Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Restructuration économique, nouvelles technologies et territoires : scénarios possibles en Argentine

Elsa Laurelli

Texte intégral

1Le recours de plus en plus fréquent aux innovations scientifiques et technologiques est un des éléments du nouveau scénario mondial où l’affrontement des forces économiques et sociales s’accompagne d’une profonde restructuration de l’économie. Il y a une interaction entre les phénomènes qui caractérisent cette crise et la dynamique de reproduction de la société dans sa perspective territoriale. De nouvelles logiques d’organisation du territoire s’imposent dans les pays périphériques, où les sociétés de plus en plus vulnérables subissent les effets de l’application des politiques d’ajustement : augmentation du malaise social, croissance de la violence, extension de l’extrême pauvreté à cause de la concentration toujours plus accentuée de la richesse.

2Ce travail essaie de présenter les risques de l’application a-critique des modèles de localisation qui, développés dans les pays du Centre, sont adaptés aux sociétés “post-industrielles”, où les effets multiplicateurs et les économies d’échelle prévisibles se réduisent au discours politique.

  • 1 Instituto Nacional de Tecnología Agropecuaria ; Instituto Nacional de Tecnología Industrial ; Comi (...)

3Dans cette perspective, nous allons analyser, dans une première partie, des territoires où des centres d’innovation technologique et de formation se sont créés en interrelation avec des entreprises privées et organismes publics (INTA, INTI, CNEA, FM et CONICET)1. Le processus d’interaction a été limité par les avatars économiques du pays tout en bénéficiant de son niveau de développement passé. Il faut également tenir compte des impacts de la restructuration industrielle sur les territoires et sur les politiques qui l’accompagnent.

  • 2 Le travail présenté est une synthèse des conclusions de la recherche que j’ai réalisée avec la col (...)

4Une seconde partie présente la critique des projets de pôles technologiques que cherchent à implanter un certain nombre de communes et de provinces mais qui, bien souvent, ne dépassent pas la simple concentration d’entreprises plus ou moins sophistiquées. Enfin, et en conclusion, sont présentées2 quelques hypothèses sur les effets territoriaux que l’on peut prévoir pour l’Argentine pour la fin de ce siècle.

Le scénario de la crise en Amérique latine

5La caractérisation de ce scénario implique la reconnaissance d’un processus complexe d’affrontement différentiel des forces économiques et sociales à échelle internationale, qui intègre de nouvelles formes d’aménagement du territoire ; de nouveaux systèmes de pouvoir se développent dans le cadre de transformations politiques démocratiques importantes pour quelques pays, tandis que , pour d’autres, perdurent, en s’aggravant, des luttes dérivées de l’autoritarisme qui a dominé pendant de longues périodes.

6Le mouvement de restructuration, qui accompagne ce processus, conduit à la consolidation et à la revitalisation de thèses néolibérales, qui se concrétisent dans des politiques purement néoclassiques. Il se caractérise par la croissante et continuelle centralisation du capital, l’accélération de l’utilisation des avancées scientifiques et technologiques, une plus grande participation des Etats dans des associations internationales, le renforcement des grands groupes économiques nationaux, l’intensification des relations de dépendance de nos pays avec les pays capitalistes du centre, l’endettement extérieur et la diffusion de politiques d’ajustement. Nous assistons à la restructuration globale de nos sociétés et, en conséquence, à l’apparition de nouveaux territoires. La marginalité et la pauvreté augmentent, dans les pays du centre comme sur notre continent avec, évidemment, de visibles différences dans sa forme et son intensité.

7Ce nouvel ordre économique établit comme objectif le développement des possibilités autorégulatrices du marché. On a peu avancé dans l’analyse des limitations et des possibilités de ce modèle. En général, son adoption a-critique s’est produite à partir d’une posture technocratique “possibiliste” dans le cadre d’une politique générale anti-étatique. Même si en Amérique latine, la “modernisation” est actuellement à l’ordre du jour, et avec succès, dans beaucoup de cas, un tel modèle ne sera pas capable d’inclure de vastes secteurs de la population.

  • 3 En tenant compte de la croissance de la pauvreté dans les deux régions métropolitaines plus import (...)

8En Argentine, c’est dans un contexte de profonde récession que l’on essaie de le mettre en oeuvre, un contexte où la reconversion de la dette extérieure (engagée en grande partie pendant la période militaire) vers les entreprises privées s’effectue à travers la privatisation des biens publics et ceci en dehors d’une action significative de l’Etat. Il s’agit d’accepter sans restriction les ajustements imposés par la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International en matière d’aménagement de l’administration publique, l’application de politiques de flexibilisation du travail et de l’emploi dans un marché de travail qui n’offre pas aux personnes licenciées de nouvelles orientations ; le salaire réel dans le secteur public a perdu 30 % depuis 1985 et le Produit Brut par habitant 26 %3 entre 1985 et 1990.

9L’analyse du recensement national de population de 1991 donnera des données plus actualisées sur la frange de la population dont les besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits (les chiffres étaient déjà alarmants lors du dernier recensement)

  • 4 Information obtenue auprès de la Dirección de Inversiones Extranjeras.

10Dans ce cadre, la recherche illimitée d’investissements de capitaux externes (indispensable pour le modèle) donne des chiffres encore plus inquiétants. On enregistre seulement 75 nouveaux investissements pour 1989 (reconversion de la dette incluse4) et l’étude de leur origine révèle que, entre 1987 et 1989, les Etats-Unis sont en tête avec 30 % du total des apports. A tout cela on pourrait ajouter les évaluations avancées par quelques revues spécialisées de plusieurs pays du Premier Monde concernant notre place dans le “ranking du risque” : l’une des dernières publications nous situe à la 95eme place, entre la Tanzanie et le Nigéria.

L’Argentine, une organisation territoriale récente

  • 5 Les lois d’application pour les Zones de Frontières en vigueur se développent sous 1’hypothèses de (...)

11Bien qu’elle ait été parmi les premiers pays du continent sud-américain à s’industrialiser, l’Argentine a connu, dans une période récente, un grave démantèlement de sa structure productive. Une tentative de réindustrialisation sur la base de nouvelles localisations a suivi, entraînant des migrations de population et des flux de ressources vers de nouvelles régions, ce qui a modifié les tendances de l’urbanisation traditionnelle. Des lois de promotion industrielle ont été mises en oeuvre dans plusieurs provinces sans modifier la faible dynamique régionale provoquant un retard dans le développement des forces productives. Les territoires inclus dans les zones de frontière ont généralement été dotés d’une législation spéciale5.

  • 6 Ce sont, en général, des projets énergétiques, aux multiples objectifs, mais qui n’arrivaient jama (...)

12Dans ce cadre se sont développés, et se développent avec moins de force dans l’actualité, des projets qui ont représenté des efforts d’investissement et d’endettement de la part de l’Etat. Ce sont de grands projets qui ont concentré dans certains territoires (en général des zones périphériques avec une faible activité économique, essentiellement agriculture et élevage) de gros investissements destinés à préserver des conditions générales favorables à la production elle-même ; ils ont été le résultat de politiques qui relevaient du modèle d’industrialisation par substitution d’importations des années 60 et 70 qui aujourd’hui a disparu face au “développement stabilisateur”6.

  • 7 Les politiques d’appui à la déconcentration territoriale de l’industrie, avec l’objectif de stimul (...)

13A ce modèle s’est opposé un défi, celui de produire pour l’exportation (le marché interne étant relégué au second plan) défi qui a entraîné la mise en place des lois et des mécanismes de protection de la promotion industrielle7. Cette stratégie conduit à l’élaboration et à la concrétisation de projets dans des centres où se concentrent des innovations scientifiques et/ou technologiques diverses.

14Les chiffres des derniers recensements traduisent quelques tendances non traditionnelles : la région métropolitaine a cessé de croître, tandis que certaines provinces, où traditionnellement la population était faible car elle émigrait vers des régions plus riches, ont commencé à croître à un rythme surprenant, ou à orienter vers leurs capitales, les migrations internes.

  • 8 La première moitié du xxe siècle se caractérise en matière de peuplement par une urbanisation rapi (...)

15Jusqu’alors, l’Argentine, avec ses caractéristiques propres, avait échappé aux tendances latino-américaines, car le processus d’urbanisation a concerné d’abord la région métropolitaine de Buenos Aires et ce n’est que postérieurement qu’il a intégré les groupes venus des Provinces8. Entre 1965 et 1970 la région métropolitaine de Buenos Aires aurait accueilli environ 700.000 habitants. Simultanément, quatre provinces ont accéléré leur mouvement d’expulsion de population : Santiago del Estero, San Luis, La Pampa et Entre-Ríos. Mais entre 1975 et 1980, on registre un accroissement de 400.000 habitants avec un taux d’accroissement plus faible tandis que les centres qui traditionnellement expulsent leur population paraissent avoir changé la direction de leurs courants migratoires.

16Cependant, il faut mentionner la concentration de la population dans la Région métropolitaine, surtout hors de la Capitale Fédérale, qui maintient sa croissance à un niveau proche de zéro, parce que le chiffre de départ pour cette région est très élevé ; or même si le taux de croissance reste bas, la Région métropolitaine ne perd pas son rôle prépondérant dans l’ensemble national (1 ou 1,6 %), en gagnant près de 145.000 habitants par an. On enregistre dans certaines régions des taux de croissance accéléré (liés à la promotion d’activités industrielles et extractives et aux Grands Projets) ainsi dans des provinces de la Patagonie : Neuquén croît à 45 °/°°, Río Negro 387 °/°°, Chubut 317 °/°° et Tierra del Fuego 637 °/°°, et dans le Nord : Jujuy 307 °/°° et Tucumán 237 °/°°.

17Tout cela dans un pays qui a un des plus faibles taux de croissance démographique d’Amérique Latine (il n’a même pas atteint 1,8 % annuel en 1980) avec une une superficie de 2.770.000 Km carrés et une population totale de près de 30 millions d’habitants, dont plus de 80 % représente la population urbaine (l’on ne peut presque pas parler de migrations campagnes-ville, mais de mouvements “urbains-urbains”.

  • 9 Ces données proviennent du travail réalisé par l’Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC (...)

18A une date très proche de la réalisation d’un nouveau recensement national de population, nous sommes dans l’attente non seulement des résultats quantitatifs mais aussi des analyses qui vont essayer de définir les conditions de vie de la population, dont les chiffres de 1980 ont permis de tracer une inquiétante “Carte de pauvreté” : près du 27 % du total de la population du pays (7.603.332 habitants) appartient à des familles qui ne peuvent répondre à leurs besoins fondamentaux, soit 10 % du total national. Les estimations et sondages réalisés dans la période comprise entre les deux recensements montrent une tendance croissante9, comme le démontre aussi l’Enquête Permanente de Ménages (Encuesta Permanente de Hogares : EPH), réalisée dans quelques villes.

La réindustrialisation récente10

  • 10 le secteur agricole-industriel n’est pas inclu.

19Jusqu’aux années 70, la production manufacturière a été localisée en fonction des centres urbains les plus peuplés : Cόrdoba, Santa Fe, Rosario et la région métropolitaine de Buenos Aires. Sur les rives du fleuve Paraná, s’est développée une région industrielle continue entre les villes de Rosario et La Plata qui a concentré les activités de production, a attiré la main d’œuvre, et favorisé la formation au niveau technique et au niveau professionnel, et le recours à la technologie.

20Le reste du pays avait une faible part dans ces activités productives, essayant, sans y parvenir, de concevoir des projets et de construire des parcs et des zones industrielles. Ces caractéristiques illustrent globalement le scénario du modèle de production qui a accompagné la période d’essai d’industrialisation par substitution des importations.

21La période suivante, 1976-1990, se caractérise par une profonde altération dans le mode d’occupation des territoires et l’introduction, partielle, des processus de reconversion industrielle.

  • 11 Gatto, Gutman et Yoguel, 1987, signalent que la production industrielle a chuté de 70 % par habita (...)

22L’espace productif se modifie sous l’impact de mesures de déplacement, de relocalisation, d’un processus de fragmentation territoriale de la production : l’objectif principal devient la production de biens pour le marché extérieur. De nouveaux modèles de production se développent, et grâce à l’introduction de l’informatique et les moyens de communication d’avant-garde, ils permettent d’autres types de relations et de localisations. Certains secteurs de la production régressent comme le métal-mécanique face à d’autres qui croissent, comme la pétrochimie, l’assemblage de pièces électroniques, etc. De nouveaux groupes économiques apparaissent (avec des nouveaux acteurs ou d’anciens mais qui changent leurs positions relatives) déplaçant le capital de la production vers les circuits financiers, qui se caractérisent par l’accumulation spéculative, processus qui se renforce au cours de la période. Il existe une constante : faible participation dans les innovations technologiques qui se développent à niveau mondial et appauvrissement du patrimoine scientifique et technologique acquis dans les années antérieures, à part dans certains secteurs et quelques organismes, comme nous le verrons plus loin. On observe une diminution dans le rythme de l’activité industrielle, et on peut même parler de recul et de paralysie11.

23L’Etat intervient en déplaçant des entreprises vers les zones qui vont recevoir les bénéfices octroyés par les normes de la Promotion Industrielle. Le discours qui accompagne cet ensemble de lois met l’accent sur la promotion de la déconcentration territoriale de l’industrie, en concédant des avantages comme la diminution des impôts, l’octroi de crédits à bon marché et des exemptions de droits de douane, afin de pousser l’entreprise privée à s’installer dans les zones dites “retardées. Cette rupture actuelle dans les tendances historiques de localisation industrielle a ses antécédents dans 1’“Acta de Reparatiόn Histόrica” sous la présidence de M. Isabel Martínez de Perόn, 1974-1975, et qui concernait des provinces voisines de celle de Mendoza. : il s’agissait de procéder à une “réparation historique”, étant donné leur retard économique, pour sa contribution aux guerres d’émancipation.

24Plus tard, déjà en pleine dictature militaire, le décret-loi 21.608 étend à la totalité du pays les avantages de la promotion industrielle. C’est ainsi que l’on promulgue progressivement des lois qui en font bénéficier des provinces comme San Luis, La Rioja, Cόrdoba et San Juan, mais en 1989 et 1990, de façon sélective d’abord puis définitive après la révocation pure et simple des lois de promotion industrielle. Le pays entier avait accès aux bénéfices de la promotion industrielle et c’était le Secrétariat à l’Industrie au niveau du pouvoir central qui était chargé de son application, tandis que les autres lois relevaient des gouvernements provinciaux. Deux niveaux de gouvernement ayant un même objectif s’affrontaient, mais à cause de la disparité des ressources et des délais dont ils disposaient, les lois ont été appliquées selon des modalités différentes. Aucune norme n’a réglé l’extension d’un développement industriel capable d’avantager les régions où s’établissent les industries.

  • 12 Quelques exemples :

25Les capitaux mis en jeux ont déclenché un processus de dispersion géographique des entreprises industrielles. De nouvelles implantations se sont réalisées dans des régions qui ont attiré ces capitaux extrarégionaux afin d’avoir accès aux avantages octroyés, et à cause des caractéristiques propres à ces territoires12. Des régions comme le Territoire National de Tierra del Fuego, où se concentre la production électronique et où se réalise l’assemblage de pièces importées dans la plupart des cas. En général, les centres de gestion et de décision de ces entreprises se trouvent situés encore dans les régions où il existe une traditionnelle concentration industrielle. On a seulement déplacé vers le centre névralgique certains processus de production. D’où un renforcement du rôle périphérique et subordonné de ces régions par rapport aux régions centrales, ce qui minore ou annule les bénéfices que la population régionale avait reçus.

26Cette politique de promotion considère d’autres “avantages” comme la faible expérience professionnelle et syndicale, les bas salaires réels au niveau local, la diminution des conflits au sein des entreprises où se désarticulent les groupes syndicaux toujours concentrés dans les régions traditionnelles ; en outre.les entreprises peuvent se limiter au déplacement de quelques groupes de techniciens et professionnels vers les régions de production, car elles ont recours à la main d’oeuvre locale ou à la population migrant à partir d’autres régions appauvries, tandis que les organismes centraux de gestion, grâce aux techniques de communication les plus modernes agissent à distance sur les diverses usines localisées dans un ou plusieurs points du pays.

Les centres de développement scientifique et technologique

27Nombre de facteurs qui ont fait le succès de centres ou pôles scientifiques et/ou technologiques n’ont pas été repensés :

  1. le temps nécessaire pour son application et mise en opération ;
  2. la stabilité politique, l’appui institutionnel et financier ;
  3. la vulnérabilité de la société, en créant de fausses expectatives parmi les populations démunies, comme l’espoir d’une emploi ;
  4. la prise en compte de la tradition de développement scientifique et/ou technologique d’une région, au moment d’associer le nouveau profil à l’activité prédominante.

28En effet, jusqu’à présent, les études de cas montrent la non prise en compte de ces traditions territoriales. Cependant, il faut souligner l’existence de nombreuses institutions scientifiques et technologiques (universités, centres de recherche, instituts, etc.) et rappeler les avancées dans certains secteurs, comme le nucléaire, dont le développement scientifique n’a pas été perturbé par les avatars politiques des dernières vingt années. Dans la plupart de ces cas, les interrelations avec l’industrie nationale est faible. On a sélectionné pour cette recherche quelques institutions et secteurs traditionnels représentatifs du patrimoine du pays et de son rôle éventuel dans un modèle d’association. Voici ce qu’l faut souligner :

  1. la décentralisation manifeste de l’activité de ces instituts dans les régions où se concentre la recherche scientifique ;
  2. l’ampleur des résultats obtenus ;
  3. le temps et l’expérience acquis ;
  4. le manque de diffusion de leur activité (beaucoup de ces projets sont considérés comme “secrets d’Etat”) ;
  5. la relation avec l’entreprise privée ;
  6. dans certains cas, la formation par la voie des agglomérations et la construction des réseaux, de véritables “territoires scientifiques”.

L’Institut National de Technologie Agropastorale (INTA)

29Fonctionnant depuis 1956 (créé par le Décret-Loi 21680/56), il est la première institution spécialisée dans le transfert de technologie agricole.

30Avec le retour de la démocratie, la législation en vigueur est modifiée et renforce la présence des secteurs non gouvernementaux dans la gestion de l’INTA. Le fonctionnement se réorganise avec le processus de décentralisation. Il est maintenant possible d’établir des accords de collaboration technologique avec des entreprises privées dans le cadre des “technologies appropriables”. Les entreprises financent des dépenses courantes et offrent des compléments de salaire au personnel de 1TNTA. Une fois l’innovation réussie, elles couvrent le risque de fabrication et de commercialisation, qui est compensé par des avantages convenus d’avance. Les technologies définies comme “non appropriables” sont celles qui se transfèrent au secteur public et qui n’offrent pas d’intérêt pour les entreprises privées.

31D’un point de vue institutionnel, 1’INTA opère avec une forte capacité d’insertion car il a à sa charge le développement de tâches de planification et de programmation : programmes régionaux ou intégrés, programmes d’ordre national et actions non programmées. Dans le cadre il réalise des campagnes de diffusion technologique, met en place des systèmes de formation, des projets pluriinstitutionnels, des projets pour les petits producteurs, des accords de relations technologiques, de recherche et d’enseignement de Troisième Cycle (tout ceci au niveau national comme international).

32L’INTA a développé deux sortes de centres :

  • des centres régionaux, 15 au total qui couvrent 39 stations expérimentales, 233 agences de formation et 3 centres zonaux.
  • des centres de recherche, 3 au total, et 14 instituts et laboratoires.

33avec des infrastructures spécifiques. Les centres de recherche sont regroupés dans le “Complejo de Investigaciones de Castelar”

  1. Centro de Investigaciόn en Ciencias Veterinarias (CICV)
  2. Centro de Investigaciόn en Ciencias Agropecuarias (CICA) et
  3. Centro de Investigaciόn en Recursos Naturales (CIRN).

34Les centres se trouvent généralement à 8 ou 10 Km de l’agglomération urbaine la plus proche, les cadres et techniciens vivant dans les villes proches ou intégrées aux centres. Il reste à souligner que chaque centre régional réalise aussi des activités de recherche.

Instituto Nacional de Tecnología Industrial (INTI)

35C’est un organisme décentralisé de la Secretaría de Industria y Comercio Exterior, qui a pour objectifs l’offre de services techniques directs aux entreprises, la création et l’adaptation de la technologie, la réalisation de recherches en liaison avec d’autres institutions nationales et étrangères ; il intervient dans l’élaboration des normes industrielles et dans le contrôle de qualité ; il conseille, forme et informe et s’occupe du Registre de Transfert de Technologie. Son activité se réalise dans les laboratoires centraux et les centres de recherche (25 en total), et recouvre actuellement la presque totalité des branches de l’industrie du pays.

36Les centres de recherche se structurent en huit branches thématiques : aliments, électronique et informatique, physique industrielle, météorologie et essai de matériaux, secteur de la construction, de l’énergie, produits chimiques, ressources naturelles, promotion et information technique. Le Parque Tecnológico de Minguelete regroupe 13 centres. Sur les 12 restants, 4 fonctionnent à Córdoba, Mendoza, Rosario et Villa Regina, 3 dans la province de Buenos Aires et 4 dans la Capitale Fédérale. Outre son activité scientifique et technologique, l’organisme apporte aide et conseil à travers des Centros de Asistencia Técnica (AIT) et le Registro Permanente de Asesores Industriales Externos.

37Dès le début, 1TNTI a eu comme objectif d’arriver à autofinancer ses activités de recherche et l’achat de ses équipements, en prêtant de multiples services à l’industrie en général

Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET)

38C’est le principal organisme promoteur de la recherche scientifique et technologique du pays. Comme entité, il opère sous la tutelle de la Secretaría de Ciencia y Técnica (SECyT) qui relève, depuis 1989, de la Présidence. Créé en 1958 comme organisme de promotion, il s’est orienté vers la recherche scientifique de base, la formation de chercheurs et le développement de groupes de recherche propres ou universitaires. Dans une première étape, il s’est intéressé aux domaines les plus traditionnels (ou “durs”) : biologie, sciences biomédicales, physique, chimie et mathématiques. L’ingénierie, la technologie, les sciences sociales et humaines, s’incorporent plus tard.

39Il s’agit peut être de l’institution la plus marquée, dans sa trajectoire, par les avatars politiques du pays. Depuis sa création, elle a connu une succession d’ étapes de grande richesse et de faible activité. Cette dernière période voit s’approfondir la relation avec les universités, les centres de recherche et les organismes internationaux, avec l’objectif de réaliser des échanges de boursiers et des recherches en coopération. Le CONICET possède un patrimoine de centres de recherche (sous sa directe responsabilité) dans tout le pays : 35 dans la Capitale Fédérale, 8 dans la province de Buenos Aires, 14 à La Plata, 4 à Corrientes, 7 à Córdoba, 5 à Santa Fe, 6 à Rosario, 1 à Formosa, 6 à Tucumán, 2 à Tierra del Fuego, 2 à San Juan, 2 à Mendoza, 1 au Chaco, 2 à San Luis, 3 à Salta et 1 à Chubut.

40Il faut ajouter que beaucoup de chercheurs travaillent dans des centres universitaires publics et privés reconnus par le CONICET.

Comisión Nacional de Energía Atómica (CNEA)

41L’activité de la CNEA s’exerce dans l’un des secteurs les plus avancés du point de vue scientifique et technologique ; depuis 40 ans qu’elle existe, elle a toujours reçu un appui politique et financier. Dans ses laboratoires, la Commission réalise des études et des applications scientifiques et industrielles à partir de l’énergie nucléaire, et contrôle toutes les activités à niveau national.

42Pour encourager la régionalisation des activités nucléaires et les ouvrir à l’initiative privée, elle a favorisé la constitution d’entreprises associées, sous différentes formes juridiques et avec divers niveaux de participation, en établissant des modalités de contrats mixtes entre la CNEA et les entreprises privées. C’est ainsi qu’une de ces localisations a abouti à la constitution d’une région qui concentre une longue tradition de recherche et de développement technologique. Il s’agit de la microrégion de Bariloche qui concentre : le Centro Atόmico Bariloche (CAB) qui travaille en recherche fondamentale et appliquée en physique, en science des matériaux et en recherche et développement pour l’ingénierie nucléaire, et l’Instituto de Física “Dr. José A. Balseiro” (IB), un centre qui donne des cours de haut niveau en physique et ingénierie nucléaire. Les deux centres ont plus de 30 ans d’expérience. Le IB, créé en 1955 et résultat d’un accord entre la CNEA et l’Université Nationale de Cuyo, forme des professionnels spécialisés dans le domaine. . En 1978 s’ajoute la carrière d’ingénierie nucléaire. En 1977, face au projet d’expansion académique, le CAB construit des laboratoires comme le réacteur RA-6 et agrandit ses installations.

43Dans la même région s’est installée l’entreprise INVAP S.E. qui permet le développement des ressources humaines et des matériaux de la CNEA et les applique à divers projets (éponge de zirconium nucléaire, réacteur d’enseignement, détecteurs, etc.) ; elle s’occupe aussi d’autres branches industrielles comme la micro-électronique, la mécanique, etc. Les activités de la CNEA se réalisent dans divers centres et entreprises qui se créent sous son influence (comme celui de Bariloche). On peut mentionner parmi les centres les plus importants :

  1. Bariloche. Instituto de Física Balseiro
  2. Centro Atόmico Constituyentes
  3. Centro Atόmico Ezeiza
  4. Centro Nuclear Atucha I
  5. Centro Nuclear Embalse à Cόrdoba.
  6. Distrito Sierra Pintada à Mendoza.
  7. Sede Central etc.

44Parmi les entreprises formées avec des capitaux privés, on peut mentionner : INVAP S.E. (Cf plus haut), CONVAR S.A., associée à l’exploitation de l’usine d’Ezeiza et ENACE, constructeur de centrales nucléaires.

45Les activité de la Commission sont complétée par le Servicio de Asistencia Técnica a la Industria (SATI) créé en 1961 avec l’objectif d’appuyer l’industrie, d’effectuer des transferts de technologie et réaliser des tâches de promotion et de diffusion. Comme il s’agit d’un espace scientifique très développé, des physiciens spécialisés de la CNEA travaillent dans plusieurs universités nationales, publiques et privées.

Le complexe militaro-industriel

46Le développement de l’industrie en Argentine a été accompagné par le secteur militaire à cause de son insertion dans l’évolution de l’économie. En effet, pendant tout ce siècle, les militaires ont joué un rôle dans le développement de nouvelles technologies et dans l’avancée scientifique : soit ils ont assumé en grande partie la part de l’Etat, au lieu des entreprises privées, dans le développement de l’industrie lourde et de certains champs scientifiques, soit ils sont arrivés à se transformer en vrais entrepreneurs d’entreprises privées, nationales ou étrangères, en exerçant un monopole dans certains domaines. Dans un mouvement lent mais continu, ils ont étendu leur activité sur le terrain des “secrets d’Etat”, obtenant l’accès à des sources d’information étrangères à la “sécurité nationale”, mais qui, par leur influence sur l’Armée, deviennent finalement devient secret militaire.

47Par ailleurs, pendant de nombreuses décennies, les militaires se sont approprié le pouvoir maintenant le niveau du budget du complexe militaro-industriel tandis que des projets technologiques rentables se multipliaient. La première guerre mondiale a favorisé cette alliance, à cause de la nécessité d’industrialisation pour l’équipement à des fins militaires. Ce qui a été dit sur l’association de l’Etat avec l’industrie de base se vérifie si l’on analyse l’œuvre de E. Mosconi (1916), Yacimientos Petrolíferos Fiscales (1922 et les premières usines militaires (de 1923 à 1937).

48En 1941 s’organise la Dirección General de Fabricaciones Militares qui regroupe les grandes usines militaires. La seconde guerre mondiale permet un grand saut technologique et renforce les bourgeoisies industrielles. Il y a un essai de rationalisation entre ces alliances et leur champ d’action. Exemples de cette époque : le “Plan de mobilisation Industrielle” (1943), le “Plan de promotion industrielle” (1946) et le Projet d’Industrialisation Intégrée du général Savio (sur trois piliers : développement industriel, défense nationale et intervention de l’Etat). Peu de temps avant, Fabricaciones Militares contrôlait des productions comme le soufre, le charbon, la sidérurgie, la mécanique, certains éléments pour l’agriculture ; ainsi que fonte, forge et décolletage ; explosifs à usage civil et sismologique ; solvants ; synthétiques ; matériel pyrotechnique ; électronique de précision ; etc., dans un ensemble industriel comprenant à peu près 14 usines. Participation à des sociétés mixtes travaillant dans des secteurs comme la pétrochimie (plus de 10 entreprises), la chimie (2 entreprises), la sidérurgie (SOMISA, une des usines les plus importantes), les mines (6 entreprises).

49Des usines d’armement se sont développées, comme Falda del Carmen, qui avec l’usine de Embalse Río III et FAMAZUL, travaillent dans le développement de missiles et la production de combustibles solides flexibles. Dans tous les cas, Fabricaciones Militares est en contact avec les pays consommateurs de ces produits et avec des entreprises qui font le transfert des nouvelles technologies pour la fabrication de pièces détachées. L’activité de ce secteur dans la recherche stratégique le pousse à travailler avec la CNEA et le CONICET, et à organiser le Centro de Investigaciones Técnicas de las Fuerzas Armadas (CITEFA), l’Instituto de Investigaciones Aerospatiales et 1’Instituto Geográfico Militar.

50Actuellement, dans cette étape de reconversion de la dette et de restructuration économique, quelques secteurs comme la pétrochimie et la sidérurgie commencent à céder des entreprises.

Les nouveaux pôles scientifiques et technologiques

51Ces dernières années, il y eut des propositions visant à l’implantation de pôles scientifiques et/ou technologiques à Salta, Córdoba, Santa Fe, Chascomús, Bariloche et Buenos Aires. Initiatives provinciales ou locales. Beaucoup d’entre elles sont restées au stade de projet et de discours ; d’autres sont en voie de réalisation comme le Pôle Informatique de Berisso et le Pôle Pétrochimique d’Ensenada qui interviennent dans le même milieu métropolitain. Le premier est présenté comme un projet non seulement d’incorporation de technologie mais aussi de “développement d’un processus de transformation sociale en démocratie”, un projet qui déclare d’intérêt provincial la fabrication d’équipements informatiques et de télécommunication (Décrets 652/86 et 5396/88). Il cherche, entre autre, à créer dans la zone des établissements éducatifs pour la formation professionnelle, attirer la main d’oeuvre et stimuler la croissance économique d’une région ayant une forte tradition industrielle. Aujourd’hui, une partie du terrain abandonné par l’entreprise Swift en 1972 a été occupé, et sur cette surface se sont déjà installées trois usines de hardware et près de six de software, après avoir institutionnalisé le pôle à travers le projet de la Fondation BERITEC (Berisso Tecnología). Cependant, les données de terrain, révèlent que la plupart du personnel employé n’est pas de la zone et que, malgré leur formation orientée vers ce domaine,(spécialement à niveau technique),les jeunes sont aujourd’hui plutôt convaincus qu’ils n’auront aucune chance de trouver un emploi dans la région.

52Dans la ville d’Ensenada, voisine de celle de Berisso et qui a aussi une longue tradition industrielle, se développe le projet Petroken, qui a un impact sur la zone, (y compris un rôle dans la détérioration du milieu naturel) Les deux cas, pour l’instant, se comportent comme de vrais enclaves.

53Citons encore PLAPIQUI à Bahía Blanca et le Parque Científico de Bariloche (qui s’intègre à une région déjà spécialisée), des projets similaires mais avec une dynamique et un développement différents.

Conclusion

54Nous allons conclure sur ces quelques remarques :

  1. l’Argentine participe au mouvement de restructuration économique au niveau international en essayant d’appliquer le modèle (d’accumulation capitaliste, néolibéral et/ou néoconservateur) qui s’est diffusé au niveau mondial, mais dans un contexte de profonde récession économique, ce qui ne lui permet pas d’obtenir les résultats qu’ont atteint d’autres pays latino-américains.
  2. les avancées scientifiques et technologiques de quelques secteurs ont déjà une longue trajectoire et de véritables centres de développement scientifique et technologique se sont implantés dans diverses zones du pays selon un schéma de distribution assez décentralisé.
  3. il est en général peu tenu compte de ce potentiel en innovation technologique et des avancées scientifiques du pays si bien que les projets de pôles de développement scientifique et technologique, établis sur la base d’accords avec des entreprises internationales ont peu de résultats jusqu’à présent tant en ce qui concerne l’entrée de capitaux pour ces cas particuliers que les activités productives en général.
  4. Il n’y a pas de définition de politiques scientifiques et technologiques. Les quelques manifestations plus opérationnelles dénotent une recherche de solutions qui accompagnent le “Nouvel Etat” que l’on veut recréer. On peut citer comme exemple les essais de transferts vers le secteur privé, sous une forme totale ou partielle, à partir d’organismes de l’Etat, qu’ils s’occupent de l’information, comme l’Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC), ou de secteurs scientifiques et technologiques comme 1TNTA, 1TNTI, la CNEA, le CONICET, FM, etc. dont les budgets sont chaque fois plus réduits.
  5. La nouvelle logique d’organisation du territoire devra se baser sur la recomposition déjà induite par la relocalisation des activités productives (sous l’influence des lois de Promotion Industrielle), l’implantation des grands projets générateurs d’énergie et par le faible rythme actuel de la croissance économique et démographique ; il s’agira d’abandonner ou de promouvoir des territoires déjà spécialisés pour la production scientifique et technologique dans le cadre des nouvelles politiques d’intégration qui sont en marche. Récemment, on voit se consolider (même si demeure un point d’interrogation) les politiques d’intégration qui commencent à s’institutionnaliser avec le Brésil et l’Uruguay, et sur une plus petite échelle avec le Chili, la Bolivie et le Paraguay.

55On souscrit des accords commerciaux et d’autres comme le contrôle bilatéral des activités nucléaires, sans qu’il y ait une implication spatiale et moins encore territoriale significative, mais ils sont inévitablement liés au mode d’application des nouvelles technologies, de transfert, ou d’innovation et de reconversion industrielle. Nous sommes en présence d’une nouvelle forme d’intervention de l’Etat, en association avec d’autres pays, qui pourrait engendrer un nouveau processus d’organisation territoriale et recomposer le système régional établi dans le cadre conceptuel.

56On peut conclure de cette analyse générale, que, à défaut d’une croissance soutenue et d’un arrêt de la récession, il est évidemment impossible de songer à d’importantes transformations territoriales. Ceci est encore plus vrai dans un contexte de grande vulnérabilité sociale, où augmentent la pauvreté, la ségrégation sociale et spatiale et la détérioration des conditions de vie. Toute action, toute solution élaborées dans le cadre de cette “modernité” pose des questions. Une fois que l’on a noté les grandes transformations dans le tissu social et les changements dans les règles du jeu à l’intérieur des rapports de production, il est pertinent de se demander dans cette nouvelle structure de classe, qu’est ce que c’est qu’un travailleur ?, un entrepreneur ? Il faudrait avoir comme objectif prioritaire la prise en compte de notre capacité à intégrer ces changements et de la possibilité d’accepter les temps et les vitesses qu’ils nous imposent, afin de répondre aux conflits sociaux croissants. Il convient donc d’approfondir notre connaissance de cette “fragilité sociale” que les faits mettent de plus en plus en évidence.

Notes

1 Instituto Nacional de Tecnología Agropecuaria ; Instituto Nacional de Tecnología Industrial ; Comisión Nacional de Energía Atómic ; Fabricaciones Militares ; Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas.

2 Le travail présenté est une synthèse des conclusions de la recherche que j’ai réalisée avec la collaboration de Marcela Fernández y Mariana Schweitzer.

3 En tenant compte de la croissance de la pauvreté dans les deux régions métropolitaines plus importantes (Buenos Aires et Rosario) comme résultat des politiques de Promotion Industrielle présentes jusqu’à 1989, qui ont déplacé les industries vers les zones de frontière et périphériques (en général activités d’assemblage et/ou usines à être facilement délocalisées).

4 Information obtenue auprès de la Dirección de Inversiones Extranjeras.

5 Les lois d’application pour les Zones de Frontières en vigueur se développent sous 1’hypothèses de « conflit » et la doctrine de Sécurité Nationale, ce qui signifie (dans beaucoup de cas) quelques restrictions pour l’application de politiques et stratégies de développement. Presque les deux tiers du pays sont inclus sous cette législation que doit appliquer le Ministerio de Defensa, Superintendencia de Fronteras.

6 Ce sont, en général, des projets énergétiques, aux multiples objectifs, mais qui n’arrivaient jamais à être pleinement concrétisés

7 Les politiques d’appui à la déconcentration territoriale de l’industrie, avec l’objectif de stimuler l’investissement dans des zones dénommées « marginalisées », mises en oeuvre par diverses lois dans plusieurs provinces (surtout pendant la période militaire), ont donné des avantages en matière d’impôts, de crédit et des exemptions de tarifs douaniers aux entrepreneurs concernés.

8 La première moitié du xxe siècle se caractérise en matière de peuplement par une urbanisation rapide de la Région Métropolitaine de Buenos Aires.

9 Ces données proviennent du travail réalisé par l’Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC), « La pauvreté en Argentine », qui définit les besoins fondamentaux, en matière d’alimentation, logement, conditions sanitaires, assistance scolaire et capacité de subsistance.

10 le secteur agricole-industriel n’est pas inclu.

11 Gatto, Gutman et Yoguel, 1987, signalent que la production industrielle a chuté de 70 % par habitant entre les années 1973 et 1983, et la création d’emplois a seulement augmenté de 2,7 %, tandis que dans la période 1963-1973 elle a augmenté de 20 %

12 Quelques exemples :

  • les usines « sur roulettes » et les usines manufacturières ; les premières s’installent exclusivement à cause du du dégrèvement des impôts ; elles sont conjoncturelles et sans insertion régionale) ; les deuxièmes, celles qui installent un bâtiment seulement, réalisent tout le procès de production et de commercialisation dans les zones centrales, bénéficiant du dégrèvement par la facturation sur place.
  • le déplacement d’établissements vers d’autres provinces a provoqué le démantèlement des zones qui avaient un développement industriel et régional jeune et pas encore consolidé, ceci au moment où, en 1983, des activités prioritaires et des mécanismes de localisation ont été définis.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540