Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Dimensions humanitaires

Le Comité international de la Croix-Rouge et le conflit du Tadjikistan

Jean-Marc Bornet

Texte intégral

1Depuis 130 ans, les délégués du CICR secourent les victimes de conflits sur tous les continents. La souffrance des prisonniers, des civils pris au piège des combats, des populations affamées, des soldats mutilés par des armes parfois interdites leur sont tristement familières. La philosophie de l’aide humanitaire du CICR, comme ses rouages, sont éprouvés. Pourtant, le Tadjikistan, niché au cœur de l’Asie centrale, fut et reste pour le CICR un défi, comme d’ailleurs tous les autres Etats nés de l’ancienne Union soviétique - un défi récent, puisque l’institution n’y est implantée que depuis 1992, un défi en partie surmonté, en raison des activités humanitaires qui ont pu être menées en faveur des victimes du conflit et de ses séquelles, un défi pour l’avenir enfin, au vu des tâches que le CICR espère pouvoir entreprendre.

Le CICR, institution pionnière au Tadjikistan

2C’est en mars 1992 que le CICR a effectué sa première mission au Tadjikistan pour promouvoir l’adhésion de ce pays aux conventions de Genève de 1949 et aux protocoles additionnels de 1977, les deux piliers de l’édifice du droit international humanitaire contemporain.

3En septembre 1992, lorsque les troubles s’aggravèrent au sud du pays, dans la région de Kurgan Tyube, le CICR, très préoccupé par la tournure que prenaient les événements, établit des contacts avec les parties impliquées pour faire connaître sa spécificité, notamment sa neutralité, ainsi que les services qu’il pouvait rendre. C’est au cours de ce mois que Rakhmon Nabiyev fut écarté du pouvoir par les forces de l’opposition.

4Par la suite, les affrontements redoublèrent d’intensité. Désireux d’étoffer ses contacts, dans un pays où il était quasiment inconnu, le CICR participa, en qualité d’observateur, à la réunion du Soviet suprême qui se tint à Khojent, en novembre 1992, réunion au cours de laquelle Emomali Rakhmonov prit la tête de l’Etat.

5A cette époque, le CICR avait dans le pays une présence permanente, mais encore limitée, rattachée à sa délégation régionale de Tashkent. C’est en janvier 1993 qu’il ouvrit une délégation à Douchanbé. Jusqu’en février de cette année, le CICR fut la seule organisation humanitaire présente au Tadjikistan, bientôt rejointe par le HCR, MSF Belgique et MSF Hollande.

6Enfin, en juillet 1993, après plusieurs missions dans la région, le CICR installa temporairement un bureau à Khorog, au Gorno-Badakhshan, qui lui permit notamment de porter secours aux victimes des escarmouches qui eurent lieu en août 1993. C’est la seule organisation humanitaire qui pouvait, à l’époque, franchir la ligne séparant les forces gouvernementales des forces d’autodéfense du Gorno-Badakhshan.

Un cas d’application du droit humanitaire

7Le CICR, rappelons-le, est à l’origine du droit international humanitaire, qui contient des règles relatives à la conduite des hostilités et à la protection des personnes qui ne participent pas ou plus aux hostilités (blessés, naufragés, prisonniers de guerre, population civile). Dès 1863, Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge, avait, en effet, appelé de ses voeux, non seulement la constitution de sociétés de secours aptes à assister les services sanitaires des forces armées sur le champ de bataille - les ancêtres des sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge - mais aussi « quelque principe international, conventionnel et sacré » qui mette à l’abri des tirs les victimes du conflit et le personnel sanitaire qui leur vient en aide.

8Ce droit, le CICR a contribué à son développement et à son interprétation au cours des années. Il a été également chargé par la communauté internationale de veiller à son respect. Aussi est-il souvent confronté, à titre interne, à la délicate tâche de qualifier les situations des pays où il opère afin d’identifier les règles de droit pertinentes.

9Le 13 janvier 1993, le Tadjikistan indiquait, par une déclaration de succession, qu’il se considérait comme lié par les conventions de Genève de 1949 et les protocoles additionnels de 1977. L’applicabilité de l’article 3 commun à ces quatre conventions était ainsi confirmée dans le cadre du conflit qui sévissait à l’intérieur du territoire tadjik. Cette disposition a le mérite de contenir les règles d’humanité les plus fondamentales et donne une base légale aux interventions du CICR ou de tout autre organisme humanitaire impartial, puisqu’elle lui reconnaît le droit d’offrir ses services aux parties en conflit.

Au cœur du mandat du CICR, la protection de ceux qui ne participent pas ou plus aux hostilités

10Dès les premières heures du conflit, le CICR a été préoccupé par le sort de ceux qui avaient déposé les armes et se trouvaient aux mains de l’adversaire ainsi que des civils qui étaient dans les milieux hostiles. Toutefois, c’est surtout son activité dans le domaine des secours alimentaires et médicaux qui a fait connaître l’institution et qui lui a acquis la confiance des autorités ainsi que de la population. Cette assistance a répondu à des besoins immédiats, mais elle a aussi permis au CICR, par les contacts qu’il a eus avec la population dans des régions conflictuelles, d’identifier des problèmes humanitaires d’une autre nature et d’alerter les autorités régionales, voire d’intervenir auprès de ses interlocuteurs à Douchanbé.

11Toutes les activités du CICR, faut-il le rappeler, sont étroitement liées. Lorsque le CICR, dans le cadre de distributions de colis familiaux à des personnes déplacées, entend des allégations d’exécutions sommaires, de mauvais traitements ou de harcèlement, il s’efforce d’obtenir le concours des autorités pour y mettre un terme. Lorsqu’il visite des détenus il peut leur apporter des secours, s’il identifie des besoins qui ne peuvent être satisfaits par le détenteur. Somme toute, l’aide qu’apporte le CICR à un individu est globale, car il ne suffit pas de nourrir un être humain pour lui redonner sa dignité ou de le protéger de mauvais traitements s’il meurt de faim ou dépérit d’angoisse quant au sort de sa famille.

12A titre d’exemple, au Tadjikistan, le CICR s’est particulièrement préoccupé du sort des personnes originaires de la vallée du Garm et du Pamir, retournées plus ou moins spontanément dans leurs villages dans le sud du Tadjikistan. Lorsque les déplacés ont été ramenés chez eux de façon massive et sans que des structures d’accueil appropriées fussent prévues, comme ce fut le cas en mars 1993 pour 8 000 personnes ramenées à Kabodyon, le CICR a fait des démarches auprès des autorités pour solliciter leur intervention. Il a également demandé à celles-ci qu’une solution soit trouvée pour des familles sans abri ou pour que soit éclairci le sort de personnes portées disparues par leurs proches. Ce ne sont là que quelques exemples d’une responsabilité essentielle du CICR, qui a souvent obtenu des autorités civiles et militaires qu’elles expliquent certains cas ou prennent les mesures qui s’imposent.

13La neutralité non seulement proclamée, mais vécue, des délégués du CICR a joué un rôle déterminant à cet égard et a permis au CICR d’exercer ses activités humanitaires dans les deux camps en présence. Son indépendance, en sa qualité d’institution suisse de droit privé, nullement liée à un quelconque gouvernement, et son impartialité envers les victimes lui ont souvent permis de vaincre les résistances qui existent toujours lorsqu’il s’agit d’autoriser une action humanitaire en faveur d’un adversaire.

14Malheureusement à l’heure où ces lignes sont écrites, le CICR n’a pas encore obtenu un accès généralisé, selon ses critères, aux personnes arrêtées en raison des événements survenus au Tadjikistan. Ces critères sont les mêmes dans tous les pays où le CICR exerce ses activités : avoir accès à tous les détenus relevant de son mandat et pouvoir les enregistrer, être autorisé à se rendre dans tous les lieux de détention et à répéter de telles visites, pouvoir enfin s’entretenir sans témoin avec les prisonniers.

15Au Tadjikistan, dès janvier 1993, la délégation a entrepris des démarches auprès du ministère de l’Intérieur (MVD) et du Comité National de Sécurité (KNB), pour pouvoir visiter les détenus arrêtés en relation avec le conflit. Les premières visites ont dû être interrompues en raison d’un écueil lié à la législation nationale : le CICR pouvait avoir un accès généralisé aux détenus condamnés, mais pas à ceux qui se trouvaient en détention préventive pour lesquels une autorisation individuelle de visite devait être sollicitée du juge d’instruction.

16Le CICR est actuellement en discussion à ce sujet avec les plus hautes autorités de l’Etat. Il espère qu’une solution positive pourra être trouvée et qu’il sera en mesure de visiter les personnes détenues au Tadjikistan, comme il le fait dans maints autres pays dotés d’une législation similaire : la Fédération de Russie (détenus dans le cadre du conflit de 1992 entre Ossètes et Ingouches et des affrontements de la Maison Blanche d’octobre 1993), l’Arménie et l’Azerbaïdjan (conflit du Haut-Karabakh), la Géorgie (conflit abkhaze), Moldova etc.

17De telles visites ont un but strictement humanitaire, celui de s’assurer du traitement et des conditions de vie des détenus. Elles ne confèrent aucun statut juridique aux personnes arrêtées. Enfin, en raison de la spécificité du CICR, dont l’activité traditionnelle dans le domaine de la détention a été reconnue par la communauté internationale depuis maintes années, une exception à la législation devrait pouvoir être décidée par le Soviet Suprême. Pour mémoire, les premières visites du CICR à des détenus de sécurité remontent à 1917, en Hongrie.

18A l’avenir, le CICR entend poursuivre ses contacts à Douchanbé, afin de faire valoir l’utilité d’un regard extérieur objectif, réputé pour son indépendance, sur la situation des détenus arrêtés en relation avec le conflit. Cet appui aux autorités, se ferait, comme à l’accoutumée, dans la plus grande discrétion. Les rapports du CICR n’ont, en effet, pas pour but de juger positivement ou négativement le comportement du détenteur, mais de l’aider à assumer ses responsabilités dans un domaine délicat.

Urgence et développement

19Dans les conflits actuels, les populations civiles sont toujours les plus touchées et ceci en raison du caractère indiscriminé des combats ainsi que de l’emploi d’armes perfectionnées. Le CICR apporte donc aux civils qui ne participent pas aux hostilités une assistance d’urgence, alimentaire et médicale, destinée à subvenir à des besoins aigus. C’est une aide temporaire, pour permettre aux personnes affectées par le conflit de passer un cap difficile. De tels programmes visent particulièrement les personnes qui vivent dans des conditions de sécurité précaires dans le milieu où elles se trouvent.

20Au Tadjikistan, le CICR a apporté des secours importants aux personnes déplacées, notamment entre décembre 1992 et mai 1993, que ce soit dans la vallée de Garm, à Douchanbé ou dans le sud du pays. Il a également fourni de la nourriture à la cuisine populaire d’un centre de transit pour personnes déplacées à Douchanbé. Pour cette période, l’assistance du CICR a atteint 2 100 tonnes métriques pour 860 000 bénéficiaires. L’action du CICR au Badakhshan a été, elle, plus tardive et assez modeste, principalement en raison du partage des tâches avec la fédération (la situation au Badakhshan était qualifiée de non conflictuelle) et de la présence de la fondation Aga Khan.

21A titre d’illustration, dans la période de décembre 1992 à mars 1993, le CICR a distribué à 35 000 personnes déplacées vivant dans des centres à Douchanbé des colis familiaux, habits, chaussures, couvertures et tentures en plastique. Les 30 000 autres personnes hébergées par leurs familles ont pu également bénéficier d’un soutien alimentaire du CICR distribué avec l’aide de la Société nationale. Autre exemple, à cette même époque, le CICR a donné du blé et des colis familiaux à plus de 270 000 personnes déplacées vivant à proximité de la frontière afghane, et cela principalement dans la région de Kumsangir. Enfin, en novembre 1993, dans l’oblast de Hatlon, le CICR a complété le programme de reconstruction de maisons du HCR par la distribution de bâches en plastique, qui ont permis aux bénéficiaires de faire des toits pour se protéger des intempéries.

22Pour mener à bien de tels projets, le CICR a été confronté à plusieurs défis : d’abord des obstacles pratiques dus à des difficultés d’acheminement des secours, qui étaient envoyés directement de Kiev. Mettre sur pied, sur le plan logistique, des opérations d’une grande ampleur, dans un contexte culturel inconnu, n’a pas été une tâche aisée.

23Ensuite, il s’est assez vite avéré que l’appoint nutritionnel que constituaient les colis familiaux pouvait mettre en danger les personnes déplacées auxquelles ils étaient destinés. Certaines denrées contenues dans ces colis avaient dans le contexte tadjik une valeur économique non négligeable, en raison de l’impossibilité de les trouver sur les marchés locaux. En outre, comment faire comprendre aux populations résidentes d’une région que le CICR se préoccupe des personnes déplacées, en qualité de victimes du conflit, et ne leur apporte rien à elles, dont le dénuement pouvait être tout aussi grand ? C’est ce qui a incité le CICR à distribuer du blé à l’ensemble de la population des villages du sud du Tadjikistan où il apportait des secours, les personnes déplacées recevant en sus d’autres biens de première nécessité.

24Enfin, l’urgence est un concept relatif. Sur le continent africain, apporter une assistance alimentaire d’urgence, c’est sauver des vies humaines. Dans le contexte tadjik, comme d’ailleurs dans l’ensemble des pays nouvellement indépendants, l’urgence ne se définit pas en des termes aussi drastiques. Le niveau de vie dans la période antérieure au conflit était supérieur en ex-URSS ; la solidarité locale a eu certains effets positifs. Par exemple les déplacés retournés dans le sud du Tadjikistan ont parfois été relogés dans des familles, ce qui rendait d’ailleurs leur identification difficile. Somme toute, le CICR a été confronté à un dilemme : soit aborder la problématique tadjike avec des concepts façonnés par l’expérience du CICR dans le Tiers-Monde, soit revoir ses critères d’intervention à la hausse. Il a opté pour la deuxième solution.

25Sur le plan médical, le CICR a fourni une assistance médicale à certains hôpitaux qui traitaient des victimes du conflit, notamment des blessés. Il a également mis sur pied dans le sud du Tadjikistan une clinique mobile, qui a permis aux personnes qui craignaient de se faire soigner dans des structures médicales étatiques, pour des raisons de sécurité, d’avoir accès aux soins que requérait leur état. Lorsque le conflit était à son paroxysme, il est intervenu auprès des autorités pour que le personnel médical originaire de régions considérées comme hostiles et travaillant dans des structures sous le contrôle du gouvernement, soit protégé, voire évacué en cas de danger. Dans tous les domaines d’activité du CICR, la protection des individus reste une préoccupation centrale.

26Sur le plan médical, le CICR a rencontré au Tadjikistan le même type de défi que sur le plan alimentaire : comment expliquer à des médecins dans des hôpitaux démunis de tout que l’assistance du CICR est avant tout destinée aux blessés de guerre et donc limitée ? Ce n’est que dans des contextes de blocus ou dans des régions auxquelles, en raison du conflit, le CICR est le seul à avoir accès, qu’il distribue des médicaments de base, pour des urgences non liées au conflit. Il ne le conçoit guère là où le concours d’autres institutions humanitaires, telles que MSF, peut être sollicité. Pourtant, les besoins sont immenses, en raison de l’effondrement de l’économie et des canaux d’échange, perturbation engendrée par la dissolution de l’Union soviétique. Mais comment le CICR, à lui seul, pourrait-il faire face à tant de besoins, qui sont actuellement liés non pas à la situation postconflictuelle, mais à l’état de développement du pays ?

27Au Tadjikistan, le CICR s’est trouvé face à un paradoxe : les hôpitaux étaient bien dotés de médecins, mais ceux-ci n’avaient pas de moyens. Le secteur médical privé était inexistant. Il s’agissait de comprendre les méandres de l’administration et de surmonter les difficultés de communication. Enfin, il fallait éviter toute duplication d’efforts avec MSF. L’action médicale du CICR lors de la phase d’urgence a certainement contribué à son renom dans le pays. Elle est actuellement pratiquement en veilleuse, la situation s’étant normalisée dans le pays.

L’enseignement par action

28Pour pouvoir agir, il faut être connu et, dans un contexte conflictuel, respecté. Il importe qu’à chaque barrage érigé sur les routes, la Croix-Rouge soit un signe familier aux combattants qui le contrôlent, qu’il s’agisse des forces armées officielles, de milices indépendantes comme celles qui ont existé dans le sud du Tadjikistan ou de forces d’opposition. La Croix-Rouge doit être un symbole de neutralité et d’impartialité ; non seulement la possibilité d’atteindre les victimes en dépend, mais la sécurité, voire la vie, des délégués du Comité international est en jeu.

29Pour attendre des soldats un comportement conforme aux règles du droit international humanitaire, il faut non pas le leur avoir « enseigné », mais avoir suscité en eux une prise de conscience : celle que le respect de normes humanitaires et l’autolimitation dans la conduite des hostilités ne sont pas incompatibles, loin de là, avec les exigences militaires. La terreur est un moyen de guerre dont le succès ne se mesure qu’à courte durée et qui jette l’anathème sur ceux qui s’y livrent. Elle détruit, à plus long terme, toute possibilité de réconciliation. Quant aux armes qui causent des souffrances excessives, auxquelles, dès 1868, dix-sept Etats se sont engagés à renoncer en signant la déclaration de Saint-Pétersbourg, ces armes ne devraient plus avoir droit de cité dans les conflits contemporains.

30Ces messages, que le CICR diffuse sur tous les continents, les délégués du CICR au Tadjikistan en ont aussi été les porteurs. Dès le début de l’action, ils ont utilisé toutes les occasions qui s’offraient de faire connaître la nature, les buts et les principes de l’action du CICR, que ce soit dans des enceintes officielles - à cet égard, la présence du CICR à la réunion du Soviet Suprême à Khodjent, en novembre 1992, a joué un rôle capital - ou auprès de particuliers. La télévision a été un relais privilégié au cœur du conflit. Les publications du CICR en russe ont été largement distribuées.

31L’année 1993 aura d’ailleurs été marquée par un important investissement en moyens humains et financiers, pour que des brochures, dépliants et affiches de l’institution soient imprimés en russe, à destination de tous les Etats nouvellement indépendants.

32Le défi est de taille car le droit international humanitaire - son contenu, si ce n’est son existence même - est largement méconnu dans toute l’ex-Union soviétique. L’intérêt est toutefois très grand, comme le CICR a pu le constater lors d’un symposium destiné à des représentants de haut niveau des forces armées tenu à St-Pétersbourg en décembre 1993, manifestation à laquelle ont été représentés trente-deux Etats, dont le Tadjikistan.

33En 1993, le CICR a surtout cherché à se faire connaître au Tadjikistan. L’année 1994 devrait voir se concrétiser des projets de diffusion du droit international humanitaire aux forces armées.

Une collaboration croissante avec le Croissant-Rouge au Tadjikistan

34Le CICR fait partie du mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, auquel appartiennent également la fédération et les Sociétés nationales reconnues de 161 pays. Originellement, les Sociétés nationales furent créées pour seconder les services de santé militaires ; depuis la première guerre mondiale, elles se sont tournées vers de nouvelles activités, réalisables aussi en temps de paix, telles que l’assistance aux personnes âgées et handicapées, la formation de personnel médical, les premiers secours, la transfusion sanguine, et bien d’autres activités encore.

35L’alliance des sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge de l’URSS était l’une de ces sociétés, qui s’est dissoute à la même époque que l’« empire » soviétique. Ses anciennes branches, telles que le Croissant-Rouge du Tadjikistan, ont néanmoins poursuivi leurs prestations en faveur des plus démunis, notamment les services rendus aux personnes âgées et isolées par des infirmières à domicile. Très liées, à l’époque communiste, aux services de santé gouvernementaux, ces sociétés vivent actuellement pour la plupart, une période de transition.

36Pour devenir à part entière membres du mouvement, auquel elles participent déjà de facto, ces sociétés doivent remplir un certain nombre de conditions établies par une Conférence internationale de la Croix-Rouge en 1948. Le CICR s’est vu confier la tâche de vérifier la conformité des Sociétés nationales candidates à ces conditions.

37C’est la raison pour laquelle il suit avec beaucoup d’attention les activités du Croissant-Rouge tadjik, auquel il a apporté son appui, en particulier dans trois domaines : la formation de ses cadres, l’acquisition d’une plus grande autonomie à l’égard des pouvoirs publics et le renforcement de sa capacité opérationnelle. C’est ainsi que le CICR aide actuellement la société à s’initier à la méthodologie d’une action de recherche, pour remettre en contact des familles séparées par un conflit. Il est également intervenu auprès des autorités pour qu’elles s’engagent à respecter l’indépendance du Croissant-Rouge. Enfin, il a associé ce dernier à certains programmes de secours à Douchanbé et à Kurgan Tyube, collaboration qu’il vient de reprendre après quelques mois d’interruption.

38Si le CICR peut apporter un soutien limité à la société dans certains domaines, il a le privilège de bénéficier de l’appui d’un partenaire local dont la connaissance du milieu culturel est un atout. Lorsque le CICR a fait ses premiers pas au Tadjikistan, l’appui du Croissant-Rouge tadjik a été d’un précieux secours, notamment auprès des autorités. L’année 1994 devrait permettre un renforcement de cette coopération, en étroite liaison avec la Fédération internationale des sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge qui, au cours de ces derniers mois, a été présente dans les régions non conflictuelles du pays, à partir de sa délégation à Almaty.

Vers une réorientation de l’action du CICR au Tadjikistan

39La présence du CICR au Tadjikistan a connu plusieurs phases : la première, d’urgence, consista en une distribution massive de biens alimentaires aux populations fuyant les combats, assortie de démarches pour que soit respectée l’intégrité physique et morale des personnes qui ne prenaient pas part aux hostilités.

40Lors de la seconde phase, le CICR a fourni une aide matérielle aux personnes déplacées retournant dans leur lieu d’origine et totalement démunies, en collaboration avec le HCR qui a concentré son assistance sur les réfugiés tadjiks revenant des camps d’Afghanistan. Là encore, la sécurité de ceux qui retournaient chez eux était au cœur des préoccupations du CICR.

41Enfin, la troisième phase, celle que nous vivons, pourrait être qualifiée de « posturgence ». Le Tadjikistan a surtout besoin actuellement d’une aide en matière de développement et d’autres organismes ont déjà pris le relais ou sont prêts à le faire : PAM, PNUD, fédération, HCR, UNICEF, Fondation Aga Khan. Le CICR prévoit donc de diminuer le volume de ses activités au Tadjikistan, notamment en ce qui concerne les secours alimentaires et médicaux.

42Les séquelles du conflit n’ont pas disparu pour autant et l’accès du CICR aux personnes détenues au cours de ces événements reste une priorité pour l’institution, de même que la protection de la population civile et la diffusion du droit international humanitaire.

43De tels objectifs constituent un grand défi : il est plus facile de distribuer des secours que d’intercéder pour des personnes affectées par le conflit ou de faire connaître des règles de comportement à des combattants. Cette dialectique entre les secours et la protection des individus est un vieux débat au CICR, qui a toujours privilégié la protection, tout en sachant qu’elle était souvent inséparable de l’assistance.

44Mais ne l’oublions pas : au-delà des mots, il y a des êtres humains, tels ces enfants d’Afghanistan venus au Tadjikistan que les délégués du CICR essaient de remettre en contact avec leurs parents, telles ces femmes retournées dans leurs villages auxquelles le CICR procure un toit, tels ces hommes portés disparus sur le sort desquels le CICR attire l’attention des autorités. Puisse l’action du comité contribuer à promouvoir un esprit de concorde et de tolérance pour les générations futures : tel est notre voeu le plus cher.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable