Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Le conflit

Le conflit du Tadjikistan : convoitises et enjeux régionaux. Le rôle de l’Afghanistan, du Pakistan et de l’Iran

Mohammad-Reza Djalili et Frédéric Grare

Texte intégral

1Depuis son accession à l’indépendance, le 9 septembre 1991, (la souveraineté de l’Etat ayant été proclamée en juin 1991), le Tadjikistan vit une période de transition très douloureuse marquée par une série de crises politiques qui se sont traduites par une division du peuple tadjik en clans rivaux et antagonistes, une intervention étrangère essentiellement russe et ouzbèke, et une guerre civile qui a fait de ce pays le lieu privilégié des affrontements politico-idéologiques qui traversent la région.

2Après la Russie et les républiques centre-asiatiques de l’ex-URSS, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran sont évidemment, bien que pour des raisons différentes, les pays les plus concernés par l’évolution de la situation au Tadjikistan.

  • 1 Sur cette « ouverture » de l’espace centre-asiatique voir, DJALILI Mohammad-Reza, « Caucase et Asie (...)

3Nous tenterons de démontrer dans cet article que si l’on excepte les interférences russes et ouzbèkes, - qui semblent aujourd’hui encore relever davantage de la politique intérieure de l’ex-URSS que de relations véritablement interétatiques -, « l’internationalisation » du conflit tadjik reste limitée. Mais ces interférences témoignent dans le même temps de la renaissance d’un espace centre-asiatique qui n’est désormais plus un espace clos1.

4Cette étude tentera de mettre en évidence les fondements et les articulations des politiques de l’Afghanistan, du Pakistan et de l’Iran à l’égard du Tadjikistan et s’efforcera de montrer les contradictions d’intérêts qui existent entre ces trois pays, ainsi que l’évolution des rapports de force dans la région, à travers la complexité des événements.

L’Afghanistan

5Entouré par le Pakistan à l’est et l’Iran à l’ouest, bordant au nord l’Asie centrale sur près de 2 000 kilomètres, l’Afghanistan est le seul des trois Etats concernés par cette étude ayant une frontière commune avec le Tadjikistan. Sa situation géographique en fait pour l’Iran et le Pakistan un point de passage obligé et partiellement - l’Iran possède une frontière commune avec le Turkménistan - la clé de leurs ambitions centre-asiatiques.

6Il existe par ailleurs une continuité ethnique, culturelle et religieuse entre les populations de l’Afghanistan et celles du Tadjikistan. Les mêmes Tadjiks et Ouzbeks vivent de part et d’autre de la frontière, dont un certain nombre d’entre eux a été poussé là par la répression qui suivit en Asie centrale l’écrasement des Basmatchi. (Fuyant le régime de Douchanbe, quelques réfugiés tadjiks rejoignirent récemment des proches vivant de l’autre côté de la frontière depuis quelques générations.)

7De nombreuses similitudes existent entre les deux pays du point de vue de la structure sociale clanique et tribale. La division est un trait commun aux sociétés tadjike et afghane. Elle est accentuée au niveau inférieur par la fragmentation en réseaux de solidarité plus restreints. Ceux-ci recouvrent des réalités multiples allant du clan, de la communauté villageoise à l’ethnie ou à la tribu, chaque groupe constituant en lui-même une véritable communauté, se vivant comme un ensemble intégré, à la tête duquel se trouve généralement en Afghanistan un chef traditionnel, le Khan. Ce dernier dispose d’un pouvoir d’influence reposant essentiellement sur sa disponibilité, sa générosité, et donc nécessairement sur sa fortune, ce qui crée un système de relations client/patron ayant pour corollaire une corruption endémique.

8Au Tadjikistan, soixante-dix ans de pouvoir soviétique ont partiellement laminé l’autorité des chefs locaux et renforcé le rôle du pouvoir central. En Afghanistan au contraire, ce phénomène de fragmentation a été renforcé par près de quinze années de conflit. L’élimination des dirigeants traditionnels par les régimes successifs d’Hafizullah Amin et de Babrak Karmal, le choix des chefs de la résistance hors des réseaux traditionnels de pouvoir, la guerre civile qui suivit le retrait des Soviétiques, et qui voit les chefs des partis issus de la résistance se disputer le pouvoir à Kaboul, ont conduit à une totale dissolution des structures de l’Etat et à la multiplication des centres de pouvoir. Ce phénomène, joint à la dépendance de chacune des parties vis-à-vis de l’extérieur, a permis leur manipulation par les acteurs régionaux qui s’en sont servis comme autant d’outils de leurs ambitions vers l’Asie centrale.

9L’attitude de l’Afghanistan par rapport au conflit tadjik est donc la résultante des ambitions et manipulations extérieures mais relève également de la dynamique interne de la guerre civile afghane. Le conflit tadjik modifie en retour, dans une certaine mesure, le rapport des forces en Afghanistan même.

  • 2 BROWN Bess, “Tadjikistan: The conservatives Triumph, RFE/RL Research Report, vol. 2, n° 7, 12 févr (...)
  • 3 DORRONSORO Gilles, « Les réfugiés tadjiks en Afghanistan », La lettre d’Asie centrale, n° 1, printe (...)

10L’afflux de réfugiés constitue sans aucun doute la première conséquence du conflit tadjik pour l’Afghanistan. Des milliers de Tadjiks ont fui Douchanbé en décembre 1992 et au début de l’année 1993 par crainte des représailles du nouveau gouvernement conservateur contre les partisans de la coalition pro-islamique. Si l’estimation du nombre des réfugiés varie, 70 000 au moins ont rejoint le territoire afghan2. Terre d’exode pendant plus de dix ans, l’Afghanistan est devenu pays d’asile et les autorités ont dû à leur tour construire des camps. De fait, en dépit d’appels au retour du gouvernement tadjik promettant une amnistie générale par ailleurs douteuse, une partie des réfugiés n’a pas, jusqu’à présent, osé rentrer au Tadjikistan3.

  • 4 BACHKATOV Nina, “Eltsin faces a new afghan war, The News International, Islamabad/Rawalpindi, 20 a (...)

11Cinq ans après la fin du retrait soviétique, l’Afghanistan reste un lieu d’affrontement. Il n’est toutefois plus seulement la victime d’une agression extérieure. Des opérations de commando sont régulièrement entreprises à partir de son territoire contre des positions russes ou gouvernementales au Tadjikistan. Servant de base aux rebelles, l’Afghanistan s’expose aux représailles russes et tadjikes. Un raid lancé en juillet 1993 par les rebelles tadjiks sur la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan tua cent vingt-cinq personnes dont près de cent civils. Kaboul accusa un peu plus tard Moscou et Douchanbé d’avoir tué près de trois cent soixante villageois afghans par leurs tirs d’artillerie4.

  • 5 Il aurait assuré les autorités tadjikes et ouzbèkes que les réfugiés des zones contrôlées par ses t (...)

12Contrairement à ses voisins, l’Afghanistan ne cherche pas véritablement de rayonnement régional. Son implication dans le conflit du Tadjikistan est essentiellement un prolongement de sa propre guerre civile et suit l’évolution du rapport de force à Kaboul. Les principaux chefs de guerre afghans, le général Ouzbek Dostom, le Tadjik Ahmad Shah Massoud, et le Pashtoun Hekmatyar, actuel premier ministre, se sont en quelque sorte « partagé » les réfugiés. Dostom semblant neutralisé5, ceux-ci se sont dans un premier temps divisés entre pro-Massoud et pro-Hekmatyar.

  • 6 “Afghanistan vows not to give in to Russian pressure. Says it will continue to offer asylum to non- (...)
  • 7 Nommé premier ministre le 7 mars 1993, à la suite de l’accord de Peshawar, imposé par le Pakistan e (...)
  • 8 The News International, Islamabad/Rawalpindi, 7 août 1993.
  • 9 ARIFJamal, “Hekmatyar’s formula to resolve Tajik crisis, The Muslim, Wednesday August 18, 1993.
  • 10 “Hekmatyar calls for the abolition of visa restriction among ECO countries, The Nexus Internationa (...)

13Bien que niant toute interférence dans les affaires tadjikes, et affirmant n’offrir d’asile qu’à des réfugiés non impliqués dans des activités politiques6, Hekmatyar soutient les rebelles en leur fournissant armes et camps d’entraînement, (notamment près de Qunduz), dans l’espoir de briser la coalition entre Tadjiks et Ouzbeks afghans. Poussé semble-t-il par le Pakistan et l’Arabie Saoudite, il tente alors d’isoler le Tadjikistan des autres républiques d’Asie centrale en lançant une campagne contre les Russes dans l’espoir de leur faire abandonner le pays. L’étape suivante devait dans cette perspective consister à provoquer un conflit entre Tadjiks et Ouzbeks afin d’affecter en sa faveur le rapport des forces à Kaboul même, où sa situation est encore pour le moins précaire7. Ce faisant, il sert également les intérêts de ses protecteurs pakistanais dont certains éléments ont un moment espéré une désagrégation de la Russie elle-même. Au reste les Russes ne s’y trompent guère. A leurs yeux, le Tadjikistan apparaît comme une tête de pont pour l’extension de l’islamisme en Asie centrale, puis vers la Russie. Un diplomate déclarait en 1993 : « Ce que veulent les activistes dans le nord de l’Afghanistan n’est pas seulement le retour de l’opposition tadjike au pouvoir, mais également pénétrer les autres pays d’Asie centrale, déstabiliser ces zones, remplacer ces gouvernements par des gouvernements islamistes jusqu’en Russie elle-même8. » Les propositions du premier ministre afghan, demandant à quelques jours d’intervalle, la tenue d’élections au Tadjikistan9, puis l’abolition des visas pour les ressortissants des Etats membres de l’ECO10, semblent de fait aller dans le même sens.

14La position d’Ahmad Shah Massoud est plus ambivalente. Si sa sympathie pour les combattants islamistes ne fait aucun doute, ses motivations sont ailleurs. En soutenant les rebelles tadjiks, il semble en effet essentiellement rechercher une amélioration de sa position lui permettant de mieux négocier avec les Russes et le gouvernement tadjik, dont il espère le soutien pour renverser Hekmatyar.

  • 11 “Afghan, Tajik talks make no headway, The Muslim, 13 août 1993.

15La difficulté de la situation est aussi aggravée par la faiblesse des affiliations au sein même des parties en présence. Celles-ci ne reposent guère que sur des affiliations assez lâches de commandants locaux, ce qui multiplie encore les allégeances des rebelles tadjiks eux-mêmes. Une solution négociée est donc fort improbable. La rencontre de Douchanbe, au cours de l’été 1993, entre le ministre des affaires étrangères afghan, Hidayat Amin Arsala, et son homologue tadjik, Ashid Alimov, n’aboutit à aucun résultat concret11. Le risque d’un dérapage éventuel du conflit en une nouvelle guerre d’Afghanistan, évoqué à plusieurs reprises au cours de l’été 1993 par la presse pakistanaise, semble alors une conséquence possible de la décomposition et du chaos généralisés.

16Trois mois plus tard, la situation a notablement évolué, et la perspective d’un conflit « régional » semble s’éloigner. La politique de Massoud porte ses fruits. L’élection de Bénazir Buttho aidant, (Hekmatyar semble alors privé des fonds pakistanais), Massoud peut « racheter » une par une les allégeances des commandants locaux. Isolé fin août, il semble quelques mois plus tard être en mesure de renverser le rapport de forces à son profit. Cela n’est toutefois guère possible qu’au prix d’un abandon de la cause tadjike. Si certains commandants jamiatis semblent toujours prêts à faire le coup de feu au Tadjikistan, Massoud en revanche concentre ses forces sur la reconquête du pouvoir à Kaboul.

  • 12 Les motivations du soutien de l’Ouzbékistan à Dostom sont de deux ordres : a) La création d’un corr (...)

17Celle-ci s’avère toutefois problématique. Dès le début de l’année 1994, le « lion du Panshir » se heurte aux troupes de Dostom, soutenu par l’Ouzbékistan12, et qu’il a imprudemment contraint à sortir de sa neutralité. Il doit reculer tandis que s’esquisse un axe Tashkent-Islamabad, via Dostom et Hekmatyar.

18A l’été 1994 cependant, la situation est plus confuse que jamais. Le revirement de Sayyaf, protégé par l’Arabie Saoudite, consécutif à l’alliance de Hekmatyar avec l’Iran, a favorisé la reconquête de Kaboul par Massoud, mais ne permet guère d’envisager la constitution d’une alliance forte et militairement capable de garantir la stabilité du pays. Or la continuation de la guerre civile en Afghanistan constitue à terme une menace potentielle pour la stabilité de l’Asie centrale toute entière, et dans l’immédiat, pour son maillon le plus faible, le Tadjikistan.

Le Pakistan

19La diplomatie centre-asiatique du Pakistan, - dont la politique à l’égard du Tadjikistan ne constitue que l’une des composantes -, trouve partiellement son origine dans le traumatisme que constitua en 1971, la sécession du Pakistan oriental devenu l’Etat du Bangladesh. Situé à l’intersection de l’Asie du sud, du centre et de l’ouest, le Pakistan fut brutalement rejeté du sous-continent et vit soudainement croître sa vulnérabilité face à son puissant voisin indien. Il ne pouvait guère, dès lors, que souhaiter renforcer sa frontière centre-asiatique et développer un sentiment accru d’appartenance à cette région. A cette volonté s’opposait toutefois l’irrédentisme d’un Afghanistan allié à l’Inde et de plus en plus prosoviétique. Si elle ne constituait en elle-même qu’une source de troubles politiquement et militairement gérables, la menace afghane prenait une toute autre dimension dans l’hypothèse d’un conflit avec l’Inde, le Pakistan risquant alors d’avoir à combattre sur deux fronts. C’est dans ce contexte que survint l’invasion soviétique de l’Afghanistan, en décembre 1979. Celle-ci renforça les pires craintes des décideurs pakistanais, mais constitua dans le même temps une chance unique, permettant au Pakistan d’élaborer et de développer progressivement ses ambitions et sa politique à l’égard de l’Asie centrale. L’Afghanistan en constitua dans un premier temps l’enjeu quasi exclusif avant de devenir paradoxalement à la fois la clé et le principal obstacle à de plus vastes ambitions.

20De la création du Pakistan en 1947, à l’invasion soviétique de l’Afghanistan en décembre 1979, le Pashtounistan fut une source de tensions constantes entre les deux pays. L’irrédentisme afghan sur le Pashtounistan conduisit l’Afghanistan à s’opposer en 1947 à l’entrée du Pakistan aux Nations Unies et créa ultérieurement de nombreux problèmes qui culminèrent avec la rupture des relations diplomatiques et la fermeture des ports pakistanais aux marchandises afghanes en 1961-1962, ce qui ne fit que renforcer les liens déjà étroits entre l’Afghanistan et l’URSS. Plus grave encore pour le Pakistan, la revendication afghane sur le Pashtounistan fut à la base de l’établissement des relations entre l’Inde et l’Afghanistan. (Les incidents de 1961-1962 sont d’ailleurs parfois compris par certains auteurs comme un signal envoyé par Moscou à Islamabad, lui signifiant de ne pas profiter du conflit en gestation entre la Chine et l’Inde, pour régler à son avantage le problème du Cachemire.) A partir de 1975 cependant la promesse d’une aide économique iranienne conduisit le président Daoud à se rapprocher d’Islamabad. Le coup d’Etat communiste d’avril 1978 ramena toutefois les relations pakistano-afghanes à leur état antérieur. Devant l’extension de la guerre civile, les gouvernements successifs de Muhammad Nur Taraki et Hafizullah Amin n’eurent d’autre alternative que de rechercher un semblant de légitimité dans la réaffirmation du nationalisme afghan et reprirent donc à leur compte les revendications traditionnelles sur le Pashtounistan. L’invasion de l’Afghanistan par l’Armée rouge et la guerre qui s’ensuivit fut donc pour les responsables pakistanais, l’occasion de tenter d’empêcher la renaissance du nationalisme afghan expansif et d’assurer définitivement la reconnaissance de ce que le Pakistan a toujours considéré comme sa frontière internationale, la ligne Durand.

21Cet objectif se matérialisa dans les politiques suivies tant à l’égard des réfugiés que de la résistance elle-même. Si l’accueil de près de 3,5 millions de réfugiés afghans contribua à créer provisoirement chez ces derniers un sentiment de reconnaissance propre à diminuer l’antagonisme relatif au Pashtounistan, les autorités pakistanaises s’évertuèrent en revanche à contrôler tous les aspects de la présence afghane au Pakistan, de même que la direction de la guerre. L’ISI (Inter Service Intelligence) pakistanaise choisit sept organisations parmi la centaine de groupes de mojahedins présents au Pakistan et, par le biais des livraisons d’armes, contraignit toutes les autres à s’y affilier. Divisant ainsi habilement les allégeances de la population afghane, écartant par ailleurs les élites de l’ancien régime, intellectuels et diplomates, le gouvernement pakistanais s’installait dans le rôle d’arbitre, monopolisant par ailleurs la représentation diplomatique de la résistance.

22Les leaders des sept organisations choisies, (Gaylani, Moja-deddi, Muhammadi, Rabbani, Khales, Hekmatyar, Sayyaf), étaient tous réfugiés au Pakistan depuis la tentative avortée de coup d’Etat fondamentaliste en 1975. A l’exception notoire de Khales, aucun de ces leaders n’avaient de base territoriale et donc de véritable poids politique en Afghanistan. De fait, le poids réel de chacune de leurs organisations (mesuré au nombre d’hommes effectivement contrôlé par chacune d’entre elles) resta relativement limité tout au long de la guerre. Les mouvements islamistes les plus radicaux, et plus particulièrement Hekmatyar, furent par ailleurs systématiquement favorisés. De fait dès l’annonce du retrait soviétique, les Pakistanais n’auront plus pour objectif en Afghanistan que d’imposer la prédominance absolue du Hezb-e Islami d’Hekmatyar.

  • 13 YOUSAF, Mohammad, ADKIN, Mark, The Bear Trap, Londres, Leo Cooper, 1992.

23C’est au cours de la guerre contre les Soviétiques qu’eurent lieu les premières opérations sur le territoire même de l’Asie centrale. A partir de 1984, à l’instigation de l’ISI et de la CIA, des opérations de propagande suivies d’attaques de commandos furent ainsi conduites en Ouzbékistan et au Tadjikistan. Leur objectif était d’accroître la pression sur l’Union soviétique en portant la guerre sur son territoire et en provoquant si possible une rebellionä de ces deux républiques contre Moscou. Elles furent cependant stoppées en 1987 par crainte d’une escalade du conflit et de représailles en territoire pakistanais13.

24Ce n’est qu’après l’effondrement de l’Empire soviétique, fin 1991, que l’Asie centrale devint véritablement l’objet des ambitions pakistanaises. Pas plus en effet que leurs financiers saoudiens, les Pakistanais ne crurent à la pérennité des régimes néosoviétiques. Leur objectif était à la fois idéologique et économique. D’aucuns misaient en effet sur un détachement de l’Asie centrale de la CEI entraînant une désagrégation de la fédération de Russie elle-même, et la recomposition d’un nouvel espace dominé par des régimes islamiques conservateurs. Dans cette perspective, le retour au pouvoir des néocommunistes à Douchanbe constitua un revers pour Islamabad, d’où son soutien aux rebelles tadjiks par Afghanistan interposé.

  • 14 Samina Yasmeen distingue deux « écoles » de pensée par rapport à la politique extérieure pakistanai (...)
  • 15 Le Monde, Mercredi 8 septembre 1993.

25Au plan économique, il s’agissait de faire du Pakistan la voie d’accès privilégiée de l’Asie centrale à l’océan Indien, d’où le lancement d’un vaste programme de construction de routes dès l’été 1993, devant relier Karachi et les ports de l’océan Indien à l’Asie centrale, via Peshawar et l’Afghanistan14. La réussite d’un tel objectif passait toutefois par une pacification de l’Afghanistan rendue très improbable par les politiques suivies au cours des années précédentes. Si en effet le règlement de la question du Pashtounistan supposait l’installation au pouvoir d’un Pashtoun, - en l’occurrence Hekmatyar -, le Pakistan pouvant le cas échéant s’accommoder d’une partition de l’Afghanistan, l’établissement d’un corridor routier vers l’Asie centrale supposait un Afghanistan stable et uni. La difficulté était donc dès lors pour Islamabad, de tenter de contraindre les leaders pashtouns, tadjiks et ouzbeks à s’entendre, d’où l’accord de Peshawar de mars 1993. Massoud restant irréductible, la politique d’Islamabad consista à tenter de l’isoler, ce à quoi elle parvint dans un premier temps en achetant Dostom. Massoud ne cessa depuis lors de dénoncer les ingérences pakistanaises dans les affaires intérieures afghanes, et son soutien aux mouvements intégristes de Hekmatyar, Khalès et Sayyaf15.

26En misant, sinon exclusivement, du moins prioritairement sur Hekmatyar, l’ISI espérait pouvoir concilier les exigences du nationalisme pashtoune, et d’un pan-islamisme lui permettant à la fois de transcender les divisions ethniques afghanes et de s’étendre vers l’Asie centrale. Or si Hekmatyar est un fondamentaliste convaincu, sa base politique est essentiellement pashtoune, et il se voit aujourd’hui contraint dans les faits de choisir entre le soutien pashtoune, - et donc le pouvoir -, et ses convictions idéologiques. Si donc le pays n’a pas véritablement explosé, il est de fait très divisé et les bases de l’influence pakistanaise en Afghanistan restent très fragiles.

27Cette politique afghane est également un enjeu à l’intérieur de l’équipe au pouvoir à Islamabad. Alors que Bénazir Buttho s’était vu interdire par les militaires toute ingérence dans les affaires afghanes, lors de son premier mandat, sa victoire électorale de l’automne 1993, a permis la relégation au second plan des éléments les plus durs de l’ISI et de leurs alliés du Jamiat-e-Islami. Cette nouvelle situation ne peut qu’améliorer la perception du Pakistan par les leaders centre-asiatiques, mais Islamabad ne semble plus aujourd’hui en mesure d’imposer seul sa volonté en Afghanistan et voit ses ambitions singulièrement limitées, repoussant du même coup la perspective d’un désenclavement de l’Asie centrale.

28D’autres hypothèques pèsent par ailleurs sur la politique centre-asiatique du Pakistan. L’Afghanistan ne constitue pas son seul obstacle et le Pakistan doit également faire face à la rivalité de ses voisins. Sur la question du Tadjikistan (persanophone), l’Iran constitue un concurrent sérieux, et possède des possibilités d’investissement très supérieures à celles du Pakistan. La compétition entre les deux pays, pour l’accès des républiques d’Asie centrale à la mer, se double d’une compétition économique et religieuse. L’Inde enfin, du fait de ses relations privilégiées avec l’ex-Union Soviétique, est aussi implantée en Asie centrale.

L’Iran

  • 16 Le Monde, 25 décembre 1992.

29Contrairement à celle du Pakistan, la politique iranienne à l’égard de l’ensemble de l’Asie centrale n’est pas astreinte à se réaliser prioritairement par la voie du Tadjikistan. Du point de vue géographique, ce pays paraît même très excentré par rapport au territoire iranien. Mais malgré l’éloignement physique, l’Iran est très sensible à tout ce qui concerne de près ou de loin le Tadjikistan, du fait des affinités culturelles, historiques et surtout linguistiques qui existent entre les deux pays. Cette sensibilité ne concerne pas seulement l’Etat iranien mais aussi la population et l’élite intellectuelle de ce pays (y compris ceux exilés à l’étranger). A cet attachement affectif dont les racines plongent dans un passé lointain s’ajoutent des considérations d’ordre idéologique de la part du régime islamique. Or, parmi les Etats de l’Asie centrale, le Tadjikistan est le seul, jusqu’à présent du moins, à avoir connu des courants islamistes relativement importants, ayant une réelle capacité d’interférence sur la scène politique globale. C’est pourquoi la reprise en main du Tadjikistan par les néocommunistes, le retour de l’influence russe, l’échec des islamistes, et même, dans une certaine mesure celui des nationalistes « démocrates » fut mal perçu à Téhéran. Ainsi, le 23 décembre 1992, l’Iran sortit pour la première fois de sa réserve habituelle par rapport à l’évolution de la situation à l’intérieur des pays de l’Asie centrale et dénonça les ingérences étrangères au Tadjikistan, la presse de Téhéran accusant même ouvertement la Russie et l’Ouzbékistan de soutenir les communistes revenus au pouvoir et d’aider le gouvernement de Douchanbé à mener une répression brutale16.

30L’Iran, sans avoir joué un rôle de premier plan dans la montée des mouvements islamistes tadjiks, ressentit l’insuccès de ces derniers comme un revers. Cette épreuve n’a toutefois pas provoqué de repli de la diplomatie iranienne, ni du Tadjikistan, ni de l’Afghanistan, et moins encore de l’ensemble de la région de l’Asie centrale. La politique iranienne dans cette partie du monde obéit en réalité à des considérations bien plus fondamentales et ne peut par conséquent être profondément affectée par des évènements conjoncturels, tels ceux qui se sont produits au Tadjikistan.

31La logique qui préside à la politique iranienne à l’égard de l’Asie centrale, s’inscrit dans le cadre d’une double préoccupation. Il s’agit d’une part, de répondre aux considérations géopolitiques d’un pays qui lui-même est d’une certaine manière un Etat centre-asiatique, et d’autre part, de contribuer, par l’implication active dans les affaires régionales, à briser l’isolement dont souffre l’Iran sur la scène internationale. Elaborée dans cette perspective, la politique de Téhéran s’est traduite par une diplomatie tous azimuts qui n’admet aucune exclusive à l’égard de l’un et de l’autre Etat et qui autorise même quelques entorses aux contraintes idéologiques si nécessaire. En d’autres termes, l’Iran ne veut et ne peut sacrifier l’ensemble de sa politique par rapport à ses nouveaux voisins en privilégiant démesurément ses rapports avec le Tadjikistan.

32Indépendamment des limites que lui imposent ses choix diplomatiques globaux à l’égard de l’Asie centrale, la politique iranienne envers le Tadjikistan tient également compte d’autres impératifs. Du point de vue politique, l’Iran ne veut en aucune manière détériorer ses rapports avec la Russie par un activisme trop visible dans les affaires tadjikes. Téhéran, tout en étant conscient des possibilités de pression que Moscou a encore à sa disposition sur ses frontières, veut maintenir des liens privilégiés avec un pays qui est l’un de ses plus importants fournisseurs en armements et en matériel militaire. De plus, les Iraniens sont conscients que face à la montée des ambitions turques dans la région, il existe une communauté d’intérêts entre eux et les Russes. Sur le plan économique, un soutien actif à l’opposition tadjike pourrait également avoir des conséquences négatives pour l’Iran dont les partenaires potentiels en Asie centrale, mis à part le Turkménistan, sont l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, pays qui ont pris fait et cause pour les néocommunistes tadjiks.

  • 17 4e Forum de Crans Montana, 18-19-20 juin 1993.
  • 18 Le Monde, 29 octobre 1993.

33Dans ces conditions on voit mal comment les ambitions iraniennes, évoquées en juin 1993 par le ministre des affaires étrangères de la république islamique17 à l’égard de Douchanbé, (créer un axe allant de l’Iran à l’ouest de la Chine, à travers l’Afghanistan et le Tadjikistan) pourront connaître, dans un avenir proche, un début de réalisation. Cela d’autant plus qu’aux problèmes mentionnés s’ajoute également la dimension afghane de la politique iranienne. Cette politique souffre de deux handicaps majeurs : son appui trop prononcé aux partis chiites et la rivalité avec les sunnites, dont le Pakistan et l’Arabie Saoudite sont les principaux soutiens. Le renvoi par les autorités de Téhéran de quelque trois cent mille réfugiés afghans installés en Iran, depuis la fin de l’été 1993, a par ailleurs altéré le coefficient de sympathie dont jouissait la république islamique auprès de certaines factions afghanes18.

34Le voyage du président Rafsandjani, en octobre 1993, dans toutes les républiques d’Asie centrale, à l’exception du Tadjikistan dont les autorités n’ont pas souhaité recevoir le représentant d’un pays qu’elles soupçonnent de soutenir les mouvements islamistes, a montré les limites de la politique iranienne dans la région. Cela étant, le chef de l’Etat iranien, a profité de ce voyage pour proposer sa médiation dans le conflit du Tadjikistan. Toutefois, cette proposition n’a rencontré qu’une approbation « froide » de Douchanbé.

35En définitive, en dépit de liens culturels et historiques indéniables qui existent entre l’Iran et le Tadjikistan et malgré le pragmatisme dont fait preuve la diplomatie de Téhéran, la sympathie du régime islamique à l’égard de l’islamisme tadjik lui a aliéné toutes possibilités d’action réelle et même d’influence dans la crise que traverse ce pays. En cherchant à se présenter comme une puissance régionale incontournable, et en jouant sur plusieurs registres, l’Iran semble paradoxalement avoir réduit sa marge de manœuvre déjà très étroite, par rapport à un Etat qui pourtant compte beaucoup pour lui.

Conclusion

361) Les trois pays de la région, contrairement à la Russie et à un certain nombre de ses alliés centre-asiatiques, ne sont que des spectateurs, attentifs certes et concernés par la crise tadjike, mais au stade actuel, leur rôle officiel se limite essentiellement, pour l’Iran et le Pakistan du moins, à offrir leur médiation et leur concours afin d’engager un dialogue entre le gouvernement tadjik et l’opposition, et leur capacité d’interférence dans les affaires du Tadjikistan reste extrêmement limitée.

372) L’enjeu principal du conflit du Tadjikistan aujourd’hui est le maintien de l’unité du pays et le renforcement de l’Etat. En cas d’implosion du pays, situation qui viendrait s’ajouter au chaos et à l’état de morcellement actuel de l’Afghanistan, des pays comme l’Iran et le Pakistan se trouveraient devant un immense espace, sans pouvoir étatique réel, livré à des clans rivaux, et ouvert à tous les trafics. Cette situation ne manquerait évidemment pas d’inquiéter Islamabad et Téhéran qui y verraient des menaces pour leur sécurité.

383) Les rapports avec les gouvernements afghan, pakistanais et iranien, ne laissent pas indifférent le pouvoir actuel de Douchanbé. A la recherche d’une légitimité internationale, le gouvernement du Tadjikistan, dont les bases populaires sont par ailleurs assez étroites, devra inévitablement esquisser un rapprochement avec les pays voisins non-membres de la CEI. Cela impliquerait des négociations et quelques concessions de part et d’autre.

394) Au cas où le gouvernement de Douchanbé choisirait une politique de réconciliation nationale véritable, une négociation avec l’opposition armée établie en Afghanistan devrait être envisagée. Dans cette perspective, Kaboul et les groupes locaux afghans, exerçant une certaine autorité dans les régions frontalières, auront sans doute leur mot à dire et leur contribution à apporter, à la fois pour le maintien de la sécurité sur les frontières ainsi que le retour des réfugiés.

405) Les islamistes tadjiks réfugiés en Afghanistan sont épaulés par des combattants afghans, et des islamistes venus des pays limitrophes et même du monde arabe. L’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran, peuvent ainsi être amenés à manipuler et à infiltrer ces groupes, mais étant donné que dans l’ensemble la capacité d’action de ces groupes reste limitée, le rôle des trois Etats dans le déroulement du conflit demeure marginal.

416) Les ambitions iraniennes, pakistanaises, et dans une moindre mesure afghanes, témoignent de la recomposition d’un espace historique qui avait perdu toute réalité depuis soixante-dix ans. Cette recomposition s’exprime à travers la revitalisation des liens ethniques, et la réactualisation des communications historiques et culturelles. Sa réalisation chaotique n’est pas sans risque pour la stabilité de la région toute entière. Elle est à cet égard symptomatique des contradictions qui déchirent aujourd’hui les sociétés musulmanes : modernisme laïc contre fondamentalisme, tradition contre modernité, étatisme centralisateur contre segmentation tribale et clanique. Se cherchant une identité entre un passé soviétique qui n’est pas encore véritablement révolu, et son histoire musulmane, le Tadjikistan est aujourd’hui ravagé par un présent caractérisé à la fois par la tentation du repli sur soi et le risque de l’intensification des déchirements internes. En cherchant à le détacher à tout prix de la sphère d’influence russe sans lui offrir de contre-parties sérieuses, les pays musulmans de la région pourraient l’y rejeter plus durablement encore que n’avaient pu le faire soixante-dix ans de communisme.

Notes

1 Sur cette « ouverture » de l’espace centre-asiatique voir, DJALILI Mohammad-Reza, « Caucase et Asie Centrale : entrée en scène et recomposition géostratégique de l’espace », Central Asian Survey, 13(1), 1994, p. 7-17.

2 BROWN Bess, “Tadjikistan: The conservatives Triumph, RFE/RL Research Report, vol. 2, n° 7, 12 février 1993.

3 DORRONSORO Gilles, « Les réfugiés tadjiks en Afghanistan », La lettre d’Asie centrale, n° 1, printemps 1994, p. 4.

4 BACHKATOV Nina, “Eltsin faces a new afghan war, The News International, Islamabad/Rawalpindi, 20 août 1993.

5 Il aurait assuré les autorités tadjikes et ouzbèkes que les réfugiés des zones contrôlées par ses troupes ne prendraient pas part aux « provocations » frontalières, et se serait par ailleurs entendu avec le président ouzbek, Islam Karimov, pour créer une sorte d’Etat tampon entre Kaboul et la frontière afghane avec l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. Cf. GRIFFIN Keith, “Tadjikistan: Civil War Without End, RFE/RL, Research Report, vol. 2, n° 33, 20 août 1993. Selon d’autres rapports, non vérifiés, il toucherait actuellement 17 millions de roupies par mois de l’ISI (Inter Service Intelligence) pakistanaise pour rester neutre dans le conflit opposant Massoud à Hekmatyar, afin de permettre à ce dernier de conforter sa position à Kaboul.

6 “Afghanistan vows not to give in to Russian pressure. Says it will continue to offer asylum to non-political Tajiks, The News International, Islamabad/Rawalpindi, Tuesday 3 août 1993. Ceci ne l’empêchait toutefois pas, 3 jours plus tard, d’offrir l’asile politique au chef des frères musulmans tadjiks Himmatzâde, expulsé du Pakistan. En signe de reconnaissance, Himmatzâde se hâta, le même jour, de nier à son tour toute interférence afghane dans les affaires tadjikes. Voir notamment, “Afghanistan ready to grant asylum to Himmatzade, et “Himmatzade denies Afghan interference in Tajiks Affairs, The News International, Islamabad/Rawalpindi, 6 août 1993.

7 Nommé premier ministre le 7 mars 1993, à la suite de l’accord de Peshawar, imposé par le Pakistan et l’Arabie Saoudite, Hekmatyar n’était toujours pas rentré à Kaboul au début de l’été. Voir notamment BARRY Michael, “La deuxième mort de l’Afghanistan”, Politique Internationale, n° 60, été 1993, p. 279-312.

8 The News International, Islamabad/Rawalpindi, 7 août 1993.

9 ARIFJamal, “Hekmatyar’s formula to resolve Tajik crisis, The Muslim, Wednesday August 18, 1993.

10 “Hekmatyar calls for the abolition of visa restriction among ECO countries, The Nexus International, Islamabad/Rawalpindi, 25 août 1993.

11 “Afghan, Tajik talks make no headway, The Muslim, 13 août 1993.

12 Les motivations du soutien de l’Ouzbékistan à Dostom sont de deux ordres : a) La création d’un corridor à travers les régions contrôlées par Dostom et Hekmatyar, permettant l’acheminement des matières premières ouzbèkes (coton et gaz) vers les marchés internationaux via le Pakistan et l’océan Indien, b) La crainte que le jeu des factions afghanes ne fasse dégénérer plus encore la situation au Tadjikistan, menaçant à terme la stabilité de l’Ouzbékistan lui-même.

13 YOUSAF, Mohammad, ADKIN, Mark, The Bear Trap, Londres, Leo Cooper, 1992.

14 Samina Yasmeen distingue deux « écoles » de pensée par rapport à la politique extérieure pakistanaise : « l’école musulmane » voit dans l’émergence de l’Asie centrale une occasion de créer progressivement un bloc islamique, « l’école de l’indépendance » a une approche pragmatique et met l’accent sur les opportunités économiques que la nouvelle situation crée pour le Pakistan, “Pakistan’s Cautious Foreign Policy”, Survival, vol. 36, n° 2, été 1994, p. 115-133.

15 Le Monde, Mercredi 8 septembre 1993.

16 Le Monde, 25 décembre 1992.

17 4e Forum de Crans Montana, 18-19-20 juin 1993.

18 Le Monde, 29 octobre 1993.