Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Le conflit

Tadjikistan : catalyseur ou anticorps pour les États voisins d’Asie centrale1 ?

Shirin Akiner

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduit de l’anglais par Lene Madsen.
  • 2 Pendant la période soviétique, ces cinq républiques étaient désignées sous le nom de « Moyenne Asie (...)

1Les Etats d’Asie centrale du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan, du Turkménistan et d’Ouzbékistan constituent, tout du moins superficiellement, un groupement naturel sur les plans politique, économique et culturel2. Un examen plus approfondi révèle de nombreuses divergences, mais la contiguïté et un héritage historique partagé ont créé une communauté d’intérêts. Dans certains domaines, une interdépendance inhérente a même fait surface, qui atteste d’un niveau élevé de coopération régionale. Les agitations actuelles au Tadjikistan sont inévitablement source d’inquiétude pour les voisins de ce dernier, non seulement en raison d’un possible effet de “spillover” en terme de conflits factieux, mais parce que ces agitations exacerbent les problèmes économiques et causent une propagation de la misère humaine, laquelle représente une menace potentielle, directe ou indirecte, à la stabilité régionale. La complexité des liens unissant ces Etats est telle que ces derniers ne peuvent être étudiés séparément, mais doivent être situés à la fois dans un contexte historique, et dans le contexte contemporain de la lutte politique interne, avec le jeu des intérêts ethniques et claniques qu’il comporte. Il ne nous appartient pas ici de fournir une étude exhaustive de ces problèmes, mais il est nécessaire de rappeler brièvement les points saillants, en guise d’introduction à une discussion plus vaste des répercussions régionales que pourrait avoir la crise tadjike.

Contexte historique

2L’histoire du Tadjikistan est inextricablement liée à celle de l’Ouzbékistan, car pendant des siècles les deux pays ont formé un seul espace culturel et économique. Les plus anciens habitants de la région étaient probablement des peuples iraniens de l’est ; leurs descendants se trouvent encore dans les montagnes du Pamir. Plus tard vinrent des groupes iraniens de l’ouest qui colonisèrent les vallées et oasis de Transoxiane, environ 2 000 ans av. J.-C. Cette région, à la périphérie externe du monde iranien, fut sous le joug, bien que nominalement, des Achéménides, du vie au ive siècles av. J.-C. Un élément hellénistique fut introduit avec la conquête de la région par Alexandre le Grand, en l’an 330 av. J.-C. Par la suite, la moitié orientale de l’Asie centrale du sud (correspondant actuellement à l’Ouzbékistan et à la majeure partie du Tadjikistan) fut incorporée à l’Etat gréco-bactrien. Au iiie siècle ap. J.-C., la dynastie sassanide réinstaura l’hégémonie iranienne en Asie centrale du sud, mais à la fin du ive siècle, la région tomba aux mains des Huns Blancs (ou Hephthalites), un peuple de nomades du nord. La première incursion des Turcs en Asie centrale eut lieu au milieu du vie siècle. Par la suite, et pendant presque 1 000 ans, des peuples turcs continuèrent d’affluer vers la région, qui en conséquence finit par être baptisée Turkestan (autrement dit le « pays des Turcs »).

3Les Turcs se trouvant au nord (le Kazakhstan et le Kirghizistan d’aujourd’hui) et au sud-ouest (l’actuel Turkménistan) demeurèrent nomades, mais ceux du centre, en Transoxiane et en Ferghana (correspondant approximativement à l’Ouzbékistan et au Tadjikistan de l’ouest) se sédentarisèrent. Sur les plans culturel et linguistique, ils étaient fortement influencés par l’ancienne population iranienne. A terme, ces deux mondes turc et iranien fusionnèrent pour créer une culture spécifique et bipolaire. En règle générale, le Persan demeura la première langue dans les domaines de l’administration, de la science et de la poésie, mais les langues littéraires turques étaient également d’usage courant. Le choix des vecteurs linguistiques n’était pas dicté par des critères ethniques (concept propre au xxe siècle), mais par des considérations de style ; le bilinguisme et même le multilinguisme étaient de mise dans cette région, traditionnel point de rencontre de différents peuples et cultures.

  • 3 Voir History of Bukhara par Narshaki, traduit par R., Frye, Medieval Academy of America, Cambridge (...)

4Les Arabes introduisirent l’Islam en Asie centrale vers le milieu du viie siècle. La nouvelle religion se répandit rapidement parmi les peuples du sud, tant chez les Iraniens que chez les Turcs. Les villes de Transoxiane devinrent des centres de renom pour la science et la culture islamique ; des savants tels qu’Avicenne, al-Biruni et al-Farabi, bien que centrasiatiques de naissance, appartenaient par leur éducation au monde du Califat. C’est en cela que résidait l’héritage réel et durable des conquérants arabes. La domination purement physique fut par contraste de courte durée. Suite à la phase initiale de conquête, les Arabes nommèrent des Iraniens de Khorassan aux postes de gouverneurs locaux. C’est l’une de ces familles, celle des Samanides, qui établit un empire indépendant en Transoxiane, en 8753. Basés à Bukhara, ils étendirent leur puissance sur une grande partie de ce qui correspond actuellement à l’Ouzbékistan, au Tadjikistan, et à une partie de l’Afghanistan. Les Samanides furent renversés par les Karakhanides turcs en 999, et dès lors, le pouvoir politique allait rester aux mains d’une suite de dynasties turques.

  • 4 Bukhara, le khanat le plus grand et le plus puissant des trois, émergea durant le xvie siècle ; Khi (...)

5Les Ouzbeks, descendants de tribus turco-mongoles de la Horde d’or, s’établirent pour la première fois en Transoxiane à la fin du xve siècle. Ils devinrent par la suite la puissance dominante de la région. Au milieu du xviiie siècle, trois khanats ennemis s’étaient formés dans le sud de l’Asie centrale : Khiva, Bukhara et Kokand4. Tous trois étaient à dominance ouzbèke, bien qu’hétérogènes sur le plan ethnique. La population persane (c’est-à-dire tadjike) était répartie dans les deux derniers khanats : le territoire de Bukhara, qui s’étendait dans le sud jusqu’au Badakhshan et en Afghanistan, incluait Kurgan-Tyube, Kulyab et Garm. Kokand, au nord, comprenait Khod-zhent et Ura-Tyube. Au xixe siècle, les armées tsaristes conquirent l’Asie centrale. Bukhara perdit une partie de son domaine (dont Samarkand), mais resta officiellement indépendant. Kokand en revanche, fut annexé et tomba aux mains de la Russie. Ainsi, tandis que les Tadjiks du nord (de Khodzhent, Ura-Tyube et Samarkand) étaient intégrés au gouvernement-général du Turkestan, ceux du sud (de Kurgan-Tyube, Kulyab et du Badakhshan) demeurèrent au pouvoir de Bukhara.

6En 1918, l’emprise soviétique s’étendit sur la majeure partie de l’Asie centrale. La République Socialiste Soviétique Autonome du Turkestan, qui englobait la région de Khodzhent, fut établie au sein de la République Socialiste Soviétique Fédérative de Russie. Bukhara était toujours indépendant officiellement et l’opposition au pouvoir soviétique était virulente dans la partie orientale de l’Etat, dans ce qui constitue aujourd’hui le sud et l’est du Tadjikistan. Cette opposition n’avait pas été totalement réprimée lorsque la République socialiste soviétique autonome tadjike fut créée, en tant que partie de la République Socialiste Soviétique ouzbeke. En 1929, la République autonome fut élevée au rang de république de l’Union, et la région de Khodzhent, laquelle possédait une forte population de langue persane, fut annexée au territoire de la nouvelle république. Samarkand et Bukhara, cependant, dont les habitants étaient également surtout de langue persane, demeurèrent inclus à l’Ouzbékistan.

  • 5 Il est communément admis que le terme est dérivé du sanscrit sarthavaha ou Sarthalaha, « commerçant (...)
  • 6 Selon Aziatskaya Rossiya, vol. 1, Izdanie pereselencheskie upravlenie glavnogo upravleniya zemsleus (...)

7Des considérations ethno-linguistiques dictèrent le façonnement des nouvelles républiques soviétiques. En Transoxiane, où la diversité et l’interpénétration culturelles étaient extraordinaires, ceci était absolument inapproprié. Il était impossible de démêler de façon logique ou constructive la relation symbiotique qui s’était développée tout au long des siècles entre les populations turque et iranienne. Non seulement aucun concept de nationalité ne pouvait servir de définition identitaire, mais les ethnonymes nationaux lancés pendant la période soviétique étaient souvent très ambigus. Les récits européens du xixe siècle établissaient en général une distinction entre d’une part les “Tadjiks”, qui semble-t-il constituaient des communautés assez compactes et distinctes de personnes de langue persane, et d’autre part les “Sarts5”, lesquels comptaient pour la majeure partie de la population turco-iranienne, mixte, bilingue et sédentaire. Les noms désignant les catégories indigènes étaient en général dérivés du nom de leur région. Ainsi, un Samarkandi était « une personne de Samarkand6 ». Un certain nationalisme linguistique et culturel commença de prendre corps à la fin du xixe siècle, en réponse à la naissance de velléités pan-turques dans plusieurs cercles ouzbeks. L’identité moderne tadjike, cependant, est essentiellement un artifice, créé par les Soviétiques à partir d’éléments incohérents, et basé sur une interprétation anachronique de l’histoire.

8La République socialiste soviétique autonome tadjike, telle qu’elle fut créée en 1924, excluait nombre de régions dans lesquelles prédominait la langue persane, et comptait seulement 63 % des personnes définies comme étant tadjikes dans ses frontières. L’annexion de la région de Khodzhent, en 1929, et l’immigration de nombreux Tadjiks de Bukhara et de Samarkand contribuèrent à rétablir la balance, de sorte qu’en 1959, quelque 75 % des personnes se réclamant d’origine ethnique tadjike vivaient au Tadjikistan. Sur les 25 % restants, presque tous continuèrent de résider sur territoire ouzbek. A l’heure actuelle, un million de Tadjiks y vivent encore. Par ailleurs, plusieurs autres groupes ethniques furent englobés dans le Tadjikistan dès sa création, plus particulièrement dans les régions frontalières. Par la suite, durant les années de puissance soviétique, la république connut une immigration considérable, qui accrût la diversité ethnique. C’est ainsi que le Tadjikistan est de nos jours un fragile amalgame de sous-groupes de diverses nationalités.

Population actuelle

  • 7 Un alphabet fut créé pour le shugni, langue du groupe le plus important et l’on tenta de l’enseigne (...)

9Les Tadjiks. Les Tadjiks forment le groupe ethnique le plus important du Tadjikistan et représentent, selon le recensement soviétique de 1989, 62,3 % (environ 3 millions) de la population totale. Toutefois, le terme “tadjik” désigne à la fois les “Tadjiks proprement dits” des régions occidentales, qui constituent la grande majorité de la population tadjike globale, et les « Tadjiks des montagnes » de la région orientale du Badakhshan. Ces derniers sont environ 160 000. Ils sont également appelés « Pamiris » ou encore « Galchahs », surnom péjoratif donné par les autres Tadjiks. Les « Tadjiks proprement dits » parlent une langue iranienne de l’ouest, très proche du persan moderne (le farsi). Les Pamiris du Badakhshan parlent différentes langues iraniennes de l’est dont chacune est inintelligible non seulement pour ceux parlant le tadjik normal, mais aussi pour les autres Pamiris. Ces langues ne possèdent pas de tradition écrite, bien que l’on ait tenté pour certaines d’en développer des versions manuscrites, durant l’ère soviétique7. Il existe cinq groupes principaux de Pamiris : les Shugnis (env. 40 000), les Rushanis (env. 19 000), les Wakhanis (env. 16 000), les Bartangis (env. 8 000), les Yazgulemis (env. 5 000). A l’ouest, tout de suite au nord de Douchanbé, sur le fleuve Varzhob, se trouve encore un groupe, petit mais distinctif, celui des Yagnobis. Leur langue, également est-iranienne, ressemble fortement au sogdian ancien. Ce n’est pas une langue écrite. Les « Tadjiks proprement dits » sont des musulmans sunnites de l’école de Hanafi, de même que la plupart des Yagnobis. Les autres sont ismaïliens, comme le sont presque tous les peuples pamiris (convertis durant le xie siècle). Les Ismaïliens sont considérés comme des hérétiques par les musulmans sunnites orthodoxes du Tadjikistan. A la fois parmi les « Tadjiks proprement dits » et les « Tadjiks des montagnes », se sont développées des formations claniques, basées sur des liens de parenté éloignés, et sur l’association à un lieu géographique. Ces clans ont traditionnellement servi de paramètres d’identité et à terme, de fidélité.

10Les Russes. Au début de la domination soviétique, moins de 6 000 Russes se trouvaient au Tadjikistan. Cependant, la situation changea rapidement au cours des décennies suivantes, un nombre grandissant de Russes et de russophones (l’euphémisme servant à couvrir tout une variété de peuples non-indigènes) s’installèrent dans la république pour y exercer les professions de médecins, d’ingénieurs, d’enseignants, d’administrateurs et d’ouvriers qualifiés. La majorité d’entre eux s’établirent à Douchanbé ; les autres, pour la plupart, travaillèrent dans les grands centres industriels de la république. En 1979, la population russe se montait à 400 000 personnes. Depuis, l’exode des Russes est allé croissant. Il s’amorça avant le début des troubles civils, dus en grande partie aux pressions socio-économiques, notamment les crises continuelles du logement et de l’emploi. En 1991, cependant, l’émergence du nationalisme, la propagation du fondamentalisme islamique et l’instabilité politique naissante prêtaient déjà à de réelles inquiétudes. La situation fut exacerbée par l’adoption d’une loi faisant du tadjik la seule langue officielle. Désormais, quiconque souhaitait rester devait en posséder une maîtrise presque parfaite.

11Les Ouzbeks, les Kirghizs, les Turkmènes, et les autres nationalités. Dès son établissement, le Tadjikistan a compris une large communauté d’Ouzbeks. Ces derniers représentent presque 25 % (1,2 million) de la population globale de la république. La plupart d’entre eux vivent dans la province de Khodzhent, au nord. Le recensement de 1989 faisait état de quelques 64 000 Kirghizs au Tadjikistan, pour la plupart concentrés dans les régions limitrophes du Kirghizistan. La population turkmène, située surtout au sud de la république, se montait à 20 000 personnes. Le Tadjikistan compte plus de 70 autres groupes ethniques, dont plusieurs (par exemple les Coréens, au nombre de 13 500 aujourd’hui) furent exilés en Asie centrale durant la période stalinienne. Ils représentent actuellement moins de 5 % de la population totale.

Les structures du pouvoir

  • 8 Toutefois, il est à signaler que l’intelligentsia de langue persane et par la suite la majeure part (...)

12De toutes les républiques créées sous l’ère soviétique, celle du Tadjikistan était la plus artificielle8. Elle englobait des régions qui n’avaient jamais été unies auparavant (elles avaient au contraire été des rivales acharnées), sur la base d’un prétendu lien ethnique. Dans la réalité, ce dernier ne fut jamais suffisamment fort pour l’emporter sur les divisions régionales et claniques, lesquelles étaient accentuées par les jeux de pouvoir de la période soviétique. Le clan de Khodzhent réussit à exploiter la relation qu’elle avait établie avec la Russie durant les années tsaristes (voir le « contexte historique »). Il n’est pas étonnant que précisément ce clan en soit venu à dominer les nouvelles structures du Parti communiste tadjik et pas plus étonnant que la province de Khodzhent (rebaptisée Leninabad, puis à nouveau appelée Khodzhent aujourd’hui), qui représente 18 % du territoire du Tadjikistan et compte 30 % de la population, ait attiré la plus grande part des fonds au développement alloués par Moscou. De nouvelles industries furent créées et le niveau de vie s’accrut considérablement dans cette région. Pendant ce temps, dans le sud, les provinces de Kurgan-Tyube (9 % de territoire, 20 % de la population) et de Kulyab (8 % de territoire, 12 % de la population) demeuraient largement dépendantes de l’agriculture, et surtout de la culture du coton. A l’est, au Badakhshan (qui couvre 44 % du territoire, mais ne compte que 3 % de la population), le niveau de développement était encore plus faible. Ces inégalités alimentaient d’ardents sentiments de jalousie et de rancœur, avivant davantage encore les anciennes rivalités claniques.

13Douchanbé, la capitale, située dans le couloir central divisant le Tadjikistan entre le nord et le sud, fut édifiée pendant la période soviétique, sur les fondations d’une ancienne petite ville marchande. Siège administratif et politique de la république, elle développa une population multiethnique (dès les années 1980, elle comptait 12 % de la population totale de la république). La plupart des Russes étaient établis à Douchanbé, comme l’étaient les émigrants tadjiks de Samarkand et de Bukhara. Les élites intellectuelles et politiques des autres régions du Tadjikistan étaient également bien représentées dans la capitale, et toutes se disputaient le pouvoir et l’influence.

14Ainsi, bien que, et peut-être même parce que Douchanbé n’avait pas de prétention à l’hégémonie, la ville devint le centre des négociations pour le pouvoir politique dans la république. De façon symbolique, la ville joue toujours ce rôle. Cependant, avec la dissolution de l’Union soviétique, l’unité superficielle du Tadjikistan s’est rapidement dissoute pour former, dans les faits, des “khanats” semi-indépendants. L’antagonisme majeur réside entre le nord et le sud, reflétant l’ancienne division présoviétique entre les terres de Kokand et celles de Bukhara, tandis que le Badakhshan, à l’est, menace de faire sécession. Le couloir central a une importance stratégique et c’est pourquoi Douchanbé, et même de petites villes comme Garm, influencent toujours la balance du pouvoir entre ces groupements rivaux. Cependant, la capitale n’a pas d’autorité naturelle, mis à part celle que lui prête la faction au pouvoir. Non seulement le mythe d’une identité tadjike mixte s’est écroulé, semant derrière lui confusion, amertume et rivalités régionales prédatrices, mais l’effondrement de l’autorité étatique a privé les autres « nationalités » des voies normales de représentation et de protection. Elles sont presque littéralement prises entre les deux feux d’un conflit qui ne les concerne pas, mais qui constitue une menace à leur survie même.

Les répercussions politiques et militaires de la crise tadjike

  • 9 Au printemps 1992, en continuation des affrontements civils des places de Shahidon et d’Ozodi, entr (...)

15L’éclatement du conflit civil au Tadjikistan9, faisant suite si rapidement à la désintégration de l’Union soviétique, était pour beaucoup le présage du début imminent d’une conflagration généralisée en Asie centrale. L’optimisme n’était pas de mise, au vu de la situation économique désastreuse, des relations interethniques déjà tendues, des luttes pour le pouvoir entre clans locaux, de l’effondrement soudain de l’autorité centrale. Par dessus tout, l’idéologie qui avait dirigé tous les domaines de la vie durant les soixante-dix dernières années se voyait discréditée du jour au lendemain, laissant derrière elle un immense vide spirituel. Pourtant, malgré ces dangers très réels (et toujours présents aujourd’hui), les quatre autres Etats d’Asie centrale sont demeurés relativement insensibles au traumatisme tadjik. Paradoxalement, le conflit du Tadjikistan a jusqu’à présent eu un effet stabilisateur sur les républiques voisines. Au lieu d’encourager dissentiments et fragmentations, il a renforcé le consensus en faveur du statu quo. Cela reflète la nature très conservatrice de la société d’Asie centrale, laquelle préfère un commandement fort, l'eût-il dur et autoritaire, à l’anarchie. L’exemple salutaire de Tadjikistan rappelait que la confrontation pouvait mener à l’effondrement de l’ordre établi et causer des souffrances inouïes à l’ensemble de la population. Ainsi, loin de constituer une menace pour les élites au pouvoir dans les républiques voisines, la crise tadjike leur fournit la possibilité de consolider leur transformation, cessant d’être des fonctionnaires soviétiques pour devenir des dirigeants nationaux. En effet, la crise leur a permis de rehausser leur réputation, puisqu’ils se sont accrédités pour avoir évité le chaos faisant rage au Tadjikistan. Le fait d’avoir évité une guerre de libération ou autre « rite transitionnel » est considéré comme un exploit, légitimant un succès sinon militaire, du moins politique.

  • 10 Le conflit armé ne s’est pas étendu aux républiques voisines et la question d’une influence idéolog (...)
  • 11 Aziya, 68, 29-30 août 1993, p. 1.
  • 12 Comparer les points de vue dans Pravda, 2 novembre 1993, p. 2, et dans Segodnya, 23 février 1994 ; (...)

16Le conflit au Tadjikistan ne menace pas de façon pressante la sécurité des Etats voisins d’Asie centrale ; néanmoins, l’instabilité régnant près de leurs frontières constitue une source potentielle et imprévisible d’éclatement, et donne nécessairement matière à inquiétude10. C’est pourquoi les républiques voisines ainsi que les autres membres de la CEI se consultent afin de résoudre la situation. En décembre 1992, il fut décidé que l’Ouzbékistan, de concert avec le Kazakhstan et le Kirghizistan, fournirait un bataillon aux troupes majoritairement russes de la force de maintien de la paix au Tadjikistan. Peu de temps après, des avions et hélicoptères de combat ouzbeks prirent part aux offensives contre les forces rebelles tadjikes. En avril 1993 cependant, seul un tiers du contingent ouzbek promis avait vraiment été mis à disposition. Entre-temps, les troupes kirghizs s’étaient déjà retirées du Tadjikistan, après quelques semaines seulement, sous prétexte que leur engagement dans le conflit violait la constitution du Kirghizistan. Les raisons cachées étaient plus probablement un moral des troupes sapé, notamment par le manque d’expérience et une insatisfaction devant leur maigre solde (nettement inférieure à celle des troupes russes). La contribution des troupes kazakhes ne fut pas non plus probante. Stationnées au Badakhshan, elles tentèrent de mettre fin à la contrebande de drogues et d’armes et furent en échange taxées de brutalité par les dirigeants pamiris (accusations non fondées semble-t-il11). Leur disculpation ultérieure ne put effacer les rancunes nées des deux côtés. En août 1993, des efforts supplémentaires furent déployés pour assurer l’engagement actif des républiques d’Asie centrale dans les opérations de maintien de la paix. Les négociations aboutirent sur un certain nombre de points. Entre autres, les Etats signataires devaient assumer une responsabilité collective (mais non individuelle) concernant le respect mutuel de leurs frontières ; tous les Etats d’Asie centrale (sauf le Turkménistan, dont le président refusa de s’associer aux négociations) devaient suivre l’exemple russe et envoyer davantage de troupes et d’armes pour protéger la frontière afghano-tadjike. Cependant, la coordination de telles contributions posa des problèmes pratiques que les autorités militaires eurent beaucoup de mal à résoudre. En outre, il avait été convenu que la force de maintien de la paix devait compter 25 000 hommes, mais (selon des sources russes) au début de 1994, le nombre ne se montait qu’à 7 000. Par ailleurs, la Russie avait du non seulement fournir la majeure partie des hommes et du matériel mais également supporter la quasi-totalité des coûts de maintenance (57 milliards de roubles sur les 65 milliards pour le semestre précédent). Ainsi, malgré la bonne volonté des chefs d’Etats d’Asie centrale (à l’exception du président Niyazov) à participer aux activités de maintien de la paix au Tadjikistan, leur contribution est restée à ce jour symbolique12.

17La complexité de la dimension clanique-régionale du conflit au Tadjikistan échappe dans une large mesure aux autres républiques d’Asie centrale, lesquelles perçoivent le problème en termes d’une confrontation entre laïcisme et fondamentalisme islamique. Après des décennies de pouvoir soviétique, les sentiments sont ambivalents à l’égard de l’Islam. D’un côté, les centrasiatiques sont fiers de leur héritage islamique et se réjouissent de la liberté religieuse retrouvée avec l’indépendance ; mais d’un autre côté, ils apprécient maintenant certains aspects de cette tradition laïque à laquelle ils se sont habitués.

18Il subsiste une crainte, héritée de l’endoctrinement soviétique, de ce que progrès et Islam ne font pas bon ménage. Par conséquent, le soutien est accordé à l’actuel gouvernement tadjik et non aux rebelles.

  • 13 Les liaisons aériennes entre Douchanbe et Tashkent ont été interrompues ; les routes et les chemins (...)
  • 14 Il fut légalisé en automne 1991, mais interdit par le gouvernement du président Nabiyev en mars 199 (...)
  • 15 L’auteur visita la vallée de Ferghana en avril 1994 ; bien qu’un mode de vie islamique recueillît u (...)
  • 16 Voir par exemple le rapport d’Amnesty International Uzbekistan: Clampdown on Dissent, juin 1993. Bi (...)

19La possibilité de voir les insurgés islamistes pénétrer dans les Etats voisins est envisagée sérieusement, surtout en Ouzbékistan, lequel partage avec le Tadjikistan une longue frontière très peu surveillée13. La vallée de Ferghana, vers laquelle convergent les territoires ouzbeks, tadjik et kirghiz est un bastion traditionnel de la résistance musulmane, d’abord au Tsar, puis à l’Union Soviétique. C’est ici qu’apparurent les premiers signes d’une renaissance islamiste, durant les années 1980 (le fameux mouvement “Wahabbi”) ; plus tard la vallée devint l’un des centres du Parti islamique de la renaissance, unique mouvement d’opposition formellement constitué (brièvement légalisé au Tadjikistan14, mais proscrit en Ouzbékistan). Il est impossible de juger du degré de soutien dans la région aux idées fondamentalistes, car les estimations varient fortement et sont à l’évidence très subjectives15. Cependant, des activités s’apparentant à un militantisme islamiste existent clairement et sont évidemment, au regard des convictions d’une grande partie de la population, une source d’inquiétude. Le président ouzbek s’est montré particulièrement clair à propos des dangers du fondamentalisme. Déterminé à écraser ce dernier, il a mis le holà à toute forme de protestation. Les membres de groupes d’opposition laïcistes, tels que Birlik et Erk, ont fait l’objet d’un harcèlement énergique, de même que les islamistes dont les sympathies étaient plus fortes ou différentes de celles autorisées par l’Etat16. Ainsi, indépendamment de ses répercussions passées, présentes ou futures dans les Etats voisins, le conflit tadjik a déjà eu un effet indirect en Ouzbékistan. Il y a affecté le climat politique de façon défavorable, car il a mis en danger le développement d’un système pluraliste et multipartite.

Conséquences économiques et sociales

  • 17 Les frontières les plus perméables sont celles avec l’Ouzbékistan dans les régions de Shaartuz, Tur (...)
  • 18 Des cas de choléra se sont déclarés au Tadjikistan, au Kazakhstan et au Kirghizistan, en été 1993 ; (...)

20L’exode des Russes du Tadjikistan a fait l’objet d’un intérêt certain. La plupart d’entre eux sont retournés en Russie, mais certains se sont réfugiés dans les républiques voisines. Des milliers d’Ouzbeks, de Kirghizs et de Kazakhs ont fait de même17. Pour la plupart, ils ont cherché aide et refuge auprès de parents et d’amis. Les problèmes tels que la pénurie de logement et le coût élevé de la nourriture en ont été aggravé au niveau individuel. Cependant, certains réfugiés n’ont pas même bénéficié de ce maigre secours. C’est ainsi que l’on peut voir des groupes tristes et las se rassembler dans les gares et autres lieux publics, jusqu’à ce que les autorités locales, soit les prennent en pitié, soit perdent patience et les déplacent. Etant donné les problèmes économiques dont souffre actuellement la région, ce flot de réfugiés représente un poids supplémentaire sur des ressources déjà exploitées à leur plein potentiel. Si la situation se dégrade davantage, les réfugiés encourent réellement le risque de violences physiques. Déjà l’on craint qu’ils ne soient porteurs de maladies contagieuses18, et qu’ils gênent la population locale, peut-être en se livrant à de petits larcins ou à des attaques.

  • 19 Communication personnelle d’un fonctionnaire du gouvernement turkmène en février 1993.

21Jusqu’à présent, un seul Etat d’Asie centrale, le Turkménistan, a pris des mesures afin de résoudre le problème des réfugiés : des véhicules de toutes sortes ont été envoyés au Tadjikistan afin de protéger le départ des Turkmènes locaux. Tous sont apparemment de retour au Turkménistan, où ils ont été relogés19.

  • 20 Les documents confirmant la disponibilité en armes sont pour la plupart d’ordre anecdotique, ce qui (...)
  • 21 De nombreux articles ont été publiés sur ce sujet récemment. Izvestiya, 13 septembre 1993, décrit l (...)
  • 22 Un étudiant danois de l’université de Aarhus (nous taisons son nom par souci de confidentialité) qu (...)

22Les problèmes causés par les migrations sont cependant moins graves que ceux engendrés par la recrudescence du trafic de drogues et d’armes20. En Asie centrale, la culture du pavot et du chanvre existe depuis longtemps et l’usage de drogues douces fait partie des habitudes traditionnelles. Néanmoins, ces dernières années ont vu une véritable explosion en matière de narcotiques : le domaine cultivé et l’abus de drogues se sont accrus de façon dramatique. De plus, des drogues sont importées d’Afghanistan et redistribuées vers la Russie, les Etats baltiques, puis acheminées vers l’Europe occidentale. Le Badakhshan, la région la plus pauvre et la moins densément peuplée du Tadjikistan, dépend presque entièrement du trafic de stupéfiants pour sa survie. L’itinéraire le plus populaire semble être celui s’étendant des frontières afghanes jusqu’au Kirghizistan du sud, en passant par Khorog, capitale du Badakhshan. La même route sert au commerce d’armes en tous genres, plus particulièrement de petit calibre, mais également, semble-t-il, d’armes plus lourdes tels que des missiles manuels21. Les garde-frontières, tout comme les forces de maintien de la paix, sont démoralisés, sous-payés et restent pendant de longues périodes sans contact avec leurs postes de commandement. Leur priorité n’est absolument pas d’arrêter les barons de la drogue, lesquels sont armés et contrôlent pratiquement la région, mais d’éviter toute confrontation22.

  • 23 Nezavisimaya gazeta, 2-3 et 5 mars, 1994.

23Certains liens économiques entre le Tadjikistan et ses voisins ont survécu à la crise actuelle. Les Kazakhs ont accepté de lui fournir des céréales, toutefois, en échange de devises lourdes (le Tadjikistan, contrairement aux autres républiques d’Asie centrale, est resté membre de la zone rouble). Pour 1994, le chiffre attendu du commerce avec l’Ouzbékistan est de 140 millions de dollars. Les Ouzbeks se sont engagés à fournir, en vue des semailles du printemps, un lot complet composé de combustible, de machineries, d’engrais et de semence. Mais l’Ouzbékistan continue de faire barrage au matériel roulant entre les deux républiques. Selon un reportage récent paru dans le journal moscovite Nezavisimaya gazeta, plus de 1 000 wagons de marchandises furent saisis à la frontière tadjiko-ouzbeke en février 1994, causant des pertes d’environ 4 milliards de roubles par jour au Tadjikistan23.

Perspectives d’avenir

24Le futur du Tadjikistan paraît sombre. Résultat d’un découpage effectué sur ses voisins, il ne constitua jamais une entité économique viable. Durant la période soviétique, le Tadjikistan était la république la plus pauvre de toutes ; déjà alors, l’expansion démographique intense, surtout dans les régions rurales où le niveau de développement était le plus faible, était source d’inquiétude.

  • 24 II a récemment été fait état de violences commises à Khodzhent, ville peu affectée par la guerre au (...)
  • 25 Voir, par exemple, G. Khaidarov, M. Imonov, op. cit., p. 81.

25Aujourd’hui, tandis que la guerre a dévasté de grandes parties du pays et qu’une grande partie de l’industrie est paralysée par le manque de fournitures, tandis que les espoirs sont maigres d’attirer les investissements étrangers pourtant si urgents pour améliorer la qualité et le niveau de production, seul un miracle pourrait faire renaître la république. L’effondrement économique a exacerbé les tensions ethniques, faisant éclater au grand jour les tendances sécessionnistes latentes. Le Badakhshan déjà a déclaré sa quasi-autonomie. Dans la région de Khodzhent, les Ouzbeks aspirent à une réunification avec l’Ouzbékistan (dont le Tadjikistan faisait partie jusqu’en 192924) ; les heurts avec les Tadjiks ont donné à ces velléités une nouvelle impulsion. De même, les Kirghizs ont des visées sur les régions frontalières du Tadjikistan25. Les chances de survie de la république sont minimes, à moins que ses voisins, par souci de stabilité régionale, ne décident de préserver son intégrité. Une satellisation à l’Ouzbékistan paraît plus probable. C’est pourquoi il semble qu’à terme ce soient les autres Etats d’Asie centrale qui tiennent le destin du Tadjikistan, et non l’inverse. Ce dernier n’a pas servi de catalyseur du changement en Asie centrale, mais d’anticorps, renforçant les tendances conservatrices. Si le conflit civil gagne les Etats voisins, ce sera très probablement dû aux pressions domestiques internes et non à la guerre du Tadjikistan.

Distribution clanique

Distribution clanique

© Copyright : Central Asia Research Forum

© Copyright : Central Asia Research Forum

Notes

1 Traduit de l’anglais par Lene Madsen.

2 Pendant la période soviétique, ces cinq républiques étaient désignées sous le nom de « Moyenne Asie et Kazakhstan » (Srednyaya Aziya i Kazakhstan). Depuis janvier 1993 cependant, le terme « Asie centrale » (Tsentral’naya Aziya) est employé, aux niveaux populaires et officiels, pour désigner les cinq républiques dans leur ensemble.

3 Voir History of Bukhara par Narshaki, traduit par R., Frye, Medieval Academy of America, Cambridge Mass., 1954.

4 Bukhara, le khanat le plus grand et le plus puissant des trois, émergea durant le xvie siècle ; Khiva fut établi plus ou moins pendant la même période ; Kokand, formé environ un siècle et demi plus tard, mena une politique agressive d’expansion territoriale et eut, dès le xixe siècle, la main mise sur un territoire qui s’étendait de la région de Samarkand jusqu’au Turkestan de l’est et aux Pamirs.

5 Il est communément admis que le terme est dérivé du sanscrit sarthavaha ou Sarthalaha, « commerçant » ou « caravanier ». Le terme avait le premier sens dans des ouvrages tels que Divan Lugat at Turk (« Recueil des langues turques ») et Qutadghu Bilig (« Le savoir qui apporte le bonheur »), tous deux datant du troisième quart du xie siècle. Plus tard cependant, les Turcs et Mongols nomades l’employaient pour désigner les commerçants des communes, de langue persane. Par la suite, il vint à désigner les Ouzbeks urbanisés (qui avaient épousé des personnes de langue persane), afin de les distinguer des Ouzbeks ruraux. Voir aussi A.N., Kononov, Istoriya izucheniya tyurkskikh yazykov v Rossii, Leningrad, Nauka, 1982, p. 281; encore V.V. ,Bartol’d, Sochineniya, vol.  I/2, p. 310-14, p. 527. Après l’établissement du pouvoir soviétique, le terme prit un sens péjoratif et son usage se perdit. Le terme “Tadzhik” est d’origine incertaine: certaines autorités le dérivent du perse taj, « couronne » ; d’autres soutiennent que c’était le nom d’une tribu arabe (certains Tadjiks, surtout de la région de Khodzhent, prétendent toujours être les descendants d’émirs et de hodzhis arabes s’étant installés en Asie centrale au Ville siècle, à la suite de l’invasion arabe). A la période médiévale cependant, le terme avait pris le sens général de « négociant ». Au xixe siècle, il servait d’ethnonyme pour désigner les citadins de langue persane.

6 Selon Aziatskaya Rossiya, vol. 1, Izdanie pereselencheskie upravlenie glavnogo upravleniya zemsleustroistva i zemledeliya, St. Petersbourg, 1914, p. 177-78, quelques 500 000 Tadjiks se trouvaient à Bukhara, 400 000 dans la province de Samarkand à cette époque.

7 Un alphabet fut créé pour le shugni, langue du groupe le plus important et l’on tenta de l’enseigner dans les écoles ; cependant, le projet fut abandonné en 1938. Des grammaires et des textes apparurent pour les deux autres langues pamiris, le wakhi et le bartangi, dans les années 1970.

8 Toutefois, il est à signaler que l’intelligentsia de langue persane et par la suite la majeure partie de la population, étaient indubitablement fières de posséder leur propre république, quels qu’en fussent ses défauts. Comme le formula un écrivain : « Les Tadjiks, qui avaient précédemment perdu leur souveraineté, furent réunis sous le règne soviétique en un seul Etat national. » R.M., Masov, Istoriya istoricheskoi nauki i istoriografiya sotsialisticheskogo stroitel’stva v Tadzhikistane, Douchanbe, Donish, 1987, p. 8.

9 Au printemps 1992, en continuation des affrontements civils des places de Shahidon et d’Ozodi, entre d’une part le gouvernement et d’autre part les sympathisants du Parti islamique de la renaissance et du Parti démocrate.

10 Le conflit armé ne s’est pas étendu aux républiques voisines et la question d’une influence idéologique est discutable. La lutte est restée localisée, ce à un degré presque surprenant. Même à l’intérieur du Tadjikistan, certaines régions ont à peine été touchées par la guerre. Le risque d’une escalation existe indubitablement. Cependant et ainsi qu’exposé plus bas, d’autres conséquences de cette guerre toujours en cours constituent une menace pour la région.

11 Aziya, 68, 29-30 août 1993, p. 1.

12 Comparer les points de vue dans Pravda, 2 novembre 1993, p. 2, et dans Segodnya, 23 février 1994 ; le premier décrit en termes confiants les forces de maintien de la paix du Kazakhstan, du Kirghizistan et de l’Ouzbékistan ; le second peint une image très différente, affirmant que la Russie soutient le plus l’on de l’opération.

13 Les liaisons aériennes entre Douchanbe et Tashkent ont été interrompues ; les routes et les chemins de fer font l’objet de contrôles et de retards fréquents. Le président d’Ouzbékistan Islam Karimov a comparé la situation au Tadjikistan à une bombe à retardement pouvant exploser à tout instant. Il soutient que les conséquences pourraient être plus graves que la situation actuelle au Nagorno-Karabakh. Il a réitéré ses mises en garde si souvent qu’il est parfois soupçonné (tant par les étrangers que par les Ouzbeks) de s’en servir comme moyen politique afin de légitimer chez lui la répression des groupes d’opposition de tous bords, laïcistes ou islamistes. En effet, les sources gouvernementales ouzbèkes se sont sensibilisées à ce sujet et reconnaissent les critiques à cet égard (comme par exemple dans la brochure bibliographique en anglais sur Islam Karimov, autorisée et récemment publiée). Voir aussi Ci. Khaidarov, M. Ino-mov, Tajikistan: tragedy and anguish of the nation, St. Petersbourg, Linko, 1993, p. 84.

14 Il fut légalisé en automne 1991, mais interdit par le gouvernement du président Nabiyev en mars 1992, en même temps que trois autres partis de l’opposition (le Parti démocrate, La’li Badakhshan et Rastokhez).

15 L’auteur visita la vallée de Ferghana en avril 1994 ; bien qu’un mode de vie islamique recueillît un soutien considérable et indubitable dans des villes telles que Andizhan et Namangan (quelques femmes y étaient totalement voilées), le « boom » religieux des années 1990-1991 s’était clairement apaisé. Il en paraissait de même à Tashkent, y compris dans la vieille ville. Des mosquées combles deux ans auparavant étaient maintenant à moitié vides.

16 Voir par exemple le rapport d’Amnesty International Uzbekistan: Clampdown on Dissent, juin 1993. Birlik et Erk furent tous deux interdits en 1993.

17 Les frontières les plus perméables sont celles avec l’Ouzbékistan dans les régions de Shaartuz, Tursunzade et Denau-Khodzhent. Des points de passage existent également à la frontière du Kirghizistan, surtout dans la région d’Osh.

18 Des cas de choléra se sont déclarés au Tadjikistan, au Kazakhstan et au Kirghizistan, en été 1993 ; l’on craignit une propagation encore plus importante mais celle-ci ne se produisit pas. Aziya, 68, 29-30 août 1993, p. 1, rapporta que la maladie était venue au Tadjikistan depuis l’Afghanistan.

19 Communication personnelle d’un fonctionnaire du gouvernement turkmène en février 1993.

20 Les documents confirmant la disponibilité en armes sont pour la plupart d’ordre anecdotique, ce qui ne les rend pas nécessairement inexacts. Un exposé relativement détaillé du matériel militaire disponible actuellement (fusées Stinger, mitrailleuses israëliennes Uzi, fusils automatiques américains M-16, grenades et lance-grenades chinois) nous est fourni dans l’ouvrage de G. Khaidarov et M. Imonov, op. cit., p. 42 : il prend parti pour le gouvernement tadjik, mais il contient des données intéressantes.

21 De nombreux articles ont été publiés sur ce sujet récemment. Izvestiya, 13 septembre 1993, décrit la campagne menée contre les stupéfiants, « l’opération pavot », qui tente de mettre un terme à la culture du pavot dans la région. Moskovskie novosli, 37, 12 septembre 1993, détaille à la fois les itinéraires suivis par les trafiquants de drogue et les tarifs pratiqués. Ces derniers augmentent de façon astronomique à mesure que l’on s’éloigne du lieu de production; ainsi, un gramme d’opium coûte 200 roubles à Khorog, Badakhshan, 1 000 à 1 500 roubles à Osh, 3 000 roubles à Bishkek.

22 Un étudiant danois de l’université de Aarhus (nous taisons son nom par souci de confidentialité) qui voyagea longuement au Tadjikistan durant l’été 1993, rapporta qu’au Badakhshan le commerce de l’opium constituait l’unique source de revenu pour la population. Les camionneurs contrôlaient véritablement la région, apportant les (maigres) approvisionnements de base en huile et en farine et emportant la drogue sur le chemin du retour. Ils étaient pesamment armés ; qui plus est, personne n’osait les défier, de peur de perturber cette arrivée de biens essentiels.

23 Nezavisimaya gazeta, 2-3 et 5 mars, 1994.

24 II a récemment été fait état de violences commises à Khodzhent, ville peu affectée par la guerre auparavant (voir, par exemple, le reportage dans Charoghi ruz, n° 2 (71) m 1993, p. 3). Ce serait, selon une théorie, l’oeuvre de prétendus sécessionnistes. Cependant, étant donné l’anarchie généralisée régnant dans la région, n’importe qui aurait pour ainsi dire pu être responsable.

25 Voir, par exemple, G. Khaidarov, M. Imonov, op. cit., p. 81.

Trafic de la drogue

Table des illustrations

Titre Distribution clanique
Légende © Copyright : Central Asia Research Forum
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende © Copyright : Central Asia Research Forum
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteur