Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

La fondation de recherche et développement de l’Université Simon Bolivar et le parc technologique Sartenejas

La fundaciόn de investigatiόn y desarrollo de la universidad Simon Bolivar y el parque tecnolόgico Sartenejas

Carlos E. Seaton

Texte intégral

1Les diverses études menées sur l’avenir technologique des pays développés montrent toutes que la maîtrise dans ce domaine dépendra de plus en plus de l’intensité des liens entre recherche et développement. Le maintien de la compétitivité pour la conservation ou la conquête de nouveaux marchés repose non seulement sur le rythme de la production de connaissances nouvelles mais aussi sur la vitesse de leur transfert du laboratoire aux lignes de production industrielle. Le développement des nouveaux processus de commercialisation des technologies exige de la créativité dans la mise en place de mécanismes de financement interentreprise et l’établissement d’autres schémas de relation entre l’industrie et les centres où s’élaborent les connaissances.

2En Amérique Latine, un tel défi est particulièrement lourd à relever à cause des limites du développement économique de nos pays et la faiblesse de l’apport de l’appareil scientifique technologique à la croissance de l’industrie nationale. Or il y a urgence. Pour y répondre, il faut que l’Etat, les industriels et les universités participent à la révision et à la mise en oeuvre des plans nationaux concernant le développement technologique et des instruments utilisés jusqu’à présent pour en être l’élément catalyseur.

3Au Venezuela, les secteurs touchés directement par le problème de la Recherche-Développement se sont inquiétés explicitement du retard technologique et de son impact sur le développement industriel du pays. Leur réflexion a été à l’origine d’un ensemble d’actions menées indépendamment par les milieux scientifiques et les secteurs de la production et l’on commence à élaborer des plans intégrés en vue d’impulser de façon harmonieuse la croissance de la capacité scientifique et technologique du pays.

4Ce texte présente de façon succincte les efforts réalisés par l’Université Simon Bolivar pour consolider ses liens avec l’industrie publique et privée. Il décrit brièvement d’abord l’expérience de l’Université en ce qui concerne le fonctionnement des instituts de recherche, puis développe les résultats les plus notables de la gestion de la Fondation de Recherche et Développement (FUNIDES-USB) enfin montre en conclusion comment, à partir de cette expérience, on a abouti à l’idée d’implanter un parc technologique sur les terrains de l’Université.

La relation université/secteur productif

5L’Université Simon Bolivar est une institution expérimentale disposant d’une structure dynamique qui lui permet d’innover dans divers domaines comme la formation globale de l’individu, la recherche, le développement technologique, la formation permanente et l’administration en matière d’éducation. En ce qui concerne la recherche et le développement technologique, le Comité de Direction a pouvoir de créer les structures nécessaires pour la mise en place de programmes favorisant l’enrichissement du fonds culturel et scientifique et la production de technologies au service du développement intégral du pays.

6Dans l’exercice de ses pouvoirs, le Comité de Direction a amorcé une entrée dans le domaine de la recherche et du développement industriel avec la création des Instituts de Recherche de l’Université : Ies Instituts d’Etudes Régionales et Urbaines (IERU), de Recherches Métallurgiques (INMETAE), de Ressources Naturelles Renouvelables (IRNR), de Recherche et Développement Industriel (INVEDI) et des Sciences de la Mer (INTECMAR). Ils partagent les mêmes objectifs : le développement du secteur recherche à l’Université et l’autofinancement sur la base de l’intégration des ressources humaines des différents départements et laboratoires et la constitution d’équipes pluridisciplinaires s’attachant à la solution des problèmes technologiques du secteur productif.

7L’expérience de ces instituts de recherche a constitué l’unique interface entre l’Université et l’Industrie pendant une période de 16 ans. Entre 1970 et 1982, ils se sont comportés, chacun, comme formant, dans leur champ respectif de connaissance, une unité indépendante qui était avant tout un prestataire de services auprès des laboratoires ou une assistance conseil auprès des entreprises du secteur public principalement. En 1982 a été créé le Secrétariat Technique Administratif des Instituts (STAII) avec pour mission de coordonner l’activité administrative des différents instituts, centraliser les données sur les programmes en liaison avec l’industrie et établir les bases d’un processus de gestion qui permettrait un suivi et une évaluation tenant compte des politiques menées par les autorités de l’Université.

8Ce Secrétariat n’a pu atteindre ses objectifs et avec le temps il s’est transformé en une entité purement administrative qui avait pour principale fonction les opérations de perception et de paiement liées à l’exécution des projets. Le montant des contrats établis par les instituts a toujours été inférieur à 1 % du budget universitaire et la condition d’autofinancement exigée n’a jamais été remplie dans la pratique. Le succès économique limité des instituts s’explique principalement par l’abondance des ressources provenant des prix élevés du pétrole, ce qui offrait aux chercheurs de l’Université un éventail de financements pour la réalisation de leurs projets tandis que les industriels pouvaient obtenir à bas coût de l’étranger technologies et assistance. Une meilleure relation entre les deux secteurs n’avait donc pas de raison de se mettre en place.

9De l’activité de ces instituts, il en est résulté toutefois un bénéfice d’importance, celui d’avoir formé des ressources humaines capables de gérer la liaison entre l’Université et l’industrie. L’évaluation de l’expérience acquise a favorisé la prise de conscience des principales difficultés liées à ce processus et a ouvert un chemin au développement de structures organisationnelles plus flexibles, plus aptes à gérer efficacement une politique de contrat avec les divers représentants du secteur industriel.

La fondation de recherche et développement (FUNINDES-USB)

10Cette Fondation est née en octobre 1986 pour consolider le lien entre notre Université et les entrepreneurs sur la base de programmes de Recherche et Développement scientifique et technologique orientés vers la satisfaction des besoins de la production. Dans ce but, elle a été dotée d’une personnalité juridique propre jouissant de la liberté pleine et entière de mettre sur pied une organisation flexible dans son fonctionnement et rapide dans ses réponses aux demandes du secteur industriel. A la direction du projet a été nommé un comité formé d’un président et de deux directeurs, l’un chargé de l’administration et l’autre de la production, tous disposant d’une grande marge de manoeuvre pour la négociation, l’établissement des contrats et l’exécution des projets. Les politiques de la FUNINDES-USB et ses critères de fonctionnement, ont été établis par le Conseil Supérieur qui représente le niveau le plus élevé de la fondation et l’entité responsable de l’utilisation rationnelle des ressources humaines et physiques de l’Université en tenant compte des buts scientifiques de l’institution.

11Trois ans après sa création, la Fondation constitue l’unique ouverture de l’Université sur l’environnement technologique national ; pour ce faire, elle peut compter sur l’appui sectoriel des instituts de recherche qui agissent comme force exécutante pour la négociation des projets et sur la participation des ressources humaines et physiques des départements scientifiques et de l’ensemble des laboratoires pour la réalisation des activités de recherche, de service et d’assistance-conseil.

12La croissance de la FUNINDES-USB s’est faite par étapes, et sa progression vers la maturité a été en relation directe avec la demande externe de projets et la gestion des ressources nécessaires. Ces trois années ont vu la réalisation de projets de recherche fondamentale, appliquée ou axée sur le développement, la mise en place d’interventions d’assistance technique de haut niveau et l’offre de services spécialisés de la part des laboratoires auprès des entreprises de base de l’Etat, l’industrie privée et autres entités publiques et privées. La Fondation a répondu aux besoins du secteur pétrolier et pétrochimique, à ceux de la métallurgie et de l’industrie de l’aluminium, du secteur de la construction et du développement urbain, aux demandes de l’industrie alimentaire et de l’automobile, de l’énergie électrique et des télécommunications. Nous avons appuyé la petite et moyenne industrie en leur offrant une assistance technologique pour le contrôle de qualité, l’analyse des causes de défectuosité, l’évaluation quantitative des équipes, la vérification des normes et le développement de nouveaux produits dans le cadre du programme de substitution des importations.

13La figure 1 illustre le bilan des quatre premières années de gestion et une comparaison avec les années antérieures. Elle montre clairement la croissance soutenue des liens avec l’industrie à partir de la création de la Fondation. Nous avons signé des contrats pour une valeur totale de cent cinquante millions de bolivars, correspondant à l’exécution de 360 projets. Chacun de ces projets est géré séparément selon des critères précis de comptabilité en termes d’exécution financière et en suivant un chronogramme d’activités qui respecte les conditions discutées préalablement entre les parties contractantes. La participation des différents secteurs de l’Université à la réalisation des projets a contribué au renforcement des axes de la recherche appliquée dans les domaines de la chimie, de la science des matériaux, de la biologie, des mathématiques, de la physique et de l’électronique. Elle a permis également le développement de technologies en ingénierie mécanique, dans les processus et systèmes, dans les modes de conversion et de transport de l’énergie ; dans ce cadre ont été mis en oeuvre d’importants plans de développement urbain venant appuyer la croissance des villes et l’amélioration de la vie des quartiers. Dans nombre de ces projets ont été constituées des équipes pluridisciplinaires formées par les chercheurs de notre Université, y compris par des chercheurs travaillant dans les entreprises et les centres de recherche demandeurs de nos services.

14Analysons la nature de la demande en fonction du montant des contrats (Cf figure 2) : 60 % correspond à Petrόleos de Venezuela (PDVSA), à ses entreprises et aux centres de recherche qui lui sont rattachées. La part importante de PDVSA dans la croissance de FUNINDES-USB s’explique principalement par deux facteurs. L’un est lié à la planification des stratégies de PVDSA qui a, entre autres, comme objectif le renforcement d’une recherche axée sur le développement de processus et la croissance à l’échelle nationale de la capacité d’assistance dans des domaines intéressant l’industrie pétrolière. L’autre facteur est à mettre en relation avec le caractère technologique de notre Université et avec notre forme d’organisation qui permet l’exécution de projets et l’obtention de résultats respectant les termes du contrat avec PDVSA.

15Sur les 40 % restants, 20 % correspondent à la CVG et 20 % se distribuent entre 159 entreprises petites et moyennes et recouvrent surtout des projets d”assistance à court terme, des services de laboratoire et la production, à petite échelle, de pièces et de machines se substituant à des produits importés.

16La figure 3, qui est un bilan de la façon dont les projets se répartissent en fonction des catégories (recherche appliquée, services, assistance et création de produits) permet d’observer que c’est dans ce dernier secteur que le nombre des projets est le plus bas. Or, il est un appui important à la petite et moyenne industrie et son impact est favorable à l’innovation technologique et à l’entrée dans le processus de reconversion industrielle ; il est donc opportun d’analyser les facteurs qui limitent son développement, et c’est ce que l’on se propose de faire dans la figure 4 : absence de mécanismes pouvant promouvoir des liens entre les PME et l’Université, pas de politique de financement en direction des entrepreneurs, non prise en compte de la nécessité d’ateliers de travail accueillant les innovateurs qui élargiraient ainsi leur zone d’influence aux étudiants et aux autres professeurs de l’Université.

17Les résultats atteints constituent une avancée importante dans la gestion des rapports Université-Industrie et la reconnaissance progressive des facteurs déterminants dans ce processus a conduit, en 1989, le Comité de direction à décider d’actions importantes comme la consolidation des règles administratives normalisant les relations entre la FUNINDES-USB et les différentes sections universitaires. Ce fait revêt une très grande importance dans la mesure où : 1) il définit les bases d’une promotion plus systématique du potentiel scientifique et technologique de l’Université ; 2) il renforce la création d’un système de contrôle qui traduit à travers une base de données appropriée l’amélioration des relations entre l’Université et le secteur productif national. De telles actions servent de point de départ à une politique plus agressive destinée à promouvoir l’Université dans le secteur de la production. Une politique orientée vers l’élaboration d’alternatives qui, à long terme, soient capables d’augmenter le niveau des revenus propres et donc de garantir la continuité des programmes ainsi qu’une présence toujours plus active de notre institution dans l’environnement technologique.

18A l’intérieur de ce mouvement de recherche d’alternatives, nous pensons que les entreprises mixtes, constituées par du capital privé et universitaire représentent une expérience par laquelle il faut nécessairement passer si l’on veut augmenter notre crédibilité auprès des secteurs privé et public et leur démontrer la capacité de l’Université à contribuer au développement industriel du pays. Pour ce faire, il s’agit de créer des mécanismes pouvant favoriser l’appui financier et l’apport des technologies nécessaires pour que les innovations élaborées par nos professeurs et nos étudiants se transforment en produits finis commercialisés par l’entreprise privée selon des critères qui reconnaissent la juste participation de l’Université. C’est cet esprit qui a marqué la naissance d’un parc technologique sur les terrains de notre institution, encourageant ainsi la création d’une infrastructure ouverte à l’expérimentation, à l’exploration et au développement de nouvelles possibilités de relation entre université et industrie.

Le parc technologique, un instrument de développement

19Dans les pays développés, les parcs technologiques sont constitués de trois unités de base : une unité d’appui à la recherche formée par l’Université et autres centres industriels de recherche, une autre qui rassemble les petites entreprises créées pour exploiter la technologie, enfin une unité d’appui pour le transfert de technologies et la commercialisation des innovations. En France, par exemple, les autorités régionales jouent un rôle notable car c’est à travers les mairies que se font l’offre de terrains et la canalisation des capitaux destinés non seulement au développement urbain mais aussi à la construction de bâtiments pour la recherche et à une amorce financière pour les activités d’innovation. Cette forte participation à l’échelle régionale est l’élément déclencheur du processus de développement du parc technologique, entraînant la création de nouveaux emplois et un processus de transfert de technologies qui accroît la prospérité économique et contribue à améliorer les conditions de vie dans la région.

20On peut affirmer que le parc joue une fonction d’intégration de secteurs qui ont des missions sociales différentes mais convergentes vers un même objectif : l’augmentation de la valeur ajoutée des biens produits dans le pays, la valorisation du potentiel scientifique des universités et des centres de recherche et le développement des qualifications des dirigeants des entreprises nationales. C’est cette articulation entre industriels, banquiers et chercheurs qui permet de penser que le parc technologique est un schéma qu’il faut adopter, en y introduisant les modifications dictées par la réalité vénézuélienne, pour déclencher le développement de programmes qui contribuent à la croissance technologique du pays.

Le lien du parc avec l’Université Simon Bolivar

21L’expérience de FUNINDES-USB a consolidé la capacité de l’Université à gérer et à mettre en oeuvre des projets de recherche appliquée, des interventions d’assistance et la prestation de services dans des domaines recouvrant les secteurs industriels les plus divers ou concernant des organismes orientés vers le développement scientifique et technologique. Fondamentalement, FUNINDES-USB a favorisé la liaison entre les Départements, les groupes de recherche et l’Unité des Laboratoires avec le secteur scientifique externe, ce qui a permis le développement d’une infrastructure légale et administrative appropriée à la gestion de projets de recherche/développement.

22La capacité technologique de notre institution s’est vue renforcée par la présence, sur les terrains de l’Université, d’autres centres de recherche. En particulier, l’Institut d’ingénierie, un centre relevant du Ministère des Industries du Venezuela et l’Institut des Etudes Avancées (IDEA).Il faut aussi signaler la présence, dans un rayon de 30 km, de l’Institut Vénézuélien de Recherche Scientifique (IVIC) et du Centre de Recherches pétrolières du Venezuela (INTEVEP). C’est cette concentration de centres liés à la Recherche/Développement qui a incité le Ministère des Sciences et de la Technologie à choisir notre Université pour accueillir la construction du Parc Sartenejas.

23L’expérience accumulée par ces différents centres inclut des brevets d’invention, la fabrication de nouveaux produits à la demande de l’entreprise privée, le développement d’innovations à l’initiative des chercheurs, l’appui à des idées conçues à l’extérieur de l’Université etc. De ce type d’expériences, des programmes élaborés par le Fonds National d’Innovation Technologique (FINTEC), des Rencontres de négociation technologique organisées par le CONICIT et des programmes de coopération internationale, il en est résulté l’ouverture d’une voie nouvelle vers l’exploration de nouvelles structures de relation entre notre Université et les entreprises comme :

  • la promotion, avec aide financière, de programmes orientés vers la valorisation des innovations produites par nos chercheurs et les entrepreneurs
  • la participation au processus de transfert, à partir d’organisations étrangères ou nationales, de technologies nécessaires à l’augmentation de la compétitivité de notre appareil productif.
  • la constitution d’entreprises mixtes entreprises/Université dans les secteurs fortement orientés vers la Recherche/Développement.

Caractéristiques du parc Sartenejas

24Etant donné la nature du projet, une bonne étude préalable est nécessaire. La consolidation d’un parc technologique est un processus de lente maturation. Les cas les plus connus internationalement n’ont connu le succès qu’après une période d’incubation de près de dix ans. Pour se développer, un parc doit faire l’apprentissage de nouvelles relations inter-institutions, ce qui exige le développement parallèle de mécanismes légaux pour l’établissement d’accords relatifs à la propriété intellectuelle et les droits d’auteur. Ce processus de croissance suppose deux éléments vitaux : l’existence de relations mutuelles de confiance et de crédibilité entre l’Université, les centres de recherche, les secteurs industriels et les entités financières, relations indispensables à l’exécution de tout projet, et la sélection du type et de la nature des projets qui présideront à la naissance du parc en tant que tel.

25Les premiers pas dans ce processus fort complexe ont déjà été amorcés. Le Ministère des Sciences et de la Technologie a accordé une ligne budgétaire pour la construction d’un édifice sur une surface d’environ trois mille m.2 Les plans sont réalisés par le Ministère du Développement Urbain qui sera également responsable du chantier. Chaque projet que le parc va accueillir devra être associé à des entreprises fortement axées sur la Recherche/Développement et s’engager à de pas être un élément polluant (air, bruit, sol) ou à risque en ce qui concerne la sécurité industrielle.

26Le Parc Technologique Sartenejas sera un centre qui cherchera à mettre intégralement en oeuvre un processus de gestion technologique qui favorisera la prise de décisions et d’actions concrètes en relation avec le production de connaissances et leur application à l’industrie. Son infrastructure devra comprendre des activités de recherche fondamentale selon des orientations précises et de recherche appliquée, des plans de développement technologique à travers la création d’usines pilotes et la mise en place de programmes de formation continue pour les entrepreneurs formés à partir des idées élaborées dans le parc.

27C’est sur la base de ces caractéristiques qu’ont été établis un ensemble de critères pour le développement du parc technologique.. D’abord ont été présélectionnés les secteurs qui, dans la sphère du travail, ont formulé le plus de demandes jusqu’à aujourd’hui et ceux qui entrent dans les plans prioritaires du développement national. Dans cette phase initiale, on donnera la préférence aux projets du secteur informatique qui aideront à la production de “software” et à l’utilisation de la conception assistée par ordinateur car de tels projets offriront un soutien précieux pour le développement de l’infrastructure de services qui aideront à la mise en place de projets prévus pour une étape ultérieure (conception de machines et d’équipement, fabrication d’appareils électroniques, recherches en biotechnologie orientées vers la santé et l’agriculture ou en ingénierie mécanique et en ingénierie et science des matériaux, des recherches intégrées également à des activités liées à a) l’élaboration de pièces, d’équipements et de produits destinés à l’industrie pétrolière, b) la sélection de processus de fabrication de pièces de rechange, c) l’établissement de perspectives qui prévoient le développement de nouveaux processus à partir des matières premières du pays dans des domaines présentant d’évidents avantages comparatifs.

28La croissance du parc technologique Sartenejas se profile comme un processus graduel, basé sur des projets concrets et bien définis en liaison avec le secteur industriel. Dans sa conception, il est prévu une distribution modulaire de l’espace avec des constructions qui pourront progressivement s’étendre jusqu’à une limite établie. Les activités de recherche/développement auront quatre sources de financement : 1) les contrats de travail avec les entreprises intéressées par l’implantation de leurs centres de recherche sur les terrains du parc, 2) les crédits. préférentiels pour les projets d’innovation technologique, 3) les apports de l’Etat pour la construction concrète de l’usine et 4) les programmes de coopération internationale qui favorisent le développement de la capacité d’innovation technologique à travers la participation de groupes d’industriels et de chercheurs des pays concernés.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540