Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

II. La mort d'une société

1. Les échiquiers de Staline

Texte intégral

1Le projet totalitaire, comme nous l’avons montré au chapitre précédent, est inhérent au système soviétique et à la pensée de ses dirigeants. De même que la propension à l’expansion. Autrement dit il est dans la nature même du système de pousser sa sphère de domination le plus loin possible et d’y installer son modèle de gouvernement. Certes les déclarations publiques des dirigeants communistes à l’issue de la guerre ont essayé d’accréditer le contraire et dans l’euphorie de la victoire proche des alliés sur le nazisme certains, comme le président Roosevelt lui-même, ont succombé au charme ténébreux d’un Staline qui se voulait rassurant. Zone d’influence ? Il n’en est pas question dans le discours stalinien de cette époque. L’implantation du socialisme modèle soviétique ? Encore moins. L’Union soviétique ne veut que des frontières sûres et des pays amis à ses (nouvelles) frontières. Sécurité, antifascisme, démocratie étaient les maîtres mots de la politique étrangère soviétique lors des négociations interalliées pendant et au lendemain de la guerre. Et les dirigeants communistes installés dans les futures démocraties populaires lui firent écho. Dimitrov, Gottwald ou Rákosi se présentèrent comme les champions de la démocratie et de l’indépendance nationale de leurs pays respectifs. Ils jouaient, tous, peut-être à l’exception de Tito qui ne faisait semblant qu’un bref moment, le jeu de la politique des fronts populaires élargis en fronts patriotiques et qui devaient durer en tout cas pour un temps long et indéterminé. Jusqu’à quel point les dirigeants des partis communistes d’Europe de l’Est étaient-ils pris eux-mêmes dans ce jeu ? Nous en reparlerons. Quoi qu’il en soit les directives étaient claires et Staline, apparemment, s’est bien gardé de mettre ses lieutenants dans la confidence. Il lui arrivait rarement de dévoiler ses véritables intentions d’une façon aussi crue que devant ses interlocuteurs yougoslaves en avril 1945 et qui ont été rapportées par Djilas dans ses Conversations avec Staline. Des propos souvent cités, connus de tous. Cette guerre, aurait-il déclaré en substance, est différente de toutes les guerres précédentes. Tout le monde imposera son système social aussi loin qu’ira son armée.

2S’il n’existait des indices nombreux corroborant ces propos le récit de Djilas ne serait qu’un témoignage unique sujet à caution. Mais il en existe. Il faut seulement les mettre en évidence et en relation avec d’autres faits politiques et économiques pour en arriver à la certitude que, loin de viser à l’établissement d’une simple « zone de sécurité » les dirigeants soviétiques avaient préconisé dès le départ la transformation profonde des sociétés tombées sous leur juridiction militaire prétendument provisoire. Il y a aussi, bien entendu, « la preuve du pudding », du pudding qu’on n’apprend à connaître qu’en le mangeant… En effet, a posteriori, la soviétisation totale des démocraties populaires laisse peu de doutes sur les intentions initiales. Les Dimitrov et les autres Rakosi ont admis eux-mêmes avoir, pour ainsi dire, mal évalué la potentialité des démocraties populaires de remplir la fonction de la dictature du prolétariat. Nous y reviendrons. Il n’empêche que cet argument, pourtant de taille, fut mis en doute notamment par l’historiographie américaine dite révisionniste désireuse de prouver que toute la faute… était aux Américains. N’eussent-ils pas pratiqué un impérialisme économique et même politique et militaire (Doctrine Truman, Plan Marshall, etc. etc.) et déclenché la guerre froide, les Soviétiques n’auraient (peut-être jamais…) procédé à la soviétisation de leur ceinture de sécurité est-européenne. Ces mesures n’auraient donc été que des mesures conservatoires destinées à empêcher les pays en question de basculer dans le camp impérialiste. Argument difficile à soutenir dans des cas comme la Bulgarie, la Roumanie et la Pologne, pays rapidement mis au pas ; il est un peu plus vraisemblable dans les cas tchécoslovaque et hongrois où le pluralisme fut maintenu jusqu’à 1948. Argument qui ignore aussi volontairement la « Doctrine Brejnev » et autres déclarations soviétiques revendiquant une sorte de « droit acquis » de l’Union soviétique sur ces pays grâce au sang versé pour leur libération et aux accords interalliés. Enfin, en tout cas, zone de sécurité, zone d’influence ou chasse gardée, l’Europe de l’Est fut l’objet dès le départ non seulement d’une mainmise politique progressive des partis communistes, mais aussi d’une action en profondeur tendant à désarticuler les structures institutionnelles et déchirer le tissu social pour en arriver enfin à l’emprise du système sur la conscience des individus.

3Quelque huit ans après le début de cette entreprise le grand poète communiste Bert Brecht écrivit ce petit poème à propos de l’insurrection de Berlin en 1953 :

Après l’insurrection du 17 juin
Le secrétaire de l’Union des écrivains
Fit distribuer des tracts dans la Staline-allée
Sur lesquels l’on lisait que le peuple
Avait perdu la confiance du gouvernement
Et qu’il ne la pourrait reconquérir
Qu’en redoublant ses efforts de travail. Ne serait-il pas
Encore plus simple que le gouvernement
Dissolve le peuple
Et en choisisse un autre ?
(„Die Lösung“ (La solution), Gesammelte Werke,
Frankfurt/Main, Suhrkampf, 1967, vol. 10,
pp. 1009-1010).

  • 1 Pour le modèle originel de cette transformation voir Michel Heller, La machine et les rouages. La f (...)

4A défaut de choix, la formation de cet « autre peuple »1 allait en fait de pair avec l’emprise politique et idéologique grandissante. Il y avait certes deux phases. Dans la première, la phase encore pluraliste et relativement démocratique, l’emprise sur la société civile avait encore été moins apparente que dans la seconde, après la prise intégrale du pouvoir en 1947-48. Il n’en reste pas moins que les deux phases se confondaient. Mais pour comprendre cet enchevêtrement du projet politique visant au pouvoir et le projet social visant à transformer l’homme et la société il faut même remonter plus en arrière, à l’époque de la guerre.

Préludes polonais

5C’est deux ans avant d’entrer en guerre et six ans avant la victoire sur l’Allemagne nazie que l’Union soviétique commença sa marche vers la conquête de son empire européen. Précisément à ce mois d’août 1939 lorsque, à la stupéfaction générale, elle conclut son pacte de partage de l’Europe de l’Est avec Hitler.

6Les événements tumultueux et tragiques de la guerre voilèrent pour quelque temps sinon le fait de ce retournement spectaculaire du moins ses effets immédiats, et finalement aussi plus lointains, sur la destinée de dizaines de millions d’hommes. Lorsque la Russie elle-même fut envahie, jusqu’aux portes de Moscou, par l’armée du Reich le « prélude polonais » de Staline s’effaça dans les préoccupations d’une Europe promise à l’esclavage nazi. Le prélude polonais figurait sur le même programme que d’autres morceaux, notamment dans la région baltique. Lorsque, avant même que la guerre fût finie, l’URSS reprit possession de tous ces territoires elle le fit avec l’assurance d’un vainqueur qui prend son dû. Les alliés n’ont pas reconnu l’annexion des pays baltes. Quant aux frontières russo-polonaises les Anglo-Américains finirent par céder aux exigences russes.

7L’intermède de 1939-1941 n’en était pas un aux yeux des Soviétiques, mais le début de leur installation définitive. Staline ne douta pas alors en la parole de Hitler. En été 1940 l’Esthonie, la Lettonie et la Lituanie furent incorporées en Union soviétique comme républiques socialistes soviétiques. La Pologne orientale, elle, fut annexée et partagée entre les républiques soviétiques de Bielorussie et d’Ukraine sauf la région du Nord, avec Vilno, qui avait été attribuée à la Lituanie.

8La moitié de « l’ancien Etat polonais » rayé de la carte, tomba ainsi sous la domination de Moscou avec 13 millions d’habitants. Une population mixte au sein de laquelle les Polonais étaient en minorité.

9L’histoire de cette Pologne orientale effacée de la carte est encore moins connue que celle des pays baltes pendant cette période. L’invasion allemande en 1941, on l’a rappelé, fit oublier beaucoup de choses par le redoublement de l’horreur qui a déferlé sur cette terre malheureuse. Et après les Allemands, à nouveau les Soviétiques… La guerre, la répression, la destruction ont passé trois fois. Il est quasiment impossible d’établir le bilan de chacune de ces trois vagues sur ce champ de bataille trois fois dévasté. Des millions de morts : soldats, civils, Juifs exterminés par les nazis, Polonais déportés par les Soviétiques, Ukrainiens liquidés…

  • 2 Cité par Norman Davies, God’s Playground. A History of Poland, op. cit., t. II., pp. 443-444, 559.

10Pendant l’intermède de 1939-1941 les Soviétiques avaient agi en Pologne orientale avec davantage de précautions formelles que les Allemands du gouvernement général de Hans Frank. Ils ont organisé des consultations populaires et des assemblées qui votèrent avec ferveur et jubilation leur rattachement à l’Union soviétique. D’après le premier secrétaire d’alors du parti communiste d’Ukraine, un certain Nikita Khrouchtchev, « leur rêve le plus câlin était d’être acceptés au sein de la République Soviétique d’Ukraine »2. Ainsi fut fait. Dieu a entendu les prières.

11Désormais citoyens soviétiques, les 13 millions d’habitants de ces régions furent soumis au même régime que leurs compatriotes ordinaires déjà rompus à la besogne. A cette différence près que leur soviétisation devait se faire vite et sans ménagement. C’est dans ce sens que l’expérience de la première occupation russe peut être considérée comme un modèle du genre et un prélude à la mise en musique des transformations politiques et sociales d’après-guerre.

12A en croire Norman Davies le « NKVD-land » de l’est n’était pas plus désirable que le « Gestapo-Land » de l’ouest de la Pologne. A certains égards il était même, de l’avis de cet auteur, plus destructeur et plus expéditif grâce aux riches expériences acquises par l’appareil policier stalinien. Mais abstenons-nous de faire la comptabilité de l’horreur.

  • 3 The Dark Side of the Moon, London, Faber and Faber, 1944.

13A défaut d’autres sources un décret du Commissaire du Peuple de l’Intérieur lituanien donne une idée des principes qui ont guidé le grand nettoyage de la Lituanie et des anciens territoires polonais. C’est une liste en 14 points des catégories de la population à déporter. Les trotskistes figurent en tête, les aristocrates et autres capitalistes ferment la marche. Entre les deux il y a des officiers des armées contre-révolutionnaires, communistes exclus du parti, membres du clergé, réfugiés, personnes qui fréquentent des étrangers ou qui voyagent, espérantistes, philatélistes… En tout, lit-on dans l’ouvrage qui reproduit le document, ces mesures frappaient 700 000 personnes dans la Lituanie de 3 millions d’habitants. Les mesures adoptées en Pologne auraient touché des catégories encore plus larges. Des millions en trois vagues successives de déportations entre février 1940 et juin 1941. Les témoignages recueillis dans le même ouvrage font état des souffrances indescriptibles des déportés et de la brutalité de leur traitement3.

14Les régions incorporées aux républiques soviétiques, après avoir subi les ravages meurtriers de l’occupation allemande, retournèrent à nouveau dans le giron soviétique en 1944. Leur sort ne concernait plus directement la Pologne future repoussée de 300 km, vers l’ouest. Le « prélude » de 1939-1941 demeura toutefois une expérience sur le terrain pour les Soviétiques et un souvenir repoussant pour les Polonais.

15D’autres expériences plus traumatisantes vinrent s’y ajouter : le sort des militaires et des civils polonais réfugiés ou déportés en Union soviétique. C’est là où se situe le massacre le plus ignoble commis par les Soviétiques : celui de Katyń où plus de 10 000 officiers polonais furent exécutés en 1939. Notons ici que les anciens ressortissants polonais juifs, ukrainiens et d’autres ethnies non-polonaises furent privés de leur ancienne nationalité. Désormais citoyens soviétiques leur sort n’était pas pour autant plus enviable.

16Quant aux Polonais, peuplant par centaines de milliers les camps de déportation les plus atroces ils se virent soudainement promis à un sort meilleur après l’éclatement de la guerre germano-russe en 1941. En vertu de l’accord entre le gouvernement soviétique et le gouvernement polonais en exil, présidé par le général Sikorski, la Pologne devint un pays allié. Aussitôt les préparatifs de la mise sur pied d’une armée polonaise sur territoire soviétique commencèrent.

  • 4 Joseph Czapski, Terre inhumaine, Lausanne, L’Age d’Homme, 1978 ; Stanislaw Кот, Conversations with (...)

17L’épopée de l’armée Anders4 a fait l’objet de nombreux écrits : mémoires, documentaires, ouvrages. Retenons-en ici un aspect politique fondamental. En sabotant l’équipement de l’armée polonaise destinée à se battre avec les Soviétiques contre l’Allemagne et en l’expulsant pour finir, Staline a fait un choix. Il préféra plutôt renoncer à une force d’appoint puissante que de laisser entrer une armée authentiquement polonaise en Pologne libérée. Une seconde armée polonaise, beaucoup moins importante et d’obédience soviétique, celle du colonel Zygmunt Berling, devait remplir la tâche de porter l’emblème de l’aigle blanc aux côtés de l’Armée rouge. Mais non pas une force libératrice nationale authentique et autonome.

18Il s’agit là de la pièce maîtresse de toute la politique de Moscou dans la préparation de l’après-guerre. Empêcher à tout prix l’émergence d’une force nationale de libération autour de laquelle l’Etat et la société pourraient se reconstituer. Une politique vouée à l’échec en Yougoslavie, mais que les Soviétiques voulaient absolument mener jusqu’au bout en Pologne, priorité des priorités. Comme la suite des événements le montrera, cette politique n’a pas exclu de passer par des solutions de compromis provisoires, comme en Hongrie, de composer pour quelque temps avec l’ancien régime, comme en Roumanie, de laisser en place, comme en Tchécoslovaquie, un président accommodant, de temporiser, même en Pologne, avant de faire table rase.

19La dernière opération préventive menée dans cet esprit eut lieu aux portes de Varsovie à un stade déjà très avancé de la guerre. Une opération conduite l’arme au pied. Il s’agit de l’insurrection de Varsovie qui faisait rage entre le 1er août et le 2 octobre 1944 et que les Soviétiques ont tout simplement laissé écraser par les Allemands. Malgré les allégations de Moscou le but politique était évident et identique à celui de l’évacuation de l’armée Anders. L’Armée intérieure du général Bor-Komorowski qui se battait contre l’armée du Reich était une organisation puissante et, aux yeux des Soviétiques, dangereuse. Précisément parce que, appuyée, elle aurait pu remporter une grande victoire en libérant la capitale. Comme le firent à la mi-octobre les partisans de Tito fonçant à marches forcées sur Belgrad pour devancer l’Armée rouge. Ils la prirent finalement avec l’appui de l’armée du maréchal Tolboukhine.

  • 5 L’Armia Ludowa – Armée Populaire – précédemment Gwardia Ludowa – La Garde Populaire, comptait en dé (...)

20Mais à la différence de l’armée yougoslave, l’armée intérieure polonaise n’avait en commun avec les Soviétiques… que l’ennemi nazi. La résistance communiste en Pologne, dirigée par Rola-Zymierski5 était hostile à l’Armia Krajowa obéissant au gouvernement en exil à Londres et à sa délégation pour l’intérieur. Laisser périr l’insurrection de Varsovie était une occasion, unique en son genre, pour décapiter la Pologne démocratique virtuelle.

Ce qu’on appelle Yalta

21Il ne s’agit pas de retracer ici ni les opérations militaires qui, grâce à l’héroïsme des combattants et au prix d’énormes sacrifices rendirent l’Union soviétique maîtresse du terrain, ni les négociations interalliées qui, elles, finirent par lui concéder cette maîtrise. Cela certes dans l’ambiguïté, dans la confusion et au mépris des règles du droit international. Russes et Anglo-Américains ne parlaient pas le même langage à Téhéran, à Yalta et aux autres lieux désormais historiques de ce marchandage planétaire destiné à mettre en place l’Europe et le monde d’après-guerre. Et presque un demi siècle après les événements les interprétations demeurent diamétralement opposées. En parlant de zones de sécurité, d’influence, de démocratie, d’élections, l’on n’entendait pas la même chose ni en 1943 ou 1944 ni dans les années 1980. A Yalta, contrairement à une légende tenace, Anglo-Américains et Soviétiques n’avaient pas « partagé le monde ». Mais le partage eut lieu quand même à l’avantage des Russes à la faveur de nombreux facteurs dont le manque de détermination des occidentaux, le manque de précision et le « double langage » dans les textes et discours ainsi qu’enfin le manque de moyens pour contrecarrer les desseins soviétiques.

22Staline en revanche jouait gagnant sur tous les échiquiers. Il exploitait à fond son avantage militaire sur le terrain, le désarroi régnant dans les pays de l’Europe de l’Est ainsi que les faiblesses de ses partenaires.

  • 6 Roosevelt and Churchill, Their Secret Wartime Correspondence, Edited by Francis L. Loewenheim, Haro (...)
  • 7 The Foreign Office and the Kremlin. British Documents on Anglo-Soviet Relations 1941-45, Edited by (...)

23En cédant trop facilement sur certains points d’importance capitale tels que la composition du gouvernement provisoire polonais ou un peu plus tôt l’ultimatum soviétique de fin janvier 1945 exigeant le remplacement du dernier gouvernement roumain non-communiste, les occidentaux firent preuve d’une grande faiblesse. Peu avant sa mort le Président Roosevelt n’avait-il pas écrit à Churchill que la Roumanie n’était pas “a good place for a test case…” ?6 Et Churchill lui-même n’avait-il pas conclu en octobre 1944, quatre mois avant la conférence de Yalta, son fameux accord secret avec Staline sur la division des pays balkaniques et de la Hongrie en « proportion d’intérêt » ? Un accord dont on sait aujourd’hui qu’il avait été pris beaucoup plus au sérieux7 que ne laisse croire sa présentation quelque peu anecdotique dans les mémoires de Churchill ainsi que dans beaucoup de livres d’histoire.

24Tous ces accords, flous, imprécis (que signifie, par exemple, le terme de « proportion d’intérêt » ?) avaient sans doute un caractère provisoire dans l’esprit des Anglo-Américains. Ils ne devaient durer que le temps des opérations militaires et de l’occupation temporaire. Ils ne préjugeaient nullement, d’après l’interprétation occidentale, le système politique futur et le sort consécutif des sociétés civiles que des élections démocratiques libres étaient censées déterminer après la libération. Toutes ces garanties verbales avaient cependant peu de portée dans une situation où les Soviétiques étaient, eux seuls, libres de déterminer ce que sont la démocratie et les élections libres…

25Churchill en était probablement tout à fait conscient. Lorsqu’il s’est précipité à Moscou en octobre 1944 pour conclure le fameux « marchandage des pourcents » avec Staline il voulait avant tout préserver les positions de la Grande-Bretagne dans la Méditerranée orientale, en Grèce en premier lieu, prêt à lâcher en contrepartie la Bulgarie, la Roumanie et, finalement la Hongrie également. Un coup d’œil sur la carte des opérations militaires explique bien son arrière pensée. Lors de la conférence de Yalta les armées de Staline avaient déjà traversé la Pologne pour se pointer sur Berlin et avaient profondément pénétré en Tchécoslovaquie.

26Entre octobre 1944 (rencontre Staline-Churchill) et Yalta (Staline-Churchill-Roosevelt) la position militaire de l’URSS devint donc irréversible. Elle ne manquait pas d’en tirer profit immédiat sur le terrain politique aussi. Pendant l’offensive foudroyante de l’Armée rouge en Europe de l’Est, Moscou imposait aux vaincus des conditions d’armistice et de soumission lui permettant d’y installer, sinon encore des gouvernements intégralement communistes, les bases politiques de sa domination.

27En Hongrie, les événements allaient plus lentement. Dans le gouvernement provisoire du Front d’indépendance nationale installé à Debrecen le 22 décembre 1944 (Budapest n’était pas encore libéré) sous la présidence d’un ancien général du régent Horthy, les communistes occupèrent trois postes sur onze. A quelques changements près, ce premier gouvernement se maintint jusqu’aux élections générales du 4 novembre 1945 qui donnèrent grand vainqueur le Parti des petits propriétaires. Le PC n’y obtint que 17 % des voix. Le pluralisme n’était pas encore supprimé.

  • 8 Bruno Arcidiacono, Le précédent italien et les origines de la guerre froide. Les alliés et l’occupa (...)

28Le sort des anciens alliés de Hitler ainsi que celui de la Finlande, se jouait aussi sur la table des négociations d’armistice à Moscou. L’Union soviétique les menait pratiquement à sa guise au nom des Nations Unies, fortes de l’approbation des Anglo-Américains qui, eux, avaient joué le même rôle un an auparavant vis-à-vis de l’Italie après la capitulation du 3/8 septembre 19438. La première, la Roumanie signa l’armistice le 12 septembre 1944, la Finlande le 19 septembre, la Hongrie (armistice préalable), le 11 octobre, la Bulgarie le 28 octobre. Coïncidence peut-être seulement symbolique : les Hongrois signèrent l’armistice préalable le jour après que Churchill et Eden sortirent du cabinet de Staline après avoir partagé, sinon le monde, la moitié de l’Europe de l’Est sur un bout de papier. Il est possible que les Soviétiques, occupés certes par les hôtes britanniques plus importants que les émissaires du régent hongrois, attendirent ce moment pour faire signer l’armistice (eux ne signèrent rien) par les Hongrois qu’ils possédaient alors depuis la veille… à 75 %. Tout cela n’avait d’ailleurs qu’une importance secondaire. L’accord anglo-soviétique loin d’être la cause d’une situation de dépendance des pays concernés n’a fait qu’entériner une situation de fait. A plus forte raison au moment de Yalta, en février 1945, les jeux avaient été faits en ce qui concernait les alliés est-européens de l’Allemagne. Ils ne figuraient même pas à l’ordre du jour… Leur sort avait été scellé par une longue succession d’événements militaires et politiques, mais aussi psychologiques, qui avaient mis Churchill et Roosevelt dans l’incapacité d’agir avec efficacité. A noter d’ailleurs que la fameuse politique de “containment” qu’ils allaient adopter à partir de 1947 ne visait à endiguer l’expansion soviétique qu’au-delà des « zones d’influence » qui lui avaient été tacitement attribuées entre 1943 et 1945. Cette zone incluait aussi l’Allemagne de l’Est, quoique sa destinée ait été originalement liée à celle de l’Allemagne tout entière. En tout cas, de par sa position centrale sur l’échiquier politique européen, l’Allemagne de l’Est, tout en étant le théâtre de la même expérience de soviétisation que les autres pays du camp socialiste appartient-elle à une autre page de l’histoire internationale.

29Quelle que soit l’explication de l’impuissance des alliés devant Staline, le fait demeure. De même que, par l’acceptation du rôle prépondérant de l’Union soviétique « agissant au nom des Nations Unies » dans les pays vaincus, ils lui concédèrent, peut-être sans prévoir toutes les conséquences, un instrument de « contrôle » facilement utilisable, par sa propre dynamique, comme instrument de domination. Les événements ne tardèrent pas à démontrer son efficacité également comme instrument de transformation sociale.

  • 9 François Fejtö, Le coup de Prague 1948, Paris, Seuil, 1976.

30Le cas des pays amis et alliés demande certes d’autres explications. Celui de la Yougoslavie – ainsi que de l’Albanie « prise en charge » par elle – constitue un cas à part. Quant à la Tchécoslovaquie et la Pologne, les Soviétiques ont mené des politiques en apparence différentes à leur égard. Traitement de choc vis-à-vis de la Pologne. Traitement plein d’égards vis-à-vis de la Tchécoslovaquie de Benes dont ni la personne ni le gouvernement revenu d’exil n’avaient été contestés par Moscou grâce, il est vrai, à des remaniements en faveur des communistes et à des avances du Président aux Soviétiques. Le traité d’alliance conclu avec Moscou le 12 décembre 1943 avait en fait donné aux Soviétiques une garantie suffisante d’autant plus qu’à l’occasion des négociations Edouard Benes alla souvent au-devant des souhaits de ses interlocuteurs et s’empressa de les satisfaire. Il s’est montré aussi accommodant vis-à-vis du Parti communiste tchécoslovaque. Il accepta la limitation de son gouvernement de coalition aux partis patentés du Front national au sein duquel les communistes étaient appelés à jouer un rôle prépondérant. Le programme de Kosice qui entérina ses accords ainsi qu’un programme gouvernemental de démocratie populaire « avancée » assura ainsi aux Soviétiques et à leurs homologues tchécoslovaques une solide implantation politique et une forte emprise sur la société. Ils n’avaient qu’à attendre le moment favorable pour brusquer les choses, lors de la crise du coup de Prague de février 1948 et faire balancer le pays dans le système. Le Parti communiste fort de 38 % des suffrages, était sans doute, quoiqu’affaibli, bien placé pour opérer ce coup d’Etat. Le manque de détermination du Président Benes ainsi que la faible résistance de la société civile lui avaient encore facilité la tâche9.

  • 10 Foreign Relations of the United States, Diplomatic Papers, The Conferences at Malta and Yalta, Unit (...)

31Le « traitement de choc » réservé à la Pologne constitue un dossier extrêmement vaste et complexe. Nous en avons déjà relevé les préliminaires. Rappelons ici que les conflits permanents entre Moscou et le gouvernement polonais en exil aboutirent à la rupture à la suite de l’affaire de Katyń, la découverte en avril 1943 de milliers de cadavres d’officiers polonais assassinés par les Soviétiques en 1939-1940. A l’opposé d’un traitement dû à un allié, la Pologne était traitée plutôt en ennemi ou, tout au moins, comme un pays hostile et dangereux. L’installation d’une Union des patriotes polonais promue au rang de Comité de libération nationale fit le reste. C’était le gouvernement dit de Lublin d’Osobka-Morawski. Roosevelt et Churchill finirent par reconnaître son existence… et même plus. « Le gouvernement actuellement en fonction en Pologne », ont-ils déclaré d’entente avec Staline, « sera réorganisé sur des bases démocratiques plus étendues par l’inclusion de chefs démocrates se trouvant en Pologne même et de chefs choisis parmi ceux qui sont à l’étranger. Ce nouveau gouvernement prendra nom de “Gouvernement provisoire polonais d’unité nationale” »10. En fait, seulement quatre nouveaux membres dont Stanislaw Mikolajczyk, chef du gouvernement de Londres, furent admis, en juin 1945, au sein du gouvernement de Lublin comptant, lui, 21 membres, dont 17 communistes et apparentés. Une solution qui se révéla un peu plus durable que l’accord de Tito avec Ivan Subasic, premier ministre du roi Pierre à Londres. Il n’en reste pas moins que les communistes sont devenus maîtres de la situation avant même de s’installer à Varsovie où l’insurrection tenta de chasser les Allemands. L’effet conjugué des immenses pertes humaines et matérielles, les manœuvres diplomatiques de Staline, l’abandon des insurgés à leur sort et d’autres ravages ont créé les conditions préalables à la totale désorganisation de la société.

32Avant même d’entamer la suite des événements une brève récapitulation pourrait montrer d’une part le caractère gigantesque de l’opération entreprise par Staline et, d’autre part la redoutable efficacité des méthodes et des instruments qui avaient été mis en place à chaud, pendant les campagnes militaires, bien avant donc le « passage » ouvertement proclamé des pays concernés au système calqué sur le modèle soviétique.

33Une opération gigantesque jamais vue en Europe depuis l’empire des 130 départements de Napoléon et celui de Hitler. L’Union soviétique avait agrandi ses propres territoires d’environ 400 000 km2, territoires englobant désormais entre autres une portion de la Finlande, la Lituanie, l’Estonie et la Lettonie, la Prusse orientale, la Pologne orientale jusqu’à la ligne Curzon, la Bessarabie, la Bucovine du nord, l’Ukraine subcarpatique… Quant aux six pays du futur camp socialiste ils recouvraient plus d’un million de km2 avec cent millions d’habitants – deux fois la France.

  • 11 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires (deux tomes), Paris, Seuil, 1952 et 1969.

34Sans aucun doute la puissance militaire soviétique était et reste la pièce maîtresse de l’édifice. Mais il ne faut pas se méprendre. Occuper, contrôler, administrer et transformer une demi douzaine de pays européens de structure et de culture différentes ne peut se faire par les baïonnettes seules. Il faut aussi un plan, un personnel expérimenté, des méthodes éprouvées et un certain savoir-faire. C’est ce mécanisme qui sera exposé dans les pages qui suivent. En tout cas l’immense succès de Staline se mesure dans sa réussite de faire entrer en alternant la carotte et le bâton, la Pologne catholique et russophobe et la Bulgarie orthodoxe, la Tchécoslovaquie alliée et la Hongrie ennemie, la Roumanie agraire et la Prusse avancée dans le même moule de fabrication lénino-stalinienne. Une fois les structures politiques détruites et la société civile désarticulée, anciens ennemis et pays amis se retrouvèrent tous sur le même pied dans la famille socialiste. Les différences de statut et de traitement initiaux n’auront servi qu’à échelonner la soviétisation au fur et à mesure de l’opportunité. Et aussi des priorités. Un projet de société existait certainement. Celui-ci est inscrit dans la nature même du système et dans son idéologie millénariste. Dans ce sens, toute avancée du communisme est un pas vers l’objectif ultime. A plus forte raison, l’établissement d’une zone de sécurité composée de « pays amis » avec à leur tête des gouvernements bien disposés vis-à-vis de Moscou, les communistes locaux y veillaient, constituait un terrain propice pour passer au second acte… En revanche, les modalités et les échéances dépendaient d’une foule de facteurs et de circonstances imprévisibles et, partant, non « planifiables ». Devant l’incertitude, les Soviétiques avaient dû préparer non pas un plan d’exécution unique, mais plusieurs scénarios11.

35Derrière les variétés dans l’exécution des plans une chose semble certaine : l’uniformité de la méthode. A des degrés certes divers, partout le même mécanisme avait été installé.

36Cependant les Soviétiques ne pensaient pas seulement en termes idéologiques et d’efficacité. Ils cherchaient aussi, une longue expérience historique le prouve, à arriver à leurs fins au moindre frais. Le concept d’input et d’output est moins étranger à la mentalité des dirigeants de Moscou qu’on ne le croit. Tout est pesé, tout est mesuré par rapport au prix à payer et au résultat visé. Le maintien en place en Europe de l’Est de certaines structures gouvernementales répondait précisément à cette rationalité. Tel était bien le cas de la Roumanie où l’Etat et l’administration demeurèrent intacts pendant la guerre (l’élimination d’Antonescu par le roi ne les avait pas non plus désintégrés). Les Soviétiques avaient tout à gagner à les laisser en place ne fût-ce que pour un bref laps de temps. A certains égards, la Hongrie de 1944 présente une situation analogue. L’Etat hongrois et son administration subsistent dans la continuité tout au long de la guerre jusqu’au putsch fasciste sanglant du 15 octobre 1944. C’est le régent Horthy qui demande l’armistice, qui envoie à Moscou ses délégués pour signer, le 11 octobre, l’armistice préalable. Cinq jours après il est enlevé par les Allemands pendant que le parti nazi-fasciste de la Croix-Fléchée sévit dans le pays et continue la guerre. C’est l’occasion unique pour Moscou pour déclarer nulle et non avenue la démarche d’Horthy, d’imposer la capitulation et d’installer une administration militaire. Au lieu de cela, Staline et Molotov préfèrent ignorer la carence du pouvoir d’Horthy et continuer de traiter avec les représentants d’un régent envolé et d’un Etat perturbé, au bord de la faillite. Le souci de continuité notamment légale, prime sur les autres considérations.

La politique des fronts

  • 12 Kommounistitcheski International, Moscou, 1969, (Traduction hongroise, 1971), p. 441.
  • 13 Stéphane Courtois, Le PCF dans la guerre, De Gaulle, la Résistance, Staline..., Paris, Ramsay, 1980 (...)
  • 14 Ibid., рр. 203-232.

37Dès le jour qui suit l’attaque à l’aube de Hitler contre l’Union Soviétique la consigne de Moscou aux partis communistes du monde entier se résume en une phrase : luttez contre le fascisme. Le Comité Exécutif de l’Internationale Communiste envoie certes des instructions détaillées à chacun des partis selon la situation qui est la sienne (en guerre, occupé, neutre, etc.)12 mais le mot d’ordre principal est identique au message que reçoit Tito : « ... A l’étape présente vous êtes concernés par la libération de l’oppression et non par la révolution socialiste »13. Quant au PC français, sa stratégie, comme l’écrit Stéphane Courtois, « se trouve modifiée du tout au tout… » Désormais, la défense de l’URSS « lance les communistes français… contre le fascisme hitlérien qu’ils avaient dû ménager depuis deux ans »14. Sur ce point capital, certes, la guerre de Hitler contre la patrie du socialisme mit fin au désarroi qu’avait provoqué le Pacte germano-soviétique de 1939. L’adaptation des partis communistes à la nouvelle situation ne manqua pas cependant de poser de nombreux problèmes. Cette adaptation n’était pas, loin de là, un simple retour à la tactique du Front Populaire des années 1930. Les nouveaux « fronts », d’appellations variées, se réclamèrent certes des principes de base de l’unité antifasciste du Front Populaire, mais avaient comme but prioritaire le combat armé contre l’Allemagne nazie et ses alliés ainsi que la préparation de l’après-guerre surtout après le tournant de Stalingrad et la dissolution de l’Internationale Communiste au mois de mai 1943.

38Le « nouveau frontisme » concernait certes tous les partis communistes, mais en particulier ceux d’Europe centrale et orientale. Ils devaient servir aux partis communistes du futur « glacis » soviétique pour s’attribuer un rôle de première importance dans la résistance pour en cueillir les fruits au moment de la redistribution des pouvoirs sur le sol libéré. La lutte pour l’hégémonie du parti dans la résistance était une opération de grande envergure avec des résultats très inégaux. Nuls ou presque dans certains pays comme la Roumanie et la Hongrie. Une véritable guerre dans la guerre comme en Yougoslavie entre les partisans de Tito et de Mikhailovitch, l’unique pays où les communistes remportèrent d’emblée la victoire sans l’aide de l’Union soviétique voire en outrepassant les ordres de Staline de collaborer avec les forces royalistes.

39C’était la guerre dans la guerre aussi en Pologne.

  • 15 Norman Davies, God’s Playground, op. cit., vol. II, p. 545.

40Parallèlement à l’extermination massive des forces démocratiques, les Soviétiques mirent en place les cadres d’organisation du pouvoir communiste à savoir l’Union des Patriotes Polonais présidée par l’écrivain Wanda Wasilewska, transformée le 22 juillet 1944, en Comité Polonais de Libération Nationale exerçant la fonction de gouvernement provisoire (le « gouvernement de Lublin »). De ces organisations importées de Moscou ainsi que du Conseil National Intérieur que Gomulka avait formé sans le préavis de Moscou, est issu une sorte de Front National, un bloc des partis fantômes créés par les communistes et du PC lui-même. Lors des élections de janvier 194 7 ce bloc sortit, bien entendu, grand vainqueur mettant fin à l’éphémère « coalition » avec l’ancien membre du gouvernement polonais en exil, Stanislaw Mikolajczyk. Quant au parti communiste, il avait pris, en janvier 1942, le nom de Parti Ouvrier Polonais (PPR), succédant à l’ancien parti dissout en 1938 et dont les chefs historiques, Warzsawski/Warski, Jozef Unszlicht, Maria Koszutska/Kostrzewa et leurs compagnons furent fusillés, en URSS15.

41Sous des appellations variables (Front National, Front Patriotique, Front de Libération) des fronts populaires plus ou moins fictifs virent le jour dans tous les pays occupés par les Allemands. Dans certains cas, comme en Hongrie, il existait même deux fronts, un formé par le parti communiste et ses partenaires de résistance dans le pays occupé et un autre créé dans la zone libérée par l’Armée rouge par les émigrés communistes revenus de Moscou et qui, sitôt que les Allemands furent délogés, absorba le front intérieur. Dans tous les cas, sans exception, le front national ou patriotique avait comme fonction de servir d’écran au processus de la prise de pouvoir communiste.

42Le Front était, comme nous l’avons fait remarquer, un instrument de combat contre la résistance non-communiste et, plus généralement, contre toutes les formations militaires et politiques rivales susceptibles de s’opposer à l’hégémonie du parti communiste. La guerre finie, cette fonction n’a pas changé si ce n’est dans ses modalités tactiques et techniques : tactique du « salami », « épuration » des partis démocratiques, manifestations de masse, dénonciations dans la presse, action de « sous-marins » au sein des autres partis, démoralisation, intimidation ainsi qu’enfin le terrorisme policier pur et simple. L’histoire des démocraties populaires est une série ininterrompue d’actions de déstabilisation et de sape contre les partis et les groupes non communistes.

  • 16 Dans la zone entre le Bug – Ligne Curzon – et la Vistule, la densité des forces armées soviétiques (...)

43Les étapes et les épisodes de cette lutte ont fait l’objet d’une multitude d’études et de témoignages. Rappelons ici seulement que parmi les instruments de la conquête du pouvoir, le parti communiste disposa partout d’un atout majeur dans la présence de l’Armée soviétique16. Celle-ci, par sa masse, rendait d’emblée impossible toute tentative de marginalisation du parti communiste sans parler de son éventuelle éviction.

44La structure frontiste des nouveaux régimes d’Europe de l’Est avait de quoi alimenter la suspicion que sa fonction essentielle était de servir à l’installation des p.c. aux postes de commande. D’où les disputes acharnées entre alliés, avant et après Yalta, au sujet de la composition des gouvernements provisoires, notamment en Pologne.

45La « nouvelle démocratie » suscitait néanmoins, nous le verrons, beaucoup d’espoirs. Un espoir révolutionnaire ? Pour une infime minorité d’anciens, et peut-être aussi quelques nouveaux communistes. L’immense majorité des nouveaux adhérents entra dans le parti ou vota pour lui, attirés par son nouveau message. Le parti leur apparaissait, comme la force motrice d’un renouveau démocratique avec certes un lointain contre-projet révolutionnaire, mais qui n’était pas à l’ordre du jour. Il constituait un contre-poids face aux autres partis moins résolus et, surtout, face aux forces conservatrices et réactionnaires qui ne désarmèrent pas encore définitivement.

46Le nouveau message se révéla efficace également parmi les adversaires du parti malgré les soupçons.

47Le « pays profond » demeura certes anti-communiste vis-à-vis d’un parti perçu comme étranger. Nous en verrons les causes. Il n’en reste pas moins que sa métamorphose atténuait, en tout cas au départ, certaines appréhensions. Par l’adoption du principe d’une société ouverte, le parti donna l’impression de renoncer à son « contre-projet » et à sa « légitimité révolutionnaire » messianique et totalitaire projetée sur l’avenir en échange de sa reconnaissance comme partie intégrante de la société politique et de la nouvelle réalité de l’ordre international d’après-guerre.

48Le parti investit sa propagande à fond dans la création de cette illusion en la justifiant idéologiquement par la nécessité de « combler le retard historique » des sociétés concernées. Malgré les soupçons sur les arrières pensées du parti et malgré les actes de violence et de duplicité qui ont tôt fait de le discréditer, l’engrenage du système ne perça pas immédiatement à jour. On ne prévoyait pas encore que les communistes comme nous y avons fait allusion, en feront l’un des instruments puissants de l’élimination de leurs partenaires-adversaires et de toute force autonome. On ne voyait pas clairement que le mirage de la société ouverte avec son espace de jeu de forces restreint n’aura été qu’un piège de l’histoire qui ne tardera pas à se refermer.

  • 17 Jacques Rupnik, Histoire du Parti communiste tchécoslovaque, Paris, Presses de la Fondation nationa (...)

49D’autant plus que, à l’exception des partis yougoslave et tchécoslovaque17, les partis communistes semblaient être trop faibles et mal préparés pour prendre la responsabilité de gouverner. Il leur manquait aussi le prestige du parti-armée-de-libération de Tito et celui du parti tchécoslovaque solidement implanté dans la société.

50La faiblesse numérique du parti au départ n’est qu’un élément de cette situation. Avec ses effectifs montant à quelques milliers en Pologne, à quelques centaines en Hongrie aucun des deux partis ne pouvait jouer un rôle important dans la résistance (le PC polonais, avec Gomulka comme chef intérieur avait toutefois à son actif davantage de succès que les communistes hongrois) et, ne pouvait réclamer le leadership politique à la libération. Il leur manquait aussi l’expérience sur le terrain politique ainsi que les cadres.

  • 18 M.K. Dziewanowski, The Communist Party of Poland. An Outline of History, Cambridge, Harvard Univers (...)

51Rappelons que les deux partis avaient été décimés pendant les purges de Staline et furent dissous par le Komintern dans les années 193018. A peine relevés, ils subirent la persécution meurtrière des fascistes et de l’occupant allemand. Les circonstances aidant, la rapide augmentation des effectifs leur permit néanmoins de combler la lacune numérique (ils sont devenus des partis de masse comptant environ un million d’adhérants) et la fusion des dirigeants « intérieurs », tels que Gomulka en Pologne, Rajk et Kádár en Hongrie, avec les « moscovites » leur fournit une équipe de direction. Non sans heurts sans doute. En Pologne, en particulier, le clivage entre la fraction intérieure (linia krajowa) et les groupes eux-mêmes divisés, retournés d’exil (linia moskiewska) était à l’origine de dissensions à plusieurs reprises (voir la formation du groupe de Natolin, des partisans de Moczar, etc.).

52Malgré l’augmentation des effectifs, les partis communistes donnaient ainsi l’impression d’être peu sûrs de leur propre identité et, surtout, basés sur des assises sociales disparates et incertaines comme le démontrera d’ailleurs l’évolution de leur composition sociale et répartition territoriale. Le problème juif, comme nous le verrons, y jouait aussi un rôle important.

53C’était peut-être l’une des raisons qui avait amené Staline à donner les consignes de prudence qu’on connaît et de lancer des propos désabusés dans le genre « introduire le communisme en Pologne serait comme seller une vache ». Ceci ne l’empêchant pas toutefois de mettre les communistes polonais bien en selle et de les y maintenir par tous les moyens.

54Saura-t-on un jour quels étaient les plans de Staline concernant la nature du « pouvoir provisoire » qu’il avait imposé dans sa « zone d’intérêt ». Le parti communiste devait y tenir sans aucun doute une position inébranlable mais variable selon les pays et les circonstances ; toujours en compétition avec « d’autres forces démocratiques », mais à des degrés également variables ; jamais en revanche sous son identité de parti révolutionnaire.

55Devant l’alternative « s’imposer ou composer », Moscou avait par conséquent choisi le second terme, mais en le combinant avec les méthodes de répression, de fraude, et d’intimidation qu’on connaît. C’est cette combinaison qui éclaire le véritable caractère de la politique « frontiste » ainsi que sa perception par les autres acteurs politiques et, dans une certaine mesure par l’opinion publique. C’était ressenti comme un viol inadmissible qu’il fallait toutefois subir, les autres forces n’ayant pas d’autre choix que la soumission ou le suicide. Dans ces conditions elles ne pouvaient faire autrement qu’accepter les gouvernements de « front » comme un compromis concédé par le plus fort tout en espérant pouvoir s’en sortir.

56Le front était donc perçu des deux côtés comme un phénomène transitoire à durée indéterminée. Pour les uns un pis aller avec, nous le verrons, quelques côtés indéniablement positifs et susceptibles de conduire à une solution meilleure. Une perception sans doute plus justifiée chez les Hongrois que chez les Polonais. Pour les autres, les communistes, un phénomène transitoire sans doute, mais qui devait conduire immanquablement à une forme de société « supérieure ». Une semi-démocratie en sursis. L’opinion d’un Georges Lukacs n’était pas foncièrement différente quand il représentait la démocratie populaire à base économique encore capitaliste comme « un champ de bataille » où se mesuraient les forces respectives de la démocratie libérale et du socialisme communiste. Il commit toutefois l’erreur de prendre au sérieux ce que ses condisciples prenaient pour un mouvement tactique.

57Ce sursis permit en même temps aux partis communistes de s’installer confortablement et d’utiliser le cadre frontiste à la mise en place des moyens de la destruction de celui-ci. Fait peut-être plus grave : cet engrenage avait aussi bloqué l’apprentissage de la liberté, autrement dit le processus spontané d’une véritable démocratisation et de modernisation de la vie publique, des institutions, des mœurs et des mentalités dont la plupart de ces pays auraient eu pourtant grand besoin en dépit de belles traditions héritées du passé.

  • 19 Wladyslaw Pobóg-Malinowski, Najnowsza historia polityczna Polski 1863-1945 / Histoire de la Pologne (...)

58Il est toutefois indispensable de rappeler que durant cette période de coalition frontiste commencent déjà les procès et exécutions qui se multiplieront ensuite après le « tournant » de 1948. Ainsi en Pologne, le procès des 16 dirigeants de la clandestinité, dont les représentants du Conseil d’Unité Nationale, le parlement de la Pologne occupée, du gouvernement en exil et de son bras armé – l’АK. En février 1945, ils furent invités par les autorités soviétiques pour négocier l’attitude de l’administration et de l’armée clandestine sur les arrières de l’Armée rouge. La réponse polonaise fut favorable. Toutefois, les négociations ne furent qu’un leurre et tous devaient se retrouver à… Moscou devant le Tribunal Militaire de la Cour Suprême d’URSS, pour répondre en tant qu’accusés, agents de la diversion, et non pas en qualité de vice-premier ministre et ministres, représentants des partis politiques. Ils devaient répondre de l’article 58 du Code Pénal de la RSFRS. L’acte d’accusation leur imputait d’agir au détriment de l’Armée rouge et de l’URSS ainsi que de s’être rendus coupables « d’organiser au côté des Allemands, des activités militaires hostiles à l’URSS »19.

59Parallèlement au procès se déroule à Moscou, en ce mois de juin 1945, les pourparlers entre le PKWN – Comité polonais de libération nationale – et les représentants des partis politiques – Mikolajczyk en tête, en vue de former un gouvernement d’unité nationale. C’est à la réaction de l’opinion internationale et à la rencontre au Kremlin citée plus haut, que les condamnés furent redevables de peines relativement légères. Ainsi Leopold Okulicki, chef de l’АK, accusé en outre d’espionnage, se voyait condamné à dix ans de prison, Jan Stanislaw Jankowski, le délégué du gouvernement de Londres pour la Pologne à huit ans de réclusion. Les autres sentences s’échelonnèrent entre 4 ans et trois mois. Trois des accusés ont été acquittés. Trois d’entre eux ne devaient jamais revoir leur pays natal.

60Pour illustrer ce mécanisme implacable rappelons pour mémoire comment, en Hongrie, la découverte d’une « conspiration » anodine, appelée Communauté hongroise, avait conduit de fil en aiguille à la destruction du plus puissant parti non-communiste dans toute l’Europe de l’Est, à savoir le Parti des petits propriétaires. Au mois de décembre 1946 la police politique procéda à l’arrestation de plusieurs députés parlementaires, hommes politiques et officiers de l’armée, appartenant pour la plupart au Parti des petits propriétaires, grand vainqueur des élections législatives de 1945. Comparurent devant le Tribunal 150 personnes. Le procès des dirigeants a eu lieu en avril 1947, à son issue l’un des accusés fut exécuté, une dizaine d’autres condamnés à de lourdes peines de prison.

  • 20 András Kis, A Magyar Közösségtöl a földalatti fövezérségig (De la Communauté hongroise au commandem (...)

61En fait la police connaissait depuis longtemps l’existence de la Communauté hongroise issue d’un groupe d’anciens opposants à l’Allemagne nazie et clandestinement réorganisée en 1945. L’organisation comptait à son apogée, en 1946, 660 membres20, elle était dirigée par un comité de sept personnes et avait aussi un sous-comité militaire, composé d’officiers pour la plupart congédiés de la nouvelle armée. L’organisation clandestine existait donc réellement et elle réunissait des personnes qui rêvaient de la restauration d’un régime conservateur après le retrait des troupes soviétiques qui aurait dû s’accomplir à l’issue de la Conférence de la Paix. Ils avaient aussi le projet de mettre sur pied un Commandement militaire destiné à prendre en main l’armée.

62Cependant la réalité de la conspiration s’arrêtait là. Les dirigeants communistes savaient pertinemment que l’affaire avait été gonflée et que la Communauté hongroise ne représentait aucun danger pour l’ordre du nouvel Etat.

63L’objectif du Parti communiste résidait ailleurs. Il utilisait la conspiration pour démanteler le parti des petits propriétaires. Les accusations finirent par atteindre Béla Kovács, secrétaire général du Parti des petits propriétaires qui fut arrêté le 25 février 1947 par les autorités soviétiques d’occupation.

64Au mois de mai c’était le tour de Ferenc Nagy, Président du Conseil des ministres d’être acculé à la démission pendant qu’une avalanche de licenciements décima le personnel politique, diplomatique et administratif du parti majoritaire. En l’espace de cinq mois c’en était fini. Le grand parti vainqueur des élections sortit mortellement affaibli de l’épreuve ; son épave ne tardera pas à sombrer définitivement lors des remaniements successifs du gouvernement.

65Tout cela se passe au moment où le Parti paysan polonais est pratiquement anéanti par la fraude et son chef, Mikolajczyk se voit contraint de quitter clandestinement son pays.

Notes

1 Pour le modèle originel de cette transformation voir Michel Heller, La machine et les rouages. La formation de l’homme soviétique, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

2 Cité par Norman Davies, God’s Playground. A History of Poland, op. cit., t. II., pp. 443-444, 559.

3 The Dark Side of the Moon, London, Faber and Faber, 1944.

4 Joseph Czapski, Terre inhumaine, Lausanne, L’Age d’Homme, 1978 ; Stanislaw Кот, Conversations with the Kremlin and Dispatches from Russia, London-New York-Toronto, Oxford University Press, 1963, 273 p.

5 L’Armia Ludowa – Armée Populaire – précédemment Gwardia Ludowa – La Garde Populaire, comptait en décembre 1943 environ 10 000 gardes, alors que l’Armia Krajowa – l’Armée de l’Intérieur, d’obédience londonienne, en comptait environ 25 000. Krystyna Kersten, Karodziny systema wladzy, Polska 1943-1948, Naissance d’un système de pouvoir, Pologne 1943-1948, Libella, Paris, 1986, p. 22.

6 Roosevelt and Churchill, Their Secret Wartime Correspondence, Edited by Francis L. Loewenheim, Harold D. Langley, Manfred Jonas, London, Barrie and Jenkins, 1975, n° de document 513.

7 The Foreign Office and the Kremlin. British Documents on Anglo-Soviet Relations 1941-45, Edited by Graham Ross, Cambridge..., Cambridge University Press, 1984, document n° 30. « Molotov suggéra alors 75-25 pour la Hongrie. M. Molotov mentionna qu’ils n’en avaient pas terminé avec la Bulgarie. Si la Hongrie en était à 75/25, alors la Bulgarie pourrait en être à 75/25 et la Yougoslavie à 60/40. C’était là la limite au-delà de laquelle il n’irait plus. M. Eden répondit qu’il ne pouvait pas le proposer au Premier Ministre qui tenait beaucoup à la Yougoslavie... M. Molotov accepta 50/50 pour la Yougoslavie si la Bulgarie restait à 90/10... » Le marchandage continua dans le même esprit. Voir pp. 179-183. Cf. aussi l’excellent ouvrage de Charles Gati, Hungary and the Soviet bloc, Durham, Duke University Press, 1986.

8 Bruno Arcidiacono, Le précédent italien et les origines de la guerre froide. Les alliés et l’occupation de l’Italie 1943-1944, Bruxelles, Bruylant, 1984, pp. 279-450.

9 François Fejtö, Le coup de Prague 1948, Paris, Seuil, 1976.

10 Foreign Relations of the United States, Diplomatic Papers, The Conferences at Malta and Yalta, United States Government Printing Office, Washington, 1955, pp. 973-974 ; Arthur Conte, Yalta ou le partage du monde (11 février 1945), Paris, Laffont, 1964, pp. 330-331.

11 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires (deux tomes), Paris, Seuil, 1952 et 1969.

12 Kommounistitcheski International, Moscou, 1969, (Traduction hongroise, 1971), p. 441.

13 Stéphane Courtois, Le PCF dans la guerre, De Gaulle, la Résistance, Staline..., Paris, Ramsay, 1980, p. 207.

14 Ibid., рр. 203-232.

15 Norman Davies, God’s Playground, op. cit., vol. II, p. 545.

16 Dans la zone entre le Bug – Ligne Curzon – et la Vistule, la densité des forces armées soviétiques / sans compter l’Armée polonaise formée en URSS du général Berling /, atteint un degré rare dans l’histoire militaire de l’Europe. Presque deux millions de soldats soviétiques ce qui représente une densité de 35 hommes au km2. K. Kersten, op. cit., p81.

17 Jacques Rupnik, Histoire du Parti communiste tchécoslovaque, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981, p. 178.

18 M.K. Dziewanowski, The Communist Party of Poland. An Outline of History, Cambridge, Harvard University Press, 1959, pp. 149-150 ; Miklós Molnár, De Béla Kип à János Kádár. Soixante-dix ans de communisme hongrois, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques / Institut Universitaire de Hautes Etudes Internationales, 1987.

19 Wladyslaw Pobóg-Malinowski, Najnowsza historia polityczna Polski 1863-1945 / Histoire de la Pologne contemporaine 1863-1945 /, Londres, 1950, vol. 3, pp. 899-900.

20 András Kis, A Magyar Közösségtöl a földalatti fövezérségig (De la Communauté hongroise au commandement militaire sous-terrain), Budapest, Zrinyi katonai kiadó, 1969, pp. 124 et 187. Voir aussi le « Livre Blanc » du gouvernement hongrois ainsi que l’entretien de l’auteur avec Pál Jackó, ancien membre de la Communauté hongroise.