Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Conclusion : les territoires des nouvelles technologies

Texte intégral

1Les communicants de ce groupe se sont réunis pour une discussion des termes du rapport final et formuler des propositions de travail en commun.

2Les points suivants ont été soulignés :

  1. Les concepts d’espace géographique et de territoire demeurent valides dans l’interprétation de l’évolution des technologies et des mutations industrielles qui leur sont liées. Cette approche permet d’avoir une vision systémique et transversale par rapport aux approches d’autres types (macro, micro, de branches…). S’il y a bien un processus de mondialisation, le territoire garde sa prégnance(les études sur les télécommunications au Brésil l’ont montré) ; il y a un impact réciproque entre les formes technologiques et les formes territoriales.
  2. Entre autres facteurs territoriaux il faut prendre en compte les relations géopolitiques qui s’inscrivent entre pays et blocs de pays, la position par rapport au marché, le rôle des bassins d’emploi. Ces facteurs du phénomène technopolitain ont été identifiés notamment dans le cas du Mexique et du processus d’intégration avec les Etats-Unis.
  3. L’hétérogénéité de l’Amérique latine a été signalée, tant dans les politiques d’ouverture et d’ajustement, dans la nature et le rôle de l’Etat, dans les contextes et environnements où s’insèrent les mutations technologiques, dans les positions par rapport au marché et aux pôles producteurs de technologie.
    Cette question de l’hétérogénéité conduit à se demander si les tendances innovatrices dans les divers pays conduisent à des complémentarités, au moins partielles, rendant viable les visées d’intégration, ou bien s’il s’agit de phénomènes de concurrence dans l’insertion de chaque pays dans l’économie mondiale.
  4. Ouverture et crise sont les deux éléments du contexte de mutation industrielle et territoriale. Là encore il faut prendre en compte les orientations spécifiques des politiques des pays latinoaméricains dans la recomposition des espaces nationaux avec les renversements de hiérarchie régionale qui l’accompagnent (les cas du Chili et de l’Argentine ont été particulièrement éclairants sur ces changements et l’on a pu parler d’une nouvelle géographie de l’Argentine qui reste peu connue en raison des retards dans la perception des changements spatiaux).
  5. La diffusion des nouvelles technologies est fortement marquée par les structures prééxistantes, par le style de l’Etat, l’idéologie dominante, la culture politique, la tendance à la reproduction des modèles.
  6. L’un des points centraux est celui de la nature du projet national et de la continuité ou de la rupture dans les politiques d’Etat et les orientations dominantes de son intervention. Ainsi pour le Brésil l’importance du groupe des militaires dans la définition d’un projet géopolitique a été démontré, ce projet étant à la base de toute une politique économique et territoriale des technologies et de leur application (nucléaire, aéospatial, armement..). Le cas argentin présente également de manière précoce ce volontarisme d’une action impliquant les militaires, mais sans l’ampleur et la continuité observée au Brésil. Une recherche complémentaire devrait être faite pour mieux cerner la différence avec des pays d’une plus grande tradition de régimes civils (Mexique, Venezuela).
  7. Le rôle de l’Etat a été également mis en valeur avec les politiques d’Aménagement conduisant à intégrer les composantes scientifiques-technologiques dans l’aménagement du territoire, notamment le concept de technopoles qui articule les questions de l’innovation et de la reconversion, de la centralisation et de la décentralisation. Une comparaison franco-brésilienne dans un projet de recherche conjoint en cours de développement est apparue particulièrement féconde.
  8. Toute une partie du débat s’est centré sur la question d’une surestimation, survalorisation de la nouveauté, sur un effet de mode quant l’essaimage de technopoles en Amérique latine, sur une mythification éventuelle de cette réalité comme élément de réponse à la crise. Une vraie réponse à cette question suppose une meilleure conceptualisation et une typologie fine, donc des approches comparatives de ces “objets” dans les pays développés et dans les pays latinoaméricains.

3Il ne s’agit pas de croire qu’un transfert de modèle, qu’une “tropicalisation des pôles technologiques” vont résoudre la crise. En réalité le pôle et le parc technologiques devraient d’abord être perçus comme instruments mobilisateurs, dynamisateurs, d’interrelation entre acteurs. Le pôle apparaît comme le cristallisateur d’un jeu d’acteurs, et aussi comme un enjeu de pouvoir entre politiques au niveau local.

4Achevé d’imprimer sur les presses de Copédith

5Dépôt légal n° 6429

6Janvier 1993

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable