Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Tadjikistan à l’épreuve de l’indépendance

 | 
Mohammad-Reza Djalili
, 
Frédéric Grare

Construction d'une identité nationale

Tadjikistan et Afghanistan : les groupes ethniques de part et d’autre de la frontière

Pierre Centlivres et Micheline Centlivres-Demont

Texte intégral

Tadjikistan

1La république du Tadjikistan, telle qu’elle fut instaurée en 1929 à partir de l’ex-république autonome du même nom, correspond partiellement à la partie orientale de l’ancien Emirat de Boukhara, qui lui-même comprenait une partie du Turkestan et du Badakhshan aujourd’hui afghan (Becker, 1968). Il faut attendre 1895, soit il y a cent ans à peine, pour que les frontières entre l’émirat protégé par la Russie, et l’Afghanistan d’Abdur Rahman sous la tutelle de l’Inde britannique soient fixées.

2En ce qui concerne les populations, le nord-est de l’Afghanistan et le sud du Tadjikistan peuvent donc être considérés comme une seule et vaste entité, que les politiques ethniques et l’évolution socio-économique ont fait évoluer différemment de chaque côté de la frontière.

3Pour la présentation des populations du Tadjikistan, nous nous sommes basés sur les travaux des ethnologues soviétiques, en particulier de B. Kh. Karmysheva, sur l’Atlas Narodov Mira de 1964 et sur les cartes ethnographiques de l’Atlas Tadjikskoj SSR de 1968. Rappelons toutefois que les cartes ethniques ne donnent qu’une représentation plane de ces réalités très hétérogènes et complexes, et ne disent rien du dynamisme des diverses collectivités ethniques (Centlivres, 1979). Les groupes ethniques ne sont pas des objets naturels mais des constructions élaborées dans le cours de l’histoire, auxquelles parfois les intellectuels, ethnologues, linguistes et autres ont contribué.

4En 1895 donc, la rive droite du Pandj, qui deviendra la région du Haut-Badakhshan, est attribuée à l’émir de Boukhara, et la rive gauche est incorporée dans l’Afghanistan par Abdur Rahman, l’émir de Kaboul. Pour la première fois, en cette fin de xixe siècle, le Darya-ye Pandj, qui prend le nom d’Amou-Daria après avoir reçu le Wakhsh, devient frontière d’Etat. La frontière aurait pu être la Kokcha par exemple, si le rapport de force entre les puissances régionales avait été différent, et comme c’était le cas, semble-t-il, il y a plus de 2 000 ans, entre la Sogdiane et la Bactriane.

5Le sud du Tadjikistan est un espace cloisonné par des vallées, correspondant aux affluents du Pandj puis de l’Amou, courant du nord-est au sud-ouest, ce qui n’est pas sans incidences sur les répartitions et divisions ethniques.

61) L’Atlas soviétique du Tadjikistan de 1968 propose une carte ethnique comprenant douze groupes, soit

  • cinq groupes parlant des langues turques : Uzbeks, Kirghiz, Kazaks, Turkmènes et Tatars,

  • six groupes parlant des langues indo-européennes : Tadjiks évidemment, Russes, Ukrainiens, Allemands, Tsiganes et Juifs dits centrasiatiques,

  • un groupe formé de quelques collectivités d’Arabes non-arabophones vivant dans des villages à la frontière afghane, au sud-ouest du pays, et situés en territoire turcophone.

7Comme on peut s’y attendre, leur répartition géo-écologique obéit à des principes que l’on retrouve en partie au nord-est de l’Afghanistan. Les Tadjiks, terme commun pour des populations persanophones d’origines diverses, vivent dans les villages des hautes vallées d’une part et dans les villes de l’autre ; ceux que les cartographes et les ethnologues appellent Pamiri ou Tadjiks des montagnes, ou anciennement Galchas, habitent la région montagneuse du Haut-Badakhshan, au sud-est, où se trouvent aussi des campements kirghiz.

8Les Uzbeks, selon l’Atlas de 1968, vivent sur le cours inférieur des vallées au sud-ouest du Tadjikistan et près de la frontière de l’Uzbékistan. Pour nous en tenir à la moitié sud du pays, les Uzbeks dominent autour de Shartuz, Regar, Kurghan Tepe, Pandj et Kulab, et au sud de Doshambe.

9Des colons allemands sont mentionnés à Doshambe et autour de Wakhsh, près du cours inférieur de la rivière du même nom.

10Les Russes figurent sur la carte comme des points isolés, dans les villes surtout, - sauf à l’est de Khodjand, où leur présence est donnée comme massive -, et dans la vallée du Wakhsh et à Kulab. On trouve des Kazaks près de la frontière afghane, dans le sud-ouest ; des Turkmènes, dans les Bas Kafirnigan.

112) Parue quelques années plus tôt, la carte ethnique de l’Atlas des peuples du Monde (Atlas Narodov Mira) de 1964 comporte dix-neuf groupes ethniques pour le Tadjikistan ; c’est qu’elle mentionne comme des entités séparées six populations regroupées, parfois de manière discutable, sous le nom de Tadjiks des montagnes, alors que cette appellation purement géographique ne correspond ni à une unité ethnique réelle, ni à une appellation indigène. Il s’agit de six populations de religion Ismaélienne vivant dans la région du Haut-Badakhshan et parlant des langues est-iraniennes. Ces populations se donnent à elles-mêmes des appellations tirées de leurs lieux d’origine. Quatre d’entre elles existent également en Afghanistan du nord-est ; il s’agit des Rushani, des Shughnani, des Ishkashimi et des Wakhi. Un groupe résiduel de la région de Hissar, maintenant déplacé et assimilé, les Yagnobi, est également mentionné par cette carte.

12De toute façon, ces douze ou dix-neuf groupes ethniques semblent bien peu nombreux face aux cinquante-sept groupes ethniques de l’Afghanistan qui figurent sur la carte de l’Atlas de Tûbingen (Orywal, 1983). En s’en tenant au seul Nord afghan, on a l’impression d’un morcellement ethnique beaucoup plus grand au sud qu’au nord de l’Amou-Daria. C’est que les ethnologues soviétiques, conformément à la théorie et à l’idéologie de la formation des nations, ont regroupé sous le même nom des groupes divers donnés comme intégrés, et réunis désormais en de nouvelles nations, la tadjik et l’uzbek. En effet, la conception des nations et nationalités soviétiques reposait sur l’hypothèse du rapprochement, puis de la fusion des ethnies minoritaires, des groupes marginaux au sein des ethnies élues pour former soit la nation uzbek soit la nation tadjik. Les cartographes-ethnographes soviétiques ont donc fait une double opération de réduction-intégration des groupes persanophones ou iranophones au sein de l’ensemble tadjik, et des turcophones au sein de l’ensemble uzbek. Mais on trouve dans les œuvres de ces ethnographes la trace et la description de nombreux groupes turcophones non-uzbeks au sens ethnique, distincts de ceux de l’Uzbékistan et du Tadjikistan, groupes décrits et détaillées avec plus de soin que ceux d’Afghanistan. En effet, les mêmes groupes turcophones, souvent assimilés aux Uzbeks par les locuteurs extérieurs, mais distingués par les populations concernées elles-mêmes, se retrouvent des deux côtés de la frontière.

13Prenons le cas des turcophones. Les ethnologues soviétiques voient dans l’ensemble uzbek plusieurs composantes (Karmysheva, 1960 et 1964) :

  1. La première comprend des turcophones adaptés depuis longtemps à la vie agricole et à la vie urbaine ; sédentaires, ils n’ont pas de divisions tribales et étaient appelés dans l’ancien émirat, Sartes, Tat ou même Tadjiks, indépendamment de la langue qu’ils parlaient ;

  2. L’autre composante comprend des groupes ayant gardé leur nom et parfois leurs subdivisions tribales ; au début de ce siècle, ces groupes étaient encore éleveurs et souvent semi-nomades ; d’autres vivaient selon un mode agro-pastoral proche des persanophones des régions de montagnes. La classification des groupes turcophones de cette deuxième composante présente un intérêt encore actuel.

  • 1 La rivière Pandj prend le nom d'Amou après avoir reçu le Wakhsh.

14Une première catégorie, dans cette deuxième composante, comprend des Uzbeks au sens étroit, formés au Dasht-e Qipchaq vers le xive siècle et ayant migré en Transoxiane au xvie siècle sous la bannière de Mohammad Shaybani Khan (903-16/1500-10). Ces Uzbeks connaissent et revendiquent le nom de leurs tribus et parfois de leurs subdivisions tribales. Mentionnons par exemple les tribus Ming, Kungrad, Lakaï, Muytân, Mangit ou Qataghan. Cette dernière tribu en particulier a donné son nom à une ancienne province de l’Afghanistan (Centlivres, 1975). De toute façon, depuis le xviiie siècle au moins, des migrations forcées ont accéléré la dispersion des tribus uzbeks des deux côtés de l’Amou-Daria. L’avant-dernier mouvement de population de grande importance de part et d’autre du Pandj-Amou est celle1 qui a suivi la révolte des Basmatchi dans les années 1920 et les collectivisations forcées au début des années 1930. Une bonne partie des Muhajirs de ces années étaient turkmènes ou uzbeks, et parmi ces derniers des milliers de Kungrad et de Lakaï originaires de Transoxiane (Centlivres et Centlivres-Demont, 1988b) : ultime ( ?) migration pour ces réfugiés des années trente, certains de leurs descendants se trouvent actuellement (1994) réfugiés au Baloutchistan pakistanais en attendant de rentrer, pour certains d’entre eux en tout cas, dans le nord de l’Afghanistan.

15La deuxième catégorie comprend des populations turcophones installées dans le Tadjikistan, l’Uzbékistan et l’Afghanistan, avant l’arrivée des tribus uzbeks de Shaybani. Elles ont gardé leur identité propre, leurs noms de groupe, l’habitat qui est le leur et leurs dialectes. Leurs voisins les appellent souvent turk ; or l’ethnonyme turk n’est adopté que par une partie de ces populations ; les autres s’appellent elles-mêmes de noms qui évoquent les invasions turco-mongoles du xiiie au xive siècle ; on les retrouve des deux côtés de la frontière. Les groupes les plus connus sont les Qarluqs, vivant aux abords de la Kokcha en Afghanistan, que nous avons étudiés autour de Rustaq dans les années soixante-dix ; au Tadjikistan, ils habitent aussi dans la vallée du Zerafshan (nord du Tadjikistan) et dans la partie sud de cette république. Certains Qarluqs afghans avaient fui l’Afghanistan au temps d’Abdur Rahman pour s’installer autour de Kulab. Un autre groupe, les Moghols, se trouve autour de Taliqan et au sud de Faizabad en Afghanistan, autour du Hissar et sur la rive droite du Pandj au Tadjikistan. Installés en Tansoxiane sous Timour, certains s’étaient établis en Afghanistan sous la pression boukhare et russe au xixe siècle, puis avaient fui eux aussi l’Afghanistan à la fin du siècle pour y retourner, ou du moins leurs enfants, à l’époque de la collectivisation forcée, va-et-vient séculaire et souvent tragique qui ne semble pas près de s’achever. On pourrait citer d’autres groupes tels les Barias, qui portent le nom d’une tribu mongole.

16Leurs identités distinctes reposaient et reposent sur des différences linguistiques mineures à l’intérieur du groupe turc oriental et sur une répartition dans l’espace selon des étages et des altitudes différentes. Ces Turks au sens large ont été repoussés par les Uzbeks Shaybanides dans des emplacements plus élevés : amont des rivières ou piémonts, entre l’étage tadjik en haute montagne et les plaines où les Uzbeks pratiquaient l’élevage.

17Une étude précise des appartenances politiques et des rébellions, de la révolution soviétique à la révolte des Bas-matchis et à la collectivisation soviétique, et de cette dernière à l’ère postsoviétique, montrerait sans doute le rôle des oppositions régionales dans les alignements politiques, où la logique de la différenciation ethnique et régionale n’est pas absente, comme en Afghanistan.

Nord-est de l’Afghanistan2

  • 2 De 1966 à 1974, nous avons effectué maints séjours de recherche dans le nord-est, le nord et le nor (...)

18Le nord-est de l’Afghanistan comprend les provinces de Kunduz, Baghlan et Takhar, ensemble autrefois appelé Qataghan, et la province du Badakhshan. La région au nord et à l’est de Faizabad est homogène ethniquement, peuplée par les Tadjiks, mais ce terme recouvre des entités plurales et des auto-appellations diverses ; les populations pamiriennes sont souvent classées à part, comme nous l’avons vu, pour des raisons linguistiques et religieuses. A l’extrême nord-est vivent des Kirghiz du Pamir. En été, la relative homogénéité de la région fait place à une pluralité ethnique très grande par l’arrivée des éleveurs arabes, uzbeks, pachtouns, transhumant dans la région de Ragh, Esh et Shewa.

19Le Qataghan et les rives de la Kokcha ont au contraire un peuplement complexe, comprenant des collectivités de langue dari : Tadjiks, Hazaras et Baloutches, des collectivités de langue turque : Uzbeks, Moghols, Qarluqs, ainsi que de fortes colonies pachtounes, pour ne citer que les groupes principaux.

20Si le nord-est du Badakhshan et les hautes vallées de l’Hindoukouch ont gardé une configuration de population semblable à celle qui existait avant le xxe siècle, les piémonts et les collines de loess abritent des populations en grande partie turcophones refoulées par des migrations affectant les plaines, et tout récemment (xxe siècle) par des colons qui se sont installés sur les terres autour de Kunduz, de Taliqan et de Baghlan, et, plus au nord-est, aux abords de l’Amou-Daria (Darkat, Dasht-i Qala, Yangi Qala). Ce peuplement nouveau est lié à la politique de colonisation intérieure du gouvernement de Kaboul entre les années 1920 et 1960 et aux grands travaux d’irrigation qui l’ont accompagnée ; il s’agissait alors de fixer des populations turbulentes tout en pachtounisant une aire peuplée en majorité d’éleveurs uzbeks. Ces régions de nouvelle colonisation présentent un notable morcellement ethnique, mais avec dominance pachtoune.

21Prenons deux exemples, celui du district de Rustaq situé parmi les collines de loess non loin de la Kokcha et celui de Yangi Qala, plus au nord, non loin du Pandj, tous deux dans la province de Takhar (Centlivres, 1976a ; Centlivres-Demont, 1976).

Rustaq

22A Rustaq, les Tadjiks représentent à peu près le tiers des 70 000 à 80 000 habitants peuplant ce district avant 1980. A part une minorité autochtone, leur origine est diverse : Badakhshan, Bas-Qataghan, nord de Kaboul, région de Kulâb. Ils sont commerçants au bazar et agriculteurs.

23Les Hazaras se sont établis sous Babur (début du xvie siècle) au sud de Rustaq, sur le flanc raviné des collines où ils vivent d’agropastoralisme ; ils ne sont guère plus de 1 500.

24Sunnites, ils sont traditionnellement et politiquement les alliés des Tadjiks.

25Les Baloutches (environ 10 000), sans doute venus au Badakhshan avec les troupes de l’Afghan Ahmad Shah en 1 768, sont dispersés de Kishm, en Afghanistan, à Kulâb, au Tadjikistan, et parlent la langue de leurs voisins tadjiks et uzbeks. Ceux de Rustaq sont installés en aval de la localité, le long de la rivière.

26Les turcophones se divisent en deux groupes de population presque équivalente en nombre, de 13 000 personnes chacun : les Uzbeks et les Qarluqs. Ils occupent les collines de loess de la rive droite de la Kokcha ; jadis éleveurs, ils pratiquent l’agriculture sèche céréalière avec un peu d’élevage de moutons et de chevaux. Ils sont les voisins et les alliés des Uzbeks venus en conquérants au xvie siècle ; ces derniers cultivent des terres irriguées dans la vallée en aval de Rustaq.

27Trop éloigné des terres irriguées du Bas-Qataghan et des grands axes de communication, le district de Rustaq a été peu touché par la colonisation pachtoune.

28En nombre, les Tadjiks et leurs alliés hazaras dominent quelque peu les turcophones, ce qui rend les Baloutches arbitres de la situation. Etablis dans une zone de peuplement uzbek, c’est avec les Uzbeks et Qarluqs qu’ils s’allient le plus souvent, sans doute pour résister à leur assimilation ou à leur subordination par les Tadjiks.

Yangi qala

29A la situation relativement stable de Rustaq où chaque groupe occupe et contrôle un espace déterminé, s’oppose au bord du Pandj, dans le district de Yangi Qala (qui comprend les localités frontalières de Darkat et de Dasht-i Qala), une mosaïque de petits groupes de provenances diverses, formant une configuration ethnique morcelée et instable et susceptible d’alliance selon des principes d’intérêt économique plutôt qu’ethnique : il s’agit d’une compétition pour les terres irriguées.

30Dès les années 1920, les gouverneurs d’Amanullah ont entrepris des travaux d’irrigation et favorisé la colonisation des terres par des groupes allogènes. C’est à ce moment qu’arrivent les Qandahari, éleveurs de moutons et de chameaux, pachtounophones venus par le nord-ouest de l’Afghanistan, membres de tribus qu’Abdur Rahman, à la fin du xixe siècle, avait espéré fixer dans le nord-ouest. Dans les mêmes années vingt, sont venus du sud des cultivateurs, parfois déportés, parfois volontaires, qui appartenaient à des tribus pachtounophones coupables de révoltes périodiques contre le pouvoir de Kaboul.

31Personnes déplacées devenues colons, ils ont mis la terre en cultures avec l’aide du gouvernement.

32Ces nouveaux venus sont entrés en conflit avec des éleveurs uzbeks et des Tadjiks, Qarluqs et Moghols agriculteurs, qui ont été repoussés vers les collines de loess où seule l’agriculture pluviale est possible. De leur côté, les éleveurs qandahari ont été chassés des abords de l’Amou mis en cultures.

33Colonisation et irrigation ont avantagé les Pachtouns ; elles ont avantagé aussi l’agriculture aux dépens de l’élevage. Tel était d’ailleurs le projet politique du pouvoir afghan.

Politique

34Même si certains groupes ethniques de la région, les Baloutches par exemple, ont été totalement assimilés linguistiquement, même si les genres de vie tendent à s’homogénéiser, le sentiment identitaire, celui d’appartenir à une collectivité distincte par opposition à d’autres collectivités, reste vif et se reproduit par les stratégies matrimoniales et l’usage des ethnonymes. En politique la logique d’opposition entre communautés voisines est la règle autour des alliances et conflits entre notables.

35A Rustaq, lors des élections de 1969 au parlement, un candidat-député baloutche était le candidat unique des Uzbeks, Qarluqs et Baloutches face aux Tadjiks et à leurs alliés hazaras, et il a bien failli l’emporter, si les Tadjiks n’avaient pas utilisé une stratégie plus moderne que la leur. En effet, les Uzbeks et Qarluqs se sont fiés aux vieilles clientèles ethniques et tribales, où les arbâbs, petits chefs villageois ou tribaux, font voter ceux de leur clan selon les appartenances lignagières. En revanche, les Tadjiks ont réussi à attirer par des avantages économiques (cadeaux aux notables) plusieurs minorités, en particulier les Moghols qui parlent pourtant la même langue et partagent le même domaine géographique que les Uzbeks, mais qui, anxieux de marquer leur différence avec ces derniers, ont été une proie facile pour les Tadjiks.

36Sous le gouvernement communiste, les affiliations politiques ont suivi en gros les lignes ethniques :

  • Les Qarluqs de Rustaq ont choisi soit le camp de Kaboul, soit celui des islamistes d’Hekmatyar, selon la logique de leur opposition à la majorité tadjik qui, elle, a rallié le mouvement du Jamiat du commandant Massoud ;

    • 3 Les sept partis de la résistance afghane officiellement reconnus suivent en gros deux tendances : « (...)

    La situation des Pachtouns de Yangi Qala s’est jouée à deux niveaux, politique et ethnique. Certains, la majorité, ont choisi le camp des moudjâhidîn (Hezb-e islami d’Hekmatyar et le parti de Sayyaf3) ; d’autres ont été chassés de leurs terres par les Tadjiks et les Uzbeks qui ont mis à profit la faiblesse du pouvoir central pour tenter de récupérer leurs terres dont ils avaient été privés par le pouvoir pachtoun de Kaboul.

37Au sein de la résistance, alliances et divisions ont fonctionné de la même façon. Les Tadjiks du Badakhshan, ismaéliens exceptés (Emadi, 1993), et du Qataghan ayant rallié le Jamiat et Massoud, les autres groupes ethniques se sont affiliés à d’autres partis. Voisins directs des Tadjiks, les Moghols d’Argu (sud de Faizabad) et les Uzbeks d’Aliabad ont rallié le Hezb de Hekmatyar. Sayyaf et son Ettehad-e islami avaient, et ont toujours, des partisans parmi les Pachtouns. Depuis 1991 et la prise de Khwoja-e Ghar par Massoud, la région de Yangi Qala est sous le contrôle du Jamiat (1993).

38Le sentiment d’appartenance au groupe ethnique au sens large et l’identité nationalitaire sortent probablement renforcés de la crise chez les Uzbeks comme chez les Tadjiks. Au-delà du morcellement ethnico-partisan, l’aspiration à une entité plus vaste se fait sentir. Le refus de la domination pachtoune et la politique des nationalités du gouvernement communiste y sont pour quelque chose.

39Dans le nord et le nord-ouest de l’Afghanistan, le général Dostom symbolise pour beaucoup de turcophones l’aspiration de la nation uzbek ; les cadres uzbeks ou moghols du Hezb-e islami, théoriquement partisans de Hekmatyar, se réclament pourtant du général Dostom.

40Concluons en revenant sur le terrain de l’identité. S’il est exact que le terme Tadjik est souvent une auto-appellation et un terme d’appartenance nationale revendiqué, on doit remarquer cependant que l’ethnicité tadjike, au sens d’un sentiment d’appartenance clair, stable, indiscutable, semble moins saillante que l’uzbek et la turkmène. Sur le terrain, ceux que nous appelons Tadjiks, s’appellent souvent de noms régionaux, Panshiri, Darwazi, Râghi (Centlivres et Centlivres-Demont, 1988c).

41Si les Uzbeks ont une histoire ethnique et peuvent être appréhendés et se reconnaître dans des identités en quelque sorte substantielles, évoquant une origine précise, une étymologie peut-être mythique mais fondatrice tirée d’un ancêtre éponyme, le cas des Tadjiks en revanche est plus ambigu. L’identité nationale tadjik manque de netteté. L’origine du terme, avec ses incertitudes, en est un indice parmi d’autres (V. Dupree, 1978 et Orywal, 1986 : 22) : Tâz (Tât), en effet, semble être un terme signifiant “arab” à l’époque sassanide, utilisé par les Iraniens pour désigner les Arabes établis en Iran, cela jusqu’à l’époque islamique. Pour d’autres, c’est un terme utilisé par les Arabes pour désigner les persanophones d’Asie centrale au lendemain de la conquête, par opposition aux turcophones. Puis ce seraient les turcophones qui auraient désigné ainsi les musulmans d’Asie centrale, et, après la conversion des turcophones à l’islam, ces derniers auraient appelé tâzik les populations iranophones sédentaires d’Asie centrale, donc la partie de la population non turquisée. Ce procédé de désignation de l’autre par la négation d’une propriété est analogue à celui que l’on rencontre aujourd’hui dans beaucoup de régions d’Afghanistan où tâjik est utilisé par les Pachtouns pour désigner les non-Pachtouns, qu’ils soient persanophones ou non.

42Le cas de l’Afghanistan montre bien que le terme peut avoir un référent très variable, souvent par l’absence d’une identité positive, et renvoie à un véritable degré zéro de l’ethnie (Centlivres, 1976b). L’ethnonyme tâjik s’est donc construit tant bien que mal autour d’une étiquette attribuée, à référent composite.

43Tout se passe comme si, en Afghanistan, le terme était historiquement utilisé, et parfois jusqu’à nos jours, pour parler de populations diverses n’appartenant pas au groupe, en général dominant, du locuteur.

44L’éveil des nationalités en Afghanistan et la situation au Tadjikistan montrent que cet état de choses ne s’est pas encore totalement modifié.

Bibliographie

ATLAS NARODOV MIRA, Moscou : Akademii Nauk SSR, 1964.

ATLAS TADJIKSKOJ SSR, Doshambe-Moscou, 1968.

BECKER, Seymour, Russia’s Protectorates in Central Asia: Bukhara and Khiva, 1865-1924. Cambridge, MA : Harvard University Press, 1968.

CENTLIVRES, Pierre, « Les Uzbeks du Qattaghan », Afghanistan Journal 2(1), 1975, p. 28-36.
« L’histoire récente de l’Afghanistan et la configuration ethnique des provinces du Nord-Est », Studia Iranica 5(2), 1976a, p. 255-267.
« Problèmes d’identité ethnique dans le nord de l’Afghanistan »,
Actes du xxixe Congrès international des Orientalistes. Iran moderne, vol. 1, Paris, 1976b, p. 8-13.
« Groupes ethniques : de l’hétérogénéité d’un concept aux ambiguïtés de la représentation. L’exemple afghan », EHLERS, E. (éd.) Beiträge zur Kulturgeographie des islamischen Orients. Marburg/Lahn : Geographisches Institut der Universität Marburg, 1979, p. 25-37. (Marburger Geographische Schriften 78).

CENTLIVRES, Pierre et CENTLIVRES-DEMONT, Micheline, « Chemins d’été, chemins d’hiver entre Darwaz et Qataghan », Afghanistan Journal 4(4), 1977, p. 155-163.
Et si on parlait de l’Afghanistan ?, Neuchâtel : Institut d’ethnologie/Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1988a, « Frontières et phénomènes migratoires en Asie centrale : le cas de l’Afghanistan de 1880 à nos jours ». CENTLIVRES, Pierre et CENTLIVRES-DEMONT, Micheline, Et si on parlait de l’Afghanistan ?, Neuchâtel : Institut d’ethnologie/Paris : Maison des Sciences de l’Homme, 1988b, p. 247-274.
« Pratiques quotidiennes et usages politiques des termes ethniques dans l’Afghanistan du Nord-Est », DIGARD, J.-P. (éd.), Le fait ethnique en Iran et en Afghanistan. Paris : Editions du CNRS, 1988c, p. 233-246.

CENTLIVRES-DEMONT, Micheline, « Types d’occupation et relations
interethniques dans le Nord-Est de l’Afghanistan », Studia Iranica
5(2), 1976, p. 269-277. DUPREE, Louis. « Tajik » WEEKES, Richard V. (éd.), Muslim Peoples. A
World Ethnographic Surve,
Westport, CO/Londres: Greenwood
Press, 1978, p. 389-395.

EMADI, Hafizullah, “Minority group politics: the role of Ismailis in
Afghanistan’s politics
”, Central Asian Survey 12(3), 1993, p. 379-392.

KARMYSHEVA, B. Kh., “Ethnograficeskaje gruppa tjurk v sostave
uzbekov”
Sovelskaja etnografia 1, 1960, p. 3-22.
On the history of population formation in the Southern areas of Uzbekistân
and Tâdjikistan (Ethnographic data),
Moscow : “Nauka Publishing
House, 1964
(VII International Congress of Anthropological and
Ethnological Sciences, Moscow, August 1964).

ORYWAL, Erwi, Afghanistan: Ethnische Gruppen (carte), Wiesbaden :
Dr. Ludwig
Reichert, 1983 (Tübinger Atlas des Vorderen Orients
(TAVO), A VIII 16).
Die ethnischen Gruppen Afghanistans. Fallstudien zu Gruppenidentität und Intergruppenbeziehungen, Wiesbaden : Dr Ludwig Reichert, 1986 (Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe B 70).

Notes

1 La rivière Pandj prend le nom d'Amou après avoir reçu le Wakhsh.

2 De 1966 à 1974, nous avons effectué maints séjours de recherche dans le nord-est, le nord et le nord-ouest de l'Afghanistan (Centlivres et Centlivres-Demont, 1977 et 1988a) ; nos recherches portaient principalement sur l'identité ethnique et les relations interethniques ; elles ont été rendues possibles grâce à l'aide financière du Fonds national suisse de la recherche scientifique.

3 Les sept partis de la résistance afghane officiellement reconnus suivent en gros deux tendances : « modérée » et « islamiste ». Les partis de G. Hekmatyar (Hezb-e islami) et de Sayyaf (Ettehad-e islami) appartiennent à la seconde tendance.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/1626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable