Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre voit le jour au milieu d’une crise sans précédent du système communiste européen. Celui-ci agonise dans les anciennes démocraties populaires, même si ses convulsions se prolongent en Roumanie, en Bulgarie et en Albanie, et si la transition vers la démocratie prend du temps et exige beaucoup d’effort, de sacrifice et d’imagination en Pologne, en Hongrie, en Tchécoslovaquie et en Allemagne de l’Est. Quoi qu’il en soit, c’est bel et bien la fin d’une époque pour les anciens satellites de l’Union soviétique et, du même coup, la fin de l’ordre des choses dans l’immensité des territoires soviétiques. Avec ou sans Mikhaïl Gorbatchev, pour le meilleur ou pour le pire, la mère-patrie du communisme est en train de basculer, elle aussi, dans la dictature militaire ou dans le chaos, ou encore dans un système fondamentalement rénové au prix d’une longue et difficile mutation.

2Cette étude n’a pas pour objectif d’englober la totalité des changements en cours ou déjà accomplis dans toute la moitié communiste de l’Europe. Ces pays ont, d’ores et déjà, foncièrement modifié les données et les perspectives de la politique internationale. Dans toutes les hypothèses, même les plus optimistes, le processus de transformation sera gigantesque, ne serait-ce qu’en raison des problèmes économiques et militaires qu’il implique. Notre analyse s’arrête là où une époque de plus de 70 ans touche à sa fin : un monde nouveau, plein d’inconnu, émerge, laissant aux historiens de l’an 2000 le soin d’en examiner les tenants et les aboutissants. Il n’en reste pas moins que l’étude est conduite jusqu’à un changement fondamental fondé sur la renaissance de la société civile, parallèlement à l’effritement du système communiste arrivé au terme extrême de ses potentialités. Les divers scénarios imaginables pour cette fin de règne ne changent que peu de chose au fait que le rétablissement du vieil ordre est désormais impossible, fût-ce au prix d’une multitude d’opérations de répression « à la manière de Tiananmen », de Vilnius à Bakou, et jusqu’en Russie. On n’ose énoncer l’idée d’un assaut donné à Varsovie, à Prague ou à Budapest. Dans ce sens, l’éclatement du communisme en Europe centrale est irréversible et sa transformation, à moyenne échéance en Union soviétique, irrévocable.

3Plus ou moins stabilisée, l’Union soviétique dispose certes de puissants moyens d’intervenir dans les affaires des pays du Pacte de Varsovie sans donner de la troupe. Elle peut entre autres choses, malgré sa propre situation critique, exercer des pressions économiques sur le plan régional. Debout, elle reste la plus grande puissance sur le continent. Tombée dans l’anarchie, elle provoque un désordre mondial, entraînant dans la tourmente les petits pays d’Europe centrale.

4L’hypothèse de base de ce travail ne pouvait envisager un tel cataclysme. Son point de départ, plus délimité et plus proche de la réalité d’une évolution prévisible, est le constat d’échec du système imposé et dominé par Moscou et ses partis communistes frères dans la région. Il inclut la montée irrésistible de l’unique force capable de conduire ces pays à la démocratie, à savoir la société civile de chacun d’eux.

5Dans cet écrit nous donnerons des définitions plus circonstanciées du concept de société civile ainsi que de ses modes et formes d’existence dans la vie des hommes. Bornons-nous à constater qu’elle a revêtu un caractère particulier dans le conflit latent, puis ouvert, entre le Pouvoir unique et ses sujets soumis dans l’Europe communiste. A défaut de structures démocratiques et d’institutions politiques libres, c’est à la société civile qu’incomba le rôle de gardien des valeurs enracinées dans la culture des populations. Elle est aussi le creuset du mouvement de contestation qui aboutit à la révolution blanche et pacifique à Varsovie, à Budapest, à Berlin, à Prague et jusqu’aux Balkans et, en fin de compte, de la Baltique au Caucase. Il s’agit de révolutions certes de natures différentes, ne serait-ce qu’en raison de leur degré de violence et de la maturité variable des peuples.

6Ces différences elles-mêmes confirment donc, a posteriori, à quel point les vertus civiques et le degré de culture politique ont été déterminants dans ces combats pour la démocratie. Les Tchèques, pour ne mentionner qu’eux, réussirent par exemple à la conquérir sans coup férir et quasiment sans transition en l’espace de quelques semaines. Nos deux pays « test », la Pologne et la Hongrie avaient fait preuve également de largesse d’esprit, de respect des règles du jeu, de dignité et de modération dans la voie choisie. Elles ont aussi, il faut le dire, préparé le chemin pour les autres.

7Pendant tout ce temps, la carence de la société civile s’est révélée patente en Union soviétique. Autant « l’effet Gorbatchev » avait joué un rôle décisif dans le déclenchement du mouvement de libération affectant les pays du bloc soviétique, autant le grand pays pilote de la perestroïka est resté à la traîne, quand il n’est pas tombé en état de déliquescence. Le monde ahuri assiste, jour après jour en direct à travers la Télévision, à la décomposition dramatique du système communiste et de l’empire russe hérité des tsars. La notion de société civile n’explique pas toute la complexité de cette décadence. « Tout empire périra… » – pour reprendre le titre d’un des ouvrages de Jean-Baptiste Duroselle. Nous ne pouvons pas nous pencher sur ce phénomène « de déclin et de chute de l’empire », selon l’expression d’Edward Gibbon, évoquant l’empire romain. Remarquons que l’empire russe hérité par son successeur soviétique se délite sur ses marches, conquises au fil des siècles, dans la Baltique, au Caucase, de même qu’en Asie centrale qui attend encore son heure. Personne ne sait ce qu’il adviendra de régions comme l’Ukraine, sans parler de la Russie elle-même, en proie à sa crise sociale et d’identité. C’est avant tout le nationalisme, présent, aussi, ô combien fortement, dans les pays étudiés ici, qui est le facteur essentiel de cet éclatement.

8Mais à la différence de ses anciens satellites, Moscou se trouve confronté à un mouvement de sécession nationale et de contestation politico-idéologique mettant en cause son intégrité étatique en même temps que la légitimité du pouvoir communiste. L’éveil des nationalismes en Union soviétique amplifiés par la crise économique – constitue un écran protecteur pour les Tchécoslovaques, les Polonais et les Hongrois. En revanche, le mal qui ronge l’empire russo-soviétique doit être affronté directement par l’Etat-Parti, lui-même en déliquescence. Sécession, crise d’identité, dégradation économique, paralysie des institutions sont autant de maux que l’Etat-Parti autoritaire n’est pas capable de « gérer », si une crisis management est encore possible. Il lui manque quasi totalement l’appui de la société civile précisément, carence qui condamne la belle ambition de Gorbatchev de rénover le pays par sa perestroïka. Et, dans la mesure où l’on assiste à un réveil des forces vives de la société, celle-ci semble aller soit vers un conservatisme archaïque hostile aux « occidentalistes » du renouveau, soit vers l’exacerbation des nationalismes avec les conflits qui en découlent.

9Sur ce plan-là, le calme relatif qui subsiste dans les autres pays de l’Est est rassurant. Pour combien de temps encore ? Personne ne saurait le dire. De nombreux problèmes occultés par la politique officielle de « fraternité socialiste » restent en suspens entre ces pays. Il s’agit avant tout du traitement – très inégal d’un pays à l’autre – des minorités ethniques et culturelles, mais aussi des questions de frontières. On peut espérer que la maturité politique des opinions nationales, combinée avec le règlement satisfaisant des problèmes de minorités – avec, en outre, une coopération économique plus poussée et plus fructueuse que dans le Comecon – permettra d’éviter une surenchère nationaliste. Mais le passif est lourd – notamment entre la Hongrie et la Roumanie –. Chaque cas doit être sérieusement examiné. Occulter ces problèmes n’aboutirait qu’à nourrir les vieux démons qui hantent cette région depuis au moins deux siècles.

10Dans la zone occidentale de l’ancien empire issu de la seconde Guerre mondiale, zone déjà « sortie de Yalta », tous les espoirs semblent permis, car les sociétés font preuve de maturité. Il n’empêche que leur alignement – pour ne pas parler encore d’intégration – sur la grande Europe démocratique en chantier exige d’innombrables mesures de démocratisation, ainsi qu’un incessant « travail lent et tranquille de la société sur elle-même », dans lequel Alexis de Tocqueville voyait le fondement de la république.

11C’est dire aussi la difficulté qu’il y a à mener de front le renouveau des esprits parallèlement à la restructuration de l’économie, tâche qui incombe aux nouveaux gouvernements issus des urnes après 40 ans de dictature. Or l’accomplissement de ces tâches dépend aussi des appareils et administrations hérités de ce qu’on peut considérer comme l’« ancien régime ». Les partis communistes ont sans doute définitivement abandonné leurs prérogatives. Ils ont abandonné le nom respectif qu’ils avaient porté avant l’effondrement du système. Ils perdent même espoir de gagner les élections… illusion nourrie pendant un bref moment par l’ancien POUP polonais ainsi que l’ancien MSzMP hongrois. La police politique leur échappe également à la faveur des révélations et des manifestations qui ébranlent cette institution, de Berlin Est à Bucarest en passant par Budapest. Les partis communistes jadis tout-puissants se trouvent ainsi réduits au rôle de figurants ou, dans le meilleur des cas, de petit parti de coalition gouvernementale ou d’opposition parlementaire.

12Cependant ils laissent derrière eux, non seulement des dégâts, des dettes, des économies ruinées et des blessures morales, mais encore des appareils administratifs et économiques pesants, coûteux, inefficaces et néanmoins assez encombrants pour menacer la restructuration de l’économie et des institutions, entreprise par les nouveaux régimes. La tâche sera sans doute difficile et la remise en marche des nouveaux systèmes extrêmement longue.

13Une fois de plus, les révolutions de l’Europe communiste défunte, conduites par les sociétés civiles, ne pourront être menées à chef « par le haut » ni par une mutation exclusivement politique. Le véritable rôle de la société civile ne fait que débuter, de la Baltique à l’Adriatique, des écoles aux entreprises, de l’Etat aux foyers.

14Genève, février 1990

15N.B. Pour des raisons techniques l’orthographe des noms polonais n’est pas toujours respectée.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable