Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

L’intégration de l’Argentine et du Brésil et l’ouverture à l’extérieur

Paule Arnaud-Ameller

Texte intégral

  • 1 18 février 1960 : Traité de Montevideo créant l’Association latino-américaine de libre-échange, AL (...)

1Depuis plusieurs dizaines d’années l’Amérique latine est à la recherche de son intégration. De nombreux accords ont été conclus à partir de 19601, mais les résultats n’ont pas toujours été très probants. Au cours des années 80, la situation politique évolue vers la démocratie dans la plupart des pays, mais la crise mondiale et les conséquences de l’endettement conduisent à un repli général. Or, il apparaît évident qu’une nouvelle impulsion s’impose au moment où l’environnement international se transforme. Alors que se renforcent ou se créent des blocs économiques en Europe, en Amérique du Nord et en Asie, les stratégies des entreprises évoluent dans le sens d’une mondialisation d’où l’Amérique latine est exclue. En effet, l’investissement direct décroît dans cette région de façon très significative.

2Depuis 1980, l’ALADI, association qui regroupe onze pays d’Amérique latine en vue de leur intégration, a préconisé le développement d’accords bilatéraux susceptibles d’accélérer le processus collectif. Dans ce climat, le rapprochement entre l’Argentine et le Brésil, envisagé depuis 1974, est mis à l’étude. Un document élaboré en 1980, “Acta Empresarial Argentina-Brasil” du 4ème centenaire de Buenos-Aires, déléguait à l’initiative privée la préparation des échanges réciproques : agriculture, sidérurgie, chimie et pétrochimie, banques et consultants, ingénierie.

3En 1981, Dornbush souhaitait le rapprochement entre l’Argentine et le Brésil. Il y voyait une possibilité d’exploiter pleinement les avantages comparatifs de chaque pays : pour l’Argentine, une main-d’œuvre qualifiée, plus nombreuse ; pour le Brésil, des équipements efficaces et une productivité plus grande. A cela, il fallait ajouter une complémentarité des productions agricole et industrielle. Mais, ces pays ne bénéficiaient pas du soutien des économies occidentales : le régime politique et la guerre des Malouines discréditaient le gouvernement argentin, le Brésil suivait une politique économique de protectionnisme très contestée et ces deux pays enregistraient des déficits budgétaires importants, financés en grande partie par l’étranger.

  • 2 Un vaste domaine de coopération bilatérale portant sur des secteurs clés est couvert par vingt-qua (...)

4En 1985, avec le rétablissement de systèmes démocratiques, les nouveaux présidents élus, Alfonsin en Argentine et Sarney au Brésil, se rencontrent les 29 et 30 novembre à l’occasion de l’inauguration du Pont Tancredo Neves. Ils expriment alors conjointement leur volonté d’accélérer un processus d’intégration. Douze protocoles destinés à lancer un programme équilibré, reposant sur la participation des agents économiques, entreprises et organisations syndicales, sont signés. Au cours des mois suivants, les protocoles déjà signés sont complétés et affinés et douze autres protocoles sont élaborés, couvrant ainsi un vaste domaine de coopération bilatérale portant sur des secteurs clés, notamment les biens d’équipement, l’énergie et les transports2. Des mécanismes institutionnels sont mis en place par une commission mixte, présidée par les ministres des affaires étrangères.

5Le traité d’intégration ne sera signé que le 29 novembre 1988 à Buenos-Aires. Y est défini le programme transitoire vers le marché commun. Le projet sera suivi en 1989 par les groupes techniques, sans que l’on puisse constater une avancée significative. Au printemps 1990, les évènements dans les pays d’Europe centrale semblent entraîner ipso facto une marginalisation des pays d’Amérique latine, Argentine et Brésil en particulier. Les présidents nouvellement élus, Menem en Argentine et Collor au Brésil, décident le 5 juillet 1990 à Buenos-Aires d’accélérer le processus en fixant les échéances de l’intégration à 1995 et non plus à 2000. Certes, dès l’origine, le projet d’accord entre l’Argentine et le Brésil est apparu comme un acte politique. Après dix ans de déstabilisation de leurs relations (1976-1985), les présidents imposent le rapprochement de nations longtemps rivales pour un enjeu vital à long terme : l’insertion de ce marché dans une communauté internationale en mutation. Les réformes qui doivent l’accompagner sont essentiellement économiques.

6L’intégration Argentine-Brésil apparaît comme l’élément fondamental d’une stratégie de développement harmonisé dans le Cône Sud. Les principes qui sous-tendent les programmes sont inscrits dans le programme lui-même : gradualité, flexibilité, harmonisation des politiques, équilibre quantitatif et qualitatif du développement, participation des entreprises, souci de minimiser les risques d’accentuation des déséquilibres Argentine-Brésil sous-jacents. L’asymétrie des relations entre les deux pays s’est en effet amplifiée dans les années 80 La guerre des Malouines, le repli sur soi de l’Argentine, l’endettement et l’hyper-inflation ont laminé une économie encore prospère quelques années avant. Durant la même période, le Brésil, qui a souffert des chocs pétroliers, a tenter de sauver la croissance industrielle par un endettement massif. Victimes de la crise d’endettement, ces deux pays ont fermé leur frontière, mais le Brésil a réussi une politique de diversification industrielle et le déséquilibre des échanges s’est accru entre les deux pays.

Les objectifs de l’intégration et les ajustements nécessaires

7Cette intégration répond à des objectifs de trois ordres :

  • réduire la vulnérabilité économique ;
  • soutenir la croissance de la production et des échanges ;
  • créer une force économique ayant un pouvoir de négociation plus affirmé, pour ce qui concerne notamment la dette et la défense des intérêts dans le cadre du GATT.

8Plus que la recherche d’une production de masse, l’objectif majeur est celui de la haute qualité et de la compétitivité.

9La réactivation de l’offre implique la réorganisation des infrastructures dont cette région est insuffisamment pourvue. D’un point de vue sectoriel, les points clés se trouvent dans la régionalisation de l’énergie, des transports, des télécommunications, donc de la localisation industrielle, un risque à éviter, comme on a pu l’observer en Europe : le regroupement d’entreprises d’un même pays de façon à constituer des “champions nationaux”. Cette stratégie est dommageable au niveau communautaire. Les pouvoirs publics ont parfois tendance à favoriser le rapprochement entre entreprises nationales, de façon à ce qu’elles atteignent une taille critique leur permettant de faire face aux entreprises des autres Etats membres. La volonté de préserver un équilibre quantitatif et qualitatif paraît être de rigueur.

10Ce sont les entreprises brésiliennes qui se trouvent les mieux engagées dans cette compétition. Le dynamisme industriel brésilien est attesté par toutes les statistiques. Entre 1965 et 1986, les exportations de produits manufacturés ont été multipliées par 22 pour le Brésil (10 247 / 468 millions de dollars) et par 7 pour l’Argentine (2 038 / 293 millions de dollars). Il est vrai que le protectionnisme des années 1980-1988 a permis une diversification industrielle. Le Brésil s’est imposé comme 8ème puissance mondiale et, en 1988, il se classe parmi les quinze premiers producteurs mondiaux dans l’automobile, l’aéronautique, la sidérurgie.

11Dans cette entreprise de restructuration profonde du système de l’offre, la formule des protocoles, d’une grande souplesse, peut être le bon choix. Il s’apparente à l’expérience européenne de la CECA, qui se révéla efficace en son temps, dans un domaine sectoriel, et paraît le mieux adapté au projet et aux ajustements qu’il entraîne.

12Comme dans toute constitution d’un espace économique intégré (cf. Economie Européenne, n° spécial 1990), la création d’une zone Cône Sud suppose, de la part des pays membres, dans une première étape un ajustement dynamique de l’appareil productif. Les entreprises adoptent une stratégie d’alliances, de coopération ou d’acquisition leur permettant d’intervenir sur l’ensemble de la zone, ce qui demande la constitution d’un environnement législatif, réglementaire et fiscal homogène.

13Plusieurs scénarios sont envisageables. Deux sortes d’ajustement peuvent être choisis :

  • un ajustement inter-industriel consistant à renforcer la spécialisation des deux pays et à pratiquer avec les autres pays des échanges interindustriels ;
  • un ajustement intra-branche consistant à transformer la spécialisation du pays pour s’aligner sur des secteurs productifs à plus forte demande ou à technologie plus avancée et pratiquer des échanges intrabranche. La dernière hypothèse suppose en même temps un ajustement du niveau de formation de la main-d’œuvre.

14L’ampleur des changements induit par l’intégration, dans l’un des deux pays, est fonction du poids qu’ont, dans ce pays, les secteurs industriels fermés. En supposant les barrières douanières levées, les critères retenus pour le repérage des secteurs les plus concernés par la création d’un grand marché sont les suivants :

  1. le niveau des barrières non tarifaires (normes, formalités aux frontières, cloisonnement des marchés publics) ;
  2. le pourcentage d’importations intra-zone dans le secteur (un secteur protégé admettant peu d’importations) ;
  3. la dispersion des prix, pour un même produit, dans la zone (la dispersion indiquant la fragmentation du marché) ;
  4. le potentiel d’économies d’échelle que l’élargissement du marché pourrait apporter (c’est-à-dire à l’impact de l’ouverture sur les coûts).

15Ce comportement relève d’une triple stratégie de développement :

  1. stratégie monétariste, c’est-à-dire avec une orientation microéconomique : le secteur privé est l’élément moteur de la réorganisation du système productif et l’Etat garantit un environnement stable, puisqu’il s’engage à stabiliser le marché et à améliorer l’affectation des ressources, en assurant l’utilisation plus efficace du capital et la croissance du volume de l’épargne ;
  2. stratégie d’ouverture à l’extérieur : il semble que les autorités s’en remettent aux mécanismes de marché ; un rôle majeur est donné aux politiques de réductions tarifaires et aux taux de change ; les échanges extérieurs auront un rôle moteur et les banques soutiennent les mouvements de facteurs de production ; il faut une absence de discrimination entre les exportations et les flux de capitaux - or cela a été l’une des faiblesses observées jusqu’ici - ; cette non-discrimination est une des conditions nécessaires.
  3. stratégie de l’industrialisation, en vue de l’expansion du secteur manufacturier et des services, ce qui implique l’introduction de technologies nouvelles, et donc l’investissement étranger.

16Le succès de cette opération appelle des réformes fondamentales dans chacun des deux pays, car il repose sur :

  • l’initiative privée, ce qui implique, dans les deux pays, le désengagement de l’Etat, l’allègement de la bureaucratie et la privatisation d’entreprise ;
  • le contrôle de l’inflation, la hausse des prix sur les années 1980-1988 ayant été de 290,5 % pour l’Argentine et de 18,5 % pour le Brésil, pour parvenir à une stabilisation des cours de changes ;
  • une réduction du déficit budgétaire ;
  • une transformation radicale de la fiscalité favorisant l’entreprise, mais la privant en contrepartie des subventions ou d’avantages équivalents ;
  • l’ouverture à l’extérieur, pour attirer les capitaux étrangers.

17Ce défi au monde repose sur la crédibilité nationale et internationale. Le succès dépend de la capacité de la région à collecter l’épargne nécessaire, qu’elle soit régionale - et cela implique l’arrêt des fuites de capitaux, voire leur retour - ou qu’elle soit internationale. Dans ce cas, l’engagement des présidents et la mise en route de certaines réformes en sont un gage. Une opportunité exceptionnelle vient d’être offerte avec l’initiative du président Bush (“Enterprise for the America’s initiative“) de juillet 1990 d’ouvrir les Etats-Unis aux productions latino-américaines. De plus, la conversion des créances en investissements est de nature à soutenir un effort de restructuration.

Intégration et haute technologie

18Nécessaire à une restructuration de l’offre, l’ouverture vers l’extérieur ne suffit pas. Tout repose sur l’investissement. Globalement, avec 15-22 % de la dépense en FBCF, les économies accusent un retard par rapport aux économies les plus développées. Certains experts ont estimé que l’effort à entreprendre supposerait 27 % de PNB en investissement.

19Dans ces conditions, s’agissant en particulier de technologie, le développement de ce nouvel espace Argentine-Brésil repose sur l’investissement étranger. La dimension économie compétitive implique la libération des capitaux. S’il est vrai que le Brésil est parvenu à soutenir l’activité de secteurs de pointe grâce à la constitution d’entreprises publiques, les limites de leur développement sont apparues lorsqu’elles se sont trouvées à l’écart des économies étrangères et de leur concurrence.

20L’analyse des échanges donne une indication de la situation relative dans la compétition internationale. Lorsqu’on observe les résultats des grands pays industrialisés exportateurs - RFA, Etats-Unis ; Japon ou France -, on constate que le nombre de produits exportés n’est pas significativement supérieur à celui de l’Argentine et du Brésil (152 pour l’Argentine, 162 pour le Brésil, 181 pour la France, 178 pour la RFA, 180 pour les Etats-Unis, 166 pour le Japon).Il faut donc repenser la diversification en terme de valeur ajoutée, soit dans une optique allemande de fidélisation de la clientèle. Il s’agit évidemment, dans les deux cas, des produits de haute technologie ou de spécialisation poussée et des services.

Cette intégration est-elle suffisante ?

21Un économiste allemand, Klaus Esser, considérait en 1989 l’accord à l’étude entre l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay comme une intégration subrégionale, insuffisante à la relance d’un système économique compétitif.

22Actuellement, dans les exportations de l’ensemble Argentine-Brésil, n’apparaissent comme compétitives que quelques productions et, en tout état de cause, loin derrière les NPI d’Asie (instruments de précision, machines non électriques et pièces pour l’équipement électrique et électronique).

23La substitution des importations est apparue une décision insuffisante dans le contexte actuel ; c’est l’amélioration de l’offre, par la voie de la restructuration de l’industrie et des services, qui s’impose.

24Une coopération trop limitée ne permet peut-être pas l’apport de la recherche en vue du développement. Or, la modernisation des communications et des transports et l’expansion des marchés de capitaux sont nécessaires à la mondialisation des marchés. Se trouver écarté des schémas internationaux revient à aller vers le sous-développement.

25A quoi l’on peut répondre que les deux pays sont déjà engagés dans la voie d’une réforme économique et qu’il est sans doute plus facile de prendre en commun un certain nombre de décisions coordonnées. Il en est ainsi déjà pour la détermination de la localisation de l’industrie et pour les privatisations.

26En ce qui concerne la localisation, les noyaux industriels de premier rang sont, au Brésil, dans la région du Sud-Est : Rio Grande-do-Sul, São Paulo, Rio-de-Janeiro ; en Argentine, ils se situent à Buenos-Aires et à Cordoba. Le problème des transports maritimes demeure une des clés de l’industrialisation de ces régions. Il convient de rappeler que 80 % des échanges entre les deux pays se font par voie maritime. Le problème des frontières est en partie résolu depuis la création en 1980, dans le cadre de l’ALADI, des comités de frontières qui agissent comme des mécanismes internationaux, dont la fonction principale est de résoudre des problèmes pour contribuer à des prises de décisions et encourager les initiatives concernant les communications et toutes les manifestations économiques et sociales.

27Concernant les privatisations, la démarche entreprise dans les deux pays apparaît bien coordonnée.

28Le gouvernement argentin a, le premier, à la fin de 1989, déterminé une liste de soixante sociétés à privatiser, dont les quatre plus importantes sont : 1) les chemins de fer ; 2) ENTEL (télécommunications) ; 3) Aerolíneas Argentinas ; 4) une société pétrolière. Parallèlement, ont été affirmés des choix concernant le développement dans l’industrie du nucléaire, des biens d’équipement et des services.

29La décision du Brésil est plus tardive, elle date d’octobre 1990. Le programme de privatisations, annoncé le 16 mars 1990 dans le plan de stabilisation ; est définitivement arrêté. Il concerne quarante-deux des deux cent vingt entreprises publiques, pour un rapport attendu de 9 milliards de dollars. Une partie des financements de ces privatisations, dans les deux pays, sera assurée par conversion des créances, mais restent espérés un apport complémentaire de devises et le support de la technologie.

Quels gains de productivité attendre ?

30La rapidité avec laquelle cette entreprise d’intégration est menée conduit à s’interroger sur les perspectives de gains dans l’industrie et dans les services.

L’industrie

31Il convient de rappeler que, en moyenne, on compte deux années entre l’investissement et sa rentabilisation. En supposant que celui-ci soit optimal, on peut observer l’exemple de l’Europe. Dans une très importante étude sur le coût de la non-Europe, dite Rapport Cecchini, ont été présentés des résultats concernant les gains directs et indirects de l’intégration (économies d’échelle et restructuration des industries). La technologie y exerce un rôle majeur.

32Ces résultats qui peuvent servir de référence aux économies latino-américaines, montrent que :

  1. En ce qui concerne l’innovation et la taille critique des entreprises parmi les secteurs ayant enregistré plus de 200 innovations, on trouve ceux des : voitures (212), instruments de précision (332), machines électriques (346), produits chimiques (421), électronique (428), mécanique (558), outillage (573). La constitution de très grandes unités, employant plus de 50 000 personnes, s’impose surtout dans les secteurs de l’électronique et du matériel électrique. On note des unités de plus de 10 000 personnes dans ces mêmes deux secteurs plus ceux de l’automobile et de la chimie. L’innovation dans l’outillage et les machines est conciliable dans des structures industrielles plus modestes.
  2. Les économies d’échelles les plus notables se trouvent dans quelques secteurs que l’intégration peut stimuler, par exemple la chaudronnerie et, pour des parts moindres, l’aviation. Le secteur du matériel ferroviaire, le plus bénéficiaire de l’intégration européenne, n’intéresse pas les pays d’Amérique latine qui ont préféré la route au rail. Mais, parmi les produits standardisés, tels le ciment, la peinture, le papier, le caoutchouc, la radio-télévision, certes les économies sont moindres. Mais, il pourrait exister une opportunité pour des PME plus résistantes que des grandes entreprises à l’ouverture aussi bien en Argentine qu’au Brésil.

33En ce qui concerne la réduction des coûts, calculée par secteur et pour sept pays de la communauté européenne, les calculs de Cawley et Davenport font apparaître des fourchettes de l’ordre de :

341,6 % à 4,0 % pour les biens d’équipement

351,1 % à 1,6 % pour les machines de bureau

360,3 % à 0,5 % pour l’électronique

371,1 % à 1,9 % pour les télécommunications.

38En Europe, ce sont bien les secteurs de haute technologie qui bénéficient de l’intégration.

Les services

39En Argentine et au Brésil, l’industrie des services est insuffisamment développée.

40La répartition du PIB montre que ces activités contribuent à la dépense nationale en 1988 pour 44 % en Argentine, 49 % au Brésil, part moindre que celle des pays les plus développés et industrialisés, qui dépasse les 50 %.

41L’étude de la Banque Mondiale sur les échanges de services dans l’économie mondiale tend à démontrer que, pour le Brésil, la participation est marginale, soit, en 1987, 0,85 % des importations, 0,50 % des exportations mondiales. Et, en 1988, les services ne représentent que 2,2 % du PNB et 15,6 % des échanges commerciaux. Le système de contrôle, qui vient à peine d’être assoupli, a freiné le développement de ce secteur, notamment le secteur bancaire. La brésilianisation et les diverses discriminations demeurent autant d’impedimenta.

42Dans le domaine bancaire, l’insuffisance de l’épargne et l’inflation ont conduit les banques à adopter de nouvelles stratégies. A la place du crédit, elles ont développé de nouveaux services, notamment en ouvrant des comptes en devises, alors que l’Etat émettait à leur place des titres financiers en constante évolution pour assurer un rendement aux capitaux disponibles. D’autre part, à la bourse, n’étaient plus cotées les actions mais des titres de la dette publique. La mobilisation de l’épargne vers le secteur productif s’impose dans le schéma économique actuel et la réforme du système bancaire et financier en est une condition encore non remplie.

43Les perspectives concernant les avantages d’un espace intégré dans le domaine des services sont très favorables. Le rapport montre l’effet très positif de l’intégration sur le prix des services, notamment ce qui est relatif aux transports, aux communications et aux crédits et assurances peut susciter de l’investissement. L’insuffisance des services, mesurée au travers de la répartition du PIB, montre qu’il y a un vide à combler assez considérable.

Conclusion

44Le défi lancé par les présidents Menem et Collor d’intégrer dans un délai de moins de dix ans les deux économies paraît plus important encore que celui de la CEE en 1958. Cette tentative répond à un besoin de réinsertion et de développement régional face à la “triade” Europe, Etats-Unis, Japon.. L’Europe de 1958 n’avait en vis-à-vis que les Etats-Unis.

45La réalisation d’une intégration est plus facile à deux, même si les cultures et les modes de vie diffèrent, mais l’aptitude de ces pays à affronter une conjoncture nouvelle leur laisse toute leur chance.

46La situation est donc nouvelle, et elle remet en cause tout l’irrationnel qui caractérise ces pays, au demeurant en progrès :

  • l’hyperinflation endémique
  • des inégalités et tensions militaires et sociales
  • des déséquilibres entre secteur privé et secteur public
  • l’existence d’une économie souterraine active
  • des fuites de capitaux incontrôlables et cette liste n’est pas exhaustive.

47Et pourtant ces régions ont su donner, et donnent encore, des rendements élevés. C’est pourquoi le changement de structure proposé peut être couronné de succès. Le support de l’étranger, principalement des Etats-Unis, en est une des conditions. Mais la capacité de transformation politico-technocratique et technologique dépend surtout de l’action psychologique.

48L’enjeu se trouve dans un rapport de force 1) entre les entreprises compétitives et les autres, conduisant à la création de lobbies, 2) entre l’Etat et les citoyens, en raison de la contradiction existant entre les besoins d’une démocratie (enseignements, hôpitaux, services publics) et l’impératif d’infrastructure économique dans le cadre de la compétition.

Bibliographie

Bibliographie

- ADDA (J.).-Brésil : La quadrature du cercle.- Observations et disgnostics économiques, Revue de l’OFCE, n° 21, oct. 1987.

- ARNAUD-AMELLER (P.).-Le Bilan de l’ALADI (1970-1986), La Documentation française, Problèmes d’Amérique latine, n° 91,1er trim. 1989.

- BANQUE INTERAMERICAINE DE DEVELOPPEMENT.- Rapports annuels.

- BANQUE MONDIALE .- Rapport sur la pauvreté.

- COMMISSION DES COMMUNAUTES EUROPEENNES, - Research on the cost of the non Europe, Basic findings, Studies on the economie integration. Document multigr., 652 p.

- COURTHEOUX (J.P.).- L’économie du développement dans les années 80 1990.

- DORNBUSH (R.).-Costos y beneficios de la integration éconόmica régional.-INTAL, revue mensuelle, n° 113.

- GRIFFIN (K.).-Stratégies de développement. Centre de développement de l’OCDE.- Paris, Economica, 372 p.

- KRUEGER (A.).-Trade policies in developing countries.- in JONES (R.W.)et KENEN (P.B.).-Handbook of intemational économies.- Amsterdam, New York, Oxford, Tokyo, North-Holland, 1240 p.

- HIRST (M.), LENGYEL (M.).- Las relaciones comerciales argentino-brasileñas 1976-1985.-Buenos-Aires, FLASCO, mai 1986, Document multigr., 99 p.

- IFRI, Rapport annuels 1988 et 1989

- IRELA.- Rapport de la conférence n° 4-90, Coopération et intégration dans le Cône Sud, adéquation á un nouveau contexte international..

- MEIER (G.M.), SEERS (D.).- Les pionniers du développement.- Paris, Economica, 400 p.

- NOREL (P.).- Les banques face aux pays endettés.- Paris, Cyros, 1990.

- OCDE.- L’imposition et les mouvements de capitaux, Colloque réunissant pays membres et pays non membres de l’OCDE.- Paris, 1990, 315p

- ONU.- Manuel de statistiques du commerce international et du développement.

- PENA (F.).- L’intégration économique et les défis actuels de 1’Amérique latine.- La Documentation française, Problème d’Amérique latine, n° 91, 1er trim. 1989.

- ROLLINAT (R.).- Dérèglements monétaires et course aux innovations financières en Amérique latine, Techniques financières et développement pour 1990, Repris dans Problémes économiques, n° 2200, 21 nov. 1990.

- UCLA, Latin American Center Publications.- Statistical abstract of Latin America, vol. 27.

- VASQUEZ (S.).- L’informatique brésilienne dans la Nouvelle République.- La Documentation française, Problèmes d’Amérique latine, n° 80, 2éme trim, 1986.

- VERGOPOULOS (K.).- Chocs en série - analyse de l’expérience récente.- La Documentation française, Problémes d’Amérique latine, n° 87, 1er trim. 1988.

- ZANTMAN (A.).- Le plan Collor.- La Documentation fran9aise, Problémes d’Amérique latine, n° 97, 3ème trim. 1990.

- ZIMMERMANN (J.B.).- L’informatique en Argentine : la difficulté d’articulation á une industrie mondiale.- La Documentation française, Problémes d’Amérique latine, n° 80, 2ème trim.1986.

Notes

1 18 février 1960 : Traité de Montevideo créant l’Association latino-américaine de libre-échange, ALALE, qui devient le 12 août 1980, par un nouveau Traité de Montevideo, l’Association latino-américaine d’intégration, ALADI.
13 décembre 1960 : Accord de Managua créant le Marché commun centre-américain, MCCA.
15 décembre 1965 : Accord de Dickmon Bay créant l’Association de Libre-échange des Caraïbes (Carribean Intemational Free Trade Association), CARIFTA, remplacée par la communauté des Caraïbes et marché commun des Caraïbes, CARICOM, en 1973.
26 mai 1969 : Accord de Carthagéne créant le Groupe andin.

2 Un vaste domaine de coopération bilatérale portant sur des secteurs clés est couvert par vingt-quatre protocoles : 1 - Biens d’équipements, 2 - Sécurité nucléaire ; 3 - Aide alimentaire ; 4 - Expansion du commerce ; 5 - Entreprises binationales ; 6 - Financements bancaires -Accords entre banques centrales ; 7 - Fonds d’investissement pour le financement de projets bilatéraux ; 8 - Energie ; 9 - Biotechnologie ; 10 - Coopération et intégration économiques ; 11 -Assistance en cas d’accident nucléaire ; 12 - Coopération aéronautique ; D - Sidérurgie ; 14 -Transports terrestres ; 15 - Coordination des transports maritimes ; 16 - Communications ; 17 -Coopération nucléaire ; 18 - Intégration culturelle ; 19 - Les administrations publiques ; 20 - La monnaie - Création d’un fond de réserve administré par les banques centrales ; 21 - Industrie automobile ; 22 - Industrie de l’alimentation ; 23 - Régions frontalières - Comités de frontières ; 24 - Planification économique et sociale.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540