Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

I. Les avatars de la société civile

1. Société civile : variations sur un thème

Texte intégral

« Il y a deux vérités qu’il ne faut jamais séparer en ce monde : 1) que la souveraineté réside dans le peuple ; 2) que le peuple ne doit jamais l’exercer »
(Rivarol).

  • 1 Voir entre autres les articles de Béla Faragό, « Les leçons du totalitarisme » dans la revue Commen (...)

1Maxime de droite qui pourrait figurer en exergue de 70 ans d’histoire du « socialisme réel ». Non pas certes comme principe de gouvernement, mais comme réalité socio-politique, comme praxis du système communiste, et cela avec des variations mineures de Lénine à Gorbatchev et à János Kádár. La monotonie de cette situation, laissant à l’Etat-Parti le monopole du pouvoir politique, n’a guère été rompue par les quelques tentatives timides de dirigeants communistes d’élargir le champ d’action de l’opinion publique en relâchant contrôles et contraintes, mais là aussi davantage au niveau du verbe que de l’acte. Ce fut le cas d’un Imre Nagy en 1953-1954, d’un Alexandre Dubcek pendant le Printemps de Prague, d’un Krouchtchev, iconoclaste du xxe et du xxiie congrès du PCUS, et d’un Gorbatchev enfin, ouvrant les vannes de l’opinion publique si longtemps muselée par la peur et le désespoir. Le lecteur de la presse soviétique de nos jours ainsi que des publications polonaises et hongroises, clandestines ou officielles, n’en croit souvent pas ses yeux. Il voit chaque jour de nouveaux revenants qu’on avait cru ensevelis sous le monceau de mensonges de l’histoire et de la propagande officielles, des tabous brisés, des manifestations d’un franc-parler absolument refoulé des décennies durant. La glasnost, mot devenu à la mode sous Gorbatchev, mais pratiquée depuis beaucoup plus longtemps, tout au moins en Pologne et en Hongrie, n’est pas sans effet concret sur la vie des citoyens même si l’observateur lucide est sévère1 peut arriver à la conclusion qu’il s’agit là seulement de « rhétorique réformiste » et non pas d’un véritable changement de société.

2Nous reviendrons plus d’une fois sur cette question fondamentale des changements apparents ou réels dans le système de type soviétique, mais nous affirmons d’emblée que les limites jusqu’à présent infranchissables de glasnost et autres perestroïka ne sauraient, aux yeux de l’historien, masquer l’impact puissant de la marche vers une véritable « transparence » et vers une restructuration du système de gouvernement des choses et des hommes.

3Le rôle de quelques hommes tels que Khrouchtchev, Gorbatchev, Dubcek et Imre Nagy apparaît d’une grande importance dans la voie semée d’embûches, de réformes et de transformations. Il n’en demeure pas moins que le moteur principal, et cela malgré les échecs tragiques qui jalonnent cette histoire, est l’acteur anonyme qu’on appelle le peuple, à la fois héros et victime, simple objet et pourtant protagoniste de cette histoire. C’est dans les « deux vérités » inséparables de Rivarol que notre sujet rejoint sans réserve la critique libérale implacable constatant l’absence de démocratie dans toutes les tentatives de réformes passées ou en cours d’élaboration… Depuis le début de l’ère post-stalinienne, beaucoup de choses ont changé et d’énormes souffrances ont été atténuées, mais tout finit par se briser contre le rempart d’acier du monopole du pouvoir. La souveraineté réside dans le peuple. Mais il ne doit jamais l’exercer.

4Ainsi, toute tentative de changement venue d’« en bas » n’est rien d’autre dans cette optique – la seule optique « pure » et intransigeante possible, dépourvue d’esprit de compromis ou de composition –, que la manifestation du conflit permanent et irréductible entre le pouvoir communiste d’un côté et, de l’autre, l’ensemble des citoyens réduits à sa merci. Ou à son bon vouloir… ce qui revient à la même dépendance.

  • 2 Cité par Michel Winock, « Chronique de 1789. L’année sans pareille », Le Monde, 17 août 1988.

5Il nous vient à l’esprit un mot de Mirabeau capté au vol, à propos il est vrai d’un autre problème, « ... l’existence de l’autorité qui a le pouvoir de tolérer atteinte à la liberté de penser, par cela même qu’elle tolère et qu’ainsi elle pourrait ne pas tolérer »2. Cependant, dans le processus cahotant des réformes qui se succèdent et qui finissent par sombrer… pour repartir sous d’autres formes, le premier enjeu du combat est précisément de dépasser le stade de la tolérance et de la dépendance pour en arriver au moins à celui de l’interdépendance du pouvoir et de la société civile. Les situations changent. Elles évoluent même, sous certains rapports. Mais le combat de la société continue, son opposition au système post-totalitaire demeure. Il en est de même de l’Etat-Parti qui avait changé et change encore. Il avait considérablement assoupli son emprise…, mais il reste le souverain absolu. L’Etat c’est moi.

6Des deux côtés de la barricade, donc, les 70 ans de pouvoir soviétique et les quarante ans de pouvoir des démocraties populaires sont marqués par d’innombrables modifications économiques, politiques, administratives, culturelles. L’on y observe aussi une multiplicité de comportements des groupes et des individus, sujets désireux d’accéder à la citoyenneté dans le sens plein et véritable du terme. Des comportements allant de la passivité léthargique à la révolte ouverte et violente, de l’auto-isolement farouche à la coopération limitée, voire presque illimitée, comme dans les brefs mois du Printemps de Prague.

7L’éventail est donc large de part et d’autre. Mais le fossé demeure. Il peut n’être qu’un clivage souple entre pouvoir et société civile, avec une certaine possibilité « d’osmose » entre les deux sphères, mais devenir, – et il le devint lors des « normalisations » – un fossé béant et infranchissable. A des degrés variés l’opposition demeure. Nous avons affaire à des sociétés coupées en deux et se livrant une lutte sans répit.

8Un type nouveau de lutte de classes. D’un côté se trouve le Pouvoir que nous pouvons appeler, malgré la diversité des connotations, système à parti unique, pouvoir communiste, pouvoir totalitaire, stalinisme ou post-stalinisme, système d’Etat-Parti, Nomenklatura, Establishment, nouvelle classe, bureaucratie ou oligarchie… Et de l’autre : la nation, le peuple, la société civile. « Nous » et « Eux ». A défaut d’un système institutionnel démocratique assurant la liberté de chacun et l’alternance des formations politiques au pouvoir, la société est divisée en une classe politique nomenklaturisée d’un côté et une société civile de l’autre, luttant désespérément pour ses droits (sinon pour son existence pure et simple), c’est-à-dire pour les libertés individuelles, les droits de l’homme et du citoyen et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

9De là découle aussi la diversité des noms donnés à ce conflit bientôt centenaire. « Une révolution anti-totalitaire », avait déclaré Raymond Aron à propos de l’insurrection hongroise de 1956. Anti-totalitaire, cette lutte le reste malgré le caractère et les méthodes changeants du combat et/ou les « labels » sous lesquels le processus continue, soit poussé par le « bas » soit initié par le « haut ». Ou encore déclenché et poursuivi des deux côtés dans des situations à propos desquelles un Marx et un Lénine avaient constaté (pour la société bourgeoise) que ceux « d’en bas » ne peuvent plus vivre comme avant et que ceux « d’en haut » ne peuvent pas, quant à eux, gouverner comme avant. Malgré la diversité des situations et du caractère des tentatives de changement, soulignons-le encore une fois, le conflit de base reste le même dans la révolution anti-totalitaire, dans le combat pour un communisme à visage humain, sous le label de la perestroïka, du révisionnisme ou de la lutte pour les droits de l’homme.

10Qu’il s’agisse d’approches et de rapports de force différents ou de priorités souvent fondamentalement divergentes, le procès du régime totalitaire et post-totalitaire englobe tout cela.

11Ce livre ne se veut pas une histoire de ce conflit. Il se veut néanmoins autre chose qu’une pure réflexion sur le sens sémantique des termes et des concepts formulés pour caractériser diverses étapes de la lutte dans différents pays, du mouvement anti-stalinien à la perestroïka, en passant par les insurrections et les réformes jalonnant cette histoire. Il se veut un modeste compte rendu des efforts de deux générations vivant en Europe centrale, en particulier en Pologne et en Hongrie, des efforts d’hommes et de femmes pour reconquérir la liberté tout court… et, en attendant, des espaces de liberté au sein de la société civile.

12Ce sont ces efforts et, partant, les rapports entre pouvoir et société civile qui se trouvent au centre du récit, la société civile y étant perçue comme un concept englobant tous les efforts, actions et pensées mis en œuvre contre le totalitarisme et ses vestiges.

13Cette définition sommaire de la société civile est certainement insuffisante, mais nous avons cru utile de reporter son analyse plus loin, d’une part pour éviter d’alourdir notre entrée en matière et, d’autre part, pour laisser parler d’abord les faits, pour décrire le phénomène au lieu de le couler dans le moule figé de la pensée politique d’autres temps et d’autres cieux.

  • 3 Libération, 16 et 17 juillet 1988.
  • 4 Le Monde, 19 juillet 1988.

14Toutefois, pour savoir de quoi nous parlons, il n’est pas nécessaire de remonter à Hobbes, à Locke, à Rousseau ou à Hegel. La pensée politique et sociologique occidentale de notre temps est en train, elle aussi, de « découvrir » la société civile. Sous le titre « Les avatars de la “société civile” », Dominique Colas lui avait consacré un article3 dans lequel, après un regard jeté sur ses « avatars » dans les siècles passés, l’auteur soulignait en gros caractères que « ce n’est pas parce que le terme “société civile” revient lier toutes les sauces du moment qu’il faut oublier qu’il reste le terme privilégié à travers lequel la longue histoire des rapports entre Etat et société en Occident doit continuer d’être pensée ». Alain Touraine, de son côté4, voit dans le « retour de la société civile », expression qui « avait presque disparu de notre vocabulaire », une réapparition qu’il salue avec beaucoup de conviction, en tant que signe du réveil des acteurs sociaux endormis ou écrasés par l’ordre institutionnel.

  • 5 Voir aussi La société civile, actes du colloque de la Section Picardie de l’Institut Français des S (...)

15Si cette « réapparition » est certes aussi un phénomène médiatique (on en parlait par exemple à propos de « l’ouverture de Rocard » et de la nomination d’un ministre sans parti, présenté par conséquent comme « représentant de la société civile »), elle exprime néanmoins le phénomène plus profond de la différenciation accrue de la société occidentale, de la multiplication ininterrompue des groupes d’intérêts et d’affinités, voire de l’élargissement du pluralisme au-delà des partis politiques constitués5.

16Mais notre propos n’est pas là. Oubliée longtemps également dans « l’autre Europe », la société civile est une réalité sociale en pleine renaissance ainsi qu’un concept d’analyse et d’argumentation vivant, depuis au moins une décennie.

  • 6 Voir entre autres, sur le rôle des mouvements sociaux, dans Zdenek Mlynar, Le froid vient de Moscou (...)

17En réalité depuis plus longtemps car, sans utiliser cette expression, il en est déjà question à propos des mouvements anti-totalitaires de Pologne, de Hongrie, de Tchécoslovaquie. Sans se servir du mot « pour lier toutes les sauces du moment », il faut relever que le surgissement spontané des conseils ouvriers et des comités régionaux dans la Hongrie en ébullition de 1956, la prolifération des clubs et des associations pendant le Printemps de Prague6 et enfin le gigantesque mouvement Solidarité ont été autant de manifestations de la société civile, autant de réveils de la Belle au bois dormant. Et le monde entier écoute avec un espoir mêlé d’incrédulité les nouvelles de Gorbatchev. Comme si, pour une fois, le chaud venait de Moscou… Mais n’anticipons pas trop.

18Si l’un des auteurs français que nous avons cités plus haut tenait à préciser que la société civile reste le terme privilégié pour l’étude des rapports entre Etat et société en Occident, le mot d’Occident (souligné par nous) n’y figure pas par hasard. Car s’il existe des analogies dans les faits sociaux et dans la pensée entre les « deux Europes » – ne serait-ce que parce qu’elles ont des sources communes – il y a aussi des différences historiques, économiques, politiques. Nous nous en tiendrons ici, en renvoyant la dimension historique et économique à un passage ultérieur de cet essai – aux différences essentielles du temps présent en les évoquant très sommairement.

  • 7 Rousseau : Du contrat social, Livre premier, chapitre vi, pacte social.
  • 8 Ibid, Livre III, chapitre premier, Du gouvernement en général.

19Contrairement à l’utopie d’une société une et indivisible, gouvernée par elle-même et dans laquelle « chacun s’unissant à tous n’obéit pourtant qu’à lui-même et reste aussi libre qu’auparavant »7, la démocratie moderne s’est développée sur la base de la séparation non seulement des trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) mais aussi de deux « sphères », à savoir l’Etat et la société civile. Rousseau lui-même, si souvent injustement critiqué pour avoir ouvert la voie au despotisme de la multitude, admet la nécessité d’un « gouvernement ou suprême administration » chargé de l’exercice légitime de la puissance exécutive8. Mais ce corps de gouverneurs portant « le nom de prince » (emprunté à Venise dont le collège porte le nom de « sérénissime prince ») doit être entièrement subordonné au souverain qui n’est autre que l’ensemble des citoyens associés.

20Laissons pour plus tard certains aspects du Contrat social et de ses critiques. Dans la réalité de l’évolution des sociétés occidentales, le « prince » de Rousseau est devenu davantage que le « ministre du souverain », un ministre en tout cas révocable. Il est tout le système institutionnel, tout le réseau des pouvoirs publics et n’est subordonné à la « volonté générale » du peuple entier qu’au travers des courroies de consultation, des délégations de pouvoirs, des pouvoirs particuliers comme la presse, l’argent et les relations, les groupes de pression, etc. Il n’est pas non plus le simple « veilleur de nuit » chargé de faire respecter la loi dans laquelle s’incarne, en dernière analyse, tout le principe démocratique.

21Mais laissons de côté également l’analyse du fonctionnement de la démocratie occidentale. Ce qui relève de notre propos, c’est seulement le caractère général de l’évolution de l’Etat de droit en tant que cadre institutionnel de la démocratie représentative, d’une démocratie qui fonctionne tant bien que mal et est capable de produire des « amortisseurs » entre les intérêts particuliers et souvent conflictuels. La société civile et l’Etat en tant que réseau institutionnel des pouvoirs publics ne se fondent pas en un seul corps, la séparation des sphères demeure, mais le système fonctionne quand même grâce à l’interdépendance et l’interaction de leurs composantes.

22D’où la première et la plus fondamentale différence dans le rapport entre la société civile et l’Etat en Occident et dans le système communiste. Tout en renonçant à l’utopie d’une société une et indivisible, la démocratie occidentale repose sur la Loi, le principe de représentation et la liberté de la société civile et des particuliers qui la composent ; le modèle soviétique, de son côté, se réclame de l’utopie de la non-séparation mais ne respecte ni la Loi, ni le principe de représentation, ni la liberté de la société civile.

23Si bien que, théoriquement Une et Indivisible, la société de type soviétique ignore (puisque théoriquement fondue dans l’Etat) la société civile et crée, dans la vie réelle ou si l’on veut, dans la « praxis », un fossé béant entre elle et le pouvoir en place. Plus précisément, la société civile sera d’abord phagocytée par l’Etat-Parti totalitaire puis, dans l’ère post-stalinienne, elle renaîtra de ses cendres, resurgira des profondeurs des mentalités dans lesquelles elle avait été refoulée.

24Bien que, pendant les trois dernières décennies, cette renaissance ait produit des manifestations éclatantes de la puissance de cette force sociale surgissant des sous-sols – il suffit d’évoquer une fois de plus le Printemps de Prague ou le mouvement Solidarité –, une seconde différence entre elle et la société civile des pays démocratiques saute aux yeux. Il lui manque la légitimité garantie par l’Etat de droit, il lui manque cet espace vital quasiment infini qu’assure la démocratie bourgeoise à toute association et à toute initiative non contraire à la loi. Elle doit conquérir chaque pouce de terrain, inventer des formes et des noms nouveaux pour être « acceptable » ou tout au moins tolérable par le pouvoir. Prenons l’exemple d’un mouvement écologiste quelconque. Pour remplir la fonction qu’il s’assigne – par exemple la protection des sites, des monuments ou même, comme en Roumanie, la simple existence des villages –, il doit d’abord lutter pour sa propre existence, sa reconnaissance, son enregistrement auprès d’un tribunal, comme cela avait été le cas de Solidarnosc avant son refoulement dans la clandestinité.

25Certes, il existe d’autres institutions – autrement puissantes qu’une association culturelle ou un groupe d’intérêts professionnels, notamment et en premier lieu l’Eglise – qui ont survécu au raz-de-marée de la construction du socialisme et qui ne s’épuisent pas dans une lutte désespérée pour leur simple existence. Néanmoins, la société civile dans sa globalité n’est encore qu’en état de gestation au sein du système post-totalitaire.

  • 9 Elemér Hankiss, Diagnózisok 2 (Diagnoses 2.), Budapest, Magvetö Kiadό, 1986. Voir notre bibliograph (...)

26C’est ainsi qu’un des pionniers de la sociologie de ce mouvement, le Hongrois Elemér Hankiss préfère, quant à lui, parler de « seconde société »9, expression à la fois heureuse et ambiguë. Heureuse dans le sens qu’elle exprime la réalité et la hiérarchie des rapports de force entre la société « officielle » et la multitude inorganisée des mentalités, des comportements, des sous-cultures et des tentatives concrètes d’organisation des « gens » subissant l’emprise du système institutionnel en place. Expression toutefois ambiguë parce qu’elle place au « rang » de « première société » celle qui, officielle, ne l’est pas si ce n’est en raison de la prépondérance de son pouvoir assis sur la pointe des baïonnettes. Mais le problème est justement celui-ci, comme le dit l’adage : on peut tout faire par la force des baïonnettes sauf... être assis dessus.

27Si l’histoire des pays communistes est bel et bien celle d’une crise permanente, c’est précisément parce que l’organisation sociale n’a jamais jailli de la source de la véritable « première société », celle de l’histoire, des traditions, des coutumes et des attentes du plus grand nombre ; c’est pourquoi – chaque fois que sa stabilité précaire se trouve ébranlée –, l’on assiste à un renversement total de la situation. Comme en Hongrie, en 1956, lorsque la « société officielle » a été réduite à sa plus simple expression : à la nudité de l’appareil bureaucratique et de coercition. La « seconde » société avait alors repris en une nuit sa place première, avec un réseau d’organisation englobant tout l’Etat et surgi en apparence du néant, en réalité de la source souterraine de son patrimoine. Ou comme du temps de Solidarité en Pologne où la société civile renaissant de ses cendres s’est volontairement limitée au rôle de partenaire, obligeant le pouvoir officiel à passer avec lui une sorte de « contrat social ».

  • 10 La Pologne : une société en dissidence, Textes rassemblés par Z. Erard et G.M. Zygier, préface d’Al (...)

28L’apparente contradiction de nos propos est due à l’alternance des victoires et des revers de la société civile. Au moment des crues, cette dernière occupe toute la place publique (ou se trouve amalgamée, comme dans le cas unique du Printemps de Prague, au courant rénovateur de la classe politique). Au moment des « normalisations », la société civile recule, voire se trouve refoulée dans les consciences ou se débat dans les « espaces » plus ou moins étroits auxquels elle est assignée par le pouvoir politique. Elle est donc à la fois une société civile en gestation et « une société [entière] en dissidence »10, une force sociale, virtuellement irréductible. Les partis communistes avaient réussi à « confisquer le pouvoir ». Ils ont échoué dans leur projet de confisquer la société.

29Nous reparlerons encore des avatars… du totalitarisme. Remarquons toutefois d’entrée que ce concept reste sans aucun doute un outil d’analyse irremplaçable des dictatures nazie, fasciste et bolchévique. Le concept de société civile, plus ancien, remontant en tout cas aux philosophes anglais du xviie siècle et néanmoins plus récemment redécouvert, constitue cependant un outil d’analyse complémentaire également irremplaçable. Il s’incruste dans les failles du totalitarisme, éclaire les causes fondamentales de son échec et englobe le vaste champ des efforts tendant à briser son carcan.

30C’est en tout cas la proposition de l’auteur de cet ouvrage qui considère par conséquent la société civile sur trois « niveaux ».

  • Au niveau conceptuel elle permet de « penser la société » dans le rapport entre gouvernants et gouvernés, pouvoir d’Etat et communauté des citoyens.

  • Au niveau de l’histoire de la société, elle recouvre les forces et les mouvements sociaux de masses ou de groupes ainsi que le domaine individuel des croyances, des mentalités et des comportements.

  • Enfin, l’on peut analyser les diverses manifestations de la société civile comme un programme alternatif. Refoulée dans la clandestinité sous le stalinisme intégral, la société civile est certes seulement conscience et potentialité. Mais dans les conditions de la Pologne et de la Hongrie des années 1980, elle est la somme des contre-courants tendant à démocratiser et à moderniser les institutions ainsi que l’économie et la culture.

31Nous souhaitons ici clarifier notre point de vue. La société civile, comme programme de renouveau, comporte deux tendances, deux stratégies. L’une a comme objectif la liberté tout court… « L’Etat c’est moi » devenant ainsi le cri de la démocratie, la revendication d’arracher le pouvoir confisqué et de renouer avec l’évolution historique plusieurs fois centenaire des peuples et pays d’Europe centrale. Une évolution difficile et entrecoupée mais tendant néanmoins vers l’idéal de la civilisation occidentale.

32Dans cette optique, l’élargissement des « espaces » de la société civile n’est qu’un moyen de conquête de la liberté et une étape sur le chemin menant à un changement radical de société.

33Il n’en demeure pas moins que le combat de la société civile pour son existence et pour l’élargissement de son champ d’action est aussi une stratégie de compromis. Compromis provisoire peut-être mais compromis quand même dans une perspective de court et moyen terme, compte tenu des conditions présentes des rapports de force. Il s’agit en quelque sorte de la recherche d’un « contrat social » permettant au parti communiste de garder le pouvoir politique tout en le contraignant à se retirer des domaines dans lesquels son omniprésence ne fait qu’écraser l’homme, la pensée, la vie sociale et l’économie. Cette étape est, depuis 1989, dépassée en Pologne et en Hongrie.

34Cet ouvrage ne veut servir aucune de ces stratégies et interprétations. Il essaie de mettre ensemble les divers éléments constitutifs de la société civile en tant que concept et réalité, en se limitant à deux pays, la Pologne et la Hongrie, proches et pourtant assez différentes l’une de l’autre pour saisir le phénomène sans s’égarer dans l’entreprise impossible d’écrire une histoire totale des sociétés communistes.

35Lorsque j’ai commencé ces recherches et ces réflexions, la situation était très différente d’un pays socialiste à l’autre. L’Union soviétique, sous le règne de Brejnev, était le pays de l’immobilisme par excellence. On était loin des espoirs suscités par le réformisme, certes incohérent mais prometteur, de Khrouchtchev. Le froid venait de Moscou…, il n’empêche qu’en Pologne avait eu lieu la période de gestation de Solidarnosc, suivie de son triomphe et, avec le coup d’Etat de Jaruzelski, de son écrasement. Les deux années de 1980-1981 ont néanmoins laissé une lueur d’espoir et en même temps un lourd fardeau pour les « normalisateurs ». Le processus de polarisation de la société élargissait le fossé entre le Pouvoir et la société civile à tel point que la Pologne s’est coupée littéralement en deux, sans aucune véritable communication entre les deux parties. Situation encore différente en Hongrie. Jusqu’à la fin des années 1970 et même pendant deux ou trois ans de plus, ce pays avait été la « vitrine » du camp socialiste, un pays relativement prospère et stable suscitant l’envie des voisins et une admiration presque exagérée pour le « modèle hongrois ». La société civile, quant à elle, se heurtait certes aux barrages dressés par l’Etat-Parti kadarien, mais elle a connu malgré tout un développement considérable sur les plans culturel et économique. La crise de la Hongrie des années 1980 avait sans doute ses racines dans l’insuffisance des réformes socio-politiques ainsi que dans le blocage systématique des mécanismes du marché, mais l’on croyait encore possible d’aller de l’avant dans un esprit de consensus ou de « contrat social » tacite. Ailleurs en Europe de l’Est la situation paraissait en revanche figée.

36La Hongrie faisait cavalier seul.

37Un facteur d’importance décisive vint entre-temps changer le tableau. Je parle bien entendu de la glasnost et de la perestroïka. Il ne s’agit pas d’inclure dans cette étude l’analyse de ces innovations liées au nom de Mikhail Gorbatchev. D’abord parce que l’évaluation des perspectives ainsi ouvertes exigerait une étude séparée et approfondie, embrassant le plus grand pays, et le plus énigmatique, de tout le camp socialiste et même du monde. Deuxièmement parce que, malgré le caractère stupéfiant du bouillonnement des esprits en Union soviétique, le retard du pays, notamment sur le plan économique, est tel que le processus engagé au Kremlin n’est qu’un timide début de restructuration. Il faudra dix ou vingt ans à M. Gorbatchev, à condition que les circonstances lui soient favorables, pour produire les premiers résultats des réformes.

38Il n’en reste pas moins que l’Union soviétique est l’Union soviétique… Le « modèle hongrois », avant sa crise actuelle, pouvait se développer assez discrètement pour ne pas provoquer de bouleversements au sein des pays frères. Au contraire, ce qui se passe à Moscou est le point de mire du monde, y compris des démocraties populaires, réfractaires pour la plupart, aux innovations venues de l’URSS.

39Malgré ces réticences, avouées ou camouflées, « l’effet Gorbatchev » change le tableau, modifie les rapports et les perspectives. Il est impossible de l’ignorer dans cette étude, d’autant plus que le réformisme soviétique n’est pas seulement, loin de là, un problème de lutte pour le pouvoir. Outre ses adversaires au Bureau Politique et dans l’appareil, le programme de Gorbatchev se heurte aussi, comme à un mur invisible, à l’absence d’une société civile, fût-elle embryonnaire, mais digne de ce nom. L’appui des intellectuels de Moscou et de Léningrad ne suffit pas pour engager une véritable reconstruction de la gestion et de la participation. Si le courant réformiste ne passe pas – et cela semble être le cas pour la majorité de la population – la raison en est dans les profondeurs à la fois du pays légal et du pays réel.

40Pour en savoir davantage, il faut remonter loin en arrière.

Notes

1 Voir entre autres les articles de Béla Faragό, « Les leçons du totalitarisme » dans la revue Commentaire, n° 37, printemps 1987 ainsi que dans la revue hongroise de Paris, Irodalmi Ujság, n° 3, 1988.

2 Cité par Michel Winock, « Chronique de 1789. L’année sans pareille », Le Monde, 17 août 1988.

3 Libération, 16 et 17 juillet 1988.

4 Le Monde, 19 juillet 1988.

5 Voir aussi La société civile, actes du colloque de la Section Picardie de l’Institut Français des Sciences Administratives (Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie), Paris, PUF, 1986. Organisé dans le cadre d’une mission sur la modernisation confiée à Blandine Barret-Kriegel, ce colloque avait ouvert un champ de réflexion très large sur le sujet ; cf. aussi Guy Bercer, « La société civile et son discours », Commentaire, n° 46, été 1989. Nous avons pu consulter la première livraison de cette étude.

6 Voir entre autres, sur le rôle des mouvements sociaux, dans Zdenek Mlynar, Le froid vient de Moscou. Prague 1968. Du socialisme réel au socialisme à visage humain, Paris, Gallimard, 1981, pp. 151-160, 184-194, passim.

7 Rousseau : Du contrat social, Livre premier, chapitre vi, pacte social.

8 Ibid, Livre III, chapitre premier, Du gouvernement en général.

9 Elemér Hankiss, Diagnózisok 2 (Diagnoses 2.), Budapest, Magvetö Kiadό, 1986. Voir notre bibliographie pour d’autres travaux du même auteur.

10 La Pologne : une société en dissidence, Textes rassemblés par Z. Erard et G.M. Zygier, préface d’Alexandre Smolar, Paris, Maspéro, 1978.