Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

Protectionnisme ou intégration compétitive ? Les voies de la politique brésilienne pour l’informatique au début des années 1990

Jorge R.B. Tapia
Traduction de Catherine Mathieu

Texte intégral

1Ce travail a pour objectif d’examiner l’expérience de la politique nationale brésilienne pour l’informatique sous l’angle des questions qui ressortent du débat actuel quant aux directions qui doivent être prises par la politique industrielle et la politique scientifique et technologique, au sein d’un effort de réinsertion de l’économie brésilienne dans le marché international.

2Notre point de départ consiste en l’identification des éléments qui composent ce que l’on nomme par convention le modèle de réserve de marché, dans le but de faire ressortir le point normatif qui a orienté l’application de la politique pour l’informatique. Ensuite, nous retraçons le débat qui s’est formé à propos des résultats obtenus par la politique du gouvernement, en faisant ressortir les arguments sous-jacents à chacune des évaluations faites. Dans une troisième partie, nous examinons de façon succinte les diverses stratégies développées par les principaux acteurs impliqués dans la discussion actuelle sur les voies de l’industrie informatique brésilienne. Ici, l’intérêt réside dans le fait de savoir comment les protagonistes construisent leur insertion future dans le secteur. D’une certaine façon, nous cherchons à lier une discussion sur les diverses thèses favorables et opposées à la réserve de marché, à l’identification des stratégies explicites des principaux acteurs par rapport au futur de la politique gouvernementale.

3Notre conclusion est que, bien que souhaitable, l’alternative de restructuration de la politique pour l’informatique, qui préserve les gains obtenus et introduise des modifications visant à faire face aux fragilités de l’industrie, paraît aujourd’hui peu viable à cause des options prises, non seulement par l’Etat brésilien mais aussi par les principaux groupes nationaux, seuls capables d’être compétitifs en cas d’ouverture du marché.

4De telles options cheminent respectivement vers la “dérèglementation” et l’établissement d’alliances stratégiques avec les grands fabricants mondiaux, et rejettent l’adoption de mesures protectionnistes pour le secteur.

Le modèle de réserve de marché : principales caractéristiques

5Le modèle brésilien de développement de la technologie de base microélectronique s’est constitué au cours de ces quinze dernières années. Malgré les difficultés inhérentes à la tentative d’identification de l’ensemble des éléments qui le constitue, il semble nécessaire de faire un effort initial pour caractériser ce que l’on appelle le modèle de réserve de marché, afin d’introduire ensuite une discussion sur ses succès et ses échecs.

6Grosso modo, le modèle adopté par le gouvernement brésilien de développement de l’industrie informatique possède cinq caractéristiques de base :

  1. l’occupation prioritaire du marché intérieur en tant qu’étape préliminaire et indispensable pour l’entrée sur le marché international ;
  2. le contrôle progressif de tous les domaines concernés par les techniques digitales, à partir de la thèse du secteur moteur ou stratégique ;
  3. l’expectative d’avancer progressivement vers des tranches de produits de plus grande sophistication technologique, à partir de la formation technologique des entreprises nationales ;
  4. centralisation renforcée des décisions stratégiques dans les mains de l’Etat, qui reste en étroite relation avec les entreprises nationales ;
  5. segmentation du marché en tranches, réservant celles des équipements de petite taille aux entreprises contrôlées par le capital national.

Le débat sur la réserve de marché

7Le débat sur la Politique Nationale pour l’Informatique traduit l’existence de deux modèles distincts et opposés de politique industrielle, qui polarisent les segments du patronat national, les entreprises multinationales, les institutions publiques, les membres de la communauté scientifique et technique, les militaires, les partis politiques et les associations professionnelles de fabricants et d’utilisateurs d’équipements informatiques.

Les arguments en faveur de la réserve de marché

8De façon générale, il existe entre les défenseurs de la politique de réserve de marché un consensus sur le fait qu’elle a été décisive pour la restructuration du profil de l’industrie brésilienne à partir de la fin de la décennie de 80.

9Jusqu’à l’apparition de l’ensemble des lois protectionnistes en 1977, le marché brésilien d’informatique était totalement contrôlé par le capital étranger. Les entreprises nationales étaient limitées aux phases de montage des produits, sans aucune activité de recherche et développement. L’Etat brésilien aurait pu par son action retourner ce cadre initial en garantissant un espace protégé aux entreprises nationales.

10Entre les innombrables arguments en défense de la Politique Nationale pour l’Informatique, cinq sont particulièrement importants :

  1. le nombre d’entreprises créées grâce à la réserve de marché, pendant ses quinze années d’existence, qui a atteint près de 300, contrôlées par des entrepreneurs locaux, ainsi que l’évolution du parc d’équipements installés, dans lequel prédominent les fournisseurs nationaux, indiquent l’impact de la politique gouvernementale sur le profil de la demande du secteur informatique ;
  2. un autre impact visible de la politique de réserve de marché réside dans la participation relative du capital national et étranger en terme de valeur ajoutée. De la même façon que pour le parc installé, l’évolution des ventes brutes montre l’augmentation du pourcentage de participation de l’ensemble des entreprises nationales dans le montant global des ventes de l’industrie informatique. Selon la ABICOMP (1990), l’industrie informatique a atteint un total de ventes de US$ 5,1 milliards, ce qui représente 1,3 % du produit intérieur brut. Ce total se répartit entre US$ 1,5 milliard réalisé par les entreprises multinationales et 3,6 milliards par les entreprises nationales ;
  3. le troisième argument, sur lequel on met le plus l’accent, s’appuie sur une offre croissante d’emplois qualifiés à la communauté scientifique et technique brésilienne. L’estimation faite par la ABICOMP est que les entreprises nationales investissent près de 10 % de leur volume de ventes annuel dans des activités de recherche et développement, et emploient aproximativement 8.000 personnes dans ces activités, entre ingénieurs et chercheurs ;
  4. la politique nationale pour l’informatique a également permis une économie de devises grâce au fait de produire nationalement certains biens informatiques. L’évolution du coefficient d’importations du secteur montre une baisse sensible des importations effectuées par les entreprises nationales. Ainsi, la politique de réserve de marché aurait-elle permis un meilleur équilibre de la balance commerciale du Brésil. Selon les données de la ABICOMP, les importations du secteur informatique en 1989 ont été de US$ 1,2 milliard, (24 % effectués par les entreprises nationales, 36 % directement par les utilisateurs, et 40 % par les firmes multinationales.). Bien entendu, il n’est fait aucune mention de la valeur de la contrebande ;
  5. enfin, les défenseurs de la politique de réserve de marché mentionnent que les progrès faits par les entreprises nationales en terme de formation technologique et la croissance expressive du marché intérieur ont mené les entreprises multinationales à reconnaître les entreprises nationales comme des partenaires viables. Ainsi, l’explication quant à la réorientation des stratégies des multinationales serait liée aux succès obtenus par les entreprises nationales, ce qui les aurait rendues plus fortes face à la concurrence extérieure.

Les arguments contre la réserve de marché

  • 1 La Secretaria Especial de Informática - SEI a été créée en 1979. Entre 1979 et 1984, elle a été l’ (...)

11La politique de réserve de marché est très contestée par d’amples segments du patronat national, par les multinationales, par une partie de l’administration, par les utilisateurs et par les hommes politiques libéraux. Les principales critiques faites à cette politique mettent en avant le différentiel de prix, la qualité inférieure des produits nationaux, le retard technologique de l’industrie et l’autoritarisme de la SEI1 dans la conduite de la politique. Entre les principaux arguments contre la réserve de marché, nous relevons :

  1. les modèles brésiliens sont de simples copies des produits étrangers, il n’existe donc pas de développement technologique local effectif. Les adversaires de la réserve de marché mentionnent que la formation technologique est inutile. L’industrie nationale a du retard et est incapable de dépasser le stade de la copie ;
  2. une deuxième critique tient au fait que les prix des produits nationaux sont beaucoup plus élevés que ceux pratiqués sur le marché intenational. L’insatisfaction des utilisateurs brésiliens par rapport à l’industrie informatique trouve un point fort dans le différentiel de prix courants sur le marché intérieur. On estime que les produits brésiliens peuvent coûter jusqu’à cinq fois plus que leurs équivalents sur le marché international ;
  3. la troisième critique affirme que l’autonomie technologique n’a pas été atteinte en raison de la fragilité du Brésil dans un secteur-clé du complexe électronique : la microélectronique. Du point de vue des opposants de la politique informatique, le Brésil aurait échoué dans sa tentative de constituer une industrie de circuits intégrés, responsable du dynamisme de l’ensemble de l’industrie électronique. Cette fragilité porterait un coup fatal aux ambitions d’autonomie préconisées par les responsables et défenseurs de la réserve de marché ;
  4. conséquence fondamentale des arguments antérieurs, la quatrième objection avance que le retard technologique de l’industrie informatique serait responsable de la lenteur de la modernisation de l’ensemble du parc industriel brésilien. Les opposants de la réserve de marché attribuent en grande partie la perte de compétitivité de l’industrie brésilienne qui s’est vérifiée au long des années 80 à l’incapacité des entreprises nationales à proposer des produits technologiquement actualisés, et aux restrictions imposées par la SEI aux importations d’équipements basés sur les techniques digitales.
  5. finalement, la Politique Nationale pour l’Informatique se réfère à une gamme ample de préoccupations, et le pouvoir est très concentré dans les mains de la SEI, organe chargé de sa mise en place. La SEI est accusée d’exercer un pouvoir discrétionnaire, et excessif, lequel se traduirait par un contrôle croissant sur les questions relatives à la production, commercialisation et importation de produits basés sur les techniques digitales.

12Du débat sur les succès et les échecs de la Politique Nationale pour l’Informatique, il est possible de retirer quelques points qui devraient obligatoirement faire partie de la discussion sur le futur de l’industrie nationale dans les années 90.

13Certains des résultats présentés comme étant la preuve de la réussite de la politique, sont des conquêtes qui doivent être préservées, comme par exemple la participation significative des entreprises nationales dans le parc installé, l’incitation au travail qualifié et l’impact positif sur la balance commerciale.

14Mais on doit tout autant tenir compte, dans la discussion, de problèmes comme la question du différentiel de prix, la nécessaire amélioration des produits et l’actualisation technologique.

La position des principaux acteurs face à la réserve de marché : Etat, entreprises nationales et multinationales

De la confrontation à la coopération : les stratégies des entreprises multinationales

15Le changement survenu dans les stratégies adoptées par les entreprises multinationales installées au Brésil, principalement IBM, est un fait marquant de ces cinq dernières années. Jusqu’à la moitié des années 80, l’attitude prédominante des entreprises multinationales a été d’attaquer la réserve de marché. Dans la mesure où cette stratégie de “confrontation” n’a pas eu les effets voulus, les multinationales ont commencé à redéfinir leur stratégies par rapport à la politique gouvernementale, et ont modifié leurs formes d’action sur le marché intérieur.

16Cette nouvelle stratégie a pris deux directions. D’un côté, les multinationales ont cherché à se rapprocher des fabricants nationaux d’équipements sur divers segments du complexe électronique. A cette période, l’on constate l’augmentation des accords de coopération technique et l’achat de produits en OEM pour l’exportation. Récemment, les multinationales tendent à resserrer leurs liens avec les universités qui abritent les principaux centres de recherche du pays.

  • 2 Le récent accord entre Itaú et IBM a un double sens. Pour Itaú, il s’agit d’une forme d’accés à l’ (...)

17Pendant la seconde moitié des années 80, la position d’IBM reste privilégiée. Dans le futur, elle aura sûrement une présence dominante sur le marché brésilien de l’informatique. La stratégie de “confrontation” qui a marqué l’entreprise de la fin des années 70 à la moitié des années 80, a fait place à une autre stratégie d’occupation de l’espace, dans laquelle les attaques de front à la politique officielle ont perdu tout sens. La diffusion du standard “IBM-compatible” donne à l’entreprise une position de “contrôle virtuel” du marché de micro-ordinateurs. En ce sens, la production par le groupe Itaú du super-mini-ordinateur AS/400 peut renforcer ce contrôle indirect exercé par IBM2.

18Les entreprises multinationales ont eu recours à trois types de stratégies afin d’obtenir l’accès au marché brésilien.

19a) établissement d’accords de coopération technologique ; c’est le chemin suivi par DEC, Data General, Sun, Nixdorf et Hitachi (ces entreprises reçoivent des royalties sur les produits qu’elles fournissent, dont la valeur oscille entre 60 et 90 % du prix total) ;

20b) établissement de joint-ventures avec les entreprises nationales sans expérience dans le secteur informatique. Ce type d’accords convient bien aux entreprises multinationales puisqu’il garantit leur présence sur le marché brésilien, et égalemment au partenaire national car cette association est une façon d’accéder au marché attirant de l’informatique. Deux exemples importants de ce type de stratégie sont les joint-ventures entre IBM et Gerdau, qui s’appelle Gerdau Serviços de Informática (GSI), et entre la Bull française et le groupe ABC, formant ABC-Bull. Une autre association a réuni Edisa, du groupe Iochpe, à Hewlett-Packard, sous le nom de Tesis.

21Le scepticisme est grand quant aux bénéfices de ce type d’associations par rapport au niveau de formation locale. Le manque de crédibilité de ces accords provient de l’importance des partenaires étrangers d’un côté, et de la faiblesse des partenaires nationaux, de l’autre. Le contrôle majoritaire par les entreprises nationales (70 %) ne semble correspondre en fait qu’à un pouvoir fictif, étant donné que la fragilité technique de ces firmes les empêche de jouer un rôle effectivement déterminant dans la définition des stratégies ;

22c) une autre stratégie employée par les entreprises multinationales réside dans la constitution d’entreprises “nationales” à travers les moyens les plus divers dans le but de contourner les restrictions imposées par la loi sur l’informatique (Tenpo/Olivetti) (Drouvot, 1989).

La trajectoire des “Grands Groupes Nationaux” : à la recherche de partenaires stratégiques

23Plusieurs analyses de la structure de l’industrie nationale (Tigre, 1986 ; Stamer, 1990) indiquent que celle-ci est peu concentrée, même en tenant compte de la récente vague de rachat d’entreprises, comme l’achat de Digilab et Scopus par Bradesco. Cet épisode ne semble pas avoir modifié la situation de pulvérisation et fragmentation caractéristique de l’industrie nationale.

24Bien que manquant d’entreprises-leaders dans les divers segments de l’informatique, se sont formés au cours des années 80 quelques groupes nationaux de plus grande portée, liés en majeure partie au capital financier local, comme Bradesco, Itaú, Docas de Santos, Sharp, ABC-Bull et Iochpe, ce qui est un élément fondamental pour comprendre la trajectoire suivie par la politique informatique brésilienne, car l’avenir des efforts réalisés dans le secteur informatique dépend en grande partie des stratégies adoptées par les groupes nationaux de plus grande taille, principalement en ce qui concerne les alliances stratégiques avec les grands fabricants mondiaux. Ce cadre suggère que les plus grands fabricants nationaux optent pour des stratégies industrielles “relativement autonomes” par rapport aux orientations du gouvernement.

25Les deux questions fondamentales auxquelles il faut répondre pour comprendre la position et les possibilités des plus grands groupes nationaux sont : 1) Y a-t-il effectivement un intérêt de la part de ces groupes à lutter pour la poursuite des mesures de protection à l’industrie informatique ? 2) Quelle est effectivement la capacité de lutte des groupes nationaux dans une éventuelle situation d’ouverture du marché brésilien de l’informatique ?

26Pour répondre à la première question, les grands groupes nationaux ne semblent pas avoir l’intention d’appuyer un quelconque mouvement favorable au maintien de la réserve de marché. Les options stratégiques de recherche d’alliance avec les gros fabricants internationaux montrent de toute évidence que dans leurs calculs, la politique gouvernementale n’est prise en considération que de façon marginale. Les entreprises nationales veulent se renforcer face aux partenaires étrangers, et pour ce faire, elles doivent obtenir des moyens technologiques leur permettant d’asseoir leur position sur le marché intérieur et, qui sait, d’ouvrir les portes du marché international, tout au moins sur une échelle régionale.

27Reste à savoir si la fragilité de cette stratégie ne réside pas justement dans ce qui semble être son point fort : le renforcement des liens avec les partenaires étrangers. Nous entrons ici dans la deuxième question. De sérieux doutes planent quant à la capacité de lutte nationale en situation de marché ouvert. Comme nous l’avons discuté au long de ce texte, un effet “paradoxal”, renforcé par la réorientation des stratégies des entreprises multinationales sur le marché intérieur, a consisté en l’augmentation du “contrôle virtuel” du marché brésilien par les multinationales, en particulier par IBM. Si l’on considère les énormes différences de taille entre les entreprises locales et leurs congénères étrangers en ce qui concerne la capacité d’innovation, les ressources financières, la présence sur les marchés respectifs, la disponibilité de ressources humaines, etc., comment les entreprises nationales pourront-elles négocier des accords avantageux avec leurs puissants partenaires d’aujourd’hui ? Une situation alternative intermédiaire pourrait consister en la redéfinition d’un type d’intervention de l’Etat qui soit capable de mettre en place une politique active, comportant des mesures sélectives et flexibles capables d’aider les groupes nationaux dans ce confus processus de négociation de leurs positions sur le futur marché brésilien d’informatique. Cette hypotèse part d’une supposition : il est très discutable que les grands groupes nationaux acceptent éventuellement, dans le cas de l’appui effectif du gouvernement, d’augmenter leurs zones de conflits potentiels avec leurs partenaires pour un objectif de plus grande autonomie de décision.

28Mais même comme ça, le gouvernement institué en mars 1990 sera-t-il disposé à donner suite à une politique de protection de l’industrie informatique ?

La proposition du gouvernement Collor pour le secteur informatique

29Le gouvernement Collor a annoncé son intention de modifier en substance la Politique Nationale pour l’Informatique. En gros, la proposition est d’en finir rapidement avec les contrôles gouvernementaux dans ce domaine, pour en arriver à l’extinction du protectionnisme en 1992, comme il est prévu par la loi sur l’informatique votée par le Congrès en 1984.

  • 3 Le Conselho Nacional de Informática e Automaçåo - CONIN est l’organe créé par la loi pour l’inform (...)

30Les nouvelles orientations annoncées par le gouvernement pour le secteur informatique sont la réduction progressive de la réserve de marché du secteur informatique, le transfert du pouvoir de décision sur les produits qui vont ou non continuer à être protégés par la réserve de marché, de la SEI au CONIN3 ; permission de former des joint-ventures sans que soit exigée l’absorption de technologie d’une entreprise étrangère ; modifier le concept d’entreprises de capital national de l’informatique (51 % du capital votant serait en des mains brésiliennes ; fin, en 1992, de l’autorisation préalable pour la production de biens informatiques (réserve de marché) ; fin aussi des facilités fiscales pour le secteur informatique en 1992 (FSP, 13/09/90).

31Certaines de ces mesures ont déjà été prises. Du point de vue institutionnel, le gouvernement a effectué une “mini-réforme”, par laquelle il cherche à renforcer le pouvoir du CONIN, en même temps qu’il éteint la SEI.

32Le gouvernement a promulgué un décret qui attribue à la Secretaria Especial de Ciência e Tecnologia la responsabilité de donner le “consentement préalable à l’importation et à la production dans le pays de biens informatiques” (FSP, 22/10/90), ce qui était antérieurement le privilège de la SEI.

  • 4 Le CONIN a élaboré une liste comprenant 47 produits qui cessent de faire partie du domaine de la r (...)

33Une autre décision de grand impact sur la future orientation gouvernementale consiste en l’attribution au CONIN du pouvoir de définir quels produits resteraient encore sous la protection de la loi de réserve de marché jusqu’à la fin de sa validité, en octobre 19924.

34Le gouvernement a aussi annoncé son intention de soumettre au Congrès National une modification de la constitution visant à changer le concept d’entreprise nationale (article 12 de la loi pour l’informatique), qui limite la participation d’un associé étranger à 30 % au maximum, en laissant le veto à ce que ce dernier soit détenteur de la technologie. Le gouvernement propose d’appeler dorénavant “entreprise nationale” toute entreprise dont la majorité absolue du capital votant serait en des mains brésiliennes. Dans le même projet de loi, le gouvernement propose également d’en finir avec les avantages fiscaux et avec la nécessité d’une autorisation préalable pour fabriquer et importer du matériel informatique. En d’autres termes, le gouvernement Collor est déjà en train, de façon explicite, de mettre en place un projet de déréglementation de la politique pour l’informatique, en accord avec son projet global de déréglementation de l’économie brésilienne et d’insertion compétitive du Brésil au sein de l’économie mondiale.

  • 5 De grands secteurs nationalistes se sont toujours opposés à la formation de “joint-ventures” en gé (...)

35Illustrant déjà la nouvelle configuration du pouvoir à l’intérieur du CONIN, le Conseil a opté pour la réalisation de joint-ventures entre entreprises nationales et étrangères, enterrant ainsi un élément-clé de la conception de la politique en oeuvre ces quinze dernières années5.

36Il est vrai que certaines de ces mesures dépendent d’une négociation entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif, spécialement en ce qui concerne la modification du concept d’entreprise nationale, l’extinction des subventions aux entreprises du secteur et la fin du contrôle préalable de la production et des importations (de la réserve de marché). Mais le climat paraît plutôt favorable au projet du gouvernement. L’alliance nationale semble être assez fragilisée en raison de la perte de consistance idéologique du projet initial, ce qui se reflète dans l’inertie des segments en d’autres moments mobilisés (comme la communauté scientifique et technique), et de la perte d’intérêt à appuyer la cause du nationalisme technologique ressentie par une partie des plus grands groupes privés nationaux, ce qui vient s’ajouter à la fragilisation de l’institution qui a symbolisé la politique dans ses succès et ses faux pas : la Secretaria Especial de Informática.

37Pour en revenir à la question soulevée dans le point précédent, l’alternative qui consisterait en une redéfinition de la politique informatique dans le sens de constituer un nouveau type d’intervention de l’Etat tournée vers la promotion d’une politique active, “augmentant” la capacité de lutte des grands groupes nationaux face aux entreprises multinationales, semble être hors de l’horizon du gouvernement actuel.

Conclusion

38Comme nous l’avons vu, la politique de réserve de marché, malgré certaines limitations, est à l’origine de la formation de quelques groupes nationaux potentiellement capables de diversification à l’intérieur du complexe électronique, et capables aussi d’être compétitifs sur certains segments du marché comme l’automation bancaire, les équipements d’automation industrielle, etc.

39En même temps, la Politique Nationale pour l’Informatique a permis l’apparition d’une base importante de ressources humaines composée d’ingénieurs et d’hommes de science. En plus de cela, elle a permis que se crée un plus grand parc d’équipements de traitement des données en Amérique Latine, ce qui pourrait être un atout important pour une nouvelle stratégie politique qui se maintiendrait dans un horizon de politiques protectionnistes.

40Il nous reste encore à examiner l’échec de la politique pour la microélectronique, étant donné son importance pour n’importe quelle stratégie d’ensemble de l’industrie électronique. Selon une étude récente (Heller, 1989), l’adoption du mécanisme de la réserve de marché s’est révélée insuffisante. Ce qui a manqué, dans le cas de la microélectronique, est une politique active capable de pourvoir les entreprises d’un up-grading en termes de formation. Le problème n’est pas la réserve en soi, mais l’absence de mesures qui, favorisant l’élaboration d’un ensemble d’instruments, permettraient aux entreprises de contrôler diverses étapes de la fabrication de circuits intégrés, dans lequel la réserve de marché se transforme en un simple mécanisme de défense passive, et pour cela contreproductif.

41Ce qui est fondamental dans le bilan, c’est la décision politique prise pour le secteur. Une politique gouvernementale qui maintienne des mesures protectionnistes est-elle souhaitable ? Tenant compte des succès et des échecs de l’expérience de la Politique Nationale pour l’Informatique, la réponse est affirmative. Dans une redéfinition supposée de la politique de réserve de marché, l’Etat devrait appliquer effectivement des mesures qui aident les entreprises nationales à dépasser leurs propres faiblesses : amélioration de la qualité, réduction des prix, plus grande compétitivité sur le marché international. Une telle politique oblige à redéfinir le modèle d’intervention de l’Etat dans le sens de donner la préférence à des mesures sélectives et flexibles pour faire face aux obstacles qui menacent les gains obtenus grâce à la politique de réserve de marché.

42Toutefois, le point normatif n’est pas suffisant, et il faut savoir s’il existe de réelles possibilités d’appliquer une stratégie inspirée du modèle de réserve de marché. Pour cela, nous avons décrit de façon succinte les stratégies des acteurs principaux impliqués dans le policy-making de la politique pour l’informatique. La conclusion à laquelle nous sommes arrivés est que les principaux acteurs ne semblent pas disposés à opter pour une politique protectionniste. Au contraire, ils semblent être d’accord sur l’idée que la déréglementation est le plus sûr chemin pour dépasser les problèmes vécus aujourd’hui par l’industrie informatique brésilienne.

43Dans un moment crucial pour le futur de l’informatique dans le pays, l’appui politique qui a garanti pendant de nombreuses années la préservation de la réserve de marché est assez réduit.

44Malgré le grand nombre d’entreprises nationales existant, seulement quelques-unes semblent avoir la capacité politique d’influencer les décisions du gouvernement. Cette situation peut s’expliquer, tout au moins en partie, à travers la pulvérisation du marché qui a des répercussions négatives sur les possibilités de mobilisation des entreprises en vue d’une action collective.

45Jusqu’à certains segments qui ont été au front de la lutte pour la défense de la politique protectionniste, comme les techniciens de traitement des données et certaines parties de la communauté scientifique, ont aujourd’hui perdu leurs illusions quant à leurs anciens alliés comme la SEI et la ABICOMP. Dans le même sens, nous notons que les positions du secteur du patronat contraire à la réserve, ainsi que les institutions publiques hostiles à la SEI, se sont renforcées, aidées par l’insatisfaction manifeste des utilisateurs et par les pressions issues de l’attitude du gouvernement nord-américain.

46En somme, si l’on considère la position qu’assument les principaux acteurs du secteur informatique et le contexte politique et idéologique global, on est fortement amené à penser que va prévaloir une stratégie libéralisante et de déréglementation, qui a déjà commencé à miner la politique pour l’informatique.

Bibliographie

Bibliographie

- ABICOMP (1990): Informática: a principal indústria deste fim de século, Rio de Janeiro, mimeo.

- DROUVOT, H. et RUIZ, C. (1988): “Politiques de Développement Technologique dans l’Industrie Informatique Brésilienne”, in Problémes d’Amérique Latine, Paris, pp. 89-114.

- HELLER, C. (1989): Microeletrônica: considerações sobre a necessidade e viabilidade da integraçåo vertical no Brasil, Unicamp, Instituto de Economia, mimeo, Campinas.

- STAMER, J. (1990): From Import Substitution to International Competitiveness -Brazil’s Informatics Industry at the Crossroads, IDS, Sussex.

TIGRE, P.B. (1986): “Perspectivas da Indústria Brasileira de Computadores na Segunda Metade da de 80”, in: Textos para Discussåo no. 89, IE/UFRJ, Rio de Janeiro.

Notes

1 La Secretaria Especial de Informática - SEI a été créée en 1979. Entre 1979 et 1984, elle a été l’organe maximum d’élaboration et d’application de la politique, directement rattachée au Conselho de Seguran9a Nacional. Elle a été supprimée en octobre 1990 par le gouvernement Collor.

2 Le récent accord entre Itaú et IBM a un double sens. Pour Itaú, il s’agit d’une forme d’accés à l’ forme d’accés Etat de l’Art forme d’accés de la technologie de super-mini-ordinateurs. Pour IBM, la cession de cette technologie doit être prise sous l’optique des difficultés que vit l’entreprise à niveau mondial. La Big Blue fait face à une chute dans l’acception de ses produits en standards industriels, á la substitution partielle des “main-frames”, segment traditionnellement le plus lucratif, á cause de la diffusion des réseaux de micro et mini-ordinateurs, et á la perte de contrôle sur l’”industrie IBM-compatible”, avec l’augmentation de l’offre de composantes standards.

3 Le Conselho Nacional de Informática e Automaçåo - CONIN est l’organe créé par la loi pour l’informatique en 1984, auquel il appartient de definir et mettre en place les directrices de la Politique Nationale pour l’informatique. La Secretaria de Ciencia e Tecnología a été créée par le gouvernement Collor pour remplacer le ministère de science et technologie créé en 1985 et éteint par le nouveau président.

4 Le CONIN a élaboré une liste comprenant 47 produits qui cessent de faire partie du domaine de la réserve de marché, laquelle continue pourtant á maintenir protégée une gamme de produits qui correspond á 80 % du marché informatique en termes de valeur. Il semblerait que cette décision ait été une forme de solution de compromis entre les objectifs de déréglementation de moyen terme et les intérêts des fabricants nationaux qui se disposent á profiter au maximum des bénéfices qu’apporte la réserve de marché. En ce sens, la décision du CONIN s’insère dans la politique d’ouverture générale du marché d’ici à 1992.

5 De grands secteurs nationalistes se sont toujours opposés à la formation de “joint-ventures” en général, et en particulier pour l’informatique, sous prétexte que, étant donné l’asymétrie de ressources entre le partenaire étranger et les firmes nationales, ces accords ne seraient en fait bénéfiques que pour les entreprises étrangères, et rendraient inviables les efforts de formation technologique des firmes locales.

Auteur

Catherine Mathieu (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable