Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

L’industrie pétrochimique mexicaine

Alain Vanneph

Texte intégral

  • 1 Ce texte constitue un résumé, plus spécialement focalisé sur les aspects investissements, de diver (...)

1L’étude de l’industrie pétrochimique mexicaine présente un double intérêt, lié à son importance propre et à son exemplarité dans le contexte des investissements étrangers et de l’innovation technologique. Cette activité assure en effet 7,5 % du PIB mexicain et 25 % du PIB industriel, pour 85 000 emplois. Elle situe le Mexique au 15ème rang international, avec 3,5 % de la production mondiale. Elle continue à se positionner enfin, même après la fin du boom pétrolier, comme la première priorité dans les planifications du développement mexicain et comme un pôle de croissance avec 12 % de taux d’accroissement annuel entre 1982 et 1986.1 Plus symptomatiques encore sont les 5 % de croissance annuelle, depuis 1982, en contraste avec une économie mexicaine en pleine crise.

2Mais, derrière cette importance et cette croissance, déjà originales, se profile une dualité spécifiquement mexicaine, peut-être encore plus porteuse de signification, notamment face à la problématique du capital étranger, et de l’intégration technologique, dualité opposant la pétrochimie de base, dévolue à l’Etat, à la pétrochimie secondaire ouverte à l’initiative privée.

3La formation de la frontière entre les deux pétrochimies mexicaines intègre une profondeur chronologique d’autant plus importante que l’industrie est ancienne. De fait, elle a même précédé l’exploitation pétrolière pourtant précoce, sous l’égide de sociétés américaines ou anglaises important du pétrole et le raffinant sur place pour la production, à la fin du xixème siècle du pétrole lampant destiné à l’éclairage. Ni le premier boom pétrolier, ni la nationalisation pétrolière de 1938 n’ayant, pour des raisons inverses, incité ensuite les entreprises à investir dans le secteur, il a appartenu à l’Etat et à PEMEX d’intervenir, dans le contexte latino-américain classique, à partir des années 40, d’une politique de développement industriel intégrée aux stratégies de substitution d’importations. C’est ainsi que la première unité pétrochimique implantée en 1951 à Poza Rica initie, à partir du soufre extrait des hydrocarbures locaux, la chaîne industrielle débouchant sur la production nationale d’engrais. Peu après l’usine de dodecylbenzène d’Azcapotzalco établit les bases d’une production de détergents, autre secteur de grande consommation à mexicaniser en priorité.

4Dès cette première phase trois observations, dont nous retrouverons ensuite toute l’importance, s’imposent :

  1. Les choix industriels de l’Etat, s’ils sont conditionnés, ne sont pas déterminés par un intérêt financier ou technique de l’industrie pétrolière-pétrochimique. La logique dominante dès le départ est nationale et non sectorielle.
  2. Les décisions de prix confirment cette tendance de mise “au service de la patrie” - c’est la devise officielle de PEMEX - de ces industries, avec l’assignation de prix bas facilitant les développements en aval. On voit même l’usine de Poza Rica fonctionner pendant ses trois premières années d’opération avec une livraison gratuite de sa production aux industries d’engrais Guanomex.
  3. Tous ces éléments convergent pour laisser l’initiative de l’Etat, en continuité avec la tradition pétrolière cardeniste, l’essentiel du développement de la pétrochimie. Mais cette évolution se heurte inévitablement aux contraintes financières. Déjà engagé dans le fonctionnement de PEMEX, l’Etat mexicain peut d’autant moins fournir à la croissance de ses industries pétrochimiques les investissements nécessaires que celles-ci sont plus que d’autres coûteuses en capital, et incapables de s’autofinancer, compte tenu des trop faibles prix de vente imposés par ailleurs. Quand bien même il le souhaiterait, l’Etat mexicain ne peut donc tout faire seul. Il lui faut laisser un espace à l’initiative privée, mexicaine ou étrangère.

Mais quel espace ? Comment partager ?

  • 2 D. Ramousse.-L’industrie pétrochimique du Venezuela.- IHEAL, 1989, Paris. (Documents de recherche)
  • 3 Guillermo Lopez Mellado (Celanese).- Mercado interno ; problemática actual de la petroquímica. In  (...)

5La décision déterminante a été prise en décembre 1958 par le président Ruiz Cortines. Ecartant l’option verticale de partage- association entre secteur étatique et secteur privé, telle qu’elle sera par exemple illustrée par les sociétés d’économie mixte de la pétrochimie vénézuélienne2, il engage le Mexique sur la voie originale d’une frontière horizontale séparant la pétrochimie de base, responsable des productions primaires lourdes, réservée à l’Etat et à PEMEX, et la pétrochimie secondaire, fournissant les productions différenciées au service de la chimie, ouverte aux investissements privés, la participation étrangère étant officiellement limitée à 40 %3,

6Frontière naturelle ? Pas vraiment… Il s’agissait en fait de concilier les pressions nationalistes, liées à l’importance stratégique des activités pétrolières, aggravées dans le cas mexicain par la symbolique de l’héritage de 1938 et les contraintes incontournables de l’économie. De sorte qu’à peine tracée, cette frontière artificielle se trouve contestée. L’Etat lui-même en reconnaît l’artifice puisqu’il institue immédiatement un lien structurel transfrontalier sous la forme d’une obligation d’approvisionnement par PEMEX de la pétrochimie secondaire. Autrement dit, celle-ci n’est pas libre de ses achats qui doivent en totalité passer par PEMEX, laquelle en contrepartie se voit imposer l’obligation de répondre à toutes les demandes, fût-ce au prix d’importations, si sa propre capacité est insuffisante.

7Les dirigeants de PEMEX eux-mêmes rechignent. A. Bermudez, d’abord qui fait valoir que les investissements consacrés par l’entreprise d’Etat à la pétrochimie seront autant de moins assignés à des activités d’exploration, pourtant devenues insuffisantes. Son successeur, Guttierez Roldan essaie de résoudre le problème en associant le capital privé à son activité pétrochimique. Il crée ainsi à Reynosa l’usine Poly -Rey, fédérant PEMEX, l’industrie privée mexicaine avec les capitaux de Monterrey (Celulosa), les capitaux Nord-américains et la technologie britannique (ICI). Devant la violence des réactions, et en particulier l’irréductible opposition du syndicat pétrolier, le Président Diaz Ordaz doit faire marche arrière et confirmer le strict respect du partage, et de la chasse gardée, à la fois nationale et étatique de l’industrie de base.

Les aspects positifs

  1. La croissance au rendez-vous : La production pétrochimique de PEMEX est passée de 0,4 Mt en 1965, 0 1,9 Mt enl970, et 7,7 Mt en 1988, avec 540 usines contre 2 en 1958.
  2. l’indépendance sauvegardée : dans le contexte de forte pénétration étrangère des années 70 au Mexique, la préservation à 100 % de l’indépendance dans le secteur clef de la pétrochimie de base, peut apparaître comme exemplaire, en particulier en comparaison avec l’industrie chimique, non protégée, où les investissements étrangers sont passés de 58 % en 1970 à 84 % en 1970. Et avec le secteur aval, où les grands oligopoles se sont engouffrés dans la brèche : Bayer, Hoeschst, Du Pont, ICI, ELF étant omniprésents, aux côtés ou à l’intérieur même des groupes officiellement mexicains comme Cydsa, Resistol ou Celanese, laquelle par exemple produit à elle seule les 2/3 des fibres synthétiques mexicaines.
  3. L’expansion facilitée : l’avantage comparatif accordé aux industriels implantés au Mexique par le faible coût des intrants issus de la pétrochimie a lui aussi contribué au boom industriel des années 60 (l’industrie compte pour 26 % du PIB en 1960 et pour 40 % en 1970).

8De même, l’effort agricole national a longtemps pu s’appuyer sur une importante production locale d’engrais : il est significatif de rappeler que les deux premières usines pétrochimiques construites par PEMEX, sous l’égide du nouveau monopole intégré dans l’article 27 de la Constitution, ont été édifiées à Cosoleacaque et Salamanca, au coeur du Bajío (la localisation est en soi significative), et qu’il s’agit de deux unités d’ammoniaque, clefs de la filière des fertilisants chimiques.

Le revers de la médaille

  1. Le problème des prix : sur la base de l’indice 100 en 1960, l’indice des prix de la pétrochimie PEMEX n’est plus qu’à 88,5 en 1970, alors que l’indice général des prix mexicains grimpe à 150 ! A un degré moindre, mais constamment, la dégradation se continue ensuite : il faut attendre 1986 pour voir la tendance s’inverser.
  2. Le poids des investissements : le secteur pétrochimie absorbe 12 % des investisements de PEMEX, en moyenne, contre 6 % par exemple pour le raffinage, et contre seulement 9 % de participation aux rentrées comptables de l’entreprise. L’investissement par emploi a représenté 0,7M de pesos, alors que la moyenne dans l’industrie était de 0,1.
  3. Le coût des importations : l’obligation faite à PEMEX d’importer au bénéfice des entreprises d’aval les intrants de base qu’elle ne pouvait fournir seule, a coûté très cher à l’entreprise, en pertes de temps, en emplois spécifiques, et surtout en devises, dans la mesure où à l’exception de l’année 1978, le solde commercial pétrochimique de PEMEX a constamment été négatif.

9Quant au bilan financier global, il est encore plus catastrophique, puisqu’aggravé par les pertes sèches enregistrées lors des cessions aux entreprises d’aval, réglementairement effectuées au prix intérieur, d’importations opérées au cours international largement supérieur. Le secteur pétrochimique de PEMEX a donc fortement contribué à engager l’organisme dans un cercle vicieux. C’est ainsi que ces contradictions se traduisent dans la pétrochimie par la cohabitation entre des unités travaillant à 115 % de leur capacité et beaucoup d’autres à 50 %.

10L’ensemble de ces problèmes a été aggravé par les effets du boom, lequel en accélérant les rythmes de construction et de fonctionnement des usines a parallèlement accéléré l’occurrence des difficultés de maintenance, de transport, de coordination, et multiplié les goulots d’étranglement, en faisant passer trop souvent les priorités de l’urgence avant celles de l’importance.

11Puis la crise n’a rien arrangé, au contraire, avec les ajournements, les retards et les annulations décidées en catastrophe, en fonction des échéances financières et en marge des logiques techniques. Ainsi, alors que la capacité de production de la pétrochimie de base s’est encore accrue de 21 % par an entre 1982 et 1986 sous l’inertie des mesures antérieures aux baisses de prix pétroliers, la production n’a augmenté que de 7 %. La production de 1987 est même inférieure à 1982 ! En 7 ans le déficit cumulé a atteint 2 G$. Il sera de 9,1 G$ dans les six prochaines années si 4,7 G$ d’investissements supplémentaires ne sont pas trouvés et injectés rapidement dans la pétrochimie PEMEX : un géant en taille, (7ème entreprise mondiale de la branche), un nain en efficacité…

12La pétrochimie secondaire s’oppose, non seulement par son ouverture aux capitaux étrangers, américains (Resistol), mais aussi allemands (devenus indirectement maîtres de Celanese, depuis le rachat de Celanese-USA par Hoescht), britanniques et français (participation Elf dans Polimeros), mais aussi par sa structure largement oligopolistique : 40 entreprises dominent la production (dont 5 à 6 transnationales), et 25 hauts responsables disposent de 2500 permis industriels à eux seuls. Mais la principale différence réside peut-être dans les résultats : alors que l’industrie pétrochimique de base a dû, entre 1982 et 1988, importer pour 3,75 G$, la pétrochimie secondaire, elle, a exporté pour 3,7$.

13L’expansion du secteur (7,7 Mt, 550 usines) n’a rien à envier à celle de l’amont, avec, entre 1970 et 1980, +17,5 % par an de progression pour les matières plastiques, +13 % pour les fibres et +8 % pour les caoutchoucs. Mais avec cette différence que croissance et bénéfices vont ici de pair avec compétitivité.

14Les capitaux sont présents au rendez-vous du développement. Pourquoi ? Les entrepreneurs interrogés (ANIQ) reconnaissent la convergence de plusieurs facteurs :

  • garantie statutaire des approvisionnements en produits de base.
  • marché intérieur protégé.
  • avantages fiscaux.
  • et surtout un plus, lié à la décote des intrants PEMEX, argument d’autant plus intéressant que ces intrants génèrent 50 à 75 % du prix de revient de la pétrochimie secondaire.

15Décote moyenne en 1985 des prix mexicains par rapport aux prix Nord-Américains :

16Acetaldéhyde -1/3

17Ammoniaque -1/4

18Orthoxylène -1/2

19Monochlorure de Vynile -1/2

20Il faut attendre 1986 pour que les effets de l’inflation soient efficacement corrigés, avec une révision non plus annuelle mais trimestrielle des prix, et un plafonnement à 20 % du différentiel entre les prix intérieurs et les cours internationaux.

21Pourtant si les choses vont relativement bien, en comparaison avec le secteur PEMEX, cela ne signifie pas qu’elles soient idéales. Les dirigeants industriels reconnaissent eux-mêmes que leur pétrochimie aurait pu ou aurait dû se développer davantage, et attirer un nombre plus élevé d’investisseurs, étrangers en particulier, compte tenu notamment de ces divers facteurs positifs énoncés. Alors que l’ensemble de la pétrochimie mexicaine occupe effectivement le 15ème rang mondial, elle occupe la l0ème position dans le classement théorique international, en termes d’avantages comparatifs.

22Le cas de l’orthoxylène illustre une situation générale marquée par deux caractéristiques :

  1. Un territoire PEMEX différent du territoire du secteur privé
  2. Une concentration des installations de la pétrochimie secondaire dans la région de Mexico (>50 %).

23Ces deux éléments convergent dans une étrange désaffection relative des industries d’aval dans la zone du Golfe du Mexique, où la concentration des gisements et des activités d’amont aurait semble-t-il justifié techniquement leur implantation préférentielle.

24Il est certes normal que la primauté du marché de consommation de la capitale ait contribué, pour certaines fabrications plus proches du produit fini, à contrebalancer cet effet de filière amont.

25Mais un tel déséquilibre est excessif. Il a fallu que d’autres facteurs interfèrent. En premier lieu le STPRM. Certains entrepreneurs l’avouent en privé : un effet répulsif important a été induit par la proximité, jugée politiquement et socialement, voire psychologiquement, dangereuse du syndicat pétrolier omniprésent et omnipuissant dans les régions pétrolières. Un second facteur encore plus paradoxal intervient, avec la dénonciation des graves effets pervers de la réglementation de monopole d’approvisionnement PEMEX, apparemment considérée pourtant comme un avantage comparatif primordial.

26Aux yeux de la plupart des entrepreneurs, le rôle positif de la décote est en effet très diminué, voire annulé par l’effet des retards et des incertitudes de délai sur une saine gestion de l’industrie. A l’époque du “just in time”, on apprécie d’autant mieux la portée de l’argument. Le cercle vicieux, déjà préjudiciable à PEMEX finirait donc par porter ombrage également à l’industrie pétrochimique secondaire, relançant la polémique sur le bien fondé d’une réglementation désormais remise en cause des deux côtés de la frontière.

Le premier pas vers un nouveau modèle

27Le mois d’octobre 1986 voit s’opérer le premier recul effectif face aux sacro-saints principes issus de la nationalisation de 1938 : sur 70 produits pétrochimiques jusqu’à lors enregistrés comme stratégiques et confiés au monopole de PEMEX, 36 sont désormais déclassés et peuvent être produits librement par le secteur privé.

28Cette petite révolution - d’ailleurs curieusement peu mise en valeur par les médias - se trouve rapidement complétée par une série de mesures abolissant le monopole d’approvisionnement dévolu à PEMEX et effaçant peu à peu les formes de “mexicanisation” obligatoire du capital de la pétrochimie d’aval. Au delà du contexte général de “néo-libéralisme” de l’époque, marqué par l’entrée du Mexique dans le GATT, deux arguments particuliers justifient pour les responsables, et en particulier les experts des commissions de la SEMIP, cette avancée novatrice vers la dérégulation et la dénationalisation, dans la citadelle réputée imprenable de l’étatisation institutionnelle :

  1. La confirmation de la pétrochimie comme secteur prioritaire, en fonction de ses résultats (c’est, en dehors des maquilas, le secteur qui a le mieux résisté à la crise), en fonction d’une double utilité comme moteur de l’économie rurale et industrielle et comme instrument privilégié des transferts de technologie.
  2. _ La nécessité financière de pallier l’insuffisante disponibilité en capitaux de l’Etat, incapable d’assurer seul les investissements du secteur, tout en soulageant une trésorerie PEMEX trop sollicitée : “Le gouvernement fédéral manque de ressources pour investir au niveau souhaitable dans l’industrie pétrolière”. F. Rojas, Directeur de PEMEX.23/2/89.

29Quant aux entrepreneurs, mexicains et surtout étrangers, il suffit de citer deux chiffres pour évaluer leur position par rapport à ces mesures :

  • jusqu’en 1986 la valeur moyenne des investissements dans la pétrochimie privée se situe à 40 M$.
  • En 1987 cette valeur atteint 700 M$.

30Ce premier pas signifie-t-il, à terme, la fin de l’expérience originale de frontière horizontale entre les deux pétrochimies ?

La révolution technologique

31L’industrie pétrochimique n’illustre pas seulement la nouvelle politique mexicaine à l’égard des investissements étrangers. Dans le cadre des mutations profondes liées à la logique de modernisation de l’appareil productif mexicain, elle est également représentative des efforts en matière de technologie. Et d’abord de la nécessité de ces efforts : le Mexique ne compte que 300 chercheurs pour toute l’industrie chimique.et le système éducatif ne forme que 50 ingénieurs chimistes et 4 docteurs par an. Alors que les besoins du secteur en sortie de 3ème cycle s’élèvent à 1500 par an, l’enseignement mexicain ne fournit que 600 diplômés.

32Le décalage technologique, comme le décalage financier, ne peut donc se rattraper sans apport extérieur. D’autant plus que les retards accumulés sont importants. L’investissement technologique dans l’industrie mexicaine ne représente que 0,2 % du PIB Dans la pétrochimie, il atteint bien 1 %, mais ce chiffre apparemment favorable doit être opposé aux 3 % des pays industrialisés.

33Le terme de “globalisation”, systématiquement employé depuis deux ans, dans tous les discours et les plans de développement de l’industrie en général, et de la pétrochimie en particulier, traduit bien, à partir de cette accumulation de handicaps, la nécessité d’une refonte globale de l’appareil productif, dans sa finalité, comme dans ses moyens, dans un état d’esprit d’ouverture, en totale réaction avec les idéologies nationalistes longtemps hégémoniques. Face à l’étroitesse des marchés intérieurs, l’objectif désormais est l’exportation : “L’unique alternative pour la chimie mexicaine est l’intégration dans les flux commerciaux internationaux, ce qui exige le niveau de compétitivité le plus élevé. ” (S Hiriart, Ministre des mines et de l’énergie. Août 1990).

34La révolution technologique n’est donc qu’un élément à l’intérieur de toute une stratégie articulée sur la recherche de la productivité et de la compétitivité et orientée vers l’exportation. Ce qui n’empêche pas qu’elle demeure un élément décisif, a fortiori dans le contexte de la pétrochimie où la matière première n’intervient que pour 1 à 5 % du coût final, tandis que les coûts technologiques dépassent 15 %. L’exemple du groupe CYDSA (Celulosa y derivados) est révélateur. Par sa réussite, avec 142 M$ d’exportations pour 9000 emplois. Par les moyens de sa réussite, dans la mesure où le groupe chimique et pétrochimique, en 1945 à Monterrey à l’initiative des capitaux locaux de la famille Garza Sada, a su développer une politique précoce de transfert technologique, en utilisant trois moyens :

  1. L’incorporation de procédés et savoir-faire ou recherches. déjà opérationnels, grâce à l’achat de petites ou moyennes entreprises.
  2. L’achat de technologies étrangères, américaine, européenne ou japonaise, auprès de Bayer essentiellement, mais aussi de Rhône-Poulenc, Mitsubishi, Uniroyal, Goodrich, Milprint, British Cellophane, Allied Signal, Crysel…, en particulier à travers des opérations de joint-venture, dans lesquelles la société mexicaine conserve la majorité.
  3. Le développement ensuite, et seulement ensuite de technologies propres, à partir de ses équipes de recherche - développement préalablement rodées, vers des améliorations, des innovations aval ou amont ou la mise au point de voies parallèles.

35Il est d’ailleurs intéressant d’observer que l’idée de globalisation était déjà présente, puisque cette démarche technologique est inséparable d’une recherche immédiate de la dimension critique, recherche apparaissant dans les choix de partenaires leaders dans le marché (BF Goodrich, Bayer…) et dans la taille des usines de plus en plus calibrées à l’échelle internationale. Ainsi le complexe de production CYDSA d’acrylique à El Salto (Jalisco) est-il le plus important d’Amérique latine et le 10ème à l’échelle mondiale. Elle est indissociable aussi d’une ouverture vers les autres partenaires privés et d’une prise en charge autonome, suppléant l’assistance étatique, comme en témoigne, l’association avec d’autres industriels de la pétrochimie, pour développer un terminal maritime performant à Altamira.

36La même démarche s’observe d’ailleurs pour les autres “grands” de la pétrochimie mexicaine, Celanese ou Resistol, avec toutefois un rapport de force inversé dans le partenariat, ou avec Polimeros, San Martin Texmellucan, intéressante association entre pétroliers français (Elf), chimistes allemands, et banquiers mexicains et internationaux.

37Ce dynamisme des entreprises se reflète dans les résultats de l’ensemble. La pétrochimie mexicaine du secteur privé exporte 30 % de sa production et dispose de 50 % de sa capacité pour l’extérieur. Ainsi la branche “polystyrène” exporte 50 % de sa production et possède 10 % des parts du marché international. La branche fibres “acryliques” exporte 30 % et occupe 10 % du marché. Les produits mexicains coûtent 13 % de moins sur le marché nord-américain que les fabrications locales. La branche “PVC” exporte 50 % et contribue à 15 % des échanges internationaux. Le Mexique est le 6ème exportateur mondial de PVC.

38Le succès de cette évolution concerne le secteur privé. Pour assurer une réussite globale de la pétrochimie, il fallait donc s’attaquer au problème de l’industrie d’Etat en amont, sur la pétrochimie de base, dévolue constitutionnellement au monopole de PEMEX. Non seulement pour pallier les retards accumulés par ce secteur, mais pour briser le dernier verrou capable de limiter l’expansion. Il fallait éliminer la “frontière” entre les deux pétrochimies, obstacle à la dernière “globalisation”, celle de la branche par l’intégration technique - verticale - des filières.

39C’est ainsi qu’aux mesures de 1986 s’ajoutent celles d’août 1989 qui ne laissent plus dans un cadre réglementaire que 20 produits pétrochimiques de base conservés en monopole de Pemex et 66 produits pétrochimiques secondaires assujettis à un permis officiel, 100 autres produits devenant totalement libres. Autre changement significatif : le délai de 45 jours imparti à la Commission Nationale de Pétrochimie pour décider sur les permis, faute de quoi l’autorisation sera implicitement considérée comme octroyée.

40De même, le projet de filiation de la Pétrochimie Pemex va dans le même sens de globalisation, en facilitant la coordination future des filières, entre pétrochimie de base et secondaire. Déjà le changement s’est fait sentir puisque pour la première fois en 1989, PEMEX aura respecté à 100 % ses contrats d’approvisionnement destinés à la pétrochimie secondaire.

41Cette “frontière” avait ses avantages, en particulier par la garantie de fournitures à bas prix pour le secteur privé, instituant donc un avantage comparatif significatif par le différentiel de prix atteignant jusqu’à 30 %.

42Mais, aux yeux des entrepreneurs, les inconvénients issus des retards ou des déficits de qualité induits par le monopole d’approvisionnement PEMEX, y compris sur les importations, l’emportaient largement. Non seulement parce que la flexibilité est pour eux un concept primordial, mais parce que le couplage obligatoire de leur filière au type de produit de base fourni par PEMEX, empêchait le développement éventuel de “routes” technologiques plus performantes, à partir d’autres intrants.

43On retrouve, là encore, trace de l’imbrication entre la technologie et les autres composantes industrielles, mais aussi économiques et politiques, puisqu’il faudrait aussi prendre en compte les priorités dans le système éducatif.

44En conclusion, l’exemple de la pétrochimie permet de dégager un certain nombre d’éléments significatifs de la problématique de développement industriel du Mexique (investissements étrangers, technologie, stratégies etc..)

45A) sur le plan des stratégies et des investissements :

  1. contradiction entre les logiques de développement et d’indépendance.
  2. opposition entre la logique socialiste - ou révolutionnaire - et nationaliste, traditionnellement primordiale au nom des aspects “miniers” de l’industrie pétrolière ; et la logique capitaliste, pragmatique et ouverte, de plus en plus tournée vers l’exemple des Nouveaux Pays Industrialisés d’Asie.
  3. Le seul terrain d’accord évident entre les deux filières concerne les problèmes régionaux et écologiques, traités avec un égal mépris.
  4. Le problème de la “frontière” et de son évolution entraine la recherche vers l’étude des territoires et des conflits entre décideurs. Dans le cas présent, on voit 4 forces principales jouer de leur influence, à travers les aleas de la conjoncture :
    • La “vieille Garde” farouchement nationaliste, présente dans le syndicat pétrolier, dans la technostructure PEMEX, dans les sphères politiques du PRI et même de l’opposition de gauche.
    • Les “modernistes” de PEMEX, de l’administration publique, du PRI, plus ou moins liés idéologiquement, socialement ou financièrement à l’initiative privée ou à l’étranger.
    • Le patronat, et en particulier le dynamique groupement des entrepreneurs de la chimie, pour une fois conséquent avec ses options politiques libérales, qui a non seulement accepté, mais revendiqué l’abolition du monopole d’approvisionnement de PEMEX, préférant l’autonomie et la flexibilité à un avantage statutaire, et peut-être aussi négligeant d’éventuels inconvénients ponctuels face aux perspectives plus lointaines que la petite brêche sur la pétrochimie peut laisser entrevoir.
    • Les Etats-Unis, enfin, apparemment exclus du jeu depuis 1938 et réticents à y rentrer même marginalement, puisque leur domination générale dans les investissements étrangers au Mexique est loin d’être aussi nette dans le secteur chimique (face aux européens), mais qui ont pu, à l’occasion des négociations sur la dette extérieure et sur le GATT, exercer des pressions dans le sens de l’ouverture, préparant leur retour en puissance sur le secteur.
  5. Une interrogation se fait jour quant à l’attitude des investisseurs privés mexicains et étrangers, encore plus actifs, en dépit de la diminution de l’avantage comparatif des fournitures PEMEX. Certes leur position correspond largement à une substitution par d’autres avantages. Ceux-ci suffisent-ils à tout expliquer ? Ne faut-il pas voir aussi l’effet d’une nouvelle division internationale dans la pétrochimie, prenant plus en compte les risques écologiques, et privilégiant - à côté d’autres éléments comme la matière première et l’emploi - la localisation dans les pays en voie de développement, où la réglementation en ce domaine, ou son application “flexible”, modère les surcoûts additionnels inhérents aux procédures de protection de l’environnement ?
  6. Une comparaison avec d’autres pays, avec le Venezuela en particulier s’impose pour justement mieux situer la spécificité mexicaine ou dégager des leçons d’autres expériences.

46Mais, dans cet ordre d’idée, une observation s’impose, comme en négatif : l’absence, à travers cette étude, de l’Amérique Latine. Entre capital national et transnationales, entre politique nationaliste et ouverture sur le monde, aucune notion d’intégration régionale, ou de coopération privilégiée latino-américaine, n’est apparue. Les ultimes évolutions politiques et économiques semblent vouloir pallier cette lacune. Mais il est trop tôt pour en analyser l’importance réelle. Et en particulier pour confirmer qu’un investissement latino-américain puisse être désormais considéré, - en attendant mieux ? – comme ”moins étranger” que d’autres.

47Cette remarque pose en fait plus globalement, la question de la discrimination entre les investissements étrangers, et en particulier entre les nords-américains et les autres, et donc le problème de la diversification, considérée comme un des moyens de limiter les risques éventuels. L’évolution de la pétrochimie semble aller dans ce sens, notamment avec certaines approches japonaises.

48Mais la plus grande leçon à tirer, la plus grande révolution perceptible à travers la pétrochimie, dans la problématique des investissements, n’est-elle pas psychologique ? Car il semble bien, au moins dans le cas de la pétrochimie, qu’aux yeux des dirigeants actuels un investissement étranger ne soit plus considéré d’abord comme étranger, mais comme investissement… Il semble que le cheminement soit identique pour la technologie. Comme le rappelle Schumpeter : ”l’innovation technique n’est pas la seule voie menant à l’innovation…”

Notes

1 Ce texte constitue un résumé, plus spécialement focalisé sur les aspects investissements, de divers travaux de l’auteur, dans le cadre d’une thèse sur “l’impact des activités pétrolières sur le développement national, régional et local du Mexique”. Diverses publications partielles sur le thème de la pétrochimie ont déjà été effectuées par l’auteur. En particulier dans les “Problèmes d’Amerique Latine”. Documentation française .Paris./et “Documents de recherche” IHEAL. 1989. Paris.
Il a été complété ou actualisé à partir de :
Arturo Marquez Morales.- La industria petroquínica en México, mimeo, 1989, cité par Ignacio Gomez Ereyna, El Cotidiano, n°29, juin 1989, UAM, México.

2 D. Ramousse.-L’industrie pétrochimique du Venezuela.- IHEAL, 1989, Paris. (Documents de recherche).

3 Guillermo Lopez Mellado (Celanese).- Mercado interno ; problemática actual de la petroquímica. In : XX foro de la industria quimica..Ed 1988.- ANIQ, Mexico, 1989, pp 133-155.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540