Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Effets des nouvelles technologies informatisées sur le travail

Le changement technique, les travailleurs et l’action syndicale

Jean Bunel

Texte intégral

1Le changement technique est toujours un problème. En cela il n’est guère différent des transformations qui interviennent dans d’autres sphères de la vie sociale comme l’éducation, la politique, les modes de consommation. Il n’obéit pas à une loi de l’histoire ou à des causes méta-sociales. Il est le résultat de l’action collective, de décisions humaines, de rapports de force. Il faut seulement reconnaître que l’innovation technologique a une place privilégiée au sein des orientations normatives qui guident l’action des individus, des organisations, des sociétés de notre temps. Le développement économique et social ne se conçoit pas hors d’une appropriation dans l’activité économique des innovations technologiques. Bien plus, les entreprises et les sociétés performantes et compétitives sont celles qui ouvrent les nouveaux fronts de l’innovation technologique

  • 1 Il s’agit d’une enquête que nous avons réalisée dans le cadre du CEIL (Centro de Estudios e Invest (...)

2Si cette observation générale est juste, la situation de l’industrie argentine est inquiétante. C’est du moins une conclusion que nous tirons d’enquêtes de terrain auprès de quelques acteurs de l’industrie argentine qui ne sont pas spécialement caractérisés par leur archaïsme ou leur retard vis-à-vis d’autres branches. Nous avons pu, en effet, réunir des données et faire des observations dans de grandes et moyennes entreprises de l’industrie chimique, du verre, de la métallurgie qui représentent des secteurs performants du point de vue de leurs résultats, de leurs salaires, de leurs politiques d’emploi1. Ce que nous avons pu constater, c’est combien l’innovation technologique n’avait guère de priorité, ni une place centrale dans les logiques d’action des patrons, des syndicats et des travailleurs. Nous ne voulons pas dire que cette préoccupation est absente ; c’est seulement sa marginalité que nous voulons mettre en évidence.

3D’un point de vue théorique, la marginalité que peut avoir le changement technologique dans les logiques d’action a l’avantage d’exclure tout présupposé déterministe qui ferait de la technologie une variable indépendante et méta-sociale agissant directement sur les conduites individuelles et collectives. La question pertinente n’est pas d’analyser les conséquences sociales du changement technologique dont bien des travaux ont montré maintenant qu’elles n’obéissaient pas à des lois ! On peut tout au plus affirmer que toute nouvelle technologie analysée dans sa particularité transforme le contenu et les postes de travail, modifie les professionnalités et l’emploi.

  • 2 D. MONJARDET, L’organisation du travail et ses formes nouvelles, Paris, La Documentation Française (...)

4Dans les situations observées dans l’industrie argentine, la faiblesse de l’innovation technologique, le fait qu’elle ne constitue pas une orientation normative prédominante la constituant en mythe ou en idéologie nous conduisent à analyser le changement technologique comme un problème, c’est-à-dire à l’insérer dans un système de relations sociales. Notre article aura ainsi deux objectifs : rendre compte de la faiblesse des changements technologiques dans les secteurs industriels retenus lors de notre enquête, d’une part ; analyser ensuite la place du changement technologique dans le système des relations profesionnelles d’autre part. Notre conclusion sera plus conjecturelle. On essaiera de montrer les obstacles et les possibilités de changement technologique dans l’industrie argentine.2

L’hétérogénéité technologique

  • 3 L’expression est de M. HALTY, “Marco conceptual para el análisis del comportamiento empresarial”, (...)
  • 4 L’anonymat que nous devons aux entreprises nous empêche de donner des exemples précis. Des situati (...)

5L’hétérogénéité technologique est la conséquence de la faiblesse et de l’irrégularité des investissements. Comme il s’agit de les faire durer le plus longtemps possible, les machines sont bricolées, aménagées, transformées au cours de leur longue utilisation. C’est dans leur capacité à trouver des solutions au vieillissement, à l’obsolescence de la machine ou de certains de ses éléments que les ingénieurs ou les techniciens montrent leur compétence et leur habileté. La dépendance technologique de l’industrie argentine vis-à-vis des pays plus développés a contribué aussi à renforcer ce type d’aptitudes. La plupart des entreprises ont renoncé à tout développement technologique autonome, soit parce qu’elles sont filiales ou dépendantes d’un groupe multinational, soit parce qu’elles ont renoncé à fonder leur stratégie de développement à partir de l’innovation technologique, étant donné leur taille trop réduite, leurs ressources limitées ou l’incertitude trop grande qui résulte d’un projet à moyen terme. La technologie est ainsi globalement transférée des pays centraux au groupe de pays périphériques au sein duquel se trouve l’Argentine. Elle est au mieux “dépendante – imitative”3. L’éloignement géographique des nations occidentales n’est pas non plus le moindre des obstacles. Le transfert de technologies signifie souvent manque d’informations nécessaires pour leur utilisation efficace, absence ou insuffisance de notices d’entretien, plans de machines égarés ou plus simplement problèmes de traduction en espagnol des notices d’utilisation que le vendeur ne s’est pas donné la peine d’effectuer. Il faut faire venir parfois un technicien de la firme étrangère pour résoudre les problèmes ou bien c’est un ingénieur argentin qui effectuera le déplacement long et coûteux. Quand une pièce de rechange fait défaut, il faut aussi attendre de deux à quatre mois pour l’obtenir. Bref, l’adaptation à l’incertitude, aux aléas, à la panne parce que la technologie est ancienne, parce qu’elle a été transférée doit être la base de la compétence des ingénieurs, des techniciens, voire des ouvriers. L’investissement technologique n’apporte pas la certitude de la croissance de l’entreprise. L’expérience la plus commune, c’est celle aussi de l’immobilisation des investissements et des machines. Brutalement, il n’y a plus de commandes et l’atelier s’arrête, ou ne fonctionne plus qu’à la moitié ou au quart de ses possibilités. L’investissement n’obéit pas souvent, en Argentine, à des objectifs planifiés de croissance ou à des calculs de sa rentabilité à moyen terme. Il est intégré davantage à la spéculation et aux opportunités financières. Ce qui va décider d’un investissement, c’est d’abord un prêt avantageux qui a été obtenu, un avantage fiscal qui annule le coût de la dépense, l’ouverture des frontières. Les entreprises qui ont survécu à la politique de Martinez de Hoz sont celles qui ont profité de la plata dulce (l’argent facile ou la monnaie forte) et de la libéralisation des échanges pour s’équiper et acheter à l’étranger l’outillage et les biens d’équipement qui leur ont permis d’améliorer leur productivité et leur rentabilité. Cette conduite n’a pas été générale ; elle n’a pas non plus été intégrée à la gestion globale de l’entreprise. Mystères ou magouilles des transferts de technologie ? Des machines ou des équipements très coûteux qui s’élèvent à plusieurs millions de nos francs4 ne servent pas pendant un an, voire plusieurs années. Ils sont laissés de côté, hors service avant d’avoir fonctionné tandis que des ouvriers et techniciens s’affairent à faire tourner une machine et des outils obsolètes dans le même atelier. L’investissement a été provisoirement (!) inutile parce que la demande est trop faible, les capacités techniques n’existent pas, l’organisation du travail n’a pas précédé ou suivi le changement, l’information du vendeur a fait défaut.

6Comment expliquer que la santé financière et la survie même de l’entreprise ne soient pas mises en péril quand des équipements aussi coûteux sont immobilisés, quand la rentabilisation des investissements n’est pas une préoccupation majeure de l’entreprise ?

7D’une part, l’ensemble de parc-machines ou des équipements est si ancien que la valeur globale des immobilisations matérielles ou le capital fixe est faible, même s’il y a quelques apports technologiques ponctuels.

8D’autre part, le coût de l’investissement est réduit parce qu’il a été réalisé grâce à des prêts ou des avantages fiscaux qui annulent la dépense.

  • 5 El Bimestre, octobre 1988 : “Gestion financiera y productiva de une muestra de empresas industrial (...)

9Enfin, la productivité n’est pas la clé de succès de l’entreprise argentine. L’organisation du travail et les relations professionnelles ne sont pas déterminées par les technologies, non seulement parce que l’hétérogénéité technologique de chaque entreprise est importante, mais surtout parce que la rentabilité de l’entreprise ne dépend pas de ses coûts de production. L’affirmation est trop rapide, si ce n’est brutale. Pourtant ce sont bien d’autres variables qui déterminent d’abord la survie de l’entreprise. Quand l’inflation n’a été inférieure à 100 % que pendant la seule année 1986, et ce depuis 1975, et a parfois dépassé les 400 % annuels, sans parler de l’hyper inflation de l’année 1989 où les prix ont augmenté de 195 % durant le seul mois de juillet, l’entreprise survit si elle sait se préserver et/ou profiter de l’inflation. Les modalités de la facturation de sa production à sa clientèle - ou ses règlements à ses fournisseurs - ont beaucoup plus d’importance, à court terme, que des gains de productivité dans l’atelier qui se conquièrent à moyen terme. Les placements à court terme de ses liquidités - ce qui a pris pour nom en Argentine de bicyclette financière - peuvent créer des excédents immédiats, sans commune mesure avec une augmentation de la production. Dans une étude réalisée par la revue El Bimestre sur la gestion financière de neuf grandes entreprises, les auteurs ont observé que 40 % de leurs emprunts ont été consacrés à des placements financiers. Les rendements financiers de placements opportuns sont ainsi plus élevés que les coûts supportés au moment de l’emprunt5. Plus scandaleux ou plus tragique, il est banal que les salaires soient “bicycletés” : l’employeur verse les salaires de son personnel avec retard et cette masse financière sera placée pendant huit jours dans une banque et pourra donner un bon rendement. Bien évidemment, une facture réglée par le client avec retard peut conduire à la catastrophe.

10L’entreprise doit compter avec l’inflation, elle doit aussi s’adapter à une évolution des prix de ses approvisionnements qui sont bien différenciés. L’inflation c’est aussi le problème des prix relatifs.

  • 6 J. SCHVARZER, “Le comportement prévisible des chefs d’entreprises industrielles dans les dix proch (...)
  • 7 J. SCHVARZER, “Le comportement prévisible des chefs d’entreprises industrielles dans les dix proch (...)

11En outre, le monopole ou le monopsone est souvent la règle. Dans un marché où la concurrence n’est pas la norme, le prix de revient n’est pas non plus le facteur décisif pour conquérir les consommateurs ou allonger le carnet de commandes. La capacité de négociation ou de pression politique sur l’acheteur a bien plus de poids. Quoique dans un marché interne et protégé, il semble que la croissance industrielle soit déterminée par l’augmentation de la demande. J. Schwarzer a sûrement raison quand il affirme que “la demande finale est restée prisonnière de l’offre qui a imposé ses conditions “6 et nous nous inspirons directement de son analyse quand il souligne que “la possibilité d’augmenter ses revenus à partir d’une heureuse décision était beaucoup plus importante que ce qui aurait été obtenu par un éventuel accroissement de la productivité”7.

12Le court terme, les fluctuations permanentes de l’activité, les placements financiers, le contrôle de la demande sont les variables principales qui fondent la stratégie de l’entreprise. Ce sont celles-ci qui sont les contraintes majeures.

13Il est alors impossible d’établir des relations entre la technologie, l’organisation du travail et le succès économique de la firme.

Technologie et relations professionnelles

Formation professionnelle et qualification ouvrière

14L’ouvrier argentin d’aujourd’hui est relativement âgé et assez stable dans son emploi. Plus de la moitié se trouve depuis quinze ans dans le même établissement. La base de la pyramide d’ancienneté est assez large puisque 28,2 % ont intégré l’entreprise après 1980. Au-delà, il n’y a pas une diminution régulière, mais un nombre presque égal d’ouvriers dans chaque tranche d’ancienneté. Tout se passe comme si l’entreprise sélectionnait au sein de la population qu’elle recrute des ouvriers qui vont faire toute leur carrière professionnelle dans le même établissement. Un bon nombre des embauchés est donc licencié ou bien démissionne au cours des premières années de travail.

15L’ancienneté des ouvriers n’est pas si importante si on prend en compte la réduction drastique du personnel entre 1975 et 1985. Il y a quinze ans, leur effectif était le double de ce qu’il est aujourd’hui. Les licenciements économiques, les démissions volontaires et les départs à la retraite ont été plus importants que le recul des effectifs. C’est pourquoi les entreprises ont continué à embaucher. Le personnel, en diminution constante, a été renouvelé. La réduction du nombre d’emplois ouvriers n’a pas fait cesser la mobilité interne, soit parce que le secteur tertiaire, le statut d’indépendant, les avantages salariaux d’autres entreprises conservaient un pouvoir d’attraction, soit parce que l’entreprise, au sein d’une courbe descendante, était en même temps soumise à de courtes fluctuations de ses activités : des croissances passagères ont accompagné, en effet, la récession sur le moyen terme.

Age et ancienneté des ouvriers (en pourcentage)

Age et ancienneté des ouvriers (en pourcentage)

16Ce n’est pas la jeunesse qui caractérise l’ouvrier argentin d’aujourd’hui : 42,6 % ont plus de 45 ans et 21,3 % moins de trente ans. La corrélation entre l’âge et l’ancienneté nous montre qu’il n’y a pas un recrutement préférentiel des entreprises parmi les jeunes demandeurs d’emploi. La scolarité obligatoire s’achève, en Argentine, à quatorze ans, mais il est exceptionnel qu’on puisse être recruté dans la grande ou moyenne industrie avant l’âge de vingt ans tout comme il n’est pas rare d’être embauché après 35 ans.

17Cette situation ne peut être interprétée comme résultant de la préoccupation des entreprises d’embaucher des ouvriers qui auraient suivi un cycle d’apprentissage ou de formation professionnelle, au-delà du cycle primaire obligatoire. 84 % des ouvriers n’ont aucun diplôme professionnel alors que notre échantillon est constitué d’entreprises qui peuvent être rattachées au segment le plus performant et dynamique de l’industrie argentine. Presque un quart des ouvriers n’a pas terminé le cycle primaire. Toutefois, un changement est en train de s’amorcer. Dans la catégorie des moins de vingt-cinq ans, plus de la moitié des ouvriers a suivi des études au-delà du cycle primaire, mais très peu ont achevé le cycle secondaire. Les quelques innovations technologiques introduites dans les entreprises ont entraîné ces besoins d’ouvriers mieux formés. Plus souvent, le chômage qui a augmenté ces dernières années contraint ceux qui ont une formation secondaire à accepter un emploi ouvrier, ce qui était jugé inacceptable auparavant pas tous ceux qui avaient suivi un enseignement au-delà du cycle primaire.

18Inversement, plus l’ouvrier est âgé et plus il y a de probabilités pour qu’il n’ait même pas terminé le cycle primaire.

  • 8 J.C. TEDESCO, Educación e industrialización en la Argentina, mars 1977.
  • 9 H.F. BRAVO, A cien años de la ley 1420, Buenos Aires, CEDAL, 1985
  • 10 G. GERMANI, “El surgimiento del peronisme. El rol de los obreros y de los migrantes internos”, Des (...)
  • 11 Cité par H.F. BRAVO, A cien años de la ley 1420, op. cit. p. 29.
  • 12 J.C. TEDESCO, Educación y sociedad en la Argentina, 1880-1945, Ed. Solar, 1986, p. 251-252.
  • 13 J.C. TEDESCO, ibid, p. 184
  • 14 G. BOURDE, La classe ouvrière argentine 1929-1969, Paris, L’Harmattan, 1987, cf. p. 1031
  • 15 M.A. GALLANT, El rol de la educación tecnica en la Argentine, Buenos Aires, CENEP, 1987
  • 16 La viveza, c’est l’adresse, l’habileté, la capacité à sortir des situations sociales ou techniques (...)

19D’une manière générale, le niveau éducatif a quand même progressé depuis 1970. D’après des données recueillies par J.C. Tedesco, cette année-là, 59,7 % des ouvriers n’avaient pas terminé l’enseignement primaire (contre 23,7 % en 1988 dans notre échantillon) et 8,8 % avaient eu une formation au-delà du primaire (contre 18,6 % aujourd’hui)8910111213141516

Age et niveau éducatif (en pourcentage)

Age et niveau éducatif (en pourcentage)

Conscience ouvrière et attitudes à l’égard du changement technologique

  • 17 J. NEFFA qui a réalisé plusieurs études d’entreprises sur cette question souligne qu’on ne peut pa (...)

20La majorité des ouvriers (64,4 %) porte un jugement positif sur le changement technologique. Cet optimisme peut surprendre. Alors que le chômage augmente et que l’insécurité de l’emploi est une préoccupation grandissante, on aurait pu s’attendre à ce que les ouvriers rejettent la modernisation technique parce qu’elle diminue les effectifs employés dans l’entreprise. Les études qui ont été faites sur la relation entre l’emploi et l’introduction des nouvelles technologies en Argentine ne sont pas très concluantes. Le recul de l’emploi industriel depuis 1975 peut être attribué à des gains de productivité réalisés pendant la dernière décennie. Il est difficile de savoir s’ils ont été produits par une augmentation de la charge de travail ou par des investissements matériels productifs. Probablement ces deux facteurs ont joué. Plus importante encore a été l’incapacité des entreprises argentines à supporter la concurrence internationale quand la politique de Martinez de Hoz fut d’ouvrir les frontières et de supprimer les droits de douane à l’importation des marchandises. La crise de l’emploi est fondamentalement la conséquence des faillites des entreprises, de leur faible compétitivité et de la réduction de la demande intérieure17.

Attitudes ouvrières vis-à-vis du changement technologique

Attitudes ouvrières vis-à-vis du changement technologique

21Lors des entretiens que nous avons eus avec les ouvriers, la crainte du chômage est bien une préoccupation importante : elle n’est pas pour autant exclusive et majoritaire (cf. tableau précédent). Elle est toujours avancée pour porter un jugement négatif sur les changements techniques, mais on a dit que ce jugement négatif était minoritaire. Les ouvriers peu qualifiés ou ceux qui ont un niveau éducatif inférieur à la moyenne (ceux qui n’ont pas terminé le cycle primaire) sont plus pessimistes. Ils ne sont pas sûrs de pouvoir s’adapter aux changements technologiques, lorsque ceux-ci signifient un nouvel apprentissage, l’acquisition de nouveaux savoir-faire qui portent plus sur des aptitudes intellectuelles que sur des tours de main qui résultent de l’expérience. Par contre, les plus jeunes, ceux qui ont fait des études secondaires, ceux qui travaillent dans la chimie, là où la modernisation progresse plus vite, sont presque unaniment favorables au changement.

22L’expérience majeure que font les ouvriers des transformations techniques, c’est celle de l’amélioration des conditions d’hygiène et de sécurité de leur poste de travail, ainsi que de l’allègement de leur charge de travail. Leur optimisme est directement dépendant de cette expérience.

23Deux autres arguments sont apportés aussi par les ouvriers pour rendre compte de leur attitude favorable vis-à-vis du changement technique. Une part de l’estime de soi et de la satisfaction qu’on éprouve à partir de son travail est issue de la modernité des outils, machines, appareillages, instruments qui constituent le poste de travail. Tout changement est alors perçu comme une valorisation de la condition ouvrière, ou mieux une augmentation de la considération qui est attribuée à l’ouvrier par le patron. Il est vrai aussi - effet de rationalisation ou de fatalisme ? - que nous avons observé que les ouvriers tiraient une certaine fierté d’assurer, grâce à leur inventivité et leur débrouillardise, le fonctionnement de machines anciennes et obsolètes ; ou bien de mauvaises conditions de travail -le bruit, la chaleur, l’effort physique- peuvent être le support ambigü d’une conscience ouvrière fière de défier et de surmonter la pénibilité et la difficulté de la tâche. Toutefois, quand un choix est proposé ou offert, le changement technique est généralement préféré.

24A cette satisfaction individuelle apportée par le progrès technique s’ajoute une modification du jugement sur l’avenir de l’entreprise. Dans le climat de crise économique dominant en Argentine, où les investissements sont réduits et où la spéculation financière absorbe les énergies des acteurs économiques, l’introduction d’une machine nouvelle, d’un outillage plus performant, d’installations rénovées, c’est le signe d’une entreprise qui croit en l’avenir, qui a des espoirs de survie, qui parie sur son développement. Les ouvriers se sentent ainsi plus assurés de leur emploi, de l’amélioration à terme de leurs salaires. Comment refuser ce qui va contre la stagnation, la détérioration ou le déclin ?

25Toutefois, ce n’est pas le savoir-faire, la qualification, la maîtrise de la technologie qui sont au fondement de la conscience ouvrière. C’est l’effort, la peine, les longues journées de travail. Cette référence à l’activité physique, à la fatigue, au travail manuel est très fréquente pour expliquer la nature de leur contribution spécifique au développement.

“A cause de l’effort qu’il réalise quotidiennement”
“parce qu’il est le seul à travailler dur”
“Je travaille douze heures et l’employé huit”
“L’ouvrier fait plus d’efforts que l’employé”.

  • 18 A. TOURAINE, La conscience ouvrière, Paris, Le Seuil, 1966, p. 68 et 70.

26La conscience dominante est celle qu’avait observée A. Touraine parmi les mineurs français. Il s’agit moins d’une conscience de classe qu’une conscience ouvriériste qui repose sur une “défense du productif contre l’improductif ; elle ne conduit pas à l’organisation d’une visée d’ensemble de la société… leur situation sociale se définit à leurs yeux comme un effort épuisant et déçu pour conquérir par un rendement élevé un meilleur niveau de vie”18.

27Plus le niveau éducatif est faible, moins la tâche exige de qualification (exprimée en temps d’apprentissage sur le tas), plus les ouvriers ont une origine rurale et moins d’expérience industrielle, alors plus la conscience ouvriériste est forte. Par contre elle peut être accompagnée d’une plus grande reconnaissance du rôle du patron. Inversement les ouvriers plus qualifiés mettent un peu moins l’accent sur la spécificité ouvrière, sur la coupure avec le monde des cols blancs, mais revendiquent davantage leur contribution dans le succès de l’entreprise.

28Cette opinion n’est pas sans rapport avec la confiance plus grande qu’ont les ouvriers qualifiés à l’égard du progrès technique et de la modernisation tandis que ceux qui sont peu qualifiés voient toute innovation technologique comme une menace pour leur emploi. Inversement les premiers sont plus pessimistes quant à l’évolution favorable de leur niveau de vie. Ils ne croient guère que leur pouvoir d’achat augmentera dans les prochaines années. Ce qui s’oppose à la croissance, c’est l’organisation de la société, les comportements spéculatifs, l’absence d’investissements. Ce qui est improductif pour les ouvriers qualifiés ce n’est pas seulement ce qui relève du travail intellectuel ou administratif, c’est davantage l’organisation de la société et de l’entreprise qui gaspillent les qualifications et ne savent pas en faire un usage pour un réel développement de tous.

29La conscience ouvriériste et l’autonomie professionnelle qui ne s’opposent pas sur ce point, au vu de nos résultats, ne sont pourtant pas les bases d’une capacité d’action collective. Les ouvriers croient d’abord que leur sort peut s’améliorer par leur effort et leur capacité individuelles. Ils espèrent beaucoup moins que leur situation changera grâce à la croissance de l’entreprise et du pays. Mais plus étonnant encore, alors qu’ils sont tous syndiqués, c’est une infime minorité (2,5 %) qui croient que l’action syndicale pourrait changer leur condition économique.

Les relations patronat-syndicats

30Cette réponse est d’autant plus surprenante que le syndicalisme a joué un rôle considérable dans la société argentine. Malgré les pratiques des gouvernements militaires cherchant à l’éliminer, il est resté un acteur incontournable. Le taux d’affiliation est très élevé (40 %), mais dans les grandes et moyennes entreprises, où nous avons réalisé notre enquête, c’est la quasi-totalité des travailleurs qui adhère au syndicat.

31Ce qui caractérise le syndicalisme argentin, c’est à la fois sa longue tradition d’insertion dans les entreprises grâce à l’existence de délégués et de commissions internes élues par les travailleurs et la préoccupation plus générale, voire quasi-exclusive d’accroître son influence politique dans le mouvement péroniste et dans l’Etat grâce à la centralisation de ses structures et à l’augmentation de pouvoir de ses dirigeants.

32La lutte de la CGT pour le développement du rôle des délégués dans l’entreprise a été bien limitée si on la compare à la défense du monopole de la représentation, de la négociation, de la grève et de la gestion des œuvres sociales. La préoccupation du syndicalisme argentin pour générer un pouvoir ouvrier dans l’atelier et dans l’entreprise a été traditionnellement faible. On peut penser que l’interdiction du péronisme entre 1955 et 1973 en est responsable : le syndicalime agent de substitution du péronisme s’est mobilisé d’abord pour assurer sa permanence institutionnelle au niveau de l’Etat et de la société.

  • 19 A. ABOS, La columna vertebral. Sindicato y peronismo, Buenos Aires, Ed. Legase, 1983, cf. p. 13.
  • 20 Sur le développement de cette action ouvrière, on peut consulter J.C. TORRE : Los sindicatos en el (...)

33C’est l’argument avancé par un observateur attentif et passionné de la vie syndicale en Argentine, A. Abos : “Par suite d’un processus caractérisé par un continuel harcèlement des forces populaires, écrit-il, et à cause d’une résistance acharnée au changement social, l’objectif permanent du syndicalisme argentin a été destiné à renforcer sa structure interne, à serrer les rangs, créant ainsi des syndicats monolithiques”19 Cependant, on peut souligner aussi qu’à partir des années 1968 s’est développée une forte conflictualité ouvrière surgie de l’atelier et de l’usine, et non de plans de lutte programmés par les états-majors des syndicats20. Cette autonomie de la base a mis en question l’action syndicale orthodoxe et n’est pas apparue, aux yeux de la majorité des dirigeants syndicaux, comme un moyen d’augmenter l’action syndicale. Ceux-ci n’ont pas cherché non plus, une articulation plus dynamique et démocratique de l’action et de la négociation entre le niveau national, le niveau de la branche et celui de l’entreprise, bien au contraire.

34En 1973, les militaires abandonnent le pouvoir, Peron revient en Argentine, il est triomphalement élu et peu de temps après, une loi sur les associations professionnelles sera votée au Congrès (novembre 1973) qui attribue aux organismes centraux des syndicats la faculté de suspendre de leurs fonctions les délégués et les commissions internes élus par les travailleurs dans les entreprises.

  • 21 Article 43 de la loi 23 551 sur les associations syndicales.

35La nouvelle législation n’a pas fondalement revalorisé le rôle des délégués et l’action syndicale dans l’entreprise, qui demeurent subordonnés aux orientations et à la stratégie du syndicat qui dispose du monopole de la négociation et de l’action gréviste. Selon la nouvelle loi, les délégués dans les entreprises ont la charge de vérifier l’application des normes légales et conventionnelles en vigueur. Ils ne peuvent présenter les revendications des travailleurs qu’après autorisation préalable de leur syndicat d’appartenance.21. Afin de les entendre, l’employeur doit les réunir périodiquement ; ce sont les conventions collectives qui doivent déterminer cette périodicité. La loi prévoit qu’une entreprise de 10 à 50 salariés doit avoir un délégué ; de 51 à 100 deux, puis un délégué supplémentaire par fraction de 100 salariés. En outre, ils disposent d’une protection spécifique de leur emploi. Cette dernière disposition a entraîné les protestations véhémentes des employeurs, qui ont de toute manière obtenu qu’aucun droit d’information et de consultation ne soit accordé aux délégués concernant les résultats financiers, la politique économique, technologique et sociale de l’entreprise.

36Autant la bataille syndicale a été vive pour le recouvrement du noyau fondamental de la législation péroniste (monopole de la représentation syndicale, monopole de la négociation collective, gestion des œuvre sociales), autant la préoccupation pour augmenter la participation et l’information des travailleurs dans l’entreprise a été modérée.

37Il y a bien une situation de fait qui rend le fait syndical incontournable dans l’entreprise, obligeant l’employeur à en tenir compte dans la gestion de la main-d’œuvre. Alors même que le modèle formel de négociation collective auquel sont attachés les dirigeants syndicaux privilégie la négociation de branche et exclut la négociation d’entreprise, bien des décisions patronales dans l’entreprises ne sont prises et ne peuvent d’ailleurs acquérir de légitimité que dans la mesure où elles sont prises après la consultation de la commission interne et des délégués, après une négociation d’entreprise informelle, mais bien réelle.

38La force du délégué, c’est le contrôle qu’il exerce sur l’information qui vient de la base, son insertion dans le système de communications horizontales. Dans l’entreprise argentine, il n’y a pas beaucoup d’informations qui circulent : la faculté de participation et d’expression est faible, les réunions de coordination peu nombreuses. Le modèle hiérarchique et vertical prédomine ; l’isolement et la fragmentation régissent la situation des exécutants. Le délégué, c’est celui qui fait remonter l’information de la base au sommet et qui fait circuler horizontalement l’information. Aussi son rôle est-il précieux pour la gestion des relations sociales. Pour la direction, les réunions fréquentes avec les délégués sont un thermomètre permettant de connaître le climat social, de détecter et résoudre les conflits individuels et collectifs quotidiens.

39L’autre élément de la force du délégué, c’est l’homogénéité du groupe ouvrier qui résulte de l’écrasement des écarts salariaux entre les exécutants, des faibles différences reconnues entre les qualifiés et les non-qualifiés car la formation professionnelle est généralement inexistante de telle sorte que l’expérience acquise sur le tas est le fondement quasi-exclusif de la qualification individuelle. L’origine sociale commune contribue aussi à cette homogénéité : la majorité est encore issue des provinces défavorisées de l’intérieur pour la classe ouvrière de la capitale ou bien des zones rurales pour les salariés des industries situées à l’intérieur du pays.

40Enfin, aux yeux des travailleurs, la légitimité des délégués n’est pas contestée alors qu’ils peuvent être très critiques sur l’action des directions syndicales. Notre enquête a montré qu’ils sont plus de 80 % à souhaiter qu’ils soient davantage associés aux décisions dans l’entreprise, tout particulièrement dans le domaine de l’organisation du travail et des changements techniques. La faiblesse du délégué, c’est qu’il ne peut s’appuyer que sur la revendication salariale des travailleurs qui a une telle exclusivité que les salariés sont prêts à échanger leur santé, leur qualification, la solidarité ouvrière contre une augmentation de leurs rémunérations. C’est pourquoi la revendication syndicale sur le temps de travail, les conditions d’hygiène et de sécurité, la formation, le contrôle hiérarchique, l’emploi précaire est presque absente. Quand les salariés recourent aux délégués, c’est d’abord pour des problèmes de rémunérations. Ils préfèrent se plaindre auprès du contremaître ou de leurs chefs lorsqu’ils sont insatisfaits des conditions d’hygiène et de sécurité ou bien lorsqu’ils cherchent une modification de leur travail. En dépit même des échecs rencontrés par l’action syndicale pour simplement préserver le pouvoir d’achat et alors même que les travailleurs n’accordent presqu’aucune confiance à l’action collective pour améliorer leur situation économique. En outre, les salariés peuvent d’autant moins faire pression sur les délégués pour qu’ils intègrent le changement technologique dans leur action et leurs revendications qu’ils se jugent très peu informés de la situation économique et technologique.

Etes-vous informé de la situation économique et technologique de l’entreprise ?

Etes-vous informé de la situation économique et technologique de l’entreprise ?

41La politisation du syndicat contribue aussi directement à la faiblesse du délégué qui reçoit peu d’informations et de formation économique ou technique pour l’aider à revendiquer et à négocier.

42Les directions syndicales n’accordent pas davantage d’importance à la formation ouvrière. Le contrôle de l’emploi n’a jamais été l’incitation sélective qui devait assurer leur force. Ils n’ont jamais été “perlmaniens”. La révolution productive qu’appelle de ses voeux la CGT ne s’appuie sur aucune revendication ou programme concret en vue de développer la formation ouvrière. Dans le vingt-sixième point de son programme général, la politique de formation qui est proposée pour le pays ne rompt pas avec les schémas traditionnels, c’est-à-dire d’un enseignement conçu comme un moyen de promotion sociale, favorisant l’intégration nationale et la participation politique. Il n’y a pas un mot sur la revalorisation de la classe ouvrière par le développement de sa qualification.

  • 22 C. FILMUS, “Sindicatos y educación : une aproximación historica”, Justicia social, CEDEL, septembr (...)

43De fait, les syndicats en Argentine ne sont guère préoccupés de l’apprentissage et de la formation ouvrière. Un chercheur qui s’était intéressé à la place de cette revendication dans l’action syndicale terminait son étude par les propos suivants : “(L’action syndicale s’est caractérisée par) l’absence d’articulation des actions éducatives entreprises par les différents syndicats tout comme par la même absence d’intégration de cette action avec le reste du travail revendicatif et syndical ; la faible relation qui existe entre les actions de formation et la réalité économique et politique de chaque secteur de l’économie, la rare présence de ce thème dans les conventions collectives, le manque d’un projet éducatif global centralisé par la CGT, la faible présence du mouvement syndical quand il s’agit d’articuler les demandes éducatives des travailleurs22.

Conclusion

44La formation professionnelle et la maîtrise des changements techniques n’ont guère de place dans l’action syndicale et la négociation collective. L’histoire du mouvement syndical y a contribué puisque la CGT argentine s’est mobilisée presque exclusivement, après la chute de Peron en 1955 pour préserver son existence. Elle a ainsi développé une action politique beaucoup plus qu’une action proprement syndicale.

45Au cours de la dernière décennie, et après la restauration des institutions démocratiques, la CGT et ses syndicats ont continué à accorder une large place à la lutte politique pour s’opposer à la politique économique et sociale du gouvernement radical et pour participer aux conflits internes au mouvement péroniste. Et surtout les années 80 ont été marquées par la crise économique et une inflation si forte que les revendications et la négociation ont été presque exclusivement consacrées à la défense du pouvoir d’achat et de l’emploi des salariés. Cette exclusivité de la demande salariale et du rattrapage de la hausse des prix ont cantonné l’action syndicale dans le court terme. Son horizon fut celui de l’ici et maintenant de la préservation des structures du mouvement ouvrier et du pouvoir des dirigeants, d’une part, de la défense quotidienne du niveau de vie d’autre part. La formation professionnnelle et la maîtrise du changement technique qui s’inscrivent dans des stratégies à moyen terme ont été plutôt délaissées. C’est dans l’entreprise que les délégués et les commissions internes ont dû affronter sans informations et sans orientations directrices les changements technologiques induits par des investissements, malgré tout, limités.

46Le mouvement syndical cantonné dans une stratégie défensive et une action politique n’a pas été une force de propositions et n’a guère contribué à élaborer des solutions pour préparer l’avenir et accroître l’influence des salariés dans l’organisation des entreprises. En d’autres termes, le système de relations professionnelles continue à traiter marginalement de la formation professionnelle et du changement technologique. Ce ne sont pas des employeurs qui contribueront à l’évolution des relations professionnelles. La situation actuelle préserve leur liberté et leur autonomie dans le champ des décisions technologiques et économiques. Il faut attendre probablement que le syndicalisme argentin se syndicalise.

Notes

1 Il s’agit d’une enquête que nous avons réalisée dans le cadre du CEIL (Centro de Estudios e Investigaciones laborales) en 1987 et 1988, avec l’aide de H. Angelio. Cette recherche a été rendue possible grâce à l’accord de coopération de l’ORSTOM pour la partie française et du CONICET pour la partie argentine. Au cours de cette enquête, nous avons analysé les politiques sociales, l’action syndicale, les caractéristiques socio-professionnelles, les attitudes et les comportements ouvriers de treize établissements industriels du verre, de la métallurgie, de la chimie principalement. Neuf d’entre eux étaient situés dans Buenos Aires et sa banlieue, quatre autres à l’intérieur du pays. Outre les entretiens avec les directions, les cadres, les agents de maîtrise et les délégués syndicaux, nous avons analysé les dossiers de 1 400 salariés et réalisé 303 entretiens avec les ouvriers de six établissements. Tous les tableaux reproduits dans cet article s’appuient sur cette enquête.

2 D. MONJARDET, L’organisation du travail et ses formes nouvelles, Paris, La Documentation Française, 1978.

3 L’expression est de M. HALTY, “Marco conceptual para el análisis del comportamiento empresarial”, cité par Gisela Argenti in Condiciones de trabajo en America latina, tecnologia, empleo precario y salud ocupacional, Buenos Aires, CLASCO-CONICET, 1987, p. 24.

4 L’anonymat que nous devons aux entreprises nous empêche de donner des exemples précis. Des situations de non-utilisation ou de sous-utilisation des investissements ont été analysées par J. RUFFIER, J. WALTER et J. TESTA, Les savoirs de l’informatisation dans les industries argentine et uruguayenne, Lyon, GLYSI, 1987.

5 El Bimestre, octobre 1988 : “Gestion financiera y productiva de une muestra de empresas industriales”

6 J. SCHVARZER, “Le comportement prévisible des chefs d’entreprises industrielles dans les dix prochaines années”, Cahiers n° 8, ORSTOM, “Pratiques sociales et travail en milieu urbain, 1989, cf. p. 18 et p. 20.

7 J. SCHVARZER, “Le comportement prévisible des chefs d’entreprises industrielles dans les dix prochaines années”, Cahiers n° 8, ORSTOM, “Pratiques sociales et travail en milieu urbain, 1989, cf. p. 18 et p. 20.

8 J.C. TEDESCO, Educación e industrialización en la Argentina, mars 1977.

9 H.F. BRAVO, A cien años de la ley 1420, Buenos Aires, CEDAL, 1985

10 G. GERMANI, “El surgimiento del peronisme. El rol de los obreros y de los migrantes internos”, Desarollo economico, n° 51, oct.-déc. 1973.

11 Cité par H.F. BRAVO, A cien años de la ley 1420, op. cit. p. 29.

12 J.C. TEDESCO, Educación y sociedad en la Argentina, 1880-1945, Ed. Solar, 1986, p. 251-252.

13 J.C. TEDESCO, ibid, p. 184

14 G. BOURDE, La classe ouvrière argentine 1929-1969, Paris, L’Harmattan, 1987, cf. p. 1031

15 M.A. GALLANT, El rol de la educación tecnica en la Argentine, Buenos Aires, CENEP, 1987

16 La viveza, c’est l’adresse, l’habileté, la capacité à sortir des situations sociales ou techniques difficiles.

17 J. NEFFA qui a réalisé plusieurs études d’entreprises sur cette question souligne qu’on ne peut pas démontrer actuellement l’existence d’un effet des nouvelles technologies informatisées sur l’emploi in “Les NTI et leurs effet sur le travail en Argentine”, Cahiers n° 8 “Pratiques sociales et travail en milieu urbain”, ORSTOM, p. 43.

18 A. TOURAINE, La conscience ouvrière, Paris, Le Seuil, 1966, p. 68 et 70.

19 A. ABOS, La columna vertebral. Sindicato y peronismo, Buenos Aires, Ed. Legase, 1983, cf. p. 13.

20 Sur le développement de cette action ouvrière, on peut consulter J.C. TORRE : Los sindicatos en el gobierno 1973-1976, Buenos Aires, CEDAL, 1983.

21 Article 43 de la loi 23 551 sur les associations syndicales.

22 C. FILMUS, “Sindicatos y educación : une aproximación historica”, Justicia social, CEDEL, septembre 1988.

Table des illustrations

Titre Age et ancienneté des ouvriers (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Age et niveau éducatif (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/952/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Attitudes ouvrières vis-à-vis du changement technologique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/952/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Etes-vous informé de la situation économique et technologique de l’entreprise ?
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/952/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540