Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Développement technologique et transfert de technologie en Argentine : une vision des perspectives à court et moyen termes

Carlos M. Marschoff
Traduction de Christian Azaïs

Texte intégral

1Depuis quelques années déjà, la nécessité de promouvoir des développements endogènes est l’un des thèmes débattus par des groupes de plus en plus importants du système scientifico-académique (SCA) et du secteur productif (SP) argentins. Cependant, on ne vérifie pas encore d’amélioration substantielle dans le niveau de production de nouvelles technologies de la part des entreprises locales ; mais on a plutôt la sensation que, ces dernières années, l’attention des décideurs du SP a été presque totalement orientée vers des thèmes qui ont un rapport avec la conjoncture économique et que, par conséquent, les efforts de recherche et développement (R&D) dans le domaine des entreprises ont été restreints.

2Ceci est particulièrement grave si l’on considère l’importance centrale que la connaissance technologique et la capacité d’obtenir des développements propres ou d’introduire des modifications à des technologies étrangères ont pris dans la formulation de politiques et de stratégies dans une entreprise moderne.

3En ce sens, il est important de comprendre que le processus accéléré de changement technologique auquel on assiste depuis déjà plus de vingt ans, a comme caractéristique principale la modification continue et rapide des frontières de la connaissance. En conséquence, les avantages que l’on peut tirer de la possession d’un “know-how” spécifique deviennent relatifs et, de fait, si la possession de la technologie n’est pas complétée par la possession de R&D suffisante pour accompagner les modifications et changements que les concurrents introduiront, leur disponibilité ne constitue qu’un avantage transitoire. Cette situation particulière qui relègue comme nullement auparavant les avantages possibles d’un accès plus facile aux sources de matières-premières ou le fait de pouvoir compter sur une main d’œuvre bon marché, détermine la nécessité de revoir des idées qui pendant longtemps ont été considérées comme les piliers conceptuels des activités de R&D dans l’industrie.

4En effet, l’interdisciplinarité croissante et la nature de plus en plus complexe des connaissances scientifiques et technologiques incluses dans le développement d’un nouveau produit ou service détermine que les approches classiques de R&D fondées sur des activités réalisées dans le cadre d’entreprises sous couvert du secret et en termes de copie ou de “reverse engineering” ne sont plus garantes de compétitivité. Ainsi, le renforcement du SP exige aujourd’hui l’orientation et la coordination d’efforts de R&D d’une façon agile et créatrice. Dans ce contexte, la coopération entre des secteurs et des institutions qui, jusqu’à peu, ne pensaient pas avoir d’intérêts en commun, est devenue un élément vital dans l’organisation de la R&D.

5La situation est telle qu’elle demande une grande flexibilité et capacité d’adaptation ; dans les nations industrialisées, les réponses ont été apportées grâce à diverses mesures qui ont facilité l’interaction entre les acteurs du processus de R&D. Pour exemple, on peut citer l’élimination aux USA de certaines normes de la législation anti-trust qui rendaient difficile la réalisation de projets de recherche de base comparative entre entreprises d’une même branche ou l’adoption dans plusieurs pays de mesures de promotion d’actions de coopération entre universités et entreprises ou encore la participation conjointe de laboratoires publics et privés dans des projets spécifiques, orientés parfois directement vers le développement d’un produit pour sa commercialisation.

6De plus, les nations en voie de développement, et en particulier les pays latino-américains, n’ont pas réussi à s’organiser de façon correcte en fonction des exigences du moment : en conséquence, l’écart avec le monde industrialisé n’a fait que s’accroître. Il devient urgent, donc, que les pays de la région réalisent un effort de réflexion qui permette de mettre sur pied des ordres du jour d’organisation et de promotion des activités de RD dans le secteur productif.

Antécédents

7Le degré faible de compromis du SP argentin dans des activités de RD et, symétriquement, le manque d’intérêt que le SCA a montré durant des dizaines d’années pour les activités des entrepreneurs, mettent en évidence les raisons historiques que l’on doit avoir présentes à l’esprit si l’on veut comprendre la nature du problème. En ce sens, il est bon de rappeler que aussitôt après les tentatives, plus volontaristes qu’efficaces, plus discursives que concrètes de Sarmiento pour lancer un mouvement d’industrialisation qui permette d’atteindre un niveau élevé de compétitivité, la vie économique du pays s’est appuyée de forme presque exclusive sur l’activité agro-pastorale et sur les soldes excellents de la balance commerciale que les exportations de céréales et de viandes a produits, pendant plus d’un demi-siècle, à partir de 1880.

8L’injection de quantités d’argent considérables dans un pays dont l’économie reposait sur des activités qui demandaient de faibles investissements qui nourrissaient un marché d’occupation limité et qui n’introduisaient aucune valeur ajoutée sur les matières qu’il commercialisait, est à l’origine d’un problème macro-économique de redistribution du revenu semblable à celui que, quelques décennies plus tard, devraient connaître les pays arabes avec les excédents issus de l’exportation de pétrole. Dans le cas argentin, l’absence de projets d’investissement productif de grande envergure a fait que l’on ait opté pour un financement de grands ouvrages d’infrastructure, destinés principalement à faciliter les exportations agrospastorales, à mettre sur pied un appareil d’éduction et de santé public très important et, finalement, à généraliser l’emploi public, conçu initialement comme une sinécure possible permettant à un nombre significatif de citoyens leur participation dans le revenu national. Aussitôt, il s’est transformé en une espèce d’assurance-chômage pour protéger ceux qui n’avaient d’autre moyen d’accès au marché du travail.

  • 1 M. Ikonikoff (1987) - L’Argentine : économie et culture de rente, Cahiers du CREDAL (7)

9Cette structure perverse d” ‘économie de rente” que plusieurs articles1 sur l’Argentine ont bien décrite a provoqué une déformation socio-culturelle, que l’on a d’ailleurs déjà observée dans des cas semblables détectés à d’autres périodes historiques. Il consiste principalement dans le fait que toutes les strates sociales, y compris bien sûr les entrepreneurs, ont la ferme conviction que l’Etat résoudra tous les problèmes de tous les secteurs.

10Cette conviction étant bien enracinée, on ne doit pas s’étonner que lorsqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la décision a été prise de promouvoir le développement industriel du pays, le modèle de substitution des importations choisi établirait des protections douanières très fortes pour faciliter l’industrialisation, mais ne fixerait ni objectifs ni délais à respecter en termes de compétitivité. En conséquence, le SP a fonctionné pendant plus de trois décennies sur un marché interne fermé, où les pratiques oligopolistiques ont été monnaie courante et où le manque d’exigences de qualité a fait en sorte que l’investissement en R&D ait été très faible.

11De plus, la perception que l’Etat et la société ont longtemps eu de l’importance de la science et de la technologie a été marquée par le caractère économique et culturel dominant. On ne doit pas s’étonner que de 1880 à la Seconde Guerre Mondiale le rôle instrumental de la science et de la technologie et leur valeur stratégique, sauf évidemment en ce qui concerne le champ immédiatement palpable de la médecine, n’ait été très clair, à savoir : leur capacité à modifier la réalité et le pouvoir associé à cette capacité.

12Du point de vue de la société, la science a été perçue comme une activité noble, dont les objectifs étaient transcendants : vaincre la mort, supprimer l’ignorance et la superstition, mais sans signification politique ou économique expressse. Ainsi, la science était vue comme une manifestation supérieure de l’esprit humain qui faisait de ses maîtres les membres sélects d’une confrérie qui pouvaient aspirer attirer à soi artistes, philosophes ou théologiens.

13Dans ce contexte, le SCA a vécu pendant plusieurs décennies dans une espèce de rêve où le concept humboldtien d’Académie fixait les normes de base d’absolue liberté pour que les chercheurs orientent leurs tâches dans la direction qui leur semblait la plus opportune et où le jugement des pairs était le seul moyen de valorisation du travail réalisé.

14Les caractéristiques de “tour d’ivoire” de cette situation ont duré plusieurs décennies et ont configuré une aliénation du SCA envers les problèmes et les besoins du pays, la viabilité du schéma reposant, d’une part, sur le nombre limité de chercheurs à temps plein existant et, d’autre part, sur la perception que la recherche scientifique était une activité réservée à une “élite” économique, capable de faire face à ses coûts matériels.

15A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, la classe politique a commencé à percevoir l’importance de la science et de la technologie comme facteurs de pouvoir et, en conséquence, quelques pas importants ont été faits vers l’organisation du SCA. En témoignent la création du Conseil National de Recherches Scientifiques et Techniques (CONICET) et du Secrétariat de Science et Technique (SECYT), dans le domaine de la promotion de la recherche de base et appliquée, de l’Institut National de Technologie Industrielle (INTI), dans le domaine technologique et du Centre de Recherches des Forces Armées (CITEFA).

16Ce cadre politique n’a pas eu cependant les résultats escomptés ; la cause fondamentale en a été, à notre avis, le manque d’objectifs concrets à moyen et court terme qui auraient permis d’orienter de façon adéquate les activités des chercheurs et techniciens (environ 10.000) qui travaillent dans ce type d’organismes et dans les universités. Ainsi, l’organisation réelle du SCA, surtout par rapport au CONICET et au SECYT et spécialement dans le cadre universitaire (qui regroupe plus de 50 % des chercheurs du pays) est restée entre les mains des chercheurs qui, logiquement, ont reproduit dans une échelle plus grande le type de structure et de hiérarchie d’activités sous lesquelles ils s’étaient formés et développés, ce qui a fait que le contact avec le SP soit resté très faible.

17Le succès obtenu dans les cas où la R&D a été montée sur des bases définies et avec des objectifs précis à moyen terme est à cet égard symptomatique : les succès obtenus par la Commission Nationale de l’Energie Atomique (CNEA) et ses entreprises associées et la trajectoire réussie de ALUAR S.A., entreprise productrice d’aluminium sont peut-être, en termes de R&D, les exemples les plus frappants dans les domaines public et privé, respectivement.

L’articulation SCA - SP comme outil du développement technologique

Les motivations pour établir l’articulation

  • 2 Statistical Yearbook, Naciones Unidas

18La situation structurelle de l’économie argentine qui a déterminé, entre autres, le quasi total manque de lien entre le SCA et le SP pendant plus de la moitié de ce siècle a connu de profonds bouleversements ces vingt ou trente dernières années. En effet, dans les années 70, il n’y a pas eu de corrélation directe entre la croissance rapide de la dette externe et l’accroissement du PIB qui, après le pic vérifié en 1980 est retombé brusquement (cf graphe de la Figure 12).

19Une des conséquences immédiates de cette situatio a été la faillite d’un nombre considérable d’entreprises qui n’ont pu honorer les emprunts faits. Un autre effet important a été la rétraction du marché interne qui, parallèlement à la crise qu’a connue le système d’incitations à l’activité industrielle, a provoqué une chute importante des indices du secteur manufacturier. Comme exemple de cette situation, on retiendra l’évolution du Produit Industriel Brut par habitant et la variation du Produit Brut du Secteur des BTP ces dix dernières années (Figures 2 et 3, respectivement) ; la Figure 4 représente l’évolution de la production d’automobiles dans le pays.

20Cette chute de l’activité s’est produite dans un contexte d’inflation continue et forte qui a fait des opérations financières l’alternative d’investissement la plus rentable à court terme. La plupart des projets d’investissements des entreprises ont été abandonnés tout comme la quasi totalité des tentatives de mise en place de projets à long terme qui avaient commencé à poindre à la fin des années 70. Les expériences de R&D ont été affectées et réduites le plus souvent à de simples fonctions de contrôle de qualité, d’optimisation de processus, etc.

21La conjoncture s’est aggravée en 1990 pour les entreprises en raison des mesures économiques prises pour éponger les finances de l’Etat : la fin de la plupart des incitations, la pression fiscale croissante et la désactivation d’une bonne part du marché spéculatif à court terme ont obligé le SP à se diriger vers les marchés externes. Ceci signifie, évidemment, incorporer et développer de nouvelles technologies, aussi bien en ce qui concerne les procès de production proprement dits qu’en ce qui concerne la gestion administrative, la commercialisation, la planification stratégique, etc.

22Face à ces demandes qui ébranlent la plupart des entrepreneurs argentins, habitués à des taux de rentabilité élevés sans prendre presque aucun risque, le SP, qui n’a pas une structure solide de R&D, fait difficilement face aux exigences qui se posent à lui et perçoit dans l’existence du SCA public qui dispose d’une infrastructure importante un réservoir significatif de personnes qualifiées, couvrant un évantail très large de thèmes, ce qui lui permettrait de satisfaire toute sorte de demandes. On ne doit pas s’étonner, donc, si dès le début des années 80, des organisations et des représentants du SP montrent un intérêt croissant et exercent des pressions de différents ordres pour que le SCA offre services et assistance aux entreprises.

23Du point de vue du SCA, les changements vérifiés dans la situation générale du pays l’oblige à renforcer ses liens avec le SP. En effet, l’isolement vécu pendant plusieurs décennies par rapport aux intérêts de la communauté a conduit, d’un côté, à une perte graduelle de la reconnaissance sociale envers les tâches que développent les scientifiques et les technologues, ce qui est très net si l’on considère la détérioration subie par les salaires dans le domaine spécifique de la science et de la technique et les niveaux très bas d’investissements per capita dans ce domaine. Ainsi, et au-delà de l’insatisfaction due aux bas niveaux de rémunération, l’investissement faible en infrastructure, particulièrement en ce qui concerne les équipements, a provoqué ces dix dernières années une chute du niveau de compétitivité internationale de la production scientifique avec la perte aussi de reconnaissance internationale.

24La conséquence objective de ces deux facteurs a été qu’un nombre significatif de chercheurs argentins ont commencé à se poser des questions sur la raison d’être de leur activité. Cette attitude autocritique du SCA, réalisée principalement par de petits groupes de chercheurs (jeunes pour la plupart) a eu un impact très net sur l’attitude globale du système. Le fait que le lien avec le SP soit devenu un thème récurrent et très souvent abordé par des membres du SCA ces dernières années ne doit pas surprendre. Ils y perçoivent une solution aux problèmes économiques du système et un moyen de récupérer la reconnaissance de la société.

Points de conflit dans l’articulation

25Il se dégage de ce que l’on vient d’exposer que le SCA tout comme le SP ont des motifs objectifs aujourd’hui pour modifier leurs attitudes respectives. En effet, ce changement a permis le développement de divers projets concrets d’articulation et a fomenté une conviction croissante de la nécessité de promouvoir des actions qui permettent d’organiser de façon plus efficace ce lien.

26Cependant, des divergences importantes existent et rendent difficile le succès de ces initiatives ; il est nécessaire de les identifier et de les prendre en compte dans la formulation de propositions concrètes, si l’on entend offrir une chance raisonnable de communication effective entre le SCA et le SP.

27En ce sens, il est intéressant de connaître le montant du budget global investi en Argentine dans les activités de R&D. Tout d’abord, il convient de signaler que l’investissement réalisé par le secteur privé est nettement inférieur à celui de l’Etat. Les experts sont d’accord pour dénoncer le fait que l’investissement privé ne représente que 5 % environ de l’investissement total, ce qui est extrêmement faible comparé à ce qui se passe dans d’autres pays (cf figure 5).

  • 3 G. Mosto (1989) - Gasto en Ciencia y Técnica de la Argentina, mimeo, Centro de Estudios Avanzados, (...)

28En ce qui concerne le budget de l’Etat, les données disponibles montrent (figure 63) que les niveaux d’investissement ne révèlent pas l’existence d’une politique définie et continue envers le secteur de la part des autorités. L’analyse de la contribution de l’Etat s’avère intéressante du point de vue de la manière dont elle se fait et de la comparer avec ce qui se passe dans d’autres pays.

  • 4 C.J. MOSBACHER (1988), Research & Development 30 (1), 46

29En effet, alors que le budget de l’Etat argentin pour la science et la technologie est utilisé dans sa presque totalité dans la sphère publique, la situation dans des pays qui connaissent une R&D dynamique est très différente. Si l’on prend l’exemple des USA (graphe de la Figure 74), on peut vérifier que près de 50 % de la contribution gouvernementale correspond à des tâches qu’exécute le SP. En particulier, si l’on considère que le budget total de R&D nord-américain (excepté les secteurs de défense) représente environ 1,8 % du PIB, on vérifie que la part de l’Etat est d’à peu près 0,9 % et, par conséquent, la contribution au SCA avoisine 0,45 % du PIB. Ce chiffre est plus élevé mais comparable au pourcentage du PIB que l’Etat argentin investit dans son propre SCA et met en évidence le fait que l’un des problèmes fondamentaux dans le cas de l’Argentine est le manque de participation du SP, aussi bien en ce qui concerne le financement que l’exécution de tâches de R&D.

30La situation décrite reflète le fait que le SP considère comme naturel de ne pas investir de façon significative dans des actions de R&D, ce qui rajouté aux graves difficultés financières auxquelles le secteur doit faire face est un problème de type culturel important pour le succès de l’articulation. Celle-ci doit être comprise dans ses termes réels, c’est-à dire que les premières étapes de l’articulation doivent avoir un effet d’enseignement, preuve des avantages que le fait d’investir en R&D représente pour une entreprise.

31En outre, la situation décrite doit éclairer les participants du SCA sur le fait que, sauf dans des cas ponctuels, l’articulation avec le SP ne peut être considérée comme une “bouée de sauvetage” budgétaire à laquelle on aura recours dans un moment difficile mais comme le début d’une tâche qui, si elle est réalisée correctement, engendrera des bénéfices potentiellement importants pour les deux secteurs et jettera les bases sur lesquelles on pourra construire le système de R&D, primordial pour le SP dans la nouvelle conjoncture.

32Il existe, de plus, des points de conflit plus concrets pour ce qui est de l’articulation que l’on peut regrouper en trois catégories : ceux qui dérivent des différences structurelles entre les deux secteurs, ceux qui proviennent du degré de compromis que chaque partie est disposée à assumer dans le lien et ceux qui surgissent comme conséquence de la différence d’objectifs poursuivis dans les deux cas.

33En ce qui concerne les problèmes qui dérivent des différences structurelles, il est possible d’identifier deux zones de friction : la zone opérationnelle et la zone “culturelle”. Sur le plan opérationnel, les blocages s’établissent principalement au regard des restrictions administratives que les normes du secteur public imposent à l’approbation rapide de projets concrets, à leur mise en œuvre et à l’utilisation rationnelle des fonds provenant du SP pour un projet concret, y compris le manque d’incitations pour le personnel du SCA qui prend part à ces projets.

34Des divergences se présentent sur ce que nous avons nommé le plan “culturel”, car la manière de percevoir et de faire face à un problème de la part d’un chercheur ou d’un membre de l’équipe de direction d’une entreprise est différente : l’importance du respect des délais, la compréhension profonde du problème à résoudre et, en général, nombre d’aspects qui font le management pratique des projets ont des priorités différentes et produisent souvent des situations qui peuvent faire échouer un projet viable.

35Le thème du degré de compromis que chaque partie est disposée à assumer est plus complexe et embrouillé puisque les facteurs qui contribuent à l’apparition des conflits ne sont pas définis avec clarté. Cependant, il est possible d’affirmer qu’une des raisons fondamentales de l’émergence des conflits de cet ordre est le fait que les deux acteurs sont convaincus que leur contribution au projet est plus valable que ce qu’elle est en réalité et, donc, ils attendent de l’autre partie plus que ce qu’en fait on peut raisonnablement exiger d’elle. Ainsi, le scientifique croit normalement que son travail ou ses résultats ont une valeur de marché nettement supérieure à ce qu’elle a en réalité et que les bénéfices qu’en tirera l’industrie seront très importants. Pour sa part, l’entrepreneur pense généralement que sa connaissance du marché et sa capacité de commercialisation constituent une contribution plus utile que le transfert de connaissance et, de plus, il ne perçoit pas le chercheur comme un associé mais, de par sa dépendance d’une institution de SCA publique, il croit que les résultats devraient être transférés aux entreprises sans débours initial en admettant, en tout cas, une concession de participation dans des gains éventuels. La surévaluation que chaque partie fait de sa contribution pousse les chercheurs à exiger un montant initial élevé, ce qui leur donne l’assurance d’un bénéfice important même si le projet n’obtient pas de succès commercial. Pour sa part, l’entrepreneur cherche non seulement à réduire au minimum sa contribution financière au projet mais il essaie aussi de ne pas engager sa responsabilité, en général, dans l’exécution ou la direction, se réservant le contrôle de la gestion. Il attend du SCA ce qu’il attendrait d’une entreprise de conseil. Bref, les deux parties hésitent à prendre des risques, ce qui est une des causes principales de l’échec de plusieurs tentatives d’articulation.

36Finalement, les différences dans les objectifs de base que poursuivent les institutions du SCA et les entreprises et les divers espoirs que les chercheurs et cadres portent sur un même projet sont à l’origine de conflits qui affectent l’articulation, dans le cas présent de manière plus profonde et, d’une certaine façon, déterminent des conditions immuables de contournement dont il est indispensble de comprendre la nature.

37En ce sens, l’écart le plus important réside dans la perception différente que les deux secteurs ont des objectifs à atteindre en R&D. D’une façon peut-être quelque peu réductrice mais illustratrice, on peut indiquer que alors que la majeure partie du SP agentin perçoit la R&D comme quelque chose devant fonctionner exclusivement pour résoudre des problèmes spécifiques, concrets, dans des délais bien définis, le SCA entend que les activités de R&D sont utiles en elles-mêmes pour ce qu’elles signifient en termes de formation de ressources humaines, car elles contituent une accumulation de savoirs qui est une réserve stratégique utilisable à tout moment.

  • 5 Uniόn Industrial Argentina, “Encuesta sobre desarrollo y tecnología, Buenos Aires, 1990.

38Les différences de perception dans ce domaine apparaissent avec toute évidence quand on observe, par exemple, qu’une enquête faite récemment par l’Union Industrielle Argentine5 montre que les entreprises qui se sont effectivement adressé à des laboratoires de R&D l’ont fait, dans la plupart des cas, pour solliciter des services ponctuels d’analyse ou pour demander des conseils, alors qu’une bonne part des institutions du SCA ne conçoit pas, même lorsque ces activités peuvent être faites par leur propre personnel, qu’elles soient classées comme activités de R&D.

Les unités d’articulation

39Ce qui précéde indique clairement que pour que l’articulation SCA -SP puisse fonctionner il est nécessaire qu’il existe un organisme d’interface qui soit chargé de décodifier les langages des chercheurs et des entrepreneurs, qui aide dans les négociations en protégeant les intérêts de chacune des parties et qui serve d’amortisseur de conflits.

40Ce besoin d’unités d’articulation est un thème bien connu et qui a été traité pendant des années dans diverses instances internationales. Les expériences du British Technology Group et du Bureau de Transfert du M.I.T. ne sont que deux exemples du potentiel de ces structures.

41Dans le cas argentin, et à la lumière des particularités indiquées, la fonction de ces unités est encore plus décisive. Ainsi, on ne doit pas s’étonner que, depuis déjà quelque temps, des bureaux chargés de l’articulation entre différents centres importants du SCA aient été créés. Parmi ces expériences, celle de l’Université de Buenos Aires, pour sa diversité thématique, pour la complexité de la structure administrative et, fondamentalement, pour avoir parcouru un long chemin et produit des propositions innovatrices au niveau national dans le domaine de l’articulation avec le SP sera décrite de façon détaillée.

42L’organisation des activités d’articulation avec le SP à l’Université de Buenos Aires (UBA) a débuté en 1987 avec la création, au sein du Secrétariat de Science et Technique de l’Université, de la Direction des Accords et Transferts de Technologie. L’activité venait à peine de débuter qu’il est apparu évident que la concrétisation effective d’actions coordonnées entre chercheurs et laboratoires de l’UBA avec des entreprises n’était pas viable dans la pratique. En effet, les normes en vigueur imposaient de telles restrictions à l’utilisation des fonds - interdiction pour les chercheurs engagés dans ces projets de recevoir des honoraires en plus de leur salaire - qu’en pratique ni les entrepreneurs ni les chercheurs n’avaient de motifs concrets de s’intéresser à l’établissement d’une articulation à fins spécifiques.

43Cette barrière à l’articulation a été dépassée à l’UBA grâce à la ratification, en septembre 1987, d’un Règlement d’Accords et Services à des Tiers qui permet que la contribution des entreprises, après déduction de 20 % par l’Université, soit donnée directement au responsable des travaux sous forme d’aide à la recherche, ce qui permet une utilisation rapide et directe des fonds reçus. De plus, la réglementation autorise désormais les chercheurs à recevoir des honoraires limités qui devront faire partie du budget accordé par l’entreprise.

44La promulgation de ce Règlement, réalisée fin 1987, a eu un effet immédiat sur les activités d’articulation, non seulement avec le SP mais dans d’autres espaces du tissu social. Ainsi, depuis décembre 1987, et malgré le marasme provoqué par les périodes d’hyperinflation sur les activités d’articulation, plus de 120 accords ont été passés. On peut les classer en quatre grandes catégories : a) Services et activités d’intérêt social ; b) Services et conseil ; c) Recherche et Développement ; d) Transfert de technologie.

45Le succès qu’a obtenu cette réglementation a obligé à trouver de nouveaux outils administratifs qui pourraient traiter des situations non prévues, produites par l’intensification des activités d’articulation avec le SP. Parmi celles-ci, la plus significative a été sans doute l’approbation d’une norme qui réglemente la propriété des résultats de recherche et qui, dans sa version finale, reconnaît aux chercheurs qui participent d’une recherche une part, à titre personnel, de 50 % des bénéfices que perçoit l’Université.

46Malgré les résultats obtenus, les changements normatifs introduits ont mis en évidence le fait qu’il ne s’agissait pas d’une solution totalement satisfaisante au problème du lien SCA - SP. En effet, peu après la mise en place de ce cadre réglementaire, quelques problèmes sont apparus. Ainsi, très vite on s’est rendu compte que les temps administratifs nécessaires pour que, une fois signé un accord technique et économique sur une demande concrète, on puisse enregistrer le contrat, étaient souvent inacceptables pour les entrepreneurs. Dans un autre ordre d’idées, le fait que ce soit l’Université qui signe le contrat déterminait d’une part qu’elle était responsable juridique face à toute demande émanant de la participation de ses enseignants et de l’infrastructure dans les tâches compromises et, d’un autre côté, que pendant les négociations on devait faire face, non sans difficulté, à l’idée dominante dans un secteur ample de l’entrepreneuriat selon laquelle, en raison de sa nature institutionnelle, l’Université doit effectuer ses services de forme gratuite ou, à la limite, récupérer la somme investie dans des biens matériels pour la réalisation de la recherche. Enfin, l’intensification des activités exécutées dans le cadre d’accords de coopération avec des entreprises a reposé, dans certains secteurs spécifiques de l’Université elle-même, la polémique au sujet du danger que peut représenter pour la poursuite des objectifs académiques une présence trop agressive du SP.

47En fonction de l’expérience accumulée, deux études concrètes ont été menées : une au sujet des possibilités de réorganisation des activités d’articulation avec le SP et l’autre, réalisée conjointement avec la Banque de la Nation Argentine, la Banque de la Province de Buenos Aires, la Commission Nationale de l’Energie Atomique, la Confédération Générale de l’Industrie et la Commission Nationale de l’Aire Métropolitaine de Buenos Aires, pour évaluer la faisabilité d’un Parc Technologique dans l’aire d’influence de la ville de Buenos Aires.

48Dans le premier de ces travaux on est arrivé à la conclusion que la meilleure manière d’organiser les activités d’articulation était d’utiliser le services d’une entreprise de gestion qui permettrait que la partie administrative, financière des contrats soit faite hors de l’Université. Dans le second, on a procédé à une analyse de l’offre et de la demande d’activités de haute technologie et à une évaluation des possibilités de financement de l’investissement, si l’on prenait la décision de monter un Parc Technologique sur le modèle français : les résultats ont montré que la mise en marche d’un tel projet n’était pas viable.

49En conséquence, l’Université de Buenos Aires a entrepris un dialogue avec la Commune de la ville de Buenos Aires, l’Union Industrielle Argentine et la Confédération Générale de l’Industrie pour constituer une entreprise de droit privé qui pourrait gérer l’articulation entre l’Université et le SP. Le résultat de ces tractations a été la constitution de UBATEC S.A., entreprise qui fonctionnera comme un Noyau d’Articulation Technologique de l’Université de Buenos Aires à travers un accord ample qui permette à des chercheurs et des laboratoires de l’Université d’exécuter des services rémunérés pour ces entreprises dans le cadre des contrats que celle-ci avait passés, pourvu que le temps imparti ne dépasse pas 20 % de l’horaire des enseignants à dédication exclusive. En même temps, de par la nature de l’accord, l’Université se libère de la responsabilité juridique qui pourrait découler de ces activités.

50De plus, on prévoit que UBATEC pourra aider l’Université à commercialiser des résultats de recherche et, le cas échéant, à fournir du capital de risque pour financer de micro-entreprises fondées sur les développements obtenus par les universitaires.

51L’existence de UBATEC, évidemment, n’empêche pas que l’Université passe ses propres accords si elle le juge préférable ou qu’elle utilise d’autres structures juridiques (existantes ou à créer) comme des fondations, des organismes de coopération, etc. pour réaliser des activités d’articulation, mais ce sera certainement la voie normale de contact avec les entrepreneurs.

52Au sujet de la solution trouvée par l’UBA, il convient de mentionner qu’une loi récente, promulguée par le Congrès National et non encore réglementée autorise d’autres centres de R&D officiels, mais qui n’ont pas le degré d’autonomie légale dont jouit l’Université, à créer des entreprises semblables pour qu’elles fassent fonction de Noyaux d’Articulation Technologique des diverses institutions, ce qui montre bien que le type de structure choisi par l’Université de Buenos Aires pour son unité d’articulation est considéré, en général, comme le plus adéquat pour les organisations de R&D appartenant au SCA.

Perspectives à court et moyen terme et rôle de l’Etat

53Plusieurs conclusions importantes se dégagent de ce que nous venons d’exposer. Tout d’abord, il est clair que la conjoncture dans laquelle se trouve le SP argentin exige de lui un “aggiornamento” technologique qui lui permette de concourir sur des marchés internationaux et pour cela il a besoin d’un support indispensable en R&D qui lui fait défaut aujourd’hui. En conséquence de cette situation et de la nouvelle perception que le SCA a de son rôle, les actions d’articulation entre les deux secteurs commencent à recevoir un certain élan et on a réussi à mettre en marche une série de mécanismes qui rendent possible l’exécution de projets spécifiques intéressant le SP.

54Dans ce contexte, il semble évident de souligner que ces activités d’articulation doivent se produire, non pas seulement pour le sens qu’elles peuvent prendre en elles-mêmes, mais car c’est à partir d’elles, en tant que médiatrices de l’adoption de politiques adéquates, que l’implantation et le développement du système de R&D du SP sera possible, ce qui est indispensable à la stabilisation d’une infrastructure industrielle significative dans le pays.

55Ainsi, à court terme, le développement et le transfert de technologie pour le SP argentin se fera avec une participation intense du SCA. Dans le même temps, l’articulation sera fortement définie par la demande et, d’un point de vue politique, il est plus sensé que cette interaction se fasse de la façon la plus libre possible, grâce à l’introduction de mesures de promotion pour l’implantation d’unités de R&D au sein des entreprises, chose qui devrait se produitre dans la mesure où les entrepreneurs reconnaissent l’importance de disposer de ce type d’infrastructure.

56Le lien SCA - SP est alors, à notre avis, un élément fondamental pour la promotion du développement technologique et le transfert de technologie à court terme et inévitablement on assistera à une intensification des rapports entre entrepreneurs et chercheurs. Cependant, il serait faux de penser que cette articulation, même si elle arrive à un degré élevé de dynamisme et d’efficacité et même si le SP constitue son propre système de R&D, puisse devenir le moteur du développement technologique à moyen et court terme.

57En effet, de par la nature des institutions qui font le SCA, ses objectifs principaux sont tournés vers l’esxtension de ses connaissances dans ses domaines d’action et tentent d’assurer l’excellence dans la formation de ressources humaines. Il semble clair alors que la vision que le SCA peut avoir des priorités de développement technologique à moyen terme sera fortement marquée par la spécialité de ses intérêts.

58Pour sa part, le SP recherche, principalement, à développer et à mettre sur le marché des produits et des services qui permettent aux entreprises d’obtenir des gains économiques. Naturellement, l’objectif de rentabilité est associé fondamentalement à des projets à court terme et, en général, les préoccupations des entrepreneurs sur le moyen terme consistent à prévoir les modifications qui se produiront dans leurs “scenarii” d’action, de manière à assurer une meilleure place à l’entreprise dans la nouvelle conjoncture. Il est évident, alors, que le SP n’a pas non plus l’objectivité ni l’ampleur prospective pour fixer des priorités à moyen et long terme qui satisfassent l’intérêt de l’ensemble de la communauté.

59Il apparaît de façon nette qu’il revient à l’Etat de décider de l’organisation des activités de R&D pour le moyen et le long terme et que ces politiques doivent avoir pour objectif de placer le pays dans le concert mondial. Ainsi, l’Argentine se devra de définir ses attentes et ses objectifs dans des domaines stratégiques et d’établir les grandes lignes d’action pour le succès de ces objectifs.

60En ce sens, il est clair que certains thèmes centraux pour le futur du pays devraient être pensés dans une perpective de 15-30 ans. Des domaines tels que la technologie des aliments, la biotechnologie, la science des matériaux, l’informatique, l’électronique, les technologies de l’énergie constituent des domaines sur lequel le pays devra se positionner. Sur la base d’un programme concret, et en admettant que l’articulation naissante SCA-SP réussisse à dynamiser un système de R&D entrepreneurial, il sera possible de piloter des projets, dont les objectifs fixés à moyen et long terme permettront l’insertion de l’Argentine dans le marché futur des biens technologiques.

Notes

1 M. Ikonikoff (1987) - L’Argentine : économie et culture de rente, Cahiers du CREDAL (7)

2 Statistical Yearbook, Naciones Unidas

3 G. Mosto (1989) - Gasto en Ciencia y Técnica de la Argentina, mimeo, Centro de Estudios Avanzados, Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires

4 C.J. MOSBACHER (1988), Research & Development 30 (1), 46

5 Uniόn Industrial Argentina, “Encuesta sobre desarrollo y tecnología, Buenos Aires, 1990.

Auteur

Christian Azaïs (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540