Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Chronologie de l’implication de la Fédération de Russie dans le conflit tadjik 1992/1993

Catherine Poujol

Texte intégral

1992

12 mars : admission du Tadjikistan à l’ONU

2mai : l’Armée rouge prend un virage conservateur avec la nomination de Pavel Grachev, vétéran de l’Afghanistan au poste de ministre de la défense de la Fédération de Russie.

311 mai : accord entre le président tadjik Rahmon Nabiev, les dirigeants de l’opposition et le qadi Turadjonzade, grâce à la médiation du commandant des forces de la CEI stationnées à Douchanbe, le colonel Viatcheslav Zabolotsky. Gouvernement de coalition à Douchanbé.

415 mai : signature du traité de sécurité collective entre la Fédération de Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Arménie.

527 juin : première attaque sérieuse dans la région de Kourgan Tiube, 100 morts.

628 juin : Rahmon Nabiev, en visite officielle en Iran, augmentation des violations de la frontière tadjiko-afghane par des groupes Tadjiks allant acheter des armes en Afghanistan. Nabiev appelle les troupes russes à intervenir pour rétablir le calme. Le maréchal Chapochnikov, commandant en chef des troupes de la CEI annonce que les forces d’interposition pourraient être envoyées pour assurer le maintien de la paix.

7juillet : le cabinet tadjik des ministres ordonne aux troupes de la CEI stationnées dans la république de protéger les sites stratégiques (station hydroélectrique de Nourek, station de fertilisation nitrogène de Vakhch, combinat électrochimique de Yavav, passe de Chormagzak et Fakhrabat, routes de Kouliab et Kourgan Tiube, dépôts de munition (décret du 24 juin en accord avec le ministre de la défense de la fédération, Itar Tass.

810 juillet : Douchanbé, les leaders de l’opposition démocratique et religieuse du Tadjikistan accusent Nabiev de violer les droits de l’homme devant la conférence de la CSCE à Helsinki. Malgré le récent protocole signé entre les deux républiques sur la question des réfugiés, l’Ouzbékistan n’accepte pas les appareils civils du Tadjikistan TAJIKAVIA et AVTOTRANSPORT dans ses aéroports. ITAR-TASS, les autorités tadjikes veulent créer un régiment de garde-frontières de l 200 hommes, impossible sans l’aide de la CEI, les soldats russes du Tadjikistan ne veulent pas participer à la guerre civile.

924 juillet : visite au Tadjikistan du vice premier ministre de la Fédération de Russie, Alexandre Chokhin.

10août : Moscou ITAR-TASS, Douchanbe, le général major Moukhridin Achourov (201e division d’infanterie motorisée stationnée au Tadjikistan) veut faire un procès à Chodmon Yusuf (Parti démocratique tadjik) s’il ne cesse pas ses « accusations sans fondements » : « génocide contre les civils par les troupes russes ».

11Radio Douchanbé, note de protestation de l’opposition (Front de salut de la patrie, Alliance des forces démocratiques) contre le président Nabiev et le gouvernement contre l’envoi de troupes « étrangères » au Tadjikistan, considéré comme une agression.

1224 août : décret de B. Eltsine plaçant les gardes frontières auparavant sous la responsabilité du KGB sous juridiction russe, décision condamnée par l’opposition tadjike.

1327 août : ITAR-TASS, le premier ministre tadjik Davlat Usman condamne le décret d’Eltsine prenant sous la juridiction russe les troupes stationnées à la frontière tadjiko-afghane, réaction positive de celles-ci.

1428 août : le maréchal Chapochnikov arrivé en visite sur la frontière tadjiko-afghane n’exclut pas une intervention des « casques bleus de la CEI » : 180 morts dans le sud. Accord préliminaire conclu Nabiev sur le déploiement d’une force d’interposition au sud à condition que les parties belligérantes l’acceptent.

1530 août : interruption de la visite de Chapochnikov après 2 jours, confusion au sein du gouvernement et de l’opposition, personne ne peut dire si des troupes russes vont être envoyées ou non.

161er septembre : Nabiev se réfugie dans la caserne de la 201e division. Il devait partir à Moscou le lendemain pour y signer des accords bilatéraux.

172 septembre : Radio Douchanbe, appel au peuple de la part du praesidium du Soviet suprême et du gouvernement tadjik sur l’irresponsabilité de Nabiev et les risques de désintégration du Tadjikistan, message du premier ministre Jamchid Karimov à Eltsine pour lui demander de ne pas faire intervenir de troupes russes : « aucun Russe n’a été tué depuis la guerre civile. » L’opposition tadjike envoie une lettre à Eltsine, lui demandant de ne pas laisser la CEI s’ingérer dans les affaires intérieures tadjikes après la décision de quatre de ses membres d’envoyer des renforts de troupes sur la frontière tadjiko-afghane, officiellement pour lutter contre la contrebande d’armes et de drogues venues d’Afghanistan.

18ITAR-TASS, état d’urgence à Kourgan Tiube, Radio Douchanbé, le mufti du Tadjikistan demande la démission de Nabiev « la guerre civile est virtuellement là », une manifestation de plusieurs milliers de personnes à Kuliab demande l’intervention de la CEI. Les partis d’opposition au Tadjikistan demandent à Eltsine de ne pas intervenir. L’état-major russe reçoit l’instruction de ne rien tenter qui pourrait être dénoncé par l’opposition tadjike comme une forme de politique néocoloniale.

194 septembre : déclaration signée par Eltsine, Nazarbaiev, Karimov et Akaev selon laquelle toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour aider le peuple frère du Tadjikistan à stabiliser la situation. Il semble que les présidents des républiques d’Asie centrale (Turkménistan excepté) aient convaincu Eltsine de s’engager dans le conflit tadjik.

207 septembre : Douchanbé, Rakhmon Nabiev signe sa démission à l’aéroport de la capitale sous la pression de l’opposition armée.

218 septembre : le président Karimov est préoccupé par la situation au Tadjikistan (« bombe à retardement cent fois pire que le conflit du Karabakh ») dont il attribue en partie la cause aux événements d’Afghanistan, il lance un appel au secrétaire général des Nations Unies, Boutros Ghali, pour qu’il envoie une commission d’étude au Tadjikistan.

2210 septembre : ITAR-TASS, nouvelles victimes dans le sud du Tadjikistan, le régiment d’infanterie russe a du mal à rester neutre, premières victimes russes, effusion de sang dans la banlieue de Douchanbe à Neftianik, violence contre les Ouzbeks, les Russophones, profanation d’église et de tombes dans la région de Kourgan Tiube.

2316 septembre : le Comité régional de Kouliab appelle les troupes de la CEI à intervenir.

2424 septembre : Eltsine envoie des renforts à la région tadjiko-afghane et ordonne aux soldats de la CEI stationnés au Tadjikistan de prendre le contrôle des l 300 km de frontière.

256 octobre : revirement passager : Eltsine déclare devant le parlement de Russie qu’il a décidé de retirer les troupes russes du Tadjikistan.

269 octobre : 8e sommet de la CEI à Bichkek, une aide humanitaire est votée pour le Tadjikistan, la décision semble mûrir de constituer des forces pour le rétablissement de la paix et d’y maintenir les troupes russes en attendant. Encouragement au Kirghizistan à poursuivre sa mission d’intermédiaire.

2724 octobre : offensive des partisans de Nabiev à Douchanbé venus du sud du pays, quelques heures après l’instauration de l’état d’urgence par le président par intérim Iskandarov de retour de Moscou où il était allé demander l’aide de la CEI. On parle d’un coup d’Etat de l’ancien président destitué, violents combats dans la capitale, évacuation de l’ambassade des USA, appel d’Iskandarov à la TV tadjike, aux dirigeants de la CEI pour « envoi immédiat d’une force d’intervention ».

2826 octobre : situation toujours confuse à Douchanbé, les principaux bâtiments sont pris d’assaut par les partisans de Nabiev, le parlement devait se réunir à Léninabad, sous la protection de l’armée russe, plusieurs centaines de morts.

296 novembre : visite au Tadjikistan d’Andrei Kozyrev : la Russie a choisi d’aider le Tadjikistan à rétablir le calme, ce pays est important pour la Russie. Une des solutions proposées avait été de confier le pouvoir au commandant de l’armée russe, le général Achourov, refus de celui-ci. Arrivée de 50 blindés et de parachutistes.

3014 novembre : appel à Eltsine de la part de certains officiers russes gardant la frontière tadjiko-afghane et demandant de considérer le bien-fondé de leur maintien en Asie centrale, sans garantie de protection sociale et légale.

3119 novembre : le parlement tadjik a élu à sa présidence Imomali Rahmonov, gouverneur de la région de Kouliab aux mains des forces communistes, démission de Akbarcho Iskandarov. Entre le 6 juin et le 24 novembre, la guerre civile au Tadjikistan a fait plus de 50 000 victimes et 500 000 réfugiés.

3227 novembre : adoption du concept de politique étrangère de la Russie sur « l’étranger proche » par le ministère des affaires étrangères : « les tâches de la Russie sont de faire cesser et de réguler les conflits armés autour du territoire russe, ainsi que d’empêcher qu’ils ne s’y répandent, de veiller à la stricte application des droits de l’homme, en particulier de ceux des Russes de l’étranger proche. »

3330 novembre : la Russie, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Kirghizistan ont décidé l’envoi au nom de la CEI, d’une force de maintien de la paix, effectifs non précisés, comprenant en partie la 201e division motorisée déjà stationnée sur place.

343 décembre : une délégation de la CEI en visite au Tadjikistan avant d’envoyer une force de maintien de la paix.

359 décembre : le parlement ouzbek vote l’envoi d’un contingent au Tadjikistan pour participer à la force de la CEI.

3610 décembre : prise de Douchanbé par les forces procommunistes conduites par Safarali Kendjâev, auteur du coup de main raté d’octobre dernier, la 201e division motorisée n’a pas bougé, puis a pris position pour empêcher une contre-attaque islamiste. La force d’interposition n’est toujours pas arrivée.

3714 décembre : le commandant de la garnison russe du Tadjikistan, le colonel Anatoly Evlev du 201e régiment motorisé parle de 1 500 soldats attendus pour la nouvelle année.

3817 décembre : terreur à Douchanbé, le maire démocrate Mak-soud Ikramov s’est mis sous la protection de la 201e division armée russe, les chefs islamistes ont rejoint les 45 000 réfugiés au sud du pays, plus de 50 000 ont traversé l’Amou Daria pour gagner l’Afghanistan.

1993

39janvier : création de l’armée populaire tadjike, les gardes frontières sont sous le feu croisé des Moujahedins et des opposants tadjiks.

407 mars : Karimov alerte l’ONU sur les problèmes de « violation d’intégrité territoriale de l’Ouzbékistan » aux frontières avec l’Afghanistan et sur les « réfugiés tadjiks et ouzbeks pris en otage par les islamistes d’Afghanistan. »

4125 mai : accords de coopération Russie/Tadjikistan, traité d’amitié, d’assistance militaire, pour la protection de la frontière sud, la stabilisation régionale aux frontières de la CEI, pour empêcher les armes, la drogue, la contrebande, pour la sécurité de l’Eurasie. Conférence de presse de Rakhmonov : « s’il n’y avait pas eu la Russie et l’Ouzbékistan, la nation des Tadjiks et l’Etat tadjik n’existeraient plus. »

429 juin : Eltsine déclare que retirer les troupes russes du Tadjikistan signifierait laisser une nation entièrement périr, ce que ne peut accepter la Russie, Interfax.

4313 juillet : attaque du poste n° 12 à la frontière tadjiko-afghane, 25 Russes tués, la Russie parle de provocation et de tragédie nationale. Les ministres russes de la défense et de la sécurité vont s’en rejeter mutuellement la responsabilité.

4415 juillet : déclaration du ministre de la sécurité Viktor Barranikov : les garde-frontières prendront toutes les mesures nécessaires pour prévenir et repousser les actes d’agression de la frontière du Tadjikistan et de la CEI.

4516 juillet : visite à Douchanbé de Pavel Grachev, ministre de la défense de la Fédération de Russie. Il espère que les Etats voisins de la CEI vont commencer à apprécier les dangers de la situation de guerre non déclarée.

4617 juillet : le ministre des affaires étrangères afghan affirme que la Russie a organisé un raid au nord de l’Afghanistan faisant 300 morts, fait réfuté par la Russie et le gouvernement tadjik. Fin de la visite de Grachev, décision de former un groupe opérationnel des départements militaires russes et tadjiks commandés par le général russe Alexandre Sokolov. Les rebelles tadjiks prépareraient une opération de l’autre côté de la frontière en automne, dans le but de former une république islamique au Gorno-Badakhchan. Pas de renforcement de la présence russe au Tadjikistan, protéger la frontière, mais ne pas agresser l’Afghanistan.

4719 juillet : visite à Douchanbé de Viktor Barranikov, visite du poste n° 12 de la frontière le 20 avec Rakhmonov. Le but est de protéger la frontière sans augmenter la présence russe, et aider le Tadjikistan à former ses propres troupes de garde-frontières, protéger les Russes du Tadjikistan, considéré désormais comme sphère immédiate d’intérêt.

4820 juillet : le ministre de la sécurité parle du droit moral de la Russie d’envahir le territoire afghan et admet mener des opérations de l’autre côté de la frontière.

4924 juillet : le ministre des affaires étrangères de Russie informe le Conseil de sécurité de l’ONU de sa décision d’aider le Tadjikistan en cas d’attaques ultérieures de combattants afghans. On parle de deuxième guerre afghane, mais si le nombre des victimes russes augmentait il y aurait des pressions pour que les troupes soient retirées.

5026 juillet : crainte du ministre des affaires étrangères Andreï Kozyrev de tomber dans une nouvelle guerre afghane.

5127 juillet : la Russie reporte le paiement des dettes du Tadjikistan jusqu’à l’an 2000 et offre un nouveau crédit pour acheter des marchandises russes. Le Tadjikistan dépend de la Russie à 85 %… Démission forcée du ministre de la sécurité Viktor Barranikov, (enquête ministérielle sur la corruption dans l’entourage d’Eltsine) : les événements du Tadjikistan servent de nouvelle arme politique dans la lutte du pouvoir en Russie.

5229 juillet : décision d’Eltsine d’envoyer des troupes russes supplémentaires, en recherchant l’aval de l’ONU, statut de casques bleus. Dans l’opinion publique russe apparaît un courant favorable au désengagement russe. La position officielle est qu’une telle décision serait lourde de conséquences.

536 août : le premier ministre russe Viktor Chernomyrdin déclare qu’il s’agit d’un conflit tadjiko-tadjik et non russo-afghan. La Russie ne permettra pas une nouvelle guerre afghane.

547 août : rencontre à Moscou de Boris Eltsine avec les dirigeants d’Asie centrale membres du traité de sécurité collective pour régler la crise tadjike, en présence d’un représentant du président turkmène Niyazov qui déclare qu’il n’enverra pas un seul soldat dans la zone de conflit : le président Kirghize déclare qu’aucun de ses soldats ne participera à des opérations à l’intérieur du Tadjikistan, position également affirmée par le ministre russe de la défense.

5524 août : les ministres de la défense de la CEI décident de mettre en place une force de coalition pour contrôler l’insurrection au Tadjikistan. La force sous le commandement du colonel général Boris Pyankov consistera en contingents de Russie, du Kirghizstan, du Kazakhstan, plus des forces tadjikes. L’Arménie considère sa participation.

5625 août : le conseil des ministres de la défense de la CEI est d’accord pour remplacer le commandement unifié de la CEI récemment aboli par un organe opérationnel sous leur contrôle qui serait dirigé par le général Viktor Samsonov.

5730 août : fin de la visite à Kaboul du président tadjik Rakhmonov, incapacité du gouvernement afghan à contrôler les factions régionales.

5831 août : arrivée à Douchanbé de M. Kittani, envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU.

59fin août : la région frontalière de Darvaz a été reprise par les forces gouvernementales tadjikes. Eltsine menace de retirer ses troupes si le gouvernement tadjik n’entre pas en négociation avec l’opposition.

6018 septembre : le ministre Kozyrey arrive à Douchanbe pour négocier après une visite à Kaboul : la Russie et l’Afghanistan pensent que le conflit tadjik peut être réglé par des moyens politiques.

6124 septembre : 9e sommet de la CEI à Moscou, signature de l’accord sur la formation de forces coalisées de défense sur le territoire tadjik. La frontière tadjiko-afghane a été divisée en zones de responsabilité entre la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Le colonel général Boris Pyankov est proposé à ce poste.

6230 septembre : lettre des ministres des affaires étrangères du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan et de la Russie informant le secrétaire général du Conseil de sécurité de l’ONU de leur décision d’établir une force de coalition de maintien de la paix au Tadjikistan, quotes-part des Etats parties concernant le financement des activités du commandement unifié des forces collectives de rétablissement de la paix.

638 octobre : conférence de presse de Rakhmonov à son retour des USA (26 sept. - 1 oct.) où il a participé à la 48e AG de l’ONU.

6412 octobre : le lieutenant général Alexandre Tymko, chef du staff des troupes des garde-frontières russes critique les Etats d’Asie centrale pour leur manque d’action. Le Kirghizistan et le Kazakhstan annoncent avoir envoyé chacun 500 hommes, l’Ouzbékistan n’a encore rien fait. Négociations de la Russie avec le pouvoir afghan et plusieurs chefs locaux dont le général Dostom.

6518 octobre : Rafsanjani en visite à Tachkent, le président Karimov demande à l’Iran d’aider à une médiation au Tadjikistan.

6625 octobre : lettre de Rakhmonov au secrétaire général du Conseil de sécurité de l’ONU, l’informant que la situation à la frontière se détériore. Il demande de prolonger le mandat de M. Kittani, son représentant au Tadjikistan, ce qui sera accordé, jusqu’au 31 mars 1994. La confrontation armée s’intensifie dans le Gorno-Badakhchan et à Khatlon.

6727 octobre : selon le colonel général Boris Pyankov, commandant des forces de maintien de la paix de la CEI au Tadjikistan, le nombre total des forces armées dans la république se monterait à 25 000 hommes. Elles sont destinées à rester six mois, mais sur la requête des autorités de la république, cette période pourrait être écourtée ou allongée selon la situation socio-politique du moment.

682 novembre : la doctrine militaire russe est approuvée par le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie : premier stade jusqu’en 1996, créer des forces armées plus mobiles qui permettraient de stopper les conflits dans les républiques de l’ex-URSS.

69novembre : le président Karimov reconnaît le rôle déterminant joué par son pays plus encore que par la Russie au Tadjikistan, il souhaite que s’y tiennent rapidement des élections et que la Russie n’acquière pas un poids militaire trop important qui raviverait les tensions.

7012 novembre : les diplomates étrangers estiment qu’il y aurait 5 000 opposants tadjiks armés au nord de l’Afghanistan.

7116 novembre : le ministre des affaires étrangères Andrei Kozyrev a rencontré Islam Karimov, lors d’une tournée en Asie centrale, pour stopper la critique contre Moscou dans les médias ouzbeks. En Grande-Bretagne, Kozyrev déclare que l’Ouest devrait aider la Russie à financer les opérations de maintien de la paix en ex-URSS, que la Russie ne prendrait pas part au conflit tadjik et qu’elle ne pourrait pas maintenir la stabilité au Tadjikistan à long terme.

7218 novembre : la doctrine militaire russe est publiée dans les Izvestija. Le président tadjik Emomali Rakhmonov annonce la fin de la guerre civile. Plusieurs politiciens russes déclarent au contraire que la situation empire et qu’il faut ouvrir des négociations.

7319 novembre : officiellement, il n’y a qu’un bataillon de garde-frontières kazakhstanais et un bataillon de parachutistes officieusement confirmé (500 hommes) qui constituent la force de coalition avec les Russes.

7424 novembre : discours à la radio de Vladimir Zirinovsky dans le cadre de la campagne électorale russe sur la restauration de l’Empire : contre la discrimination des Russes en Asie centrale à cause des « présidents temporaires qui ont temporairement fait sécession… Moscou redeviendra maître de ces terres un jour. »

7529 novembre : la Russie cherche l’aval de la CSCE à Rome dans la mission qu’elle s’est donnée de régler les conflits locaux de l’ex-URSS.

7630 novembre : le général Pyankov dément que ce soit la Russie qui dicte la politique de défense du Tadjikistan : il n’y a pas de dictature russe au Tadjikistan. Si l’armée sous ses ordres est essentiellement russe, le commandement est divisé entre Moscou et les républiques d’Asie centrale. Il estime que le nombre de rebelles tadjiks et leurs alliés oscille entre 7 et 8 000 hommes.

771er décembre : approbation préliminaire conditionnelle de la CSCE à la demande de Moscou d’entériner et de financer ses actes de maintien de la paix.

786 décembre : le gouvernement tadjik n’a toujours pas négocié avec l’opposition armée alors que la Russie lui demande de le faire depuis plusieurs mois. Sa position semble cependant s’assouplir, il accepte la médiation afghane après l’avoir refusée. Des négociations vont sans doute avoir lieu. Avec les représentants de quelles factions ?

79fin décembre 1993 : la situation se dégrade encore à la frontière tadjiko-afghane.