Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Conclusion

Texte intégral

1Les discussions ont porté d’une part sur les principaux points à dégager, à partir des communications et des commentaires apportés sur chaque intervention, et d’autre part sur un ensemble de recommandations destinées aux pouvoirs publics.

2Remarquons que l’abscence de participants argentins à cette réunion ne nous a pas permis de dégager des conclusions qui intégreraient les spécificités de ce pays.

3Nos commentaires ont été organisés autour du rôle des différents acteurs impliqués dans les transferts de technologie.

4Notons tout d’abord que l’analyse des transferts ne peut se limiter à une approche microéconomique, que la diffusion technologique nécessite des coopérations à différents niveaux et que même si les analyses doivent porter sur des projets bien précis, il faut insister sur léa nécessité d’établir de meilleurs rapports entre l’Etat et le secteur privé (cohérence d’objectifs), entre l’Etat et l’étranger, entre les universités et les entreprises.

Le rôle de l’Etat

5Il ne s’agit pas de préconiser “moins d’Etat” mais d’envisager un Etat plus efficace qui doit avoir, avant tout, un rôle mobilisateur.

6Une approche globale s’impose pour tenir compte des besoins de modernisation des divers secteurs d’activité. Ainsi, la politique concernant un secteur ne doit pas porter des préjudices à l’essor d’autres secteurs, il faut intégrer les effets intersectoriels et en particulier, pour l’informatique, prendre en compte son rôle de capillarité dans la mesure où cette activité irrigue l’ensemble de l’industrie et des services. Nous suggérons l’approche suivante :

  • l’Etat doit s’interroger au niveau sectoriel en considérant la technologie comme un élément de compétitivité. Il ne doit pas intervenir lui-même, mais réunir les différents acteurs d’un secteur (les industriels nationaux et étrangers, les utilisateurs..) afin d’identifier sur la filière les carences compétitives (approvisionnement, production, transport…) et seulement suite à ce diagnostic, il convient de déterminer s’il est nécessaire d’utiliser de nouvelles technologies et lesquelles afin de supprimer les handicaps identifiés.
  • au Brésil, le fait que chaque état peut affecter un certain pourcentage de ses ressources à la politique technologique est un aspect très favorable à la décentralisation qui doit accompagner tout processus d’aide à la modernisation industrielle. Cette politique au niveau régional doit permettre par ailleurs de consolider des vocations régionales en terme d’activités ( exploitation d’avantages comparatifs locaux).
  • Dernier commentaire : la définition des priorités technologiques formulées dans les divers plans gouvernementaux, au Brésil et au Venezuela, est effectuée d’une façon beaucoup trop générale (informatique, biotechnologie, chimie fine, nouveaux matériaux..). Il importe de définir des axes bien plus spécifiques avec la participation des acteurs industriels.

Le rôle des entreprises

7Au Mexique, de nombreuses entreprises semblent manifester une volonté de modernisation, compte tenu de la nécessité d’augmenter leur compétitivité face à l’ouverture des marchés et à la concurrence accrue des produits importés.

8Cette recherche de nouvelles technologies de procédés ne constitue cependant qu’une première étape, celle de la capacité de sélection de technologies adaptées, sans que soit encore mises en oeuvre de véritables politiques de gestion technologique (développement de capacités d’ingéniérie et de recherche).

9Toute politique de développement est une œuvre de longue haleine, et les entreprises commencent suelment pour la plupart à n’acquérir que certains premiers éléments qui confèrent des avantages compétitifs.

10Une réelle politique de développement technologique est cependant impérative pour les entreprises qui souhaitent prendre part au marché mondial. Remarquons que dans les processus de négociation avec des partenaires étrangers, il est important que l’entreprise locale démontre un intérêt pour développer ses propres capacités technologiques, l’augmentation des connaissances et du savoir-faire étant un facteur qui rend les rapports de négociation plus équilibrés avec d’éventuels partenaires étrangers.

Le rôle de l’Université et des centres de recherche

11Le premier rôle du système d’éducation doit être de fournir à la population un niveau d’éducation de base. C’est une condition nécessaire à l’existence d’une main d’oeuvre dotée d’un minimum de qualification et à la possibilité pour les entreprises d’employer un personnel capable d’adaptation en fonction des besoins évolutifs de l’industrie.

12La critique faite à l’université est relative à sa vision trop orientée vers l’analyse du passé et du présent. Les entreprises ont toute une idée sur l’avolution à long terme des technologies, même si cela repose sur une approche très empirique. Par contre l’université reste trop cloisonnée dans des recherches descriptives qui excluent toute démarche prospective.

13Au Brésil en particulier, les centres de recherche des entreprises publiques ont été conçus précisément comme une réponse aux carences de l’université sur ce plan.

14Dans la mesure où la grande majorité des entreprises n’ont pas les capacités de mettre en œuvre de véritables programmes de recherche, il incombe à l’université de satisfaire les besoins du secteur privé. Encore faudrait-il que les chercheurs prennent l’initiative d’entrer en contact avec les entrepreneurs et qu’ils participent à la réalisation des applications industrielles.

15Il fut ramrqué que l’université fonctionne dans une logique de pouvoir et non dans une logique de résultat. Il se pose un problème organisationnel, comment modifier une structure bureaucratique qui ne récompense pas les efforts de recherche répondant aux besoins des industriels ?

16Sur ce point un paradoxe fut évoqué : en France, c’est suite aux restrictions des financements à la recherche lors du gouvernement Chirac que l’on a constaté dans certains centres, une ouverture croissante vers les entreprises par la mise en oeuvre de projets de valorisation de la recherche. Cette politique de survie, compte tenu de la réduction des ressources, fut favorable à une meilleure reconnaissance dans les organisations des capacités de certains chercheurs à signer des contrats avec les industriels.

17Au Venezuela, il fut constaté également que la baisse du prix du pétrole (contre-choc pétrolier, de 1986) eut un effet favorable sur les relations université-entreprise. D’une part la réduction des ressources versées par l’administration à la recherche a contraint les centres de recherche à compenser ces restrictions par la signature de contrats avec l’industrie, d’autre part les entreprises qui n’avaient plus autant de facilité pour importer des technologies étrangères se montrèrent plus disposées à s’adresser aux centres de recherche nationaux.

18Suite à ces remarques, deux questions paraissent essentielles :

  • quels sont les stimulants à offrir aux chercheurs pour les motiver à améliorer les relations Recherche-Industrie (intéressement financier, reconnaissance en terme de carrière..) ?
  • comment fixer les chercheurs sur des projets qui nécessitent des travaux à long terme, malgré la forte attraction du secteur privé (encore que dans certains cas cette migration vers l’industrie, si elle n’est pas trop massive, peut être un facteur favorable aux échanges technologiques car elle favorise les contacts humains) ?

19Dernier point : comme préalable à toute politique concernant le développement technologique, il importe que les pays latinoaméricains augmentent leurs ressources en données objectives (développer les études sociométriques), tout un ensemble d’informations étant nécessaire pour bien appréhender le contexte propre à chaque pays et à chaque industrie.

20Comme perspectives à envisager suite à ce colloque, l’organisation du séminaire ALTEC à Caracas en septembre 1991 est une opportunité pour approfondir les contacts entre les différents chercheurs ici présents et pour développer les études comparatives. Les thèmes proposés lors de ce séminaire “Compétitivité du secteur industriel, intégration latinoaméricaine, politique de gestion technologique, formation des ressources humaines “s’inscrivent tout à fait dans les problématiques développées au cours de cette table ronde.

21Le réseau français (CREDAL, GRESAL, GERDIC) pourrait être chargé :

  • de présenter les expériences mises en oeuvre en france, mais aussi dans d’autres pays européens, dans le domaine des innovations technologiques (lien université-industrie, dynamisme des technopôles, stratégies de transfert de technologie des entreprises européennes…) ;
  • d’analyser sur des champs d’étude spécifique ( en se focalisant sur certaines technologies informatiques ou pétrochimiques) les ressources et les potentialités d’éventuels offreurs de technologie : identification de centres de recherche et d’entreprises réflexion sur la constitution de réseaux de coopération qui inclueraient des centres de recherche et des entreprises européennes et latinoaméricaines.

22Le développement technologique nécessite la mise en oeuvre de réseaux qui dépassent les liens traditionnels de transfert de technologie entre entreprises émettrices et receptrices. Cette unique relation, si elle est nécessaire, a souvent abouti à des désillusions pour les entreprises recpetrices (relation de trop forte dépendance, inhibition de la recherche endogène). L’idée fondamentale est que les entreprises latinoaméricaines doivent avoitr un comportement actif sur le plan technique. Elles doivent dans une perspective à long terme se donner les moyens (en terme de capacité d’ingéniérie et de recherche) d’assimiler les savoirs acquis à l’étranger, mais encore dans le cadre d’une stratégie mixte de prendre également appui sur les capacités des centres de recherche nationaux.

23D’où cette idée de réseaux d’échanges technologiques qui doivent associer différents acteurs au niveau national (centres de recherches, universités, coopération inter-entreprises) et au niveau international (accords avec des centres de recherche et des entreprises étrangères).

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable