Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Les territoires de l’innovation technologique dans la stratégie industrielle du Venezuela

Didier Ramousse

Texte intégral

1L’industrialisation du Venezuela a été ralentie par les inerties propres aux économies rentières. La substitution d’importations ayant été plus tardive que dans d’autres Etats latino-américains, l’appareil de production s’est constitué dans la mouvance des sources d’approvisionnement étrangères en biens d’équipement et en technologie aux seules fins de satisfaire la consommation intérieure. Il en résulte une désarticulation interne et une faible spécialisation du parc industriel qui a longtemps bénéficié de mécanismes indifférenciés de protection douanière, d’un accès aisé au crédit public et à l’endettement extérieur. Sous la pression de la crise, de nouvelles orientations visent à mettre davantage à profit le potentiel scientifique et technique du pays pour favoriser l’insertion de l’industrie vénézuélienne dans le marché international avec des produits à plus forte valeur ajoutée. Cela implique une interaction féconde entre les universités, les centres de recherche et le secteur productif, dans quelques filières et espaces privilégiés où il faut concentrer les investissements compte-tenu des restrictions financières actuelles. A partir d’une approche sectorielle des espaces et réseaux d’innovation, nous avons essayé d’évaluer les limites et potentialités du système technico-industriel émergeant au Venezuela, en mettant l’accent sur les interconnexions formation - recherche et enchaînements productifs. Malgré un timide processus de décentralisation amorcé au cours de la dernière décennie par le CONICIT (Conseil National pour la Recherche Scientifique et Technologique), la forte concentration des infrastructures et du potentiel de recherche à proximité de Caracas révèle que l’aspect territorial de l’innovation n’a guère été au centre des préoccupations gouvernementales jusqu’à une période récente. Le CONICIT est actuellement chargé de coordonner les initiatives émanant d’universités, de centres de recherche et de groupes d’intérêts nationaux ou régionaux, afin de stimuler le développement des nouvelles technologies et la création de parcs technologiques. Mais, pour que la greffe prenne, il faut un terrain propice fertilisé par une culture fondée sur une communication quotidienne entre le milieu scientifique et les entreprises. Le problème est de savoir si cette culture, à peine naissante au Venezuela, peut rapidement prendre racine en quelques endroits.

Réseaux d’innovation dans le système technico-industriel du Venezuela : limites et potentialités

2La notion de réseau renvoie aux relations qui s’établissent entre les différentes composantes du système technico-industriel (énergie, matériaux et communication), ainsi qu’entre les principaux acteurs du processus d’innovation (entreprises, universités, Etat et institutions publiques). Les filières qui concentrent les nouvelles technologies souffrent le plus souvent d’une intégration déficiente, accentuée par des disjonctions spatiales et des conflits d’intérêts mal maîtrisés, dans le contexte propre à un pays en voie de développement.

Composante énergétique : nouveaux combustibles, sous-produits et automatisation des flux

3Le secteur pétrolier contrôlé par l’entreprise Petrόleos de Venezuela (PDVSA) bénéficie de toutes les priorités, une solide infrastructure scientifique et technique étant organisée autour de l’INTEVEP (Institut Technologique du Pétrole).

4Le traitement des ressources “in situ” et l’élaboration de nouveaux combustibles liquides (émulsion) correspondent à une frontière technologique sur laquelle le Venezuela est présent, d’autant plus que l’avenir énergétique du pays est en grande partie suspendu à l’exploitation des pétroles super-lourds de l’Orénoque. L’orimulsion, combustible non conventionnel à usage thermique, découle d’un projet de recherche fondamentale qui démarra à l’Université des Andes et qui se révéla extrêmement fructueux pour 1’INTEVEP. La direction des opérations est assurée sur le lieu de production par une filiale de PDVSA, tandis que des entreprises mixtes ou privées fournissent les additifs chimiques nécessaires aux émulsions.

5L’adéquation des hydrocarbures aux normes protégeant l’environnement constitue un autre enjeu. L’INTEVEP a développé, avec l’aide de la firme allemande VEBA, son propre procédé de déshydrogénation pour la conversion des combustibles résiduels. Par ailleurs, les recherches menées en vue d’utiliser les sous-produits du raffinage des pétroles lourds ont débouché sur l’expérimentation du flexicoke, à l’usage sidérurgique, et sur la fabrication d’anodes pour l’électrolyse de l’alumine. Ces avancées illustrent la volonté de trouver des interfaces technologiques entre les principales branches de l’industrie vénézuélienne.

6L’industrie pétrolière et pétrochimique nationale (IPPN) s’appuie sur une infrastructure “Information, Système et Télécommunications”, sans équivalent au Venezuela. L’automatisation de 1TPPN repose sur un réseau de télécommunications, parallèle à celui des installations pétrolières, dont le remodelage en système digital de services intégrés doit être achevé en 1992. La puissante organisation de PDVSA sur l’ensemble du territoire national, sa capacité d’innovation et son autonomie décisionnelle contribuent à la fluidité des communications et des transports par tubes. Au moment où le gouvernement entend accentuer la politique d’industrialisation des hydrocarbures, il est aussi question d’une participation croissante du secteur privé dans l’IPPN : l’association avec les transnationales n’est plus exclue pour de nouveaux projets de raffineries et de liquéfaction du gaz.

7La volonté d’économiser les hydrocarbures, afin de les convertir en réserve stratégique de devises et en l’une des bases de l’industrialisation du pays, a stimulé l’essor de la génération hydroélectrique qui représente déjà plus de 60 % de l’électricité produite. Une utilisation optimale de ces ressources, considérables mais inégalement réparties à la surface du territoire, exigeait l’interconnexion des systèmes de transmission dépendant de différentes sociétés publiques ou privées. Le centre d’opération des systèmes interconnectés (OPSIS) à Caracas est chargé, en liaison avec les stations régionales de toutes les compagnies concernées, d’assurer la qualité et la continuité du service. Mais l’automatisation des réseaux au début des années 80 n’a pu être couplée avec l’implantation d’un dispositif de télécommunications en temps réel, ce qui introduit des dysfonctionnements dans la distribution d’énergie. Les modalités du contrat passé avec une société étrangère n’ont pas permis la désagrégation du paquet technologique, empêchant ainsi de mettre à profit l’expérience des universités et des entreprises vénézuéliennes de software en temps réel.

Nouveaux matériaux et industries de transformation

8L’analyse des filières plastiques et métallurgiques révèle un certain potentiel, même si les nouveaux matériaux sont encore peu utilisés (environ 5 % pour les produits plastiques et moins de 1 % pour les produits métallurgiques) -une quantité insignifiante étant élaborée dans le pays.

9- Pétrochimie, polymères et filières plastiques.

10Si la pétrochimie de base est intégralement contrôlée par PEQUIVEN (filiale de PDVSA), la production des résines plastiques est le terrain d’élection des entreprises mixtes. Toutes les résines de base (PVC, PEBD, PEHD, PS et PP) sont élaborées au sein du complexe d’El Tablazo par des sociétés où le GRUPO ZULIANO détient de fortes participations, aux côtés de PEQUIVEN et de firmes transnationales. Les résines de seconde génération sont produites dans la région centrale par des établissements rattachés à des groupes vénézuéliens de la chimie et des plastiques (CORIMON, CGQ, etc.). En quête d’une intégration verticale, ces derniers ont misé sur l’éclatement de la production entre plusieurs usines et une concentration géographique propice à la création de solidarités inter-établissements. Certaines entreprises ont acquis une réelle compétence grâce à la négociation de licences ou de transferts technologiques, prolongée par une activité autonome de recherche et développement. Cependant, aucune stratégie d’ensemble n’a été définie pour relever le défi des nouveaux matériaux : seuls quelques petits fabricants innovants ou des firmes étrangères telles que “3 M” ont commencé à défricher le vaste champ des composites au Venezuela.

11Les liens entre l’Université, la R & D et les industries du plastique ont été jusqu’à présent trop ponctuels et discontinus. Il subsiste en particulier un problème d’articulation entre les bases territoriales du Zulia et de la région centrale, coïncidant avec les stratégies antagonistes de la pétrochimie et des industries de transformation. Après les difficultés d’approvisionnement en résines qui ont longtemps perturbé les relations entre l’IPPN et ses clients, les entreprises du centre n’ont pas manqué de souligner la localisation périphérique du complexe d’El Tablazo et des laboratoires d’INDESCA - société de recherche et développement appréhendée comme un agent commercial de la pétrochimie à travers les services qu’elle prête aux transformateurs de plastique. De son côté, en poussant à la création d’INDESCA et à une coopération plus étroite avec l’Université du Zulia, le GRUPO ZULIANO tente de promouvoir un pôle technologique régional pour affirmer son emprise sur la production des résines de base et sur la chaîne des thermoplastiques. Les spécialistes s’accordent à reconnaître que ceux-ci risquent d’opérer une mutation qui devrait offrir quelques opportunités au Venezuela, vu que les nouvelles méthodes de moulage et d’imprégnation fibre/résine permettent de dominer plus facilement les procès de fabrication. Mais une bonne articulation entre les différentes phases du cycle de production conditionne la diffusion du progrès technique de l’amont, où la pétrochimie et l’industrie chimique ont déjà accumulé une certaine expérience, vers l’aval.

12- Métaux, nouveaux alliages et filières métallurgiques.

13Malgré la création d’une puissante sidérurgie et d’une industrie de l’aluminium, sous la tutelle de la Corporation Vénézuélienne de Guyane (CVG), l’existence d’une vaste gamme de minerais métalliques au Venezuela n’a guère été mise à profit pour élaborer des alliages spéciaux. Il est vrai que de grands complexes intégrés comme celui de Ciudad Guayana sont aujourd’hui concurrencés par des aciéries électriques aux moindres dimensions, qui réagissent plus rapidement à la demande et fournissent un produit de meilleure qualité. A peine 2 % du personnel scientifique national se livre à des recherches dans le domaine minier et métallurgique, tandis que seulement deux universités de la capitale (UCV) et USB) disposent du potentiel humain et matériel nécessaire à la mise au point de nouveaux alliages. Par ailleurs, il n’y a que SIDOR (CVG) et SIVENSA (groupe privé) qui possèdent des unités de R & D conséquentes, l’une à Ciudad Guayana et l’autre à Caracas. Le facteur technologique a encore été plus négligé dans le secteur de l’aluminium où les usines géantes de VENALUM et ALCASA (CVG) n’ont pas leur propre centre de recherche et privilégient l’exportation massive de métal brut.

14Le bon fonctionnement de la branche métallurgique est gêné par des lacunes dans la formation du personnel et l’appui technique aux industries de transformation, ainsi que par la persistance de conflits d’intérêts entre les filiales de la CVG et le secteur privé. Les entreprises de base ne peuvent garantir la régularité et la qualité de leurs approvisionnements en matières premières. De plus, même si l’action de CONDIBIECA (Conseil pour le Développement des Industries de Biens d’Equipement) a permis de consolider la capacité technologique nationale, le pays ne peut assurer par lui-même la modernisation de son appareil de production. Le secteur métal-mécanique du Venezuela est relativement bien équipé en machines à commande numérique (quatre fois plus qu’en Colombie), mais des limitations existent au niveau de la qualification des ouvriers et des techniciens. Il faut que les institutions spécialisées ajustent leurs programmes d’entraînement professionnel et de recherche aux besoins nouveaux de l’industrie. C’est ainsi que l’Institut d’Ingéniérie (FII), implanté près de Caracas, s’efforce de répondre aux impératifs de la reconversion industrielle en faisant incursion dans les nouvelles technologies de l’usine flexible, CAO et PAO, avec la participation de l’université voisine (USB).

Composante ETI : Electronique, Télécommunication, Informatique

15Le Venezuela a connu, du fait des conditions favorables longtemps entretenues par la manne pétrolière, une pénétration précoce des technologies informatisées dans le secteur productif, les services et l’administration. De plus, l’effort réalisé pour la formation des ressources humaines est à l’origine d’un gisement de matière grise supérieur à 10 000 professionnels (soit un diplômé pour 1 500 habitants). Si l’importation massive de matériel étranger a été la règle, un appareil de production ETI s’est peu à peu constitué. C’est en électronique professionnelle et en software que le potentiel vénézuélien permet d’envisager la combinaison la plus fructueuse entre les capacités d’utilisation, d’assemblage et d’innovation technologique, en vue de consolider l’appareil de production.

16Cette branche industrielle maintient des liens étroits avec les centres de recherche et les universités du Venezuela. La plupart d’entre eux sont situés à proximité de Caracas, où sont regroupées les trois-quarts des entreprises ETI (cf document annexe). On insistera en particulier sur la qualité des laboratoires de l’USB et sur la tâche accomplie par la FII depuis sa création en 1980. Le potentiel vénézuélien reste pourtant en deçà de la masse critique qui garantirait l’aboutissement continu de projets d’envergure. Par ailleurs les failles des systèmes d’information, ainsi que des mécanismes commerciaux et logistiques souvent déficients, empêchent le secteur national ETI d’identifier et de satisfaire en temps voulu la demande.

17L’informatique et les multiples applications des dispositifs numériques ont ouvert l’ère des réseaux et des systèmes de communication. Ceux-ci prennent la figure de l’intelligence et l’espace perd sa représentation en terme d’étendue, pour devenir une intensité dont la capacité est fonction de la puissance du réseau. C’est dans ce contexte qu’il faut situer l’enjeu des télécommunications au Venezuela, le réseau téléphonique se trouvant dans une phase précaire de transition entre une organisation de type analogique et une autre de type digital ou numérique. Suite à l’appel d’offre lancé par la CANTV (Compagnie Nationale des Téléphones), un million de lignes digitales destinées à l’incorporation de nouveaux abonnés sont en cours d’installation dans certaines agglomérations et sur certains axes privilégiés (cf document annexe). Malheureusement la stratégie consistant à maintenir des réseaux superposés, en raison de limitations d’ordre financier, a engendré de sérieux problèmes liés à l’interconnexion des centraux digitaux et analogiques. L’introduction de nouvelles technologies dans les télécommunications s’accompagne d’une diversification des facilités offertes aux usagers : réseau public de données, système d’informations scientifiques et technologiques (SAICYT), télécopie, etc. La concentration des services en certains lieux fait émerger des pôles majeurs de télécommunications. Mais les retards accumulés dans la mise en place des nouvelles lignes et la multiplication des prestations sur le réseau public ont entraîné un engorgement de l’infrastructure téléphonique. Les insuffisances de la compagnie publique conduisent aujourd’hui à préconiser sa privatisation, alors que l’absence d’une politique cohérente a marginalisé l’industrie vénézuélienne dans le processus de digitalisation. Le contrat passé avec ERICSSON , SIEMENS et NEC pour l’installation d’un million de lignes érigeait la CANTV en partenaire du consortium, l’enfermant dans une logique économique qui prohibait le renforcement du potentiel technique et industriel national. Il était pourtant stipulé qu’un tiers des lignes serait monté sur place, tandis que des entreprises vénézuéliennes devaient fournir une partie des composants. Mais, sous la pression d’impératifs de rentabilité, pratiquement tous les équipements ont été importés et les transferts de technologie s’avèrent presque nuls à ce jour. C’est d’autant plus regrettable que plusieurs unités de production (MAPLATEX, MICROTEL, FONOLAB) avaient suivi, dès les années 70, un apprentissage accéléré pour préparer leur entrée dans l’ère digitale. Malgré quelques possibilités dans l’électronique professionnelle et les télécommunications, les industries du secteur ETI sont restées recroquevillées autour de Caracas où siègent les principales institutions de recherche.

18Ces réseaux d’innovation, auxquels vient s’ajouter celui des biotechnologies avec leurs applications industrielles embryonnaires, révèlent des configurations complexes et pas toujours faciles à maîtriser. Les filières mobilisant ou produisant des nouvelles technologies présentent souvent une articulation déficiente, à travers laquelle le réseau renvoie l’image d’un labyrinthe dont l’accès exige des clés et des codes. Leur connaissance conditionne l’organisation des réseaux : matrice de l’espace pour une société et une période données, l’aménagement du territoire doit fonder sa fonction normative, sémiologique et régulatrice des champs économiques et sociaux sur l’usage d’un langage pertinent, pour éviter que les développements des sciences et des techniques contemporaines n’échappent complètement à l’homme.

Reconversion industrielle et territorialisation de l’innovation technologique au Venezuela

19La territorialisation est un processus continu, complexe et global par lequel un acteur “colonise” l’espace, les ressources et les marchés qui sont indispensables à son activité. Les formes spatiales des rapports sociaux de production reflètent donc les relations qui se nouent et se dénouent sans cesse à toutes les instances fondamentales des sociétés humaines :

  • l’instance idéologique avec son système de savoirs et de valeurs ;
  • l’instance politique et son centre de gravité, l’appareil d’Etat ;
  • l’instance civile et son articulation en classes sociales ;
  • l’instance économique et son épine dorsale, l’appareil technico-industriel.

20Le rôle des innovations technologiques et des stratégies de reconversion industrielle semble être primordial dans la dynamique actuelle de destructuration/restructuration. Il s’agit de voir, à travers l’exemple du Venezuela, comment ces facteurs agissent sur le processus de territorialisation, véritable ciment ayant assuré jusqu’à présent la cohérence et la reproduction des relations entre les différentes instances qui animent les sociétés.

Politique de reconversion industrielle et innovation technologique

21La réforme de la politique commerciale engagée par le gouvernement vénézuélien à partir de 1989 a ouvert le marché intérieur aux produits étrangers, clôturant ainsi la phase de substitution aux importations. Une reconversion industrielle s’imposait donc pour favoriser l’insertion des entreprises dans un environnement de plus en plus concurrentiel, en privilégiant les filières et les créneaux recelant un certain potentiel afin d’y développer des avantages comparatifs dynamiques. Au Venezuela, une telle évolution nécessite une reconversion intégrale de l’Etat et de ses multiples ramifications dans la société. Sans une infrastructure moderne et un réseau de services efficaces, sans un allégement des pesanteurs bureaucratiques, les efforts des acteurs du secteur industriel risquent d’être annulés par un contexte défavorable. Pour l’heure, le CONICIT et le Ministerio de Fomento s’efforcent d’impulser l’innovation et la reconversion industrielle au milieu de frictions inter-institutionnelles pour la maîtrise des initiatives de nature technologique.

22Un crédit global de 6 400 MMBs (130 MM$) a été affecté en 1990 au programme de reconversion piloté par le Ministerio de Fomento, tandis qu’une nouvelle ligne de crédit de la banque Mondiale était prévue pour 1991-1992. On peut s’interroger sur la partie de ces fonds qui reviendra à l’innovation proprement dite : si le budget du FINTEC (Fonds d’Investissements Technologiques) a été augmenté dans des proportions considérables, ses ressources seront désormais canalisées par la banque privée à un taux proche de celui du marché, selon des critères davantage financiers que techniques.

23Le dispositif mis en place semble devoir avantager la grande industrie et encourager la modernisation de l’appareil de production par l’importation de machines et de biens d’équipement, plutôt qu’en misant sur le potentiel endogène. De son côté, le CONICIT travaille à l’élaboration du IIIème Plan National des Sciences et Technologies, tout en coordonnant deux programmes importants qui s’inscrivent dans la stratégie de reconversion industrielle.

  • Il s’agit d’abord du programme BID-CONICIT visant à promouvoir au Venezuela les “nouvelles technologies” (biotechnologie, chimie fine, nouveaux matériaux, électronique et informatique). Ce programme pourrait être l’occasion de restructurer les réseaux de recherche à partir d’une régionalisation des activités de R & D suivant la localisation des industries.
  • Le programme de parcs technologiques s’engage un peu plus dans la voie de la décentralisation. Après l’implantation de Fondations pour le développement de la Science et de la Technologie (Fundacite) à Maracaîbo et à Barquisimeto, de nouvelles antennes du CONICIT ont été créées à Mérida, San Cristobal, Maracay et Ciudad Guayana. On peut y voir autant de points d’appui qui permettront de cristalliser les initiatives émanant d’universités, de centres de recherche ou de groupes d’intérêts régionaux. Trois propositions sont actuellement en discussion pour l’implantation de parcs technologiques à Mérida, Barquisimeto et Sartenejas (près de Caracas). Mais le contrôle d’autres opérations de ce type échappe au CONICIT dans les bastions de PDVSA et de la CVG (Zulia et Guyane).

Les bastions régionaux de PDVSA et de la CVG face au défi technologique

24Les entreprises de base continuent à bénéficier d’investissements massifs dans la pétrochimie et la métallurgie. Mais comment les agents de l’innovation technologique combinent-ils leurs actions pour les enraciner dans ces bastions de PDVSA et de la CVG que sont le Zulia et la Guyane ?

25Un axe régional pour l’industrialisation des hydrocarbures est en voie de constitution entre Maracaïbo et la Côte Orientale du Lac (COL) où le complexe pétrochimique d’El Tablazo matérialise une convergence significative entre le GRUPO ZULIANO et PEQUIVEN en amont de la filière plastique. La mise à contribution du potentiel universitaire de LUZ vise surtout à former du personnel qualifié en synthèse des polymères et à résoudre les problèmes de production, alors que le Zulia est marginalisé par rapport aux groupes économiques et aux instituts de recherche ayant prospéré sous l’aile du pouvoir central dans la région de Caracas. Une décentralisation des services spécialisés en pétrochimie des plastiques, complétée par un rapprochement avec les acteurs gravitant autour de leur transformation, semble indispensable pour promouvoir les nouveaux matériaux composites.

26L’espace industriel guyanais est lourdement handicapé par les faiblesses de son infrastructure scientifique et technologique, dont l’affermissement constitue un enjeu essentiel dans le cadre de la restructuration de la CVG. Celle-ci est aujourd’hui dominée par le plan de reconversion de SIDOR mettant l’accent sur la modernisation et l’organisation de chaînes productives autonomes, afin de mieux gérer la diversité des procès et de pouvoir incorporer du capital privé dans n’importe quel segment de l’entreprise. La création d’un organisme comparable à 1TNTEVEP est à l’ordre du jour en Guyane : certains préconisent plusieurs centres de recherche liés à chaque type d’industrie, sur le modèle de celui de SIDOR, ce qui n’exclut pas une intégration des services communs et le regroupement des laboratoires dans le même lieu. Le schéma d’aménagement urbain de Ciudad Guayana laisse entrevoir l’apparition d’un parc scientifique et technologique entre les zones industrielles et le siège administratif de la CVG à Pto Ordaz. La mainmise de la corporation s’inscrit partout dans l’espace, mais elle ne peut mener à bien la restructuration de l’industrie guyanaise en étouffant systématiquement les initiatives qui échappent à son contrôle politique. Les énergies universitaires, syndicales et privées sont aussi nécessaires pour renforcer le complexe producteur de biens d’équipement en y introduisant de la haute technologie.

Incertitudes et enjeux du programme de parcs technologiques du CONICIT

27Le programme de parcs technologiques du CONICIT s’appuie sur l’expérience de quelques universités en matière de R & D et d’articulation avec le secteur industriel, bien que les transferts de technologie réalisés jusqu’à présent dans ce cadre aient porté sur des contrats limités, faisant appel à des connaissances scientifiques de faible impact. Le CONICIT a repris au bond le projet du Centre d’Innovation technologique de l’Université des Andes (CITEC-ULA) en vue de créer une structure pour l’incubation d’entreprises. En l’absence d’un tissu industriel à Mérida et dans ses environs, la ULA fait vivre l’agglomération où son emprise foncière et économique est omniprésente. S’il est concevable qu’elle soit la matrice d’entreprises intensives en technologie, le projet de pépinière ne peut se concrétiser avec ses développements industriels sans que la ULA trouve hors de la région les partenaires qui lui font défaut.

28La seconde modalité de parc technologique concerne Barquisimeto où le CONICIT agit par l’intermédiaire de Fundacite Centre-Occidental, en liaison avec la Fondation de l’Institut Universitaire Polytechnique (FACT-IUPB) et la Compagnie de développement des Zones Industrielles de Barquisimeto (COMDIBAR). Un centre technologique doit constituer le nœud principal d’un réseau de services aux entreprises locales, tandis que le patronat en quête de joint-ventures s’efforce de valoriser l’image de la ville et de sa zone industrielle pour y attirer des investisseurs étrangers.

29L’option de parc technologique la plus crédible correspond à la proposition de la fondation de Recherche et Développement de l’Université Simon Bolivar (FUNINDES-USB), engagée aux côtés de l’Institut d’Ingénierie (FII) dans la voie d’un rapprochement avec le secteur productif. Malgré des limitations dues à la nature accidentée du relief, le site de Sartenejas recèle un pouvoir d’attraction lié à son agrément et à la proximité de la capitale. C’est un des rares lieux où puissent converger les efforts du CONICIT et du Min/Fomento dont dépend la FII Les relations y sont aisées avec les industries du secteur ETI et les centres de recherche de la région de Caracas, même si la projection spatiale de Sartenejas s’étend à l’ensemble du territoire vénézuélien. Cette technopôle en gestation pourrait devenir le point d’appui central de la reconversion industrielle dans le pays, avec diverses spécialisations en automatisation industrielle, nouveaux matériaux, télécommunications et systèmes d’information.

30L’idée de parc technologique est actuellement très en vogue au Venezuela, mais aucun projet ne s’est encore concrétisé. Influencé par de fortes tendances centralisatrices, le processus de territorialisation repose ici sur le principe de polarisation autour d’un centre de gravité, en dernière instance la capitale. Tout se passe comme si l’on n’avait pas encore atteint - sur les plans scientifique, technologique et industriel - la “masse critique” précédant une désintégration des grands pôles investis par l’Etat ou ses entreprises de base (PDVSA, CVG). Les acteurs du développement technico-industriel sont souvent en conflit, tandis que le privilège hiérarchique du centre sur la périphérie et le schéma qui en découle pour les communications bloquent le parachèvement d’une configuration en réseau facilitant la diffusion spatiale des nouvelles technologies. Des technopôles ne peuvent véritablement émerger et revivifier le tissu industriel que dans un système interconnecté, sans lequel on risque de se retrouver en présence d’enveloppes creuses où les synergies tant espérées n’auront pas lieu.

31Jusqu’alors les mutations de la société vénézuélienne ont plutôt conduit à la concentration économique, à la centralisation politique et à des localisations gravitaires. Energies lourdes, industries lourdes, grandes entreprises, concentrations urbaines, hypertrophie et omniprésence de l’appareil d’Etat visaient à l’unification des territoires traditionnels, en même temps que la société civile se subordonnait à la sphère politique dans le cadre d’une idéologie massificatrice. Aujourd’hui ce type d’organisation se lézarde et s’effrite sous l’effet de la concurrence internationale et des technologies informatisées qui bouleversent l’espace et le temps, en imposant un modèle réticulé où les formes déconcentralisées de gestion politique et spatiale de la société semblent les mieux adaptées. Mais la décentralisation demande pour s’enraciner que les grandes entreprises gèrent leurs responsabilités territoriales locales et que les représentants élus des régions deviennent les interlocuteurs suffisants des instances économiques, sociales et administratives.

32La diffusion de l’innovation est tributaire des structures et des interrelations préexistantes de la formation économique, de la société civile, de l’appareil d’Etat et de l’idéologie. Celles-ci peuvent être caractérisées comme un système ouvert ou fermé, selon leur capacité à créer puis entretenir la dynamique économique et technologique nécessaire à la production/diffusion de l’innovation. Cette opération ne peut réussir sans que coexistent des mécanismes destabilisateurs et régulateurs, la production du territoire étant fondamentale pour lui ouvrir en permanence les espaces nouveaux indispensables à son développement. La territorialisation de l’innovation conditionne donc sa diffusion, mais les structures héritées de la période antérieure sont plutôt rebelles à une telle évolution au Venezuela.

Bibliographie

Bibliographie

- Barrios, Pedro.- Cambio tecnolόgico de las telecomunicaciones en Venezuela.- CANTV, Caracas 1987.

- CONICIT.- III Plan Nacional de Ciencia y tecnología. Version préliminaire.- Caracas 1990.

- HUMBERT, Marc- Le nouveau cadre des stratégies d’industrialisation.- GERDIC -Cahiers d’Economie Mondiale, Vol. 3 N° 2, Rennes, 1989.

- MARTINEZ, Fernando.- Electrόnica e informática : alternativas para Venezuela. Rapport CONDIBIECA, Caracas, 1988.

- PAREJO, Miladys.- Concepcián de Parques Tecnolόgicos para Venezuela.-CONOCIT, Caracas, 1988. mimeo.

- PEREZ, Carlota.- Hacia una estrategia de desarrollo integral del sector electrόnico en Venezuela. Proyecto CONDIBIECA-ONUDI, Caracas, 1985.

- RAMOUSSE, Didier.- Pétrochimie - matières plastiques : un axe de développement technologique et industriel pour le Venezuela, GERDIC - Cahiers d’.Economie Mondiale, Vol. 3 N° 2, Rennes, 1989.

- SUTZ, Judith, La automatizaciòn de la industria eléctrica venezolana. temas para la discusiόn N° 8 - CENDES, Caracas, 1988.

- VIRILIO, Paul.- L’espace critique.- Paris, 1984.

- VIVAS, Leonardo.- Competitividad industrial y desarrollo tecnolόgico (cas vénézuélien).- ILDIS, Caracas, 1988.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540