Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

I. Les avatars de la société civile

3. Regard sur le passé russe et centre-européen

Texte intégral

1« L’énigme russe enveloppée de mystère » ne sera certainement pas résolue dans les pages qui suivent. Et même pas la question, plus limitée, de savoir à quel niveau il convient de situer l’ébauche du libéralisme, du système constitutionnel et politique ainsi qu’enfin l’état de la société civile russe d’avant la révolution par rapport au modèle européen (ne serait-ce qu’un modèle abstrait vidé de ses contradictions et inégalités). Dans le chapitre précédent nous avons déjà fait allusion au grand débat autour de ce sujet en citant notamment des propos de ce grand philosophe devenu un classique qu’avait été Nicolas Berdiaev. Des dizaines et des dizaines d’autres noms pourraient être cités tels que l’américain Richard Pipes et le diplomate historien George Kennan auteur de nombreux ouvrages et aussi de ce célèbre « long télégramme » suivi d’un article signé « M. X », textes dans lesquels Kennan établissait un lien entre l’expansionnisme russe d’antan et la nature arriérée de l’Etat russe d’un côté et de l’autre la nature du marxo-lénino-bolchévisme si éloignée des traditions de la civilisation occidentale. Mais il faut évoquer aussi Soljénitsyne qui, au contraire (sinon sans nuances), dépeignait dans ses œuvres littéraires et polémiques une Russie sinon idyllique, mais très avancée dans la voie de modernisation et d’adoucissement des mœurs (voir par exemple la figure de Stolypine présentée sous une lumière très avantageuse) et, de l’autre côté de la barricade, les radicaux et les terroristes fanatiques précipitant la Russie au bord du précipice révolutionnaire, ce qui sera accompli par Lénine et les autres bolchéviks.

  • 1 Karl Marx, La Russie et l’Europe, introduction de Benoît P. Hepner, Paris, Gallimard, 1954. Marx s’ (...)

2La polémique est plus que centenaire parce que déjà depuis le Voyage en Russie du marquis Astolphe de Custine (La Russie en 1839, publié en 1843), on ne cesse de se référer au tableau affligeant de l’autocratie et de la société russes que cet auteur, peut-être superficiel et peu fiable, mais perspicace, en avait dressé. Citons encore le nom de Karl Marx qui, sans expérience personnelle, mais sur la base de l’étude de nombreux textes de son temps, s’est acharné à présenter la Russie à la fois comme l’ennemi mortel de la démocratie européenne et comme une société essentiellement asiatique, héritière de la barbarie mongole qui l’avait réduite en esclavage pendant des siècles1.

  • 2 Paris, Fayard, 1986.
  • 3 Ibid., pp. 92-93.
  • 4 Ibid., pp. 96-98.
  • 5 Ibid., Préface, pp. 10-11.

3Après cette époque la Russie avait certes connu des périodes de poussées réformistes (sans parler ici des précédentes sous Pierre le Grand, Alexandre 1er ou Alexandre II abolissant en 1861 le servage). L’un des rares ouvrages qui en retrace les étapes depuis Catherine II avait été assez récemment découvert par le lecteur français : il s’agit du livre publié en allemand par Victor Léontovitch, Histoire du libéralisme en Russie2. Libéral conservateur et violemment anti-radical, Léontovitch se livre à une analyse juridique et politique minutieuse de tous les programmes, mémoires officiels, codifications de droits, décrets, manifestes, réformes institutionnelles jalonnant un siècle et demi (jusqu’à la quatrième Douma de 1912). Outre les tsars plus ou moins éclairés, les protagonistes du processus se nomment, à juste titre, Speranski, Karamzine, Witte, Stolypine, pour ne citer que les plus connus. Au travers des intentions souvent infléchies, les demi-mesures et les échecs totaux ou partiels, Léontovitch fait état dans son ouvrage très sérieux d’un progrès lent, mais constant vers une monarchie modérément constitutionnelle et l’ébauche d’un Etat de droit en Russie. Des tentatives brisées (mais aussi des succès) soit sur l’écueil de l’autocratie persistante soit, comme nous l’avons fait remarquer, sur le repoussoir constitué par le radicalisme révolutionnaire, voire « le libéralisme extrême ». L’ennemi est clairement désigné dès le début du livre. « A la fin du xixe siècle, une partie importante du libéralisme se détacha du traditionalisme historique et se convertit à l’extrémisme politique », un extrémisme qui « n’était pas en mesure de s’affirmer face aux doctrines socialistes et révolutionnaires » – lit-on dans l’ouvrage. Et Léontovitch de déclarer que « le véritable libéralisme est conservateur »3. L’auteur remonte toutefois plus loin pour dénoncer l’origine du mal de « l’extrémisme ». Les Décabristes, affirme-t-il, « ont déclenché en Russie le mouvement de pendule fatal entre réaction et révolution ». C’est à cause d’eux et de leurs prédécesseurs radicaux qu’Alexandre 1er, « contraint et forcé… s’est détourné de la voie du libéralisme » et que le jeune Nicolas 1er avait emprunté, sous le choc de l’insurrection, la voie anti-libérale de son long règne4. Le ton est donné, le concept directeur de l’auteur est fixé. Il sera approuvé par Soljénitsyne qui critique toutefois « le juridisme formel » de Léontovitch ainsi que sa focalisation sur le droit et l’importance de la liberté politique au détriment des droits civils5. Et, plus vivement encore, Soljénitsyne déplore l’interprétation du juriste à propos de l’exemption du service d’Etat accordée aux nobles au xviiie siècle et qui avait en réalité « mis obstacle à la libération du peuple paysan ».

4Si nous avons longuement cité l’ouvrage sur le libéralisme russe c’est surtout, précisément, à cause de son « juridisme » qui, plus qu’un défaut de perspective de l’auteur, nous paraît confirmer la faiblesse extrême dans la réalité de la vie russe des libertés et de la société civiles, c’est-à-dire le seul terrain favorable à l’épanouissement du libéralisme et de la démocratie.

5Cette constatation, loin d’être un cliché éculé, nous apparaît toujours une vérité fondamentale aussi bien pour comprendre la révolution russe jusqu’à ses conséquences invariablement désastreuses que pour mesurer l’écart entre la réception russe du bolchévisme et sa réception, 30 ans plus tard, dans les démocraties populaires d’Europe centrale.

  • 6 Nicolas Berdiaev, L’esprit de Dostoïevski, Paris, Stock, 1974, p. 30.

6Outre Lénine lui-même, convaincu de la victoire de sa cause, c’est un philosophe russe chrétien, Nicolas Berdiaev, qui a prévu le premier la victoire inévitable des bolchéviks au cas où une véritable grande révolution devait se produire en Russie. Il l’a prévu dès 1907 et a développé ses idées par la suite dans son étude sur Dostoïevski écrite à Moscou en 1921 et, quinze ans après, dans son ouvrage sur Les sources et le sens du communisme russe. Il faut « se rappeler, écrit-il dans L’esprit de Dostoïevski, que les Russes n’ont jamais eu de Renaissance. Un destin malheureux les a privés de la joie que fut pour les autres peuples ce grand réveil »6.

  • 7 Nicolas Berdiaev, Les sources et le sens du communisme russe, Paris, Gallimard, « Idées », 1952, p. (...)
  • 8 Ibid., p. 23.
  • 9 Ibid., pp. 52-53.
  • 10 Ibid., pp. 220-221

7Une ou deux citations ou un bref passage ne sauraient, certes, pas transmettre la profondeur de son message et la richesse de son analyse sur la pensée, la culture et la société russes. Ce qui l’intéresse en premier lieu est d’ailleurs moins la société dans ses structures que sa vie spirituelle et ses aspirations métaphysiques. Si, comme il le dit, « le communisme s’est révélé comme le destin inéluctable de la Russie, comme un moment intérieur de sa destinée »7 et si, comme il le dit à un autre endroit, ce « communisme était oriental »8, c’est à cause de la tendance spirituelle qui avait détourné la Russie de la société occidentale « dissolvante de l’unité de vie » (notamment à cause du droit romain de la propriété)9 vers une vocation plus unitaire et plus universelle. La recherche de l’Absolu se réconcilierait-elle alors plus aisément avec la conception socialiste « du monde total » qu’avec celui, pluraliste et éclaté, du libéralisme bourgeois ? Paradoxalement, dit-il encore, « les idées libérales… devaient être considérées comme utopiques ; le bolchévisme, au contraire, va apparaître moins chimérique, plus conforme à la situation où se trouvait la Russie en 1917… »10.

  • 11 Ibid., p. 27.

8Sans vouloir parler en historien, Berdiaev dessine néanmoins également, par quelques touches, à l’appui de ses thèses, l’évolution de la société depuis la Renaissane manquée jusqu’à la révolution. Une société bureaucratique : « Les étages intermédiaires existent à peine »11, il n’y a que le pouvoir et le peuple, démuni de tout, et, entre les deux, tout au plus, les premiers éléments fragiles d’une véritable société civile.

9Depuis Berdiaev, de nombreuses études sont venues nuancer cette thèse. Les ouvrages récents, en particulier ceux d’Alain Besançon et de Martin Malia, attribuent beaucoup plus d’importance à la société civile russe d’avant la révolution que ne le faisaient les interprétations antérieures.

  • 12 Martin Malia, Comprendre la Révolution russe, Paris, Seuil, 1980, p. 47.
  • 13 Alain Besançon, Présent soviétique et passé russe, Paris, Pluriel, 1980, p. 18.
  • 14 Ibid., p. 46.

10Pour Malia, dès le xixe siècle, « une véritable société civile russe à l’occidentale »12 fit son apparition. De même pour Besançon qui rejette « la légende d’une Russie table rase sur laquelle les bolchéviks auraient eu tout à construire ». « Bien plutôt, affirme-t-il, ils ont eu tout à détruire »13. Toujours est-il que la fragilité de cet édifice n’est guère mise en doute dans les différentes interprétations. Celles-ci s’accordent aussi pour en attribuer la cause non seulement au facteur temps, trop court pour construire une société moderne, mais aussi au facteur résistance : résistance des institutions et des mentalités face à la modernisation à l’occidentale. Sur l’ensemble pesait, écrit Besançon à propos de l’éducation à la vie industrielle, « la perpétuelle menace d’un soulèvement de l’archaïque ». Et c’est sur ce soulèvement, ajoute-t-il, « qu’un Lénine a joué sa carrière politique »14.

  • 15 Marc Raeff, Comprendre l’ancien régime russe, Etat et société en Russie impériale, Paris, Seuil, 19 (...)

11Il y a également peu de doute qu’aucune société dans les temps modernes n’a subi une dévastation telle que la Russie en 1917. Dans une étude aussi fine que fouillée, l’historien américain Marc Raeff, auteur de nombreux autres ouvrages sur la Russie, montre au lecteur tous les efforts, ainsi que tous les échecs qui jalonnent deux siècles d’histoire de la Russie impériale vers l’horizon européen, vers la constitution « d’un Etat policé ». L’une de ses conclusions, la principale de notre point de vue, mérite d’être intégralement citée : « En fait, ni l’intelligentsia ni la bureaucratie ne voulaient que la société du pays évoluât indépendamment d’eux. Ni l’une ni l’autre ne souhaitaient la voir progresser, se développer organiquement grâce à une productivité croissante et une prospérité matérielle accrue. Paradoxalement, les deux ennemis jurés, l’intelligentsia radicale et la bureaucratie de l’autocrate, se trouvaient liguées dans leur hostilité à une société civile véritable, à une structure de la société russe qui respecterait les principes du pluralisme, l’autonomie administrative, la loi civile et le libéralisme en matière d’opinions politiques et de normes culturelles ». Une conclusion qui, dans la chronologie, se situe à la fin du règne d’Alexandre II, mais qui est aussi le leitmotiv des chapitres suivants15.

12Tout cela apporte des éléments permettant de nuancer l’idée reçue d’une Russie barbare, asiatique, irrémédiablement coupée de l’Europe par la domination mongole prolongée par la persistance de l’autocratie, sans évoquer ici la question extrêmement complexe de la religion et de l’église orthodoxes. En dépit de son altérité, pour ces causes et d’autres, la Russie d’avant la révolution bolchévique avait plus d’un ressort pour poursuivre son décollage économique, sa modernisation et sa démocratisation.

13Mais le malheur qui s’abattit sur elle en octobre 1917 n’apparaît sous cette lumière qu’encore plus catastrophique par rapport à l’autre interprétation insistant non pas sur ses progrès, mais sur son état arriéré, non pas sur ses potentialités, mais sur son retard désespérant. Car, dans l’hypothèse d’une Russie « en voie de développement », cette révolution aurait brisé précisément cet élan et aurait en même temps apporté de nouveaux obstacles à son développement par rapport au modèle européen et ses critères de progrès.

14Longtemps, certains résultats économiques et sociaux de l’Etat soviétique ont pu masquer la gravité de cette cassure. Il est inutile de faire maintenant l’inventaire des réalisations prometteuses du pouvoir soviétique noyées par ailleurs dans la désinformation statistique et dans les slogans délirants rendant impossible de démêler le vrai du faux. Inutile aussi de tenter de mesurer le « prix » lorsqu’on ne sait pas s’il faut retenir le chiffre de 20 ou de 40 millions de victimes péries sur l’autel du « progrès ». Inutile enfin de remuer le souvenir de tous ces « compagnons de route » – sans parler des communistes – qui avaient passé à côté de tant de souffrances indescriptibles pour faire l’éloge de la « nouvelle société » en construction, de tous ceux qui avaient succombé au mirage de l’utopie meurtrière. Cela n’est pas l’objectif de ce livre, pas plus que l’analyse proprement économique – et qui reste à faire – d’un demi-siècle d’économie socialiste planifiée dont il ne reste qu’un gigantesque amas de ferraille qu’il faut démanteler pour faire place à la modernisation.

15La question qui touche de plus près cette étude n’est pas là, ou elle n’y est que partiellement et indirectement. L’hypothèse qu’il faudrait formuler et dans la mesure du possible étayer étant que la Russie, dès ses révolutions, et longtemps par la suite, aurait eu besoin d’une toute autre perestroïka, d’une autre reconstruction que celle amenée par les bolchéviks. Au lieu d’être cassée, c’est le développement du capitalisme qui aurait pu moderniser le pays et au lieu d’engendrer un « homme nouveau » tout hypothétique, c’est le potentiel humain de la société civile qui était à même, dans un système institutionnel adapté à la Russie, mais orienté vers l’Europe, qui promettait un véritable renouveau. Il n’y a dans cette affirmation rien de neuf. Penseurs politiques et écrivains russes ont dénoncé par centaines ou par milliers le terrible danger d’une nouvelle régression de l’homme et de la société. Citons seulement un exemple parmi tant d’autres, le « Cœur de chien » de Boulgakov où un biologiste réussit l’exploit de fabriquer un homme à partir d’un chien et, après quelques pénibles expériences en compagnie de sa créature qui prend l’allure d’un « nouveau prolétaire », il le réopère pour en faire à nouveau… un chien. Terrible satyre, mais beaucoup d’œuvres de Zamiatine, de Zochtchenko, de Pilniak ne montrent pas moins incisivement la cruelle vérité d’un échec.

16Pendant 70 ans, le régime se révèle incapable, en raison de sa structure congénitale, de créer une société humaine. Le monopolisme politique, l’Etat-Patron, la terreur, le Goulag et le système policier, la censure frappant depuis les « ingénieurs de l’âme » jusqu’au plus humble paysan, l’encadrement de l’individu depuis son quartier jusqu’à son lieu de travail et, au delà, dans la stricte intimité de sa vie privée ne sont que les adjuvants du projet de société originel totalitaire et que les réformes et autres perestroïka que nous voyons à l’œuvre auront du mal à corriger sans repartir… à zéro.

17C’est cette expérience globalement négative que les armées victorieuses de Staline avaient imposée sous une forme atténuée mais rapidement dégénérée dans une vaste région tombée sous sa juridiction. Une région ayant connu un développement politique, social et économique inégal, mais qui en tout cas en ce qui concerne sa zone la plus proche de l’Occident, l’Europe centrale, disposait de toutes les potentialités pour s’aligner sur cette dernière et accélérer la mise à jour de ses institutions et de ses structures pour se moderniser et se démocratiser.

18Dresser l’état de leur niveau de développement et le tableau de leurs sociétés respectives au moment où l’étau totalitaire s’est refermé sur eux serait une entreprise aussi vaine dans le cadre limité de cet essai que de décrire la situation de la Russie d’alors ou de l’époque de l’installation du régime communiste. Chacun de ces sujets s’étalerait sur plusieurs ouvrages et demeurerait controversé. L’auteur de ce livre ne peut qu’exprimer sa conviction, déjà mentionnée, que l’Europe centrale, avec toutes ses diversités, présente les caractéristiques d’une région sans aucun doute plus proche de la civilisation ouest-européenne que celle de la Russie, et son unité – également controversée – réside précisément dans ce qui distancie sa société et de l’une et de l’autre.

19Quant à la comparaison avec la société russo-soviétique, la différence se trouve si profondément ancrée dans les institutions, les traditions et les mentalités que sa démonstration paraît quasiment inutile. Sans même parler de la Tchécoslovaquie jouissant d’une réputation presque imméritée de pays occidentalisé, la Pologne et la Hongrie, de même qu’une grande partie de la Yougoslavie n’avaient à l’époque moderne tout simplement rien en commun avec la société russo-soviétique. Religion, culture et civilisation, passé historique commun, structure économique et mode de vie sociale – tout les sépare d’elle et rien ne les rapproche si ce n’est, nous en reparlerons, l’imperfection de leurs institutions d’une part et le sous-développement relatif de leurs économies et structures sociales. Si, en ce qui concerne ces derniers composants, un rapprochement semble possible, il s’atténue cependant du fait de la tendance de leur choix de modèle de développement, un choix également profondément enraciné dans les esprits. Mais il n’y a rien de commun, surtout, sur le plan qui est celui de cette étude, à savoir sur le plan des relations entre pouvoir central et société civile. En Russie le clivage entre les deux avait toujours été quasiment infranchissable et favorisait l’emprise de l’autocrate et de son entourage. Les réformes, quand il y en eut comme sous Pierre le Grand, Alexandre Ier, Alexandre II et même peut-être sous d’autres, vinrent toujours du haut du palais, jamais d’en bas, même pas de la noblesse disposant de la vie et de la mort de ses paysans, mais livrée elle-même au despotisme impérial. L’Eglise russe se trouvant dans une dépendance identique vis-à-vis du pouvoir. L’Etat-Tsar omniprésent et omnipotent était l’apanage de la société russe jusque et au-delà de la révolution.

  • 16 L’essai de François Fejtő sur Joseph II ainsi que son ouvrage récent, Requiem pour un empire défunt (...)

20Or s’il y a un contraste saisissant entre la Russie et l’Europe centrale, il se situe précisément sur ce plan. A l’opposé de la Russie, Pologne et Hongrie ainsi que plus tard la monarchie de Vienne ont été marquées par le conflit incessant entre l’autorité étatique et centrale d’une part et, de l’autre, les classes nobiliaires jalouses de leurs intérêts et privilèges. Les exceptions ne font que confirmer la règle comme le montre le cas patent de Joseph II et de l’échec du joséphisme qui aurait pourtant pu avoir des effets salutaires et, ô combien nécessaires16. L’Etat malade de sa force étouffante en Russie, l’Etat faible qui n’impose son autorité que dans la double monarchie viennoise – la formule est certes un peu simple mais elle éclaire une différence réelle et fondamentale.

  • 17 Pour l’origine des comitats, voir l’ouvrage récent et particulièrement fouillé de Gyula Kristó, A v (...)

21Le cas de la Pologne historique exigerait certes un développement plus circonstancié, ne serait-ce qu’à cause des partages de l’Etat historique aux co-partageants prussien, autrichien et russe. Jamais toutefois la société polonaise avec sa classe dominante nobiliaire n’avait renoncé à son autonomie vis-à-vis du pouvoir central qui était de surcroît un pouvoir étranger dans chacune des zones occupées. Quant à la Hongrie qui, après ses insurrections et ses guerres contre l’Autriche (au fur et à mesure de l’affaiblissement de l’empire ottoman), finit par trouver son arrangement avec Vienne, était tout sauf un pays soumis renonçant à son indépendance et à ses particularités constitutionnelles, politiques, juridiques et sociales. Particularités impliquant d’une part l’autonomie du gouvernement de Budapest et celui de Vienne et, d’autre part la conservation (en lente, très lente érosion) des pouvoirs locaux au niveau, surtout des comitats, ces “self-governments” millénaires17.

  • 18 Signalons parmi les ouvrages assez récents Norman Davies, God’s playground. A history of Poland, (...)

22Ce qui reste sujet de controverse à ce propos n’est pas le fait du morcellement des pouvoirs entre l’autorité royale et les corps politiques et sociaux intermédiaires et/ou autonomes, mais bien plutôt l’effet positif et négatif de cet état de choses. La Pologne du xviiisiècle avait-elle été victime de la faiblesse du pouvoir royal et de ses dissensions intérieures la livrant aux puissances voisines ? Plus d’un historien le soutient ou le laisse entendre18. La Hongrie avait sans doute été l’obstacle principal à la modernisation de l’empire des Habsbourg par sa fédéralisation et, partant, un facteur conservateur de structures intérieures démodées. Ce qui nous intéresse le plus ici, c’est d’une part le maintien des structures sociales à plus d’un égard archaïques et, d’autre part le fonctionnement des institutions à l’égard du développement des organisations autonomes de la société civile. Or si le bilan sur le premier aspect de la question apparaît négatif (même si l’étiquette de société semi-féodale nous semble pécher par exagération), sur le second les recherches font état d’une vigueur étonnante. Comme si l’équation à première vue évidente : « structures sociales archaïques = société civile atrophiée » était moins évidente qu’elle n’y paraît… Et comme si le respect des règles du jeu parlementaire et la fermeté de l’Etat de droit étaient à même d’atténuer la pression des classes dominantes sur les classes défavorisées jusqu’au point de protéger la liberté civique notamment dans le domaine de la vie sociale.

23Ainsi la Pologne tombée sous l’emprise de la Russie promulga en 1791 l’une des Constitutions les plus démocratiques de l’Europe, abolissant le liberum veto et ouvrant à la bourgeoisie urbaine les mêmes privilèges qu’à la noblesse. Constitution, il est vrai, éphémère (suivie en 1793 et en 1795 des deuxième et troisième partages), mais qui montre la tendance persistante d’un double combat des Polonais pendant un siècle et demi : le combat pour l’indépendance et le combat pour la démocratie.

24Si bien que ce pays, réputé ingouvernable à cause des privilèges et les dissensions de sa noblesse à l’époque des princes éclairés et en contraste avec ces derniers, devint au xixe siècle le champion de la liberté aux yeux de l’opinion européenne. Même si Marx et Engels n’étaient pas, loin de là, des figures représentatives de l’opinion démocratique, il n’est pas sans intérêt de rappeler leur enthousiasme pour la cause polonaise considérée comme le pivot du combat mondial entre réaction et démocratie.

25Derrière l’image exaltée d’une Pologne championne de la liberté se cache une réalité sociale plus sombre que nous évoquerons encore à plusieurs reprises. Il n’en reste pas moins qu’à l’époque des Etats-Nations conquérants, tout l’espace entre la Russie et l’Europe occidentale s’est trouvé placé devant la double nécessité de satisfaire les aspirations à la fois nationales et sociales sous la conduite des classes nobiliaires.

26Certes cette représentation sommaire, assez répandue dans l’historiographie occidentale, exige-t-elle des corrections importantes. Loin d’être exclusivement archaïques, les sociétés polonaise et hongroise, davantage encore celle de la Bohême, avaient connu au xixsiècle une poussée modernisatrice parfaitement mesurable par le développement numérique et qualitatif des classes bourgeoises, par l’urbanisation et l’industrialisation, par la modernisation de l’infrastructure routière, ferroviaire, fluviale, le développement de l’hygiène et de la santé publiques et, last but not least, de l’instruction publique. L’exemple à la fois symbolique et représentatif de la ville de Budapest en fournit une illustration saisissante. Sur la rive droite du Danube Buda, avec son château royal et son quartier semé de petits palais d’aristocrates, symbolisait le pays historique ancré dans les remparts tant matériels que juridiques du Moyen Age. En face, sur la rive gauche, Pest reste une bourgade longtemps insignifiante, ensuite florissante jusqu’au début du xixe siècle. C’est à cette époque-là que sa population, essentiellement plébéienne (35 000 âmes), dépasse pour la première fois celle de Buda (25 000).

  • 19 Budapest Enciklopédia (Encyclopédie Budapest), Budapest, Corvina, 1970 ; Révai Nagy Lexikona (Grand (...)

27Il compte 2 600 habitants en 1 720 contre 9 600 à Buda et dans la commune de Obuda. Cent ans après ces derniers comptent 33 000 habitants contre 45 000 à Pest et, encore un siècle après, la bourgade jadis poussiéreuse de Pest abrite une population urbanisée de plus de 700 000 habitants contre un peu plus de 160 000 dans les deux villes jumelles (avec lesquelles elle est unifiée depuis 1872) de Buda et Obuda. Grâce au dynamisme de Pest moderne, bourgeois-artisanal commercial, la capitale unifiée possède alors plus de 600 usines (30 en 1852), avec près de 70 000 ouvriers et employés, et 32 000 petites entreprises employant 42 000 personnes. Il y a 550 km de rails de tram, le premier métro sur le continent européen est inauguré en 1896. En moins d’un siècle le taux de développement urbain de Budapest était 1 254 %, le plus rapide d’Europe. Celui de Berlin était dans la même période du début du xixe au début du xxe siècle 998 %, celui de Vienne 578 %19.

28Le « pays profond » reste certes agricole et est dominé par les latifundia ainsi que, de moins en moins à cause de son appauvrissement, par le landed gentry, le monde des hobereaux. Les mentalités collectives également. Elles subissent, même dans les milieux urbains et bourgeois, l’emprise des valeurs et des modes de comportement d’un âge révolu. Ce qui est cependant le plus significatif aussi bien pour la période d’avant la Première guerre mondiale qu’entre les deux guerres, ce n’est pas le sous-développement généralisé, mais la coupure entre l’immobilisme du monde « archaïque », post-féodal ou « semi-féodal » d’un côté, et, de l’autre, le dynamisme du monde nouveau, marqué par la montée de la bourgeoisie.

29Dans une étude qui ne se veut pas une histoire en raccourci de cette évolution mais une évaluation des sociétés civiles, c’est la vie associative qui montre peut-être le mieux la permanence de la tendance modernisatrice en dépit du poids mort de l’archaïsme.

30La vie associative n’est certainement pas l’unique dimension de la vie sociale, mais elle en est un indicateur. Or, dans ce domaine d’accès difficile, nous disposons des résultats de nombreuses recherches concernant la Hongrie et qui méritent d’être livrés à l’appréciation du lecteur.

  • 20 Magyarország egyletei és társulatai 1878-ban (Les unions et les associations de Hongrie en 1878), O (...)
  • 21 Edith Pór, A vidéki egyletek és körök címtára 1945-ig (Almanach des associations et des cercles jus (...)

31La floraison des associations civiles en Hongrie est en effet un phénomène particulièrement frappant. Pour en donner tout de suite une idée générale, en se référant à une publication de l’Office Statistique, parue en 1881, on comptait dans ce pays de 16 millions d’habitants 3 995 associations diverses20. Calculé par tête d’habitant, cela donne une association pour 3 900 personnes environ. Seize ans auparavant, en 1862, il y avait seulement 579 associations, c’est-à-dire une association pour 26 600 habitants. Pour la fin du siècle et la première décennie du xxe, faute d’enquête comparable à celle de l’Office statistique citée, nous devons nous fonder sur le nombre des statuts approuvés par le Ministère de l’Intérieur. Chiffre qui monte à 21 311 entre 1867 et 1914. Selon les évaluations concordantes de plusieurs spécialistes hongrois de l’histoire des associations (avant tous Mme Edit Pór)21, près de la moitié de ces sociétés autorisées qui ont fonctionné en même temps. A leur apogée il faut compter par conséquent quelque 11 000 associations pour 20 millions d’habitants au début de notre siècle.

  • 22 Révai Nagy Lexikona.

32Pour l’étendue et la densité de ce domaine de la sociabilité, la Hongrie, réputée pour l’état d’arriération de ses structures socio-économiques, soutient la comparaison avec sa voisine jumelée, l’Autriche, ou avec la France de Napoléon III et les débuts de la IIIRépublique. Si les difficultés que présente une étude comparée ne nous permettent pas encore d’étayer cette proposition par des chiffres, la législation en la matière permet de s’en faire une idée. En France l’empire libéral avait légèrement desserré l’étau de l’interdiction des coalitions et des associations dépassant 20 personnes (interdiction dont les origines remontent à la loi Le Chapelier de juin 1791) et la IIIRépublique avaient interdit les clubs et les ligues. Les syndicats professionnels et les associations de secours mutuel n’ont connu de reconnaissance intégrale qu’en 1884 (loi Waldeck Rousseau) et 1898 respectivement. A la même époque l’on comptait en Hongrie (lors du troisième congrès des syndicats en 1904) 14 organisations nationales avec 408 groupes et 17 sociétés syndicales locales22.

33Le cas des associations professionnelles est certainement particulier, mais il fournit une indication importante. Il montre qu’une société politique plus démocratique que la hongroise, celle de la France, n’est pas nécessairement plus permissive dans le domaine de la socialisation qu’une société qualifiée de semi-féodale. La France, société bourgeoise avancée, est à cette époque aussi restrictive, sinon plus que la Hongrie dominée par la noblesse.

34Cette comparaison, un peu rapide sans doute, n’a d’autre but que de montrer la fragilité des clichés.

35Pour clore ce survol diachronique, nous pouvons retenir ceci : l’ère des réformes, dominée par les haute et moyenne noblesses tournées vers la modernisation, avait donné une première impulsion à des formes de sociabilité nouvelles. Sociabilité basée certes sur les différences de classes (le Casino National par exemple est resté longtemps absolument inaccessible aux non-nobles qui, eux, créèrent alors un Casino non moins exclusif, dit Országos Kaszino), mais fondé également sur des affinités politiques et culturelles. En outre, la prolifération des clubs, cercles, casinos et autres associations réunissant des gens de formations, de professions identiques montre que la différenciation de la société allait bon train. Il y a des clubs, des sociétés ou des casinos expressément bourgeois d’une localité, ou d’enseignants, de médecins, de pharmaciens appartenant à une plus grande ville ou à un comitat, des casinos et des cercles de lecture hongrois, allemands, mais aussi croates, serbes (Matica Srbska à Pest et à Ujvidék/Novisad dès 1826), roumains, slovaques, saxons. Le chiffre de 250 pour les années 1840 est certainement sous-évalué. Il n’en reste pas moins que le grand essor de la société civile, sa différenciation selon les nouvelles catégories sociales, la culture, le niveau ascendant de l’instruction et de la formation professionnelle se produisent sous la double monarchie. Peut-être aussi parce que le premier élan fut brisé en 1848-1849, en raison de la guerre entre l’Autriche et la Hongrie, et que les forces sociales dormantes pendant la période de la répression ont jailli aux premiers signes de la réconciliation née du compromis de 1867, et après.

36Comme nous l’avons déjà indiqué, le nombre des associations passe de quelques centaines au milieu du siècle à près de 4 000 en 1878 et à près de 11 000 au tournant du siècle. Parmi les 3 995 dûment recensés en 1878, seuls 55 avaient été fondées au xviiie siècle, environ un millier avant le compromis et 3 000 en l’espace de dix ans entre 1867 et 1878. Et l’essor continue…

37La variété en est déjà si large qu’il serait fastidieux d’énumérer les types d’association dans lesquels les enquêteurs les ont classés. Pour résumer, on peut dire qu’elles se forment selon toutes les affinités, tous les intérêts d’une société en voie de modernisation et d’embourgeoisement, malgré la prédominance politique, et en partie économique, de la classe rurale nobiliaire. Post-féodale, – ou semi-féodale selon certains – la Hongrie l’est restée sur le plan des structures du pouvoir, mais avec une vie politique, parlementaire, une presse et un réseau formidable d’associations relevant de la société civile. Dans les bourgs et les villages à eux seuls, Pàl Balogh, auteur déjà cité de 1902, énumère 105 cercles politiques, 825 cercles dits de société, 922 cercles de lecture, 224 associations scientifiques et de vulgarisation, 230 sociétés religieuses, 279 cercles d’agriculteurs, 136 de commerçants, 108 d’ouvriers, 335 sociétés de chant, 75 cercles dits du peuple. A cela s’ajoutent les syndicats, les autres associations professionnelles à l’échelle nationale, les sociétés ouvrières de culture dans les villes industrielles.

38Les premiers clubs et sociétés de femmes font aussi leur apparition ; subsistent, entre autres, sans être nécessairement recensées, les sociétés informelles de secours mutuels, toujours pour les enterrements.

39Au tournant du siècle, la moitié environ des associations poursuivent des objectifs culturels. Nous avons déjà signalé celles des groupes non-magyars ; mais il y avait aussi de nombreux cercles patriotiques ayant pour but le contraire, à savoir la magyarisation des minorités. Les tendances s’entrechoquent, mais la pluralité est indiscutable.

40Malheureusement, nous ne pouvons pas préciser, dans l’état actuel des recherches, combien de demandes d’approbation de statuts de ces associations non-conformistes ont été reçues ou, au contraire, refusées. Mais l’esprit libéral et de tolérance a dû jouer pour elles également, puisqu’un certain nombre d’entre elles, notamment la tendance dite de socialiste agrarienne, a vu le jour sans trop d’entraves.

41Il est nécessaire cependant de nuancer ici un tableau qui pourrait paraître trop indulgent pour la classe politique au pouvoir. A défaut d’une législation claire en matière de droit d’association, beaucoup avait été laissé, tout au long du xixe siècle, à la discrétion de l’autorité de surveillance, en l’occurrence le Ministère de l’Intérieur.

42Puisque ce droit de regard était conféré à, et exercé, sauf pour l’approbation des statuts, par l’autorité locale, il est intéressant de noter que ces dernières ont fait preuve d’un esprit plus libéral avant qu’après le compromis de 1867. Un exemple frappant est fourni ici par la réponse de quelques comitats à l’ordonnance de 1840 du Conseil de Lieutenance (qui faisait office de gouvernement pour la Hongrie, sous la dépendance de Vienne). Donc près de 30 ans avant le Compromis. La Lieutenance demandait alors aux comitats concernés de fournir des renseignements sur les cercles populaires de leur territoire respectif. L’une des réponses conservées dans les archives est cinglante. Le Comitat déclare qu’il refuse « d’intervenir dans les affaires privées des citoyens ». S’il s’était agi d’un cercle ou d’un casino de nobles ou tout au moins de notables, l’attitude du Comitat aurait été moins surprenante qu’elle ne l’est à propos d’un cercle de bourgeois et de paysans affranchis.

43La date aussi a son importance. En 1840, en pleine période de réformisme nobiliaire, les comitats, organes traditionnels du self-government de la noblesse, dans ces comités quasi millénaires, défendaient surtout leur autonomie et leurs privilèges. C’était sans doute un frein à la modernisation si l’on pense par exemple au réseau fluvial ou routier, mais un avantage pour le maintien de l’identité culturelle.

44Le même xixe siècle qui vit la floraison de la vie associative en Hongrie laissa un héritage sensiblement différent en Pologne. Celle-ci, écartelée entre trois traditions politiques et juridiques, poursuivait un développement singulier. Développement singulier qui fit de la société civile le principal, sinon l’unique dépositaire des valeurs et des aspirations nationales. Et malgré les cadres juridiques divergents qui existaient dans les trois Empires occupants, la société polonaise conserva, en dépit de profonds clivages qui la traversaient et des conflits qui la travaillaient, la conscience de son unité culturelle et historique. Un résultat qui, tout en attestant de la vitalité de la société, éclaire les particularités de son évolution. Là où, comme sous la domination autrichienne et, dans une moindre mesure, allemande, les conditions étaient plus propices à la création d’associations et d’organisations sociales, la société polonaise ne tarda pas à faire usage de l’autonomie qui lui était accordée. C’est au travers d’organisations à caractère économique et culturel, voire sportif, que les Polonais de Posnanie défendaient leur identité. En s’inspirant souvent des exemples qu’offrait la société allemande ennemie, ils créèrent un important réseau d’organisations et d’associations économiques, d’entraide ou d’éducation, conférant à la minorité polonaise de l’Empire wilhelmien l’aspect d’une société « européenne » et moderne, plus proche du modèle occidental. A cette distinction près peut-être – et la distinction est de taille – que fait défaut en Pologne et, comme d’ailleurs dans toute l’Europe centrale et orientale, le cadre de l’Etat-nation si caractéristique de l’Europe occidentale et bourgeoise.

45Dans sa partie autrichienne, où les sujets polonais disposaient de la plus grande autonomie, la société se modernise certes en s’exprimant au niveau politique et plus strictement social – c’est par exemple là que naît le mouvement paysan avec ses ramifications aussi bien politiques qu’économiques et culturelles – mais elle reste beaucoup plus fortement marquée dans son ensemble par le sceau de la féodalité, patriarcale et très souvent bornée.

46Dans la partie russe enfin, où vit la majorité des Polonais, les conditions du développement de la société sont beaucoup moins avantageuses. L’autocratie tsariste pèse d’autant plus sur la société que toute initiative autonome de sa part est considérée comme une tentative de promouvoir la cause nationale polonaise. Et en dépit des limites très étroites qui lui sont imposées par la puissance occupante, la société polonaise sécrète ses organisations autonomes, cultive ses valeurs et ses souvenirs historiques. Elle agit souvent dans une clandestinité que favorise la solidarité nationale, et c’est peut-être ici, aux confins de l’Empire russe, que les différences entre les deux sociétés – la Russe et la Polonaise – se manifestent de manière plus tranchée. Or c’est ici également que la société polonaise garde le plus clairement l’empreinte de son passé nobiliaire, puisque c’est la noblesse qui continue indubitablement à jouer le rôle de la classe politiquement et socialement active.

47Avec la reconstitution de l’Etat indépendant la Pologne, pas plus que la Hongrie, n’a pris la grande route de l’évolution à l’« occidentale ». Le régime parlementaire et libéral, calqué sur le modèle français et dont la Pologne s’est dotée en 1918, n’aura survécu que jusqu’en 1926, lorsqu’il devra faire place à la personne de Pilsudski qui ne le conservera qu’en le violant de plus en plus ouvertement. Or, si le régime n’est pas démocratique sans réserves et s’il le devient de moins en moins au cours de la brève histoire de la Pologne indépendante, il laisse aux différents secteurs de la société polonaise la liberté de s’exprimer à travers les institutions politiques représentatives, une presse qui, harcelée certes, n’en reste pas moins indépendante, et des organisations autonomes. En l’absence d’études détaillées sur la vie associative dans la Pologne d’entre-deux-guerres, nous pouvons essayer de prendre la mesure de la vitalité de cette société « arriérée » en rappelant que les minorités nationales qui cohabitent avec la majorité polonaise réussissent, malgré une répression souvent brutale de leurs aspirations nationales, à maintenir tout un réseau d’organisations par lesquelles elles affirment leur altérité et conservent leur identité autonome.

48En Hongrie, la vie associative entre les deux guerres, sous le régime du régent Horthy, ses ministères et ses administrations locales, est plus difficile à évaluer. Il existe certes des chiffres statistiques fiables faisant état de quelque 16 000 associations, mais les études approfondies sur leur répartition, composition et fonctionnement sont moins fournies que celles se rapportant au siècle précédent. D’autre part, le survol des chiffres sans commentaire, dépouillé de jugement de valeur, ne saurait donner qu’une image déformée de la réalité. Derrière l’apparence d’une vie sociale florissante voire exubérante se trouve en fait un système politique plus autoritaire que celui de la monarchie de François-Joseph : plus répressif et plus dirigiste, plus rétrograde dans ses orientations et son administration. « Fasciste » ou « semi-fasciste » pour l’historiographie du parti communiste et pour l’opinion de gauche, le régime Horthy a été peut-être injustement noirci. Sa réévaluation est en cours dans l’historiographie hongroise qui révèle petit à petit le caractère correct (sinon irréprochable) de son système judiciaire, de respect de l’Etat de droit, de son système électoral et parlementaire certes restrictif mais respectueux du pluralisme et de la liberté d’expression, de sa presse multicolore et informative sans discrimination, sans parler de son libéralisme économique. Le conservatisme foncier de la société politique n’en reste pas moins le trait caractéristique de ce quart de siècle perpétuant les structures socio-économiques désuètes, voire anachroniques ; de même l’emprise politique des classes et des partis « seigneuriaux et chrétiens » de la Hongrie historique. Une situation qui se traduisait par la pauvreté des ouvriers, des petits employés et des paysans et par la misère des ouvriers agricoles et des saisonniers appelés les « trois millions de mendiants » (dans un pays de 8 millions d’habitants !). Traumatisée par la mutilation de la Hongrie historique à la suite de la Guerre perdue de 1914-1918, la Hongrie de l’époque Horthy s’est enfoncée en même temps dans une politique étrangère révisionniste qui finit par l’entraîner dans une seconde catastrophe, à savoir dans une guerre aux côtés de l’Allemagne de Hitler.

  • 23 Róbert Gál, Empirikus vizsgálódások a dualizmuskori magyar szabadkömüvességröl (Recherches empiriqu (...)

49Sur un tel fond politique, social et mental crispé, la vie de société et notamment associative ne pouvait être exempte d’entraves et d’orientations autoritaires de droite. Le Parti communiste demeura interdit tout au long de cette ère de 25 ans. La franc-maçonnerie également. Ceci n’a toutefois pas empêché le premier de survivre dans la clandestinité, et la seconde de poursuivre ses activités dans plusieurs loges comptant au total une dizaine de milliers de membres, en majorité juifs de surcroît23. Les autorités ne manquèrent pas non plus d’exercer une forte pression sur les associations à tendance oppositionnelle socialiste et radicale, en rejetant leurs demandes d’autorisation ou en soumettant leurs séances à la surveillance de la police.

50D’autre part, davantage que leurs prédécesseurs du temps de la Double-Monarchie, les gouvernements du régent Horthy ont encouragé et subventionné une multitude d’organisations sociales de droite, proches du gouvernement, ainsi que la prolifération des associations à caractère religieux. La participation (plutôt relâchée) des jeunes à l’organisation paramilitaire « Levente » était obligatoire. Au plus haut niveau social, dans les casinos et clubs des magnats, des nobles, de la haute bourgeoisie chrétienne, entre l’apéritif et le digestif, l’on faisait et défaisait ministres et préfets ; et entre deux parties de tarots, l’on décidait de travaux publics et du sort des institutions, avant même que le Parlement ou les autorités en eussent été saisis. A la recherche d’assise populaire, le gouvernement encourageait la formation d’associations patriotiques et d’anciens combattants. Sous le haut patronage du régent, l’on créa « l’Ordre des Preux », celui des combattants les plus vaillants de la guerre, récompensés également par une petite propriété.

51Les associations autonomes continuèrent cependant à proliférer à un rythme encore plus rapide qu’avant la guerre, sous la Monarchie. En 1932, le pays, diminué d’un tiers de ses territoires et de ses populations, ne comptait pas moins de 14 365 associations, dont 57 % constituées après 1919. Une véritable fièvre « sociétale » s’est emparée de la population, dans toutes les classes, religions, métiers, villes et villages. En 1937, date de la dernière enquête, il y en avait 16 747 – une association pour 537 habitants. Une précision importante : l’organisation paramilitaire « Levente » n’a pas été prise en compte, ni, non plus, les organisations du scoutisme et les cercles autodidactes des écoliers. Dans la seule population adulte, environ 3 millions de personnes participaient à la vie associative. Il n’y avait guère un seul village sans au moins un cercle ou société. En outre, d’après des données probablement sous-estimées, 1 695 maisons ou salles de culture publiques fonctionnaient régulièrement.

52Les catégories d’associations répertoriées en 1937 ne donnent qu’une idée très générale d’une réalité complexe. Il y avait des associations

53Patriotiques : 472

54Religieuses : 185

  • 24 Probablement surtout des associations d’étudiants et d’anciens combattants.

55Camaraderie (de)24 : 773

56Culturelles : 1 357

57Artistiques : 915

58Scientifiques : 121

59Sportives : 1 616

60Philantropiques : 905

61Entraide (d’) mutuelle : 1 503

  • 25 Cercles catholiques, cercles catholiques de célibataires, clubs, casinos, cercles de démocrates, de (...)

62Cercles et clubs :25 4 266

  • 26 Syndicats, associations professionnelles, etc.

63Défense d’intérêts :26 2 765

64Diverses : 1 867

  • 27 Sàndor Dobrovits, Magyarország egyesületeinek statisztikája (Statistique des associations de Hongri (...)

65Total : 16 74727

66L’on peut constater l’accroissement considérable des associations de type syndical et d’entraide, ainsi que de type culturel et artistique.

67Un composant important de la société civile, le réseau des associations autonomes, a connu un essor considérable, permettant à chacun de protéger ses intérêts en association avec ses semblables, de s’instruire et de se divertir en communauté, de former des unions selon ses croyances et ses goûts – de vivre une vie sociale riche et intense, sans intervention de l’Etat.

68Le succès, incontestable mais mitigé, de la vie associative ne peut cependant faire oublier les tares des sociétés polonaise et hongroise. L’emprise russo-soviétique a certes rejeté ces sociétés dans un état de sous-développement civil (de même qu’économique et politique) et brisé l’élan qui les avait portées vers la modernisation à l’européenne à tous les échelons de la vie publique. Leur démocratisme et leur degré de civilité étaient toutefois fragiles et à maints égards superficiels.

69A propos du heurt des civilisations russo-soviétique et centre-européenne qui, avec le recul d’un demi-siècle, apparaît dans toute son ampleur, on se trouve devant une série de questions concernant la nature de cette dernière. Questions difficiles et controversées, si l’on pense aux passions qui se déchaînent au moindre doute soulevé à propos de l’européanité des peuples et des pays de cette région. Des esprits brillants et perspicaces comme celui d’un Milan Kundera se sont fait avocats de l’appartenance de l’Europe centrale à sa sœur aînée occidentale.

70Il n’est pas lieu ni place d’examiner ici les racines profondes de cette parenté, telles que la tradition judéo-chrétienne, l’héritage de la Renaissance, l’adoption des principes de l’Etat de droit, ou l’épanouissement de la libre entreprise. Pas plus de tenter de mesurer les écarts avec l’Occident dans les domaines de l’économie, des structures sociales ou des libertés politiques. Ce qui est en question ici, c’est davantage l’état général des intelligences que la perfection des institutions. Les tares de ces dernières, de même que l’état arriéré des structures sociales et économiques ont été, sinon les conséquences (nous ne voyons pas la possibilité d’établir des causalités), des épiphénomènes accompagnant une certaine immaturité de l’esprit démocratique. L’apprentissage, long et difficile de la démocratie, cette école de civilité qui conduit les peuples plus heureux à leur affranchissement de la tutelle des corps sociaux dominants, ne s’est accomplie que tardivement et imparfaitement.

  • 28 Amo Mayer, La persistance de l’ancien régime, Paris, Flammarion, 1983.

71Les séquelles de cette arriération à caractère, en un mot, culturel se faisaient sentir jusqu’à nos jours, tout comme elles étaient présentes lorsque l’invasion soviétique a brutalement rompu l’évolution de ces sociétés. La persistance de l’archaïsme jusque dans les structures et institutions adoptées selon le modèle occidental, mais mises en exercice par des classes politiques elles-mêmes marquées par l’archaïsme n’est pas une véritable explication du phénomène. Tout concourt à la perpétuation ou, selon le terme d’Arno Mayer, à « la persistance de l’ancien régime »28. L’on pourrait même renverser la relation de causalité : l’archaïsme subsiste « en haut » parce qu’il subsiste aussi « en bas ». Les accusations portées contre les classes dominantes, en l’occurrence contre l’égoïsme mesquin et bouché de la noblesse polonaise et hongroise, constituent plutôt un constat d’échec qu’une explication satisfaisante, une preuve nécessaire du retard, mais non suffisante.

72Il y a certes d’autres éléments d’explication, notamment économiques et historiques. Elles invoquent entre autres le déplacement des grandes voies commerciales, les invasions mongole et ottomane, la domination des Habsbourg, qui s’est vue elle-même repoussée vers l’Est, les partages de la Pologne… La tragédie de Mohács de 1 526 représente pour l’histoire hongroise l’origine de tous les maux subis pendant quatre siècles.

  • 29 Jenö Szücs, Les trois Europes, préface de Fernand Braudel, Paris, Editions l’Harmattan, 1985, p. 16

73On invoque également comme cause de la différenciation entre l’Ouest et l’Est l’instauration du « second servage » au xvie siècle entraînant à la fois le blocage de l’émancipation de la paysannerie et du développement urbain, et l’hypertrophie nobiliaire. « ... Le territoire du “second servage”, écrit l’historien Jenö Szücs, ... reproduisait avec une fidélité étonnante la frontière formée par l’Elbe et la Leitha en 800. Aujourd’hui, cinq cents ans après le second servage, l’Europe est divisée en deux “camps” le long de la ligne de partage presque semblable… Comme si Staline, Churchill et Roosevelt avaient soigneusement étudié le statu quo de l’époque de Charlemagne lors du 1 130e anniversaire de la mort de l’empereur »29.

  • 30 Ibid., pp. 65-66, 91, 106.

74L’historien hongrois va au-delà du simple constat d’une ligne de démarcation entre le type de développement occidental et centre-est-européen qui, après une convergence jusqu’à environ 1500, bifurquent. Dans son ouvrage Les trois Europes ainsi que dans d’autres publiés en Hongrie, il développe la théorie d’un modèle de développement tiers, intermédiaire entre l’oriental et l’occidental. Plus fortement ancrée certes dans l’univers de la chrétienté occidentale que dans le monde byzantin-russe (sans parler de l’Islam), l’Europe centrale se serait différenciée de l’Occident dès avant, et surtout après la coupure de 1500. Et cela, non seulement à cause des événements tragiques de son histoire, mais aussi en raison de particularités structurelles, économiques et juridiques. En Hongrie, écrit-il, – et c’est valable aussi pour la Pologne, « un homme sur vingt ou vingt-cinq était noble à la fin du Moyen Age, tandis qu’en France un homme sur cent l’était ; à la même époque, un homme sur quarante ou cinquante était citoyen libre en Hongrie, alors qu’il y en avait un sur dix en France ». En même temps en Pologne « poussant ad absurdum son statut défectueusement “occidental”, hérité du Moyen Age, le royaume polonais établit une sorte de respublica/la Rzeczpospolita Polska/de la noblesse qui était sans pareille en Europe ». Sans pareille, mais non dépourvue de ressemblance avec la Hongrie où « l’idée de la Sainte Couronne, héritée du Moyen Age, restait le pivot central de la pensée politique et de la théorie de l’Etat ». Tenant, selon la métaphore d’un autre historien cité par Szücs, « Montesquieu et Rousseau dans une main et le Tripartitum/code de loi de Werböczy, Opus Tripartitum Juris Consuetudinarii Inclity Regni Hungariae, de 1514/dans l’autre », ce dernier terme représentait « le mystère de la Sainte Couronne dont l’essence était la théorie selon laquelle seuls les nobles pouvaient être les “membres” du “corps mystique” du royaume »30.

  • 31 Dans István Bibó, Összegyüjtött munkái (Oeuvres réunies), t. I, p. 255.

75La théorie de Szücs est dédiée à celui qui en avait été l’inspirateur, à savoir au grand juriste, essayiste et penseur politique István Bibò. L’un des rares, peut-être très rares, penseurs politiques centre-européens du milieu de notre siècle, Bibó est l’auteur de nombreuses études ayant trait aux particularités, à la « misère » des petits Etats danubiens. L’une d’entre elles porte déjà en son titre l’axe d’interrogation de son auteur : « Conformation hongroise distordue, histoire hongroise en impasse »31. C’était à Bibó de développer le premier les facteurs de cette double dégradation de la nation en montrant le parallèle entre l’impasse politique et juridique et l’enlisement du développement de la société. Il en résulta jusque dans l’époque la plus récente le conservatisme de la pensée et l’immobilisme des mœurs et des comportements sociaux. A noter ici que Bibó évoque les mêmes phénomènes à propos de la persistance de l’antisémitisme.

76Il s’est développé en Hongrie, mais malheureusement sur une échelle étroite, une pensée politique qui place son horizon d’explication au-delà de la « vision tragique » de l’histoire cherchant toutes les causes des malheurs dans les catastrophes extérieures. Cette pensée, sans sous-estimer le côté tragique fatal, les cherche aussi à l’intérieur de la société et de la pensée politique traditionnelles. Notamment, comme dans l’étude de Szücs, dans l’atrophie de la société civile face à l’hypertrophie de la société politique conservatrice. D’où l’archaïsme dominant dans la pensée et la conscience politiques des élites, la rareté des conceptions démocratiques et libérales, mais aussi sociales, adaptées aux réalités. Au lieu d’une créativité moderne, les mentalités et les comportements collectifs se sont alignés sur un mode de vie et de pensée désuète et immobile ; les classes moyennes se contentant d’imiter la noblesse et de reproduire, décennies après décennies, les schémas intellectuels, moraux et sociaux d’un autre âge. Le bilan est sombre : hypertrophie du nationalisme, peu d’empressement dans la constitution d’un véritable Etat de droit (tout en en adoptant la forme et les procédures), faiblesse de l’esprit démocratique, républicain, laïque. En Pologne, plus qu’en Hongrie, ces carences vont de pair avec l’emprise de l’Eglise sur les mentalités, au détriment des idées modernes.

77Le conflit des deux cultures politiques, soviétique et centre-européenne, n’en devint qu’encore plus dévastateur. Fort heureusement, personne ne sait ce qu’aurait été l’effet d’un heurt pareil sur le sol d’une démocratie épanouie. L’on sait en revanche que dans les sociétés à démocratie fragile d’Europe centrale, on l’a ressenti et vécu comme une nouvelle catastrophe nationale et comme la perte d’une chance historique pour longtemps.

Notes

1 Karl Marx, La Russie et l’Europe, introduction de Benoît P. Hepner, Paris, Gallimard, 1954. Marx s’est exprimé dans le même esprit dans de nombreux autres textes dont ses articles dans la Nouvelle Gazette Rhénane. Voir aussi notre étude, Marx, Engels et la politique internationale, Paris, Gallimard/Idées, 1975.

2 Paris, Fayard, 1986.

3 Ibid., pp. 92-93.

4 Ibid., pp. 96-98.

5 Ibid., Préface, pp. 10-11.

6 Nicolas Berdiaev, L’esprit de Dostoïevski, Paris, Stock, 1974, p. 30.

7 Nicolas Berdiaev, Les sources et le sens du communisme russe, Paris, Gallimard, « Idées », 1952, p. 222.

8 Ibid., p. 23.

9 Ibid., pp. 52-53.

10 Ibid., pp. 220-221

11 Ibid., p. 27.

12 Martin Malia, Comprendre la Révolution russe, Paris, Seuil, 1980, p. 47.

13 Alain Besançon, Présent soviétique et passé russe, Paris, Pluriel, 1980, p. 18.

14 Ibid., p. 46.

15 Marc Raeff, Comprendre l’ancien régime russe, Etat et société en Russie impériale, Paris, Seuil, 1982. Parmi les nombreux travaux d’Alain Besançon, Le Tsarévitch immolé, Paris, Plon, 1967 ; Les origines intellectuelles du léninisme, Paris, Calman-Lévy, 1977 ; Franco Venturi, Les intellectuels, le peuple, et la révolution. Histoire du populisme russe au xixe siècle, 2 vol., Paris, Gallimard, 1972 ; Richard Pipes, Russia under the Old Regime, New York, Charles Scribner’s Sons, 1974 ; Tibor Szamuely, La tradition russe, Paris, Stock, 1976 ; Constantin de Grunwald, Société et Civilisation russes au xixe siècle. Voir aussi l’ouvrage récent d’Hélène Carrère d’Encausse, Le malheur russe. Essai sur te meurtre politique, Paris, Fayard, 1988, ouvrage qui étudie en particulier le rôle du meurtre et de la violence, mais aussi l’impossible avènement au niveau européen de la société russe.

16 L’essai de François Fejtő sur Joseph II ainsi que son ouvrage récent, Requiem pour un empire défunt. Histoire de la destruction de l’Autriche-Hongrie, (s.l.), Lieu Commun, 1988, sont parmi les lectures les plus instructives à cet égard. Pour l’histoire de l’empire des Habsbourg et de la double monarchie austro-hongroise, voir, en français, Victor L. Tapié, Monarchie et peuples du Danube, Paris, Fayard, 1969 ; pour la dernière période, Jean-Paul Bled, François-Joseph, Paris, Fayard, 1987.

17 Pour l’origine des comitats, voir l’ouvrage récent et particulièrement fouillé de Gyula Kristó, A vármegyék kialakulása Magyarországon (La formation des comitats en Hongrie), Budapest, Magvetö könyvkiadó, 1988. (Bibliographie : plus de 700 titres).

18 Signalons parmi les ouvrages assez récents Norman Davies, God’s playground. A history of Poland, 2 vol., Oxford, Clarendon Press, 1981 ; pour la Pologne contemporaine, Henry Rollet, La Pologne au xxe siècle, Paris, A. Pedone, 1984 ; Giestor-Kieniewicz-Rostworowski-Tsbir-Wereszycki, Histoire de la Pologne, Varsovie, Ed. Scientifiques, 1971.

19 Budapest Enciklopédia (Encyclopédie Budapest), Budapest, Corvina, 1970 ; Révai Nagy Lexikona (Grande Encyclopédie Révai), t. 4, Budapest, 1912.

20 Magyarország egyletei és társulatai 1878-ban (Les unions et les associations de Hongrie en 1878), Office Royal Hongrois de Statistiques, Budapest, Atheneum, 1881.

21 Edith Pór, A vidéki egyletek és körök címtára 1945-ig (Almanach des associations et des cercles jusqu’en 1945) ; du même auteur, “A müvelödési otthonok elözményei”, Az egyleti mozgalom fejlödése Magyarországon (Les antécédents des foyers culturels. Le développement du mouvement associatif en Hongrie), manuscrit.

22 Révai Nagy Lexikona.

23 Róbert Gál, Empirikus vizsgálódások a dualizmuskori magyar szabadkömüvességröl (Recherches empiriques sur la franc-maçonnerie hongroise à l’époque du dualisme), Budapest, dissertation universitaire, manuscrit.

24 Probablement surtout des associations d’étudiants et d’anciens combattants.

25 Cercles catholiques, cercles catholiques de célibataires, clubs, casinos, cercles de démocrates, de bourgeois, d’artisans, cercles de lecture, etc.

26 Syndicats, associations professionnelles, etc.

27 Sàndor Dobrovits, Magyarország egyesületeinek statisztikája (Statistique des associations de Hongrie), Statisztikai Szemle (Revue Statistique), n° 1, 1935 ; Sándor Dobrovits, Tàrsadalmi szervezetek (Organisations sociales), Statisztikai közlemények (Bulletin statistique), n° 1, 1938.

28 Amo Mayer, La persistance de l’ancien régime, Paris, Flammarion, 1983.

29 Jenö Szücs, Les trois Europes, préface de Fernand Braudel, Paris, Editions l’Harmattan, 1985, p. 16.

30 Ibid., pp. 65-66, 91, 106.

31 Dans István Bibó, Összegyüjtött munkái (Oeuvres réunies), t. I, p. 255.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable