Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Construction d'une identité nationale

La perestroïka vue par quelques historiens tadjiks

Michel Hammer

Texte intégral

  • 1 Dans le cadre ou en marge de colloques consacrés à la politique tsariste au Turkestan : Moscou (sep (...)
  • 2 cf. Revue du monde musulman et de la Méditerranée. 1991, 1 /2.

1Les quelques remarques qui suivent constituent la synthèse de conversations mais surtout d’échanges épistolaires que l’auteur des lignes qui suivent a eus avec quelques historiens tadjiks1. Cet article a pour objet de restituer la tonalité des propos qui, au demeurant, recoupent et rejoignent ses propres analyses. Deux de ces historiens, les académiciens R. Masov et F. Djoumaev ont pris position publiquement dans le débat sur le Tadjikistan dans le mensuel Suxan (la Parole) fondé en février 1990. Leur argumentation s’inscrit dans la perspective des thèses de l’opposition nationaliste2.

2A. Safarov, F. Kadyrov et A. Baimuradov n’ont pas d’engagement politique véritable ; ils se présentent comme des observateurs attentifs à l’évolution de la scène soviétique au sens large. A. Baimuradov notamment, m’a fait part à plusieurs reprises de ses sentiments jusqu’à son hospitalisation à Moscou en mars 1990. Les données ne vont malheureusement pas au-delà de ce moment, qui coïncide d’ailleurs avec les émeutes qui ensanglantent Douchanbé. La question de Birlik, entre autres, ne peut être abordée ici.

3Deux articulations forment l’ossature de cette présentation : la première s’en tient à des considérations générales sur la perestroïka ; la seconde évoque le cas particulier du Tadjikistan dans l’optique des changements qui affectent l’URSS.

4Le 11 mars 1985, alors que les obsèques de Tchernenko n’ont pas encore eu lieu, Corbatchev est élu secrétaire général du parti communiste de l’Union soviétique. Schématiquement, ses faits et gestes jusqu’en 1990 vont susciter quatre types de réaction auprès de mes interlocuteurs : 1) la déception - 2) la stupéfaction assortie d’exaspération - 3) l’inquiétude - 4) l’espoir.

  • 3 Notes personnelles : cf. analyses de Baimuradov (octobre 1988, septembre 1989, janvier 1990), de Sa (...)

5La déception pour les sept raisons suivantes3 :

  • 4 Pravda, 11 décembre 1984 et 12 avril 1985.

61) La routine lexicologique sévit toujours. Dans ses premiers discours, Gorbatchev utilise par exemple le concept de perestroïka (promis au succès que l’on sait) comme le faisait Andropov lui-même4.

72) Le flou conceptuel

8Au fil des mois le terme perestroïka prend figure de formule emblématique sans qu’il soit possible de deviner ce qu’il recouvre exactement.

  • 5 Pravda, 26 novembre 1989.

9Les mots bolchevisme, socialisme, léninisme, communisme sont utilisés sans rigueur. L’imprécision sémantique est le reflet d’une pensée hésitante et de la confusion qui imprègne le dessein général. En novembre 1989, dans un long article5 d’inspiration théorique, Gorbatchev évoque un nouveau visage du socialisme non seulement humain mais aussi démocratique. Après la correction de certaines imperfections, il conviendrait que le pouvoir s’engage dans la phase de réfection (peredelka) de l’édifice, allant des fondations économiques jusqu’à la superstructure. Ce nouveau concept n’est pas de nature à clarifier l’entreprise.

103) La schématisation, le réductionnisme

11Perestroïka s’oppose à zastoï (le marasme, la stagnation). Lors du 27e congrès d’avril 1986, Gorbatchev incrimine la bureaucratie, les mécanismes de freinage et le système de commandement administratif pour expliquer l’immobilisme. Tout se passe comme si on entrait grâce à lui dans une ère nouvelle, dans un âge d’or, comme si la période de Brejnev n’avait comporté que des aspects négatifs.

124) Le mutisme au sujet des dissidents

13Le 8 décembre 1986, A. Martchenko meurt en prison. Mais le 12 du même mois, Sakharov est autorisé à regagner Moscou.

145) L’absence de changement fondamental à propos de la guerre en Afghanistan. Il faudra attendre le discours de Vladivostok (juillet 1986) pour connaître la décision du retrait de 6 régiments.

156) La discrétion au sujet de l’effervescence que connaît la périphérie

  • 6 M. Gorbatchev, Le succès de la restructuration est entre les mains du peuple, Moscou, Novosti, 1988

16En dépit des émeutes d’Alma-Ata (décembre 1986) et des troubles au Tadjikistan (début de 1987), aucune prise de conscience du fait national et religieux ne paraît s’opérer. Même en 1988 devant les responsables de l’Ouzbékistan, à Tachkent6, Gorbatchev ne procède à aucune analyse digne de ce nom, alors qu’il avait souligné quelques semaines auparavant devant le patriarche orthodoxe la nécessité absolue d’associer les croyants à la perestroïka. Sa lourde insistance didactique et son goût pour les circonlocutions l’entraînent dans un discours décousu parsemé de tautologies et de contradictions.

  • 7 Ibidem, p. 5.

17« Nous ne devons pas diminuer nos efforts dans le domaine de la restructuration ; nous devons au contraire les multiplier compte tenu de l’expérience acquise lors de la restructuration7… »

187) « L’occidentalisation » dans le mouvement des réformes

19L’expression de maison commune européenne paraît négliger les aspirations culturelles et économiques de l’Asie centrale et le doigté que requiert la solution de tels problèmes.

La stupéfaction assortie d’exaspération

20En septembre 1985, Gorbatchev déclare : « La politique du parti en matière de nationalités a été un indéniable succès. Les 15 républiques sont en plein essor. »

  • 8 Pravda, 26 février 1986.

21Le 25 février 1986 il précise sa pensée8 :

Nous avons aboli une fois pour toutes les oppressions et les inégalités nationales. L’amitié inébranlable entre nos peuples, le respect de la culture nationale et de la dignité nationale se sont affirmés et sont ancrés dans la conscience de millions d’hommes. 

  • 9 M. Gorbatchev, Perestroïka. Vues neuves sur notre pays et le monde. Paris, Flammarion, 1987, p. 5.

22Il concède cependant que les acquis ne doivent pas faire croire à l’absence de problèmes. Mais tout bien pesé, la multinationalité est un facteur de puissance plus que de faiblesse ou de désintégration. Dans le domaine des nationalités, l’URSS se détache comme un exemple unique dans l’histoire de la civilisation humaine9.

  • 10 M. Gorbatchev, op. cit., p169.

23L’exaltation de la Russie est une autre source d’étonnement : « le peuple russe, tout au long de son histoire, a apporté la preuve éclatante de son internationalisme, de son respect envers les autres peuples10. »

  • 11 Lors de la 1ère réunion du congrès des députés du peuple.

24Enfin, sur un autre registre, en juin 198911, un nationaliste russe Valentin Raspoutin préconise la sécession de la Russie d’avec la communauté soviétique en incriminant l’ingratitude des peuples de l’URSS indifférents aux sacrifices de la Russie.

L’inquiétude

  • 12 Réflexion de Baimuradov. cf. Notes personnelles.

25Au fil des mois, le fossé se creuse entre la rhétorique et les réalisations concrètes : tous les indicateurs de l’économie sont défavorables, la pénurie s’aggrave. Où va Gorbatchev avec ses velléités et ses hésitations ? En Occident, il a convaincu jusqu’aux plus réticents mais il a échoué à convaincre ceux qui avaient besoin de l’être : les habitants du pays qu’il dirige12.

  • 13 Ibidem.

26En février 1988, des manifestations nationalistes éclatent à Erevan et Tallin. Pourtant, le 14 septembre, A. Yakovlev prétend faire du facteur national une force motrice supplémentaire de la perestroïka. Le 16 novembre 1988, le Parlement estonien proclame la primauté de ses lois sur celles de l’URSS. Gorbatchev juge cette mesure contraire à la constitution et la fait annuler le 26 novembre. Les 8 et 9 avril 1989, les forces de l’ordre dispersent des manifestants pacifistes à Tbilissi. « Gorbatchev est-il vraiment un authentique libéral, attaché à la démocratie pluraliste13 ? »

27Dans les Izvestia du 30 novembre 1987, Yakovlev avait affirmé : « s’opposer à la perestroïka revient à proclamer que l’on est partisan de la corruption, que l’on s’oppose à l’égalité sociale et à la justice. »

  • 14 Réflexion de F. Kadyrov, cf. Notes personnelles.

28Le 12 décembre 1989, le congrès des députés, à l’instigation de Gorbatchev, refuse un débat sur l’abolition du rôle dirigeant du parti communiste (article 6 de la constitution). Scène pénible de l’affrontement entre Sakharov et le président soviétique : « d’un côté un vieil homme fatigué par des années de lutte et d’humiliations ; de l’autre, un homme de pouvoir, autoritaire, excédé, intransigeant et méprisant14. »

29Cependant la préoccupation centrale demeure la question des nationalités. Le 27 juillet 1989, le Soviet suprême accorde l’autonomie comptable à l’Estonie et à la Lituanie.

  • 15 Ibidem.

30« C’est insuffisant », souligne F. Kadyrov15. Il convient d’accéder à la requête des indépendantistes et de soutenir notamment ceux de Vilnius dans leur confrontation avec le Kremlin. Gorbatchev doit effacer les traces de la collusion germano-soviétique (traités des 23 août et 28 septembre 1939). La personnalité juridique des Etats baltes a survécu à l’annexion.

31Quant au statut du Tadjikistan, il s’inscrit dans une fédération rénovée, dans un cadre d’autonomie. La position du Tadjikistan n’est pas comparable à celle des pays baltes.

L’espoir

32Après des mois d’atermoiements, l’un des principaux collaborateurs de Gorbatchev, Grigori Revenko, est chargé à l’automne 1989 d’élaborer un nouveau traité de l’Union dans l’esprit des réformes, dans le cadre d’une décentralisation rénovée sous-tendue par les exigences de la subsidianté, dirait-on au sein de la commission européenne. La clarification juridique, la redéfinition des niveaux de compétence assorties de la redistribution des compétences sont le garant de la survie de l’URSS.

33Dans ses travaux préliminaires, Revenko envisage trois niveaux de compétences :

341) Le centre aura en charge la défense, la politique étrangère, la politique monétaire, l’approvisionnement en énergie, les transports et la protection de l’environnement.

  • 16 Suggestions de A. Safarov, cf. Notes personnelles.

352) Certains problèmes seront du ressort de commissions mixtes de décideurs. Moscou et Douchanbé examineraient conjointement la question de l’eau16 : le Tadjikistan commande une grande partie du système hydraulique de l’Asie centrale.

  • 17 Ibidem.

36A ce niveau pourrait être également organisé le service militaire accompli dans des formations territoriales17.

  • 18 Suggestions de A. Baimuradov, cf. Notes personnelles.
  • 19 Le ministre des affaires étrangères de la RPC, Qian Qichen, m’en a confirmé la possibilité, « le jo (...)

373) Il y aurait enfin des compétences exclusivement républicaines : la politique religieuse, le système éducatif destiné à enrayer la russification, à promouvoir l’alphabet arabo-persan, à encourager la création d’une Université islamique18. Sur le plan commercial, Douchanbé devrait avoir toute latitude de développer ses échanges avec l’Iran, la Turquie et la Chine19 à l’image du protocole d’accord signé en 1988 avec le ministre chinois Zheng Tuobin.

  • 20 Analyse de A. Baimuradov, cf. Notes personnelles.

38Le Tadjikistan soumis aux aléas de la perestroïka : les paramètres qui expliquent le pessimisme et les craintes des historiens tadjiks20.

  • 21 Cf. Guissou Jahangiri, « Le Tadjikistan, éléments pour la construction d’une nation », Le Trimestre (...)

391) L’entité tadjike est par excellence un produit du soviétisme, elle ne dispose pas de mémoire historique21. Le 14 octobre 1924 le Tadjikistan est rattaché à l’Ouzbékistan en tant que république autonome. Il devient une république socialiste soviétique le 5 octobre 1929. Soixante-dix ans après, cette décision suscite des rancoeurs à Tachkent aussi bien qu’à Douchanbé : on mesure le poids des souvenirs et la profondeur des cicatrices de l’histoire. Elle illustre aussi le phénomène potentiellement dangereux de non-coïncidence des frontières et des ethnies.

402) Plutôt que d’ethnie tadjike, il faudrait parler d’une addition de communautés sunnites persanophones. La mosaïque territoriale que forme le Tadjikistan se reflète dans la vivacité de ses particularismes régionaux. Des cultures locales se sont développées. La région de Kourgan-Tyoubé est parsemée d’îlots de wahhabisme (troubles en mars 1987).

413) Plus révélatrice de la précarité du Tadjikistan est la situation qui prévaut dans la région autonome de Gorno-Badakhshan où dominent largement les ismaëlites. Le danger que représente cette région, comme foyer d’instabilité, n’est pas tant d’ordre religieux que politique avec la naissance à Khorog d’un courant qui revendique davantage d’autonomie.

  • 22 Remarque de Kadyrov. Cf. Notes personnelles.

424) La structure démographique du Tadjikistan est aussi lourde d’incertitudes avec pour 3,2 millions de Tadjiks, 1,2 million d’Ouzbeks et environ 380 000 de Russes d’après le recensement de 1989. Au gré des régions, la cohabitation tadjike/ouzbek est plus ou moins heurtée. A Léninabad (aujourd’hui Khodjent) elle se présenterait de façon plutôt harmonieuse mais dans l’ensemble le nombre de mariages mixtes diminue (tendance à l’endogamie22).

435) Le Tadjikistan n’a pas de pôle d’attraction, pas de point d’appui sur fond de plénitude d’affinités à la fois culturelles, religieuses et linguistiques : ni l’Iran, ni la Turquie ne peuvent assumer ce rôle. Pour la survie de l’entité tadjike, la prudence commande de ne pas soulever la question des Tadjiks afghans et de ne pas se lancer dans un irrédentisme tapageur concernant les persanophones de Boukhara et de Samarkand.

  • 23 Remarque de Kadyrov. Cf. Notes personnelles.
  • 24 cf. l’analyse de S. A. Dudoignon de « Vers une fédération de l’Asie centrale », op. cit.

44Seul un projet cohérent d’union confédérative garanti par le Kremlin permettrait à Douchanbé d’échapper aux dangers d’une recomposition régionale. Dans cette dernière hypothèse, le risque majeur serait dans l’affirmation de l’hégémonisme ouzbek sous la bannière d’un néopanturquisme23. Proches de certaines de ces thèses mais plus véhéments dans la dénonciation du nationalisme des Ouzbeks turcophones, R. Masov et F. Djoumaev apparaissent comme beaucoup plus soucieux du destin des Tadjiks situés à l’extérieur des frontières actuelles de la république. A leurs yeux, l’équilibre de l’Asie centrale ne peut résulter que de l’intangibilité des frontières mais celle-ci passe obligatoirement par la mise sur pied de plébiscites à bulletin secret24.

  • 25 cf. H. Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978, p. 306.

45Il y a quinze ans, H. Carrère d’Encausse écrivait en substance : « que les musulmans ont clairement le sentiment d’appartenir d’abord à la nation musulmane et ensuite seulement, au sein de cette nation, à une nation spécifique25. »

46L’évaluation des enjeux du problème tadjik témoigne, au contraire, de la place prépondérante de la composante ethnique dans les années 1985-1990. Une des caractéristiques du Tadjikistan semble être celle de “Quasi-State” : il ne devrait sa survie, son maintien qu’à la bienveillance et à l’indulgence de ses voisins.

Notes

1 Dans le cadre ou en marge de colloques consacrés à la politique tsariste au Turkestan : Moscou (septembre 1979, septembre 1987), Samarkand (octobre 1979), Douchanbé (septembre 1987).

2 cf. Revue du monde musulman et de la Méditerranée. 1991, 1 /2.

3 Notes personnelles : cf. analyses de Baimuradov (octobre 1988, septembre 1989, janvier 1990), de Safarov (décembre 1989), de Kadyrov (janvier 1990).

4 Pravda, 11 décembre 1984 et 12 avril 1985.

5 Pravda, 26 novembre 1989.

6 M. Gorbatchev, Le succès de la restructuration est entre les mains du peuple, Moscou, Novosti, 1988.

7 Ibidem, p. 5.

8 Pravda, 26 février 1986.

9 M. Gorbatchev, Perestroïka. Vues neuves sur notre pays et le monde. Paris, Flammarion, 1987, p. 5.

10 M. Gorbatchev, op. cit., p169.

11 Lors de la 1ère réunion du congrès des députés du peuple.

12 Réflexion de Baimuradov. cf. Notes personnelles.

13 Ibidem.

14 Réflexion de F. Kadyrov, cf. Notes personnelles.

15 Ibidem.

16 Suggestions de A. Safarov, cf. Notes personnelles.

17 Ibidem.

18 Suggestions de A. Baimuradov, cf. Notes personnelles.

19 Le ministre des affaires étrangères de la RPC, Qian Qichen, m’en a confirmé la possibilité, « le jour venu », en précisant qu’il n’y a pas de « question tadjike dans la province du Xinjiang ». Beijing - septembre 1992, cf. Notes personnelles.

20 Analyse de A. Baimuradov, cf. Notes personnelles.

21 Cf. Guissou Jahangiri, « Le Tadjikistan, éléments pour la construction d’une nation », Le Trimestre du Monde, n° 20, 4e trimestre 1992, p. 154-166.

22 Remarque de Kadyrov. Cf. Notes personnelles.

23 Remarque de Kadyrov. Cf. Notes personnelles.

24 cf. l’analyse de S. A. Dudoignon de « Vers une fédération de l’Asie centrale », op. cit.

25 cf. H. Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978, p. 306.

Auteur