Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Brésil : défi technologique et organisation spatiale

Martine Droulers

Texte intégral

Les parcs et pôles technologiques au Brésil

Les parcs et pôles technologiques au Brésil
  • 1 Avec à peine 0,6 % du total des publications scientifiques mondiales (1) et 25 chercheurs pour 100 (...)

1Le Brésil a un palmarès qui le place dans le peloton de tête des pays du monde occidental : 8ème pour sa production industrielle, 7ème pour ses parcs sidérurgique et pétrochimique, 5ème pour ses ventes d’armes… Ces résultats sont encourageants, même s’ils restent loin de ceux des premiers. Cependant, les indicateurs de science et technologie ne sont pas aussi bons1, tant par le nombre de ses chercheurs et que par ses publications scientifiques, le Brésil se retrouve dans le groupe des pays du Tiers Monde.

2Dans ce pays qui se définit à la fois par le caractère tardif de son industrialisation, par son intégration dans un capitalisme périphérique et dépendant et qui, de surcroit, sort de vingt années de régime autoritaire, centralisateur et bureaucratique, le défi du développement technologique est complexe et révèle les déséquilibres au coeur du modèle de développement adopté. Nous chercherons ici à préciser quelques points qui situent le Brésil dans la course à l’industrialisation, à la modernité technologique et au développement scientifique en particulier ceux qui concourent à préciser les configurations spatiales de ces lieux de concentration des nouvelles technologies.

3Les industries de pointe sont logiquement présentes dans les pays qui sont eux-mêmes à la pointe du progrès scientifique et technique ; néanmoins les nouveaux pays industrialisés ou puissances intermédiaires répondent eux aussi aux défis technologiques en se spécialisant dans quelques créneaux définis comme des “niches technologiques”. A quelles conditions apparaissent-elles ? En quoi le regroupement de centres de recherche, d’universités et d’industries innovantes engendre des configurations spatiales originales sur le continent brésilien ? La recherche de “niches technologiques” vise donc à réduire la dépendance. Le développement de technologie autonome ne peut pourtant se faire sans un minimum de technologie importée, dans cette recherche de compétitivité, la spécificité spatial du modèle brésilien sera explicité.

Défis technologiques et choix industriels

4La technologie constitue “la nouvelle frontière” de l’industrie. A ce titre, elle est en plein mouvement et connait des mutations rapides. Pour rester dans le mouvement, un pays comme le Brésil pratique “la veille”, envoie ses ingénieurs se spécialiser dans les centres de recherche du monde développé, échange des produits et achète de la technologie.

5Cependant la décennie 80 a été une des pires pour les pays du Tiers Monde en terme de croissance économique et dans cette période de relative stagnation technologique les choix possibles se résument à deux exigences réaffirmées par le gouvernement brésilien.

6- Ne pas se laisser marginaliser par les grands blocs, ni accroître son retard La question est d’être compétitif sur le plan international et dans un monde qui se structure de plus en plus en blocs supranationaux (la Communauté Economique Européenne, le Japon et ses satellites, l’Amérique du Nord+Mexique) où l’on observe une réorientation de leurs flux commerciaux, technologiques et des investissements la place de pays comme le Brésil, l’Argentine et l’Inde qui en sont éloignés, reste à trouver.

7Alors que les importations de technologie représentaient au Brésil en 1971, 9,4 % des dépenses, elles n’en représentaient plus que 1,2 % en 1986 (données de 1TNPI, l’Institut National de Propriété Industrielle). Le Brésil dépense depuis le milieu des années 80, 1,8 milliards de US$/an en recherche et développement alors que pour rattraper son retard il lui faudrait, selon le professeur Marcovitch, investir dans les 12 prochaines années, 6 milliards de US$/an et absorber 28 000 chercheurs/an. Actuellement on n’y forme que 5000 titulaires de 3ème cycle par an (Marcovitch, 1989). A l’insuffisance de moyens nationaux se rajoutent les restrictions de la diffusion terchnologique de la part des pays développés.

8- Parvenir à une certaine autonomie technologique et réduire les inégalités.

9A l’échelle nationale, le Brésil a quelques 45 millions d’habitants qui ont accès aux produits de haute technologie et encore quelque 95 millions qui en sont exclus ; on peut se demander dans quelle mesure le développement technologique pourrait contribuer à réduire les inégalités économiques et sociales du pays par la diffusion de certaines innovations technologiques. Est-ce dans les domaines qui ont été définis comme prioritaires par les Forces Armées ?

Les programmes technologiques des militaires

10Dès 1968, le Plan contient la première proposition de Politique Scientifique et Technologique marquant un effort vers le développement d’une technologie autonome. La doctrine de “la Sécurité Nationale” renforce à partir des années 70 l’option science et technologie par l’instauration du SNDCT, Système National de Développement Scientifique et Technologique. Toute cette époque est marquée par le centralisme bureaucratique qui favorise les transferts de technologie pour les grands équipements nationaux : énergie, transports, pétrochimie… Les priorités ne sont pas allées à des domaines tels que les biotechnologies et les produits pharmaceutiques qui auraient été pourtant plus conformes aux besoins quotidiens de la majorité de la population.

11Les mobiles stratégiques et la “grandeur” du Brésil ont primé dans les grands choix technologiques comme celui de l’aéronautique. Sous l’instigation de l’Armée de l’Air, São José dos Campos, à 100 km à l’est de São Paulo, est devenue un pôle d’attraction, un noyau de R & D dans les secteurs aéronautique et aérospatial. Une bonne articulation y a été réalisée entre enseignement-recherche-industrie à partir de 1TTA (Institut Technologique de l’Aéronautique) créé en 1947, puis du CTA (Centre Technique Aérospatial), enfin de 1TNPE (Institut National de Recherche Spatiale).

12La Marine a eu un rôle-clé dans le développement de la physique, mais plus encore de l’électronucléaire, elle s’efforce de se doter de sous-marins à propulsion nucléaire et a inauguré en 1988, son centre expérimental nucléaire appelle Aramar et situé à Iperô, 120 km à l’est de São Paulo.

13Un vaste programme nucléaire fut signé avec la RFA en 1975. Malgré des achats à la Westinghouse et des contacts avec Framatome, l’accord nucléaire se concrétisa finalement avec les Allemands, parce que ceux-ci incluaient la technologie de l’enrichissement de l’uranium. Des contrats furent signés entre l’entreprise fournisseuse de technologie (KWU) et les entreprises brésiliennes retenues par 1TNPI (Institut National de Propriété Industrielle), une soixantaine de firmes, essentiellement électro-mécaniques, se sont trouvées concernées.

14L’accord prévoyait la construction de huit réacteurs nucléaires de 1300 MW chacun : six à Angra dos Reis (RJ) et deux à Peruibe (SP). Ces deux sites étant sur le littoral de Rio et São Paulo. Seules les trois premières tranches d’usines sont construites à Angra dos Reis et ne fonctionnent actuellement qu’au tiers de leur capacité, et qui plus est, sur un site géologique et écologique contesté.

15Le programme nucléaire qui s’établissait initialement à 10 milliards de US$, devait s’élever à 30 s’il réalisait la projection de 10400 Mw en 1990 avec 8 réacteurs [rappel le barrage d’Itaipu : 12 600 Mw a coûté 15 milliards de US$]. Finalement à 5 milliards de US$, le programme a été interrompu. Les raisons de son échec tiennent en partie aux déficiences de la structure technologique de l’industrie brésilienne, imparables lorsqu’il s’agit d’équipement nucléaire dont les contrôles de qualité sont extrêmenent rigoureux (Pinguelli Rosa, 1988).

16Cependant, ce programme permit au Brésil d’incontestables gains dans les processus industriels et une intégration de ses industries électromécaniques et chimiques.

17Par exemple, de réels progrès ont été faits dans l’élaboration des structures métalliques qui ont entrainé des innovations décisives pour la construction des plates-formes pétrolières ainsi que pour la construction de sous-marins. Ce programme permit aussi des avancées dans le secteur minier avec les recherches sur les minerais rares comme le niobium, le molybdène, le titane qui ont pu être mises à profit ensuite pour différents secteurs industriel notamment l’aérospatial.

18Il permit d’instaurer un contrôle de qualité dans les entreprises qui ne le faisait pas et de commencer des programmes R&D.

19Il permit enfin la qualification des hommes, 4800 reçurent une formation spécifique dont 500 à l’étranger. Mais sur ce point on relève deux problèmes :

  • on a formé davantage de techniciens managers que d’experts en technologie, seuls capables de faire franchir des sauts qualitatifs.
  • on constate une fuite de ceux qui sont les mieux formés, fuite vers le privé ou vers des postes de plus hautes responsabilités. Il existe ainsi un “gap” entre les cadres et les contremaîres-ouvriers et une discontinuité dans les postes de commandes, qui se retrouve dans tous les secteurs des activités et qui constitue une entrave importante au processus de développement.

20Durant les années 80, les militaires brésiliens poursuivaient trois grands projets de science et technologie qui mobilisent encore leurs laboratoires : la MECB - la Mission Spatiale Complète Brésilienne (Armée de l’Air) ; le sous-marin nucléaire de la Marine et la Force Terrestre 90 de l’Armée de Terre. L’histoire de la politique scientifique et du développement technologique au Brésil est marquée par la confrontation de deux points de vue, celui des gouvernementaux nationalistes, partisan d’un développement autonome et celui des industriels soucieux de fabriquer des produits compétitifs en important de la technologie. Si le secteur privé cherche à mobiliser les forces du marché et obtenir des facilités d’importation et d’exportation, les militaires pronent, quant à eux, le renforcement de la puissance et de l’indépendance nationales, celui du “Brasil Grande”. Cette conception s’oppose à celle d’une catégorie de technocrates qui affirment leur préoccupation à rééquilibrer les économies régionales.

21La plupart des incitations viennent donc de l’Etat, mais les acteurs qui le composent, Forces Armées et entreprises nationales, ont chacun leur propre logique de développement et, son intervention est ainsi fragmentée. Le secteur privé national se constitue le plus souvent en lobby pour peser sur les orientations de la politique industrielle. Il reste très attentif à toutes les expériences de création d’entreprises de haute technologie mais attend les impulsions décisives des pouvoirs publics. Trouver sa spécificité sans faire fi des lois du marché.

Les territoires des nouvelles technologies

22La définition de pôles technologiques est en train de se faire, en France deux mots sont apparus : la technopole ou le technopôle. Cette indétermination et la multiplicité des noms révèle le flou de la notion et la diversité des situations des territoires des nouvelles technologies : parcs, cités scientifiques, technopole, pôle technologique… La géographie des nouvelles technologies montre à la fois des lieux de concentration de recherche et de production en même temps qu’une large diffusion des activités permise par les nouvelles technologies et particulièrement des télécommunications : télétravail, télésites…

23L’étude des territoires des nouvelles technologies constitue en ce sens un triple défi pour le géographe qui cherche à expliciter et cartographier les phénomènes :

  1. leur emprise spatiale est faible, mais leur intensité capitalistique et de compétences est très forte. En effet, les territoires concernés sont de dimensions exigües : quelques dizaines à quelques milliers d’ha, alors qu’ils concentrent des productions de très grande valeur ajoutée.
  2. l’intensité des flux d’échanges et de communications entre les pôles est intense, mais de nature immatérielle, indépendants des réseaux de communication terrestre et difficile à représenter.
  3. ils sont peu nombreux sur les espaces nationaux. Une économie nationale n’est pas en mesure de générer une grande quantité de ces pôles. Les USA ne peuvent avoir plus d’une Silicon Valley, ni le Brésil plusieurs Campinas ou São José dos Campos.

24Toutefois aussi ponctuels soient-ils, pourquoi là plutôt qu’ailleurs ? L’analyse de la localisation est un élément qui entre en compte dans les tentatives de typologie qui ont été esquissé au Brésil. Ainsi on peut distinguer les pôles de déconcentration de la métropole, les pôles de développement régional. Sont-ils révélateurs et/ou moteurs de la dynamique économique régionale ?

25Au Brésil l’expression “pôle technologique” est récente ; utilisée dans la presse depuis le milieu des années 80, elle est très en vogue chez les planificateurs des organismes de recherche, les technocrates du CNPq (Centre National de la Recherche) et dans les états fédérés qui ont créé des Secretariats de Science et Technologie (ANAIS, 1987). Elle est d’un usage plus répandue dans l’état de São Paulo où les références à l’industrialisation mettent en avant la croissance des pôles technologiques de l’intérieur : Campinas, São Carlos, São José dos Campos. Si l’émergence de pôles de haute technologie est un fait connu au Brésil depuis un certain nombre d’années, la popularité que contient le terme de technopole est, comme en France, le reflet des discours volontaristes des aménageurs et de la volonté de créer des slogans pour le développement régional. Sont-ils les points d’ancrage du développement technologique ?

26Les initiatives publiques brésiliennes pour implanter des lieux de développement technologique dans le pays, apparaissent au début des années 80 avec tout d’abord, les NIT, noyaux d’innovation technologique, visant à stimuler des regroupements de chercheurs universitaires pour qu’ils s’intéressent au transfert de technologie, puis les “parcs technologiques”, définis par le CNPq à la fin de 1984. Un parc par grande région économique : à São Carlos (São Paulo) pour le Sudeste ; à Joinville (Santa Catarina) pour le Sud ; à Campina Grande (Paraiba) pour le Nordeste ; à Brasilia pour le Centre-Ouest ; enfin à Manaus (Amazonas) pour le Nord. Au terme de quelques années de fonctionnement, on peut dire que les résultats sont notables pour trois d’entre eux, São Carlos en opto-électronique et nouveaux matériaux, à Manaus du fait de son statut spécial de zone franche, à Campina Grande en électronique.

27En 1988, le MCT, Ministère de la Science et de la Technologie, a proposé de relancer un programme national des parcs technologiques ; cependant, au même moment, l’entourage du président Sarney semblait miser davantage sur le projet des zones prioritaires d’exportation (ZPE) prévues pour le Nordeste (décret-loi du 25-6-88). Ces sortes de zones franches pourraient accueillir des entreprises mettant au moins 90 % de leur production sur le marché extérieur. Chaque état se chargera de l’équipement des sites. Ces ZPE représentent une des options pour capter les capitaux étrangers et les placements des titres de la dette extérieure. L’implantation de ces ZPE est critiquée par la presse du Centre-Sud. Elles correspondent à l’éternelle recherche des pôles-moteurs du développement régional, cette fois par le libéralisme économique.

Les parcs et pôles technologiques du Sudeste

  • 2 Données de la FAPERJ, institution de recherche de l’Etat de Rio de Janeiro, qui selon la nouvelle (...)
  • 3 Cf Alliage, culture-science-technique, n°3, printemps 1991, pp 34-39.

28Rio de Janeiro a des ambitions à sa taille de métropole de 10 millions d’habitants et des atouts : cinq Universités publiques et la plus grande université privée du pays, près de 10 000 personnes participant à des travaux de R&D2, de nombreuses entreprises informatiques et enfin une municipalité qui oeuvre activement à regrouper les acteurs du développement technologique. En 1986, celle-ci organise, après dix ans de négociations et d’études, l’aménagement d’un terrain qui doit devenir le Pôle de Technologie de Rio, Riotec, sur une superficie de 36 ha vers l’ouest, à Jacarepagua, future zone d’extension de la métropole. Quarante-cinq entreprises, en priorité d’informatique, jusqu’alors dispersées dans la ville, peuvent désormais disposer d’un lot et utiliser en commun un laboratoire. Mais ce qui est plus original à Rio, c’est un souci de trouver des alternatives efficaces, modernes, propres et à bas coûts pour résoudre la question des services urbains et aussi la diffusion de la science. Dans ce sens, l’initiative de “Ciência Viva”, science vivante, c’est-à-dire l’animation et l’apprentissage de la science sur les places publiques est à souligner3.

29Par ailleurs, le département de santé de l’Université Fédérale et la Fondation Oswaldo Cruz ont entrepris la création d’un parc regroupant des laboratoires et entreprises de biotechnologie : Biorio, sur le campus universitaire.

30Cependant, la réalisation des projets Riotec et Biorio prend du retard à cause de problèmes locaux, mais aussi du fait de l’ambiance de récession économique particulièrement sensible à Rio de Janeiro. En effet, on a observé les mêmes retards et conflits à propos de l’installation du quatrième pôle pétrochimique du pays : faut-il l’établir près des champs de pétrole à Campos ? ou bien à proximité du nouveau centre métropolitain de Jacarepagua ? Le gouverneur a tranché pour ce dernier, mais la Petrobras et ses filiales trainent pour l’élaboration du projet technique. C’est donc vers l’ouest, vers la baie de Sepetiba que se dessine un nouveau complexe industriel : on y observe une extension des implantations industrialo-portuaires de Rio de Janeiro : sidérurgie, aluminium, nucléaire, ainsi que la présence du CETEX : centre de recherche de l’armée de terre qui contrôle la conformité des produits militaires. Le milieu innovant “carioca” essaime ainsi vers le littoral occidental, mais également vers le nord à Petropolis et plus encore à Resende, grand centre industriel qui bénéficiera de mesures d’aménagement pour devenir un véritable pôle de concentration technologique.

31On trouve encore des parcs technologiques parfaitement localisés à Campinas, deuxième ville de l’Etat de São-Paulo, située à 100 km au Nord-Ouest de la métropole à laquelle elle est reliée par deux autoroutes et qui atteint le million d’habitants.

32L’origine de son développement technopolitain se trouve dans son excellente université l’UNICAMP fondée en 1966 sur le modèle nord-américain par la technobureaucratie soutenue par les militaires, spécialisée en sciences exactes, ces dernières représentent aujourd’hui la moitié des 13 000 étudiants que compte cette université. Ses programmes de recherche les plus avancés sont en informatique, optique et biotechnologie.

33De plus, Campinas bénéficie de la présence de centres nationaux de recherche de première importance dans le domaine des technologies de pointe ; le CPQD, Centre de Recherche de la TELEBRAS, l’entreprise brésilienne de télécommunications (fibres optiques) ; le CTI, Centre Technique d’Informatique, chargé du développement technique en informatique (fabrication de software, de piles pour le coeur, tests de “chips” pour des PME…) ; la CODETEC qui met au point dans ses laboratoires les 30 médicaments de base qui pourront être fabriqués au Brésil au lieu d’être importés. Ces centres de recherche préparent donc des produits que des entreprises brésiliennes fabriqueront ensuite en série.

  • 4 S’étendant de Jundiai à Rio Claro, en passant par Americana, Santa Barbara do oeste, Piracicaba, L (...)

34En 1986, la CIATEC, Compagnie de Développement du pôle de Haute Technologie de Campinas est créée avec les partenaires locaux et administre les deux sites d’accueil des entreprises de haute technologie localisés au nord de la ville près de l’UNICAMP. La présence de la firme IBM à Sumaré, distant d’une dizaine de km, est un atout. Autour de Campinas se crée une véritable nébuleuse urbano-industrielle4 avec une demi douzaine de villes de plus de 100 000 habitants, de bons niveaux d’équipement et des activités le long des voies rapides de circulation

35São Carlos à 225 km de São Paulo, compte plus de 150 000 habitants et quelques 400 PME dont une quarantaine font partie de la Fondation Parc Technologique de São Carlos, Paqtc-SCar, chargée d’encourager la constitution d’une pépinière d’entreprises de haute technologie et d’enclencher une dynamique technopolitaine. Dirigée par une équipe de scientifiques très actifs, cette fondation montre les voies originales que peut prendre l’innovation technique dans le pays.

36La renommée de pôle technologique de la ville lui vient de ses deux campus universitaires, celui de l’Université de São Paulo, USP, décentralisée en 1953 et celui de l’Université Fédérale, UFSCar, créé à la fin des années 60. Leur priorité a été donnée aux sciences exactes. Les fleurons de ces universités sont l’Ecole d’Ingénieurs et le département de Physique de la USP (spécialités : optique et physique du laser) ainsi que le département des nouveaux matériaux de l’UFSCar. Ils forment maîtres et docteurs par an.

37Les jeunes entreprises affiliées à la Fondation Parc Technologique qui totalisent à peine mille emplois, sont innovatrices, cherchent à gagner des parts du marché national en produits de haute intensité technique. Parmi elles une dizaine sont remarquables par leur croissance, notamment dans le domaine des nouvelles céramiques et la fabrication de petits lasers.

38Le dynamisme de São Carlos repose sur cette alliance Université/Entreprise qui commença par les produits optiques, mais aussi sur l’existence d’un important parc industriel traditionnel (la plus grande usine latino-américaine de Faber&Castell, la RTB, fabrique brésilienne de tracteurs..) qui procure un milieu propice au développement des entreprises. Depuis 1985, la Foire annuelle de la technologie est la plus importante du genre dans le pays. Il n’en reste pas moins que les entreprises locales demeurent fragiles, manquent de capitaux et ne sont pas de taille à lutter le jour où leur créneau de marché intéressera une grande entreprise. C’est donc l’encadrement de ces entreprises innovantes ainsi que l’amélioration de la liaison formation supérieure/entreprises qui sont à renforcer.

Les pôles de développement

39Ils sont en principe chargés d’impulser le développement régional et ont eu pour quelques uns d’entre eux un volet “activités à haute intensité technologique” dans leur stratégie d’industrialisadon. Le cas le plus fameux est celui de Manaus qui a bénéficié de l’implantation d’une zone franche en 1967. Créée pour relancer les opérations de développement en Amazonie, celle-ci a attiré des entreprises internationales par une large panoplie d’avantages fiscaux. A ce jour 346 projets industriels en ont bénéficié, créant au total 76 700 emplois. A la différence des zones franches asiatiques qui sont des zones d’exportation, celle de Manaus travaille à 90 % pour le marché brésilien.

40Le système fiscal très favorable qui lui a été accordé par le gouvernement, doit fonctionner jusqu’en 2007. La zone industrielle a fabriqué jusqu’à présent des millions de télévisions couleur, de montres, de motocyclettes, de magnétoscopes et s’efforce de constituer un pôle informatique. En effet, grâce aux accords fédéraux, les principaux fabricants nationaux d’ordinateurs commencent à s’y installer ainsi que des multinationales telles que Xerox, sous les protestations réitérées des Paulistes qui défendent la logique des affaires avant celle du développement régional.

41Un district de haute technologie est en cours d’implantation (le DIALTEC) autour de la FUCAPI (Fondation d’analyse, recherche et innovation technologique), une entité de droit privé sans but lucratif créée par la Fédération des Industries de l’Etat d’Amazonas avec l’appui du Groupe Exécutif Interministériel des Composants -GEICOM- et l’Université d’Amazonas. Deux cents techniciens assurent des services aux entreprises de la Zone Franche ainsi que des cours spécialisés. Manaus se distingue encore par ses incitations aux initiatives locales à partir des produits de la forêt autour de son célèbre Institut de recherche amazonienne, l’TNPA.

42Cependant l’éloignement des centres de consommation et plus encore les hésitations de la politique industrielle brésilienne rendent le pôle de Manaus fragile, d’autant plus que la dynamique technopolitaine est mal assise avec une Université d’Amazonas sans ressources suffisantes. Par ailleurs, on peut se demander si la zone franche a rééllement joué un rôle de développement régional ou bien si elle a eu pour principal conséquence un appauvrissement dramatique du tissu régional environnant.

43Au contraire, dans la ville moyenne de Campina Grande (Nordeste intérieur), c’est l’Université, avec l’appui du CNPQ, qui s’efforce de promouvoir des initiatives de développement technologique à partir de l’école supérieure des ingénieurs électriciens très renommée. La ville promeut une foire annuelle de la technologie et compte dans sa pépinière une dizaine de PME innovantes. Ce sont les prémisses d’un mode de développement technologique “à la manière nordestine” vers lequel l’Etat du Ceara montre aussi des initiatives.

44Enfin Brasilia offre des incitations fiscales généreuses, une masse critique de main d’oeuvre qualifiée, un marché important et abrite le Serpro, principal centre de traitement de données de la Fédération (18 000 employés). Le gouvernement veut en faire un lieu spécialisé de sofwares bénéficiant de la présence du Centre Scientifique d’IBM. Près d’une centaine de PME d’informatique y ont été dénombrées, les plus importantes sont la Moddata/Coencisa fabriquant des modems ; la Prόlogo qui fabrique des équipements sophistiqués pour l’armée ; la Novodata, industrie fabriquant des mini-ordinateurs.

45Ce volet de développement technologique inclu dans les pôles de développement régional, s’oriente de plus en plus vers des programmes intégrés avec des secteurs traditionnels considérés comme très déphasés économiquement.

Les sites militaro-industriels

  • 5 Cette vallée à proximité des deux principaux centres industriels offrait, à la suite de la décaden (...)

46Ils représentent une autre configuration spatiale, essentiellement organisée autour de la vallée du Paraíba, véritable corridor métropolitain de 400 km entre Rio et São Paulo qui a une valeur stratégique depuis longtemps reconnue par les militaires5. Ils y avaient installé très tôt des fabriques d’explosifs, des académies militaires et des écoles d’application. On assiste actuellement à un essaimage d’activités industrielles parmi lesquelles se détachent de nombreuses activités de pointe. De petites régions sont modelées par la présence massive d’activités à haute intensité technique qui impulsent une dynamique propre à cause de la concentration particulière des industries de l’armement et des centres de recherche civils et militaires.

47Cet ensemble serait, selon Bertha Becker (1989), “l’embryon territorial du nouveau projet géopolitique de la modernité au Brésil”. En effet depuis 1964, les forces armées sont devenues planificatrices et gestionnaires d’un projet national de science et technologie participant directement à l’implantation d’un complexe scientifico-technologico-industriel dans lequel le secteur de l’armement représente une grande part. De fait, l’aménagement scientifico-technologique du territoire brésilien semble correspondre à la réalisation intentionnelle des Forces Armées, à leur projet géopolitique de modernité (Becker, 1988).

48Les territoires des activités de haute technologie au Brésil, vont, à l’échelle locale, des sites militaro-industriels, aux agglomérations d’entreprises de haute technologie (Santos, 1987) et aux industries de “fond de cour” des petits entrepreneurs ; tandis qu’à l’échelle nationale, ils peuvent être présentés en grands types de configurations spatiales.

49Il nous resterait à voir maintenant dans quelle mesure ils sont comparables aux parcs scientifiques des NPI asiatiques : Hinshu à Taiwan ou Dac Dok en Corée du Sud ; ou aux technopôles et “Science Parks” des pays industrialisés. Le réseau des pôles technologiques se calque en grande partie sur le réseau urbain, et donc, malgré les interventions de quelques mesures d’aménagement du territoire, les métropoles de Rio de Janeiro et São Paulo continuent à concentrer l’essentiel des activités avec une domination de plus en plus affirmée pour São Paulo.

Technopoles au Brésil, acteurs et types

Technopoles au Brésil, acteurs et types

50La situation du Brésil est difficile, pleine d’obstacles à cause de l’hétérogénéité structurelle du système productif, du manque d’égalité dans la distribution sociale des fruits de la croissance et de l’instabilité des structures économiques, politiques et administratives.

51En fin de compte, le Brésil, avec son incurable dualité sociale se trouve confronté à une grave crise de croissance qui risque d’affecter durablement le potentiel scientifico-technologique du pays. Le développement technologique ne semble pas susceptible d’inverser la tendance au renforcement des inégalités régionales, tout au plus repère-t-on une certaine redistribution du dynamisme économique à l’intérieur de São Paulo.

Bibliographie

Bibliographie

ANAIS SEMINARIO INTERNACIONAL “PARQUES TECOLOGICOS” (1987), Rio de Janeiro, dez, 330 p. IIT/COPPE/UFRJ.

BECKER, Bertha et alli. (1988)- Tecnologia e gestão do territόrio, Rio de Janeiro, Editora da UFRJ, 230 p.

BECKER Bertha (1989) et le Laboratoire de Gestion du Territoire du Département de Géographie de l’UFRJ : projet de recherche intitulé : “o embrião do projeto geopolítico da modernidade no Brasil : o vale do Paraíba e suas ramificações” (14 p. mimeo)

DERIAN, Jean-Claude (1988)- La grande PANNE de la technologie américaine, Albin Michel, 351p.

DROUVOT, Hubert (1987) - “Les transferts technologiques dans la stratégie des entreprises brésiliennes” - Les Cahiers des Amériques Latines, nouvelle série n° 5, 93-113.

EMMANUEL, Arghiri (1981) - Technologie appropriée ou technologie sous-développée ? PUF/IRM, 189 p. (particulièrement la réponse de Celso Furtado, p. 127 à 134).

JETIN, Bruno (1988) - “Modernisation et compétitivité dans l’industrie automobile brésilienne” - Problèmes d’Amérique Latine, 90 (4) : 71-94.

LAMBERT, Denis-Clair (1979) - Le mimétisme technologique du tiers monde. Economica, 175 p.

LIPIETZ, Alain (1985) - Mirages et miracles. Problèmes de l’industrialisation dans le tiers monde. Editions La Découverte, 189 p.

MARCOVITCH, Jacques (1989) - O novo contexto mundial, desafio tecnológico e a integração latino-americana. Revista de Administração, USP, 24 (2) : 5-13.

MEDEIROS, José Adelino et PERILO, Sergio (1987) - Aglomerado de empresas de base tecnológica em São José dos Campos : um parque tecnológico espontâneo (mimeo 15 p.) S. Paulo USP/OEA/CNPq/FINEP.

MEDEIROS, José Adelino (1989) - Politicas de inovação tecnológica no Brasil (mimeo 15 p.) S. Paulo USP/CNPq.

RATTNER, Henrique (1985), “Informática e sociedade”, Editora brasiliense, 220 p.

PINGUELLI ROSA, Luiz, L. Sigaud e O. Mielnik (1988), coord. - Impactos de grandes projetos hidrelétricos e nucleares, aspectos econômicos, tecnológicos, ambientais e sociais”, AIE/COPPE/CNPq, Editora Marco Zero, SAO PAULO, 200 p.

POLANCO, Xavier et alli (1989) - “Naissance et développement de la science-monde”, Ed. La Découverte/Conseil de l’Europe/UNESCO, Paris, 248 p.

SANTOS, Silvio A. dos (1987) - Criação de empresas de alta tecnologia, capital de risco e bancos de desenvolvimento ; São Paulo, Pioneira/USP/B ADESP, 189 p.

SOLINGEN, Etel (1990), “The impact of nuclear programs on industrial technological development : the case of Brazil” in Evaluation des politiques scientifiques et technologiques, expériences nationales, Les Presses de l’Université Laval, Québec, pp 129-154.

VASQUEZ, Sergio (1986) - L’informatique brésilienne dans la nouvelle république -Problèmes d’Amérique Latine, 80(2) 109-118.

Notes

1 Avec à peine 0,6 % du total des publications scientifiques mondiales (1) et 25 chercheurs pour 100 000 actifs, contre 2000 dans les pays développés. En matière de publications scientifiques, les USA détiennent la palme avec 37 % des publications suivis du Royaume Uni 8.2 %, du Japon 7.3 %, de la RFA 6.2 %, de la France 5.1 %, de l’Asie 3.7 %, de l’Amérique Latine 1.1 % et de l’Afrique 0.38 % (Polanco, 1989 :36). L’auteur rappelle aussi que la science du tiers monde n’est pas assez visible dans les bases de données des pays développés et que la visibilité de la production scientifique d’une communauté dépend de sa position dans la « science-monde », si elle se trouve au centre, dans la semi périphérie ou dans la périphérie. Le Brésil est incontestablement dans la périphérie.

2 Données de la FAPERJ, institution de recherche de l’Etat de Rio de Janeiro, qui selon la nouvelle constitution reçoit 2 % des recettes fiscales de l’Etat fédéré.

3 Cf Alliage, culture-science-technique, n°3, printemps 1991, pp 34-39.

4 S’étendant de Jundiai à Rio Claro, en passant par Americana, Santa Barbara do oeste, Piracicaba, Limeira et qui atteint presque São Carlos.

5 Cette vallée à proximité des deux principaux centres industriels offrait, à la suite de la décadence de l’oligarchie caféière, peu de résistance économique, politique et sociale aux nouveaux investissements industriels et a vu dès les années 40 l’installation d’usines métallurgiques et mécaniques, dont Volta Redonda, grande usine sidérurgique construite entre 1942 et 46, et l’Académie Militaire Agulhas Negras créée à Resende en 1941.

Table des illustrations

Titre Les parcs et pôles technologiques au Brésil
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Technopoles au Brésil, acteurs et types
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540