Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Effets des nouvelles technologies informatisées sur le travail

Conclusions

Texte intégral

1Le thème du colloque : “Effets des nouvelles technologies informatisées sur l’emploi et le travail en Amérique latine”, coordonné par M. Julio. C. NEFFA, entrait plus spécifiquement dans le cadre des travaux du PIRTTEM.

2Les travaux présentés ont été centrés essentiellement sur des entreprises. La présentation et discussion des contributions sur ce thème en séance plénière a permis de constater, d’une part l’existence de travaux de recherche d’une haute qualité qui ont été développés sur place par des équipes interdisciplinaires connaissant parfaitement la problématique et les approches théoriques et méthodologiques françaises à propos des innovations technologiques et de leurs effets, et d’autre part un certain accord à propos de ce processus.

Les constats

  1. L’introduction des innovations technologiques dans ces pays s’est produite dans un contexte de grave et profonde crise économique. Pour faire face à cette situation, les gouvernements ont programmé et exécuté de sévères plans d’ajustement, avec des conséquences négatives au niveau des rémunérations des salariés et de l’emploi. Ces plans, de portée essentiellement conjoncturelle, n’ont pas permis encore de mettre en place un nouveau régime d’accumulation du capital, pour se substituer au précédent, arrivé à un stade de blocage et d’épuisement. Malgré ces résultats, les efforts pour formuler une politique économique alternative valable et cohérente à ces plans d’ajustement n’ont pas encore donné de résultats satisfaisants.
  2. Les innovations technologiques présentées dans la Table ronde comprennent d’une part les nouvelles technologies informatisées, et d’autre part , les innovations organisationnelles, telles que les nouvelles formes de travail, les nouvelles formes d’organisation de la production et de gestion de la force de travail. Dans le passé, ces innovations n’étaient pas coordonnées suivant un plan d’ensemble. Maintenant la complémentarité et l’intégration des diverses innovations sont beaucoup plus fréquentes au sein des entreprises, multipliant ainsi leurs effets bénéfiques sur la productivité, les coûts et la qualité de la production des biens et des services.
  3. L’introduction de ces innovations n’a pas suivi un processus généralisé et cohérent. Ce qui prédomine, c’est l’hétérogénéité, la lenteur, les actions ponctuelles, avec un certain retard dans le temps par rapport aux pays industrialisés. Leur pénétration a renforcé l’hétérogénéité structurelle entre branches d’activité et à l’intérieur de chacune de ces branches.
  4. Il y n’a pas été constaté de véritable déterminisme technologique avec l’introduction de ces innovations Les mêmes technologies donnent lieu à des effets très divers, voire contradictoires. Le contexte et l’histoire économique propres à chaque pays, l’organisation du travail au sein des entreprises, les objectifs et les orientations des entrepreneurs et le système existant de relations professionnelles, expliquent dans une bonne mesure l’existence de trajectoires nationales fort différenciées.
  5. On constate souvent l’existence de deux logiques contradictoires par rapport à la gestion de la force de travail dans les entreprises innovantes : la recherche de la flexibilité “quantitative externe” et de la précarisation de l’emploi d’une force de travail composée essentiellement des ouvriers spécialisés ; la recherche de la polyvalence et de la constitution d’un collectif du travail stable pour garantir en même temps la fiabilité dans l’opération de machines complexes et coûteuses et dans la qualité de la production.
  6. Avec l’introduction des innovations technologiques, les entreprises peuvent s’insérer d’une autre manière dans la division internationale du travail, en tenant compte des nouvelles exigences de la compétitivité internationale et des variations de la demande.

Conclusions et recommandations

3Les chercheurs participants ont réalisé un travail de commission pour stimuler les échanges et la réflexion, et pour formuler des conclusions et recommandations. Les plus importantes sont les suivantes :

  1. Editer et diffuser, aussi bien en France qu’en Amérique latine, les travaux présentés dans les quatre sessions de la Table Ronde.
  2. Continuer les échanges entre les participants et entreprendre des recherches comparatives suivant une méthodologie commune.
  3. Promouvoir des actions de recherche coordonnées au sein des Commissions de l’Association Internationale de Sociologie et de l’Association Internationale des Relations Professionnelles, et participer aux réunions de l’ALTEC (Association latinoaméricaine de Gestion technologique)qui aura son prochain congrès en septembre 1991 au Venezuela.
  4. Essayer de construire une typologie pour tenir compte de la façon dont les nouvelles technologies informatisées et les innovations organisationnelles s’articulent dans les divers pays, en tenant compte de la structure et du fonctionnement du marché du travail, pour passer du niveau micro-économique au niveau macro-économique.
  5. Etudier d’une manière comparative les changements dans le système de relations professionnelles ayant eu lieu ou en train de se produire dans les divers pays, par rapport au type et modalités des innovations technologiques prédominantes : syndicalisme de métier, syndicalisme de branche d’activité, syndicalisme d’entreprise.
  6. Constituer un réseau latinoaméricain de recherches sur travail et technologie (RELETT) à caractère informel, pour faciliter les échanges permanents et réguliers d’informations et de publications.
  7. Poursuivre les relations entre centres de recherche latinoaméricains et français d’abord, européens par la suite, par l’intermédiaire du CREDAL, Du Réseau Amérique latine (GDR 26), du Réseau documentaire européen sur l’Amérique latine ‘REDIAL) et du Comité européen des Recherches en sciences sociales sur l’Amérique latine (CEISSAL).

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540