Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Modernisation industrielle et technologique au Brésil : stagnation et prospérité

Jacques Marcovitch
Traduction de Céline Broggio

Texte intégral

1La crise de la modernité au Brésil provient de la difficulté à maintenir un équilibre dynamique entre l’ancien et le nouveau, le central et le périphérique, l’innovation et la tradition. Dans un tel contexte, les objectifs de ce travail seront : a) souligner l’hétérogénéité du secteur productif en insistant sur le dualisme entre stagnation et prospérité ; b) présenter les caractéristiques de l’innovation dans les entreprises les plus actives ; c) décrire ce que l’on peut attendre des principaux acteurs du processus de l’innovation en particulier l’Etat, les entreprises et les élites de la société.

La modernisation industrielle au Brésil

Les problèmes du Brésil dans la décennie 80

2Le Brésil du début des années 90 est marqué par le retour à la démocratie et par la dégradation socio-économique. Les mégalopoles latino-américaines sont le symbole d’un dualisme qui s’accentue. Une architecture futuriste y côtoie un environnement de misère comme s’il s’agissait de deux sociétés distinctes et indépendantes. Des îlots de modernisation se structurent, se consolident, entourés de vastes poches de misère.

3Le Brésil, comme toute l’Amérique latine entre dans la décennie 90 marqué par la dure réalité des années 80. Aucun Etat de cette région, quels qu’aient été les efforts des divers gouvernements, n’est parvenu à promouvoir le développement interne et, en même temps, à diminuer les inégalités sociales. Le PIB par habitant au Brésil a suivi l’évolution de celui de l’ensemble de l’Amérique latine qui a décru au point d’atteindre à la fin de l’année 1989 les niveaux de 1977, constituant ainsi un indicateur du faible développement économique. Le pays a vu croître et s’approfondir le fossé qui sépare sa partie moderne de son secteur attardé.

4La décennie des années 80 n’a pas été également néfaste pour tous les pays d’industrialisation tardive. Quels sont les facteurs qui ont pénalisé le Brésil, le différenciant ainsi des autres pays ?

5Une récente étude de la CEPAL (1990) fait état de données structurelles qui révèlent les goulots d’étranglement préjudiciables au développement récent : épargne interne faible, modèle de consommation locale, fort endettement externe. L’insertion externe est rendu difficile par la faible compétitivité des produits brésiliens. La faiblesse du processus d’incorporation du progrès technique est encore aggravée par les mutations lentes des structures de production et d’exportation, par la résistance des groupes de pression au plan interne et par le trop faible niveau d’investissement en recherche et développement au niveau des entreprises. Le niveau de productivité est bas et les investissements publics et privés vont décroissant.

6La part croissante des femmes sur le marché du travail, conséquence en grande partie de la nécessité d’augmenter les revenus des ménages, a entrainé un délaissement des fonctions familiales de socialisation, de soin et de protection de l’enfance. L’augmentation de la population, sans croissance correspondante du marché du travail, a conduit au sous-emploi, au développement de l’économie parallèle, au désespoir des jeunes, à la tension sociale, à la délinquance et aux migrations.

7Le document de la CEPAL, cependant, ne conclut pas que la décennie 80 a été une décennie perdue, mais plutôt une décennie “d’apprentissage douloureux”. D’importantes avancées se sont produites dans la réflexion et l’action régionales, dans le sentiment de la démocratisation au sein de sociétés plurielles et participatives et dans le repli des idéologies dans le débat politique et économique. Des pays voisins ont aussi oublié leur vieilles rivalités et cheminé ensemble vers des politiques de coopération.

8Aucune région au monde n’a étudié et ne connaît aussi bien que l’Amérique latine ses propres problèmes et pourtant, en même temps, a fait si peu pour les résoudre. Le Brésil a progressé dans cette direction passant d’une prise de conscience de ses déséquilibres macro-économiques et de son hétérogénéité industrielle à la mise en oeuvre de réels efforts dans le domaine des politiques sectorielles d’appui aux transformations. Des initiatives se mettent en place pour valoriser les potentialités de l’intégration régionale et les complémentarités entre l’industrie et l’agriculture, le marché intérieur et le marché mondial, l’Etat et les agents économiques privés.

La menace de l’obsolescence industrielle

9Dans la période qui va de 1981 à 1984, la production industrielle brésilienne a connu une croissance négative de 1,5 % par an en moyenne. Ce fut la seule période de l’histoire du Brésil où, pendant trois années consécutives, la croissance industrielle a été négative ou nulle. La production totale de biens de capital qui, pendant la période de 1970 à 1980 avait cru, en moyenne, de 24,9 % par an a décru de façon drastique de 12,2 % par an en moyenne au cours des trois premières années de la décennie quatre-vingt, pour connaître son principal effondrement en 1983, avec une chute brutale de 44 % de sa production. Les importations de biens de capital ont enregistré une baisse similaire pour revenir, en 1983, au même niveau que celui de 1973, c’est-à-dire approximativement 2,5 milliards de dollars.

10La récession qui a marqué le début des années 80 a eu des effets inhibiteurs encore plus grands dans le domaine de la recherche scientifique et technologique. Les pays les plus développés, conscients de l’importance de la science et de la technologie, ont élevé leurs dépenses au niveau de 2,5 % à 3,5 % du PIB, tandis que le Brésil ne parvenait pas à dépasser les 0,6 %. Cependant l’effort pour créer plus d’une centaine de laboratoires de Recherche & Développement dans les entreprises du secteur productif a permis, au fil des années, que la participation de ce secteur de l’économie prenne une place de plus en plus importante dans le financement de la technologie. Cette tendance s’est poursuivie jusqu’à la fin de la décennie. D’une façon générale, les investissements en recherche scientifique et technologique ont baissé. Dans la période de 1979 à 1984, les investissements des cinq principales agences du pays (CNPq, FINEP, STI, CAPES et FAPESP) ont baissé en termes réels de 42,5 %. A partir de 1985, en dépit d’une tendance à la reprise des investissements, ceux-ci ont continué à se maintenir à un niveau inférieur à celui de 1979.

11Le système financier brésilien connait des pressions qui viennent de l’instabilité économique, de l’ampleur de la dette extérieure et de l’attraction qu’exerce le marché spéculatif. Il se tient à l’écart du risque technologique. L’innovation technologique exige un partenariat entre le secteur productif et le secteur financier qui n’est pas encore entré dans les faits au Brésil.

12Les syndicats, marginalisés au cours de la décennie 70, sont réapparus avec la légitime préoccupation de reprendre leur place dans l’espace politique et de défendre le pouvoir d’achat et l’emploi des travailleurs. La question des investissements et de la modernisation technologique a été un thème secondaire à la table des négociations.

13Si une telle situation se généralisait, un retour en arrière serait inévitable. A moyen terme, le pays reviendrait à sa situation d’exportateur de matières premières, non ou partiellement transformées, position de grande vulnérabilité compte tenu de l’instabilité et de la spéculation caractéristique du prix de ces produits. Une évolution qui éloignerait aussi le pays d’une société moderne.

14Un modèle qui favorise aussi bien la croissance du secteur productif, par l’incorporation des résultats de l’évolution technologique, que la prise en compte de larges couches de la société, reste à trouver. Un tel modèle supposerait une meilleure connaissance des réalités sectorielles afin d’identifier, de comprendre et de stimuler les éléments les plus dynamiques.

Stagnation économique et ilôts de modernisation

15La dépression économique de la décennie 80 a conduit de larges fractions de la société à anticiper pour le pays une répétition des évolutions connues dans les pays voisins. Les indicateurs de consommation énergétique, le mouvement des exportations et la croissance de l’économie informelle suggèrent pourtant un biais possible par rapport à un modèle de développement marqué par le dualisme. Parmi les indicateurs relatifs à l’année 1989, on relèvera :

  1. Selon la revue brésilienne Exame (édition de juillet 1990), les 86 entreprises ou groupes brésiliens les plus innovants ont consacré 450 millions de dollars à l’innovation technologique, ce qui correspond, en 1989, à 20 % des dépenses du pays en science et technologie.
  2. Les 500 plus grandes entreprises analysées par la même revue ont atteint une rentabilité sur leur patrimoine de l’ordre de 14 %. L’endettement moyen par rapport au patrimoine est tombé de 45 % en 1988 à 43,1 % en 1989.
  3. Sur les 32 secteurs industriels analysés par la revue Exame en 1989, un seul, le secteur pharmaceutique, a connu un taux de rentabilité négative par rapport à son patrimoine, tandis que la moyenne pour l’ensemble du pays atteignait 9,7 % et 28,4 % pour le secteur automobile.
  4. La productivité moyenne des 32 secteurs a augmenté entre 1988 et 1989, passant de 2,23 % à 2,42 %. La plus forte augmentation a été enregistrée dans le secteur pétrolier.

16Bien que la croissance ait été largement compromise au cours des premiers mois de 1990 du fait de la mise en place d’un nouveau plan économique, certaines des évolutions observées se sont poursuivies de façon significative. Ces indicateurs, quelque peu déformés par les effets de la spéculation financière, ne réduisent en rien la gravité de la situation dans laquelle se trouve l’économie brésilienne, mais confirment qu’il existe des îlots de modernisation pouvant constituer le fer de lance de la reprise économique.

Technologie et compétitivité

17Tous les pays connaissent actuellement une véritable révolution technologique. Une transformation de cette ampleur porte en elle des potentialités de changement qui concernent tous les aspects de l’organisation de la société, tels que les relations économiques, commerciales et sociales au niveau national ou international, l’organisation de la production, les relations de travail et les rapports politiques entre les nations.

18Le commerce mondial au cours des dernières années a connu une phase de croissance particulièrement dans le domaine des produits à haut niveau technologique. A mesure que les demandes du marché international évoluent, l’accès à ce marché exige l’incorporation du progrès technique. Y conserver sa place suppose également une capacité d’adaptation par l’intégration de matière grise à la production de biens et de services.

19Les entreprises innovatrices trouvent la récompense de leurs efforts dans l’augmentation de leur chiffre d’affaires et de leur compétitivité, mais la diffusion de la mentalité technologique à la majorité des entreprises reste lente. Dans des économies corrompues par le virus de l’inflation, qui mine les forces du système productif, les entrepreneurs sont plus attirés par le marché financier spéculatif. Les responsables qui perçoivent l’importance de l’innovation ne font pas le poids face à ceux qui s’appuient sur des arguments de court terme. Leurs estimations de long terme sont battues en brêche par celles d’une ingénierie financière qui gère des profits sans production. Sans une “stratégie d’innovation” qui favorise le progrès scientifique, le développement technologique et la modernisation du secteur productif, le pays connaîtra des difficultés pour mettre en place les moyens nécessaires pour faire face aux défis de l’avenir. Les besoins en alimentation, habitation, santé, énergie et transports ne peuvent être satisfaits par la seule volonté politique mais par la recherche de solutions nouvelles.

Motivations des entreprises et évolutions technologiques

20Croissance, transformation et innovation technologiques ont fait partie de la stratégie des entreprises depuis la fin du xixème siècle. Un siècle plus tard, il est possible d’identifier les principales tendances qui expliquent le choix des nations et des entreprises à maintenir des niveaux élevés en recherche et développement.

21Des îlots de modernisation se sont constitués au Brésil et ont joué un rôle très actif. La Cofap, entreprise brésilienne sous-traitante du secteur automobile, a consacré 3 % de son chiffre d’affaires (14 millions de dollars en 1989) aux activités de R&D. En 1989, la firme a implanté un centre de recherche en Allemagne afin de mieux prendre part au futur développement de l’industrie automobile. Elle a lancé sur le marché un amortisseur électronique à technologie propre après avoir investi dans le projet plus de 5 millions de dollars US sur une période de trois ans.

22Quarante ans après sa création, l’entreprise métal Leve, très bien implantée sur le marché mondial, joue un rôle de premier plan technologique dans le secteur des pistons et des valves. Depuis peu en phase de transnationalisation, l’entreprise a installé une nouvelle unité de production de pistons articulés pour moteurs diesel en Caroline du Sud (E.U.) avec une capacité de production de 230 000 unités par an. Avec plus de 6 000 salariés en 1990, son succès tient à l’esprit d’entreprise de ses dirigeants et à leur mentalité technologique marquée par une volonté permanente de rationalisation, d’innovation et de recherche de nouveaux matériaux. Mais c’est seulement à partir de 1978, avec l’installation de son Centre de Technologie, que l’entreprise a pu acquérir la souplesse nécessaire pour accompagner le progrès technologique. De tels progrès qui, dans le passé, prenaient dix ans pour être incorporés à la production, le sont aujourd’hui en moins d’un an. “Maitrise technologique et rapidité dans la réponse aux demandes du marché sont les éléments clés de la compétitivité” affirme le président de la métal Leve, José Mindlin, énonçant ainsi les deux principales priorités de son entreprise.

23Ces deux exemples, choisis dans le secteur des pièces automobiles, métal Leve et Cofap, témoignent de l’existence d’un état d’esprit tourné vers la technologie dont la diffusion dépend de l’existence d’un environnement favorable à l’innovation.

24Les motivations qui conduisent une entreprise à valoriser la mutation technologique et à en faire l’un des composants de sa stratégie sont multiples, notamment :

  1. la recherche de nouveaux créneaux de marché,
  2. le développement de la compétence technologique propre,
  3. l’élévation des références de qualité des produits et des services,
  4. la rationalisation et la modernisation du parc industriel,
  5. la compétence technique et de gestion du personnel spécialisé.

25Ces motivations visent à une élévation du chiffre d’affaires et des parts de marché résultat de l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise.

L’attitude de l’entrepreneur brésilien face à l’innovation

26Un certain nombre d’entrepreneurs brésiliens ont adopté au cours des dernières décennies un comportement innovateur. Ce sont des dirigeants d’entreprise dynamiques, avec de bons résultats économiques et financiers. Dans le groupe des 200 entreprises brésiliennes qui investissent dans l’innovation technologique, 50 peuvent être considérées comme de grands investisseurs. Quelques-unes parmi elles ont explicité leur ligne d’action et leur stratégie d’innovation ayant permis d’accompagner leur développement. Les entreprises innovantes possèdent toutes un certain nombre de points communs : une stratégie d’entreprise basée sur l’innovation et une stratégie technologique révélant une nette orientation vers le marché. Pour illustrer le comportement des entreprises innovantes brésiliennes et leur stratégie, on a choisi quelques cas qui permettent de montrer le rôle de leurs dirigeants.

Tupy : cinq decennies d’innovation technologique

27Un cas significatif de stratégie technologique associée à une stratégie d’entreprise peut être étudié à travers le groupe Tupy. L’évolution technologique de la Fondation Tupy a été marquée par sa culture organisationnelle. Dès avant sa constitution en 1930, l’entreprise qui lui a donné naissance faisait déjà des recherches sur les processus de production de fer malléable, produit qui par la suite devait devenir le symbole de la Fondation Tupy.

28En prévision des difficultés et des risques inhérents au niveau des approvisionnements extérieurs, l’entreprise s’est mise à produire et à stocker des connections pour lesquelles elle a obtenu un “certificat de conformité”. Remplaçant les produits importés par ses propres produits, elle a atteint dans les années 30 son premier objectif qui était d’être au niveau des meilleures entreprises du secteur. Cela signifiait la reconnaissance de la qualité de ses produits par le marché international.

29En 1945, en prévision de la croissance du secteur de la construction civile, la fondation Tupy a accru sa capacité de production. Elle achète en 1948 aux Etats-Unis un atelier de fabrication mécanisé avec une capacité de production de 250 tonnes par mois. Cette décision, combinée à l’arrivée d’un actionnaire innovateur connaissant bien les tendances du marché et les nouvelles technologies, a permis un bon positionnement de l’entreprise dans le secteur de l’industrie automobile naissante.

30Grâce à la qualité de ses produits, elle a pu s’imposer comme le principal fournisseur des entreprises de montage parmi les entreprises privées brésiliennes. Les activités de recherche furent systématiquement encouragées dans l’entreprise grâce à un premier laboratoire de R&D qui, dès 1957, déposait des brevets pour l’industrie pétrolière.

31En 1960 a démarré l’opération “plastiques”, en rupture avec les orientations traditionnelles de l’entreprise. Cela a eu pour conséquence des conflits internes jusqu’à ce que puissent être établies les bases d’une cohabitation entre les produits PVC et ceux de fer malléable. L’impulsion technologique dans le domaine des plastiques fut rendue possible par la formation et le recours à une main d’oeuvre à une main d’oeuvre spécialisée. Pour appuyer son expansion, l’entreprise a investi dans les ressources humaines, créant l’école primaire et l’école technique Tupy. Elle forma ainsi son premier groupe d’ingénieurs produit.

32Au début des années 70, fut créé le centre de recherche technologique sur la base d’un investissement de 4 millions de US$. Le groupe de recherche pionnier se structurait ainsi constitué par du personnel de l’entreprise, des professeurs et de jeunes ingénieurs. L’entreprise a ensuite maintenu des échanges permanents avec d’autres et avec les centres mondiaux de recherche. En dépit de quelques désinvestissements, le programme de formation intensive de main d’oeuvre qualifiée a été maintenu et la capacité de production de l’entreprise multipliée par deux.

33En 1976, pour la première fois, Tupy vend sa technologie à l’extérieur. Elle crée une filiale nord-américaine afin de commercialiser ses produits aux Etats-Unis, suivie par une filiale en Allemagne en 1977. A la fin de la décennie, le groupe Tupy avait surmonté ses principaux blocages et donné la priorité à son internationalisation.

34En 1981, l’entreprise dut faire face à une double difficulté ; la récession économique d’une part et la perte de son PDG. La firme se transforma alors en société anonyme, intervenant dans trois secteurs principaux : les tubes et connexions, la chimie des plastiques et le secteurs métal-mécanique. En dépit des mesures restrictives adoptées sur le plan budgétaire, la politique de recyclage de la main d’oeuvre et d’investissement dans la technologie a été maintenue. Afin de favoriser la transformation du groupe, le centre de R&D est étendu ainsi que les contacts avec des chercheurs d’autres pays.

35Au début des années 90, la Tupy domine plusieurs segments du marché. Elle produit pour le secteur automobile, pour l’industrie hydraulique, textile, mécanique, informatique, ainsi que des équipements ferroviaires et routiers. Elle est présente dans trente pays, emploie près de 12 000 salariés et fait preuve d’une gestion performante.

Itautec : du Z 80 à la transnationalisation

36En novembre 1979, afin de développer et d’implanter un système de gestion informatisé pour la banque ITAU, l’entreprise ITAUSA a fait d’importants investissements dans le domaine de l’informatique (électronique). Pour cela a été créée la filiale Itautec, rassemblant une équipe issue de la banque elle-même qui avait été à l’origine de l’idée et avait développé le projet.

37En 10 ans, l’entreprise Itautec est devenue un holding de l’Itausa, aujourd’hui conglomérat de plus de 70 entreprises avec un actif total de 9,5 milliards de US$, un chiffre d’affaires de 6 milliards de US$ et plus de 120 000 salariés. A l’intérieur du groupe, l’Itautec contrôle les entreprises de l’informatique qui ont pour dénomination : Itautec Informatica, Itaucom, Itaucom Adiboard, Ina Itausa Export North America, Bantec informatica Portugal.

38Les grandes étapes de l’existence de l’Itautec ont été d’abord la fabrication du premier micro-ordinateur (Z 80 / CPN), la famille des micros de 16 bits (1984), le projet Chip Set 286, la première exportation en 1987, le début des activités de l’ADIBOARD en 1988, l’achat de la PHILCO la même année, et finalement en 1989 le début des opérations au Portugal.

39La stratégie de l’Itautec est la même que celle de l’ensemble du groupe : concentration des efforts en vue d’obtenir la maîtrise de la technologie du projet, production et commercialisation de composants et d’équipements avec une offre de produits et de services de qualité pour les usagers et les clients. Afin de parvenir à ces objectifs, l’entreprise a conscience de la nécessité d’une perpétuelle mise à niveau afin de disposer des instruments appropriés pour accompagner le développement rapide des secteurs informatique et micro-électronique. Des contacts et des échanges technologiques avec les groupes nationaux et internationaux à travers des joint-ventures ou des contrats de transferts de technologie lui permettent de se mesurer aux entreprises les plus avancées.

40Les efforts consentis dans le domaine de la R&D lui ont permis d’être en position d’accompagner les avancées technologiques d’une secteur parmi les plus dynamiques. 12,5 % du personnel de l’entreprise est lié au secteur R&D soit un total de 4 600 personnes.

A la recherche d’une stratégie d’innovation : un rôle nouveau pour les acteurs

41Le document cité de la CEPAL (1990) sur les transformations de la production et la justice sociale, fait une analyse du développement économique des pays latino-américains et des Caraïbes, et assigne à ces pays une tâche prioritaire pour les années 90. Après une présentation des objectifs des politiques économiques des années récentes, sont définies des orientations pour le développement de la région dans la décennie 90. L’étude plaide pour une redéfinition des rôles de l’Etat et de l’initiative privée.

Que peut-on attendre de l’Etat ?

42Porter (1990), dans son analyse des fonctions de l’Etat dans le développement des nations, condamne aussi bien l’Etat interventionniste que l’Etat “libéral”. Les politiques apparemment efficaces dans le court terme peuvent avoir des effets négatifs à long terme. La protection des entreprises peut n’avoir pour conséquence que d’encourager leur capacité à solliciter une protection supplémentaire. En revanche, l’Etat absent n’assume pas le rôle qui devrait être légitimement le sien, à savoir de définir le contexte et de structurer les institutions capables de garantir aux entreprises des retours équivalents à leurs gains de compétitivité.

43Le rôle de l’Etat varie en fonction du niveau d’industrialisation du pays ; les aides directes ou de court terme peuvent miner la capacité d’innovation ou le dynamisme. Supprimer la protection des industries peut entraîner des faillites dans un premier temps mais avoir pour résultat final des industries plus fortes. Les politiques à mener par l’Etat, selon Porter, devraient se concentrer sur la création d’un environnement favorable (système éducatif, infrastructures de base, recherche dans des domaines d’intérêt national) ; éviter d’intervenir sur le marché par le biais de la politique monétaire ; renforcer la qualité et la sécurité des produits ainsi que le respect de l’environnement ; limiter la coopération directe entre des industries concurrentes ; mettre en oeuvre des mesures qui permettent l’investissement ; dérèglement la concurrence ; renforcer les politiques nationales antitrusts ; mettre un terme à l’encadrement du commerce.

44Tandis que la vision de Porter concerne principalement les pays post-industrialisés, la vision de la CEPAL s’appuie sur la réalité latino-américaine et assigne aux Etats comme tâche principale de contribuer à surmonter les retards accumulés par une plus grande justice sociale et une meilleure compétitivité internationale. L’accomplissement d’une telle tâche dans des sociétés plurielles et démocratiques suppose, plutôt que la mise en oeuvre de recettes toutes faites, une concertation des différents secteurs. L’Etat, en règle générale, doit définir son champs d’activités, en limitant et en simplifiant ses interventions avec une recherche d’efficacité et de décentralisation. Il lui incombe de rechercher la stabilité et le réalisme et d’user de la prospective comme d’un outil pour favoriser la cohérence et orienter l’initiative privée. Parmi les principales fonctions de l’Etat, on compte l’organisation d’un système d’information sur les technologies et sur les marchés, la réduction des risques commerciaux (comme par exemple l’encouragement à la diversification des exportations et la mise en oeuvre de mesures anti-dumping), la protection du consommateur, la protection de la propriété industrielle, l’encouragement à la négociation collective au sein de l’entreprise et une stratégie active d’insertion externe.

45Ces deux approches ne sont pas contradictoires dans le contexte brésilien, marqué par la dualité. Le Brésil possède à la fois une infrastructure d’entreprises, un parc industriel diversifié, des cadres techniques et d’entreprise déjà constitués, une population importante et un certain nombre d’îlots de modernisation. Mais dans le même temps, c’est un pays socialement et administrativement attardé, avec un pourcentage important de sa population sans accès au marché de production et de consommation, et des systèmes de santé et d’éducation déficients. L’Etat brésilien devra donc placer ses priorités pour les prochaines années dans l’intégration du progrès technique et la promotion de l’éducation pour la plus grande majorité.

46Au cours des dernières années, les problèmes prioritaires du Brésil ont été traités par le Gouvernement à travers des “chocs”. Turbulences, crises et effondrements font partie du paysage socio-économique du pays. Les turbulences se transforment en crises, les crises en effondrements, et avant que l’effondrement n’atteigne le chaos, un programme de choc est adopté qui permet de revenir au niveau des turbulences. Les “chocs” ont ainsi permis de caler la politique économique de court terme sur le calendrier politique du pays.

47Dans le domaine de l’éducation, de la science et du développement technologique, la tactique du traitement de choc n’est pas opératoire. Les générations futures récolteront ce que nous semons aujourd’hui. Une école en grève, une université immobilisée, un secteur industriel obsolète, une main d’œuvre sans qualification, inhibent la dynamique du système d’innovation. Education, science et technologie constituent les piliers de ce système d’innovation. Ce sont ces piliers qui permettent de faire surgir les compétences nécessaires pour faire face tant aux défis prévisibles, comme l’accroissement de la population, qu’aux problèmes imprévus, comme des épidémies ou des changements climatiques. La construction d’un système d’innovation est un processus lent et continu. Il présuppose une base solide sur laquelle, graduellement, il s’élève comme une pyramide.

48Au Brésil, il n’existe pas de “scienciométrie”. Les données sur le pourcentage d’investissements dans le système d’innovation sont contradictoires. Les ressources et les dépenses sont estimées approximativement. La productivité et la qualité de l’enseignement supérieur ne sont pas estimées avec précision. La production scientifique et technologique n’est pas mesurée. La modernisation industrielle est analysée au cas par cas. Il est nécessaire de mettre au point un ensemble cohérent d’indicateurs de l’innovation, même si de tels indicateurs dérangent les gouvernants.

49Sur la base de données fiables et de priorités bien définies, il sera possible de prendre des engagements qui devront bénéficier du soutien de tous les partis. Pour concrétiser ces orientations, il sera nécessaire de constituer des lieux de concertation aux niveaux des secteurs, des régions et de l’Etat. En favorisant la concertation entre les acteurs, ils permettront de faire émerger les grandes lignes directrices d’une stratégie de l’innovation.

50Dans le même temps, l’affectation d’un pourcentage des budgets des Etats à l’activité scientifique permettra de garantir une indispensable liberté d’action aux chercheurs, l’interaction entre recherche technologique et secteur productif permet la symbiose indispensable au processus d’innovation. Dans les universités et instituts de recherche, la valorisation des capacités de gestion et de l’esprit d’entreprise est une condition préalable à la modernisation. L’adoption de programmes de mobilisation en fonction des grandes priorités nationales, telles que la reconnaissance géo-économique et socio-culturelle de l’Amazonie, permettra un regroupement des compétences sans pour autant que soit nécessaire la création de nouvelles structures dispendieuses. La situation d’industrialisation tardive offre des occasions encore inexplorées de bénéficier des avancées technologiques internationales.

51Le Brésil dispose de pôles d’excellence qui doivent être encouragés et l’université, les centres de R&D constituent la base du système brésilien d’innovation. Ce système est une priorité autour de laquelle une alliance entre tous les partis peut être scellée. Il est évident que le paradigme de développement qui sera adopté au niveau politique a une influence sur la stratégie d’innovation. Mais dans le domaine de l’éducation, de la science, du développement technologique et de la modernisation du secteur productif, un dénominateur commun doit être trouvé.

52La politique technologique devra contribuer à mettre à niveau l’infrastructure technologique dans les activités les plus attardées, promouvoir la capacité à incorporer le progrès technologique et l’innovation dans les entreprises, valoriser la technologie comme investissement rentable, apporter un soutien aux entreprises existantes et encourager la création de nouvelles entreprises à haut niveau technologique. Dans le même temps il est indispensable de développer les liens entre les principaux agents du système d’innovation, universités, centres de recherche, établissements financiers ainsi que les organismes de protection de l’environnement.

Que peut-on attendre des entreprises ?

53La globalisation des marchés mondiaux, la révolution technologique et la crise de l’Etat représentent des changements significatifs qui exigent du chef d’entreprise des savoirs et des capacités nouvelles. L’extension des moyens de communication déterminent l’émergence d’un nouvel environnement mondial qui conditionne les décisions des entreprises. Les questions écologiques exigent aussi de la part des entrepreneurs des comportements nouveaux.

54L’entreprise est le principal vecteur d’innovation dans la mesure où c’est à elle qu’incombe la nécessité d’améliorer sa compétitivité. Pour l’obtention de ces gains de compétitivité, l’innovation joue un rôle essentiel. Pressions et défis contribuent à motiver le développement technologique, l’entreprise ne doit pas chercher à les éviter mais elle doit trouver dans son contexte national les facteurs qui permettent de promouvoir l’innovation. Cela signifie de vendre à des clients exigeants, de répondre à des demandes difficiles à satisfaire, d’établir sur le plan interne des normes supérieures aux normes habituelles, de considérer les ressources humaines comme un patrimoine afin de mieux stimuler la croissance des compétences et de la productivité. Il est également d’autres raisons qui doivent conduire l’entreprise à chercher à se mesurer à des concurrents de haut niveau, à développer un système d’information et à rechercher des gains de compétitivité par rapport aux autres pays par le moyen d’alliances sélectives à partir de sa base nationale. Au Brésil tandis que l’Etat semble s’accommoder de sa paralysie et qu’une majorité d’entreprises attend des signes clairs concernant l’avenir de l’économie, une génération d’entrepreneurs s’efforce de faire face aux turbulences de façon active. Les entreprises innovatrices se sont caractérisées par la recherche d’une plus grande compétitivité sur les marchés internationaux et nationaux, elles ont notamment cherché à :

  1. développer l’esprit entreprenarial
  2. accompagner la révolution technologique sur la base d’une stratégie explicite et garantir leurs investissements en R&D.
  3. répondre à la globalisation des marchés et de la concurrence à travers la transnationalisation de leurs activités.
  4. reconnaître les limites du rôle de l’Etat dans un pays caractérisé par l’hétérogénéité socio-économique et le dualisme de la société.
  5. contribuer à la concertation politique pour consolider la démocratie naissante.
  6. assumer les responsabilités qui rendront compatibles la productivité, la croissance économique et la contribution sociale.

55Cette attitude schumpétérienne, sur laquelle s’aligne de nombreuses entreprises brésiliennes doit être mieux analysée et comprise. Elle ressemble à celle des entreprises qui, dans les années 60, partaient à la conquête du marché extérieur garantissant au pays un espace dans le marché international. Celles qui furent pionnières dans les années 60, anticipèrent la modernisation technologique dans les années 70, se faisant les championnes de la transnationalisation dans les années 80.

56Le système de formation des entrepreneurs, des administrateurs et des cadres doit tenir compte de l’ampleur des changements. Efficience, productivité et profit transcendent les courants idéologiques. Tout le monde s’accorde à reconnaître qu’il faut améliorer les systèmes organisationnels, valoriser la compétence, atteindre l’efficacité, mesurer la compétitivité. En dépit de ses points forts, le Brésil subit les conséquences des inégalités sociales, économiques et régionales. La propension à investir est basse malgré des indices élevés de rentabilité. L’Etat, isolé et peu crédible, ne parvient pas à freiner l’immédiatisme de la spéculation et le gaspillage des ressources naturelles. Les points forts et les points faibles se combinent pour dessiner les lignes d’une nouvelle stratégie qui exige une vision à long terme :

  • garantir la réinsertion du Brésil dans le contexte mondial et retrouver sa responsabilité face aux pays intermédiaires et sous-développés.
  • favoriser l’intégration régionale autour d’axes prioritaires comme l’énergie,
  • structurer des mécanismes de concertation entre les pays intermédiaires de l’Amérique latine et des autres continents ;
  • promouvoir la modernité industrielle et technologique avec tous les agents du processus d’innovation technologique, y compris les multinationales présentes dans le pays.
  • promouvoir la réconciliation des hommes politiques et des intellectuels, des générations du présent et du futur, des classes plus ou moins privilégiées autour d’un projet consistant de développement.

57Cette stratégie, qui est sous la responsabilité de la société et de ses représentants, doit permettre au pays et à l’Amérique latine de chercher de nouvelles voies pour préserver son héritage, affronter ses problèmes et retenir sa jeunesse.

Entreprises innovantes au Brésil : quelques résultats

Entreprises innovantes au Brésil : quelques résultats

Source : Revue EXAME, Maiores e Melhores 1988

Bibliographie

Bibliographie

- Anpei - Associação Nacional de Pesquisa e Desenvolvimento de Empresas Industriais. Rapports, 1987/1988.

- Aquino Cleber (org.) - Historia empresarial vivida. São Paulo, Gazeta Mercantil, 1986, vol. I, II, III et IV.

- Betz Frederick - Managing technology, competing trough new ventures, innovation and corporate research ? New Jersey, Prentice Hall, inc. 1987.

- Capon Noël et Glazer Rashi “Marketing and technology : a strategic coalignment”. Journal of marketing, 51, jul. 1987, 1-14.

- Cepal - Comision Economica para America latina y el caribe - “Transformacion productiva con equidad. Santiago, Chile, 1990.

- Confederação Nacional da Industria - Competitividade industrial : uma estratégia para o Brasil. Rio de Janeiro, maio 1988.

- EIRMA - European Industrial Research management Association. R&D, Technology and corporate Strategy, Conference Papers, vol. XXXVI, Eirma, Madrid, 1988.

- Fajnylberg Fernando - Competitividad Internacional : evolución y lecciones. Revista de la Cepal, n°36, dez. 1988.

- GEST - Grappes technologiques. Les nouvelles stratégies d’entreprise. Paris, McGraw Hill, 1986.

- Hax Arnold et Majluf N. - Strategic Management. New Jersey, Prentice Hall, inc. 1981.

- Kruglianskas Isak - “A interface P&D e seus efeitos na eficácia des centros de P&D cativos brasileiros” - in “Pesquisa e Desenvolvimento em C&T - Estudos multidisciplinares”, São Paulo, 1986.

- Leitão D. M. - “Planejamento e administração tecnologica na Petrobras : um processo de aprendizagem institucional em marcha”. XII simpόsio nacional de pesquisa e administração em ciência e tecnologia, São Paulo, 1988.

- Loureiro Fernando - “Planejamento estratégico : o caso Itautec”. São Paulo, FEA/US Ρ, (mimeo), 1989.

- Lucas George et Bush Alan - “The marketing, R&D interface : do personality factors have an impact ? “The Journal of Product Innovation Management, 5 :4, dec. 1988, 257-268.

- Marcovitch Jacques et alii - Política e gestão em ciencia e tecnologia, estudos multidisciplinares. São Paulo, Pioneira/NPGCT/USP, 1986.

- OECD - Organisation for Economic Cooperation and Development. “Science and technology Indicators” - Report n° 3 : R&D, production and difusion of technology, OECD, Paris, 1989.

- Parker R. C. -”Going for growth, technological innovation in manufacturing industries”. New York, John Wiley&Sons ltd, 1985.

- Porter Michael E. - “Competitive strategy”. New York, The Free Press, 1985.

- Porter Michael E. - “Competitive advantage”. Harvard Business Review, march/april, 1990.

- Potts Mark et Behr Peter - “Forjando Alianças Empresariais estrategicas”. Impact, 1988/1, 24-29.

- Prahalad C. K. et Doz Yves L. - “The multinational mission : balancing local demands and global vision”. New York, The Free Press, 1987, 290 p.

- Rattner Henrique - Politica industrial- São Paulo, Brasiliense, 1988.

- Rosenberg Nathan et Birdzell Jr - “A historia da riqueza do homen, a transformation econômica do mundo industrial”. Rio de Janeiro, Record, 1986.

- Sagasti Francisco - “La politica cientifica y tecnologica en America latina : un estudo del enfoque de sistema”. Jomada 101, el colegio de Mexico, 1983.

- Salomon Jean-Jacques - “les politiques d’innovation en Europe”. Futuriobles n°132, maio 1989, 29-32.

- Stoleru Lionel - “l’ambition internationale”. Paris, Seuil 1987.

- Ternes Apolinario - “25 anos, historia de WEG”. Joinville, WEG S.A. 1986, et “A estrategia da confiança”, Joinville, Tupy S.A., 1987.

- Twiss Brian - “Management y technological innovation”. London, Longman group ltd, 2nd, 1980.

Table des illustrations

Titre Entreprises innovantes au Brésil : quelques résultats
Légende Source : Revue EXAME, Maiores e Melhores 1988
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Auteur

Céline Broggio (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540