Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Reconversion et innovation industrielle à La Plata. Complémentarité ou alternative ?

Sébastien Velut

Texte intégral

1L’Argentine possède une industrie déjà ancienne mais qui s’est profondément restructurée depuis quinze ans : des secteurs jadis moteurs comme l’industrie de la viande ont perdu de leur dynamisme et c’est la pétrochimie qui a joué le premier rôle. Cette évolution s’est doublée de changements dans la répartition spatiale des activités à la faveur de politiques de promotion industrielle visant notamment à un rééquilibrage territorial. Cette politique d’aménagement du territoire allait de pair avec une volonté affichée de décentralisation, synonyme facile de démocratisation. Cependant, les politiques de promotion industrielle ont eu pour effet de renforcer le poids des grands groupes dont l’influence était déjà décisive, ce qui remet en question la réalité de la décentralisation. Face à des groupes dont les stratégies se définissent à des échelles nationales ou mondiales, une administration provinciale ou nationale est de peu de poids.

2C’est précisément ce qui éclate à La Plata, capitale de la Province de Buenos-Aires, qui accueille une puissante industrie innovante mais dont l’articulation avec le milieu local se fait très mal, malgré des initiatives originales. Pourtant la ville dispose d’un milieu scientifique important réparti entre l’Université Nationale de La Plata (UNLP), l’Université Technologique Nationale (UTN) et le Centre de Recherche Scientifique (CIC) de la Province de Buenos-Aires. Le grand La Plata, qui compte 580 000 habitants, rassemble outre la population de La Plata même (473 000 hab.) celles de Berisso (66 000) et d’Ensenada (41 000). La ville jouit d’une assez bonne réputation en Argentine, ce qui peut la rendre attractive pour l’industrie. Celle-ci est présente depuis longtemps à La Plata, mais c’est à travers deux secteurs privilégiés que nous en envisagerons les relations avec le milieu et les politiques locales : la pétrochimie et l’informatique. Le premier présente le jeu quasi exclusif de grandes entreprises privées et publiques, le second permet d’étudier les modalités et les difficultés de l’action de l’administration provinciale.

La pétrochimie : innovation et déterritorialisation

Croissance et modernisation

3Le pôle pétrochimique de La Plata est le plus important du pays. Il s’est constitué autour de la principale raffinerie de Yacimientos Petrolíferos Fiscales (YPF) dont la capacité est d’environ la moitié du raffinage argentin. Cette usine a commencé à fonctionner en 1926 sur des terres amphibies primitivement destinées au port de La Plata et qui furent aménagées en véritable polder industriel. Elle est aujourd’hui entourée de cinq établissements à qui elle fournit des intrants. L’ensemble emploie environ 4 300 personnes dont 3 000 chez YPF et 1 100 dans la principale entreprise pétrochimique Petroquímica General Mosconi (PGM).

4Si l’installation d’entreprises pétrochimiques, outre YPF, remonte à 1963 avec l’ouverture de l’usine d’IPAKO, elle ne se développe véritablement qu’à partir de 1974 quand commence à fonctionner l’usine de PGM. Le pôle regroupe aujourd’hui des entreprises publiques (YPF et PGM) et des filiales de multinationales argentines ou non (IPAKO, Polibutenos SA, MALEIC et COPETRO). Toutes ces entreprises ont des politiques de développement assez ambitieuses qui s’accompagnent d’investissements importants.

5C’est par exemple le cas de PGM qui a investi entre 1984 et 1989 plus de 100 millions de dollars pour la construction d’un complexe d’utilisation des oléfines dont l’achèvement s’est traduit par un gain de 300 emplois. Des travaux d’un montant de 90 millions de dollars sont en cours pour l’installation d’équipements de production de diméthyl-théréphtalate et de polyéthyl-théréphtalate qui utiliseront le paraxylène déjà produit par PGM. IPAKO s’est associé avec Shell-Argentine pour fonder la société Petroken dont elle détient 51 % du capital. La construction d’une usine de polypropylène est en cours à côté de l’établissement d’Ensenada. L’investissement total devrait atteindre 140 millions de dollars et aboutir à la création de 250 emplois.

6MALEIC et COPETRO envisagent des investissements plus réduits quoiqu’importants (plusieurs millions de dollars) mais dont l’impact sur l’emploi sera beaucoup plus faible (une vingtaine d’emplois au total). Enfin YPF a terminé récemment les travaux de modernisation de la raffinerie de La Plata, qui devraient permettre de fournir davantage d’hydrocarbures légers que le marché absorbe préférentiellement. On ne peut connaître ni le montant des travaux ni leur impact sur l’emploi, mais l’investissement engagé fut certainement considérable.

7Si l’installation des entreprises pétrochimiques à Ensenada a pu correspondre à une élévation du niveau technique dans l’industrie (implantation en Argentine d’activités et de procédés nouveaux) il n’y a pas de continuité dans la politique d’innovation. On n’hésite pas à utiliser de nouvelles technologies pour augmenter ou diversifier la production mais il n’y a pas de politique systématique d’amélioration par les entreprises de leurs techniques. Paradoxalement dans ce pays où la main-d’œuvre est bon marché, la développement de l’industrie se fonde avant tout sur une utilisation massive du capital et l’on n’embauche que très prudemment, quand on n’assiste pas à la diminution d’effectifs jugés superflus. Ce fut le cas chez COPETRO qui employa jusqu’à 110 personnes contre 58 aujourd’hui. La logique du développement industriel, dont la réalité est incontestable, se fonde donc sur une augmentation du capital bien plus que de l’emploi. C’est l’un des éléments de la déterritorialisation.

Une faible articulation locale

8On ne peut demander à l’industrie d’embaucher au delà de ses besoins, et chacun sait que ceux de la pétrochimie sont modestes. Toutefois la politique de développement peut faire plus ou moins appel aux ressources internes ou locales pour fournir les moyens techniques de sa réalisation. Or nous avons décrit la richesse du milieu universitaire et scientifique à La Plata. Des phénomènes de synergie avec l’industrie seraient donc envisageables, or force est de constater qu’ils restent modestes.

9Il faut mettre à part le cas d’YPF qui dispose de ses propres laboratoires installés à Florencio Varela entre Buenos-Aires et La Plata où travaillent 600 personnes dont 500 chercheurs. S’y ajoutent des universitaires travaillant dans le cadre de contrats passés entre YPF et la plupart des universités argentines. Les crédits du laboratoire sont en augmentation mais ils restent modestes (0,5 % du chiffre d’affaires d’YPF). La guerre des Malouines ayant mis en évidence la dépendance d’YPF à l’égard de fournisseurs extérieurs, le laboratoire a bénéficié d’un nouvel intérêt et peut s’enorgueillir de résultats prometteurs : sélection dans un appel d’offres international lancé par l’Equateur, mise au point d’un catalyseur.

10Ces résultats sont encore limités car YPF achète de façon quasi-systématique la technologie dont elle a besoin et ses laboratoires se contentent de l’expertiser, ce qui peut d’ailleurs permettre de la copier dans la mesure où le fournisseur accepte de décrire le détail de ses procédés. D’autre part le laboratoire sert de centre de services aux établissements d’YPF qui font appel à lui pour résoudre les problèmes qui les dépassent. La production effective de technologie est donc réelle mais limitée. L’existence du laboratoire de Florencio Varela confère à la compagnie une certaine indépendance technique mais il a pour corollaire la faible interaction entre les différents établissements et les milieux locaux où ils sont implantés.

11Les autres établissements d’Ensenada ne disposent pas de centres de recherche et leurs laboratoires se limitent le plus souvent à la solution des problèmes immédiats de la production, à quelques travaux sur les utilisations des produits ou au contrôle de la qualité. La faible part du personnel scientifique qualifié dans leurs effectifs est le reflet de cette situation. Lors de l’installation des usines comme lors des travaux d’amélioration ou d’extension on a systématiquement fait appel à des entreprises étrangères européennes (IFP, Snamprogetti, Sulzer etc.) ou des Etats Unis (Koppers Co., Grindlay) qui ont fourni leurs technologies. Ce n’est que chez PGM qu’il existe une politique de recherche un peu plus active. L’entreprise a été habilitée récemment à recevoir des boursiers du système de recherche national. En 1984, un accord de coopération technique a été signé avec des entreprises brésiliennes.

12Il ne faut donc pas s’étonner que PGM soit l’entreprise la plus engagée dans une structure qui fait l’originalité du pôle pétrochimique d’Ensenada. Il s’agit de l’ACORDE (accord de coopération pour le développement du pôle pétrochimique d’Ensenada) signé en 1985 et qui regroupe actuellement PGM, MALEIC, Polibutenos S.A., l’UNLP et l’UTN. Il s’agit d’un accord-cadre destiné à prévoir les modalités d’une éventuelle collaboration entre l’Université et l’industrie. L’initiative est venue de l’Université, en partie nous semble-t-il, en raison des difficultés financières qu’elle connaît.

13L’intérêt de cet accord est qu’il a une base territoriale. YPF n’en fait plus partie, sans doute sous l’influence de son propre centre de recherche qui voulait contrôler tous les rapports entre l’entreprise et l’Université. COPETRO, dont l’activité n’est pas considérée comme pétrochimique, n’en fait pas non plus partie. L’idée avancée par les universitaires responsables de l’ACORDE est qu’il faut exploiter le potentiel local de recherche pour aider les industries en échange de crédits et de possibilités de formation pour les chercheurs et les étudiants avancés.

14Jusqu’à présent les résultats ont été modestes. Convaincre les entreprises qu’une collaboration avec l’Université était non seulement possible mais aussi fructueuse fut une tâche difficile. Longtemps les entreprises ne virent dans l’accord qu’une forme de subvention à l’Université dont elles voulaient bien se charger au nom de leur “engagement communautaire”. En revanche, recourir aux capacités effectives du personnel de l’Université n’allait pas de soi. PGM subventionne en grande partie l’ACORDE en accordant quelques bourses, quant à MALEIC et Polibutenos S.A. elles n’y ont eu recours que pour des cours d’anglais ! C’est dire que la coopération se fait sur des thèmes marginaux qui n’intéressent pas directement la production.

15On voit les limites de cet accord, ce qui souligne le faible enracinement territorial des entreprises. Hormis PGM, elles ne croient pas à l’utilité d’un engagement local allant plus loin que quelques œuvres de bienfaisance qui intéressent le plus souvent Ensenada. Il faut à cet égard rappeler que la législation sur la pollution est appliquée localement. C’est à l’administration municipale de veiller aux respects des normes nationales et l’on peut penser que quelques dons peuvent conférer à l’entreprise une certaine tranquillité. Cela souligne la modestie du rôle des administrations provinciales et municipales qui ne peuvent agir sur la pétrochimie.

Informatique et reconversion industrielle

Un objectif double

16Une partie de l’intérêt du projet informatique est qu’il fait jouer le premier rôle à l’administration provinciale qui s’est lancée dans un projet ambitieux alliant développement industriel dit de haute technologie et reconversion.

17Le projet apparaît avec trois décrets pris entre octobre et novembre 1988. Le but aujourd’hui clairement affiché est de créer une technopôle d’informatique et de télécommunications. Il s’agit d’aider les petites entreprises compétitives et capables d’innover. Or, l’Argentine qui dispose d’une main-d’œuvre qualifiée relativement abondante et bon marché est susceptible de tirer son épingle du jeu dans le domaine porteur de l’informatique. C’est pourquoi la Province propose aux PME informatiques un certain nombre d’avantages, et notamment l’accès à son propre marché. L’instrument essentiel de promotion industrielle est donc le pouvoir d’achat de l’administration provinciale. Pour bénéficier de ces avantages les entreprises devront être installées dans la Province ou dans le futur technopôle. Dans ce dernier cas les entreprises bénéficieront d’un traitement préférentiel lors des appels d’offres ainsi que des structures dynamisantes propres à un technopôle (contact avec des chercheurs, facilité pour accéder à divers services, etc.). La localisation fut choisie proche de La Plata où se concentrent laboratoires de recherche et autorités provinciales. On décida finalement d’installer le technopôle à Berisso ce qui donne au projet une dimension de reconversion industrielle.

18Berisso est en effet une ville économiquement sinistrée. Sa prospérité a reposé jusqu’à la fin des années 1970 sur le fonctionnement d’une de ces usines frigorifiques si caractéristiques de la grande période agro-exportatrice. Le long du quai du port se dressent encore aujourd’hui les bâtiments délabrés de ce monstre industriel, qui occupe près de 10 ha, où l’on livrait jadis les bœufs qui y étaient abattus et préparés à être exportés. Cette usine qui employa plus de 10 000 personnes dut être fermée car, ayant grandi sans plan d’ensemble elle était devenue impossible à moderniser. Le choc économique résultant de cette fermeture se lit dans la chute de l’emploi industriel de Berisso, passé entre 1974 et 1985 de plus de 6 000 à 1 600 soit une diminution de 75 %.

19Ce n’est pas la première fois que l’on essaie d’amener des entreprises à Berisso, qui dispose déjà d’un parc d’activités jouissant des avantages de la loi provinciale de promotion industrielle, mais le projet de la Province acquiert une très forte portée symbolique lorsqu’il prévoit l’installation du pôle informatique dans les bâtiments désaffectés du frigorifique. Il était depuis longtemps question de réutiliser ces installations qui n’avaient pas été démolies, et dont la construction était de suffisamment bonne qualité pour qu’elles pussent servir encore longtemps. Or, l’usine est bâtie sur des terrains vendus par la Province à l’entreprise Swift, filiale de Campbell et propriétaire de l’établissement depuis 1969. la Province est parvenue à un accord avec l’entreprise Swift qui lui a cédé pour cinq ans avec une option pour deux années supplémentaires, le plein usage du terrain et des bâtiments en échange d’une amnistie fiscale portant sur ses arriérés d’impôts. Il s’agit d’un succès de la nouvelle administration provinciale péroniste, élue en 1987. Reste à savoir si une ancienne usine frigorifique est la meilleure localisation pour des entreprises informatiques.

Une localisation peu favorable

20Ceux qui ont visité cette ancienne usine, et c’est le cas des responsables des entreprises que l’on veut y attirer, peuvent en douter. La construction est sans doute solide, c’est en tout cas ce qu’affirme l’architecte nommé par la Province, mais la remise en état va demander de gros investissements. On envisage d’installer les constructeurs de matériel dans les anciennes chambres froides, or elles ne sont pas suffisamment hautes de plafond pour que l’on puisse faire passer des câbles d’alimentation électrique et installer un ascenseur risque d’être problématique. Le bâtiment destiné aux entreprises de logiciel est en meilleur état, il sera plus facile à aménager et les exigences des sociétés sont moindres. Reste que, lors de la première visite des locaux par les délégués des entreprises, ceux-ci ont fait remarquer que ces bâtiments étaient “pire que rien”, parce qu’il y avait quelque chose. Les anciennes installations en cours de démolition ne créent pas le paysage de technopôle que l’on aimerait trouver : les arbres poussent dans les cours, l’herbe entre les pierres, les carreaux sont cassés, des poutres métalliques des charpentes ont été volées.

21L’environnement n’est pas non plus très favorable. Il est vrai que le frigorifique est relié aux principaux réseaux, mais seront-ils suffisants ? Apparemment, c’est le réseau domestique qui l’alimente en courant électrique, or il est beaucoup moins sûr que le réseau à haute tension destiné à l’industrie, et l’on sait que l’appareillage informatique ne supporte pas des fournitures irrégulières de courant, des coupures même brèves, des sauts de tension peuvent compromettre son fonctionnement. L’usine dispose également de lignes téléphoniques, mais elles sont en petit nombre.

22D’autre part, l’atmosphère est extrêmement polluée par la pétrochimie, la carbochimie et une fabrique militaire d’acide sulfurique. On doit à la première la présence dans l’atmosphère de divers produits chimiques toxiques, mais surtout les risques d’accident sont importants. YPF manipule dans le port du tétra-éthyl de plomb dont les effets cancérigènes ne sont pas à démontrer. Il est tout à fait possible que, des usines pétrochimiques, provienne un nuage toxique à la suite d’un incident : les entreprises qui viennent s’installer à Berisso devront convaincre leur personnel de courir ce risque, et prévoir de coûteux systèmes de purification de l’air. Cela sera nécessaire pour toutes les entreprises qui voudraient se livrer à l’électronique de précision, car des aires de stockage de COPETRO s’élèvent des particules de charbon qui restent en suspension dans l’air. Enfin, la fabrique d’acide sulfurique est responsable de la présence de soufre dans l’atmosphère. Il y a quelques années, ces émanations étaient si importantes que le maire de Berisso essaya sans succès de la fermer. Aujourd’hui, l’activité est très ralentie, mais d’après une étude réalisée par Bull, il y aurait suffisamment de soufre dans l’atmosphère pour interdire toute activité de montage en électronique, aussi simple soit-elle, car le soufre corrode les contacts électroniques. Peut-être y a-t-il là une certaine exagération de la part d’une société qui ne veut pas investir à Berisso et ne souhaite pas non plus que ses concurrents y prospèrent. Il n’en demeure pas moins que pour fabriquer du matériel électronique à Berisso il faudra investir bien plus que pour en fabriquer ailleurs, surtout si l’on veut le faire dans le Swift.

Les rapports avec les entreprises

23On comprend que les entreprises informatiques ne se pressent pas pour s’installer à Berisso et moins encore dans le Swift. Les PME intéressées par la proposition de la Province de Buenos-Aires que nous avons pu rencontrer étaient toutes installées dans la Capitale fédérale et ne comptaient pas la quitter. Tout au plus envisageaient-elles de délocaliser à Berisso une partie de leur activité pour ne pas laisser échapper le marché provincial. Une seule d’entre elles avait un projet industriel d’envergure pouvant aboutir à l’emploi d’une centaine de personnes dans la fabrication de matériel de télécommunications. Pour les autres les projets étaient encore peu avancés et se limitaient parfois au minimum nécessaire pour accéder au marché provincial. L’une s’était déjà installée à Berisso, mais pas dans le Swift. Ainsi, quel que soit le niveau technologique de ces entreprises il est manifeste qu’aucune d’entre elles ne mise sur la dynamique d’un éventuel technopôle.

24De son côté, l’administration provinciale a du mal à créer cette dynamique. Dans ses négociations avec les entreprises elle n’a pas grand chose à offrir et surtout elle ne dispose d’aucun moyen financier. Ses ressources dépendent en effet de l’Etat fédéral qui verse à chaque province une part de l’impôt qu’il a perçu. Or, le rendement de l’impôt est faible et dans le temps qui s’écoule entre le paiement par les contribuables et la redistribution l’inflation en a considérablement réduit la valeur réelle. Pourtant l’administration provinciale continue à agir comme si elle disposait des moyens d’un Etat national en voulant imposer aux entreprises des engagements précis sans contrepartie.

25L’administration provinciale ne parvient pas à accepter l’idée d’un véritable partenariat avec les entreprises. Certaines avaient proposé que la Province paie des indemnités pour les retards dont elle serait responsable, ce qui ne fut pas accepté. Pourtant, plutôt que de chercher à imposer aux entreprises une politique peu convaincante, une coopération avec des engagements équivalents de part et d’autre aurait plus de chance d’aboutir. Tout repose sur les achats de la Province, mais nul n’en connaît ni le montant ni les échéances et il est à craindre que les fluctuations économiques du pays ne conduisent à les réviser à la baisse ou à les retarder considérablement. De même un changement d’administration ou de responsables peut conduire à remettre en cause un modus vivendi non écrit élaboré entre les entreprises et la Province. Enfin, les entreprises candidates ne sont pas sûres de bénéficier exclusivement du marché provincial. Si elles n’ont qu’une préférence, elles craignent qu’une grande entreprise — en l’occurence IBM— ne soit finalement choisie grâce à ses prix plus bas que les leurs. La difficulté des rapports entre les responsables provinciaux et les entrepreneurs éclate dans un projet aussi original que celui du technopôle de Berisso.

26Il devient évident pour tout le monde que ce n’est pas le pôle informatique qui fera tout redevenir “comme avant”, désir nostalgique à peine déguisé de plus d’un de nos interlocuteurs. Les emplois créés seront, dans un premier temps en tout cas, peu nombreux et pas nécessairement pour les chômeurs peu qualifiés qui avaient jadis travaillé au Swift. C’est pourquoi la direction de l’industrie de la Province envisage de transformer le Swift en parc industriel général, ouvert à toutes les entreprises voulant s’y installer. Le pôle informatique serait cantonné dans une partie des locaux que l’on remettrait d’abord en état. Le reste des bâtiments, après rénovation, serait proposé aux entreprises intéressées par ces locaux gratuits, déjà raccordés aux principaux réseaux et proches du port. L’objectif est de créer 2000 emplois. Déjà sept entreprises sont très avancées dans les démarches et devraient créer environ 700 emplois, à peu près autant se disent intéressées. De ce point de vue, la reconversion industrielle de Berisso semble avancer sans trop de difficultés, mais il ne s’agit plus d’un programme de production de haute technologie. On s’orienterait plutôt vers une reconversion classique reposant sur l’emploi d’une main-d’œuvre à bon marché, peut-être incompatible avec la création d’une dynamique originale s’appuyant sur des ressources humaines d’un haut niveau.

Conclusion

27Les deux exemples que nous avons donnés montrent la difficulté d’articuler d’une part la logique de l’innovation et celle de la reconversion et d’autre part les logiques de développement et les virtualités locales. La modernisation, à l’œuvre dans une certaine mesure dans la pétrochimie, accompagne un développement industriel incontestable mais dont les retombées locales positives sont très limitées. Ce n’est en tout cas pas dans le domaine de la technologie que l’on parvient à articuler industrie et milieu local quels que soient les besoins de la première et les potentialités du second. L’évolution de la pétrochimie dont les capacités et le niveau techniques se sont élevées s’est traduite en termes territoriaux par une involution qui voit les établissements fonctionner en faisant plus ou moins abstraction du milieu local. Celui ci n’apparaît que dans les bonnes œuvres des entreprises qui améliorent d’une certaine façon les conditions de vie et de formation de leur main-d’œuvre, mais sans qu’apparaisse une coopération sur une base technique ou professionnelle. Les initiatives restent limitées et ne rencontrent que peu d’échos dans l’industrie. Cette évolution ne laisse pas présager de grosses augmentations d’effectifs dans les années à venir car la pétrochimie n’est pas à l’origine d’un milieu industriel fertile.

28Par ailleurs, la reconversion industrielle menée sur des bases locale et provinciale ne parvient pas à attirer des PME innovantes, si tant est qu’on puisse baptiser ainsi les candidates à l’installation à Berisso. Si technopôle il y a, il sera sans commune mesure avec les exemples des pays développés. Mais même cette réalisation est sujette à caution car l’administrations de la province de Buenos-Aires n’a ni les moyens de sa politique ni la politique de ses moyens. Son initiative originale semble donc vouée à l’échec même si on peut espérer une certaine réactivation industrielle de Berisso par des entreprises autres que celles de l’informatique. Ces difficultés sont en partie dues aux dissensions avec l’administration nationale qui n’approuve pas cette initiative locale, également à l’opposition d’IBM qui contrôle environ 70 % du marché informatique argentin, mais peut-être avant tout au caractère essentiellement politique de ce projet qui doit d’abord servir le prestige de ces initiateurs —tant que leur habileté rhétorique couvre le vide de leurs réalisations.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable