Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Transfert international et développement technologique national

Introduction

Hubert Drouvot

Texte intégral

1L’étude du développement technologique en Amérique Latine implique l’analyse historique de la politique des Etats et la prise en compte des conditions socio-économiques propres à chaque pays.

  • 1 Au Mexique : nationalisation de Teléfonos de México (TELMEX) en 1972 et pour le secteur privé : rô (...)

2La décennie 70 a connu un fort processus de modernisation des appareils productifs nationaux. Au cours de cette période, des politiques de développement technologique dans les secteurs de pointe (particulièrement l’industrie électronique) furent définies dans le cadre d’une perspective nationale (Brésil, Mexique). Elles prenaient appui, à des degrés divers, sur le secteur public et le secteur privé1.

  • 2 Ainsi dans les secteurs aéronautiques et spatiaux, création du Centre de Technique Aérospatiale (C (...)
  • 3 Petrobras (pétrochimie). Embraer (aviation), Cobra (informatique) Eletrobras (électricité), Telebr (...)

3Malgré les importantes distorsions qui sont apparues dans ces pays lors des années 80 (endettement et inflation ; accentuation des déséquilibres sociaux et aggravation des problèmes urbains), ces acteurs ont poursuivi leurs actions stratégiques en faveur du développement technologique. Parmi ceux-ci, il convient de considérer d’abord le rôle de l’Etat. Au Brésil, par exemple, l’Etat a impulsé à partir des années 60, l’essor de technologies nationales par la création et le financement de centres de recherche2 et par le biais des grands groupes industriels publics3.

4Suite à cette volonté politique, les sociétés publiques constituent aujourd’hui le principal vecteur du développement technologique national, leurs contributions à cet essor sont diverses :

  • grande expertise dans les négociations des transferts de technologie provenant de l’étranger.
  • rôle de leurs propres centres de recherche qui répondent graduellement aux besoins d’innovations en procédés et en produits.
  • assistances techniques aux fournisseurs et sous-traitants nationaux.
  • contacts étroits avec des universités brésiliennes dans le cadre de contrats de recherche.
  • 4 ABICOMP (informatique), ABIFINA (chimie fine)
  • 5 Citons, par exemple, le rôle déterminant de l’ex-président de la République Ernesto Geisel, direct (...)

5Dans d’autres secteurs clés de l’économie, le processus de développement technologique provient de la politique de groupes d’industriels privés organisés au sein de syndicats professionnels4. Ces groupements professionnels font pression sur le gouvernement pour obtenir un espace (réserve de marché de fait et de droit) et des moyens financiers leur permettant de développer face aux transnationales leur propre savoir-faire technologique5. Par ailleurs, toutes les politiques de gestion technologique, même celles destinées à assurer un développement technologique sur des bases endogènes à un pays, ne peuvent ignorer la dimension internationale. Des stratégies mixtes doivent associer les activités de recherche et développement internes aux entreprises, les potentialités des relations Université-Industrie aux nécessités d’assimilation de technologies étrangères.

6Les accords d’alliance et de coopération avec des partenaires étrangers sont à définir dans cette perspective, et l’étude des contrats de tranferts internationaux de technologies, en particulier, au niveau de l’analyse des critères de choix des partenaires et des conditions d’un réel transfert de connaissances, reste un thème tout à fait primordial dans la problématique des technologies nationales.

7L’objet de ce volet de la Table-Ronde est d’acquérir une meilleure compréhension du développement technologique latino-américain et des changements qui sont intervenus au cours des quinze dernières années. A partir de cet examen historique, il s’agit d’expliquer l’émergence et le dynamisme de certaines branches industrielles en insistant sur le rôle et le comportement stratégique des acteurs.

8Nous estimons que les initiatives nationales destinées à conquérir de nouvelles technologies nécessitent, non seulement, une nouvelle action délibérée de l’Etat, mais encore la présence d’une culture d’entreprise de type industriel qui se manifeste par l’intégration du développement technologique dans la stratégie globale des firmes.

  • 6 Bâtiments-travaux publics, industries du bois, céramique, textiles, industries du cuir et de la ch (...)
  • 7 Pour le Brésil, voir P. VILLARES “O Brasil não pode perder a bonde” Exame 5/4/89.

9Au niveau sectoriel, la discussion portera en premier lieu sur les secteurs considérés comme stratégiques (informatique, chimie fine, aéronautique…). Mais il conviendra de nous interroger également sur le retard accumulé dans les activités qui n’ont pas bénéficié de priorités gouvernementales. Les industries traditionnelles6 disposent aujourd’hui d’équipements obsolètes. La politique classique de substitution à l’importation (et par exemple la réserve de marché en informatique dans le cas brésilien) ont limité considérablement l’acquisition à l’étranger de technologies modernes. Face aux dragons de l’Asie du Sud-Est, les objectifs de promotion des exportations se heurtent au manque de compétitivité internationale de nombreux secteurs industriels latino-américains7.

10Pour développer une analyse comparative, on peut partir de l’important débat qui se manifeste aujourd’hui au Brésil, débat qui va orienter toute la politique économique et industrielle des prochaines années :

  • quel degré de protectionnisme est-il acceptable pour assurer le développement de technologies nationales dans les domaines de pointe ?
  • quel degré d’ouverture est-il nécessaire pour permettre au Brésil d’acquérir sur le marché mondial une place notable dans certains secteurs à fort contenu technologique ?
  • dans quelle mesure des pays comme l’Argentine, le Venezuela, le Mexique, présentent-ils des évolutions, des politiques, des limitations similaires ?

11En Amérique Latine, le débat sur le protectionnisme ne peut plus esquiver la question de l’intégration compétitive des industries à haute technologie dans le système industriel mondial. Les politiques de réserve de marché, justifiées par la nécessité de protéger des industries naissantes à forts contenus stratégiques démontrent aujourd’hui leurs limites.

12La diversité de ces nouvelles technologies et les degrés inégaux de capacités scientifiques et technologiques acquises dans chaque domaine vont à l’encontre de toute politique globale et indifférenciée de protectionnismes ou d’ouverture.

13Des choix précis doivent être formulés sur les créneaux à promouvoir, à partir d’une analyse des avantages comparatifs et compétitifs propres à chaque type d’activité.

Bibliographie

Bibliographie

BOTELHO, A.J.- The political economy of technology transfer : the institutional basis of the brazilian informatics industry. In : Technology transfer and third world countries. Some managerial and public policy issues.- Edited by D. Vajperyi and R. Natarajan.- Maryland, Riverdale Co., 1990.

DROUVOT, H.- Les transferts technologiques dans la stratégie des entreprises brésiliennes.- Cahiers des Amériques Latines (5), 1987, pp 93-113.

DROUVOT H.- Nouvelles problématiques de la coopération technologique avec le Brésil. Colloque sur la Coopération et les Relations économiques entre l’Amérique Latine et l’Europe Occidentale. GRESAL, AFSSAL, IRELA, Grenoble, 27 janvier 1989.

DROUVOT, H. ; RUIZ, C- Politique de développement technologique dans l’industrie informatique.- Problèmes d’Amérique Latine, La Documentation française (4877) vol.2, 1989, pp 99-114.

DURAND, T.- Management pour la technologie, de la théorie à la pratique.- Revue française de gestion, nov. 1988, pp 5-14.

DUSSANGE, P. ; RAMANONTSOA, B.- Technologie et stratégie d’entreprise.-Paris, Mac Graw Hill, 1985.

FRITSCH, W. ; FRANCO, H.B.- Key issues on industrial promotion : the current brazilian debate.- Rio de Janeiro, Pontificia Universidade Catόlica, février 1989.

FROHMAN, A.L.- Putting technology into strategie planning.- California Management Review 27(2) hiver 1985.

MARCOVITCH, J.- O centro de tecnologia na empresa, seu papel no processo de inovação.- Revista de Administração, USP 16(2) avril-juin 1981.

MARCOVITCH, J.- O novo contexto mundial, desafio tecnológico e a integração latinoamericana”.- Revista de Administração, USP, 24(2) avril-juin 1989.

MARCOVITCH, J.- Parques tecnológicos e o desenvolvimento da América Latina.-Revista de Administração, USP, 23(3) juillet-sept. 1988.

MOURA LEITÃO.- O processo de aprendizado tecnológico nos paises em desenvolvimento : o caso da refinação de petróleo no Brasil.- Revista de Administração 20(3) juillet 1985, pp 117-129.

PARANHOS NETO, A.- ; DROUVOT, H.- Comportements stratégiques des joint-ventures dans l’industrie pétrochimique brésilienne. Papier de recherche 82-05. Grenoble.

POLITZER, K.- Gestão autónoma de tecnologías pelas empresas ; fatores condicionantes.- Revista brasileira de Tecnología, 16(3) mai 1985, pp 48-56.

SANDRETTO, R.- Les transferts internationaux de technologie : illusions du passé et espoirs pour l’avenir. Congrès international des économistes de langue française. Belgrade, 1-4 juin 1989.

TIGRE, P.B.- Technology and competition in the Brazilian computer industry.-London, Frances Printer, 1983.

Notes

1 Au Mexique : nationalisation de Teléfonos de México (TELMEX) en 1972 et pour le secteur privé : rôle de la Chambre Nationale de l’Industrie Electronique et des Communications Electriques.

2 Ainsi dans les secteurs aéronautiques et spatiaux, création du Centre de Technique Aérospatiale (CTA) en 1964, puis de l’Institut de Recherche Spatiale (INPE) en 1971.

3 Petrobras (pétrochimie). Embraer (aviation), Cobra (informatique) Eletrobras (électricité), Telebras (télécommunication) Siderbras, Cia Vale do Rio Doce (sidérurgie)

4 ABICOMP (informatique), ABIFINA (chimie fine)

5 Citons, par exemple, le rôle déterminant de l’ex-président de la République Ernesto Geisel, directeur de Norquisa dans l’industrie chimique brésilienne.

6 Bâtiments-travaux publics, industries du bois, céramique, textiles, industries du cuir et de la chaussure.

7 Pour le Brésil, voir P. VILLARES “O Brasil não pode perder a bonde” Exame 5/4/89.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable