa Torańska, Oni, /Eux/, Aneks, Londres, 1985, p. 282.
  • 21 Marek Latyński, op. cit.

26Pour couvrir les besoins d’un parti qui, par sa nature tentaculaire, employait un personnel plusieurs fois supérieur à celui des autres, le recrutement et la formation de nouveaux cadres avaient été l’une des premières préoccupations des dirigeants. Ils savaient pertinemment que la force du parti résidait dans son appareil avec y compris le corps de la police politique. Il y avait, en 1945-1946, 230 000 hommes dans l’UB et 120 000 hommes dans l’ORMO – police auxiliaire de la MO souvent recrutée par force20. D’autre part, dans la période 44-47 : 87,5 % des fonctionnaires de l’UB – police politique – et 73 % de la MO – la milice, sont membres du parti communiste21.

27Il s’agissait là d’une tâche difficile que la formation de toute une nouvelle classe politique, d’une élite communiste de fonctionnaires, de policiers, de gestionnaires, de propagandistes, d’intellectuels qui émergea parallèlement à l’élite démocratique des autres partis et tendances et qui était destinée, en absorbant une partie de celle-ci, à occuper ensuite toute la place.

28Dans cette élite il faut compter aussi les intellectuels et en particulier les « clercs », savants, écrivains, artistes, enrôlés dans l’organisation ou compagnons, dont tous les partis communistes apprécient hautement les services considérés comme une caution de leur légitimité.

29Ouvriers et autres cadres populaires fraîchement formés et promus ont fourni sans doute une fraction importante des permanents de l’organisation ; la petite bourgeoisie une autre, probablement beaucoup plus importante. Et parmi celle-ci la petite bourgeoisie et le semi-prolétariat d’origine juive. Combien ? Dans quelle proportion ? Les statistiques et autres publications des partis communistes ignorent le problème par principe, l’ancienne religion ou l’appartenance ethnique n’étant pas des critères communistes, et aussi, en raison de son caractère délicat. Toute proposition sur ce point repose donc sur des données fragmentaires et incertaines.

  • 22 Krystyna Kersten, op. cit., p. 138.

30Il n’en reste pas moins que les équipes dirigeantes héritées de la clandestinité (des équipes plusieurs fois décimées par les purges) – s’installèrent après la guerre. Dans le Parti ouvrier polonais, les anciens du KPP – parti communiste dissout en 1938 – occuperont tous les postes névralgiques que ce soit au Bureau politique ou au Secrétariat, jusqu’à constituer plus de 60 % des délégués au premier Congrès du PPR en décembre 194522. En même temps en faisant des efforts pour « prolétariser » le parti, les dirigeants prirent des cadres là où on pouvait les trouver à savoir dans les rangs de la classe moyenne inférieure, très fortement juive.

31La classe moyenne traditionnelle était en fait réticente sinon hostile au communisme. Plus tard, dans les partis de masse, on trouve certainement beaucoup de monde de cette origine faisant reculer la proportion de l’élément juif. Mais pas au départ. Catholiques polonais, Hongrois fiers d’appartenir, même s’ils n’y étaient pas véritablement acceptés, à la « classe moyenne chrétienne seigneuriale » se tournèrent vers d’autres horizons. La peur du communisme, la présence des Russes ainsi que, précisément l’antisémitisme y avaient joué aussi un rôle important.

  • 23 Paul Lendvai, L’antisémitisme sans juifs, Paris, Fayard, 1971.

32Antisémitisme contre quels juifs ? Il existe certes aussi l’antisémitisme sans juifs23 ; à plus forte raison la présence d’un petit nombre dans une situation particulière a ravivé le problème.

33Le génocide perpétré par l’Allemagne nazie pesait sur la question par toute sa charge humaine, politique, émotionnelle. Rappelons, pour mémoire, que plus de trois millions de juifs polonais étaient tombés, victimes de l’holocauste. La „Endlösung“ préconisée par Hitler s’est accomplie pour la Pologne. Autrefois 10 % de la population, les juifs qui ont survécu ne représentaient qu’un pourcentage infime. L’antisémitisme semblait être banni pour toujours. Apparemment il n’avait aucune raison d’être et même pas de prétexte ; en outre, il était moralement et politiquement condamné aussi bien à l’échelle internationale que nationale. La majorité des Polonais ne se sentit nullement coupable. Prêtres, résistants, simples citoyens, beaucoup de Polonais avaient caché, aidé, sauvé des juifs. Le crime avait été commis par d’autres. Avec, sans aucun doute, la participation ou la complicité d’un certain nombre de Polonais, individuellement coupables, mais qui n’amena pas la nation à la nécessité d’un examen de conscience collectif et encore moins à un sentiment de culpabilité. En fait, il y avait tellement de situations et de cas différents, que toute généralisation serait abusive. Le grand crime du monde vis-à-vis du génocide était… l’indifférence. Mais sur ce plan là, les Polonais et les Hongrois n’étaient pas plus coupables que d’autres nations à l’exception des Hollandais, des Danois, des Italiens et… des Bulgares.

34Tout semblait être résolu. Rien ne l’était.

  • 24 Marc Hillel, Le massacre des survivants. En Pologne après l’holocauste (1945-1947), Paris, Plon, 19 (...)

35La Pologne après la guerre connut une flambée d’antisémitisme d’autant plus scandaleuse qu’elle s’exerça contre les rescapés des camps et des ghettos revenant de l’antichambre de la mort. L’on estime à environ 200 000 à 250 000 le nombre des survivants des camps d’extermination et des juifs retournés en Pologne des territoires annexés par l’URSS. Beaucoup d’entre eux ont trouvé leurs maisons occupées, leurs biens accaparés. Dans quelques villes et villages, les juifs furent même objets d’insultes et d’agressions. A Kielce un véritable pogrome s’est déclenché faisant plus de 50 morts et de nombreux blessés. Des attaques et des pogromes de moindre envergure eurent lieu également à quelques autres endroits24.

36Pour d’aucuns il s’agissait de manifestations sporadiques, voire même de provocations policières. D’autres voyant en elles la résurgence d’un antisémitisme viscéral. Quoi qu’il en soit, la moitié des rescapés des camps de la mort a quitté la Pologne.

  • 25 Voir quelques échos dans La Nouvelle Alternative, n° 1, Avril 1986 et dans la revue catholique polo (...)

37Quarante ans après, les passions et les polémiques à ce sujet ne sont pas encore éteintes. Le film de Claude Lanzmann, Shoah, ainsi que des livres et articles divers ont provoqué des affrontements d’idées à un niveau moral et intellectuel plus élevé que jamais auparavant grâce aux personnalités indépendantes et oppositionnelles des milieux catholiques et de Solidarité qui ont pris la parole dans le débat25. Le gouvernement polonais certes avait autorisé la projection du film, mais à part cela et quelques gestes et proclamations d’ordre général, la Pologne officielle pendant quarante ans n’a rien fait pour cicatriser la plaie et pour en finir avec l’antisémitisme. Rien… si ce n’était l’expulsion « en douce » de la quasi totalité des juifs qui sont restés dans le pays en 1968.

  • 26 Les chiffres se rapportent aux habitants de la Hongrie dans ses frontières réduites. Voir entre aut (...)

38La Hongrie montre des ressemblances, mais aussi des différences avec la Pologne. Le sort de près d’un demi million de personnes26, 5,5 % de la population était menacé par la persécution des juifs dans les territoires de la Hongrie actuelle. 295 000 d’entre eux ont trouvé la mort dans les chambres à gaz, dans les unités de « service de travail » au front russe, ou froidement abattus par les fascistes hongrois. 195 000 survivants, dont la majorité des juifs de la capitale, furent sauvés grâce à l’action courageuse de nombreux Hongrois et étrangers, parmi eux Raoul Wallenberg, ce diplomate suédois disparu après la guerre dans le Goulag, mais grâce aussi au refus du régent Horthy et de son entourage.

39Malgré ces actes qui atténuent la co-responsabilité hongroise il demeure que sous la pression allemande les juifs hongrois avaient été persécutés et en grande partie livrés aux services chargés d’exécuter la « solution finale ».

40Au sortir de la guerre, les Hongrois éprouvèrent un sentiment trouble vis-à-vis des juifs, un mélange de honte, de regret ou d’indifférence – sans parler ici des antisémites fascistes invétérés. En tout cas les survivants n’avaient pas à subir l’hostilité et le rejet qui ont frappé tant de juifs polonais. Ils ont réintégré leurs maisons – sinon toujours tous leurs biens laissés à l’abandon. Quelques cas isolés d’agression collective contre les juifs avaient néanmoins secoué l’opinion, notamment ceux de Kunmadaras et de Miskolc en été 1946. L’arrière plan politique ainsi que la responsabilité des autorités dans ces pogromes n’ont jamais été éclaircis.

  • 27 En Hongrie, 136 criminels de guerre ont été condamnés à mort, environ 15 000 à des peines plus légè (...)
  • 28 Un choix des écrits d’István Bibó a été publié en français par les éditions L’Harmattan.

41Dans les deux pays, l’attitude du nouveau régime et du parti communiste lui-même vis-à-vis du problème juif était sans doute globalement positive. Les lois et les décrets promulgués, les déclarations et aussi le comportement des autorités étaient destinés à condamner l’antisémitisme, punir les coupables27 et réparer l’irréparable ne fut-ce que moralement. Quelques voix se sont élevées également pour amener les esprits à un examen de conscience, pour extirper les racines du mal, et pour analyser de part et d’autre les causes profondes du problème juif. En Hongrie le mérite en revient au penseur politique, encore jeune à l’époque, István Bibó qui a eu le courage et l’intelligence d’aller au fond des choses28. Un tel examen risquait cependant de froisser la susceptibilité des non juifs comme des juifs. Si bien que l’ouverture s’est refermée.

42Le Parti communiste n’a pas voulu, lui non plus, s’engager dans un débat concernant le problème juif en particulier. La condamnation de l’antisémitisme en général et la punition des criminels de guerre lui semblèrent préférables à la dissociation du problème juif impliquant un examen sérieux des problèmes sociaux et des mentalités. Par sa méthode de condamnation globale le parti désigna le coupable : à savoir le régime « Horthy-fasciste » et sa classe de soutien dans toute sa largeur.

43Des couches très larges de la société se sentirent ainsi visées et accusées de « culpabilité collective » provoquant aussitôt une réaction de rejet et de retranchement. Invisiblement et silencieusement une cloison s’est érigée entre le gros de la société d’un côté et de l’autre le parti, considéré comme un phénomène triplement étranger : communiste, russe et juif.

44Dans cette perception du parti par la société, plusieurs facteurs, souvent inextricables et irrationnels, ont joué un rôle. Des souvenirs historiques, des préjugés, des idées reçues, mais aussi des expériences récentes. En ce qui concerne les psychologies collectives, les cas hongrois et polonais se rejoignent dans une large mesure. Il n’est pas nécessaire d’insister sur la russophobie ancestrale des Polonais et sur l’anti-bolchévisme des Hongrois datant de 1919 et abondamment nourri par la propagande du régime Horthy. Ni sur le fait, déjà mentionné, que les deux partis communistes étaient apparus entre les deux guerres comme des mouvements marginaux, fortement marqués par l’élément juif. Les anciens dirigeants de la République des conseils de Hongrie de 1919, les dirigeants du parti polonais tombés victimes de la terreur stalinienne étaient juifs presque sans exception.

  • 1 Les services de sécurité de l'Union soviétique ont six fois changé leur nom depuis la révolution. L (...)

45La nouvelle image que le parti voulait se donner se superposa à l’ancienne, sans l’effacer. D’autant plus que les expériences plus récentes avec la Russie, l’Armée rouge, le KGB1 et le parti communiste lui-même n’ont fait que raviver les vieilles rancunes et méfiances. Tout ce qui avait trait au communisme apparaissait aux yeux d’un grand nombre comme une atteinte à l’identité nationale commise par une puissance hostile et ses agents, en partie juifs de surcroît.

46Parmi les dirigeants du parti, parmi les fonctionnaires haut placés, parmi les officiers de la police politique, les Polonais ont identifié un nombre élevé de militants d’origine juive, rescapés de l’holocauste et, surtout émigrés et réfugiés revenus d’Union soviétique dans les fourgons de l’Armée rouge et avec l’Armée polonaise, formée en Union soviétique et souvent dans les rangs du KGB.

47Or ces organisations se sont livrées à la persécution impitoyable non seulement des « bandits » et des résistants, mais aussi des anticommunistes et des « suspects ». A la guerre comme à la guerre… Il n’empêche que dans cette guerre civile larvée le cœur de beaucoup de patriotes polonais nullement fascistes était du côté des résistants et, à plus forte raison, des dizaines de milliers de victimes innocentes déportées ou emprisonnées.

48La Hongrie certes n’a pas connu de guerre civile comparable, mais le parti a fait montre d’un aveuglement ahurissant à propos du recrutement et de la composition de son « élite » politique. Il plaça, à sa tête, sans doute d’entente avec Staline, le fameux « quatuor » Rákosi, Gerö, Farkas, Révai, quatre personnes d’origine petite bourgeoise juive, débarquées de Russie. Des dizaines de personnes de la même provenance occupèrent des postes dirigeants de seconde zone et un nombre inconnu, mais très élevé, des postes de commande dans les organes directeurs du parti, dans l’appareil, dans la police politique (AVO, plus tard AVH), dans l’administration publique, l’économie, l’information.

49Les opinions et les sentiments divergent à ce propos et demeureront probablement à jamais irréconciliables. D’aucuns diront qu’avec ou sans juifs aux postes de commande du parti communiste, l’antisémitisme aurait subsisté. Il n’en reste pas moins que les dirigeants du parti, sans en tirer de conclusion pour eux-mêmes, y étaient sensibles à un point tel que Mátyás Rákosi, pour ne citer que lui, aurait marqué plusieurs fois son souci, voire sa désapprobation devant la promotion fréquente de juifs à des postes trop en vue. La rédaction du journal du parti hongrois, le Szabad Nép, composée de rédacteurs quasi exclusivement juifs fit aussi un effort dans cet esprit. Et un jeune « cadre populaire » promu, lâcha ce mot en apprenant sa nomination : « Mais comment, camarade B. /rédacteur en chef à l’époque/, n’est-ce pas seulement les juifs qui peuvent travailler à ce journal ? ».

50Il aurait facilement pu se retrouver le lendemain dans un camp d’internement. Ce n’était pas le cas. Le camarade B., par ailleurs un stalinien inconditionnel, a compris quelque chose. Mais en règle générale, c’était l’inconscience totale vis-à-vis du problème, considéré comme tabou.

51A partir de 1949 les procès intentés contre un grand nombre de chefs et de militants « intérieurs » du parti, tels que László Rajk, János Kádár, Géza Losonczy, György Pálffy ne firent que renforcer l’idée que cette épuration visait à la fois les non-moscovites (ce qui était vrai) et les non-juifs (ce qui était manifestement faux étant donné que la majorité des autres victimes était juive).

52Le trouble jeté dans les esprits grandit encore lorsque, prenant le virage derrière Staline, les dirigeants communistes se lancèrent dans les campagnes dites « anti-cosmopolites » et « anti-sionistes ». La mort de Staline a probablement empêché qu’ils ne tombent eux-mêmes dans le fossé creusé.

53Pour revenir au point de départ, l’attitude consistant à ignorer le problème juif dans toutes ses dimensions s’est révélée la méthode la plus efficace non pas pour combattre l’antisémitisme, mais au contraire pour le faire ressurgir insidieusement. Les sociétés d’Europe centrale avaient été probablement mûres pour en finir. L’occasion ne leur a pas été donnée d’exorciser les démons du passé. Il est nécessaire d’ajouter également que la réaction de rejet du « russo-communisme » ne peut pas être imputée en bonne foi ni au nationalisme ni à l’antisémitisme. N’importe quelle société réagirait de la même façon si on lui imposait une nouvelle classe politique considérée comme ethniquement, culturellement et politiquement étrangère à ses traditions, à son image, à son identité. En démocratie, le simple jeu des forces en présence rend impossible une pareille relève socio-politique au détriment de la majorité qui se définit en tant que communauté ethnique, culturelle, religieuse soudée par une longue histoire. Dans ce sens, le problème juif, hérité des ténèbres, est aussi un épiphénomène du totalitarisme stalinien.

Notes

1 La minorité allemande comptait environ 450 000 âmes. L’on estime à quelque 50 à 60 000 le nombre des Allemands de Hongrie enrôlés dans les SS et perdant ainsi la nationalité hongroise. Plus de la moitié de la minorité allemande est restée en Hongrie.

2 Statisztikai évkönyv 1983 (Annuaire statistique 1983), Budapest, Központi Statisztikai Hivatal, 1984 ; Mihály Korom, A magyar népi demokrácia elsö évei, 1944-1948 (Les premières années de la démocratie populaire hongroise, 1944-1948), in Valóság (Réalité), XXVIIe année, n° 3, 1984, pp. 1-9.

3 Edward Rosset, Demografia Polski (Démographie de la Pologne), PWN, Warszawa, 1975, vol. 1, p. 24.

4 Maty Rocznik Statystyczny (Petit Annuaire statistique), G.U.S., Warszawa, 1985, p. xxix. Une estimation de l’Office Central des Statistiques.

5 Joseph B. Schechtman, European Population Transfers 1939-1945, NY, Oxford University Press, 1946, p. 377.

6 E. Rosset, op. cit., p. 569-570.

7 Rocznik Statystyczny 1949 (Annuaire Statistique 1949), G.U.S., Warszawa, p. 25, tabl. 7.

8 Norman Davies, God’s Playground. Л History of Poland, vol. II., p. 562.

9 Rocinik Statystyczny 1949, op. cit., p26, tabl. 8.

10 Rocznik Statystyczny 1947 (Annuaire Statistique 1947), Varsovie, 1947, p. 65.

11 A. Polonsky, A. Drukier, The Beginning of Communist Rule in Poland, London, Boston Henley, Routledge Keagan Paul, 1980, p. 104-105 ; K. Kersten, op. cit., p. 133.

12 Sándor Orbán, Két agrárforradalom Magyarországon. Demokratikus és szocialista agrárátalakulás 1945-1961 (Deux révolutions agraires en Hongrie. Transformation démocratique et socialiste de l’agriculture 1943-1961), Budapest, Akadémiai Kiadó, 1972 ; Ferenc Donáth, Demokratikus földreform Magyarországon 1945-1947 (Réforme agraire démocratique en Hongrie 1945-1947), Budapest, Akadémiai Kiadó, 1969.

13 Sándor Balogh, Választások Magyarországon 1945, Budapest, Kossuth, 1984, p. 155.

14 Jan Borkowski, “Dzialalność Polskiego Stronnictwa Ludowego wlatach 1945-1947” (Activité du Parti Paysan Polonais dans les années 1945-1947), in Roczniki Dziejów Ruchu Ludowego, n° 2, 1960, p. 82.

15 Dziewanowski, The Communist Party of Poland, op. cit., pp. 192, 347, notes 15 et 355, n° 2. Selon les sources du PPR, à la veille de son unification avec le PPS, Berman dans son intervention au Plénum du CC du PPR des 6 et 7 juillet 1948, fournit un pourcentage de la structure sociale du PPR : « Voici une poignée de chiffres caractérisant la composition sociale de notre Parti, qui au 1er juin 1948 comptait 981 000 membres. Nous comptons 56,7 % d’ouvriers dans le Parti, 23 % de paysans, 15,3 % d’intellectuels, 4,3 % d’artisans, 0,7 % de commerçants. Nowe Drogi /(Voies Nouvelles), n° 10, 1948, p. 81.

16 Sándor Balogh, Választások Magyarországon 1945, op. cit., pp. 147-169.

17 Après le congrès d’unification le parti comptait 1 128 000 membres dont 179 000 furent exclus et 130 000 radiés. Quant aux ouvriers demeurés à l’écart du parti ils représentaient deux tiers du total en Hongrie, entre trois quarts et quatre cinquièmes en Pologne selon les estimations. Les données concernant la composition sociale des partis unifiés à partir des années 1950 n’ont pas beaucoup de signification parce que, maîtres absolus du pouvoir, ceux-ci manipulaient désormais le recrutement de leurs effectifs à leur guise. Il est à noter que la croissance du secteur tertiaire se répercutait également sur la composition du parti.

18 Les effectifs du PPR en juillet 1944 : 20 000 membres dont 5 000 sur les territoires entre le Bug et la Vistule : Marek, Latyński, Nie paść na kolana. Szkice z opozycji lat czterdziestych, (Ne pas tomber à genoux. Esquisses sur l’opposition des années quarante), London, Polonia Book Found, 1985, p. 83.

19 Pour les effectifs du parti en Hongrie voir les ouvrages cités du présent auteur : A Short History of the Hungarian Communist Party, et De Béla Kип à János Kádár.

20 Teresa Torańska, Oni, /Eux/, Aneks, Londres, 1985, p. 282.

21 Marek Latyński, op. cit.

22 Krystyna Kersten, op. cit., p. 138.

23 Paul Lendvai, L’antisémitisme sans juifs, Paris, Fayard, 1971.

24 Marc Hillel, Le massacre des survivants. En Pologne après l’holocauste (1945-1947), Paris, Plon, 1985, p. 174.

25 Voir quelques échos dans La Nouvelle Alternative, n° 1, Avril 1986 et dans la revue catholique polonaise Więź.

26 Les chiffres se rapportent aux habitants de la Hongrie dans ses frontières réduites. Voir entre autres les études d’András Kovács, de Viktor Karády et de Péter Várdi dans Zsidóság az 1945 utáni Magyarországon (Les juifs dans la Hongrie d’après 1945), Paris, Magyar Füzetek (Cahiers hongrois), 1984. Cf. aussi Zsidókérdés Kelet- és Közép-Europában (Le Problème juif en Europe orientale et centrale), Budapest, ELTE (éditions de l’Université des sciences Loránd Eötvös), 1985 ; Mihály Korom, A magyar népi demokracia elsö évei, 1944-1948 dans Valóság (Réalité), op. cit. Parmi les nombreuses publications de R.L. Braham voir son grand ouvrage de référence The Politics of Genocide: The Holocaust in Hungary, 2 vol., New York, 1981. Nous n’entrons pas ici dans les controverses concernant les statistiques dues entre autres à l’impossibilité de dénombrer des millions de victimes, aux changements des limites territoriales, et aux vagues successives des retours (des camps, des fronts, d’autres pays) et des départs en émigration au lendemain de la guerre. Les chiffres que nous avons retenus sont d’ordres de grandeur fiables et suffisants pour les conclusions générales que nous avons tirées.

27 En Hongrie, 136 criminels de guerre ont été condamnés à mort, environ 15 000 à des peines plus légères.

28 Un choix des écrits d’István Bibó a été publié en français par les éditions L’Harmattan.

Notes de fin

1 Les services de sécurité de l'Union soviétique ont six fois changé leur nom depuis la révolution. Les fonctions du KGB (Comité pour la sécurité de l'Etat) actuel étaient exercées entre 1934 et 1946 par le NKVD (Commissariat pour les affaires intérieures).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable