Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies et leurs territoires au Mexique

Daniel Hiernaux 

Texte intégral

1Les transformations en cours dans l’économie mexicaine, créent de nouveaux tissus productifs dont les logiques sont loin d’être connues dans l’actualité. En effet, après une étape d’introversion dans le cadre du modèle “stabilisateur” de croissance, l’économie mexicaine s’ouvre à l’économie mondiale et est en passe de s’intégrer dans le bloc de l’Amérique du Nord, dans le cadre d’un traité de libre-échange tripartite avec les Etats Unis et le Canada.

2Les changements économiques font partie d’une orientation de “modernisation” que le gouvernement actuel essaie d’imprégner à la vie économique, sociale et politique. A leur tour, les mutations technologiques font partie de cet ensemble de changements, mais elles n’ont pas lieu partout avec la même intensité et les mêmes résultats.

3Notre communication se centrera sur une étude qualitative des branches de haute technologie au Mexique, et des territoires qu’elles produisent et transforment. On cherchera tout d’abord à déterminer l’importance des branches de haute technologie dans l’ensemble industriel mexicain. Finalement, on proposera plusieurs hypothèses sur l’organisation et les dynamiques des territoires des nouvelles technologies au Mexique pour le reste de ce siècle, qui prendront en compte les orientations prévisibles du modèle économique.

Croissance industrielle, technologie et territoire au Mexique

4Jusqu’à la crise du pétrole de 1981, le modèle de développement mexicain, connu comme “développement stabilisateur” imposa une croissance continue mais orientée par des intérêts spécifiques. Comme le signalent Fajnzylber et Martínez Tarrago (1976), la croissance de l’économie mexicaine est intimement liée à la pénétration d’entreprises multinationales dans plusieurs secteurs. Leur participation dans l’économie mexicaine jusqu’à la fin des années soixante-dix, constitue une étape cohérente de la division du travail entre les pays développés et les pays sous-développés. Durant cette étape, l’industrialisation peut être conçue selon une double articulation : d’une part, les entreprises de production locale, de marché restreint et de technologie sommaire, et d’autre part les entreprises nationales ou multinationales qui intègrent des technologies plus avancées, bien qu’elles ne soient pas souvent de pointe, dans les processus productifs.

Les transferts de technologie

5Dans cette perspective, le Mexique a passé de nombreux contrats de technologie avec divers pays, qui ont servi à constituer la base technologique de l’activité économique mexicaine, mais aussi a rapatrier des capitaux, sous la couverture de paiements de licences, de services de Consulting, etc.

  • 1 Statistiques de la Direction Générale de Transferts de Technologie du Ministère du Commerce et de l (...)

6Bien que l’information obtenue couvre 1983-88 et pas les décades antérieures1, il est intéressant de noter l’origine géographique des contrats d’importation de technologie vers le Mexique Les statistiques enregistrent 11.175 contrats de vente de technologie : 69,08 % correspondent à des opérations entre firmes mexicaines et le reste, 30,92 % à des opérations de l’étranger vers le Mexique.

7Sur un total de 3.455 opérations (100 %) de transferts technologiques vers le Mexique, 65,26 % proviennent des Etats-Unis ; la France est le second vendeur de technologie avec 4,89 %, l’Allemagne Fédérale apporte 4,71 %, suivis par le Japon (3,61 %), l’Espagne et le Royaume-Uni (3,27 % chacun), l’Italie (2,40 %), la Suisse (2,14 %), finalement le Canada avec 1,96 %, Panama, centre de “redistribution” de nombreuses activités légales ou illicites, avec 1,85 % et la Suède, 1,76 %. Les pourcentages démontrent la prédominance des Etats-Unis, mais aussi le rôle de la Communauté Européenne, qui après 1992, deviendra le second vendeur de technologie au Mexique, et la poussée du Japon qui à lui seul supplante déjà la plupart des pays européens.

8D’autre part, l’analyse des transferts de technologie vers le Mexique par branche, au cours du sexennat 83-88, met en évidence que la manufacture constitue la majorité des contrats (51,65 %), suivie par le commerce, les restaurants et les hôtels qui couvrent 17,05 %, et les services communaux, sociaux et personnels, 12,77 %. Dans le cas de la manufacture, les pourcentages les plus élevés de contrats correspondent aux produits métalliques, machines-outils et biens d’équipement (27,21 %), les substances chimiques dérivées du pétrole (24,23 %), le textile et l’habillement (16,75 %) et les produits alimentaires, boissons et tabac (15,31 %).

9Dans le cas de ces branches dominantes, on peut effectuer l’analyse géographique suivante : dans la manufacture, 57 % correspond à des contrats entre nationaux, et 27 % à la relation Etats-Unis-Mexique. Le Japon ne couvre que 1,7 % du total des contrats pour les diverses branches de la manufacture, toutefois ces contrats constituent 80 % de l’ensemble des technologies qu’il vend au Mexique. Pour ce qui a trait au commerce, restaurants et hôtels, 91 % des contrats sont passés entre entreprises nationales. Dans ce cas, il faut signaler que pour l’hôtellerie, les chaînes multinationales ont établi des entreprises locales, qui sont celles qui passent les contrats de vente de technologie hôtelière avec les entreprises mexicaines, propriétaires majoritaires des installations. On peut citer à ce sujet le cas des grandes entreprises de B.T.P. (ICA, PROTEXA…) qui se sont lancées depuis quelques années dans le tourisme, et passent des contrats avec Hilton, Ramada Inn, et d’autres chaînes, qui ont toutes des succursales au Mexique.

10Ce processus est certainement diffusé dans d’autres branches, du fait des mesures protectionnistes du gouvernement mexicain envers les investissements étrangers, raison pour laquelle de nombreux contrats “nationaux” sont en fait des contrats avec des entreprises qui représentent des intérêts étrangers, ou éventuellement qui sont financées en partie par du capital étranger.

11A ce sujet, 79,57 % des contrats de technologie, non seulement entre nationaux et étrangers, mais aussi dans le cadre des relations des entreprises nationales, sont passés entre entreprises qui n’ont pas de participation de capital étranger. Les entreprises avec plus de 51 % de capital étranger représentent 9,43 % du total et celles qui ont entre un quart et la moitié du capital étranger, 8,92 %. En résumé, il est clair qu’il existe une relation importante entre transferts de technologies et propriété nationale ou étrangère du capital.

12Finalement, les motifs des contrats de technologie sont divers, les plus fréquents étant : l’administration d’entreprises (24,14 %), l’assistance technique (21,71 %) la concession de l’usage de marques (16,7 %) et le transfert de connaissances techniques (13,13 %).

L’espace des technologies

13L’information disponible quant à la localisation des entreprises qui passent des contrats de transfert de technologie, n’est pas disponible. Toutefois quelques hypothèses peuvent être avancées :

  • La forte concentration de la manufacture autour de la ville de Mexico et dans la région centre en général, explique le plus grand nombre de contrats de technologie.

  • D’autre part, il devrait exister un certain parallélisme entre la distribution territoriale des investissements étrangers, et l’existence de contrats de technologie avec des entreprises étrangères. Cela est sans doute vrai pour la plupart des contrats de transferts qui s’établissent avec des pays autres que les Etats-Unis. Ce devrait être le cas pour l’Allemagne Fédérale, la France, le Japon.. De ce fait, on peut, en première approximation, estimer que les contrats se lient aux investissements étrangers sauf pour les Etats-Unis.

  • Dans ce dernier cas, la situation est plus complexe car le Mexique maintient des relations privilégiées avec les Etats-Unis, du point de vue commercial, entre autres. De ce fait, il est clair que de nombreux contrats sont établis directement par des firmes mexicaines avec des firmes américaines, sans le passage par des investissements. C’est de fait, ce que démontre le répertoire de membres de la Chambre Mexicano-Américaine de Commerce, qui dénombre les entreprises qui maintiennent des relations avec les Etats-Unis (représentation de firmes, production sous licence, etc.).

  • La distribution territoriale est plus variée, car les villes du Nord du Mexique doivent jouer un rôle important dans les transferts de technologie.

  • Finalement, il faudra aussi prendre en compte le fait que les transferts de technologie tissent des relations dans l’espace qui recouvrent diverses dimensions : non seulement le transfert de savoir, mais aussi les flux de paiements associés, les dépendances technologiques, etc.

Les réseaux et les pouvoirs de la technologie

14Jusqu’à récemment, on peut affirmer que l’économie mexicaine est loin d’avoir obtenu son indépendance technologique. De ce fait, pendant plusieurs décades, des réseaux se sont forgés entre des entreprises, nationales et étrangères, ce qui a créé des systèmes de pouvoir assez complexes, qui ont aussi des manifestations spatiales dont on ne peut apprécier facilement toutes les facettes.

15En effet, il est évident que les transferts de technologie et de ce fait l’accès aux technologies les plus avancées, sont limités à des réseaux hiérarchiques, à des systèmes de pouvoirs, à partir desquels se définissent des seuils d’entrée aux technologies ; seuils économiques, mais aussi de relations politiques ou de participation ou exclusion de groupes économiques.

16A ce sujet, plusieurs questions doivent être posées, entre autres il faut se demander jusqu’à quel point il existe des transferts entre groupes économiques ou si la technologie circule seulement entre les partenaires du groupe, ou depuis et vers l’étranger. Il faudrait aussi s’interroger sur le rôle de la ville de Mexico, comme point de concentration de l’accès aux technologies, comme centre de redistribution et comme élément discriminant dans l’accès technologique.

17Ces questions ne sont pas vaines ; en effet, les possibilités de modernisation sont en relation directe avec l’accès aux technologies et donc, sont déterminées par la volonté politico-économique des groupes qui contrôlent la technologie, d’ouvrir cet accès à de nouveaux agents. On reviendra sur cet aspect par la suite, car il est essentiel pour la compréhension des possibilités des entreprises de s’intégrer à la nouvelle donne de la modernisation.

L’usage des technologies avancées au Mexique

18L’usage de technologies avancées au Mexique, est limité dans l’actualité à certains secteurs, dont l’électronique, l’informatique, la chimie, la pétrochimie secondaire, entre autres.

  • 2 Recherche entreprise sur la ‘Modernisation et changements territoriaux au Mexique’, qui comprend pl (...)

19Dans le cadre d’une étude entreprise sur ce thème2, nous analysons la distribution dans le territoire d’une série de branches qui forment le secteur de “haute technologie” sur la base des recensements économiques de 1985 et 1988 (préliminaire) et d’autres sources, dont celles qui relèvent de la production de recherche des universités et des centres d’éducation supérieure. Le travail est en cours, toutefois quelques observations peuvent déjà être présentées de façon préliminaire :

  • Tout d’abord, les branches qui utilisent des technologies avancées, ne représentent qu’une partie limitée de l’ensemble industriel, soumis à des technologies qui n’ont pas été rénovées à temps.

  • Le retard technologique de beaucoup de branches se doit, dans une bonne mesure, à l’absence de concurrence face à un marché interne protégé depuis plusieurs décennies.

  • Les branches qui utilisent d’avantage les technologies avancées sont celles où la présence de capitaux étrangers est la plus forte et les niveaux d’exportation sont apparemment les plus élevés.

  • Les politiques officielles en matière de technologie prises depuis vingt ans à partir du sexennat de Luis Echeverria, n’ont pas contribué à la création ou à l’extension des branches de haute technologie. Il semble que les décisions des entreprises ou dans beaucoup de cas, de leurs maisons-mères, ont été à la source de la décision de l’usage de nouvelles technologies dans le processus productif.

  • L’adoption de technologies de haut niveau s’est faite en fonction des besoins immédiats des entreprises, sans un véritable plan d’ensemble qui n’aurait pu émaner que de l’Etat.

20L’usage de technologies de pointe est un processus à forte concentration, lié aux implantations des secteurs dynamiques de l’économie. Soumis à des contraintes d’implantation importantes, ceux-ci se sont localisés là où ils pouvaient rencontrer des conditions adéquates de services et un niveau élevé de rentabilité, donc essentiellement autour des grandes villes et surtout de Mexico.

21Toutefois et sous réserve de comparer les recensements, il semblerait qu’un glissement vers la province ait pu s’amorcer, du fait de l’amélioration des conditions d’équipement en général. Un processus de ce genre ne serait qu’un changement de tendance, mais pas encore un renversement total, qui ne pourrait avoir lieu éventuellement que dans le long terme.

Les nouvelles technologies et les mutations territoriales

Le rôle de l’ouverture économique

  • 3 Voir à ce sujet le livre collectif : La integratiόn México-Estados Unidos. Destino o alternativa ?. (...)

22L’ouverture économique constitue un des changements les plus profonds de l’économie mexicaine. Cette ouverture a été prônée par le gouvernement de Miguel de la Madrid, mais sa mise en place est le fait de l’administration actuelle. Le Mexique se trouve placé entre plusieurs options : s’ouvrir sur le système continental intégré par les Etats-Unis et le Canada3 ; renouer des relations plus intenses avec les pays de l’Amérique Latine, ou entreprendre l’intégration au bassin du Pacifique. Pour l’instant, il semblerait que l’option la plus claire est l’ouverture vers les voisins du Nord, sans que pour cela le gouvernement ait négligé ses contacts vers le Sud, l’Europe et le Japon.

  • 4 L’accord de libre-échange serait surtout lié aux échanges de biens et n’intègrerait ni les flux de (...)

23L’ouverture et la possibilité de signer un contrat de libre-échange4 avec les Etats-Unis et le Canada, n’inclut pas, comme élément déterminant, les transferts de technologie, mais surtout les transferts de produits. De ce fait, il est possible que le rôle de l’accord soit différent de ce qui serait souhaitable, car les transferts de technologie et l’implantation d’entreprises à haute technologie, sont hypothéqués par la libre circulation des biens. Les défenseurs de l’accord, adoptent une position très centrée sur les relations commerciales, et de ce fait, prêtent peu d’attention aux possibilités d’industrialisation qui pourrait surgir de l’ouverture, et aux technologies qui y sont liées.

  • 5 Voir à ce sujet la communication de Juan José Palacios à cette Table ronde.

24C’est ainsi que des technologies nouvelles sont utilisées de plus en plus fréquemment dans les questions de circulation de biens et services, comme c’est le cas des systèmes téléphoniques, de la gestion informatique, des transports en général, qui connaissent une modernisation importante. Toutefois, la possibilité de transfert des connaissances attachées à cette technologie, n’est pas envisagée comme décisive, alors qu’auparavant, elle constituait un des objectifs centraux de la politique officielle. A ce sujet, on peut reprendre le cas du métro de la ville de Mexico, dont l’intégration technologique s’est résolue de façon satisfaisante, alors que, par exemple, les conditions d’implantation des entreprises de haut niveau dans l’informatique, n’ont plus été régulées par l’Etat comme auparavant. De ce fait, les nouvelles entreprises d’informatique qui se sont installées à Guadalajara5 ou à Monterrey, constituent des filiales actives, certes, mais peu innovatrices dans le cadre de l’économie mexicaine. Il s’agit avant tout d’entreprises de production qui mettent à profit les avantages offerts par le niveau moyen de développement du Mexique, mais sans fournir de transfert réel de connaissances, ni intégrer d’éventuels apports locaux à leur mode traditionnel de fonctionnement.

25L’ouverture, en tant que processus commercial, implique davantage la désintégration de la structure industrielle actuelle du Mexique, que sa revalorisation face aux nouveaux marchés et sous l’apport de technologies nouvelles. Elle pose aussi la question de savoir si les entreprises qui s’installeront et toucheront le marché international, auront la possibilité de s’insérer dans les branches de haute technologie, ou si elles seront le réceptacle des technologies déclassées que les pays développés ne désirent plus mettre en œuvre, ou qui constituent des dangers réels pour la santé publique ou l’environnement.

Le rôle de la recherche et le développement

26Le rôle des universités et des centres d’éducation supérieure est remis en cause par le gouvernement actuel, réticent à accorder des subsides à un système d’enseignement qui serait, selon l’Etat, de plus en plus inefficace et inadapté aux besoins actuels. De ce fait, une politique de contrôle sévère a été mise en place, qui vise la rationalisation de l’enseignement supérieur. L’accent est mis sur les besoins de rentabilité des universités et sur les contrôles budgétaires et, pour ce faire, le pouvoir universitaire est remis à des fonctionnaires professionnels ou à des universitaires qui embrassent cette vocation.

27Les moyens mis en oeuvre sont de plus en plus limités et offerts, en première instance, aux sciences “dures”, c’est-à-dire les sciences exactes, au détriment des sciences sociales. Il est aussi évident que le pouvoir des grandes universités traditionnelles est en cours d’érosion, car l’Etat marque une préférence nette envers les centres privés, où il recrute un pourcentage croissant des cadres supérieurs de l’administration, même si numériquement la présence de l’Université Nationale Autonome de Mexico ou de l’Institut Polytechnique National, continue à être écrasante.

28Du fait du manque de ressources, en termes généraux, il est improbable à court et à moyen terme, que des associations entre l’Etat, les universités et le secteur privé, puissent se construire, pour déboucher sur des centres de hautes technologies et des technopôles, comme dans les cas européen et américain. Cela est aussi lié à la concentration territoriale de la recherche autour de la ville de Mexico. Malgré les efforts entrepris par le Conseil National de Science et Technologie et d’autres mécanismes officiels dont le Système National de Recherche qui offre des bourses de productivité, la recherche en province continue à être le parent pauvre. Il ne faut pas oublier non plus que les conditions actuelles de salaire des chercheurs, les engagent à développer plusieurs activités, ce qui n’est possible que dans la capitale.

  • 6 Secretaría de Programaciόn y Presupuesto (1990).

29D’autre part, comme chaque sexennat, le gouvernement a émis un Programme National de Sciences et Modernisation Technologique 1990-946, séquelle du Plan National de Développement 1989-94. Le Programme prévoit que la stratégie de développement technologique du Mexique, doit se baser sur l’usage de technologies produites dans d’autres pays, mais aussi l’innovation et le développement de technologies propres et adaptées aux conditions locales.

30Toutefois, les critères d’intervention de l’Etat, se centrent sur des stratégies d’appui, par le biais de l’information, la normativité, le financement et, en général, par des mécanismes propres à un Etat qui commence son repli, au lieu de poursuivre une stratégie d’intervention directe. Il y a là une différence essentielle avec les pays développés qui s’engagent de plus en plus dans une politique technologique active, en association directe avec les producteurs et les centres de production de technologies nouvelles.

31Dans le programme de ce sexennat, rien ne paraît indiquer qu’il pourrait y avoir une politique de développement d’initiatives importantes en matière de développement technologique. L’Etat mexicain rejette donc la régulation publique et permet, de cette manière, que les besoins de technologies nouvelles soient résolus par les demandeurs, rejettant la possibilité d’un développement national plus autonome, qui soit appuyé par l’Etat.

32D’autre part, la possibilité que les universités publiques contribuent à ce développement technologique en s’associant aux entreprises, est de plus en plus limité du fait du manque de crédits, du pragmatisme des entreprises mexicaines qui préfèrent transférer une technologie étrangère au lieu de chercher des substituts locaux, et aussi à cause de l’image négative des universités publiques dans les milieux d’entreprises. Toutefois, l’association entreprises-universités est possible dans certains cas, sur des projets réduits, où l’université maintient un certain prestige, et quand des recherches de long terme et coûteuses sont impératives.

Les territoires des nouvelles technologies

33Dans les paragraphes suivants, nous poserons finalement quelques hypothèses sur les relations entre les nouvelles technologies et l’organisation du territoire.

34- Les ancrages territoriaux des nouvelles technologies.

35Le comportement territorial des nouvelles technologies, est différent de celui des technologies traditionnelles. Plusieurs travaux ont mis en évidence que la localisation de la production des nouvelles technologies, répond à des critères non traditionnels.

36La localisation des nouvelles technologies est liée au niveau de développement local mais aussi à leur capacité de s’insérer dans le réseau international hiérarchisé qui constitue le “système-monde”. De ce fait, si dans les pays développés, les centres de recherche et de production de nouvelles technologies constituent de nouveaux pôles, dans les pays sous-développés, ces concentrations de savoir ne peuvent fleurir que dans l’environnement des grandes villes, bien que pas exclusivement autour de la capitale. Ceci constitue alors une contradiction grave, car les nouvelles concentrations ne peuvent, dans ce cas, imposer des modèles de polarisation qui visent la décentralisation, comme le cas des pôles technologiques le démontre.

37D’autre part, l’infrastructure est un des éléments centraux dans les conditions de localisation : les réseaux de communication, l’accès aux bases internationales de données, la présence d’un aéroport international mais aussi les conditions de vie et les équipements sociaux, sont des facteurs-clé dans les choix des nouvelles localisations. Dans ce cas, les conditions favorables sont loin d’être aussi distribuées dans le territoire des pays sous-développés. La compétitivité entre localisations est réduite au jeu de quelques grandes villes et leurs banlieues.

38Finalement, la qualité de vie, liée aussi à la division sociale intraurbaine, est apparue comme un des facteurs déterminants des localisations des grands pôles, et dans le cas mexicain, les inégalités régionales sont très fortes à ce sujet.

39- Mexico : Centre de gestion et production des nouvelles technologies ?

40L’état actuel du territoire mexicain montre clairement que l’on assiste à une certaine redistribution des fonctions économiques et du pouvoir entre diverses régions.

41Comme plusieurs auteurs l’ont souligné, le passage du fordisme au post-fordisme dans les pays centraux impose une nouvelle logique d’organisation des territoires dans les pays périphériques, selon les nouvelles modalités d’organisation du processus de travail. De ce fait, le territoire mexicain est soumis à de nouvelles forces économiques qui recomposent le système régional et imposent des rôles distincts à chaque région dans la nouvelle division internationale du travail, et dans le cadre d’une nouvelle division interrégionale du travail.

  • 7 Pour une explication des concepts, voir Lipietz et Leborgne (1988).- O pόs-fordismo e seu espaço.- (...)

42Les villes du nord, sont effectivement au centre de la recomposition du système territorial. Dans ce cadre, les villes frontières constitue la base territoriale des processus “néo-tayloriens”, avec la croissance des maquiladoras (entreprises de montage), alors que certaines villes moyennes plus éloignées de la frontière, reçoivent les impacts de processus “saturniens”, dont les usines de montage automobile sont les exemples les plus évidents7 Finalement, la possibilité de création d’espaces “californiens” dont Silicone Valley serait le paradigme, est limitée par l’absence de conditions favorables pour une localisation au Mexique.

  • 8 Même en acceptant que le recensement sous-estime la population totale et celle de México en particu (...)

43Le développement de processus néo-tayloriens et saturniens constitue, dans une bonne mesure, l’explication de la poussée des villes moyennes, qui selon les résultats préliminaires du recensement de 1990 concentrent une bonne part de la croissance urbaine du pays8. Tout en étant considérée comme métropoles régionales, Guadalajara et Monterrey ont, elles aussi, reçu les impacts des processus cités, et de ce fait, ont pu réduire le chômage qui les touchait fortement vers 1984.

44Quant à la ville de Mexico, il est clair qu’elle occupe une place très spéciale dans le système urbain. Il n’est plus besoin de démontrer que sa croissance de 1940 à 1970 est liée au modèle de “développement stabilisateur” et à la croissance de l’industrie traditionnelle, celle qui, sous le couvert du protectionnisme, a ravitaillé le marché interne. De ce fait, la modernisation et l’ouverture de l’économie mexicaine ont produit de nombreuses fermetures ou reconversion d’entreprises traditionnelles, dont l’impact n’est pas évalué jusqu’à présent. Tout paraît indiquer que la ville de Mexico est celle qui présente le chômage le plus élevé, mais aussi que c’est la ville qui éprouve le plus de difficultés à s’insérer dans le nouveau régime d’accumulation.

45Pourtant, la ville de Mexico peut jouer un nouveau rôle, et de ce fait, maintenir son hégémonie sur le système national, qui est d’ailleurs contestée par les autres villes et les états qui “montent”. En effet, Mexico pourrait bien perdre sa capacité de production pour le marché interne, tout en devenant le nouveau centre d’articulation d’un territoire orienté vers les marchés extérieurs. Dans ce cas, la ville de Mexico devrait étendre sa fonction tertiaire de haut niveau, et limiter sa production industrielle traditionnelle.

46Ces processus semblent présents dans l’actualité ; Mexico est de plus en plus un centre de gestion et d’interconnections de niveau international, et pour ce faire, on assiste au développement de zones urbaines à fortes valeurs foncières, dotées de conditions de communication adéquates, qui se constituent progressivement en tissus urbains de dimensions réduites, mais porteurs de centres de décision et de pouvoir qui peuvent arriver à contrôler une bonne part des nouvelles entreprises, ou tout au moins, leur offrir des services indispensables qu’elles ne peuvent acquérir sur les sites de province.

47Quelques cas peuvent être cités : l’ancien Hôtel de Mexico, jamais terminé, et qui devient le World Trade Center de Mexico. La zone Sud, autour de l’Université Nationale et du centre commercial Perisur, qui concentre déjà de nombreuses entreprises financières, des assurances, et les maisons-mères de grosses entreprises, dans un tissu urbain de haut niveau, qui offre aussi l’un des centres commerciaux les plus luxueux de la ville, le meilleur centre culturel, le tout articulé avec des espaces résidentiels de luxe, ou en passe de le devenir. Polanco, ancienne zone résidentielle de qualité, se transforme à son tour partiellement en zone de bureaux de haut de gamme.

48Ce ne sont que quelques exemples qui démontrerait que la ville de Mexico cherche une nouvelle articulation dans le système économique national. On peut, de ce fait, penser que la capitale pourrait éventuellement devenir le centre de décision et de gestion des entreprises du nouveau modèle, dont beaucoup ont déjà leur siège social à Mexico.

49Toutefois, cette possibilité est beaucoup plus limitée que ce que démontrerait les exemples antérieurs, à cause de divers facteurs :

  • Les conditions de vie dans la ville de Mexico, en particulier l’environnement, le transport et la sécurité publique.

  • La poussée des villes moyennes et l’opposition politique et culturelle qu’elles manifestent au maintien du contrôle de la ville de Mexico sur le système social et économique national.

  • Le manque de volonté explicite (politique, financière et technique) de l’Etat pour réaliser les opérations d’urbanisme requises pour ce faire.

50Par ailleurs, on assiste de plus en plus à l’articulation inégale de deux espaces, résultat de l’articulation des deux circuits de l’économie : le circuit supérieur et le circuit inférieur. Cette hypothèse ne peut être traitée en détail dans cette communication. On peut toutefois signaler certains traits de cette évolution : tout d’abord, la crise a amplifié le circuit inférieur, celui qui se base sur les activités informelles ; mais aussi, il est clair que les politiques de l’Etat visant à reprendre en main l’usage du sol, ont conduit au rejet vers la périphérie des secteurs de bas revenus, dont les espaces dans les zones plus centrales, ont été repris soit par des couches moyennes, soit par des activités tertiaires. C’est pourquoi le recensement démontre une perte de population dans les espaces centraux et des gains considérables à la périphérie. On assiste aussi à une recomposition de l’espace périphérique, avec des transferts de population entre les périphéries.

51Dans le cadre de cette restructuration de l’espace de la ville de Mexico, la production et la gestion des nouvelles technologies est, sans aucun doute, une des fonctions centrales que la capitale jouera dans le futur. La gestion des nouvelles technologies peut se faire par le biais des centre de décision des entreprises localisées en province, mais aussi par l’intermédiaire de bureaux privés spécialisés, et de la gestion publique de CONACYT entre autres, qui offre des appuis financiers aux contrats de technologie entre entreprises mexicaines et étrangères, par le biais de contrats de “risques partagés”.

  • 9 Ce projet a rencontré une très forte opposition de la population locale, alors que celui du centre (...)

52Il faut noter que le gouvernement actuel de la ville s’engage clairement dans la voie de la modernisation urbaine, en proposant des initiatives de reprise en main de divers quartiers : Santa Fé, à l’Ouest avec l’installation d’une université privée ; Xochimilco au Sud, avec l’expropriation de terrains communaux pour établir un projet écologique mais aussi un centre touristique de luxe9 ; et le centre historique, qui, sous couvert de la récupération et restauration du patrimoine immobilier historique, pourrait devenir un centre d’affaires, un haut-lieu du tourisme urbain et une zone de logements de luxe, à l’image de projets entrepris dans d’autres pays, comme le cas de Boston, par exemple.

Conclusions préliminaires

53L’adoption de technologies avancées au Mexique dépend dorénavant davantage de la dynamique des entreprises que de celle d’un Etat qui recompose sa relation avec la société et l’inscrit dans le cadre d’un retrait évident. Toutefois ce retrait ne peut se faire qu’après une transition que le gouvernement de M. Salinas prétend mener rapidement et de main forte. Cette transition implique une mutation territoriale significative, avec la croissance des villes moyennes et la redéfinition du rôle de la ville de Mexico dans le système national. Les premiers pas ont été faits, et effectivement la tendance semble confirmer cette hypothèse ; les régions croissent du fait des activités d’assemblage, l’industrie automobile et le tourisme, entre autres branches.

54L’apport technologique lié à ces branches, se résoud essentiellement sur la base de contrats avec l’extérieur, plus que par le biais du développement d’une technologie nationale. Ce développement national n’est en effet pas possible, du blocage de la recherche dans les universités et du manque d’intérêt du gouvernement à promouvoir le développement de technologies propres.

55De ce fait, des “pôles technologiques” pourront difficilement s’établir, si ce n’est pour des branches limitées. Toutefois, un certain apport de technologies locales est possible. Dans ce cadre, l’hypothèse est que la ville de Mexico est en passe d’assurer les fonctions de production et de transfert de technologies, en reprenant ainsi un rôle essentiel dans l’économie nationale. Cette tendance qui s’ébauche compte sur l’appui de l’Etat, qui soutient et parfois prend les devants dans des initiatives qui favorisent la modernisation de certains quartiers de la ville de Mexico.

56Alors que d’autres pays cherchent à se construire un espace dans la production de nouvelles technologies, le Mexique semble disposé à recevoir les technologies que la nouvelle division internationale du travail lui assigne, et à produire les territoires de gestion et de mise en valeur que ces technologies exigent. Si certaines inégalités régionales sont en passe de s’estomper grâce à ces processus, d’autres se construisent progressivement.

Notes

1 Statistiques de la Direction Générale de Transferts de Technologie du Ministère du Commerce et de la Promotion Industrielle (SECOFI), août 1990.

2 Recherche entreprise sur la ‘Modernisation et changements territoriaux au Mexique’, qui comprend plusieurs volets dont les investissements étrangers, la technologie, les politiques publiques, entre autres thèmes.

3 Voir à ce sujet le livre collectif : La integratiόn México-Estados Unidos. Destino o alternativa ?.- Siglo xxi, México, 1990.

4 L’accord de libre-échange serait surtout lié aux échanges de biens et n’intègrerait ni les flux de personnes ni ceux des services.

5 Voir à ce sujet la communication de Juan José Palacios à cette Table ronde.

6 Secretaría de Programaciόn y Presupuesto (1990).

7 Pour une explication des concepts, voir Lipietz et Leborgne (1988).- O pόs-fordismo e seu espaço.- Espaço e Debates 8(25), pp 12-27.

8 Même en acceptant que le recensement sous-estime la population totale et celle de México en particulier, il est évident que ce processus est en cours depuis 1975 environ. D’autre part, l’émergence de ce processus, est étudié par plusieurs auteurs dans le cadre du débat entre la “décentralisation et la déconcentration”.

9 Ce projet a rencontré une très forte opposition de la population locale, alors que celui du centre historique a suscité son rejet par le secteur informel qui l’avait transformé en base d’opérations.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable