Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

La “maquiladorisation” de l’industrie mexicaine

Michel Husson

Texte intégral

1Ce travail analyse la croissance des exportations industrielles mexicaines depuis 1983-1984 et met en lumière ses principales caractéristiques. Il propose une lecture des traits majeurs du modèle de croissance qui sous-tend ce dynamisme récent et cherche à mettre en évidence le caractère désarticulé et dominé de cette industrialisation tardive.

Le boom des exportations industrielles

2Les exportations industrielles mexicaines ont connu en peu d’années un essor impressionnant : de 3 à 4 milliards de dollars au début des années 80, elles ont atteint 13 milliards de dollars en 1989. Si on y ajoute les exportations de l’industrie maquiladora, qui correspondent pour l’essentiel à des produits industriels, on obtient un montant de 16 milliards de dollars.

3La structure des exportations mexicaines a été profondément transformée : par rapport à l’ensemble des exportations de biens et de services, la part de l’industrie (y compris maquiladora) est passée de 21 à 49 % entre 1980 et 1989. Le recul relatif des exportations pétrolières depuis le contre-choc de 1986 n’explique qu’en partie cette progression : si en effet on rapporte les exportations industrielles au total des exportations non pétrolières, on obtient une progression du ratio de 38 à 63 % sur la période (voir Tableau 1).

Tableau 1 : Exportations 1980-1989

Tableau 1 : Exportations 1980-1989

Données en millions de dollars
Sources : INEGL Banco de México
AGRO Exportations agricoles
PETRO Exportations pétrolières
MANU Exportations manufacturières
MAQ Exportations industrie maquiladora
IND Exportations industrielles y-compris maquiladora
SERV Exportations de services
TOTAL Exportations totales de biens et services
P1 IND en % de TOTAL
P2 IND en % de TOTAL hors PETRO
PROG Taux de croissance annuel de IND en volume

4En huit ans, le montant total des exportations manufacturières a donc été multiplié par près de 3,5 et son volume, mesuré à prix constants de 1980, a triplé. Plus des deux tiers de cette progression renvoient aux performances de deux grands secteurs, biens d’équipement et chimie. A l’intérieur des biens d’équipement, l’industrie automobile rend compte à elle seule du tiers de la progression totale des exportations

5La valeur ajoutée totale de l’industrie maquiladora a progressé en moyenne de 17 % l’an entre 1981 et 1988. Si son poids par rapport à un PIB stagnant a augmenté, ses recettes ont progressé à un rythme comparable à celui des exportations industrielles : les maquilas réalisent entre 18 à 20 % des exportations industrielles sur l’ensemble de la période. Une même similitude entre maquilas et industrie d’exportation se retrouve si l’on compare les profils sectoriels, concentrés dans les deux cas sur l’automobile et les industries d’équipement. La progression des effectifs est elle aussi spectaculaire, puisqu’ils passent de 130 000 en 1981 à 440 000 en 1989, dans un contexte de stagnation au niveau national : sur 100 emplois “formels” créés au cours de cette période, 45 l’ont ainsi été dans les maquilas.

L’articulation avec la politique du change

6L’un des problèmes de cohérence qui se pose à la mise en place de la fixation du taux de change. Cette priorité devrait logiquement s’accompagner d’une politique de sous-évaluation du peso, de manière à stimuler ces exportations. En fait, le gouvernement a choisi depuis environ deux à trois ans une politique inverse qui tend au contraire à surévaluer le peso. Ce tournant est à notre sens essentiellement technique : il s’agit d’un arbitrage prenant en compte les coûts et les avantages d’un change fort sur l’ensemble des objectifs de la politique économique. Sans entrer dans le détail de l’analyse (Husson 1989), il convient ici de voir si cette politique a eu un effet sensible sur le développement des exportations industrielles. La réponse est simple : l’effet défavorable du taux de change sur la compétitivité-prix des exportations industrielles a été compensé par une réduction de la marge des exportateurs. Ces derniers, après avoir pleinement profité de la dévaluation de 1985-86, ont laissé filer leur marge relative à l’export, qui se maintient cependant à un niveau supérieur à celui qui prévalait en 1980, et le résultat est que la compétitivité-prix n’a quasiment pas reculé. A moyen terme, la politique de change n’a donc pas conduit à une perte de compétitivité : l’avantage relatif acquis grâce aux grandes et petites dévaluations de la période 1982-1985 n’a pas été effacé.

7C’est du côté des importations, particulièrement sensibles aux rapports de prix, que l’on enregistre l’impact principal de la politique de change. Certes, la progression très rapide des importations de biens et services (18 milliards de dollars en 1987, 25 en 1988 et 32 en 1989 !) renvoie en partie à un effet d’ouverture des frontières. Mais le graphique 1 illustre le lien étroit qui existe entre taux de pénétration des importations sur le marché intérieur et taux de change réel. Une estimation économétrique conduit à évaluer à près de 9 milliards de dollars d’importations supplémentaires l’impact de la réévaluation du peso, soit une perte nette de devises équivalant à une année de paiements d’intérêts de la dette. Tel est le coût considérable de la réussite en matière d’inflation.

8Si l’impact de la politique de change sur les exportations industrielles a été à peu près complètement amorti par le comportement de marge à l’exportation, il reste à rendre compte d’un certain fléchissement de leur progression. Le volume des exportations industrielles a en effet connu une progression de 6 % en 1989, contre une moyenne de 19 % sur les trois années précédentes. Or ni les prix relatifs, ni l’évolution de la demande des Etats-Unis ne peuvent rendre compte de telles fluctuations.

9L’explication doit être recherchée du côté d’une autre caractéristique essentielle des exportations industrielles mexicaines, à savoir leur sensibilité à l’évolution du marché intérieur. On peut en effet vérifier qu’il existe une relation inverse à peu près parfaite entre élasticité des exportations industrielles (par rapport à la demande des Etats-Unis) et taille du marché intérieur. Beaucoup des exportations concernées sont en effet des biens intermédiaires (acier, verre, ciment) : toutes choses égales par ailleurs, on exporte d’autant plus de ces produits que le marché intérieur est peu dynamique. Le ralentissement constaté dans la progression des exportations renvoie donc principalement à la reprise du marché intérieur en 1988 et 1989.

Le rôle des multinationales

10Une dernière grille de lecture doit enfin être appliquée, faisant intervenir la structure du capital selon les formes de propriété. En utilisant la décomposition classique entre capital public, capital privé national, et capital étranger, on peut construire, grâce aux précieuses données fournies par Rojas Nieto [1989] une ventilation des exportations non pétrolières selon ces trois formes de capital. Le Tableau 2 fait apparaître plusieurs résultats importants.

11Le capital public voit ses exportations stagner en dollars, ce qui représente un recul en volume : une telle évolution mesure le désengagement de l’Etat des secteurs (autres que le pétrole) où il pouvait intervenir, ainsi que leur faible dynamisme. Le capital privé national participe à l’essor des exportations, mais un peu moins que l’ensemble. Finalement, le résultat le plus frappant est le poids du secteur où intervient l’investissement direct étranger, puisqu’il contribue pour les trois quarts au supplément d’exportations entre 1982 et 1988. Alors que le capital étranger ne réalisait que 23 % des exportations non pétrolières en 1982, sa part atteint 56 % en 1988. Il s’agit là d’une évolution rapide et profonde, qui correspond à la présence des multinationales dans les secteurs les plus dynamiques.

Tableau 2. Structures selon les formes de capital des exportations non pétrolières 1982-1988

Tableau 2. Structures selon les formes de capital des exportations non pétrolières 1982-1988

Données en millions de dollars
Sources : INEGI, Rojas Nieto [1989]
(1) X82 Exportations non pétrolières 1982
(2) X88 Exportations non pétrolières 1988
(3) PROG Indice de progression relative (2) (1)
(4) PROG Variation absolue (2)-(1)
(5) CONTR Contribution à la variation absolue

12La part des exportations réalisées par les entreprises multinationales avoisine les 100 % dans l’industrie automobile, atteint 93 % pour l’optique-photographie, 75 % pour la chimie. Ces exportations sont concentrées dans les secteurs les plus dynamiques entre un nombre réduit de groupes. Ainsi, dans le secteur des moteurs pour automobiles, 93 % des exportations sont réalisées en 1987 par General Motors, Chrysler, Ford, Volkswagen et Renault ; de la même façon, IBM et Hewlett-Packard réalisent 80 % des exportations de matériel informatique (Unger et Saldaña, 1989).

13Le secteur public concentre ses exportations (hors pétrole brut) dans la sidérurgie, et surtout dans la pétrochimie qui représentait en 1985 environ 70 % des exportations manufacturières. Leur stagnation montre que la politique industrielle suivie par le gouvernement mexicain a été incapable de donner à l’industrie pétro-chimique nationalisée un essor suffisant. Dans ce secteur aussi, les multinationales réalisent une percée, avec 40 % des exportations en 1987, alors que leur présence était nulle en 1981 (Gitli et Rocha, 1989).

14Enfin le capital privé national, qui en 1988 réalise environ 30 % des exportations hors pétrole brut (contre 38 % en 1982) est plus particulièrement présent dans les rares biens de consommation dynamiques (brasseries), mais surtout dans les biens intermédiaires (verre, ciment, sidérurgie, chlorure de polyvinyle). C’est dans ces domaines qu’interviennent des groupes importants comme Alfa et Vitro, ce dernier s’étant récemment permis le luxe de racheter l’Anchor Glass Container Corporation, aux Etats-Unis.

15Mais le graphique 2 ci-dessous révèle une autre caractéristique importante de cette fraction du capital industriel. La courbe de ses exportations enregistre en effet de significatives oscillations, à la différence de celle des multinationales qui croît uniformément, et de celle du secteur public qui reste à peu près plate. Or, il est facile de voir que ces fluctuations correspondent, en sens inverse, à celle du marché intérieur. La sensibilité des exportations à la demande intérieure est donc imputable, pour l’essentiel, au capital privé national, dont on voit apparaître ici la logique spécifique, différente de celle des multinationales.

Quel modèle de croissance ?

16La politique suivie par le gouvernement depuis environ cinq ans obéit à un projet dont la cohérence économique est relativement forte. Il s’agit de remplacer le modèle de substitution d’importations qui avait sous-tendu la réussite du “miracle” mexicain par un nouveau modèle d’accumulation que l’on peut qualifier avec Valenzuela [1986] de “secondaire-exportateur”. Pour reprendre la présentation succincte qui avait pu en être donnée il y a quelques années (Durand 1987), les principaux instruments de cette politique pouvaient être ainsi énumérés :

  • “Dévaluation et maintien délibéré d’une sous-évaluation du peso.
  • Respect sourcilleux des engagements liés à la dette.
  • Suppression progressive des subventions et hausses des tarifs publics.
  • Ventes d’entreprises du secteur public.
  • Libération du commerce extérieur et entrée dans le GATT.
  • Non-soutien de l’Etat aux entreprises en difficulté.
  • Portes ouvertes aux investissements étrangers.
  • Programme d’encouragement aux exportations.
  • Politique fiscale favorable aux entreprises. ”

17Mis à part le premier point, qui a été traité plus haut, ce sont bien les axes qui ont été suivis avec détermination par le gouvernement mexicain. L’entrée dans le GATT, la libération unilatérale de la réglementation des échanges, les initiatives mexicaines en vue de la constitution d’une zone de libre-échange avec les Etats-Unis, toutes ces mesures s’inscrivent dans une démarche cohérente.

L’irrésistible force d’attraction des bas salaires

18Les bons résultats à l’exportation reposent pour l’essentiel sur la faiblesse des salaires mexicains. L’industrie maquiladora, en particulier, a été l’objet de nombreuses études qui, toutes, mettent l’accent sur des disparités de salaires considérables. Cependant l’éventail des salaires mexicains est tellement ouvert que l’on obtient des résultats assez différents selon le point de référence (voir Tableau 3). Il s’agit d’ordres de grandeur, le rapprochement de sources diverses étant toujours difficiles, d’autant plus que le rapport entre salaires mexicains et américains dépend aussi des fluctuations du taux de change réel. De ce point de vue la politique récente de surévaluation du peso tend à relever le coût comparé de la main d’oeuvre mexicaine.

Tableau 3 : Salaires mexicains 1989 exprimés en nombre de salaires moyens US

Tableau 3 : Salaires mexicains 1989 exprimés en nombre de salaires moyens US

Sources : INEGI, Wharton

19Mais le niveau du salaire doit encore être rapporté aux différences de productivité. Là encore, les comparaisons sont difficiles, mais on peut cependant utiliser les calculs proposés par Velasco Arregui [1990]. A partir de données portant sur l’industrie, ce dernier montre que le rapport entre la productivité par tête aux Etats-Unis et au Mexique était de l’ordre de 3,5 au début des années 70, et de 3,9 au milieu des années 80. La différence se creuse lentement, et cela signifie donc que l’industrie mexicaine dans son ensemble ne saurait être compétitive en deçà d’un rapport de salaire de 1 à 4. Or, dans l’ensemble de l’industrie, ce rapport est de 1 à 5, et la marge de compétitivité est donc finalement plus étroite qu’il n’y paraît.

20Ce constat permet de mieux comprendre pourquoi l’écart de salaires entre industrie maquiladora et industrie du centre est si marqué, et pourquoi il doit être maintenu. La très précise étude d’Arteaga [1985] montre que les niveaux de salaires dans l’automobile sont inversement proportionnels à l’âge des installations. Dans les usines du “premier cercle” (primer núcleo) c’est-à-dire celles du District Fédéral, le salaire moyen était en 1986 de 3 834 pesos. Dans les usines du second cercle, situées autour de la capitale (Ford de Cuautitlán, General Motors de Toluca, Volkswagen de Puebla.etc.) il atteignait 3 183 pesos. Mais dans les usines les plus modernes du “troisième cercle” implantées dans les années 80 et souvent situées dans les états du Centre et du Nord (Ford de Chihuahua et Hermosillo, Nissan d’Aguascalientes, etc.), le salaire moyen était, avec 2 225 pesos, inférieur de plus de 40 % à celui des usines de la capitale. Autrement dit, les innovations technologiques et l’orientation vers l’exportation vont de pair avec des salaires inférieurs par rapport aux noyaux d’industrialisation ancienne.

Un marché intérieur déprimé

21L’une des principales caractéristiques de ce mode de croissance est le développement inégal de l’industrie mexicaine ; alors que le volume des exportations était multiplié par 3 entre 1980 et 1989, le marché intérieur a stagné : en 1989, il dépasse à peine son niveau de 1980. Cette évolution implique que de nombreux secteurs industriels tournés vers le marché intérieur ont vu leurs débouchés stagner, et sont d’autant plus menacées que l’ouverture des frontières les frappe de plein fouet, avec l’arrivée massive de produits plus compétitifs, de meilleure qualité, ou en tout cas plus attractifs. Ainsi, en huit ans, les ventes de voitures sur le marché intérieur ont baissé d’un tiers et la progression globale s’explique exclusivement par l’essor spectaculaire des exportations.

Un “fordisme” restreint

22Devant la chute du salaire minimum, beaucoup d’économistes mexicains ont récemment mis en avant un argumentaire nouveau selon lequel l’évolution du salaire minimum n’aurait plus grande importance, dans la mesure où elle n’aurait qu’un faible impact sur l’ensemble des salaires. On peut évidemment rétorquer que, dans ces conditions, il devrait être peu coûteux économiquement, et de surcroît payant politiquement, de l’augmenter. Mais une réponse plus précise est fournie par l’examen du graphique 3, on ne peut plus explicite. D’un côté, le secteur qui fait l’objet de la modernisation, industrie et maquila, enregistre un maintien du salaire réel entre 1984 et 1989, avec un mouvement de hausse qui s’amorce en 1989, sans pour autant permettre de retrouver les niveaux atteints au début des années 80. Dans les secteurs laissés pour compte de la modernisation, c’est-à-dire, pour simplifier, le hors-industrie, la perte de pouvoir d’achat continue de manière régulière dans le temps : elle est de 45 % par rapport au maximum de 1981, de 30 % depuis les lendemains du choc financier de 1982-83. Et le salaire minimum continue à être un bon indicateur de l’évolution du salaire moyen des secteurs non industriels, qui rassemblent 89 % des effectifs salariés.

23Si l’on considère l’évolution relative de la productivité du travail dans ces deux secteurs de l’économie, le constat est tout aussi parlant. C’est donc la stagnation de la productivité dans les secteurs non industriels qui constitue l’obstacle majeur à l’extension à l’ensemble de la société de processus fordistes qui doivent au contraire être contenus à l’intérieur des limites du secteur modernisé tourné vers l’exportation, et ne concernent par conséquent qu’une partie relativement étroite de l’économie, qui réalise 22 % du PIB, avec 11 % de la main d’œuvre.

Une industrialisation de sous-traitance

24Même compte tenu de ce qui précède, on ne voit pas a priori pourquoi la mise en avant des avantages comparatifs du Mexique ne pourrait pas déboucher à terme vers une extension progressive à l’ensemble de l’économie, et par la maîtrise de segments à haute technologie permettant une transcroissance de la compétitivité-prix vers une compétitivité plus structurelle, pour reprendre le terme de Chesnais. Une première indication, empirique, est fournie par l’évolution de l’investissement international direct qui n’a connu qu’une croissance relativement modérée. Pourtant tout a été fait pour l’attirer au Mexique : la législation sur l’investissement a été peu à peu démantelée, la politique de change fort s’est accompagnée d’une montée très rapide des taux d’intérêt réels (qui restent aujourd’hui à des niveaux tout-à-fait attractifs), des entreprises ont été mises en vente, et toutes les garanties politiques données. Certes, l’investissement étranger qui était redescendu à 500 millions de dollars par an a connu une vive croissance, qui l’a amené à une entrée record de 3 milliards de dollars en 1987. Mais cette progression correspond à la possibilité de convertir des dettes en fonds propres, qui ont “représenté 1 097,1 millions de dollars en 1986 et 1 847,6 millions de dollars en 1987” (Peres Nuñez 1990). Immédiatement après la suspension du mécanisme, le flux est redescendu en-dessous de la barre des 2,5 milliards de dollars. Dans le même temps, le mouvement de retour des capitaux flottants, attirés par les taux d’intérêts, s’inversait, et une nouvelle tendance à la sortie des capitaux se fait de nouveau sentir en 1990.

25Tout le problème est ici de comprendre pourquoi les investisseurs internationaux ne se ruent pas sur le Mexique. La raison tient à la forme même que prend cet investissement depuis une dizaine d’année : les mutations technologiques, de même que les formes d’organisation du travail, tendent à relativiser fortement l’argument du coût salarial. Tous les segments productifs ne sont pas susceptibles de délocalisation. Pour ces raisons plus largement développées ailleurs (Mouhoud 1989, Chesnais 1990), il serait naïf de la part des autorités mexicaines de penser que l’ouverture des frontières va en soi susciter des transferts de technologie permettant à l’industrie mexicaine de “remonter la filière” à la manière de la Corée du Sud.

26Outre l’argument technologique, on doit insister sur le fait que l’industrie mexicaine ne bénéficie pas d’une articulation dynamique entre capital transnational et capital local, entre exportations et marché intérieur. On a vu comment, au lieu de croître de concert, les exportations des firmes mexicaines restent concentrées sur les biens intermédiaires standardisés, où l’introduction des nouvelles technologies ne peut être que marginale (verre, ciment, sidérurgie, chimie) tandis que les exportations les plus dynamiques sont entièrement soumises à la logique des multinationales, et ne peuvent du coup venir irriguer un marché intérieur stagnant. Le contre-exemple coréen montre ce qui manque à l’industrie mexicaine pour reproduire son expérience : en Corée, l’Etat a joué un rôle-clé, en imposant un programme à moyen terme aux industries nationales, et en instituant des politiques de prix, de crédit, de contrôle des importations, cohérentes avec les objectifs de ce programme. Le Mexique fait l’inverse : les frontières sont largement ouvertes, et la fixation des prix relatifs confiée au jeu du marché. Quant au patronat local, toute la politique du gouvernement tend à le rassurer et à le séduire par de multiples concessions (ou au contraire à s’en débarrasser au moyen de la concurrence des produits étrangers) plutôt que de l’organiser. La politique d’assainissement des finances publiques tend par ailleurs à sacrifier l’investissement public et les infrastructures.

27La voie coréenne a fondamentalement reposé sur une progression impressionnante de la productivité et d’une modernisation “par apprentissage” plutôt que “par innovation” (Amsden 1990). Un cercle vertueux s’est enclenché, combinant l’appropriation progressive des technologies modernes, la remontée de la filière, l’essor des exportations, les progrès de la productivité, puis la progression du salaire et le dynamisme du marché intérieur. De ce point de vue l’espace socio-économique mexicain apparaît en voie de dissociation croissante : il n’existe aucun processus de diffusion à l’ensemble de la société des dividendes du boom des exportations, et cette déconnexion entre les “deux Mexique” apparaît au contraire comme la condition même de pérennité des succès enregistrés.

28Le mouvement d’intégration avec l’économie des Etats-Unis peut certes se poursuivre dans la mesure où il existe un créneau où les avantages relatifs du Mexique peuvent jouer à plein. Cependant ce processus ne semble pas devoir déboucher vers une homogénéisation progressive des deux économies, mais plutôt sur une dissociation accrue de l’économie mexicaine entre la partie qui peut trouver des modalités durables d’articulation avec les Etats-Unis et celle, plus importante, qui doit être tenue à l’écart de ce processus.

29Le processus d’industrialisation tardive qui est à l’oeuvre au Mexique demeure donc un processus désarticulé, dominé et incapable à moyen terme de fournir les bases d’une croissance du marché intérieur. Sa durabilité dépend de facteurs plus politiques tenant à la nécessité pour le gouvernement mexicain de défaire systématiquement l’ensemble du système socio-politique issu de la révolution mexicaine, sans réellement disposer d’un modèle de rechange (Anguiano 1990, Gilly 1990). La situation actuelle peut cependant perdurer, si le gouvernement mexicain réussit à utiliser les marges de manoeuvre dont il peut disposer pour traiter les effets sociaux les plus criants du modèle économique qu’il met en place. Mais une chose est sûre : il n’existe aucune perspective discernable de modernisation intégrale du capitalisme mexicain, assurant une croissance significative du niveau de vie de l’ensemble de la population.

Bibliographie

Bibliographie

- ACEVEDO A. Jorge [1990].- El nuevo papel de México en la región norte-americana : el caso de la industria automotriz In ANGUIANO [1990].

- AMSDEN Alice H. [1990].- Third World Industrialization : “Global Fordism” or a New Model ? New Left Review n°182 Juillet-Août 1990.

- ANGUIANO Arturo (coord.) [1990].- La modernización de México.-UAM-Xochimilco México 1990.

- ANGUIANO Arturo [1990].- Crisis política, modernización y democracia, in ANGUIANO [1990].

- ARTEAGA Arnulfo [1985].-Innovación tecnológica y clase obrera en la industria automotriz In GUTIERREZ GARZA Esthela [1985].

- CHESNAIS François [1990].- Present International Patterns of Foreign Direct Investment : Underlying causes and some implications for Brazil. Papier présenté au Séminaire International “The International Standing of Brazil in the 1990s” Sao Paulo 26-30 Mars 1990.

- DURAND Maxime [1987].- La tourmente mexicaine.-Paris, Ed. La Brèche, 1987.

- GILLY Adolfo [1990].- El régimen mexicano en su dilema.- in ANGUIANO [1990].

- GITLI Eduardo [1987].- Exportaciones manufactureras, fuga hacia adelante.- El Cotidiano n° 20 1987.

- GITLI Eduardo, ROCHA Juan [1989].- La inversión extranjera directa y el modelo exportador mexicano de los ochenta.- in LECHUGA J.-CHAVEZ F. [1989].

- GUTIERREZ GARZA Esthela (coord.) [1985].- Testimonios de la crisis. l. Restructuración productiva y clase obrera.- Ed. Siglo xxi México 1987.

- HUSSON Michel [1989].- La politique économique du gouvernement mexicain.-Problèmes d’Amérique Latine n°92 2ème Trim.1989.

- LECHUGA Jesús, CHAVEZ Fernando (coord.) [1989].- Estancamiento económico y crisis social en México 1983-1988. Tome 1, Economie UAM Azcapotzalco México 1989.

- MOUHOUD El Mouhoub [1989].- Les stratégies de relocalisation des firmes multinationales.- Revue d’Economie Politique n°99 Jan-Fév 1989.

- PEREZ NUNEZ, Wilson.- L’investissement direct international et l’industrialisation mexicaine.- OCDE, Paris, 1990.

- ROJAS NIETO José Antonio [1989].- México : una industria en severa transición.-El Cotidiano n° 31 1989.

- UNGER Kurt, SALDAÑA Luz Consuelo [1989].- Las economías de escala y de alcance en las exportaciones mexicanas más dinámicas.- El Trimestre Económico n° 222 Avril-Juin 1989.

- VALENZUELA FEIJOO José [1986].- El capitalismo mexicano en los ochenta.-Ed. Era México 1986.

- VELASCO ARREGUI Edur [1990].- Desarrollo desigual y combinado de la productividad en las industrias manufactureras de México y Estados Unidos : 1970-1985. In ANGUIANO [1990].

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Exportations 1980-1989
Légende Données en millions de dollarsSources : INEGL Banco de MéxicoAGRO Exportations agricolesPETRO Exportations pétrolièresMANU Exportations manufacturièresMAQ Exportations industrie maquiladoraIND Exportations industrielles y-compris maquiladoraSERV Exportations de servicesTOTAL Exportations totales de biens et servicesP1 IND en % de TOTALP2 IND en % de TOTAL hors PETROPROG Taux de croissance annuel de IND en volume
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau 2. Structures selon les formes de capital des exportations non pétrolières 1982-1988
Légende Données en millions de dollarsSources : INEGI, Rojas Nieto [1989](1) X82 Exportations non pétrolières 1982(2) X88 Exportations non pétrolières 1988(3) PROG Indice de progression relative (2) (1)(4) PROG Variation absolue (2)-(1)(5) CONTR Contribution à la variation absolue
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 3 : Salaires mexicains 1989 exprimés en nombre de salaires moyens US
Légende Sources : INEGI, Wharton
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/924/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/924/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540