Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Entrepreneurs et chercheurs face aux technologies industrielles : la production et le transfert de technologie au Venezuela

Arnoldo Pirela, Rigas Arvanitis, Rafael Rengifo et Alexis Mercado

Texte intégral

  • 1 Travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche “Comportement des entreprises face à la t (...)
  • 2 Les autres types d’acteurs feront l’objet d’une recherche qui se prolongera dans les années procha (...)

1Comprendre, ne serait-ce que partiellement, le processus de développement industriel suppose de connaître non seulement les structures qui, au niveau macro-économique, permettent d’orchestrer la croissance et de garantir la répartition du revenu, mais aussi la dynamique des acteurs de ce développement industriel, à savoir les entreprises, l’Etat, les centres de recherche, les travailleurs. C’est dans cette optique qu’ont été réalisés les travaux, essentiellement empiriques, que nous présentons dans cette communication.1 Nous avons cherché à déterminer, à partir d’un important travail d’enquêtes et d’études de cas dans la chimie, l’industrie alimentaire et l’électronique, le comportement de deux types d’acteurs : les entreprises et les chercheurs.2

2Un des objectifs de cette recherche a été de signaler le potentiel du Venezuela et les voies de cette “reconversion” nécessaire de son industrie traditionnelle. Celle-ci passera certainement par la création de nouveaux courants de transferts de biens et de technologie entre les entreprises et les centres de recherche, d’une part, et entre les entreprises nationales et les fournisseurs étrangers de technologie, d’autre part. Les domaines dits des nouvelles technologies (nouveaux matériaux, chimie fine et électronique), les changements d’organisation de la production que ces technologies impliquent (Iranzo, 1991), la profonde transformation de la structure des marchés internationaux (Porter, 1990), font apparaître des avantages comparatifs, certes fragiles, mais réels au Venezuela. Le développement historique particulier qu’a connu l’industrie vénézuélienne, lié à l’existence de petites unités de production relativement flexibles, avec des possibilités d’adaptation à des marchés étroits et spécifiques, l’évolution de cette structure productive (intégration verticale et forte diversification des activités productive), sont des atouts essentiels du pays (Pirela et alii, 1991). Cependant, le Venezuela doit simultanément faire face à une crise profonde, essentiellement financière, due aux mesures d’ouverture des marchés, d’abaissement des droits de douanes. Non seulement, ces mesures sont radicales, mais elles ont aussi été mises en application tardivement (Vivas, 1990). La nouvelle donne économique, due à ces mesures “d’ajustement structurel”, ne suffira pas à elle seule à stimuler cette reconversion industrielle ; il faut une véritable politique d’accompagnement de ce développement industriel, une politique technologique (Avalos, 1991). Cette possibilité de développement passe, non seulement par une réorganisation du travail au sein de l’appareil productif existant, transformation dont on dit qu’elle est “bon marché” et potentiellement riche, mais surtout par un transfert massif du savoir-faire productif mondial. C’est à l’argumentation de ce point de vue que nous voulons consacrer cet exposé, à partir d’une connaissance de la structure de l’industrie vénézuélienne en fonction de la technologie, et de la capacité d’innovation des entreprises et des centres de recherche.

Transfert de technologie et apprentissage technologique

3Avant de procéder à cette description nous voulons rappeler quelques caractéristiques de l’industrialisation du Venezuela. Parmi les plus tardives en Amérique latine, l’industrialisation au Venezuela a été marquée par deux tendances contradictoires : une large disponibilité de capital et des marchés très limités.

4Le résultat fut que qu’à partir des années 60, le produit et l’emploi dans le secteur industriel se sont accrus très rapidement, de même que le nombre d’établissements industriels. Aussi, assistons-nous alors à une forte diversification des investissements et de la production mais aussi à une concentration élevée de la production dans la presque totalité des secteurs ou branches industrielles. Le manque de mécanismes concurrentiels, l’existence de capitaux excédentaires souvent aux mains d’entrepreneurs immigrés (ou enfants d’immigrés) de faible qualification et sans expérience de gestion, a eu pour conséquence la formation d’une structure de production peu efficace, malgré la disponibilité d’équipements et de technologies importées relativement avancés par rapport du moins à la plupart des pays sous-développés.

5On aurait pu croire ainsi que l’industrie vénézuélienne est une industrie sans apprentissage technologique, c’est-à-dire une industrie incapables de sélectionner les techniques, qui n’aurait pas su ou pas voulu négocier les technologies acquises. Les entreprises auraient ainsi été incapables de modifier ou adapter les techniques, les produits et les procédés, ou encore incapables de développer des produits nouveaux, d’effectuer des travaux d’ingénierie ou même de fabriquer des équipements simples. Cette vision des choses nous semble une grossière généralisation qui ne correspond pas à la réalité. Notre travail a donc consisté à élucider par des enquêtes approfondies les comportements industriels face aux technologies.

  • 3 Les entreprises non retenues sont des entreprises commerciales. Les détails de l’échantillon sont (...)
  • 4 La comparaison porte sur les données de l’échantillon et les statistiques de l’enquête industriell (...)

6Notre enquête a porté sur un échantillon de 149 entreprises, parmi lesquelles nous avons finalement retenu 119 entreprises industrielles.3 Cet échantillon représente environ 16 % de la totalité des entreprises de l’industrie chimique du pays. Cependant, ce même échantillon contient la plupart des grandes entreprises du secteur, ce qui représente 50 % des ventes de l’industrie chimique.4 A ce sujet notons que les entreprises dites “grandes” au Venezuela sont de taille réduite au regard des standards internationaux, les plus grandes entreprises du secteur privé n’atteignant que rarement les mille employés et celles du secteur public quelque 4.000. Parmi les questions auxquelles nous allons ici porter notre attention se trouvent celles concernant le processus d’apprentissage que nous avons répertorié sous six types d’activités, que nous expliquons ci-dessous. Nous examinerons également la relation qui existe entre le fait d’avoir acquis une expérience dans chaque activité et différentes questions portant sur les problèmes rencontrés par l’entreprise, sa structure organisationnelle (et en particulier l’existence ou non d’activités de R&D) et les facteurs motivant les innovations. Nous distinguons deux ensembles d’activité, majeures et complémentaires. Les premières sont entreprises dans un effort conscient de la part des entreprises, alors que les secondes sont souvent imposées par les nécessités techniques.

Les activités majeures de l’apprentissage technologique

7La stratégie technique d’une entreprise ne peut évidemment pas être dissociée de sa stratégie d’ensemble. Cependant, elle repose sur des activités particulières au domaine technique : la recherche d’informations spécialisées sur des alternatives techniques, la négociation des technologies avec les fournisseurs, le développement de produits nouveaux et la conception des procédés. Examinons-les rapidement (tableau 1).

Recherche d’informations spécialisées sur des alternatives techniques

8Cette activité suppose que l’entreprise est en état d’alerte permanent face aux multiples offres de solutions technologiques. 68 % des entreprises enquêtées ont déclaré avoir effectué ce type d’activité. Même si cela représente une part importante de l’industrie. Les entreprises qui ont une certaine expérience dans cette activité se montrent plus sensibles aux problèmes provenant de l’inflexibilité des procédés et des difficultés posées par le contrôle de qualité. De plus ces entreprises disposent plus souvent que celles n’ayant pas cette expérience, d’unités spécialisées dans le contrôle de qualité, l’ingéniérie, l’assistance technique et en relations publiques avec les clients. Elles disposent aussi dans de plus grandes proportions d’Unités de R&D. Pour tout dire, ces entreprises paraissent mieux organisées.

Tableau 1. Apprentissage technologique

Tableau 1. Apprentissage technologique

Négociation de contrats de technologie

9Cette activité de négociation suppose que l’entreprise est capable de dégager parmi les technologies offertes celles qui s’adaptent mieux a ses besoins, en prétant une attention particulière aux différents éléments qui composent une offre technologique. De plus, une entreprise qui procède à une négociation technologique doit pouvoir le faire indépendamment des crédits et des investissements de tiers.

1052 % des entreprises de notre échantillon affirment avoir cette expérience. Les 63 entreprises qui ont négocié leurs technologies semblent avoir moins de problèmes dûs aux “insuffisances de services techniques externes” et à l’inflexibilité des procédés et à leur difficulté à être modifiés”. Ceci indique que les négociations de technologie ont été avantageuses, ayant permis de réduire ces problèmes propres à la situation locale. Néanmoins, par rapport à leurs homologues ne disposant pas de cette expérience de négociation, ces entreprises semblent devoir faire face à une diversification trop grande de leur production. Il nous semble que cela provient à la fois d’une situation réelle -les entreprises acquièrent des technologies de plus en plus “flexibles” et spécifiques quand elles savent négocier- mais aussi d’une plus grande prise de conscience de l’existence de problèmes qui découlent de la diversification. Rappelons que cette diversification apparaît comme une nécessité face à un marché local trop étroit et une absence de perspectives d’exportations.

11Comme cela était à prévoir, ces entreprises sont formellement mieux organisées : 98 % ont des unités d’ingéniérie et de conception ; 68 % disposent d’unités de commercialisation et 75 % affirment être en possession d’une unité de R&D. Cependant, un contrôle plus rigoureux sur l’existence d’une unité de R&D a permis de constater que seules 29 % des entreprises disposent effectivement d’une unité spécialisée en R&D. Ce même chiffre est de 7 % parmi celles n’ayant pas cette expérience de négociation technologique. Enfin, on note que ce type d’entreprises affirment que leur principale source de motivation pour effectuer des modifications aux procédés, équipements et autres innovations sont les “besoins techniques liés à l’utilisation des équipements”. Ceci confirme que les négociations technologiques permettent de mieux répondre aux besoins techniques des entreprises. Comme nous le verrons plus bas, il existe un certain nombre d’entreprises dont la stratégie technologique consiste à rester en quasi autarcie technique, et donc à refuser d’entrer dans le processus de négociation technique.

Développement de nouveaux procédés

12Il s’agit de la formulation ou reformulation totale ou partielle d’un produit : produit nouveau pas encore connu ; appliqué à des usages non considérés auparavant ; fabriqué avec de nouvelles matières premières ou autres que celles utilisées communément ; copie ou reproduction avec ou sans le consentement des détenteurs des brevets originaux. On prendra aussi en compte toutes les formes de copie, adaptation ou modification d’un produit imposé par le processus de production. Ainsi, un tel développement suppose une certaine activité de R&D ou du moins d’ingéniérie relativement complexe.

13Cette activité est importante dans le domaine de la chimie. En effet, les systèmes modernes de fabrication semblent s’orienter vers une organisation de la production capable de garantir la variabilité des produits et permettant de reformuler de nouveaux produits de plus en plus spécialisés pour des tranches de marché relativement restreintes.

  • 5 Sur les déterminants de ces choix, on pourra se référer à notre ouvrage Capacidad Inovativay Condu (...)
  • 6 Les entrepreneurs vénézuéliens se bagarrent entre eux plus qu’ils ne se concurrencent ; leur relat (...)

14Dans l’industrie chimique vénézuélienne, le développement de nouveaux produits est le point de départ du “sentier” de l’apprentissage technologique qui mène à une stratégie technologique plus avancée. Il concerne 82 % des entreprises de notre échantillon. Il ne faut pas conclure que le développement de produits nouveaux entraîne nécessairement le processus d’apprentissage technologique. En effet, beaucoup d’entreprises ont pris conscience de la nécessité de développer des produits nouveaux bien après avoir initié leur fonctionnement, tandis que d’autres l’ont explicitement envisagé dès leur origine.5 Nous voulons simplement mentionner que ces entreprises sont nettement plus à l’écoute du marché que l’ensemble de l’échantillon et se placent dans un esprit de marché concurrentiel, ce qui est une attitude relativement neuve au Venezuela.6 Ceci est confirmé par les réponses données aux facteurs motivants les innovations. Les entreprises effectuant des développements de produits mentionnent : la nécessité de répondre aux exigences des clients (82 %), le besoin de diversifier les produits offerts (61 %) et la nécessité de répondre à la concurrence (49 %).

15Parmi les 98 entreprises qui disent avoir une expérience dans le développement de produits nouveaux, seules 29 % possèdent une unité de R&D (au moins 3 personnes dans l’unité). Par contre, toutes les entreprises possédant une équipe de R&D ont cette expérience.

16Des différences significatives se font jour entre les entreprises qui ont développé des produits et celles qui ne l’ont pas fait. Les premières possèdent des structures organisationnelles spécialisées dans l’assistance technique et les services aux clients. Elles se trouvent donc mieux armées pour être à l’écoute du marché et évaluer la demande. Les problèmes rencontrés sont de type moins routiniers (moins de problèmes liés à la maintenance). Enfin, comme pour les entreprises ayant une expérience dans la négociation de technologie -les deux activités se combinant la plupart des fois-, elles semblent rencontrer moins de problèmes à cause de l’inflexibilité des procédés.

17Ainsi, les entreprises développant des produits nouveaux adoptent dans l’ensemble des stratégies plus compétitives, sont plus conscientes et mieux préparées pour recevoir les signaux du marché et semblent avoir une meilleure capacité à faire face aux ruptures technologiques et aux déséquilibres soit du marché soit des techniques. En somme, elles ont une meilleure capacité d’innovation.

18A ce sujet, mentionnons que ces entreprises semblent donner une très large part au défi professionnel et personnel que constitue la réalisation des développements en question. C’est dire que nous sommes face à une main d’oeuvre mieux qualifiée et encouragée personnellement à effectuer des innovations (même mineures) et, ce qui est plus important, ayant conscience de son rôle.

Conception de procédés

19Cette activité comprend l’ensemble des travaux depuis la modification ou adaptation d’un procédé simple jusqu’à la définition ou conception intégrale d’un procédé, complètement ou partiellement nouveau, destiné à la fabrication d’un autre produit ou à la modification du procédé de fabrication d’un produit ancien, avec l’utilisation d’une formule nouvelle ou non, en utilisant des équipements destinés ou non à d’autres usages.

20La conception des procédés est sans doute l’activité la plus complexe parmi toutes celles qui composent le processus de l’apprentissage technologique. Elle est liée également à une meilleure relation avec les clients : 84 % des entreprises ayant cette expérience signalent les exigences du client comme facteur motivant des innovations, contre 65 % dans les autres entreprises. On décèle aussi parmi ces entreprises le souci de trouver des solutions aux problèmes de sécurité (49 %) et de contrôle de la pollution (33 %). De plus, ici aussi le défi professionnel des ingénieurs semblent être une forte source de motivation pour l’innovation.

21Parmi 61 entreprises qui mentionnent avoir l’expérience de la conception de nouveaux procédés, 42 ont une forte capacité de conception et d’ingénierie (combinaison entre l’existence d’une unité de recherche et / ou d’ingénierie). Enfin ces entreprises semblent éprouver moins de difficultés en ce qui concerne la maintenance et l’inflexibilité des procédés (comme c’est le cas pour les entreprises qui réalisent des développements de produit).

  • 7 Une typologie plus rigoureuse est proposée dans notre ouvrage. Elle distingue stratégies actives, (...)

22Ces quatre activités permettent d’identifier clairement les principales stratégies technologiques des entreprises. Pour ce qui est des stratégies que nous pouvons appeler “actives”, elles se résument au besoin de diversifier la production et de rendre la production plus flexible ou mieux adaptée à une grande quantité de demandes de taille limitée, ce qui suppose un apport important d’information technologique et des mécanismes de négociation pour l’obtention des technologies requises. Ceci c’est traduit par un grand nombre d’activités orientées vers le développement de produits et de procédés. Les stratégies “passives”, au contraire, font apparaître un manque évident d’information, une relation plus au jour le jour avec les équipements (trouble shooting), un manque de vision du marché et de l’offre de technologie.7

Les activités complémentaires de l’apprentissage technique

23Deux autres activités font traditionnellement partie, dans la littérature spécialisée, de l’apprentissage technique. Il s’agit de l’adaptation des équipements et de la fabrication propre (ou en “interne”) d’équipements et pièces de rechange. Toutes deux sont des activités plus marginales s’ l’on se réfère à la définition des stratégies techniques. Cependant elles nécessitent un traitement à part entière. En effet, 60 % des entreprises ont répondu affirmativement au sujet de leur expérience en matière d’adaptation ou modification des pièces de rechange et des équipements et 47 % ont déclaré avoir fabriqué elles-même des pièces et parties des équipements. Dans les deux cas, il s’agit de résoudre relativement rapidement des problèmes d’approvisionnement ou des difficultés d’ordre opérationnel des équipements existants. L’adaptation pour une large part a été stimulée par la politique de l’Etat dans le secteur de la mécanique, où la politique nationale a consisté à encourager et protéger le marché national, au détriment de l’importation d’équipements. Ainsi, une fois les investissements en équipements réalisés, les entreprises ont dû faire face à des pannes avec les moyens disponibles nationalement. La plupart du temps ces activités sont réalisées sans recours à l’extérieur, notamment à cause d’une assez grande difficulté à gérer les relations techniques avec des entreprises de service externes. Enfin, cette activité, au moment de l’enquête était encore stimulée par des raisons conjoncturelles : la brusque dévaluation du bolivar (monnaie nationale) en 1983 et après, l’effort ultérieur d’adaptation de 89 % des entreprises

24Nous devons signaler que par rapport aux travaux antérieurs menés en Amérique latine sur le développement technologique, nous ne considérons pas l’adaptation simple comme un facteur incitatif au développement technique. Il nous semble que cela relève plus d’un problème de vocabulaire que de désaccords de fonds. En effet, par adaptation les auteurs, comme Jorge Katz, signalent des activités qui vont du simple au plus complexe, alors que nous limitons ce terme aux activités relativement plus simples. De plus, nous pensons que le phénomène d’adaptation en soi est moins important que le maintien d’une capacité d’analyse du marché, de la technologie, de la position des fournisseurs, bref de la vision stratégique des entreprises. Seules ces entreprises ont quelque chance de faire face aux défis économiques que posent les mesures dites de l’ajustement structurel, car seules ces entreprises sauront évaluer avec exactitude les déséquilibres et les réponses qu’il faut apporter pour les dépasser.

25En conclusion nous pouvons affirmer que l’industrie chimique au Venezuela est un secteur qui, dans son ensemble, a su s’adapter au marché national, en développant des technologies et des produits diversifiés. Ainsi, une capacité de production relativement souple s’est constituée, très en accord avec les tendances mondiales dans le domaine de la chimie industrielle, ce qui constitue un avantage comparatif encore peu exploité. Quant aux limitations, nous devons signaler la spécialisation des produits à des marchés trop spécifiques et restreints, avec une tendance à la diversification de l’activité productive difficile à gérer.

Une taxonomie des comportements technologiques

26Evidemment, toutes les entreprises ne correspondent pas à ce schéma d’ensemble. Nous nous sommes attachés à établir une taxonomie des entreprises selon le degré plus ou moins grand d’apprentissage technologique, le type de contacts externes ou encore le type de développement opéré. Il faut avouer que cette taxonomie a butté sur la grande diversité des comportements des entreprises. Quatre types ont été dégagés :

27Entreprises actives : ce premier groupe (26 sue 119 entreprises) représente pour ainsi dire, l’élite technologique de l’industrie chimique. Il s’agit d’entreprises de la chimie de base et du secteur intermédiaire, de taille relativement plus élevée que la moyenne. Elles possèdent toutes des liens externes avec des entreprises nationales et des entreprises étrangères, une structure organisationnelle assez complexe et la quasi-totalité dispose de centres de recherche internes. Elles sont bien renseignées sur les alternatives techniques. Toutes sont engagées dans des activités de développement de produits. Mais par dessus tout, elles ont tendance à avancer dans la conception de procédés nouveaux.

28Entreprises en liaison avec l’étranger. Ces entreprises (26 sur 119) ont pour principales caractéristique d’être presque exclusivement orientées vers des entreprises étrangères. Elles sont pour la plupart engagées dans la production de biens de consommation massive et c’est surtout dans le développement de produits nouveaux qu’elles se lient avec des entreprises étrangères. Nous retrouvons ici des filiales de multinationales et des entreprises qui sont détentrices de licences de brevets et de marques assorties de clauses d’exclusivité voire d’assistance technique fournie par le détenteur des brevets. En grande partie ce sont des entreprises de taille plus modeste, qui s’orientent vers le développement de produits et lorsqu’elles mentionnent les facteurs incitant à l’innovation, elles font presque toujours état de problèmes relatifs à la matière première (importée dans de très nombreux cas) ou aux facteurs de production.

29Entreprises passives : c’est là les prototypes des entreprises les plus arriérées du point de vue de l’apprentissage technologique (21 entreprises). Ces entreprises sont mal renseignées, ne possèdent pas d’expérience pour la mise au point de paquets technologiques, effectuent peu d’adaptations, peu de développement de produits et encore moins de travaux de conception.

30Entreprises autarciques : ce groupe comprend 19 entreprises dans le secteur de base et auxiliaires. Leur trait le plus caractéristique est l’absence presque totale de liens externes, d’où leur dénomination. Elles éprouvent de l’intérêt pour la R&D mais ne sont pas organisées dans ce but Leur apprentissage tend vers la recherche d’alternatives technologiques et la fabrication de machines et équipements en interne dans des proportions plus importantes que la moyenne. Par contre, elles ont peu d’expérience dans la négociation de contrats de technologie.

Les liens université-entreprise : le transfert interne de technologie et le rôle des universitaires

31L’essentiel des contacts entre la recherche universitaire et l’industrie concerne avant tout la fourniture de services d’analyse et de consultation ; ils ont peu de répercussions sur la production scientifique et ne constituent que de faibles défis technologiques. Cependant, cette situation change rapidement. Nous assistons tout d’abord à un accroissement considérable des relations entre les centres de recherche universitaires et les entreprises. Cette croissance révèle aussi un changement qualitatif de la nature des relations.

  • 8 En effet, dans la mesure où il n’existe pas de reproduction du corps professoral, nous risquons d’ (...)

32Du côté des universités, ce sont probablement les grandes difficultés budgétaires, l’étouffement bureaucratique, la dégradation du salaire des professeurs et des chercheurs qui expliquent le grand nombre de liens avec l’industrie. Aussi, a-t-on vu émerger un réseau de relations presque toujours informelles ou en marge des structures mêmes de l’université, avec des entreprises industrielles. Ce réseau s’est créé de manière spontanée et, jusqu’à maintenant, sans contrôle ni appui institutionnel. Ce phénomène, malgré son importance, n’a pas encore été évalué.et on continue à évoquer ces répercussions négatives pour les universités. Les liens de l’industrie avec l’université inféoderait l’université et, plus grave encore, affaiblirait le corps professoral et démantèlerait les groupes de recherche universitaires.8 Il est nécessaire avant d’accuser d’examiner la nature de ce phénomène.

33Cela dit, pendant ces dernières années la croissance des relations entre universités et industrie, en nombre de contrats et en chiffre d’affaires, a été très importante. Les diverses universités ou centres de recherche ont obtenu des ressources relativement importantes par la vente de services et de projets à l’industrie.

34Jusqu’en 1984, la croissance moyenne des revenus était faible ; elle était, selon les données que nous avons obtenues sur deux des plus importantes universités du pays et sur un centre de recherche semi-privé, de l’ordre de 2 % à 4,5 % par an. Mais en termes réels, en tenant compte d’une inflation moyenne d’environ 12,9 %, on constate une décroissance nette pendant cette période. Ces chiffres reflètent la stagnation économique de ces années au Venezuela. A cela s’ajoute le fait que les projets étaient dans leur majorité de petits projets, représentant des sommes assez faibles : une moyenne de $500 US à $800 US pour quelques-unes des institutions de recherche.

  • 9 Contrats signés jusqu’au mois d’Octobre 1990.

35Entre les années 1983 et 1985, il se produit un véritable changement d’échelle, et presque toutes les universités et centres de recherche doublent leurs ventes de services à l’industrie. Parallèlement, quoique avec de grandes différences d’une institution à l’autre, on assiste à un accroissement de la taille moyenne des contrats. La moyenne par institution se trouve alors entre 800 US$ et 20.000 US$. Ce mouvement s’est encore accentué à partir des deux dernières années de cette décennie (1989 et 1990). Les unités de valorisation de la recherche, dans toutes les universités, après une ère de pénurie, doivent faire face à une véritable avalanche de projets et d’offres qui leur parviennent par les voies les plus diverses. Des groupes comme TECNIDEC à la Faculté d’Architecture de l’Université Centrale ont vu leur chiffre d’affaires passer de quelques cinq millions de bolivars par an à plus de quarante millions (1990).9 L’Université Simόn Bolivar a vu les revenus du groupe FUNINDES (entreprise de valorisation de la recherche universitaire) représenter près de 10 % du budget universitaire, chiffre légèrement inférieur à celui, par exemple du MIT aux USA, que l’on sait être un centre de recherche très lié à l’industrie. L’entreprise PROSERVFACICA (entreprise de valorisation de l’UCV) ont évalué leurs revenus pour 1990 à plus de 70 millions de bolivars.

36Les causes de ce mouvement sont multiples. Le changement de la politique monétaire (change flottant) a permis de rendre compétitifs les prix pratiqués par les universités et centres de recherche nationaux par rapport à ceux proposés par les experts internationaux, auxquels les entreprises avaient habituellement recours. Ainsi, nombre d’entreprises, dans l’industrie chimique et électronique, publiques et privées se sont adressées aux universités et aux centres de recherche nationaux. Mais, ce rapprochement n’aurait pas eu lieu, s’il n’y avait pas eu l’expérience des universitaires (et non des universités) dans des domaines comme la chimie, la pétrochimie et d’autres branches connexes.

37Le fait que ce soit la chimie qui ait pu fournir des précédents dans la relation université-industrie est très révélateur. D’un côté, à l’université on rencontre plusieurs groupes qui savent s’adresser à l’industrie (polymères et catalyse, par exemple). Du côté des entreprises, il existe un grand nombre de personnes issues de l’université, ou ayant de bonnes bases techniques et pour qui le développement technologique passe aussi par le recours aux universités. D’après nos données, 75 % des entreprises, au moment où nous avons réalisé cette enquête, possédaient une certaine expérience de liaison avec les universités. 49 % de ces contacts sont des services de faible signification technique ; 26 % sont des contacts de recherche. Ces recherches visent à contribuer au développement de nouveaux produits (90 % de ces contacts), et parfois de procédés nouveaux (20 %). Ces liens entre les entreprises et les universités sont accompagnés d’une assistance technique dans 1 cas sur 3. La quasi-totalité des entreprises entretiennent des relations de recherche avec les entreprises que nous qualifions entreprises actives.

38La comparaison des contacts établis par les entreprises avec les universités et ceux établis avec d’autres entreprises nationales et étrangères est également instructive (tableau 2). On observe que, bien que la majorité des entreprises entretiennent des liens externes importants, les universités et centres de recherche sont moins demandées que d’autres entreprises ; aussi, les entreprises étrangères sont préférées aux entreprises nationales. Ces relations avec les entreprises étrangères ne sont pas nécessairement dues à l’exploitation d’une licence de brevet (32 %) ou de marque (29 %).

Tableau 2. Relations techniques externes - Type de relations avec

Tableau 2. Relations techniques externes - Type de relations avec

Note : les lignes et colonnes à réponses multiples.

39Ces données révèlent une forme de spécialisation dans les relations techniques externes. Ainsi, les entreprises locales étaient surtout appelées à travailler sur la fabrication d’équipements et les entreprises étrangères à développer des produits et de procédés nouveaux. Les universités et centres de recherche du pays sont engagés fondamentalement pour travailler dans le développement de produits nouveaux.

40Plus surprenant, près des trois quarts des entreprises ont établi des contacts avec des universités de leur propre initiative. De plus, une proportion similaire d’entreprises déclare n’avoir reçu aucune offre de collaboration ou de vente de service de la part des universités. Rappelons qu’il s’agit de données issues de la période antérieure à l’établissement du libre cours du bolivar (début 1989). De plus, ce sont les entreprises qui effectuent ces déclarations ; ces chiffres auraient été plus favorables aux universités si on leur posait la même question. Toutefois, ces quelques chiffres nous rappellent un aspect simple et oublié de ces relations : elle ne peuvent s’établir que si des besoins se font sentir, soit que l’on fasse émerger un marché, soit au contraire que l’on observe l’expression spontanée d’un besoin nouveau de la part des entreprises. A ce sujet, la cause essentielles évoquée par les entreprises pour ne pas entretenir de rapports avec les universités est tout simplement l’absence de besoin. Notons toutefois, que parmi les entreprises qui ont quelques liens sans que ce soit des relations de recherche, la principale cause mentionnée sera l’impossible communication entre le monde de la recherche et celui des affaires (tableau 3). On se bornera ici à rappeler que, malgré cela, 26 % des entreprises enquêtées l’ont établi.

  • 10 Nous avons examiné ces aspects avec plus de détails dans le livre “Conducta empresarial y capacida (...)

41Le manque d’intérêt pour la recherche universitaire que mentionnent les entreprises n’est pas dû à l’existence de liens de “dépendance technologique”. Par contre, la méfiance envers l’université n’est pas non plus un facteur explicatif suffisant. Et, en effet, nous pensons que la dynamique des rapports sera très différente selon que l’on se borne à parler de relations de service ou si au contraire on cherche à établir des liens avec la recherche.10

Tableau 3. Raisons pour ne pas avoir de relations avec les universités

Tableau 3. Raisons pour ne pas avoir de relations avec les universités

42En effet, le tableau suivant révèle que les entreprises qui ont une forte capacité de recherche sont aussi celles qui préfèrent avoir des contacts de recherche avec les universités.

Tableau 4. Contacts avec les universités et formalisation de la recherche

Tableau 4. Contacts avec les universités et formalisation de la recherche

43Dans nos interviews avec les entreprises les plus développées techniquement, les ingénieurs de production ont de nombreux reproches à faire aux chercheurs, en plus de ceux qu’ils adressent aux institutions “qui ne font pas leur travail”. Tous ces reproches peuvent se résumer sous l’intitulé de la difficulté de rapprocher une “culture universitaire” d’une “culture patronale” ou “d’entreprise”. Mais tout indique, qu’au fur et à mesure que se rapprochent les entreprises des centres de recherche universitaires, nous obtiendrons des possibilités de communication plus importantes. Le changement des conditions économiques sont aujourd’hui favorables à la production interne du savoir. Nous pouvons affirmer que nous assistons à la création d’un nouveau marché au Venezuela, le marché du savoir.

Conclusion

  1. L’industrie chimique et pétrochimique au Venezuela montre des signes évidents de développement technologique. Non seulement c’est un secteur important de développement industriel mais aussi qui a su se doter d’une bonne base technologique.
  2. C’est une industrie dont l’activité a été presque toute entière tournée vers la diversification des produits et la flexibilisation des procédés. Cette orientation largement induite au départ par des besoins et des restrictions imposées aux entreprises (taille réduite des marchés, difficultés d’approvisionnement des matières premières) c’est traduite dans des stratégies consciemment poursuivies par les entreprises. Ainsi, la capacité d’innovation des entreprises, à savoir leur capacité à répondre rapidement aux déséquilibres technologiques, devrait permettre à de nombreuses entreprises de se trouver en position favorable dans la compétitivité internationale, en sachant profiter des marchés fragmentés et de taille réduite ou de la production de spécialités, activités pour lesquelles ces entreprises ont un savoir-faire certain.
  3. Evidemment toutes les entreprises n’auront pas ces possibilités de participer à la concurrence internationale. Encore faut-il avoir su développer une capacité d’innovation, c’est-à-dire maîtriser les technologies, avoir effectué un véritable apprentissage technologique, et avoir su se mettre en relation avec des partenaires en amont comme en aval des procédés de fabrication. Parmi les relations les plus importantes, il faut mentionner, en particulier, les rapports avec les universités qui devraient servir à améliorer la capacité d’innovation de l’industrie chimique.
  4. Une idée plusieurs fois répétées ici est que la reconversion est avant tout un processus de transformation de l’organisation. Nous pensons que cette idée, juste en soi, est dangereuse dans le contexte particulier des entreprises vénézuéliennes, notamment pour ce qui est des entreprises moins développées et plus traditionnelles. En effet, dans certains secteurs comme l’industrie mécanique, les textiles, le cuir et chaussures, l’alimentation, la confection, la plupart des entreprises sont notoirement sous-équipées ou mal équipées. Les équipements ont été souvent de technologie obsolète, à cause du besoin de niveaux faibles de production (étroitesse de la demande et étroitesse de la production). De plus, la plupart des entreprises se sont équipées dans les années soixante-dix et le tout début des années quatre-vingt. Il faut donc assurer le renouvellement de l’équipement des entreprises qui s’est effectué avant la grande vague de diffusion de la micro-électronique et de ses applications dans le domaine des machines-outils. Enfin certains domaines ont été mal orientés, en particulier par l’Etat qui a cherché à protéger la création d’une industrie nationale à contre-courant des grandes tendances internationales. Ainsi, dans l’industrie automobile, il faut arriver à reconvertir une industrie entièrement dépassée. La politique de l’Etat (Vème Plan de la Nation) a consisté à soutenir l’installation de milliers de petits ateliers de production de pièces détachées pour la production d’automobiles américaines, lourdes et grandes consommatrices d’énergie au moment même où l’ensemble de l’industrie automobile cherchait à développer des voitures de conception nouvelle, légères, aérodynamiques et économes en carburant (Pirela, 1984). Dans le domaine des biens d’équipement, la protection de l’industrie sidérurgique a empêché le développement des installations de production au sein de la quasi-totalité du secteur industriel, ce qui explique les activités de fabrication des pièces au sein des entreprises, sans recours à la sous-traitance nationale ou internationale.
  5. La communauté scientifique a un rôle important à jouer au sein de ce processus de reconversion des entreprises. En se mettant à collaborer avec le secteur industriel, les universitaires peuvent améliorer notablement leurs conditions de vie personnelle et de travail. Mais il faut assurer, simultanément, la reproduction de la “force de travail universitaire”, le corps des enseignants et des checheurs. La situation actuelle semble bancale en ce sens que nous assistons effectivement au développement des relations entre recherche et industrie, mais pas au maintien de la population de chercheurs, qui soit migrent vers des entreprises, soit s’éloignent définitivement de la recherche.
  6. La politique de l’Etat devra réorienter le politique s’il veut réellement soutenir le processus de reconversion des entreprises, appuyer les activités de recherche technologique, notamment interprofessionnelles ou interindustrielles ; il lui faudra parallèlement élaborer une politique industrielle d’ensemble, définir des mesures spécifiques pour certaines entreprises, celles qui sont les plus développées sur le plan technique.

Bibliographie

Bibliographie

Avalos, Ignacio (1991). La política tecnológica venezolana : De la economía protegida a la economía abierta, Revista Espacios (Caracas), Vol. 12, num. 2 : 32-44.

Iranzo, Conzuelo (1991) Los efectos de las nuevas tecnologías sobre el trabajo : Estudio de algunos sectores en el caso venezolano, Revista Espacios (Caracas), Vol. 12, num. 2 : 45-53.

Pirela, Rengifo, Arvanitis, Mercado (1991) Conducta empresarial y capacidad innovativa, Ediciones del CENDES, Caracas.

Pirela, Α., R. Rengifo (1991) La conducta académica ante la vinculación Universidad-Industria, IV Seminario Latinoamericano de Gestión Tecnológica-ALTEC, Caracas, 295-302.

Pirela, A. (1984) Crisis de la imitación, imitación de la crisis, Tierra Firme (Caracas), no. 9.

Porter (1980) The competitive advantage of nations, MacGraw Hill.

Notes

1 Travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche “Comportement des entreprises face à la technologie”, Centre d’Etudes du Développement, Université Centrale du Venezuela (CENDES-UCV) et STD-ORSTOM dont l’équipe de recherche était composée des auteurs de cette communication.

2 Les autres types d’acteurs feront l’objet d’une recherche qui se prolongera dans les années prochaines.

3 Les entreprises non retenues sont des entreprises commerciales. Les détails de l’échantillon sont publiés dans le rapport Pirela, Rengifo, Arvanitis et Mercado (1991). Un article en anglais sera prochainement publié à partir de ce rapport.

4 La comparaison porte sur les données de l’échantillon et les statistiques de l’enquête industrielle 1987 de l’OCEI (Institut national vénézuélien des statistiques). Pour le secteur des produits chimiques de base et les peintures ce pourcentage est de 80 %.

5 Sur les déterminants de ces choix, on pourra se référer à notre ouvrage Capacidad Inovativay Conducía Empresarial, Caracas, 1991.

6 Les entrepreneurs vénézuéliens se bagarrent entre eux plus qu’ils ne se concurrencent ; leur relation au marché et à la demande est essentiellement médiatisée par les mécanismes de négociation mis en place par l’Etat, les marchés nationaux sont de faible taille. Voir notre livre Pirela et alii (1991).

7 Une typologie plus rigoureuse est proposée dans notre ouvrage. Elle distingue stratégies actives, réactives et passives. Par ailleurs, cette typologie ne recouvre que partiellement celle des comportements techniques que nous allons exposer ci-dessous.

8 En effet, dans la mesure où il n’existe pas de reproduction du corps professoral, nous risquons d’assister à terme à l’effritement de la communauté scientifique. Voir Pirela et Rengifo (1991).

9 Contrats signés jusqu’au mois d’Octobre 1990.

10 Nous avons examiné ces aspects avec plus de détails dans le livre “Conducta empresarial y capacidad innovativa”, CENDES, Caracas, 1991, chapitre 3.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Apprentissage technologique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tableau 2. Relations techniques externes - Type de relations avec
Légende Note : les lignes et colonnes à réponses multiples.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 3. Raisons pour ne pas avoir de relations avec les universités
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Tableau 4. Contacts avec les universités et formalisation de la recherche
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540