Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Le conflit

Quelques réflexions sur l’implication russe dans le conflit tadjik : 1992-1993

Catherine Poujol

Texte intégral

1Le 25 mai 1993, le président tadjik Imomali Rakhmonov déclarait que « s’il n’y avait pas eu la Russie et Boris Nikolaevitch Eltsine, s’il n’y avait pas eu l’Ouzbékistan et Islam Abduganie-vitch Karimov, le peuple tadjik, l’Etat tadjik n’existeraient plus » (Interfax).

  • 1 p. 189-198.

2Le but de cet article est de montrer, à l’aide de la chronologie en annexe1 notamment, comment en est-on arrivé à la situation qui prévalait pendant l’hiver 1993.

3Il convient tout d’abord d’en présenter les protagonistes en même temps que les faits principaux qui les concernent entre le printemps 1992 et décembre 1993. Puis on ouvrira une parenthèse sur quelques idées qui constituent le mobile des forces d’intervention, et, enfin, l’accent sera mis sur quelques-uns des problèmes qui en résultent.

4La liste des différents acteurs impliqués est connue : les Tadjiks, les Russes du Tadjikistan, la fédération de Russie, les voisins de la CEI, les puissances régionales extérieures, mais il faut préciser les points suivants :

  1. Leurs opinions et leurs intérêts sont nécessairement différents, d’autant que s’opèrent des clivages au sein même des groupes cités ;

  2. La spécificité de l’implication militaire de la Russie au Tadjikistan relève de la spécificité du cas soviétique où le retrait politique, n’a pas été suivi d’un retrait militaire pour l’instant, pour les raisons que l’on sait, encore moins d’un désintéressement économique : il y a donc 25 millions de Russes en dehors de la fédération de Russie, dans ce qu’on appelle aujourd’hui l’« étranger proche » et 200 000 soldats qui théoriquement devraient regagner la Russie d’ici fin 1995.

1. Le premier protagoniste est le Tadjikistan et les Tadjiks, divisés entre le pouvoir, l’opposition et le reste de la population

5Dès le début de la guerre civile, le 28 juin 1992, il était clair que les autorités tadjikes voulaient l’intervention armée de la Russie, laquelle sera fortement condamnée par l’opposition à partir du mois d’août 1992. La population tadjike quant à elle est sous le choc de la brutalité de la guerre civile, elle ne ressent pas encore les aspects négatifs qui pourraient découler de la présence militaire russe au Tadjikistan, bien que son état d’esprit puisse évoluer à propos de cette question. Quant à la création d’une armée nationale propre, elle n’était pas encore à l’ordre du jour. En effet, le Tadjikistan n’a pas eu la chance de l’Ouzbékistan qui abritait à Tachkent le Quartier Général du District Militaire du Turkestan, aboli le 30 juin 1992 et trois écoles militaires de l’ex-URSS. Le manque de cadres militaires s’y faisait cruellement sentir et le recours à l’armée russe paraissait incontournable.

2. Les Russes au Tadjikistan divisés entre les militaires, les civils, les diplomates

6Avant même le déclenchement du conflit armé, à l’intérieur du Tadjikistan, les forces russes remplissaient un rôle de médiation, qui se combinait à une mission de sauvegarde des sites stratégiques tadjiks dès juillet. De toutes façons, les troupes russes au Tadjikistan voulaient éviter leur implication dans le conflit. Cette position connaîtra des fluctuations entre par exemple, la demande émanant de certains officiers parmi les garde-frontières, en novembre 1992, d’être retirés d’Asie centrale et la satisfaction de ceux qui apprécient la relative clarté de la tâche à accomplir et la solde plus conséquente qu’en Russie.

7Les forces russes : à combien s’élèvent-elles ?

8Il est difficile d’avoir un chiffre exact concernant l’état des forces russes au Tadjikistan en 1993. Elles étaient constituées d’éléments différents, dont il est impossible d’avancer un chiffre pour certains d’entre eux, les forces du ministère de l’intérieur notamment. Les communiqués d’agence répétaient constamment (et le général Pyankov à l’époque aussi) que la Russie entretenait environ 25 000 hommes au Tadjikistan aidés de troupes supplémentaires de Tadjiks, de Kazakhs, de Kirghizes et d’Ouzbeks (Reuter, 1er novembre 1993). Il semble en réalité que les effectifs aient été moindres. L’essentiel des forces armées russes était constitué par la 201e division motorisée basée à Douchanbé qui aurait dû compter 10 000 à 12 000 hommes normalement, mais qui était en sous-effectif de 40 % depuis des années : soit environ 6 000 hommes. Il y avait un régiment basé à Kourgan Tioubé (191e) et un régiment motorisé à Kouliab. Les dites forces collectives de maintien de la paix venues renforcer la 201e division, augmentées d’une unité de parachutistes et de la 201e division, elle-même ne devaient pas excéder 6 000 à 8 000 hommes. Il faut y ajouter un nombre indéterminé de forces du Ministère de l’intérieur (OMON) et 2 000 à 2 500 garde-frontières proprement dits (information DAS, Paris). L’estimation du 30 novembre 1993 du New York Times donne un sureffectif de 30 %, soit 15 000 en tout, dont la majorité ne sont pas des conscrits, mais une nouvelle catégorie de volontaires sous contrat de 3 ans (pour une solde équivalent à 109 $ par mois) :

  • Les civils ; au nombre de 388 000 en 1989, il en resterait moins de 100 000 aujourd’hui, dont de nombreuses familles qui ont trouvé refuge auprès des unités russes ;

  • Les diplomates ; en très petit nombre, une dizaine en permanence, s’occupant de convoyer l’aide humanitaire, de gérer les problèmes économiques, et dont les points de vue ne s’accordent pas toujours avec ceux des militaires qu’ils accusent de faire eux-mêmes la politique étrangère russe.

3. Les Russes de la fédération de Russie

9Dès l’éclatement du conflit, fin juin 1992 apparaît un clivage dans les positions officielles : d’un côté, Eltsine refuse d’ouvrir un nouveau front, de l’autre le maréchal Chapochnikov parle déjà d’envoyer des forces d’interposition. Un consensus sera rapidement trouvé : la Russie prend les garde-frontières du Tadjikistan sous sa juridiction le 24 août et se montre de plus en plus préoccupée par la situation tadjike. Elle envoie sur place le maréchal Chapochnikov et signe dès le 4 septembre une déclaration avec Nazarbaev, Karimov et Akaev, montrant son intention d’aider le Tadjikistan à rétablir la paix. On perçoit dès lors la nette volonté de la Russie de ne pas porter seule la responsabilité de la situation dans la région, des demandes pressantes aux parlements kazakh, ouzbek, kirghize sont faites en juillet pour qu’ils acceptent l’envoi de troupes et se joignent à la défense des frontières sud, car en attendant, seuls les soldats russes et quelques locaux assument ce fardeau et s’en plaignent. C’est alors qu’il faut noter le revirement d’Eltsine du 6 octobre 1992 lorsqu’il déclare devant le parlement de Russie qu’il a décidé de retirer les troupes russes du Tadjikistan. Revirement passager, sous l’effet sans doute de la pression politique de ceux qui en Russie sont opposés à de nouveaux sacrifices en vies humaines russes. Il envoie toutefois son ministre des Affaires étrangères, Andrei Kozyrev à Douchanbé le 6 novembre pour aider au rétablissement du calme. La procédure de formation d’une force de coalition s’accélère en paroles, mais pas en actes, (9 octobre, discussion au 8e sommet de la CEI à Bichkek ; 30 novembre, décision d’envoi de troupes CEI, effectifs non précisés mais dont le déploiement se fera attendre). Lors de sa visite à Douchanbé le 16 juillet 1993, Pavel Grachev, ministre russe de la défense, exhorte les présidents d’Asie centrale à agir. L’incident du 13 juillet au poste frontière n° 12 qui a causé la mort de vingt-cinq Russes, provoque une prise de conscience de la gravité de la situation et des enjeux, et une internationalisation du conflit. Les Russes vont alors veiller à ne pas se laisser entraîner dans une deuxième guerre afghane, tout en envoyant des hommes supplémentaires à la frontière. Ils commencent à rechercher l’aval de l’ONU. Dans l’opinion publique russe apparaît cependant un courant favorable au désengagement russe. La position officielle est qu’une telle décision serait lourde de conséquences. Le 24 août 1993, les ministres de la défense de la CEI décident de mettre en place une force de coalition pour contrôler l’insurrection au Tadjikistan, exactement quatorze mois après la première mention par le maréchal Chapochnikov de la création d’une telle force, dix mois après le 8e sommet de la CEI où la décision en avait été prise.

4. Les riverains de la CEI, membres avec la Russie de la coalition de maintien de la paix (but : protéger la frontière tadjiko-afghane, défendre les installations stratégiques, aider l’acheminement de l’aide humanitaire)

10L’Ouzbékistan, aux portes du Tadjikistan et qui prend en compte le fait que deux millions de Tadjiks au moins vivent dans ses frontières et 1,4 million d’Ouzbeks au Tadjikistan, a été très alarmé par la situation tadjike. C’est pourquoi, dès septembre 1992, Islam Karimov alerte l’ONU à propos des événements qui ensanglantent le Tadjikistan, ayant à l’esprit les risques de contagion dans sa propre république, qui réunit tous les ingrédients pour une déstabilisation politique. Il recommencera en mars 1993, puis en septembre 1993, lors de la 48e Assemblée générale du conseil de sécurité de l’ONU. Pour cette raison, il a participé activement, bien qu’il répugne à le reconnaître officiellement, à la remise en place du pouvoir communiste à Douchanbé. Cependant, il commence à s’inquiéter d’une éventuelle installation à moyen ou à long terme des forces russes au Tadjikistan. Le Kazakhstan était également inquiet des développements à ses frontières sud. C’est pourquoi, pendant toute la durée de la guerre civile, la presse kazakhe avait la consigne de ne pas donner d’informations à ce sujet. Ce qui n’a pas empêché le président Nazarbaev de signer l’accord de participation à la force de coalition de la CEI, lors des 8e et 9e sommets. Il a d’ailleurs, comme le Kirghizstan, envoyé une partie du contingent promis, soit 500 hommes chacun, alors que l’Ouzbékistan n’a encore rien fait. Il est à noter que les troupes des garde-frontières kazakhs comportent 75 % de Russes et que le bataillon kirghize est arrivé avec la moitié des troupes promises : 500 hommes, sans armes, ni gilets pare-balles. C’est donc au 9e sommet de la CEI, le 24 septembre 1993, à Moscou, qu’avait été signé l’accord sur la formation des forces coalisées de défense qui prévoyait la division de la frontière en zones de responsabilité, suivie de l’envoi d’une lettre à l’ONU de la part des ministres des affaires étrangères des quatre républiques impliquées dans cette force.

11Il n’empêche que le 12 octobre 1993, le lieutenant général Alexandre Tymko, chef de l’état-major des troupes de garde-frontières russes, critiquait les Etats d’Asie centrale pour leur manque d’action. En fait, cette force de coalition n’est pas considérée comme le produit d’une réelle coopération militaire, mais plutôt comme le subterfuge utilisé par la Russie pour masquer sa volonté de réaffirmer son influence, à moins qu’elle n’avoue d’emblée son incapacité à faire face seule aux efforts financiers qu’impose son engagement militaire.

5. Les Etats voisins impliqués

12Je me bornerai à les citer, la primauté revenant à l’Afghanistan pour la base de repli qu’il offre aux opposants tadjiks armés ainsi qu’aux réfugiés, l’Iran, se cantonnant officiellement à un rôle de médiateur, le Pakistan et les pays arabes n’ayant qu’une participation militante individuelle dont l’étude est hors de propos ici.

6. La frontière

13La frontière en elle-même est intéressante à considérer car elle est génératrice d’actions, de prises de positions (internes et externes, ONU, CSCE, OTAN) de choix politiques et stratégiques.

14Il convient tout d’abord de rappeler quelques données historiques, qui mettent en évidence, outre le caractère crucial d’une frontière établie depuis près d’un siècle, le fait qu’elle n’a jamais cessé d’être transgressée. Il est inutile d’insister sur les données géographiques de cette frontière essentiellement montagneuse, longue d’environ l 200 km, marquée par le cours supérieur de l’Amou Darya, le Piandj, très impétueux à ce niveau et difficile à traverser. Je ne partirai pas non plus de la célèbre évocation de la séparation entre Irân et Touran, mais j’en arriverai directement à l’année 1894, lorsque la frontière du Khanat de Boukhara avec l’Afghanistan est gardée par des soldats russes qui installent des postes de douane (le protectorat de Boukhara étant intégré aux tarifs douaniers de l’Empire russe).

  • 2 A ce propos je voudrais livrer une anecdote personnelle se situant en 1980 à Douchanbé. Je parlais (...)

15Ainsi cette frontière n’a jamais été étanche. Dans les années vingt, alors que la guerre civile faisait rage, de nombreux Ouz-beks, Tadjiks, Juifs boukhariotes menacés d’être fusillés comme capitalistes par les Bolchéviks, l’ont traversée à l’aide de guides afghans, (sans parler de l’Emir Alim Khan de Boukhara avec son harem et son trésor). A l’autre extrémité de la période soviétique, les infiltrations de mudjahhidins afghans sur le territoire tadjik ont été relevées depuis 1980, ainsi que celles de prédicateurs musulmans portant dans leurs foulards noués des Corans à l 000 roubles pièce (avant la dévaluation) et des cassettes de musique soufie. Rappelons qu’aux temps figés de Brejnev, nombreux sont les Soviétiques de Moscou ou de Leningrad qui rêvaient de franchir la frontière du Pamir, bien qu’ils aient su que les gardes-frontières du KGB étaient des plus efficaces2. Aujourd’hui la situation a nettement empiré, mais il était important d’en resituer la profondeur historique.

16Cette zone de conflit spécifique est donc placée sous la protection des gardes-frontières, auparavant sous la responsabilité du KGB, aujourd’hui du ministère russe de la sécurité d’Etat : commandants russes, officiers mixtes. L’assaut du 13 juillet 1993, lorsque le fort n° 12 fut attaqué par deux cent mudjahidins et deux cent militants tadjiks (source SWB 15-16 juillet 1993) a eu 3 conséquences :

  1. La Russie a été contrainte de définir plus clairement ses priorités géopolitiques ;

  2. Cet épisode a renouvelé la détermination de certains partisans de l’intégration en Russie comme en Asie centrale de transformer la CEI en une reconstitution de l’URSS ;

  3. Il soulève la question des possibilités réelles de la Russie à agir ou non dans cette zone.

17Ainsi, autour de l’événement du 13 juillet, se développe en Russie l’opinion selon laquelle celle-ci a une responsabilité spéciale pour faire cesser tous les conflits de l’ex-URSS. Les forces armées russes ont une mission spéciale de protection des vingt-cinq millions de Russes vivant à l’extérieur de la Russie. Le 9 juin 1993, Eltsine n’a-t-il pas déclaré aux autorités militaires que retirer l’armée russe du Tadjikistan équivaudrait à laisser une nation périr ce que la Russie ne permettrait pas (interfax, 10 juin 1993). Passons sur la polémique suscitée à l’intérieur de la classe politique russe à l’occasion de cet événement du 13 juillet. Le résultat le plus tangible fut le renforcement des partisans d’une politique plus offensive et moins occidentaliste en terme de sécurité nationale, ce qui provoqua une recrudescence des tendances russo-centristes au sein du ministère des affaires étrangères concernant l’étranger proche, et des positions intangibles sur le rôle de l’armée russe au sein de l’état major, ce que voudrait démontrer la série d’opinions de politiciens et de militaires russes qui suit.

II. Les opinions

18Parmi plusieurs interviews récentes d’acteurs politiques russes, je citerai les suivants :

  • Celui de Viktor Barannikov, ministre russe de la sécurité, le 19 juillet 1993, à son retour à Moscou après sa visite au Tadjikistan, (interfax). Question : « après l’incident du 13 juillet qui a tué vingt-cinq soldats russes, de nombreux politiciens et journalistes se demandent pourquoi la Russie garde les frontières d’un autre pays. » Réponse : « défendre la section tadjike de la frontière, c’est défendre la colonne vertébrale de la sécurité russe. Les garde frontières russes détiennent la clé de la sécurité de la Russie et de la CEI » ;

  • Celui du maréchal Chapochnikov effectué le 27 juillet 1993 (interfax), sur le rôle de la Russie au Tadjikistan : selon lui 5 options se présentent à la Russie :

  1. Le retrait complet des forces russes du Tadjikistan, ce qui implique la transplantation de 400 000 Russes en Russie, option très coûteuse ;

  2. Des représailles contre le territoire afghan, suscitant vraisemblablement une nouvelle guerre dont les conséquences seraient imprévisibles pour la Russie ;

  3. Des militaires russes seraient amenés pour renforcer la frontière tadjiko-afghane, ce qui serait très lourd pour la Russie et inutile, car la Russie n’est pas en condition de prendre le contrôle de 1 400 km de frontières ;

  4. Renforcer et défendre la frontière avec des forces conjointes de la CEI, notamment du Kazakhstan, du Kirghizstan et de l’Ouzbékistan, ce qui s’accompagnerait d’une aide financière pour que le Tadjikistan établisse sa propre force armée, ses garde-frontières étant équipés par la Russie ;

  5. Option diplomatique ; règlement du conflit politique par un forum organisé par les pays musulmans adjacents, Afghanistan, Pakistan.

19Le choix du maréchal Chapochnikov est de combiner les options 4 et 5, ce qui implique que la CEI présente une unité politique diplomatique, technique et un front militaire assorti de négociations ;

  • Celui de Evgenii Ambartsumov, président du comité de la Fédération russe pour les affaires internationales, également le 27 juillet 1993 (interfax). A la question : « Pourquoi ne pas quitter le Tadjikistan immédiatement ? », la réponse est :

20« Certes, mais pour se replier où, si on se retire vers les frontières kazakho-kirghizes, le Tadjikistan sera sacrifié aux islamistes. »

21On perçoit dès lors la nette volonté de la Russie de ne pas porter seule la responsabilité de la situation dans la région au travers des demandes russes adressées aux gouvernements kazakh, ouzbek, kirghize pour qu’ils se joignent à la défense des frontières sud.

22La même personne interviewée par les Izvestia le 7 août 1992 déclarait : « en tant que successeur légal, internationalement reconnu de l’URSS, la Fédération de Russie doit baser sa politique étrangère sur une doctrine qui fasse de la totalité de l’espace géopolitique de l’ancienne Union une sphère d’intérêts vitaux... suivant en cela l’exemple de la doctrine Monroe des Etats-Unis en Amérique latine... La Russie doit être investie par la communauté internationale du rôle de garant politique et militaire de la stabilité sur tout le territoire de l’ancienne URSS. En découle la publication de la Doctrine militaire en octobre 1993 » ;

  • Celui d’Andrei Kozyrev le 25 août (interfax) : « Nous ne pouvons quitter le Tadjikistan, car la frontière tadjike est en fait la frontière de la CEI et aussi de la CSCE. »

III. Les problèmes

23Plusieurs questions se posent. L’engagement de la Russie en Asie centrale va-t-il ruiner ses chances de devenir un pays européen normal ? N’y a t-il pas un risque que les forces russes soient utilisées par les Etats de l’ex-URSS pour anéantir leurs opposants intérieurs ou simplement pour pallier leur incapacité d’assumer seuls le coût de ces opérations militaires ? Il est vrai que les autorités tadjikes ont profité de l’émoi suscité par l’attaque du 13 juillet pour lancer une offensive contre les Pamiris, offensive à laquelle la Russie n’a pas participé. Il n’en demeure pas moins que sa position est ambiguë. De plus, dans quelle mesure les militaires sont-ils contrôlés par le pouvoir central au Tadjikistan ?

24Une chose est sûre, plus les Russes interviennent, plus leur situation est difficile. Un article publié le 16 septembre 1993 par Nezavisimaja Gazeta est intitulé : « l’armée russe dans la guerre tadjike, buts troubles, préparation au combat faible, manque de stratégie. » Entre les déclarations des politiques : « la frontière tadjike, c’est la frontière russe » et la réalité sur le terrain, il y a une grande distance. Le manque de stratégie, la mauvaise circulation de l’information, tels sont quelques-uns des problèmes dont souffrent les troupes russes qui gardent la frontière tadjiko-afghane. Il est difficile pour eux de s’y retrouver dans la complexité des formations armées locales et dans la mise en évidence des motivations de leurs mouvements. Il n’y a pas jusqu’à présent d’aide réellement suffisante de la part des pays d’Asie centrale concernés par le déploiement de la force commune. Il est difficile également d’évaluer réellement les forces de l’opposition : 5 000 plus 3 000 partisans afghans ? Les renseignements obtenus ne sont pas fiables. La préparation au combat est également un problème, pour les soldats comme pour leurs officiers, surtout pour ceux venant d’autres régions et qui ne se sentent que temporairement sur place, pas toujours rétribués à la mesure des risques encourus. Le chef des forces de la CEI, le général lieutenant Boris Pyankov déclare dans les colonnes du journal Krasnaja Zvezda (9/11/1993) qu’il gagne six fois moins qu’un simple casque bleu de l’ONU.

25Pourtant la tactique russe est cohérente : empêcher les transgressions de frontières, ce qui devient de plus en plus difficile, rechercher des accords locaux avec des chefs afghans susceptibles de contrôler une portion de frontière, partager la responsabilité avec les autres membres concernés de la CEI, agiter le danger fondamentaliste pour légitimer la présence russe.

26Toutefois, malgré les déclarations limpides des politiques, l’armée russe au Tadjikistan ne souffrirait-elle pas des mêmes maux qu’ailleurs sur le territoire de l’ex-URSS ? Sensation de son inutilité, perte du sens de la vie, absence de perspective de carrière, problèmes financiers pour assurer l’entretien des familles. De plus, la CEI n’a aucune expérience de mise en place de forces d’interposition, ce qui pose de nombreux problèmes de financement, douanes etc. La seule chose fixée par les Etats impliqués a été le pourcentage de participation financière, le reste étant improvisé au coup par coup.

27Le maintien des forces russes, ou encore leur retrait du Tadjikistan seront-ils également improvisés, la question reste ouverte.

Bibliographie

BARRY, F., « Les missions de la CEI : le bilan », Courrier des Pays de l’Est 374, novembre 1992, p. 55-63.

DJALILI, M.R., « L’Iran face au Caucase et à l’Asie centrale », Le Trimestre du monde 4, 1992, Observatoire des relations internationales, p.  181-189.

EGGERT, K., “Rossija v role evraziiskogo zandarma” (La Russie dans le rôle de gendarme de l’Eurasie), Izvestija, 7 août 1992.

ERLANGER, S., “In ex-Soviet Lands, Russian Army Can Be a Protector or an Occupier”, The New York Times, 30 novembre 1993.

FAVRET, R., « Tadjikistan : les soldats russes reviennent », Le Figaro, 21 novembre 1992.

FUNDER LARSEN, P., « Le gendarme russe de la CEI », Inprecor 361, 23 octobre au 5 novembre 1992, p. 3-7.

GRIGOREV, S., “Rossiiskaja armija v Tadzikskoj vojne” (L’armée russe dans la guerre tadjike), Nezavisimaja Gazeta, 1 septembre 1993.

GUPTA, R., “Tadjikistan: locked Horns for Power”, Strategic Analysis, septembre 1992, p. 519-537.

GUSEINOV, G., “Srednjaja Azija posle raspada imperija” (L’Asie centrale après la chute de l’Empire), Uberblick, avril 1992, p. 1 (version allemande).

IOUSSINE, M., « La Russie dans l’engrenage tadjik », La Croix, 24 septembre 1992.

KAHN, M., « Les Russes dans les ex-républiques soviétiques », Courrier des pays de l’Est 374, janvier-février 1993, p. 3-18.

KAPELIOUK, A., « L’armée russe comme force de police », Le Monde Diplomatique, décembre 1992, p. 13.

KISELYOV, V., “Russian Border troops get a tough ride in Tadjikistan”, Moscow News, 21 janvier 1993.

KRAUZE, J., « Les troupes russes vont rester au Tadjikistan », Le Monde, 12 octobre 1992.

« La Russie va accroître son engagement militaire au Tadjikistan », Le Monde, 10 août 1993.

« Les casques bleus de Boris Eltsine », Le Monde, 12 août 1993.

LADIN, A., “My objazany utverdit’ mir v Tadzikistane” (Nous sommes obligés d’imposer la paix au Tadjikistan - interview avec le général B. Pjankov), Krasnaja Zvezda, 9 novembre 1993.

LEVINE, S., “Afghan, Arab Militants Back Rebels in Ex-Soviet State”, Washington Post, 27 avril 1993.

LOUGH, J.B.K., “Defining Russia’s Role in the Near Abroad”, Conflict Studies Research Centre, Royal Military Academy Sandhurst, avril 1993.

MONIER, C., “Forces d’interposition au sein de la CEI”, Défense nationale, février 1993, p. 169-171.

ORR, M., “The Civil War in Tadjikistan”, Asia - Jane’s Intelligence Review, avril 1993, p. 181-184.

PACEGINA, N., “Bremja oxrany tadziksko-afganskoj granicy Roccii nesti nelegko” (La défense de la frontière tadjiko-afghane est un fardeau pour la Russie), Nezavisimaja Gazeta, 12  ctobre 1993.

PANFILOV, O., “Rahmonov zajavil ob okoncanii granzdanskoj vojny” (Rakhmonov a annoncé la fin de la guerre civile), Nezavisimaja Gazeta, 18 novembre 1993.

PETROVSKY, V., “Tadzikistan vrzyv esce vozmozen” (Tadjikistan, l’éclatement encore possible), Rossiiskie Vesti, 10 octobre 1993.

PORTNIKOV, V., “Rossija obratilas litsom k Azii ctoby stat’ garantom stabil’nosti v regione” (La Russie s’est tonnée vers l’Asie pour devenir garant de la stabilité dans la région), Nezavisimaja Gazeta, 19 mai 1992.

POSEN, B., “The security dilemma and ethnic conflict”, Survival 35(1), printemps 1993, p. 26-50.

RASHID, A., “Dominion of dominoes”, Far Eastern Economic Review, 24 septembre 1992.

“Tournament of Shadows, opposition scepticle over latest efforts to end Tadjik war”, Far Eastern Economic Review, 16  septembre 1993.

ROTAR, I., “Srednjaja Azija : Moskva vyzidaet i riskouet opozdat” (Asie centrale : Moscou temporise et risque d’être en retard), Nezavisimaja Gazeta, 29 mai 1993, p. 1-3.

ROY, O., “La formation d’un nouvel espace stratégique en Asie centrale“, Relations internationales et stratégiques 5, printemps 1992, IRIS, p. 136-144.

RUBIN, B.R., “The fragmentation of Tadjikistan”, Survival 35(4), hiver 1993-94, p. 71-91.

“Post-Cold War state disintegration: the failure of international conflict resolution in Afghanistan”, Journal of International Affairs 46, hiver 1993, p. 469-492.

SCHMEMANN, S., “War bleeds ex-Soviet land at Central Asia’s Heart”, The New York Times, 21 février 1993.

SHERMATOVA, S., “Tadjikistan tangle making serious problems for Moscow”, Moscow News, 30 juillet 1993.

“Russia and Afghanistan discuss the Tajik problem”, Moscow News, 17 septembre 1993.

SHERR, J., “Escalation of the Tajikistan Conflict”, Asia - Jane’s Intelligence Review, novembre 1993, p. 514-516.

SHIHAB, S., « Le Pamir entre deux feux », Le Monde, 12 août 1993.

TADJBAKHSH, S., “Causes and Consequences of the Civil War”, Central Asian Monitor 2(1), p. 10-14.

TCHERNEGA, V., « La Russie et les anciennes républiques de l’Asie centrale », Le Trimestre du monde 4, Observatoire des relations internationales, 1992, p. 191-198.

UMNOV, A., “Whose border is guarded by Russia in Tadjikistan ?”, Moscow News, 27 août 1993.

WOFF, R., “Independence and the Uzbek Armed Forces”, Asia - Jane’s Intelligence Review, décembre 1993, p. 567-571.

ZHILIN, A., “Russian military presence in Georgia, Central Asia reaffirmed”, Moscow News, 10 septembre 1993.

Notes

1 p. 189-198.

2 A ce propos je voudrais livrer une anecdote personnelle se situant en 1980 à Douchanbé. Je parlais avec un jeune garçon de 7-8 ans, fils d’un cinéaste qui allait obtenir un « prix du KGB » pour son film exaltant les garde-frontières de l’URSS, à une époque où l’exaltation pour ce type de carrière n’était plus à l’ordre du jour. Ce garçon m’a raconté naïvement les difficultés de l’équipe de tournage, obligée d’entrer à plusieurs reprises en territoire afghan, attaquée par des “basmatchis” ayant d’énormes chiens et obligés pour se défendre d’en tuer plusieurs. (En plus de cela, la frontière lui avait bien plu pour les fusées éclairantes qui partent à peine on touche une touffe d’herbe...) Propos naïfs d’un enfant certes, mais tout comme les fusées, très éclairantes sur le fait que la frontière ou/béko-tadjiko-afghane a toujours été le talon d’achille de l’URSS en Asie centrale.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable