Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Effets des nouvelles technologies informatisées sur le travail

Automation micro-électronique, changements d’organisation dans le processus de travail et réactions des travailleurs à São Paulo

Marcia de Paula Leite

Texte intégral

1Ce texte a été élaboré à partir de ma recherche “Le vécu ouvrier de l’automation micro-électronique” qui concerne les changements survenus dans l’organisation du travail à la suite de l’adoption d’innovations technologiques et la perception qu’en ont eue les travailleurs, ceci dans deux usines métallurgiques de l’état de São Paulo.

2La première usine (l’usine A) appartient à un puissant groupe suisse et produit des compresseurs, des perforeuses et des outils pneumatiques. Implantée dans le secteur d’influence du syndicat de São Bernardo et Diadema, elle emploie environ 700 travailleurs relativement bien organisés. Cette entreprise qui a commencé à se moderniser en 1978 avec l’introduction de la première machine-outil à commande numérique en a acquis beaucoup d’autres à partir de 1982, accélérant ainsi ce processus de modernisation (70 % de la production provenait des machines informatisées). Le contrôle du processus était lui-même relativement modernisé : les matériaux étaient administrés par un ordinateur de grande portée utilisant le traitement de données pour comptabiliser les pièces, connaître le solde des stocks et contrôler les ventes. Par ailleurs, le CAM avait été récemment introduit dans le service des Méthodes et Process et il était prévu d’installer le CAD dans un proche avenir.

3La deuxième usine (l’usine B) appartient à une grande entreprise nationale qui s’est mise à produire des machines-outils au cours de la deuxième guerre mondiale après avoir fabriqué, dès 1930, des machines agricoles pour la région de São Paulo. Cette entreprise, traditionnellement considérée comme novatrice sur le plan technologique a, dès le début, réalisé une bonne intégration verticale en créant dans ses propres usines des produits intermédiaires et des composants. Principale entreprise de la ville, elle était aussi un pôle de développement sur le plan de la formation de la main d’oeuvre. Aujourd’hui, elle dispose d’un Centre de Recherches technologiques, créé dans les années 60, qui a à son actif de nombreux brevets déposés et concentre l’activité de la recherche scientifique et technique. Elle a également implanté, en 1986, un Centre de Diffusion Technologique chargé de la formation théorique et pratique indispensable à l’utilisation et à l’entretien des équipements modernes.

  • 1 Le MRP (Material Requirement Planning) consiste en une technique d’organisation de la production b (...)

4Ma recherche a été menée dans la principale usine de cette entreprise (1500 travailleurs) où, dès 1969, une première machine-outil a été introduite pour que le personnel se familiarise avec l’équipement qui allait devenir la production future. Deux ans plus tard, elle fabriquait déjà son premier tour informatisé au niveau expérimental et l’année suivante (bien avant les multinationales installées au Brésil) elle vendait sa première machine-outil à commande numérique. Mais ce n’est qu’en 1982, qu’elle mit au point le modèle définitif qui allait être produit à une échelle commerciale mettant sur le marché entre 1982 et 1988 plus de 1000 de ces machines, et devenant ainsi l’une des premières du pays avec un total approximatif de 500 machines. Le contrôle du processus de production était déjà tout à fait modernisé dans la mesure où, outre un centre de traitement des données, l’usine possédait un système de contrôle du débit de fabrication basé sur le MRp1, disposait du CAM qui avait été installé dès 1976 et du CAD en fonctionnement depuis 1986.

5Il faut signaler tout d’abord que cette recherche se limite au domaine de la production et plus particulèrement du secteur d’usinage qui constitue le noyau des entreprises métallurgiques. Dans nos deux exemples c’est là que se concentrent les innovations technologiques, comme c’est généralement le cas d’ailleurs, dans les industries de ce type.

Automation, compétitivité et contrôle de la main d’œuvre

6Les études qui portent sur les nouvelles technologies mettent l’accent sur le contexte de leur apparition : les économies industrialisées et sur leurs objectifs fondamentaux : l’augmentation de la compétitivité des entreprises sur le marché et l’amélioration du contrôle de la production.

7Il convient de rappeler qu’une meilleure compétitivité s’obtient à travers la réduction des coûts de production, l’augmentation de la productivité et l’amélioration de la qualité, et aussi par une adaptation plus grande aux exigences du marché grâce à la flexibilité de production que permettent les machines programmables. En ce qui concerne le contrôle de la production, il est clair que ces nouveaux équipements assurent aux entreprises une certaine indépendance vis-à-vis des travailleurs, des rythmes de travail plus réguliers améliorant la qualité des produits. Ainsi, la direction des deux usines ont constaté que la rapidité et la qualité du travail sont garanties par le programme et non plus par l’aptitude du travailleur à se servir de sa machine ou par sa bonne volonté à le faire selon les rythmes imposés.

8En outre et surtout, les modifications apportées par les nouvelles technologies au niveau du contenu du travail permettent à l’entreprise de renforcer son contrôle sur les travailleurs, un contrôle que l’automation impersonnalise dans la mesure où son action se substitue à celle des contremaîtres.

9Il est important à ce sujet de souligner le lien qui existe entre les notions de qualité et de productivité et celle de contrôle. En assurant à la production une qualité et un rythme donnés, et en garantissant, par ailleurs la productivité, les nouvelles technologies permettent aux administrations des entreprises de renforcer leur contrôle non seulement sur le processus de production mais aussi sur les travailleurs en réduisant leurs possibilités d’intervention sur le temps et la qualité de la production, ce qui revient à diminuer d’autant leur autonomie de travail. C’est un aspect important car il révèle d’une part que le souci du contrôle est généralement sous-jacent dans le discours des cadres dirigeants, axés explicitement sur l’amélioration de la qualité et sur la croissance de la productivité et d’autre part que le travailleur, qui ne peut plus intervenir sur son rythme de travail ni sur la qualité de sa production, subit une perte d’identité.

10Augmentation de la compétitivité et renforcement du contrôle, telles sont les conséquences de la nouvelle organisation du travail que l’introduction de nouvelles technologies informatisées a rendue nécessaire. En effet, dans les deux usines, les nouveaux équipements ont provoqué dans l’organisation du processus de travail tout un ensemble de remaniements visant à la réduction des coûts, à l’augmentation de la productivité et à l’intensification du contrôle sur le processus de production. En fait, ces deux entreprises sont engagées dans un processus de réorganisation de la production selon les principes du “just in time”. Les changements les plus significatifs ont été les suivants :

  1. réduction du service du contrôle de la qualité ; cette innovation est actuellement à l’essai dans l’usine A et déjà en place dans l’usine B, où le travail d’inspection des pièces est assuré par les opérateurs eux-mêmes.
  2. intégration de l’entretien dans la production ; ce processus est en cours de développement dans l’usine B, et là aussi le travail d’entretien préventif est maintenant assuré par les opérateurs alors que les ouvriers d’entretien ont été rattachés au service de direction de la production.
  3. montage de cellules d’usinage ; ce projet se heurte à une forte opposition de la part des travailleurs dans l’usine A mais est en cours de réalisation dans l’usine B. A l’époque de mon enquête, il se limitait aux machines automatiques rigides, mais la direction avait l’intention de l’étendre rapidement aux machines informatisées.
  4. organisation de l’unité de fabrication ; innovation introduite dans l’usine B, qui consiste à réunir 5 centres d’usinage extrêmement sophistiqués, dotés de 8 tables chacun et d’une capacité de correction automatique du programme en cas de malfaçon de l’outil. Ces nouveaux équipements sont placés sous le contrôle de trois ouvriers et d’un chef d’équipe, à chacun des trois postes de fonctionnement de la machine ; et bien que le chef d’équipe soit un extourneur mécanicien ayant des années d’expérience dans les machines conventionnelles et informatisées, les ouvriers, eux, sont des jeunes fraîchement émoulus du SENAI2 et sans aucune expérience d’usinage. Etant donné la qualification insuffisante des opérateurs, le travail de préparation des machines est confié au chef d’équipe, qui doit en plus aider le programmateur à corriger les programmes.
  5. organisation de la production à partir de la technologie de groupe ; projet en cours dans le service des compresseurs de l’usine A et déjà implanté dans l’usine B, où toute la production est organisée de cette façon.

11Toutes ces transformations visent fondamentalement à réduire les temps de fabrication et de ce fait elles complètent les améliorations apportées par l’introduction de nouveaux équipements. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les efforts qui sont faits pour réduire les temps de production exigent une synchronisation et un contrôle du processus productif qu’il est difficile d’obtenir sans avoir recours à des machines informatisées.

12La conclusion à laquelle on aboutit en analysant ces innovations est que les nouvelles formes d’organisation du processus de travail et les nouvelles technologies répondent de façon complémentaire à la volonté des entreprises de renforcer le contrôle du processus productif. Si ces équipements procurent aux entreprises une certaine indépendance vis-à-vis de leurs travailleurs tout en leur garantissant une qualité et une productivité meilleures, il est évident qu’elles ont tout intérêt à ce que les nouvelles formes d’organisation du travail soient justement basées sur un contrôle plus poussé du processus productif. En effet, dans la mesure où cette organisation établit une planification stricte des temps de production à laquelle les ouvriers doivent se soumettre impérativement, elles étendent ce contrôle aux travailleurs tout en les déchargeant du souci de planifier leur production.

13Bien entendu, ces nouvelles formes de contrôle sur le processus de travail se rencontrent plutôt dans des contextes politiques plus démocratiques où les travailleurs ont une plus grande capacité de pression. La façon dont on les contrôlait autrefois était plus directe et plus personnalisée mais ce c’est pas parce que ce contrôle s’exerce maintenant sous des formes différentes qu’il passe inaperçu éliminant toute expression de résistance.

Nouvelles technologies et qualification de la main d’œuvre

14En ce qui concerne la qualification, il faut savoir qu’une production variée et en petite série requiert une main d’œuvre plus qualifiée que dans l’industrie de série où la faible variation du processus productif exige moins de la part de l’opérateur. Cette différence au niveau des exigences qui pèsent sur la main d’œuvre de ces deux types d’industrie est accentuée par l’introduction d’équipements micro-électroniques : tout en permettant une meilleure standardisation du processus productif, ils exigent une main d’œuvre plus qualifiée et plus apte à intervenir dans le processus de travail à cause de la variété considérable de pièces produites.

15Il ne faut cependant pas perdre de vue les effets contradictoires que les nouveaux équipements et les nouvelles formes d’organisation du travail ont sur la qualification, et ceci mérite qu’on s’y attarde un peu.

16Pour ce qui est des équipements, on peut difficilement parler de qualification sans prendre en considération le fait qu’en modifiant considérablement le contenu du travail, non seulement les machines rendent inutiles des compétences autrefois indispensables mais elles exigent aussi du travailleur de nouvelles qualifications. Ainsi, si la dextérité manuelle perd de l’importance, de nouvelles compétences deviennent nécessaires, comme la pensée abstraite, indispensable pour travailler sur un équipement informatisé, ou l’attention, pour pouvoir identifier (par la vision et non plus manuellement) d’éventuels problèmes d’outillage.

17La nouvelle organisation du travail a aussi des conséquences contradictoires sur la qualification : d’un côté, le contrôle de la qualité et l’entretien de la production tendent à regrouper des tâches jusqu’alors distinctes contribuant à l’enrichissement du travail des opérateurs, d’un autre côté, la constitution de cellules d’usinage et l’utilisation d’une technologie de groupe peuvent avoir des effets opposés, la standardisation créant un travail routinier.

18C’est donc surtout dans l’organisation des travaux d’exécution, de préparation et de programmation que l’entreprise décide des qualifications en les différenciant en fonction du type de contrôle qu’elle veut exercer sur les travailleurs. Si elle choisit de travailler avec des opérateurs peu expérimentés et de compter surtout sur le travail des responsables et des programmateurs (comme c’est le cas dans l’usine B où la préparation des machines les plus sophistiquées est confiée aux premiers et la préparation des programmes aux seconds) son organisation sera basée sur la séparation des travaux de préparation et d’exécution, (comme dans l’organisation tayloriste du travail) et ce contrôle exercé sur sa production aura comme conséquence de limiter la qualification de l’opérateur. Supposons maintenant que l’entreprise choisisse de laisser le travail de préparation des machines et la correction des programmes sous la responsabilité des ouvriers : cette organisation leur sera plus avantageuse dans la mesure où ces travaux de programmation et de préparation, qui exigent les connaissances les plus poussées, sont les moins répétitifs, procurant généralement une plus grande satisfaction professionnelle, sans compter que ce savoir-faire leur confère une certaine maîtrise de leur équipement, une autonomie de décision et un contrôle sur le processus de travail que les simples opérateurs n’ont pas.

Les effets sur les conditions de travail

La fatigue mentale et la responsabilité accrue

19C’est de fatigue mentale dont se plaignent le plus les opérateurs de machines informatisées. Selon eux, et bien que leur travail soit moins pénible dans la mesure où il exige moins d’effort physique et où il arrive même souvent qu’ils n’aient rien d’autre à faire qu’à veiller au bon fonctionnement de la machine, l’attention soutenue qu’exige leur travail est extrêmement fatigante et à la limite plus épuisante que l’effort physique fourni sur les machines conventionnelles, au point de conduire parfois à des états d’épuisement extrême. Ceci est pris très au sérieux : les personnes interrogées à ce sujet dans l’usine A évoquent avec appréhension deux cas de déséquilibres imputés à un trop grand effort mental.

20Il existe d’autres motifs de plainte souvent invoqués et qui contribuent peut-être encore davantage à la fatigue : la présence permanente auprès de la machine, une responsabilité accrue et des exigences plus grandes de la part des contremaîtres. Les ouvriers vivent mal ces contraintes qui pèsent sur leur quotidien, qui les épuisent physiquement, qu’elles soient imposées par les contremaîtres ou par la machine elle-même (par exemple le voyant lumineux qui signale l’arrêt de la machine) ; elles représentent une atteinte à leur dignité professionnelle. “Ils disent… que les Brésiliens sont paresseux. Mais c ‘est faux ! Je ne suis pas paresseux, je travaille, je respecte ma dignité professionnelle. Je travaille du matin au soir et on ne peut pas me traiter de paresseux”, (un tourneur de l’usine A).

Défi et créativité / monotonie des machines informatisées

21Il est intéressant de constater que les avis des travailleurs à ce sujet varient d’une usine à l’autre et reflètent apparemment les différences relatives à l’organisation du processus de travail et à une participation plus active des travailleurs de l’usine A dans la programmation.

22Dans l’usine B, on pense de façon prédominante, mais non pas unanime, que les équipement conventionnels permettent une plus grande créativité que les machines informatisées, opinion qui n’est pas partagée par les travailleurs de l’usine A où les machines offrent plus de ressources et la possibilité de pouvoir constamment améliorer les programmes.

23Le problème de la monotonie est certes une préoccupation mais le fait de travailler sur de nouveaux équipements est perçu comme un défi par les travailleurs qui établissent une relation directe entre la possibilité qui leur est offerte de développer une certaine créativité dans leur travail en ayant accès à la programmation et la monotonie engendrée par les limitations imposées à ce même travail de programmation.

La résistance ouvrière

Le pourquoi de la résistance

  • 3 Les foreurs et les fondeurs sont également très touchés par la microélectronique, les fondeurs par (...)

24L’ensemble des transformations survenues dans le processus du travail et leur impact important sur le travail sont vécus avec difficulté par les travailleurs, particulièrement par ceux dont les professions sont en train de disparaître comme les inspecteurs de qualité, les fondeurs, les foreurs3 qui vivent ces innovations technologiques et organisationnelles avec peur et angoisse ; ils sont hantés par le spectre du chômage et par la vision d’un monde où il n’y aurait plus de place ni pour eux ni pour leur descendance. C’est particulièrement le cas des inspecteurs de qualité qui ont généralement investi un long temps à acquérir cette formation de niveau très élevé et qui avaient jusqu’alors un rôle stratégique important dans le processus productif, source d’orgueil professionnel.

  • 4 Il est important d’observer que, bien que les plus grandes répercussions sur le travail des inspec (...)

25Ainsi donc, les nouvelles tendances technologiques et organisationnelles4 enlèvent toute valeur aux efforts de qualification réalisés durant toute une vie professionnelle ou d’insertion sur le marché du travail tandis que le recyclage dans une autre branche (surtout pour les plus âgés) représente une véritable tragédie même si l’entreprise s’arrange pour leur confier d’autres tâches. Par ailleurs, une telle situation crée un malaise parmi les autres travailleurs qui répondent par un fort sentiment de solidarité et de révolte. En outre, que les opérateurs de machines se voient aussi chargés du contrôle de qualité est très souvent vécu comme une exploitation de plus, surtout s’ils ne reçoivent pas d’indemnisation. Dans l’usine A, par exemple, le collectif, mené par la commission de l’usine, a exprimé son opposition lorsque l’entreprise a manifesté son intention d’éliminer de la chaîne le contrôle de qualité, manifestation qui a bloqué la réalisation de ce projet, du moins pendant le temps qu’a duré mon enquête dans cette usine.

26En outre, la réorganisation de la production a un ensemble de répercussions négatives sur les travailleurs soit parce qu’ils doivent travailler sur plus d’une machine, ce qui est considéré comme un surplus de travail, soit parce qu’ils redoutent les intentions de la direction de contrôler de plus près leur travail, ou encore parce que la flexibilité du travail et la disparition de l’ancienne démarcation entre les différentes professions remettent en question leur identité professionnelle et les luttes menées pour garantir une égalité de salaire pour un même travail.

27L’enquête a montré l’importance de la flexibilité du travail : les innovations technologiques et organisationnelles au sein des entreprises a imposé aux travailleurs la polyvalence autrement dit une aptitude à travailler sur différentes machines (non seulement parce que l’organisation de la production en cellules l’exige mais aussi pour éviter de laisser les machines à l’arrêt en cas d’absence de l’opérateur, ce qui reviendrait très cher) et à se consacrer éventuellement à d’autres tâches pendant que la machine fonctionne toute seule. Cette polyvalence se heurte évidemment aux habitudes et aux pratiques acquises par les travailleurs qui doivent réaliser des tâches de qualification moindre ou des travaux plus qualifiés sans compensation, ce dernier point remettant en cause le principe de la législation du travail : “à travail égal, salaire égal”.

28En fait, ce principe a toujours été très peu respecté par les entreprises qui cherchaient à diviser les travailleurs en pratiquant des salaires différents afin de mieux les contrôler, pratique qui a provoqué, dans les années 70 des conflits importants entre les syndicats et les entreprises. A la reprise du mouvement ouvrier en 1978, les syndicats ont entrepris une lutte acharnée contre ce genre de politique en dénonçant son caractère contraignant, illégal et injuste et ont revendiqué avec insistance l’égalité des salaires et la réduction des écarts salariaux au sein des entreprises. Ce mouvement a permis aux travailleurs d’obtenir satisfaction en limitant le contrôle et le harcèlement quotidien dont ils étaient l’objet de la part des contremaîtres et en atténuant de ce fait les rivalités internes.

29La résistance des travailleurs à la flexibilisation du travail doit être également comprise dans ce contexte. Leur refus d’exécuter des travaux autres que ceux pour lesquels ils sont qualifiés répond d’une part à leur souci d’éviter une plus grande exploitation et d’autre part à leur volonté d’empêcher que les politiques de division aient des répercussions sur le collectif.

30Il faut tout de même préciser à ce sujet que ce ne sont pas des équipements, pour lesquels ils éprouvent d’ailleurs une certaine fascination, dont se plaignent les travailleurs. Bien qu’ils sentent que ces nouvelles machines, contrairement aux anciennes, exercent un contrôle sur leur travail, ils trouvent le moyen de s’y soustraire en ayant recours à des “trucs” qu’ils découvrent à mesure qu’ils se familiarisent avec elles. Leur résistance est plutôt dirigée contre les nouvelles formes d’organisation du travail qu’entraîne le processus de modernisation technologique et qui vont à l’encontre de leurs habitudes, sans compter qu’ils les interprètent comme une tentative de la part des entreprises de les soumettre à un contrôle plus sévère.

31Ceci étant, s’il est vrai que le pourquoi de la résistance réside dans les conséquences qu’a eues l’introduction de nouvelles technologies sur les acquis des ouvriers, elle ne doit pas être interprétée comme un simple refus de la notion de progrès technologique. Ce que contestent les travailleurs, c’est la substitution des ouvriers par les machines, l’élimination pure et simple de professions qualifiées, l’exploitation abusive liée à un surplus de travail non rémunéré et enfin l’abus de contrôle que pourraient exercer sur leur travail non seulement les nouveaux équipements mais surtout les nouvelles formes d’organisation du travail.

32Si par certains côtés, cette résistance s’appuie sur des références antérieures comme la stricte division des professions et des tâches établie par le taylorisme, elle préconise aussi des alternatives d’utilisation de la technologie qui tiendraient compte du désarroi et des besoins des travailleurs. En d’autres termes, les travailleurs envisagent la technologie comme une conquête sociale pouvant être mise au service de l’ensemble de la société et non plus uniquement d’une minorité à des fins lucratives. C’est en tout cas, ce qui ressort clairement des propos du coordinateur de la commission des travailleurs de l’usine A :

33Ce que recherchent les entreprises avec ces nouvelles technologies, c’est de tout robotiser, de mettre l’homme au service de la machine. Et ce que nous voulons, nous, c’est garantir la vie, humaniser l’entreprise, mettre la machine au service du travailleur. Nous ne voulons pas nous poser en ennemis du progrès technologique, nous voulons le comprendre, en découvrir les aspects positifs pour mieux nous en servir”.

Notes

1 Le MRP (Material Requirement Planning) consiste en une technique d’organisation de la production basée sur la programmation des installations le long d’une unité de temps, à partir d’une prévision de vente. Ainsi que le fait remarquer Coriat, le MRP est, comme le Kam-ban, une technique contemporaine des nouvelles normes de concurrence suscitées par la crise et constitue effectivement une “technique de gestion visant au fonctionnement optimum d’installations soumises à des fluctuations expressives de fabrication de produits exigés par le marché” (Cf Coriat, B.- L’automation programmable : nouvelle formes et concepts de la production. In : Schmitz, H. et Carvalho, R.Q. (org.)- Automation, compétitivité et travail : l’expérience internationale.- São Paulo, Hucitec., 1988, p 54.

2 Service National de l’Industrie, organisation patronale destinée à la formation de la main d’oeuvre dans de nombreux secteurs industriels.

3 Les foreurs et les fondeurs sont également très touchés par la microélectronique, les fondeurs parce que leur travail a été absorbé par les opérateurs de machine et les foreurs parce que les machines à commande numérique offrant plus de possibilité que les machines conventionnelles de faire plusieurs types de trous, leur travail est diminué de façon sensible.

4 Il est important d’observer que, bien que les plus grandes répercussions sur le travail des inspecteurs de qualité et des fondeurs soient dues aux nouvelles tendances organisationnelles, le seul fait d’utiliser des machines informatisées rend ces activités moins indispensables au sein de l’entreprise.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540