Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

La globalisation de la production, l’ouverture économique, l’innovation technologique : le cas de l’industrie du papier journal au Mexique

René Villarreal

Texte intégral

1A partir des années soixante-dix, devant l’essor des nouveaux pays industrialisés, les pays développés ont connu une dégradation de leur situation dans le commerce mondial pour certaines branches productives, en particulier, pour celles utilisant des technologies mûres. Cet état de choses a été aggravé par des problèmes macro-économiques et financiers lorsque l’accord de Bretton Woods a été abandonné et au moment des chocs pétroliers.

2Les pays les plus développés ont donc réalisé un ajustement structurel et une modernisation industrielle, surtout dans les branches qui consommaient trop d’énergie, où il y avait des usines et des lignes de production peu flexibles, dans les industries en plein déclin et dans celles qui dépendaient largement de matières premières importées, cela au bénéfice de l’usage intensif d’un facteur abondant : la technologie.

3La perte de la suprématie américaine devant le vertigineux succès du Japon et de l’Allemagne a suscité une véritable course entre les puissances industrielles pour achever la maîtrise des industries de pointe et dominer les marchés. Elle a été aussi le fondement de la transformation radicale des processus productifs et du commerce. De nouvelles technologies ont réduit les coûts de production et constitué une véritable révolution technico-industrielle, la troisième dans l’histoire de l’humanité. Cette révolution a redéfini la division internationale du travail laquelle influence spécialement les pays d’Amérique Latine puisqu’elle modifie leur insertion dans l’économie mondiale. Les avantages comparatifs sont désormais déterminés non par l’abondance d’un facteur de production, mais par leur dynamisme. C’est-à-dire qu’ils peuvent être créés, favorisés ou consolidés à volonté. Ces changements technologiques se matérialisent dans le cadre d’un nouveau système d’organisation industrielle que constitue l’Usine Mondiale : plusieurs économies, usines et entreprises industrielles réalisent la production d’un bien final qui est vendu sur un marché de taille mondiale. Aujourd’hui, la modalité du commerce intra-entreprise permet à des grandes firmes de réorganiser globalement la production et le marketing en fixant des tâches spécifiques à leurs filiales localisées dans de nombreux pays.

4C’est au sein de ces transformations que les alliances stratégiques viennent s’établir entre des entreprises concurrentes, tandis que les pays façonnent la formation de blocs régionaux avec l’intention de stabiliser la circulation de biens, d’investissement et de services entre nations appartenant au même bloc, par la réduction des barrières douanières intérieures et un protectionnisme vis -à-vis de l’extérieur. Ces blocs visent à augmenter leur potentiel dans le domaine de la production et de la technologie, ainsi qu’à accroître leur participation au commerce mondial avec l’intention de fortifier et de consolider les secteurs les plus compétitifs. L’intégration économique en blocs est en train de prendre une forme définie non seulement dans le cadre de la communauté européenne mais ailleurs que ce soit en Amérique du Nord, en Asie du Sud-Est ou encore en Amérique latine Sur le continent américain plusieurs efforts pour établir des liens d’intégration ont été tentés. Il suffit de rappeler les expériences de l’Association Latino-américaine de Libre Commerce (ALAC) et de l’Association Latino-américaine de développement industriel (ALADI), le Pacte Andin et le Marché Commun de l’Amérique centrale.

5Le Mexique a une situation particulière en Amérique latine, en raison de sa frontière commune avec les Etats-Unis il est en train de négocier un accord de libre échange avec ses voisins d’Amérique du Nord. Ce regroupement est la résultante de la concurrence mondiale par blocs régionaux et de la transformation structurelle des trois économies concernées (Etats-Unis, Canada et Mexique). Un des obstacles les plus importants à la création de ce marché de libre échange est l’asymétrie économique de ces économies. En matière de politique commerciale le Mexique a déjà éliminé les contrôles quantitatifs et a réduit les droits de douane à 9 % en moyenne. Ayant un tarif douanier plus bas de 5 % les Etats-Unis ont façonné un système de contrôles (sanitaires, quantitatifs et autres) qui touchent plus de 30 % de leurs importations, tandis qu’ils soutiennent des quotas pour le textile et l’acier. Tout cela correspond selon différentes études a un tarif de 25 %. L’intégration entre ces économies ne sera pas facile et elle présente de graves risques dans le cas où les asymétries ne seraient pas reconnues et traitées avec une meilleure distribution géographique des activités économiques qui utilisent des technologies de pointe.

Les tendances internationales de l’industrie du papier journal

6L’industrie mondiale du papier, en ce qui concerne sa capacité de production, son marché et sa technologie, se trouve dominée par un groupe restreint de pays : le Canada, les Etats-Unis, la Suède et la Finlande. Les tendances actuelles de l’industrie mondiale du papier sont principalement :

  • une haute intégration productive qui comprend le développement et l’utilisation des ressources de la forêt jusqu’à l’édition et l’impression des journaux.
  • la production du papier constitue un des maillons de la chaîne productive les plus intensif en capital. En moyenne elle a besoin de 1 900 à 2 000 dollars d’investissement par unité de tonnage produite, c’est-à-dire qu’une usine qui produit 100 000 tonnes a besoin de 200 millions de dollars d’investissement.
  • tendance à la croissance externe sous forme de fusions entre les plus grands groupes industriels du monde, la grande taille devient une condition de succès. Aux Etats-Unis, la concentration a entraîné que les 10 principales entreprises réalisent aujourd’hui 62 % du total des ventes de l’industrie contre 48 % en 1980. En Europe, les 10 principales entreprises contrôlent 60 % des ventes totales de cellulose et de papier contre 40 % en 1980.
  • sa gestion est caractérisée par une rotation élevée des actifs, de hautes marges de rentabilité et une liquidité forte en comparaison à d’autres branches productives.
  • un pourcentage élevé d’utilisation de la capacité productive installée est nécessaire pour avoir des coûts unitaires compétitifs, en permettant la réduction des coûts fixes unitaires.

7La recherche d’une meilleure rentabilité est fortement associée aux gains de productivité réalisés. Dans ce contexte, l’industrie est en train de s’orienter vers l’automatisation des processus de production pour les rendre plus rapides (jusqu’à 1 500 mètres par minute contre traditionnellement 800 mètres par minute) entraînant une obsolescence plus rapide des équipements. Les nouvelles machines ont été conçues pour augmenter la longueur du papier afin de multiplier le potentiel de production des journaux de 7 à 10 mètres. La tendance est à la réduction de l’épaisseur du papier. L’accent est mis sur la qualité ; enfin, la production se réalise de plus en plus à la commande. Tout ceci pour répondre à la demande des clients les plus exigeants. Parallèlement, les changements dans la technologie des processus de production sont en train de provoquer le développement de fibres de haute technologie pour les toiles et les feutres, ce qui permettra de d’augmenter la rapidité des machines et de diminuer l’épaisseur du papier. Avec l’intention de réduire les coûts de production et de faire face à la concurrence, les entrepreneurs dans la fabrication du papier ont dirigé leurs efforts vers :

  • l’achèvement d’une plus grande intégration verticale pour une plus grande autonomie vis-à-vis de l’approvisionnement en matières premières.
  • l’établissement d’accords stratégiques pour réaliser les investissements de modernisation et distribuer les risques.
  • l’amélioration du mélange des matières premières et des économies d’énergie dans le processus de séchage à vapeur ou à rayons ultra-rouges.
  • la réduction des dépenses administratives grâce à l’informatique
  • les marchés extérieurs en achetant des concurrents, ainsi des pays comme la Nouvelle Zélande et l’Australie ont racheté des entreprises en Europe, en Amérique de Nord et du Sud afin d’acquérir des part de marché à l’étranger. Cette globalisation s’est accompagnée de la croissance d’accords technologiques entraînant l’accélération du changement structurel de l’industrie du papier. Les transferts de technologie des pays d’origine vers le reste du monde ont été rapides, venant d’Allemagne la technologie des processus, de la Finlande la technologie du blanchissement par oxygène et de l’Europe et des Etats-Unis la technologie du recyclage.

8Par ailleurs, la préoccupation pour l’environnement étant croissante, les pouvoirs publics ont imposé des règles écologiques à l’industrie du papier dans deux directions principales. D’une part, les lois de protection des ressources de la forêt ont été établies dans certains états de l’Union Américaine ainsi que l’obligation pour les journaux d’utiliser au moins 1 % de papier recyclé. D’autre part, les grandes entreprises sont incitées à réaliser des investissements pour le contrôle des polluants dans la technologie des processus et pour traiter les substances à haute nocivité dégagées par les processus de production.

9Dans ce contexte l’Amérique Latine est un importateur net de papier journal. Le Mexique, à travers le groupe industriel et commercial Pipsa est devenu exportateur dans les années 80 ainsi que l’Argentine avec deux entreprises dans le domaine de la fabrication du papier journal. Le Mexique est le premier producteur d’Amérique Latine (400 000 tonnes) devant le Brésil (240 000 tonnes) le Chili (200 000 tonnes) et l’Argentine (140 000 tonnes). En 1990, le Mexique a eu une utilisation maximum de ses capacités productives installées du fait de la croissance de son marché interne. Le Chili ayant une demande interne moins importante va rester le grand importateur latino-américain en exportant environ 120 000 tonnes par an, de plus une partie de son potentiel forestier va arriver à maturité en 1990 ainsi que plusieurs investissements directs étrangers (américains, suédois, suisses et japonais). Le Brésil ainsi que le Venezuela ont les moyens de devenir exportateurs, au moins de se consolider sur ce marché s’ils poursuivent et complètent leurs projets en cours de développement. Le Brésil compte sur un énorme potentiel de ressources fibreuses qui lui fournit la capacité et les avantages de mettre en œuvre des projets d’expansion, étant donné qu’aujourd’hui il a besoin d’importations pour satisfaire sa demande interne. La demande d’importation de l’Amérique Latine va donc se réduire, elle atteint aujourd’hui un volume d’environ 500 000 tonnes par an. Les Etats-Unis et le Canada continueront d’être les fournisseurs principaux de ce marché.

10Le marché européen, de son côté, est déterminé par l’accroissement de la production de papier à base de fibre secondaire du fait des règlements écologiques, mais aussi de sa position géographique proche de l’ancien bloc socialiste et du Canada. Par ailleurs, d’autres pays ont un fort potentiel de croissance et peuvent devenir de grands exportateurs de papier journal : l’Autriche, la Nouvelle Zélande et le Japon. Le Japon, à la différence du Brésil, doit affronter de fortes contraintes d’approvisionnement. Néanmoins par ses multinationales il peut s’assurer l’approvisionnement des matières premières en provenance d’autres zones du monde.

11Le marché mondial du papier journal va dans les années à venir se retrouver en situation d’équilibre entre l’offre et la demande, la demande mondiale de papier journal s’élève à 31 521 000 tonnes en 1989 et les capacités installées dans le monde peuvent produire 34 731 000 tonnes. Le prix sera donc déterminé par le marché mais des facteurs tels que l’activité économique mondiale (parce que l’investissement de ce genre d’industrie a besoin d’une stabilité économique du fait des hauts niveaux d’investissement et des longues périodes de maturité) ; la situation du travail aux Etats-Unis et au Canada seront aussi déterminants pour la fixation du prix.

La situation mexicaine, le rôle du groupe industriel et commercial Pipsa

12Productora e Importadora de Papel S.A.”, Pipsa, a été créée en 1935 pour aider au développement de l’industrie éditoriale, de la communication sociale, de la culture et de l’éducation. Les éditeurs de journaux au Mexique avaient rédigé une lettre au président Cardenas pour se plaindre des mauvaises conditions du marché du papier interne sur lequel ils payaient un prix plus élevé qui celui des importations en provenance d’Europe. La Pipsa fut alors constituée comme une institution mixte avec la participation de l’Etat et des éditeurs privés. Au début, elle réalisait simplement l’importation de papier journal, plus tard elle est passée à la fabrication en raison des exigences de l’industrie éditoriale et de l’industrialisation du pays. Actuellement Pipsa est constituée comme un groupe industriel et commercial intégré et composé de trois entreprises manufacturières : Fábricas de Papel Tuxtepec, S.A. Fapatux) ; Productora National de Papel Destinado, S.A. (Pronapade) et Mexicana de Papel Diario, S.A. (Mexpape) ; et de l’entreprise commerciale : Pipsa. Le groupe Pipsa est le seul groupe dans le domaine du papier au monde qui utilise et intègre trois technologies différentes de production : celle de la fibre de bois, celle de la bagasse de canne à sucre et celle du recyclage du papier journal usé. Dans l’ensemble, le groupe a une capacité de production de 400 000 tonnes par an, ce qui met le Mexique dans les premières places en Amérique Latine et le onzième dans le monde. En 1958, Fapatux était le premier manufacturier au Mexique, localisé dans la région de Tuxtepec, Oaxaca. Aujourd’hui, c’est l’usine la plus importante du groupe et elle a atteint en 1989 une production de plus de 158 000 tonnes, la plus haute de son histoire. Elle fonctionne avec deux machines et des installations pour le processus de production de la pâte de bois par des moyens thermométrique. Pour rendre compatible les processus de production avec la conservation de l’environnement et pour atteindre une plus grande intégration avec le secteur primaire, elle a établi en 1968 le premier programme forestier des plantations artificielles, “la sabana” sur une étendue de 10 000 hectares, l’objectif étant d’avoir une utilisation rationnelle du bois. La croissance des besoins en bois a entraîné de considérables efforts pour utiliser d’autres matières complémentaires comme la bagasse de canne à sucre et des fibres provenant du recyclage. A présent, elle est en train de faire un important effort technique de modernisation des équipements et des installations pour offrir à l’industrie éditoriale des papiers qui, en plus de leur traditionnelle caractéristique de bonne opacité, puissent avoir une qualité supérieure pour s’adapter aux nouveaux équipements d’impression et aux machines d’édition des livres afin d’élargir les possibilités d’approvisionnement pour l’industrie.

13Mexpape a été créée en 1974 aux Tres Valles, Veracruz. C’est la première usine manufacturière dans le monde qui fabrique du papier journal à partir de la bagasse de canne à sucre, matériau qui se trouve en abondance au Mexique. L’exploitation de cette matière première contribue dans une grande mesure à la résolution de deux problèmes principaux : l’autonomie par rapport à l’approvisionnement en cellulose et l’utilisation rationnelle d’une ressource renouvelable et abondante dans le pays. Mexpape a une capacité installée de 100 000 tonnes par an et peut fabriquer du papier spécial comme le papier pour les livres, le papier pour les cahiers et le papier pour ordinateurs étant donné la blancheur de la bagasse de canne à sucre. En outre, Mexpape est l’usine qui a introduit les systèmes flexibles de production et les chaînes multi-produits. Cette stratégie a permis d’atteindre une plus grande rentabilité car les papiers spéciaux sont vendus plus cher que le papier journal. Elle a atteint en 1989 une production de plus de 96 000 tonnes, la plus importante dans l’histoire du groupe. Sa production correspond à la tendance de l’industrie éditoriale mondiale qui utilise du papier de plus en plus blanc, de plus en plus résistant, d’excellente opacité d’impression autant pour la production de journaux que de magazines, que de livres. Pronapade est né en 1976 à Villa de Reyes, San Luis Potosi. Sa production est le recyclage du papier journal usé. Sa localisation est excellente pour l’achat de sa matière première (sud des Etats-Unis) et par rapport aux principaux centres de consommation du papier journal (nord-centre du Mexique). La technologie du recyclage qu’utilise Pronapade est l’une des plus modernes du monde. Son processus donne d’excellents résultats de rentabilité, une bonne qualité et sans pollution. La fibre secondaire est pour cela une source d’économies par rapport aux autres fibres. En 1989, cette compagnie a produit plus de 142 000 tonnes de papier, chiffres sans précédent dans son histoire.

14A Mexico se trouve Pipsa, entreprise commerciale, son stockage est de 72 000 610 tonnes en 14 unités équipées pour assurer des normes de qualités rigoureuses et elle possède un laboratoire ou des cadres techniques spécialisés offrent gratuitement leur conseil aux clients. La demande de Pipsa est composée à 74,8 % par les éditeurs de journaux, 14,8 % par les éditeurs de livres et le reste par l’édition des magazines. México et sa zone métropolitaine absorbent 60 % de la demande, le reste se distribue entre Monterrey, Guadalajara et le reste du pays. Lorsqu’un client a besoin de papier d’importation, Pipsa fournit aussi les services du commerce extérieur pour lui éviter les problèmes que cela implique et avec une option d’achat plus facile, bien que étant donné le décret de 1990 l’importation est aujourd’hui libre. En ce qui concerne la stratégie de marché et des finances un programme agressif de diversification des marches, de développement des produits à plus grande valeur ajoutée pour l’exportation est en cours, ce qui permettra d’augmenter les revenus en devises pour l’importation dans le cas où cela deviendrait nécessaire.

Le groupe Pipsa devant le défi de la modernisation et l’ouverture de l’économie mexicaine

15Le Canada, la Suède, la Finlande et la Norvège contrôlent 85 % du marché mondial avec la production de 12 millions de tonnes sur les 14 vendues chaque année. Les Etats-Unis sont le marché le plus important au monde, ils importent plus de 7 millions de tonnes, presque la moitié de leur consommation total par an. En 1989, l’Amérique Latine représentait seulement 4,5 % de la demande avec une production équivalente á 3,6 % de la production mondiale. Prise dans son ensemble, cette région produit en moyenne 1 million de tonnes de papier journal par an, elle importe des Etats-Unis et du Canada environ 400 000 tonnes.

16L’industrie mexicaine de la cellulose et du papier a eu un profil dynamique, durant la période de croissance nulle, les années 80, elle a enregistré un taux moyen de croissance par an de presque 2,5 %. Elle va devoir faire face à une concurrence extérieure plus forte puisque, depuis 1990, le pays a enlevé les barrières à l’importation du papier journal (le tarif douanier n’est plus que de 15 %). Dans cette industrie la participation du groupe Pipsa, seul producteur de papier journal, est en moyenne de 11 %, alors que les autres entreprises qui fabriquent d’autres papiers se partagent le reste. Dans ce contexte, le groupe occupe la quatrième place dans la production national de papier, de carton et de cellulose.

17A partir de la croissance de la demande interne le groupe Pipsa utilise ses installations à pleine capacité, ce qui limite son potentiel d’exportation. Sa production a suivi une tendance ascendante avec une croissance par an de 10,7 % en passant de 163 000 tonnes au début des années 80 à presque 400 000 tonnes en 1990. En 1989, seulement 55 % de la demande interne était satisfaite, en 1990, 100 %. Le papier journal est le produit le plus important du groupe Pipsa, il représente 85 % du total des ventes, suivi par ordre d’importance par le papier pour l’éducation nationale et l’administration. Dans les 5 dernières années, le tonnage vendu s’est accru à un taux annuel de 8,2 % en passant de 240 000 tonnes en 1983 à 357 000 tonnes en 1988. Pour cette dernière année, les ventes ont présenté la structure suivante : papier journal 80,7 %, papier pour l’éducation 13,4 %, papier rotogravé 3,6 %, papier pour l’administration 1,9 % et papier journal extra 0,4 %.

18Cependant, malgré la croissance et le dynamisme enregistrés par la demande interne de papier journal qui se développe au taux moyen de 20 % par an dans un contexte de faible croissance de l’économie mexicaine, la capacité de production de 400 000 tonnes du groupe Pipsa est arrivé à un maximum que la modernisation permettra peut-être de surmonter.

19Le programme de modernisation de Pipsa s’inscrit dans les grandes orientations de l’administration du Président Salinas de Gortari pour la transformation de l’économie mexicaine.

20Le modèle d’industrialisation par substitution des importations est arrivé à sa fin ; if s’est caractérisé pendant une longue période par une très forte protection douanière de l’industrie locale et par une participation importante de l’Etat dans l’économie et dans l’industrie à travers les entreprises publiques. Depuis la crise du début des années 80, le changement de stratégie d’industrialisation est devenu nécessaire dans les directions suivantes :

  • le desserrement de la protection douanière a fait du Mexique l’un des pays les plus ouverts au monde,
  • l’appareil industriel s’est tourné vers l’extérieur à la recherche de capitaux étrangers,
  • un processus de réforme de l’Etat est entamé par la privatisation d’un certain nombre d’entreprises publiques.

21A partir de 1989, le groupe Pipsa a mis en œuvre un programme intégral de modernisation dans l’intention de réduire ses coûts, d’augmenter sa productivité, afin de consolider sa position financière. Les objectifs du programme sont les suivants :

  • garantir la fourniture du papier journal à l’industrie éditoriale,
  • améliorer la qualité des produits selon les besoins des clients,
  • augmenter la production afin de réduire les coûts fixes,
  • réaliser une diversification vers de nouveaux papiers de plus haute valeur ajoutée et qui puissent assurer une plus grande rentabilité,
  • donner une nouvelle image de marque de l’entreprise plus moderne et plus compétitive,
  • réaliser ce programme avec une rentabilité élevée et surtout produire avec plus d’efficacité.

22Ce programme de modernisation comprend trois étapes :

  • atteindre la pleine capacité avec une réduction des coûts( un volume de production sans précédent en 1990 de presque 400 000 tonnes soit 8,4 % de plus qu’en 1988). D’importants changements se sont réalisés dans cette étape car après une perte de 30 000 millions de pesos en 1988, le groupe a enregistré des profits pour 33 000 millions de pesos en 1989. De même les usines ont eu des résultats positifs après 5 ans d’insuccès. Les principales mesures qui ont contribué à ce résultat sont l’implantation d’un système de mélange des matières premières assisté par ordinateur pour rendre compatible une meilleure qualité avec une baisse des coûts, la création de comités mixtes de modernisation et de productivité pour faire participer les travailleurs en collaboration avec les cadres techniques et administratifs à la recherche de solutions d’amélioration de la qualité, de la productivité de leur travail.
  • l’étape de modernisation structurelle est celle où les coûts et la qualité devront atteindre les étalons internationaux avec une croissance marginale des capacités de production par la mise en œuvre de nouveaux procédés de haute technologie en provenance des pays leaders dans la production du papier journal.
  • l’étape de croissance des exportations qui devra répondre aux impératifs de l’Accord de Libre Echange avec les Etats-Unis et le Canada.

Conclusion

23Le changement accéléré de la technologie se réalise dans de telles proportions en étendue et en profondeur que l’on parle de révolution industrielle, la troisième de l’histoire de l’humanité. L’un des résultats de cette révolution est la globalisation de la production dans l’usine mondiale et la localisation de la production à travers le monde est en train de se faire. Cette globalisation conduit à la création de grandes firmes dans l’industrie et le commerce. L’industrie du papier n’est pas une exception, elle participe aux transformations générales de l’industrie au niveau mondial.

24Une intégration verticale plus poussée, un processus de fusions et d’achats, une globalisation des activités, des changements techniques importants et de nouvelles préférences des consommateurs sont parmi les principales caractéristiques de l’industrie actuelle. La présence de l’Amérique Latine y est marginale par rapport aux grands blocs : de l’Europe, de l’Amérique du Nord et du Japon.

25La crise des années 80 a touché l’industrie du papier à deux égards, d’une part par la réduction du marché de la région et d’autre part par la chute des revenus par habitant qui a entraîné un ralentissement de la consommation de papier journal et d’écriture à 5,1 kilogrammes, ce qui représente 48 % de la consommation mondiale par habitant. A la chute du marché interne, la crise est venue aussi toucher les programmes de modernisation et d’expansion de la production à cause des restrictions financières qui se sont traduites par des diminutions des investissements productifs.

26Le marché mexicain du papier journal a connu une croissance accélérée dans les cinq dernières années avec une croissance de la demande de 8,2 % par an en moyenne, ce qui a permis une augmentation du tonnage vendu de 240 000 tonnes en 1983 à 357 000 tonnes en 1988. Le groupe Pipsa a suivi la tendance avec une croissance de sa production de 10,7 % par an pour atteindre une production de presque 400 000 tonnes par an. Etant donné la richesse des ressources et la situation géographique du pays, le groupe Pipsa est le seul au monde à utiliser trois technologies différentes celle de la fibre de bois, celle de la bagasse de canne à sucre et celle du recyclage.

27Dans le cadre de l’environnement international, le groupe Pipsa a mis en œuvre un programme de modernisation afin de répondre aux nouvelles demandes du marché du papier. Pour réussir, le groupe doit intensifier l’utilisation de la bagasse de canne à sucre car elle peut lui procurer un avantage sur la concurrence. De même la technologie du recyclage du papier usé et le voisinage de la plus grande source de fourniture de cette matière première (Etats-Unis) peut permettre un usage intensif de cette voie technologique et de répondre aux règlements écologiques mis en œuvre aux Etats-Unis et au Canada.

28Le centre de recherches et de développement technologique du groupe permettra de profiter du changement technologique par la création de nouveaux produits, le perfectionnement des papiers, l’amélioration des processus de production et de la qualité et par des programmes de diversification des produits par la mise en place de systèmes de production flexibles. Les alliances stratégiques du groupe Pipsa avec des firmes étrangères constituent une priorité pour son insertion dans le marché mondial. Par sa situation géographique, le Mexique est naturellement pour l’intégration et la globalisation de son industrie du papier et des éditions en Amérique Latine, étant donné le potentiel réel, naturel et humain de la région. Dans le même temps il espère devenir un pont entre l’Amérique latine et les Etats-Unis et le Canada. L’accord de coopération du groupe Pipsa avec des firmes leaders américaines et canadiennes servira pour bâtir l’Accord de Libre Echange de l’Amérique du Nord, ce qui est aussi un pas décisif pour l’industrie du papier latino-américaine, puisque dans le cadre des grandes transformations mondiales, le papier est et continuera d’être le fondement de la communication sociale, de l’éducation et de la culture de nos populations.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540