Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

Conclusion : nouvelles technologies et essor industriel

Texte intégral

1Ce rapport rend compte, d’une part des questions générales qui se sont posées lors de la présentation des textes et, d’autre part, des questions spécifiques qui avaient pour objet d’éclaircir ou de discuter ce qu’avaient dit les auteurs. Il résulte d’une réflexion collective des auteurs et a été rédigé principalement par Francisco Zapata avec la collaboration de Marc Humbert.

Questions générales

2A partir de la distinction entre la dynamique de la mutation techno-industrielle qui a lieu au niveau global et le processus spécifique de développement industriel qui a lieu en Amérique latine, on peut peser la nécessité d’une modernisation de l’appareil industriel de ce continent qui le mette en consonance avec les changements globaux, en outre comme ces mutations sont exogènes à ce continent, il y a un effort à fournir pour que la modernisation de l’appareil industriel se fasse dans une perspective d’optimisation des coûts, de compétitivité et de qualité. Il s’agit donc de mettre en rapport deux logiques qui ne coïncident pas nécessairement mais dont on doit essayer de maîtriser l’articulation.

3Par ailleurs, même si c’est un effort essentiellement économique, il faut sans doute prendre en compte des aspects politiques pour que les objectifs cités soient atteints. Par exemple, la détermination des moyens nécessaires pour réaliser la modernisation ou le choix des secteurs ou des branches les plus dynamiques font apparaître le rôle des acteurs tels que l’Etat, entrepreneurs, agents de financement. Des éléments politiques interviennent donc dans la mise en place du rapport entre nouvelles technologies et développement industriel.

4Contrairement à ce qui s’est passé pendant le processus de mise en place de l’industrialisation par substitution des importations, aujourd’hui, l’objectif à atteindre n’est pas dessiné aussi clairement que dans le passé. Les pays latino-américains comme ceux de l’Europe doivent agir dans un contexte imprégné d’incertitude. Autrement dit le renouveau industriel qui s’impose à présent n’a pas une configuration déterminée, il est un cheminement vers plusieurs possibles. En particulier, dans le domaine de la politique scientifique et technologique, notamment dans les rapports du type université-entreprise, les modalités d’application anciennes ne sont plus efficaces et il y a lieu ici aussi d’innover, notamment dans une meilleure prise en considération des interactions entre l’offre et la demande.

5Par rapport à ce diagnostic général, on peut introduire des éléments complémentaires ou des indications dont le principal est celui de ne pas focaliser le discours du renouveau sur l’entreprise mais de prendre en compte l’existence de l’Etat qui, malgré un discours néo-libéral, continue à jouer un rôle important. C’est donc la revendication d’une analyse où le renouveau industriel a lieu à l’intérieur de politiques macro-économiques qui influencent, parfois de façon critique, les décisions des entrepreneurs. On a aussi souligné que la compétitivité de chaque entreprise n’est pas seulement le résultat des stratégies individuelles de chacune d’entre elles mais aussi de la manière dont les entreprises intériorisent les décisions macro-économiques.

6Cela veut dire aussi que la modernisation et le renouveau ne sont pas de simples processus de rupture mais qu’ils s’identifient à des stratégies permanentes où l’Etat doit jouer un rôle central par la mise en place des infrastructures en termes d’éducation, transferts et communications qui rendent ces processus possibles. La dynamique de la diffusion des nouvelles technologies passe également par des relations parfois essentielles entre producteurs de produits les incorporant et utilisateurs industriels de ces produits. Elle rend nécessaire la prise en considération du tissu productif dans son ensemble. Dorénavant, la modernisation se constitue de façon inédite car elle représente beaucoup plus qu’une simple rénovation des moyens physiques de production au niveau des entreprises. En effet, cette modernisation, identifiée avec l’établissement d’un rapport plus étroit entre changement technologique et industrialisation, n’est pas seulement un fait technique, elle est aussi un fait institutionnel, organisationnel qui débouche sur une considération globale de plusieurs aspects, qui, dans le passé, n’étaient pas considérés comme appartenant à cette sphère de réflexion.

Questions spécifiques

7Ce qui précède a été élaboré à partir de ce qui avait été acquis en partie par des travaux antérieurs sur le thème et, surtout, par les contributions présentées lors de ce colloque. Celles-ci ont porté essentiellement sur le processus d’informatisation en Amérique latine et plus particulièrement au Brésil, sur le processus de restructuration économique au Mexique, observé, d’une part à un niveau marco-économique et, d’autre part, à partir du cas de l’industrie de fabrication des pièces d’automobile, sur la reconversion vénézuélienne et, enfin, sur les programmes de coopération entre l’Argentine et le Brésil.

8Cet ensemble de travaux a montré les difficultés concrètes que rencontre le processus de modernisation. Mais ils ont aussi montré que la modernisation n’est pas le simple effet d’une réponse à la crise de la dette, ni le résultat automatique de la levée des barrières protectionnistes, ni encore le résultat de l’intégration économique. C’est tout cela à la fois et plus encore. Car, bien que l’intensification de la dynamique exportatrice s’explique par ces facteurs, elle correspond aussi à des révisions profondes de la politique industrielle suivie par des pays comme le Brésil ou le Mexique, l’Argentine et le Venezuela (on y retrouve des aspects communs mais aussi une certaine hétérogénéité qui serait encore plus grande s’il fallait considérer l’ensemble de l’Amérique latine). Les cas de l’informatique ou du secteur des pièces pour automobile montrent que les entreprises s’adaptent à ce contexte nouveau par l’intermédiaire de l’augmentation de leurs exportations mais que cela n’est pas suffisant. Il faut, à partir de cette intensification des exportations, consolider une modernisation technologique, pour laquelle les multinationales jouent un rôle important.

9Les cas du Brésil et du Mexique montrent donc que l’établissement d’un lien entre nouvelles technologies et essor industriel dépend de l’effort d’exportation, en raison des contraintes que cet effort exerce sur les entreprises mais qu’il ne se limite pas à celà. En effet, les efforts à faire en amont des exportations en terme d’organisation, de productivité, de réduction des importations, impliquent des changements dans les perspectives des entreprises et dans la façon dont elles ont été gérées jusqu’à maintenant.

10C’est-à-dire que le passage à un modèle plus flexible de production donne lieu à de fortes tensions dans les entreprises et dans l’économie générale. Il implique de concevoir l’entreprise en termes plus larges, où la production n’est que l’un des aspects qui la définissent. Les exportations constituent un élément important qui incite les entreprises à avancer dans ce processus de rénovation mais elles constituent plus un moyen d’accéder à la modernisation de l’appareil industriel qu’une fin en soi. Les diverses relations établies entre les entreprises locales et étrangères d’Amérique latine ou d’autres pays et les coopérations internationales, et en premier lieu l’intégration régionale telle que l’illustre l’effort argentino-brésilien, peuvent constituer un support de ce processus.

11Ainsi, c est à partir de l’effort exportateur que l’on pourra consolider le passage à une économie moderne où l’on devra également mettre en place de nouvelles politiques pour le développement du marché intérieur.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable