Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Territoire des nouvelles technologies

Introduction

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

  • 1 - “Les mutations technologiques et le changement industriel“ colloque de l’Association de Géograph (...)

1L’approche spatiale et territoriale développée dans cette partie de notre table ronde s’inscrit dans la ligne d’une série de récents colloques focalisés sur les expériences françaises et des pays les plus avancés1.

2La localisation des entreprises novatrices, des services, des universités et des centres de recherche qui constituent leur environnement, montre l’existence d’une logique territoriale bien différente de celle des entreprises traditionnelles.

  • 2 Jean-Luc Gaffard “La création de technologie. Stratégie d’entreprises et politiques publiques”. Pr (...)

3Partant de l’hypothèse que “les microsystèmes productifs…sont l’expression des formes particulières de segmentation fonctionnelle et territoriale des processus de production, qui sont le produit d’une interaction complexe entre les stratégies d’entreprise et les politiques économiques des collectivités territoriales ou des organismes d’aménagement2, une importance particulière doit être donnée aux logiques et politiques territoriales, à l’émergence de pôles technologiques reposant sur l’interrelation, l’interdépendance d’entreprises par le biais de participations dans le capital et d’échanges commerciaux, à la croissance de la sous-traitance, à l’utilisation partagée de certains équipements et à la constitution de réseaux transnationaux.

4La liaison avec les centres de recherche publics et privés devient plus étroite, organique : des ponts sont établis entre les universités et les entreprises.

  • 3 Roger Brunet et allii. “Montpellier Europole”. Reclus, 1988, p. 23

5Au niveau des villes ont peut parler de stratégies technopolitaines. Evoquant le cas de Montpellier, R. Brunet insiste sur le fait que la technopole ne se réduit pas à un lieu de fabrication industrielle : “Information et savoir-faire, création et technicité définissaient jadis l’industrie même : il y avait dans ce mot, en un sens maintenant presque oublié, des idées d’art et d’habilité, d’intelligence, d’invention et d’ingéniosité. La révolution ‘industrielle’ l’a détourné et réduit à ce qui est pure fabrication d’objets” Il faut revenir au sens primitif et prendre le meilleur qualificatif, celui de la création et en employant le radical grec eur- : “Aujourd’hui la ville qui crée, invente et trouve, c’est donc l’europole3.

6Le personnel des entreprises innovantes adopte des normes de consommation et de vie qui le différencient progressivement du reste de la population du point de vue du logement, de l’éducation, des loisirs, du style de vie. Ce qui donne une spécificité “culturelle” à ces territoires de nouvelles technologies.

7En outre le jeu des nouvelles technologies dans la gestion et le zonage urbains suscite de nouvelles questions, dans le cas des métropoles latino-américaines, sur de nouvelles formes de ségrégation socio-spatiales.

Aménagement du territoire, recherche et innovation technologique

8Ces nouveaux territoires producteurs de produits à haute valeur ajoutée et de matière grise, sont-ils reproductibles et diffusables à la volonté des aménageurs ?

  • 4 Alain Mailfert, Rapport au Ministre de la Recherche et au Ministre Délégué à l’Aménagement du Terr (...)
  • 5 Thierry Bruhat, Rapport à la DATAR sur les Technopoles françaises. 1990
  • 6 Compte rendu par Ginette de Matha du Congrès de l’Association France-Technopoles, dans Le Monde 1e (...)

9En France, en 1990, la préoccupation gouvernementale est claire : le Ministre de la Recherche et le Ministre délégué à l’Aménagement du Territoire demandent à Alain Mailfert un rapport4 sur la composante scientifique et technologique de l’Aménagement du Territoire ; il s’agit de faire un bilan des disparités régionales en matière de potentiel en formation supérieure et recherche, de mesurer le dynamisme de l’ouverture à l’économie régionale, d’évaluer les effets des politiques publiques et de définir une action de rééquilibrage privilégiant les régions situées sur les axes structurant l’espace européen. De son côté la DATAR commande un rapport à Thierry Bruhat pour contribuer à l’élaboration d’une politique nationale de soutien aux technopoles5. Si le rôle des acteurs et collectivités locales est de premier plan, l’efficience de leur action a des limites parce que “les hautes technologies travaillent à l’exportation” et que la “chasse” aux industries de pointe déborde largement l’hexagone. Il y a donc bien place pour une action d’accompagnement, d’appui logistique de la DATAR pour aider la prospection des technopoles à l’étranger. Pour la DATAR les technopoles doivent devenir des lieux d’animation et de diffusion de réseaux intégrant les villes têtes de pont internationales, les villes intermédiaires et leur arrière-pays6.

10Au delà des effets de mode, du mimétisme poussant de nombreuses collectivitités locales à baptiser technopole toute zone industrielle à prétention “high-tech” il y a bien un phénomène de fond qui touche également l’Amérique latine.

11Les planificateurs brésiliens utilisent le concept de “pôles technologiques” dans le cas des centres de recherche/ industrie de l’état de São Paulo (São José dos Campos, São Carlos, Campinas) et la municipalité de Rio de Janeiro s’est lancée dans l’implantation de districts industriels-technologiques. L’Argentine compte à la fin 1988 une quinzaine de projets de technopôles. Le Mexique a depuis août 1988 son premier parc technologique institutionnel dans l’état de Morelos. Le gouvernement et le secteur privé ont décidé d’encourager la création de “parcs scientifiques” où des recherches de haut niveau poursuivant l’innovation seront menées. Sept parcs sont prévus en 1990. Au Venezuela les parcs technologiques montés à l’initiative d’universités sont également à l’ordre du jour.

  • 7 M. Bernardy de Sigoyer et P. Boisgontier. ”Grains de Technopole. Micro-entreprises grenobloises et (...)

12Mais “les nouveaux tissus productifs ne croissent pas n’importe où et n’importe quand”. L’enracinement dans le local, dans l’expérience cumulée d’une région sont à la base des “territoires endogènes innovants” ayant “capacité à perdurer dans le même espace géographique mieux que les autres établissements dont la localisation est télécommandée par des intérêts exogènes7. Or la capacité des collectivités régionales et locales des pays latinoaméricains à assumer des fonctions de promotion est très inégale. L’hypothèse d’une polarisation, d’une concentration des systèmes innovants dans les mégapoles et grandes métropoles régionales semble se vérifier actuellement dans des pays comme le Brésil ou le Mexique.

13Enfin les mécanismes de territorialisation des firmes innovantes sont particulièrement importants à saisir dans cet espace latinoaméricain où s’affrontent des logiques d’intégration multiples (logique générale du système mondial, logiques des intégrations Mexique-Etats Unis ou Argentine-Brésil).

Notes

1 - “Les mutations technologiques et le changement industriel“ colloque de l’Association de Géographes Français ; février l986. Coordonnates B. Dezert.
- “Nouvelle industrialisation, nouvelle urbanisation. Villes et Technopoles”. Toulouse Le Mirail. septembre 1987. Coordonnateurs G. Jalabert et C. Thouzellier.
- “4e Congrès du Club international des Technopoles”. Montpellier septembre 1988.
- “Les nouveaux espaces industriels”. Paris I. mars 1989.
- Congrès de l’Association France-Technopoles. Bordeaux, juin 1990.

2 Jean-Luc Gaffard “La création de technologie. Stratégie d’entreprises et politiques publiques”. Programme de recherche : technopoles et développement. Rapport final t.3 PIRTTEM, sept 1987 p.65.

3 Roger Brunet et allii. “Montpellier Europole”. Reclus, 1988, p. 23

4 Alain Mailfert, Rapport au Ministre de la Recherche et au Ministre Délégué à l’Aménagement du Territoire sur la prise en compte, par la politique nationale de recherche, des préoccupations d’aménagement du territoire. 1990. Analyse dans La Lettre de la DATAR n°128 Juil-Août 1990.

5 Thierry Bruhat, Rapport à la DATAR sur les Technopoles françaises. 1990

6 Compte rendu par Ginette de Matha du Congrès de l’Association France-Technopoles, dans Le Monde 1er-2 juillet 1990.

7 M. Bernardy de Sigoyer et P. Boisgontier. ”Grains de Technopole. Micro-entreprises grenobloises et nouveaux espaces productifs”. PUG. 1988. p. 227.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540