Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Les acteurs dans le développement technologique de l’électronique mexicaine

Odile Castel

Texte intégral

1Les années 70 resteront dans l’histoire mexicaine comme les années de modernisation de l’appareil productif national. Cette modernisation s’accompagne de l’éclosion de l’industrie électronique.

2Dans les années quarante et cinquante, les premiers produits de l’électronique sont fabriqués au Mexique. Pendant longtemps cette industrie est restée une industrie de biens de consommation. En 1969 sous la pression des pouvoirs publics, elle commence à fabriquer des équipements de télécommunication. Il faut attendre 1979 pour qu’apparaissent les premiers ordinateurs de fabrication locale, le développement de l’industrie informatique s’accélérant dans les années quatre-vingt. Depuis on assiste au développement de l’industrie mécatronique.

3Jusqu’au début des années soixante-dix, l’électronique bénéficie seulement de la politique de substitution aux importations. A partir de 1971 une série de changements apparaît : les pouvoirs publics créent le Conacyt (Conseil National pour la Science et la Technologie). Telmex (Teléfonos de Mexico) devient une entreprise para-publique. Prenant en compte le caractère stratégique de l’électronique, les pouvoirs publics veulent promouvoir et participer au développement de cette activité. Leur politique consiste à identifier et formuler des projets importants pour son développement. Entre 1979 et 1986 plusieurs programmes furent réalisés par différents ministères : des programmes dans les télécommunications, le programme de développement pour la fabrication de systèmes informatiques, ses modules principaux et ses équipements périphériques et les projets de fabrication de produits de la mécatronique. Le développement qui en résulte est fortement lié au dynamisme des acteurs tant nationaux (Etat, entreprises publiques, firmes nationales) qu’internationaux (filiales de FMN, maquiladoras).

4Si la crise financière de 1982 au Mexique a un impact négatif sur les financements publics au développement technologique, les acteurs n’en continuent pas moins à mener des actions stratégiques qui s’inscrivent dans le long terme. C’est dans ce cadre que nous devons étudier le rôle de l’Etat. Que ce soit par l’intermédiaire des programmes nationaux de développement technologique et du Conacyt ou par l’intermédiaire des entreprises publiques (Telmex, CEE (Commission Fédérale d’Electricité) …), l’Etat mexicain a impulsé le développement technologique national dans l’électronique.

5Mais l’Etat n’est pas le seul acteur à intervenir dans ce domaine, l’action du secteur privé au sens large est loin d’être négligeable. Que ce soit au sein de la Caniece (Chambre Nationale de l’Industrie Electronique et des Communications Electriques) ou par l’action de firmes isolées, le développement technologique est un élément de base dans les stratégies des firmes travaillant au Mexique. Ce développement se réalise principalement par deux moyens : des développements internes propres et/ou des transferts internationaux de technologie. Le rôle des filiales et des maquiladoras semble être extrêmement important.

6Aussi dans quelle mesure peut-on parler de protectionnisme ou d’ouverture face aux nouvelles technologies lorsque le développement technologique résulte tout compte fait d’actions communes d’acteurs nationaux et internationaux ? Nous verrons que les nouvelles technologies de l’électronique par leur diversité et la multiplicité des acteurs concernés au Mexique ne se prêtent pas à une politique globale et indifférenciée de protection ou d’ouverture.

Le rôle de l’Etat

7L’intervention de l’Etat est justifiée quant la rentabilité sociale d’une activité excède sa rentabilité privée ou lorsque par nature l’initiative privée est défaillante. Ce qui est bien le cas pour les activités de recherche. Par ailleurs les bénéfices externes sont si étendus que l’intervention de l’Etat est nécessaire. L’Etat doit financer, animer et promouvoir l’essentiel de l’effort global de R & D (recherche-développement).

8Au Mexique c’est tardivement que les pouvoirs publics ont commencé à se préoccuper du développement technologique. Il faudra attendre 1975 pour qu’ils mettent en place un organisme de promotion des sciences et de la technologie : le Conacyt. En 1983, ils ont établi un programme national de développement technologique et scientifique (Prondetyc) qui a été remplacé en 1990 par le programme national de modernisation industrielle et du commerce extérieur. De plus leurs actions peuvent être indirectes par l’intermédiaire des entreprises para-publiques.

Les actions directes de l’Etat mexicain

  • 1 Documento “Esquema para la formulacíon del plan nacional de ciencia y tecnología” Comercio Exterio (...)
  • 2 Informe Especial II “Políticos y científicos : hablaran el mismo idioma ?” Expansion, décembre 198 (...)

9Jusqu’à la création du Conacyt, les activités scientifiques et technologiques se sont développées de façon désordonnée. Les problèmes venaient d’un double divorce, d’une part entre la production nationale de connaissances scientifiques et celles de la technologie, et d’autre part entre les activités de recherche et les nécessités socio-économiques du pays. De plus si on considère les ressources disponibles pour la science et la technologie, il est clair que le Mexique avait besoin dans ce domaine d’une planification liée à la politique de développement économique. C’est pour cela que dès sa création le Conacyt élabora un plan national pour la science et la technologie pour la période 1975-19801. En 1983 on reconnait les efforts du Conacyt, mais ceux-ci n’ont pas permis une interaction effective de la science avec le reste des activités. Ils ont été dans le meilleur des cas “des développements du système national de science et technologie sans lien avec le système socio-économique mexicain2. Le gouvernement a définit alors le programme national de développement technologique et scientifique.

  • 3 Prondetyc “Programa nacional de desarrollo tecnológico y científico : 1984-1988” Mexique, 1984, pa (...)

10Le Prondetyc doit stimuler les activités de recherche, de développement et d’assimilation de la technologie. L’objectif est d’arriver à un développement technologique propre et soutenu qui permette la croissance de l’efficience, de la compétitivité extérieure et de la productivité de l’industrie nationale3. Dans le Prondetyc la technologie de l’électronique est considérée comme indispensable à la poursuite du développement industriel afin de pouvoir bénéficier au niveau national de la dynamique de l’électronique mondiale. Le Prondetyc pour la première fois pose la technologie comme facteur prioritaire de développement en contraste avec les plans antérieurs.

11En 1989, le secteur industriel dans son ensemble montre un faible développement technologique. L’instabilité financière du pays n’a pas motivé les entreprises à moderniser leurs processus de production et leurs produits. L’industrie nationale en général ne connaissait pas les avantages que pouvait lui procurer le Prondetyc et celui-ci n’a pas réussi à lier la recherche et l’industrie. En 1990 les pouvoirs publics ont donc défini un nouveau programme.

12L’objectif primordial de ce nouveau programme est le suivant : élever la compétitivité internationale de l’industrie. Pour cela le programme espère accélérer le rythme d’innovation et de diffusion des technologies dans les industries du pays et développer leur capacité d’adaptation. La recherche et le développement technologique doivent avoir pour but de résoudre les problèmes concrets des entreprises. Il faut donc rapprocher les centres de recherche des entreprises.

13Pour réaliser ses objectifs le nouveau programme met en place différentes actions : - stimulation de la modernisation technologique par la promotion de rencontres inter-institutionnelles, de foires et d’expositions nationales et internationales, - faciliter les transferts de technologie en éliminant les contrôles excessifs et en permettant l’accès à des technologies qui sont compétitives au niveau mondial, - réaliser la promotion de programmes de collaboration entre les entreprises et les centres de recherche, - impulser l’installation de parcs technologiques dans plusieurs régions du pays, - enfin le programme prévoit la promotion par le ministère du budget d’un traitement fiscal favorable et automatique pour les entreprises qui engagent des frais de développement technologique dans le but d’augmenter leur capacité de production.

14Cependant ce programme comme les programmes précédents reste trop général, il nous faut regarder ce qui se passe effectivement.

  • 4 Castel Odile “L’électronique dans le développement industriel du Mexique”, Thèse de doctorat de l’ (...)
  • 5 Idem Castel Odile page 143.

15Le Conacyt, dont les activités sont orientées vers la réalisation des programmes nationaux, a comme fonction d’élaborer des programmes de recherche scientifique en liaison avec les nécessités du développement économique et social du pays ; de développer et renforcer la recherche fondamentale et appliquée ; de réaliser des contrats de coopération technique avec des institutions étrangères et avec des agences internationales ; enfin de canaliser des ressources additionnelles vers les institutions publiques. Depuis 1984 le Conacyt met l’accent sur les programmes de recherche fondamentale mais dès 1985 les programmes de liaison recherche-industrie bénéficient de 40 % du financement total4. Ces programmes ont connu un accroissement important en nombre de projets et dans le montant de leurs financements. Ce sont les seuls à connaître une croissance entre 1985 et 1986 égale à 20 %5.

  • 6 Banamex “Modernisacíon tecnológica de la industria mexicana”, Examen de la situacíon económica de (...)

16Le Conacyt vient en février 1990 d’établir un programme de technologie industrielle pour la production qui propose d’appuyer les efforts des centres de recherche en coopération avec les entreprises. Il y a déjà 20 entreprises intéressées. Les domaines prioritaires sont les biotechnologies, l’alimentaire, les matériaux, l’électronique numérique, l’informatique et l’écologie. Une des utilisations du programme sera pour les grandes entreprises la possibilité de canaliser des ressources pour aider leurs sous-traitants à améliorer la qualité de leur produit. Les pouvoirs publics propose un schéma de co-financement pour impulser des projets de développement technologique6.

17Le Conacyt recherche effectivement une meilleure relation entre l’industrie et la recherche. Il est le coordinateur de l’exécutif général du Prondetyc et du nouveau programme. L’Etat par son intermédiaire cherche la réalisation d’interactions entre les centres de recherche et l’industrie. Les pouvoirs publics interviennent aussi de façon indirecte par l’intermédiaire des entreprises para-publiques.

Les actions indirectes : le rôle des entreprises para-publiques

18Au Mexique, les centres de recherche sont isolés de l’appareil productif. Seuls quelques-uns tentent de satisfaire des demandes effectives : le Centre d’Innovations Technologiques et l’Institut d’Ingénierie de l’Université Nationale Autonome de Mexico (Unam), le Centre de Recherches et d’Etudes Avancées de l’Institut Polytechnique, l’Institut Mexicain des Pétroles de Pemex et L’Institut de Recherches Electriques (HE) de la Commission Fédérale d’Electricité (CFE). Tous ces laboratoires sont partie intégrante du secteur para-public.

19C’est à partir du programme de développement industriel (Pronafice) 1984-1988 qui définit le “changement structurel” de l’appareil productif que les pouvoirs publics ont prévu à travers des actions stratégiques un développement technologique dans l’industrie para-publique en utilisant ses laboratoires industriels. L’accent a été principalement mis sur la fabrication d’instruments et d’appareils de contrôles électroniques et sur le secteur des télécommunications. Pour le premier projet, c’est 1’IIE qui fut chargé de mener à bien les développements technologiques ; pour le deuxième projet, c’est le laboratoire de R & D de Telmex.

  • 7 Entrevue avec M.de la Garza Gonzalez chef de l’unité de planification de l’IIE, le 29 juin 1989, C (...)

20L’IEE fut créé en 1976 par la CFE pour la recherche technologique dans les équipements électroniques industriels. La vocation de 1’IIE est la recherche et le développement de produits, services et processus de production qui impliquent un développement technologique dans le domaine de l’électrique et de l’électronique. Il réalise entre 100 et 200 projets par an. Ces projets sont effectués avec un certain nombre de partenaires tant privés que publics. Le secteur industriel pris dans son ensemble bénéficie de 62 % des projets de l’institut en 19887.

21Entre 1984 et 1986 et à partir du développement d’équipements spécifiques, trois nouvelles entreprises para-publiques ont pu voir le jour dans le secteur de la mécatronique. Ce qui a permis leur création est le faible coût d’une heure d’ingénierie au Mexique. Il est égal au cinquième d’une heure d’ingénierie aux Etats-Unis Pour cette raison, l’accent a été mis sur les équipements dans lesquels la part de sofware est la plus importante (70 % du coût des équipements en moyenne). Il permet la prise en charge sans problème du coût de conception de l’équipement dans le cycle de vie du produit et facilite l’apprentissage. Il a donc permis une qualité équivalente à celle des entreprises étrangères par l’utilisation d’un nombre plus important d’heure compensant le manque de savoir-faire. L’entrée du Mexique dans la mécatronique ne s’est pas réalisée en un jour, ce fut la conséquence d’un long processus de développement technologique qui s’étale sur une dizaine d’années.

22Ce développement technologique sans précédent au Mexique a été réalisé grâce au dynamisme d’un laboratoire industriel d’une entreprise para-publique. Seule une entreprise du secteur public pouvait prendre le risque inhérent à un tel développement. Jamais une firme privée n’aurait pu mener ces projets à bien. De plus la création des firmes ne fut possible qu’avec une prise de participation de l’Etat dans le capital et l’investissement d’une firme privée ICA fortement liée au marché publique.

23Les actions indirectes des pouvoirs publics par les laboratoires de recherche des firmes du secteur public ne sont pas que des développements technologiques internes. Il existe aussi des développements en liaison avec le secteur privé national et international.

24Telmex a promu le développement industriel et technologique dans la branche des télécommunications. Ce développement a commencé au début des années 70, avec des programmes spécifiques de développement. Pour mener à bien ces programmes Telmex a fait appel à la collaboration des filiales implantées au Mexique précisément Ericsson et ITT. Pour pouvoir profiter du marché étatique, elles furent obligées de réaliser une intégration nationale de leur production. Elles ont donc dû faire appel à des sous-traitants nationaux auxquels elles doivent apporter un soutien technologique si elles veulent garder une production compétitive sur le marché mondial.

  • 8 Entrevue avec J. Turan directeur d’ingénierie à Mitel de México, le 21 juin 1989, Guadalajara, Mex (...)

25De même la volonté des pouvoirs publics de posséder un réseau de télécommunications performant a obligé les filiales, Telmex et les firmes nationales dans le secteur à mener des activités de R & D. De nombreuses recherches ont été menées au sein du laboratoire de Telmex et quelques fois en collaboration avec une firme privée. C’est le cas avec Mitel. Le centre dessine les produits qu’il transmet à Mitel pour la réalisation de la production8.

26Par ces deux exemples spécifiques nous voyons que les pouvoirs publics ont des actions indirectes dans le développement technologique. Mais les acteurs privés ne sont pas en reste et interviennent aussi dans la R & D.

Les initiatives privées

27Les réalisations des acteurs industriels en matière de R & D sont importants. Ces acteurs sont les entreprises nationales qui dans l’électronique se sont regroupées dans la Caniece, les filiales et les maquiladoras. Ils cherchent à suivre l’évolution technologique indispensable à leur croissance. Pour cela ils tentent de mettre en place des interactions recherche-industrie et de réaliser des transferts de technologie.

Interactions recherche-industrie

  • 9 F.S. Sinencio “Industria electrónica en Mexico, estrategia technológica”, Cinvestav, rapport inter (...)

28Comparé avec d’autres pays, le Mexique a fait une entrée récente dans le domaine de la science. “Actuellement, plusieurs groupes ont atteint un haut niveau de connaissance en développant le difficile art de savoir-faire dans des conditions de sous-développement9. Cependant, ces efforts restent dans le domaine éducatif. L’intégration avec le secteur privé n’a pas eu lieu. Certaines institutions cherchent à la réaliser, c’est le cas de la Caniece avec la création du Cetei (Centre de Technologie Electronique et Informatique). Elles existent déjà dans le cadre des grandes filiales de FMN qui possèdent des laboratoires industriels.

  • 10 Entrevue avec J ; Warman, directeur du CETEI, novembre 1987 et novembre 1989, Mexico, Mexique.

29En 1987, face aux besoins technologiques de l’industrie électronique, la Caniece a créé le Cetei. Son objectif est la croissance de la R & D dans les entreprises et pour les entreprises. Le Cetei est une société à capitaux dont les actionnaires sont la Caniece et l’UNAM. Il cherche à créer des interactions entre les entreprises et les centres de recherche pour permettre aux entreprises mexicaines qui ne peuvent pas posséder leur propre laboratoire industriel d’avoir accès au développement technologique. Cette expérience montre la volonté réelle des entrepreneurs adhérents à la Caniece de réaliser de la R & D et d’être en relation avec des centres de recherche10. Les mécanismes de liaison directe entre industrie et la recherche restent fragiles, même si on peut reconnaître les efforts importants du Cetei dans ce domaine. Les filiales contournent ce problème en installant leur propre laboratoire industriel.

  • 11 Idem Castel Odile page 139.
  • 12 J.J. Salomon, “Les enjeux du changement technologique”, Economica, Paris, France, 1986, page 25.

30Ces laboratoires ont pour rôle d’apporter de nouvelles améliorations à des produits ou à des processus. Ils sont peu nombreux, on les trouve principalement dans les télécommunications11. “Une des conditions indispensables du succès de la nouveauté est l’existence, dans la firme qui la met en oeuvre, de qualifications et de compétences scientifiques et techniques lui permettant de la dominer12. L’absence de laboratoires de recherche dans les firmes mexicaines pose donc le problème de la non-domination d’une nouveauté. On les trouve principalement dans le cadre des filiales de FMN. Ils font l’objet de transferts de technologie internalisés. Ceux-ci correspondent aux transferts de technologie qui se réalisent entre une FMN (émetteur de technologie) et sa filiale (réceptrice de technologie). La diffusion de la technologie par les filiales dépend du potentiel technologique de la filiale que lui transmet sa maison-mère.

31La délocalisation des activités de R & D permet à la filiale d’être en interdépendance avec sa maison-mère. Si la FMN cherche à être dominante sur le marché d’implantation, la filiale aura plus d’autonomie pour réaliser les développements technologiques nécessaires à son expansion, elle aura un effet positif sur le potentiel scientifique et technologique du pays d’accueil par la formation d’ingénieurs locaux, par le développement de ses produits correspondant aux besoins du pays, par un soutien technologique à ses fournisseurs locaux, et à ses clients potentiels. C’est-à-dire par ses relations d’interdépendances sectorielles et intra-sectorielles.

32Ainsi, les interactions recherche-industrie mises en place soit par la volonté des entreprises nationales soit par l’installation de laboratoires industriels dans les filiales ont un impact important sur le développement technologique du Mexique. Cependant elles restent insuffisantes et les entreprises tant étrangères que nationales doivent faire appel aux transferts de technologie.

Les transferts internationaux de technologie

  • 13 B. Marois, ”Le transfert de technologie international : analyse conceptuelle et étude empirique.”, (...)

33Dans le cas des transferts de technologie entre deux firmes, il existe deux modes de transfert : “la vente de produits finis ou d’équipements que nous qualifierons de technologie incorporée, le transfert de technologie au sens large. La vente de technologie non incorporée sous forme soit de propriété industrielle (vente de brevets ou concession de licences ou de marques) soit d’accords industriels prévoyant en plus l’assistance technique en faveur du receveur de la technologie, le transfert de technologie au sens strict13. Au Mexique, les transferts incorporés se réalisent depuis quelques années par l’intermédiaire des maquiladoras. Les transferts internationaux s’effectuent entre une firme étrangère qui octroie la technologie et une firmes nationale ou une filiale qui reçoit la technologie.

34C’est par le jeu des relations d’interdépendance sectorielle et de la concurrence intra-sectorielle que s’établissent, à partir des transferts incorporés les réseaux de diffusion de la technologie susceptibles de modifier les structures industrielles nationales. L’appréhension de ces relations d’interdépendance et de concurrence concerne l’insertion des firmes réceptrices dans le tissu industriel, le problème se pose donc pour les “maquiladoras” qui sont de plus en plus concernées par les transferts incorporés de technologie.

  • 14 M. de Maria Campos, ”México frente a los retos de la nueva revolucíon tecnológica”, Comercio Exter (...)
  • 15 F. Brown et L. Domínguez, “Nuevas tecnologías en la industria maquiladora de exportacíon”, Comerci (...)

35On assiste à une modernisation importante des processus de production des maquiladoras de l’électronique14. Depuis deux ou trois ans, les maquiladoras de Ciudad Juarez ont commencé à incorporer des machines outils à commandes numériques dans leur processus de production15. Dans cette ville, 95 % des machines sont installées dans des maquiladoras de la branche de l’électronique et les 5 % restant dans la branche de l’automobile. La raison de cette modernisation se réfère au besoin d’avoir un meilleur contrôle des processus de production, afin d’obtenir une bonne qualité des produits, une meilleur régularité dans le travail, et un perfectionnement du système de contrôle de la qualité. En effet le sous-traitant du marché Nord-Américain, cas des maquiladoras, doit posséder une bonne précision, une excellente confiabilité et une homogénéité de son produit.

  • 16 Idem F. Brown et L. Dominguez,

36L’introduction de machines électroniques dans l’industrie maquiladoras est un phénomène récent. Cependant son rythme de diffusion est plus fort que celui observé dans l’industrie nationale. Le niveau d’automatisation reste néanmoins partiel. Dans de nombreuses maquiladoras un nombre élevé de machines automatiques sont combinées avec un processus très intensif en main-d’oeuvre. Mais ces quelques cas constituent une véritable avancée dans la courbe d’apprentissage technologique comme résultat de la sous-traitance internationale. ”Il s’agit d’un noyau d’entreprises mexicaines ou à participation étrangères, qui intégrées dans le processus industriel de leur client, ont réussi à réduire les coûts, à augmenter leur qualité et à réaliser un apprentissage technologique16. Ces maquiladoras sont généralement intégrées dans l’économie nationale du Mexique. Elles deviennent elles-mêmes donneurs d’ordres pour des entreprises nationales ce qui permet un effet de diffusion technologique dans le tissu industriel local. Ainsi les transferts incorporés permettent d’une part un apprentissage technologique et d’autre part une diffusion technologique locale par le jeu des relations d’interdépendance sectorielle. Les transferts internationaux auront un impact similaire.

  • 17 P. Judet, ‘Transfert de technologie et développement”, Librairie Technique, Paris, France, 1977, p (...)

37Les technologies ne sont pas des biens libres, il ne suffit pas de les acheter même très cher, comme d’autres marchandises pour les acquérir et en disposer de manière stable. “Il n’y a en réalité transfert que si le receveur acheteur, de passif devient actif, se donne les moyens de se saisir, de domestiquer, de s’emparer et d’arracher les technologies qu’il achète17. C’est-à-dire qu’il doit adapter la technologie à son environnement socio-économique. Le transfert de technologie peut permettre un raccourci du rattrapage technologique que s’il existe une véritable appropriation et maîtrise de la technologie transférée.

  • 18 Idem Castel Odile page 284.

38A travers la loi de 1982, les contrats de transferts de technologie en électronique ont permis aux firmes mexicaines d’acquérir la technologie des produits mais rarement la technologie de conception ou du processus de production18. Les pouvoirs publics viennent de modifier cette loi. Le 19 janvier 1990 a été publiée la nouvelle loi sur le contrôle et le registre de transfert de technologie. Le nouveau règlement est moins “défensif ‘ que l’ancien, il y a un relâchement des contrôles de l’Etat sur le processus de transfert. Il n’oblige plus les fournisseurs et les récepteurs de technologie à des conduites spécifiques quant à l’assimilation et l’adaptation de la technologie. Ce texte donne l’entière responsabilité de la sélection, de l’acquisition et de l’adaptation des technologies aux firmes réceptrices. Ceci signifie un changement important dans la politique technologique que les administrations précédentes avaient appliquée et une libération complète des transferts de technologie.

39La question importante est de savoir si les entreprises mexicaines seront assez fortes pour négocier dans de bonnes conditions des contrats de transferts de technologie avec les grandes entreprises internationales. Par les transferts, l’acquisition de nouvelles technologies et surtout leur maîtrise risque d’être plus difficile.

Conclusion

40Pour l’acquisition de nouvelles technologies par les pays en développement deux thèse s’opposent. La thèse de l’imitation dans laquelle le pays doit se limiter à importer la technologie comme tel car il ne possède pas les ressources nécessaires et suffisantes pour sa propre recherche. Dans cet optique les pouvoirs publics doivent ouvrir leur frontière à toutes les technologies. La thèse de l’autarcie dans laquelle le pays doit réaliser seul un effort interne en recherche scientifique et technologique pour produire leurs connaissances technologiques. Dans cette logique les pouvoirs publics doivent mener une politique protectionniste face aux importations de technologie. Entre ces deux thèses qui pour être extrêmes ne sont pas valides, il existe une gamme de possibilités intermédiaires. La grande majorité d’entre elles montre que le processus de transferts internationaux de technologie est utile pour l’ensemble des pays en développement dans la mesure où ceux-ci réalisent un important effort d’adaptation et d’assimilation.

41Le Mexique se situe dans ces possibilités intermédiaires. Comme nous l’avons vu les pouvoirs publics mènent une politique dynamique de développement technologique interne et cherchent l’adaptation et l’assimilation des nouvelles technologies en essayant de développer des interactions entre les centres de recherche et les entreprises qu’elles soient nationales ou étrangères. Parallèlement le rôle des firmes n’est pas négligeable que ce soit par l’initiative des entreprises nationales adhérentes à la Caniece, ou par les actions des maquiladoras et des filiales. Ces acteurs industriels installent des laboratoires de R & D, réalisent des transferts incorporés et des transferts internationaux de technologie. Le rôle des filiales et des maquiladoras apparaît fondamental par leurs effets de diffusion des nouvelles technologies dans le tissu industriel. Ainsi la multiplicité des acteurs concernés ne permet pas aux pouvoirs publics mexicains de mettre en place une politique globale et indifférencée de protection ou d’ouverture face aux nouvelles technologies.

42C’est l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux qui par leur coopération ou leur concurrence permet le développement technologique au Mexique dans le domaine de l’électronique. Aussi la question n’est pas de savoir s’il faut ouvrir ou fermer les frontières aux nouvelles technologie mais de savoir les acquérir par un développement interne ou par des transferts internationaux, c’est à dire par des actions communes d’acteurs nationaux et étrangers, et d’obliger ces acteurs à les adapter aux conditions socio-économiques du pays afin de les assimiler. Le problème central est l’assimilation des technologies au sein du système socio-économique quelle que soit la façon dont elles ont été acquises.

Notes

1 Documento “Esquema para la formulacíon del plan nacional de ciencia y tecnología” Comercio Exterior, Vol 25, N° 2, février 1975, Mexique, pages 137-141.

2 Informe Especial II “Políticos y científicos : hablaran el mismo idioma ?” Expansion, décembre 1983, Vol XV, N° 380, Mexique, pages 41-48.

3 Prondetyc “Programa nacional de desarrollo tecnológico y científico : 1984-1988” Mexique, 1984, page 5.

4 Castel Odile “L’électronique dans le développement industriel du Mexique”, Thèse de doctorat de l’Université de Rennes I, Mention Sciences Economiques, Mars 1989, France, page 142.

5 Idem Castel Odile page 143.

6 Banamex “Modernisacíon tecnológica de la industria mexicana”, Examen de la situacíon económica de méxico, Vol 66 N° 776, juin 1990, Mexique, page 368-369.

7 Entrevue avec M.de la Garza Gonzalez chef de l’unité de planification de l’IIE, le 29 juin 1989, Cuernavaca, Mexique.

8 Entrevue avec J. Turan directeur d’ingénierie à Mitel de México, le 21 juin 1989, Guadalajara, Mexique.

9 F.S. Sinencio “Industria electrónica en Mexico, estrategia technológica”, Cinvestav, rapport interne, Mexique, 1984, page 26.

10 Entrevue avec J ; Warman, directeur du CETEI, novembre 1987 et novembre 1989, Mexico, Mexique.

11 Idem Castel Odile page 139.

12 J.J. Salomon, “Les enjeux du changement technologique”, Economica, Paris, France, 1986, page 25.

13 B. Marois, ”Le transfert de technologie international : analyse conceptuelle et étude empirique.”, CR n°137/1980, les Cahiers de Recherche de CESA, Paris, France, page 4.

14 M. de Maria Campos, ”México frente a los retos de la nueva revolucíon tecnológica”, Comercio Exterior, décembre 1988, Mexique, pages 1084-1094.

15 F. Brown et L. Domínguez, “Nuevas tecnologías en la industria maquiladora de exportacíon”, Comercio Exterior, Vol 39, N° 3, mars 1989, Mexique, pages 215-223.

16 Idem F. Brown et L. Dominguez,

17 P. Judet, ‘Transfert de technologie et développement”, Librairie Technique, Paris, France, 1977, page 27.

18 Idem Castel Odile page 284.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable