Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies et la formation des pôles technologiques brésiliens

José Adelino Medeiros

Texte intégral

  • 1 Professeur Visitant à 1TEA-USP, Economiste à l’INPE.

1Note portant sur l’auteur1

2En général, le terme “technopôle” est utilisé dans un sens large. Il peut inclure des projets depuis longtemps consolidés comme ceux des grandes villes qui ont un haut niveau scientifique et technologique, des établissements d’enseignement et de recherche pionniers dans le pays, des industries et entreprises qui opèrent avec les nouvelles et “anciennes” technologies. Au Brésil, São Paulo et Rio de Janeiro illustrent typiquement ce cas. La concentration des ressources humaines, des laboratoires et des équipements, d’un côté, et les nouveaux produits, procédés et services, de l’autre, ont fait de ces villes les deux plus grands pôles technologiques du pays (à condition toutefois de prendre l’expression “pôle technologique” au sens le plus large). Les hommes politiques de divers pays se sont plaint que les “pôles technologiques régionaux” soient trop souvent considérés comme partie intégrante du capital touristique que les autorités locales programment pour leurs visiteurs de marque dans le but de montrer la prospérité de leur ville. Comme l’affirme Marcovitch (1987 :69), en examinant la situation de l’Amérique Latine, “les véritables pôles technologiques ont été construits sur des efforts réels et continus et non pas uniquement sur des rêves et des discours. ” Un rassemblement d’industries et d’établissements d’enseignement et de recherche ne devient pas automatiquement un technopôle. Cette réserve tombe à point dans un moment où la “fièvre des technopôles” (l’expression est de De Certaines, 1989) se répand sur bon nombre de municipalités.

3Ces observations sont nécessaires pour formuler ce qui serait la configuration caractéristique des technopôles. Ceux-ci surgissent plus communément dans des villes de taille moyenne ou dans certains quartiers des grandes villes. Il s’agit de la concentration sur un espace bien défini des établissements d’enseignement, de recherche et des entreprises engagées dans les nouvelles technologies. Il faut en outre qu’une disposition particulière à l’échange et à la mise en commun (facilitée par la proximité physique) se manifeste. Il faut, enfin, que des procédés et des structures organisationnelles facilitant le transfert et la diffusion de technologie, soient utilisés. Il convient de remarquer que les technopôles ne naissent pas d’un projet ni d’un décret mais résultent d’un ensemble de conditions pré-existantes sur un espace déterminé. Nous proposons ici une typologie à partir de l’organisation existante des pôles technologiques implantés au Brésil.

41. “Technopôles à structure non formelle”

5Dans cette catégorie, les industries et les centres universitaires sont dispersés dans la ville. Il existe, cependant, des actions systématiques et des projets communs qui permettent les échanges entre ces ensembles malgré l’absence d’une structure organisationnelle formelle mise en place pour faciliter les rapprochements. Il peut exister, éventuellement, une pépinière d’entreprises pour héberger les entreprises nouvellement créées.

62. “Technopôle à structure formelle”

7Les industries et les centres universitaires sont dispersés dans la ville mais il existe un organisme coordinateur, formellement constitué, chargé d’accélérer la création d’entreprises, de faciliter leur fonctionnement, et de promouvoir l’intégration entre les divers partenaires engagés dans le processus d’innovation technologique. Il peut exister une pépinière d’entreprises pour héberger les entreprises nouvellement créées.

83. “Parc technologique”

9Les industries sont regroupées dans un espace bien déterminé, sur le campus universitaire ou dans un rayon de moins de cinq kilomètres. Il existe un organisme coordinateur conçu pour faciliter l’intégration université-industrie et pour administrer l’utilisation des facilités existantes sur le technopôle. Des terrains et/ou immeubles sont proposés en location ou vente et peuvent recevoir une pépinière ou un syndicat d’entreprises.

10La structure organisationnelle qui coordonne le pôle technologique découle naturellement de la maturité des rapports entre les partenaires engagés dans le processus d’innovation technologique.

11Le gouvernement, à niveau national, régional (état fédéré) et municipal peut, de son côté, faciliter la mise en oeuvre des conditions qui, éventuellement, mèneront à la création d’un pôle technologique. Il peut, par exemple, subventionner les meilleurs centres universitaires, proposer une formation en gestion technologique, faciliter l’acquisition de terrains et/ou l’accès aux pépinières d’entreprises, décider une exonération d’impôts, et ouvrir des lignes de crédit de capital à risque. Les organismes gouvernementaux ne doivent cependant pas prendre l’initiative de “fonder” des technopôles ni créer des structures pour les administrer. De telles décisions appartiennent exclusivement aux deux principaux acteurs du développement scientifique et technique ; c’est-à-dire aux universités, d’un côté, aux entreprises, de l’autre. Le gouvernement, dans un tel contexte, est un partenaire important et parfois même irremplaçable. Il doit cependant rester dans l’ombre en se manifestant de trois manières : collaborer lors de la planification, co-financer l’initiative et, enfin, participer à l’évaluation des résultats obtenus.

12Le technopôle est issu en droite ligne de l’expérience américaine de la Silicon Valley (en Californie) ou de la Route 128 (près de Boston). Ces deux régions sont devenues de grands centres industriels dans le secteur de l’électronique et plus particulièrement de l’informatique. Le Brésil, ainsi que les pays en retard du point de vue technologique ne peuvent voir dans ces deux exemples que des références dignes d’intérêt. En effet, “au cours du processus de diffusion, le concept de technopôle se modifie et acquiert les caractéristiques particulières aux divers pays”, (Medeiros, Torkomian et Perilo, 1990).

Formation et consolidation des technopôles brésiliens

13Aucun pôle technologique brésilien ne présente encore la configuration “parc technologique” citée plus haut. Il existe cependant certaines initiatives qui se sont définies au départ en tant que parc technologique en mettant à profit l’infrastructure scientifique et technologique existante sur place comme le Parc Technologique de Rio de Janeiro (BIO-RIO), le Parc Technologique de Jacarepaguá dans la ville de Rio de Janeiro (RIOTEC) et le District Industriel de Haute Technologie de Manaus (DIALTEC).

  • 2 Des détails complémentaires sur les cas étudiés peuvent être obtenus dans : Medeiros (1990), Medei (...)

14Nous allons décrire les technopôles qui ont déjà obtenu quelques résultats concrets. Il s’agit de villes où on a constaté la création de nouvelles entreprises, la mise en orbite d’entreprises déjà existantes autour des établissements d’enseignement et de recherche2.

15Les pôles à structure organisationnelle non formelle comme São José dos Campos, Campinas et Santa Rita do Sapucaí, ainsi que les pôles qui possèdent un organisme de coordination formellement constitué comme Curitiba, Campina Grande, Florianόpolis et São Carlos, sont tous dynamisés par le développement des nouvelles technologies dans les secteurs de l’aérospatiale, l’industrie de l’armement, les nouveaux matériaux, l’électronique, l’informatique, les télécommunications, la chimie fine, l’automation industrielle, la mécanique de précision, l’optique et l’instrumentation. Les pôles étudiés sont de “nouveaux espaces” dans lesquels les entreprises à haut degré technologique grandissent et se consolident.

Pôles à structure non formelle

16São José dos Campos est une ville de 400 000 habitants, située à 90 km de la capitale de l’Etat de São Paulo, sur les bords de la voie routière expresse qui relie les villes de Rio de Janeiro et São Paulo, dans la région sud-est qui est la plus développée du pays du point de vue économique et industriel. Outre ses nombreuses facultés et écoles techniques, cette ville a deux centres d’enseignement et de recherche importants et à la base de la création du technopôle : le Centre Technique Aérospatial (Centro Técnico Aeroespacial, CTA), institut militaire rattaché au Ministère de l’Aéronautique et l’Institut de Recherches Spatiales (Instituto de Pesquisas Espaciais, INPE) sous la tutelle du Secrétariat de la Science et Technologie.

17Le parc industriel de la ville se compose schématiquement d’entreprises appartenant aux secteurs traditionnels, d’entreprises multinationales à technologie intensive (Johnson & Johnson, Kodak, Monsanto, par exemple) ainsi que d’entreprises nationales à haut degré technologique qui travaillent dans les secteurs de l’aérospatiale, de l’industrie de l’armement, des nouveaux matériaux et de l’électronique. Ces industries à elles seules emploient près d’un tiers de la main d’oeuvre de la municipalité et sont en rapports constants avec le CTA et l’INPE. Parmi elles, trois entreprises sont particulièrement importantes : Embraer (Empresa Brasileira de Aeronáutica), industrie aéronautique, Avibrás Aerospacial et Tecnasa. Dans les années 80, d’autres entreprises ont été créées, plus petites qui montrent d’excellentes performances et témoignent de la vitalité du pôle technologique.

18La formation du technopôle de São José dos Campos date des années 1950, époque à laquelle l’Institut Technologique d’Aéronautique (Instituto Tecnológico da Aeronáutica - ITA), s’est installé dans la ville. Il s’agit du tout premier des divers instituts du CTA. L’ITA possédait déjà à cette époque une conception innovatrice de l’enseignement supérieur différente de la tradition universitaire en pratique à l’époque. L’enseignement et la recherche furent, dès le début, des activités intégrées au secteur productif. Le projet de l’avion “Bandeirante”, par exemple, a été élaboré au CTA. Plus tard, l’équipe responsable de ce développement a fondé l’entreprise Embraer qui, à l’heure actuelle, exporte des avions vers 47 pays et emploie 12 000 personnes.

19L’INPE, autre grande institution de la ville, a été créée en 1961. Il s’agit du principal organisme civil brésilien qui s’occupe d’activités spatiales. A partir de 1980, 1TNPE a démarré deux programmes de développement et fabrication de satellites, en parallèle avec leurs équipements au sol. A l’heure actuelle, ces deux programmes absorbent une grande partie des activités de l’institution.

20Plusieurs facteurs ont contribué à la création du technopôle que nous sommes en train d’analyser. Le gouvernement fédéral a joué un rôle primordial et, comme il s’agit d’un secteur prioritaire et sensible du point de vue stratégique, les crédits et financements ont été considérables. Quant aux mécanismes qui ont permis la création d’entreprises, on peut affirmer que ce sont les ingénieurs qui, percevant un créneau sur le marché, ont créé leurs propres entreprises. L’INPE et, tout spécialement le CTA, ont soutenu franchement ces initiatives. D’autres entreprises se sont constituées pour approvisionner le marché de l’aérospatiale. Il s’agit d’industries issues d’entreprises déjà implantées ou de filiales d’entreprises existantes dans d’autres villes qui se sont adaptées à la spécialité du technopôle. Sans oublier les entreprises qui ont été créées et encouragées directement par les instituts de recherche, comme par exemple “Composite” et “Engespaço”.

21Sans jamais avoir revendiqué le titre de Pôle technologique, la ville de São José dos Campos est devenue un des plus grands technopôles brésiliens (dans le sens que nous donnons aujourd’hui à ce terme spécifique). Il faut reconnaître que le gouvernement n’a pas ménagé ses ressources ni économisé ses efforts pour encourager les secteurs à retombées politiques, militaires et stratégiques, former des techniciens hautement spécialisés et développer des recherches qui ont débouché sur des procédés industriels.

22La ville de Campinas, d’un million d’habitants environ, est située à 100 km de la capitale de l’Etat de São Paulo. Elle possède ses propres établissements d’enseignement supérieur depuis 1941 et a, actuellement, deux universités remarquables : l’Université Catholique qui reçoit 18 mille élèves et propose 39 cours, et l’Université d’Etat de Campinas (Universidade Estadual de Campinas - UNICAMP), dont la construction a été commencée en 1966 et qui est devenu un modèle de référence sur la scène nationale en ce qui concerne le développement de nouvelles technologies. Cette dernière compte 12 000 élèves, dont 5 000 font une maîtrise ou un doctorat. Sur les 75 cours qu’elle propose, 45 sont du niveau troisième cycle, ce qui témoigne de l’ampleur de l’activité de recherche. L’attitude des dirigeants et des professeurs de l’UNICAMP a contribué à dynamiser et combattre la pesanteur du système universitaire brésilien. A l’opposé de la tradition brésilienne où les universités naissent de la réunion de plusieurs facultés, l’UNICAMP est le résultat d’un projet pensé et structuré. Cette université a suivi les traces de l’Institut Technologique d’Aéronautique (ITA) déjà cité.

23L’UNICAMP a été la “locomotive” du pôle technologique de Campinas et, par la suite, divers facteurs ont contribué à attirer d’autres établissements dans cette ville. En 1980, le Centre de Recherche et de Développement des Télécommunications Brésiliennes (Centro de Pesquisas e Desenvolvimento da Telebrás - Telecomunicações Brasileiras S.A - CPqD) a été inauguré. Il emploie actuellement 2 mille personnes. En 1984, le Centre Technologique pour l’Informatique (Centro Tecnológico para a Informática -CTI) a commencé à fonctionner et, plus récemment également, le Laboratoire National de Lumière Synchrotron (Laboratόrio Nacional de Luz Sincrotron - LNLS). Ces institutions sont restées fidèles à la principale vocation du technopôle fondée sur le triangle Physique-Télécommunication-Informatique. Plusieurs entreprises spécialisées dans ces secteurs ont surgi dans la ville comme ABC-X-Tal (fibres optiques) et ELEBRA (informatique). La position d’avant-garde de l’UNICAMP, en ce qui concerne les pôles technologiques, est incontestable et cela depuis les années 70. On peut affirmer que bien avant qu’apparaisse le terme technopôle, la ville avait déjà assimilé toutes les caractéristiques de cette tendance qui n’a été davantage explicitée qu’aux alentours des années 80.

Pôles à structure formelle

24Curitiba, capitale de l’Etat Fédéré du Paraná, est une ville de 1,3 million d’habitants qui possède trois universités et des institutions dignes d’une capitale d’Etat. Parmi ces institutions on remarque la Banque pour le Développement (Banco de Desenvolvimento), la Fédération des Industries, des Instituts de Recherche etc. Ces 20 dernières années, l’économie du Paraná a beaucoup progressé.

25En 1984, un groupe d’industriels et d’hommes d’affaires du secteur de l’informatique a décidé que l’Etat du Paraná devait s’engager plus avant dans ce secteur. Ce groupe a favorisé la fondation d’un centre destiné à assurer le développement technologique sous la forme d’une association à but non lucratif qui s’est appelé “Centre d’Integration de Technologie du Paraná” (Centro de Integração Tecnológica do Paraná - CITPAR).

26Les principaux objectifs du CITPAR sont de développer, intégrer, promouvoir et coordonner les actions visant à la création d’entreprises à haute degré technologique. Plus de dix entreprises sont nées de cette initiative. Le CITPAR a des accords de coopération, utilise les fonds du gouvernement et les ressources de ses 22 membres. Il a recensé les divers établissements qui s’occupent d’activités de Recherche et de Développement, a encouragé la création de centres de formation pour la main d’oeuvre spécialisée dans les secteurs de l’informatique, automation industrielle et télématique. Le CITPAR montre franchement sa préférence pour une participation majoritaire du secteur privé et, comme son nom l’indique, s’occupe de mettre en relation et d’intégrer le secteur académique au secteur productif. Un des résultats du CITPAR a été de créer une pépinière d’entreprises dans les murs d’une école technique au Centre Fédéral d’Education Technique du Paraná (Centro Federal de Educação Técnica do Paraná - CEFET) spécialisé dans le domaine de l’automation industrielle. Ce projet de pépinière a été totalement soutenu par l’Université Catholique. Un autre projet plus récent met en jeu une des unités de l’Institut de Technologie du Parana (Instituto de Tecnologia do Paraná - TECPAR) qui est un organisme rattaché au gouvernement de l’Etat. Des éléments appartenant au CITPAR sont passés au TECPAR pour implanter une pépinière d’entreprises en utilisant des installations déjà existantes (servant les projets de coopération Brésil/Japon) non totalement occupées.

27Florianópolis, capitale de l’Etat de Santa Catarina, compte 250 000 habitants et le tourisme est sa principale source d’activité économique. Elle dispose d’une Université Fédérale (Universidade Federal de Santa Catarina - UFSC), d’une Fondation pour l’Enseignement des Techniques de l’Ingénieur (Fundação de Ensino de Engenharia) et d’une Université de l’Etat de Santa Catarina. Compte tenu du fait que l’activité industrielle en est encore à ses débuts, les efforts sont essentiellement concentrés sur l’amélioration du niveau des industries locales en canalisant les subventions vers les domaines de l’informatique, la mécanique de précision et l’électronique. En 1984, une fondation portant le nom de Centre Régional de Technologie de l’Informatique (Centro Regional de Tecnologia da Informática - CERTI)) a été créée. Cette instance compte dans sa constitution une trentaine de membres sponsors ou parrains dont plusieurs organismes du gouvernement fédéral, de l’Etat de Santa Catarina, quelques industries et banques, l’UFSC etc.

28Les activités du CERTI sont réalisées en étroite collaboration avec l’UFSC. Ses principales lignes d’action portent sur l’instrumentation de précision par le biais de l’optoélectronique, l’automation de mesurage et les systèmes de production informatisés (robotique industrielle). Le CERTI se trouve sur le campus de l’UFSC, dans les locaux du Laboratoire de Métrologie et d’Automation. Outre ses équipements propres, il utilise ceux des divers laboratoires de l’université en s’engageant, en échange, à s’occuper de leur entretien. Depuis 1987, le CERTI entretient une pépinière d’entreprises, située à 4 Km de l’université, qui héberge actuellement 11 entreprises. Les frais d’entretien et les coûts des services offerts par la pépinière sont répartis entre les entreprises dont le temps maximum d’hébergement est strictement défini. Le montant du loyer va croissant, proportionnellement au temps d’hébergement.

29Le CERTI développe de nouveaux produits jusqu’à la réalisation des prototypes. Il s’occupe également de projets pionniers réalisés en commun avec les entreprises. Il propose des services, fait des recherches (sur le développement de logiciels) et de la formation du personnel etc. Le budget du CERTI est couvert par la contribution des établissements membres, par les services proposés, les recherches réalisées pour les industries et les projets financés par les agences du gouvernement.

30D’autres institutions promeuvent également la coopération entre les partenaires du processus d’innovation technologique comme l’Association de Télématique et d’Electronique de l’Etat de Santa Catarina (Associação Catarinense de Télémática e Eletrônica - ACATE) qui est un syndicat d’entreprises. Ces institutions, y compris le CERTI, font partie intégrante du pôle technologique de Florianόpolis et sont engagées dans la planification d’un parc technologique. Les terrains de ce parc technologique seront vendus aux entreprises et les services proposés seront facturés sur le principe du temps partagé.

Limites et dédoublement des pôles technologiques

31L’étude des cas cités montre que l’emplacement des pôles participe d’un processus de décentralisation - compte tenu du fait que les grands centres montrent un urbanisme saturé - cohérent étant donné les caractéristiques des nouvelles technologies et des rapports intenses et intimes entre les partenaires engagés dans le processus d’innovation technologique. Les industries nouvelles ont des besoins de localisation différents de ceux de l’industrie traditionnelle. Au début de leur développement ces industries nouvelles ont des préférences géographiques vagues et montrent une grande diversité de possibilités. Par la suite, on constate un mouvement vers la recherche d’une concentration, d’où l’apparition d’une synergie et d’un rapprochement avec les partenaires.

32Ces mouvements sont facilités par l’extrême mobilité de la société actuelle. D’après Santos (1988 :59), il faut tenir compte de la mobilité des facteurs de production, des hommes, des produits, des capitaux, des messages et des ordres qui s’intègrent dans des ensembles toujours plus vastes, à l’échelle mondiale. Cette dynamique globale est en rapport avec le modernisme et comme l’affirme ce même auteur, “le modernisme de notre temps est différent du modernisme des époques antérieures. Au stade actuel de notre développement, il est irrévocable”. Les nouvelles technologies fleurissent dans ce contexte et envahissent la société moderne.

33Scott et Stroper (1988 :38) confirment l’analyse précédente et affirment que “beaucoup de centres fonctionnent comme des aimants pour plusieurs types d’industries de haute technologie. Ceux qui (pour la plupart des cas) sont apparus grâce à un simple concours de circonstances de localisation essentiellement arbitraire dans un contexte macro-spatial franchement non arbitraire, se sont transformés avec le concours du temps en un incontestable bouillon de culture du développement”. Ces mêmes arguments sont confirmés par Becker (1988 :105 ; 115) qui, d’après l’exemple brésilien et en insistant sur le rôle de l’Etat, affirme que “le développement technologique de la production, des transports et la standardisation des procédés de production rendent les corporations indépendantes de leur espace immédiat (…). Il faut remarquer le caractère technique de la gestion de l’Etat et de l’espace produit. C’est-à-dire qu’il faut reconnaître l’importance que revêt le vecteur de la science et de la technologie moderne dans le projet géopolitique national”.

34La théorie classique de la localisation industrielle n’est pas satisfaisante pour expliquer la naissance et le développement d’entreprises qui utilisent les nouvelles technologies en tant que principal intrant de leur production. En tenant compte de la diversité des industries engagées dans les nouvelles technologies, il est possible d’affirmer que le secteur de l’électronique est particulièrement vital. L’existence d’une corrélation entre les divers développements technologiques et les changements qui affectent l’organisation de la production en vertu de l’introduction des nouvelles technologies est à remarquer.

35Une des questions primordiales en ce qui concerne les pôles technologiques se trouve dans l’identification des causes qui déterminent la création et la localisation des entreprises à haut degré technologique. A cet effet, remarquons trois facteurs importants :

  1. Le besoin d’un rapprochement et d’une articulation plus forte entre les entreprises et l’enseignement et de la recherche. Le besoin de contacts face-à-face et l’apparition d’une fertilisation croisée ;
  2. La logique de l’organisation industrielle et la désintégration verticale de l’industrie accentuée par l’impact des nouvelles technologies ; et
  3. Les déséconomies d’agglomération (ou externalités négatives) qui découlent de la pollution, des embouteillages de la circulation, du prix de l’immobilier et du coût des services publics (facteurs qui entraînent une baisse de la qualité de la vie). Dans une seconde phase, on constate une tendance à la recherche de “nouvelles” économies au niveau de l’agglomération - et une nouvelle concentration - dans les limites dictées par les facteurs cités.

36Les actions communes et répétées entre les entreprises et les universités sont à la base même de l’existence des technopôles et proviennent également de la désintégration verticale de l’industrie. Cette désintégration se manifeste quand les économies d’échelle d’une entreprise bien définie baissent et deviennent négatives. Les procédés de travail fragmentés peuvent ainsi être divisés entre plusieurs firmes autonomes spécialisées.

37De nos jours, on remarque la création de complexes ou de conglomérats autour d’une structure de recherche toujours plus élaborée. Ceci permet un échange croisé de meilleure qualité entre les secteurs productifs et scientifiques par le biais de contacts personnels, d’échange d’informations stratégiques, d’adaptations continues, de négociations fréquentes et impromptues et de l’utilisation systématique de la sous-traitance. Ces phénomènes ont été soulevés par Scott et Storper (1988) et par Castells (1985).

38Les technopôles surgissent donc selon des conditions précises dans un cadre bien délimité. Il peut s’agir soit de projets de modernisation, soit de projets géopolitiques de l’Etat, soit de projets issus de la propre communauté de chercheurs qui sonde constamment les frontières de la connaissance scientifique et technologique mondiale. Les pôles technologiques sont la concrétisation des ambitions de l’Etat et de la communauté scientifique et technologique. Ils sont également en syntonie avec les transformations rapides de l’industrie provoquées par les nouvelles technologies et par la vitesse du procédé d’innovation dans la dynamique actuelle.

39Les pôles technologiques d’une manière générale sont en train d’acquérir un certain poids. Ils favorisent la création endogène de technologie ou alors, en renforçant les liens avec d’autres pays, essaient de combiner la technologie issue de l’étranger avec celle qui est purement nationale. Les technopôles, à la longue, finissent par s’opposer à la force des entreprises transnationales. Un cas typique qui illustre ce phénomène réside dans le domaine de l’aéronautique brésilienne qui a des projets et une technologie bien à elle. Mais ce n’est pas le cas de l’industrie automobile où les entreprises multinationales ont encore le dessus.

40Les technopôles sont des “îlots de technologie” qui ont su concrétiser les idées couchées sur le papier de la science et technologie dans la réalité contemporaine. Cependant, trop rares sont les tentatives qui essaient de transférer les connaissances disponibles dans les divers pôles technologiques vers l’ensemble de l’économie du pays, c’est-à-dire vers les secteurs voués à la production à grande échelle (l’alimentation, le textile, la chaussure, le bâtiment etc). Ces industries dites traditionnelles (par manque de qualificatif plus approprié) jusqu’à aujourd’hui ne profitent pas de manière notable de l’existence de ces pôles technologiques. Comme l’informatique, l’électronique, les nouveaux matériaux et la mécanique de précision génèrent des technologies qui sont actuellement à la base de tous les secteurs de l’économie (secteurs à technologie intensive ou non), on constate une tendance à généraliser le concept de technopôles. Il est impropre cependant d’étendre ce concept aux industries traditionnelles.

41Il convient plutôt d’insister sur la nécessité de rajeunissement des institutions responsables du fonctionnement des secteurs traditionnels. Il faut admettre que les normes adoptées par les pays qui se trouvent à la frontière de la connaissance technologique ne correspondent pas toujours aux besoins des pays en voie de développement.

  • 3 Les foyers ou pôles de modernisation technologique seraient composés de personnes appartenant aux (...)

42Si les secteurs traditionnels profitent des liens existant entre les universités et les entreprises, c’est différemment des pôles technologiques. Ainsi donc les procédés adoptés par ces derniers ne peuvent que très rarement être appliqués et utilisés dans le secteur traditionnel. Les fondements du problème sont ailleurs, ce qui explique pourquoi les rapports entre les entreprises et le secteur de la recherche et de l’enseignement ont parfois tendance à devenir orageux et peu assidus. Il est intéressant d’étudier attentivement les pôles de modernisation technologique3 qui sont situés à l’opposé des pôles scientifiques et technologiques décrits dans cette étude. Actuellement, une attention spéciale est dirigée vers les secteurs non stratégiques qui sont restés longtemps dans l’ombre des développements de science et technologie par décision volontaire ou par manque d’intérêt de l’Etat.

43La politique que le gouvernement brésilien a défini en juin 1990 pour l’industrie et le commerce extérieur tient compte de la capacité technologique de l’entreprise nationale. Il faut voir dans cette expression la capacité de sélectionner, assimiler, améliorer et développer les technologies par le biais d’une protection tarifaire sélective octroyée aux secteurs à technologie intensive. Elle comprend également un appui destiné à la diffusion des nouveautés dans les divers secteurs de l’économie, c’est-à-dire les secteurs de l’économie traditionnelle. Ces deux aspects méritent une grande attention si l’on veut que la science et la technologie imprègnent effectivement la trame industrielle du pays. Dans le cas contraire, les secteurs traditionnels resteront impénétrables aux développements technologiques, tels l’huile et l’eau dans un même récipient. Il faut envisager des “solutions” efficaces pour ce mélange. Or, au Brésil, une nette séparation entre les deux secteurs est trop souvent constatée et il est bien connu que la grande majorité de la société n’est pas touchée de manière significative par les développements de la science et de la technologie.

44Dans les pays en voie de développement on remarque une tendance exagérée à suivre l’exemple des pays développés qui vivent à la limite de la connaissance technologique. Compte tenu de cette attitude, beaucoup de problèmes restent sans solution. En outre, la plupart des technologies disponibles dans les pays en voie de développement ne viennent pas de leur propre niveau scientifique mais ont été “importées”. Il s’agit donc d’un problème délicat qui mérite une attention redoublée. Il n’est pas rare de voir ces pays adopter des solutions incompatibles avec leurs priorités nationales et leur bagage historique, culturel et social. Il faut à tout moment tenir compte du décalage du pays et rechercher les manières de le résoudre. Une possibilité intéressante se trouve être dans la diversité des partenaires internationaux et dans la formation d’un bloc de pays au niveau de l’Amérique Latine, à l’exemple de plusieurs autres régions du monde.

45Il est donc primordial que les pays retardataires du point de vue technologique stimulent de manière sélective (vu le manque de ressources chronique) certaines technologies nouvelles afin de garantir leur insertion et leur compétitivité relative dans le contexte international. Il est vital d’arriver à une relative autonomie technologique dans certains secteurs. C’est le cas de l’informatique brésilienne, par exemple, bien que des réajustements se montrent indispensables. En parallèle, ces pays doivent apprendre à rentabiliser les investissements en science et technologie en les intégrant dans des projets qui donnent la priorité aux secteurs dits traditionnels plus appropriés aux besoins du pays.

46Les idées exposées dans cette étude ont la prétention d’aller dans deux directions. Outre le désir d’encourager les pôles technologiques, sur les modèles proposés, cet exposé cherche à montrer comment peut progresser la productivité et la performance des secteurs dits traditionnels en encourageant éventuellement la création de foyers et de pôles de modernisation technologique.

Bibliographie

Bibliographie

ALBERT, P. ; RAMUS, V. ; SALMON, P. (1986) Les pépinières d’entreprises, guide pratique. Paris, Agence Nationale pour la Création d’Entreprises (ANCE), Editions Techniques, l 16 pp.

BECKER, B. K. (1988) “A geografia e o resgate da geopolítica”. Revue Brésilienne de Géographie, Rio de Janeiro, 50, numéro spécial, t. 2, pp.. 99-125.

CASTELLS, M. (1985) High technology, economie restructuring, and the urban-regional process in the U.S., pp. 11-40. Dans : Castells, M. - Ed. (1985) High technology, space and society, Londres, Sage Publications Ltd., 329 pp.

DE CERTAINES, J. (1989) “Fièvre technopolitaine et développement local”. Futuribles 9 (6/7), pp. 15-22.

DE MARCHI, M. M. (1990) Pόlos tecnológicos no Brasil : desempenho e novos encaminhamentos. S. José dos Campos, Mestrado, INPE-5081-TDL/415,173 pp.

DROULERS, M. (1989) Essai de typologie des pôles technologiques au Brésil, pp. 1-26. Paris, Document de recherche du CREDAL (Centre de Recherche et Documentation sur l’Amérique Latine), no. 204, Juin.

MARCOVITCH, J. (1987) O panorama latino-americano de ciência e tecnologia, pp. 67-72. Dans : Pereira, M. G. et alli - Ed. (1987) Actes du séminaire International sur les parcs technologiques, Rio de Janeiro, OEA/MCT/FINEP/CNPq. 330 pp.

MEDEIROS, J. A. (1990) Brazilian science parks, technopoles and innovation centers in 1988 : models and outcomes. pp. 217-226. Dans : KHALIL, T. ; BAYTAKTAR, B. - Ed. (1990) Management of technology H Miami, University of Miami-Institute of Industrial Engineers, 830 pp.

MEDEIROS, J. A. et alli (1990) Perfil dos polos tecnológicos brasileiros. São Paulo, CNPq/ASP et ANPROTEC, Mai, 67 pp.

MEDEIROS, J. A. ; TORKOMIAN, A. L. V. ; PERILO, S. A. (1990) “Os pόlos tecnológicos de Campinas, São José dos Campos e São Carlos e a vinculação universidade-setor produtivo”. 25 pp. São Paulo, Travail réalisé pour CINDA-SECAB-BID (Programme ANT/SF-3163-RE) et proposé pour être présenté au XV Séminaire National d’Administration en Science & Technologie, PACTo/TA/FEA-USP prévu en Octobre 1990.

PEREIRA, M. G. et alli (1988) “Implantação de parques tecnológicos na America Latina, a experiência brasileira”. Rio de Janeiro, NrT) de l’UFRJ. Mars, 221 pp.

SANTOS, M. (1988) “O meio técnico-científico e a urbanização no Brasil”. Espaço e Debates, N°. 25, pp. 58-62.

SCOTT, A. J ; STORPER, M. (1988) “Industria de alta tecnologia e desenvolvimento regional : uma crítica e reconstrução teórica” Espaços e Debates, N°. 25, pp. 31-44.

Notes

1 Professeur Visitant à 1TEA-USP, Economiste à l’INPE.

2 Des détails complémentaires sur les cas étudiés peuvent être obtenus dans : Medeiros (1990), Medeiros et alli (1990), De Marchi (1990), Medeiros, Torkomian et Perilo (1990), Droulers (1989), et Pereira et alli (1989).

3 Les foyers ou pôles de modernisation technologique seraient composés de personnes appartenant aux entreprises traditionnelles et qui, par le biais d’une formation et d’un accès aux informations, deviendraient capables de transférer vers ces entreprises les nouvelles méthodes et nouveaux équipements permettant un gain de productivité. Dans ce cas la priorité réside dans le fait d’identifier les formes selon lesquelles la modernisation des secteurs traditionnels aura lieu et de définir les mécanismes adéquats de contacts et rapports entre les industries traditionnelles et l’univers scientifique.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540