Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

Informatique et développement industriel en Amérique latine

Carlos Correa
Traduction de Christian Azaïs

Texte intégral

1Les pays développés ou en voie de développement ont beaucoup attendu de l’introduction de l’informatique dans le secteur industriel mais leur attente, jusqu’à présent, n’a été que partiellement comblée. En Amérique Latine, de nombreux rapports ou études, réalisées par la CEPAL entre autres, (1986) ont souligné l’impact que pouvait avoir cette technologie sur la croissance de la productivité et de la compétitivité industrielles comme sur le développement économique et social en général ; cette analyse a conduit à la mise en œuvre d’actions publiques diverses. La diffusion de l’informatique dans les entreprises industrielles, toutefois, n’en est qu’à ses débuts et, en fait, les efforts systématiques réalisés pour en promouvoir une utilisation plus importante et meilleure sont peu nombreux.

2Ce texte examine, en premier lieu, le degré et les modalités de diffusion de l’informatique - y compris de l’automatisation flexible - dans l’industrie latino-américaine, puis analyse divers facteurs qui influent sur son rythme de diffusion au niveau du continent. Il formule, enfin, quelques considérations sur les stratégies pouvant favoriser une utilisation adéquate de l’informatique et de l’automatisation flexible dans le secteur industriel et, plus particulièrement, dans les petites et moyennes entreprises.

Degré et modalités de diffusion de l’informatique dans l’industrie latino-américaine

  • 1 Comme ceux réalisés dans le cadre du Programme régional PNUD/ONUDI sur la Coopération dans l’Infor (...)

3Les données concernant le niveau d’utilisation de l’informatique, et ses formes, en Amérique Latine sont fragmentaires et ne permettent que des comparaisons partielles entre les secteurs et les pays. Bien que des efforts soient faits pour corriger cette situation1, des divergences méthodologiques et l’absence de recensements systématiques rendent difficile toute analyse d’ensemble. (Le Brésil est le pays où le nombre d’ordinateurs installés est le plus élevé - plus de 700 000 - ; le Costa Rica, celui où la densité par tête est la plus forte, suivi du Venezuela -10,8 et 8,9/1 000 hab.respectivement-).

4Evaluer le niveau de diffusion des ordinateurs dans le secteur industriel n’est pas chose aisée car, si à l’époque des “main frames” il était facile de détecter la présence des ordinateurs installés, avec l’apparition des micro-ordinateurs cette tâche est devenue très complexe. Du point de vue de la géographie et de la taille des entreprises, les équipements présentent des structures de distribution hétérogènes : ils sont concentrés principalement dans les centres urbains - et ce taux de concentration est plus élevé que celui de l’ensemble de l’activité économique - et ce sont les grandes entreprises nationales publiques et privées qui en sont les plus grosses utilisatrices, en particulier les filiales de firmes étrangères (CEPAL, 1986).

5Les données sur la diffusion des équipements d’automatisation flexible en Amérique Latine sont également peu nombreuses. En Argentine, on estimait en 1986 le parc informatique à environ 500 consoles à contrôle numérique, utilisées principalement dans la fabrication d’équipements destinés à l’industrie pétrolière, à la construction de machines agricoles, de pompes, de valves (Chudnovsky, 1986) et on comptait une vingtaine de robots concentrés dans l’industrie automobile et électronique (Correa, 1987). Au Brésil, le nombre de machines informatisées à contrôle numérique dépassait les 4.500 unités en 1989 et on comptait près de 2 500 stations de CAD/CAM et 113 robots installés (Sobracom, 1989 ; cf aussi SEI, 1988). Des informations plus détaillées sont disponibles sur l’industrie des biens de capital en Colombie, pays où 25 entreprises (environ 10 % des entreprises métal-mécaniques) possèdaient des machines-outils à contrôle numérique et moins d’une dizaine seulement avaient des systèmes CAD. Seuls deux systèmes CAM ont été identifiés. La grande majorité (84 %) des entreprises qui ont opté pour des machines-outils à contrôle numérique en Colombie entrent dans la catégorie des “grandes entreprises” (Bernai, 1988).

6Nous manquons aussi de données empiriques concernant les modalités qui ont caractérisé l’introduction de l’automatisation flexible en Amérique Latine. Des études isolées (Chudnovsky, 1986 ; Bernai, 1988 ; Correa, 1987 ; Dominguez-Villalobos, 1988) révèlent que, pour les outils à contrôle numérique et les robots, leur incorporation répond plus à des besoins de qualité, de standardisation des produits (dans le cas des filiales de groupes étrangers) et d’amélioration des conditions de travail qu’à la réduction des coûts de la main d’œuvre. En général, les firmes ne procèdent pas à des études préalables de rentabilité, l’effort d’ingénierie dans la mise en place du système est faible et (dans le cas de matériel importé) de sérieux problèmes de maintenance et d’optimisation de l’utilisation des équipements apparaissent. L’inexistence d’une relation directe utilisateur-fournisseur, par exemple, dans plusieurs installations de robots en Argentine a été la cause d’énormes problèmes et de surcoûts d’opération (Correa, 1987).

7En résumé, et malgré la fiabilité limitée des données disponibles, il ne fait pas de doute que, en comparaison avec les pays industrialisés (OCDE, 1989 ; Edquist et Jacobson, 1988), l’Amérique latine se trouve considérablement en retard en ce qui concerne la diffusion des ordinateurs dans la gestion des entreprises comme des équipements d’automatisation flexible, Il est clair aussi que les modèles de diffusion prédominant dans notre continent présentent de grandes distorsions, dues fondamentalement à une préparation insuffisante des utilisateurs pour incorporer les nouveaux systèmes et à un rapport inadéquat avec les fournisseurs.

Facteurs qui ont une influence sur le taux de diffusion

8L’on s’est très peu penché sur les raisons pour lesquelles l’entreprise industrielle latinoaméricaine a si faiblement intégré les technologies de l’informatique tant au niveau de la gestion que de la production. Même si des entreprises moyennes et grandes avaient déjà informatisé à des échelles variées leur gestion administrative avant l’apparition des ordinateurs, c’est avec leur apparition, leur coût décroissant, à cause aussi de leur utilisation aisée et flexible que l’informatique a commencé à pénétrer l’univers des petites et moyennes entreprises industrielles. C’est dans cette phase-là que l’on remarque de façon plus nette un contraste entre les possibilités de l’informatique et son utilisation limitée dans l’entreprise industrielle latino-américaine ; c’est aussi le moment de se rendre compte des avantages que ceux qui viennent d’acquérir les nouveaux systèmes pourraient retirer par rapport aux entreprises qui ont tenté l’expérience, parfois sans grand succès, d’une technologie chère et complexe.

9Par manque de recherches plus précises, je ne peux formuler ici que quelques hypothèses sur les facteurs qui ont une influence sur le rythme d’adoption de cette technologie par les entreprises industrielles notamment par les entreprises de petite taille.

  • 2 L’écart accumulé du taux de croissance du PIB de la région n’a été que de 11,7 % entre 1981 et 198 (...)

10Tout d’abord, en raison de l’influence du contexte macro-économique dans lequel l’entreprise se développe (OCDE, 1989) sur l’adoption de nouvelles technologies, il est facile de supposer que les faibles taux de croissance et d’investissement, les perspectives réduites de rentabilité dans l’industrie, la disponibilité limitée (ou inexistante) de crédits ont contribué à retarder de manière décisive la diffusion de l’informatique en Amérique Latine. Malgré des variantes, l’évolution de l’économie en général et du secteur industriel en particulier, n’a pas été du tout satisfaisante au cours de ces dix dernières années2- Certains pays ont même connu un grave processus de désindustrialisation qui a affecté l’ensemble des secteurs manufacturiers, y compris ceux des biens de capital et principalement les entreprises les plus petites.

11Deuxièmement, dans ce contexte, les salaires réels connaissent une forte baisse tandis que le capital se maintient à un coût élevé et les crédits à un niveau de rareté. C’est ce qui explique que les incitations à l’automatisation qu’ont connues les pays industrialisés comme la substitution de la main d’œuvre par le capital n’aient pas fonctionné. Troisièmement, bien que dépendant des politiques fiscales et industrielles appliquées dans chaque pays, la chute du coût des équipements a été moins rapide que dans les pays industrialisés, en raison de l’importance des droits de douane, des marges élevées de commercialisation des produits importés ou de coûts d’installation plus élevés. Il reste à préciser toutefois (et ce point soulève des controverses) dans quelle mesure les incitations à la production nationale d’ordinateurs peuvent avoir eu un effet sur leur taux de diffusion.

12Il existe, en quatrième lieu, d’autres facteurs qui jouent probablement aussi un rôle fortement contraignant comme le manque de connaissance de la technologie, une oganisation inadéquate, la faiblesse des compétences au niveau de la direction, le manque de personnel qualifié et les mauvaises relations de travail dans l’entreprise (perturbées par d’incessants conflits salariaux). A cela s’ajoutent fréquemment les mauvaises expériences qu’ont de l’informatisation certaines entreprises à cause de failles dans la conception des systèmes - surdimensionnés par rapport aux besoins réels des usagers - ou à cause des déficiences et des coûts du service après-vente et de la maintenance.

13Cinquième et dernier point, parmi les facteurs non-monétaires caractéristiques de la réalité latino-américaine, on peut retenir l’économie “informelle” et l’évasion fiscale. La transparence plus grande des opérations grâce au recours à l’informatique peut constituer alors un frein plus qu’un stimulant pour son adoption.

14La littérature n’est pas prolixe sur les raisons qui expliquent l’adoption de technologies d’automatisation flexible dans l’entreprise latino-américaine et sur les facteurs qui peuvent l’empêcher. Certains auteurs soulignent le poids de facteurs non-monétaires dans la prise de décision. Dans le cas de la Colombie on a pu observer qu’un nombre important d’entreprises a opté pour ces technologies dans le but de mieux faire face à la concurrence avec des cycles de production plus courts et un respect plus strict des commandes ; de plus, l’”effet de démonstration” à travers la pression exercée sur la concurrence par les entreprises qui ont introduit des systèmes plus sophistiqués de fabrication a joué de façon décisive (Bernai, 1988). Selon une enquête effectuée au Mexique le facteur primordial dans l’adoption d’équipements microélectroniques a été la nécessité d’obtenir une production de meilleure qualité et avec plus de régularité, pour ce qui est de l’installation de machines à contrôle numérique et de centres de machines. Dans le cas des robots, c’est la réduction des coûts (scraps and tools) qui en est la raison essentielle (Dominguez Villalobos, 1988).

  • 3 Il n’existe pas d’études comparatives récentes, mais dans le cadre des politiques de protection fi (...)
  • 4 Le rapport de prix des machines-outils à contrôle numérique/équipements conventionnels a été, par (...)

15Le prix plus élevé des équipements automatisés disponibles, aussi bien par rapport aux prix internationaux3 qu’à ceux des équipements conventionnels4 et le faible coût de la main d’œuvre expliquent certainement en partie leur faible diffusion. La possibilité de produire en petites quantités ne signifie pas nécessairement que l’automatisation flexible soit - en termes économiques - accessible aux petites et moyennes unités de production, car leur coût ne peut être amorti que si le volume total de production atteint une certaine ampleur.

16En résumé, on pourrait conclure (avec les réserves imposées par les limites de l’information) que les considérations déterminantes lors de l’adoption d’équipements automatisés flexibles en Amérique Latine ont été jusqu’à maintenant plus liées à des aspects de qualité et de technologie qu’aux prix relatifs de la main d’œuvre et des équipements. Ceci représente une différence substantielle d’avec les modèles de diffusion prédominants dans les pays industrialisés.

Stratégies de diffusion

17On adopte généralement comme postulat le fait que l’introduction de l’informatique dans ses diverses applications provoque un accroissement de la productivité du travail. Les données empiriques disponibles (encore rares) révèlent qu’une telle affirmation ne peut se généraliser à toutes les utilisations de l’informatique dans la gestion et la production industrielles

18Une étude récente du Massachussets Institute of Technology (MIT) fondée sur une enquête auprès d’entreprises des EUA montre que l’on ne peut prouver l’existence d’un impact positif réel de la technologie de l’information sur la productivité. Les entretiens réalisés suggèrent qu’une bonne partie de la faible performance de la technologie de l’information s’expliquerait par des structures d’organisation inadéquates et par des techniques inefficaces de budgétisation des investissements. Dans de nombreux cas, les firmes ont réalisé leurs investissements de façon hâtive et excessive sans une évaluation préalable des coûts et des bénéfices. Dans quelle mesure une telle situation, étudiée à une période où prédominaient les “main-frames”, peut-elle changer avec l’apparition des PCs ? Il n’existe pas, selon l’auteur, de raison a priori pour extrapoler les résultats. Mais, “on ne peut pas non plus affirmer dans l’état actuel des choses que les bénéfices de la technologie de l’information ont augmenté” conclut-il (Loveman, 1988).

19De telles conclusions peuvent être mises en cause parce que, selon Diebold, les rapports qui font état de l’impact faible ou nul de ces technologies sur la productivité ne prennent pas en compte de manière adéquate, “le changement fondamental par les ordinateurs dans la manière de travailler, de faire des affaires On ne peut comparer les chiffres de productivité de l’époque pré-ordinateurs avec ceux d’aujourd’hui, car l’ordinateur nous permet de faire des choses totalement différentes… Sans automatisation, les chiffres de productivité auraient chuté, en raison des services additionnels fournis de nos jours par le secteur privé” (Diebold, 1990 : 144).

  • 5 Le secteur privé des E.U.A. a investi 33 % de ses dépenses en capital dans les technologies de l’i (...)

20Toutefois, les investissements massifs dans les “technologies de l’information” réalisés dans le secteur des services et leur faible impact sur la productivité sont un des paradoxes auxquels doivent faire face les économies industrialisées5. On peut supposer que la plupart des acquéreurs des équipements et des systèmes nouveaux doivent passer par un temps d’apprentissage plus long que prévu dans la mesure où il est nécessaire généralement d’introduire des modifications importantes dans l’organisation et la gestion si l’on veut tirer parti des possibilités de l’informatique. Il ne s’agit pas simplement de choisir de bons équipements et de bons programmes, mais de leur donner un rendement tel que toute l’unité de production en soit bénéficiaire.

21On est très conscient des limites qu’oppose l’organisation à une bonne exploitation des systèmes d’automatisation flexible : “les applications réussies requièrent généralement une réorganisation des pratiques de travail, une autre utilisation des qualifications, existantes, et le développement de nouvelles, une réorganisation de la production et dans de nombreux cas celle de toute l’entreprise” (OCDE, 1989 : 32). On a pu prouver aussi que, chaque fois que l’on réalise les changements indispensables au niveau de la gestion et de l’organisation, l’introduction de l’automatisation flexible dans les pays industrialisés réduit les coûts du travail et/ou du capital, améliore la qualité et augmente la flexibilité et l’efficacité de la production.

22Quels bénéfices les firmes industrielles latino-américaines peuvent-elles retirer de leurs investissements en informatique tant dans la gestion que dans la production ? Des politiques publiques devraient-elles les inciter à utiliser de manière plus intensive ces technologies ? Si oui, par quels mécanismes ?

23La réponse à ces questions devrait tenir compte et du potentiel de ces technologies et de l’absence de relation automatique entre leur incorporation et des augmentations de productivité et de compétitivité. Pour être économiquement justifié, l’investissement doit être planifié de façon adéquate tant sur le plan organisationnel que financier ou technique Une erreur commise fréquemment consiste à centrer l’analyse sur ces derniers aspects et de se laisser fasciner par une technologie réduite à ses outils disponibles, sans suffisamment prendre en considération les conditions nécessaires à leur utilisation réelle.

  • 6 De nombreuses études analysent les bénéfices potentiels des nouvelles technologies informatisées, (...)

24Plus largement diffusées, l’informatique et l’automatisation flexible pourraient être des instruments importants dans les stratégies de reconversion industrielle comme celles que plusieurs pays d’Amérique Latine mettent actuellement en œuvre à condition naturellement que l’on prenne en compte les réserves faites plus haut6. Comme je l’ai signalé auparavant, ce sont les grandes entreprises qui sur le continent latinoaméricain ont le plus progressé en informatisation et en automatisation. Il reste, certes, beaucoup à faire pour que les systèmes installés atteignent leur pleine efficacité et que leurs coûts d’opération et de maintenance soient réduits et, surtout, pour que soit mieux intégrée la gestion aux différentes fonctions associées à la production et à la distribution. De même, on a peu fait pour créer une relation plus dynamique et articulée avec les fournisseurs et les clients. En dehors de son utilisation à l’intérieur même de l’entreprise, l’industrie latinoaméricaine n’a pas su explorer toutes les ressources de l’informatique pour créer un tissu industriel plus efficace, comme dans le modèle japonais.

25Les apports de l’automatisation flexible peuvent représenter pour les firmes d’une certaine dimension un intérêt plus grand dans la mesure où :

  1. le processus actuel d’ouverture économique expose l’Amérique Latine à une concurrence plus forte en ce qui concerne la nouveauté des produits et leur qualité.
  2. de nouveaux procédés se généralisent sur le marché international comme la sous-traitance et,
  3. les prix relatifs du capital et du travail se modifient dans certains pays latinoaméricains qui doivent adopter de sévères politiques monétaires d’ajustement et de libéralisation des marchés.
  • 7 Avec le développement en masse des ordinateurs, tôt ou tard même des petites entreprises finiront (...)

26Dans les petites et moyennes entreprises, en fonction de leur activité et de leur taille, l’informatisation de la gestion (plus que l’automatisation flexible) peut avoir des résultats importants et immédiats. Ces entreprises présentent, en Amérique Latine, une productivité relative très basse par rapport aux entreprises plus grandes (CEPAL, 1986). Des changements dans l’organisation ainsi que l’introduction de micro-ordinateurs pourraient contribuer à améliorer sensiblement cette situation avec des coûts réduits. Une série d’obstacles, cependant, reste à dépasser si l’on veut accélérer7 le processus d’informatisation.

27Les politiques technologiques mises en œuvre en Amérique Latine, en ce qui concerne le domaine des connaissances, se sont basées davantage sur l’offre que sur la demande. Et il est curieux de noter que malgré le fréquent mimétisme par rapport aux modèles des pays industrialisés, il n’y a pas eu -sauf à quelques rares exceptions près - de politiques délibérément orientées vers la diffusion de la technologie informatique et de l’automatisation flexible.

  • 8 Le Programme Régional de Coopération en Informatique et Micro-électronique (RLA/86/003) actuelleme (...)

28Plusieurs pays industrialisés ont mis sur pied des politiques de ce type, l’une des plus intéressantes étant peut-être le Microprocessor Application Project (MAP) britannique (Rush, 1990 et OCDE, 1987). On rencontre quelques expériences semblables en Amérique Latine. Les programmes DINFOPYME et AUTOMAT en Argentine ont eu pour objectif une meilleure connaissance des technologies de gestion informatique et d’automatisation appliquées aux petites et moyennes entreprises. Au Venezuela a débuté un programme de formation de consultants en informatique pour petites et moyennes entreprises, et le gouvernement - à travers -FIM Productividad - va financer les études préalables nécessaires8.

29Certains pays ont limité leur politique de diffusion de l’informatique à la pratique de droits de douane peu élevés, en faisant l’hypothèse que ce schéma favoriserait naturellement, et à un niveau suffisant, l’introduction des équipements et du software.

  • 9 Le programme - certainement le plus ambitieux de la région - prévoit l’installation de 4 200 ordin (...)

30Au Chili, la diffusion s’est faite de façon assez intensive avec parallèlement un développement significatif de la production locale de software, ce qui a permis un certain volume d’exportations (Correa, 1990a). Au Costa Rica - le pays latinoaméricain qui a le plus d’ordinateurs par tête - l’ouverture aux importations d’équipements s’est accompagnée d’autres politiques de diffusion au niveau de l’éducation9. Des pays qui ont opté pour de bas tarifs douaniers n’ont toutefois pas connu des taux de diffusion significatifs, ce qui montre l’insuffisance d’une politique d’importation.

31On critique fréquemment les politiques de promotion d’industries locales de hardware pour leur impact négatif sur la diffusion technologique, principalement à cause des prix plus élevés et du retard technologique des équipements de production locale par rapport à ceux importés. La validité d’un tel argument doit être examinée cas par cas, car l’évolution et les résultats des politiques mises en place présentent une grande diversité. L’exemple brésilien offre un intérêt particulier en raison du poids qu’y a pris le développement industriel en informatique.

32Une recherche plus approfondie serait nécessaire, mais on peut tout de même faire l’hypothèse que, malgré les prix plus élevés dûs à la réserve de marché, l’existence d’une vaste production locale au Brésil a stimulé la demande d’ordinateurs (Evans et Bastos Tigre, 1989) et la diffusion de l’informatique (avec un certain retard, il est vrai). La validité d’une telle hypothèse peut se vérifier dans l’importance qu’a le rapport fournisseur-utilisateur lors de l’introduction de nouvelles technologies d’information et, en particulier, la connaissance des conditions et des demandes locales. Même si l’ordinateur s’est transformé en une “commodity”, pour les entreprises, les utilisateurs recherchent souvent des solutions intégrées de hardware et software ; pour ce faire, l’intervention d’une entreprise qui connaisse le milieu est essentielle.

  • 10 Il convient de remarquer que dans la politique informatique brésilienne, et plus encore argentine, (...)

33Cependant, une question reste en suspens : celle de savoir si un tel effet positif pourrait se prolonger dans le long terme, une fois dépassée la première phase de diffusion auprès d’utilisateurs peu sophistiqués et disposés à payer “n’importe quel prix”. Avec la croissance de la demande, et si l’on veut en garantir l’expansion, il est probable que l’adéquation de l’offre aux modèles internationaux commence à revêtir une importance croissante assurant la continuité et l’élargissement du processus de diffusion10.

  • 11 Ces auteurs soulignent, pour ce qui est de la Corée du Sud, que la faiblesse de l’ingénierie d’app (...)

34La relation fournisseur-utilisateur est particulièrement décisive dans le cas de l’automatisation flexible. L’existence d’une production locale permet l’établissement d’une relation qui peut être déterminante dans l’adoption ou non de cette technologie. En effet, l’industrie locale peut, malgré ses prix plus élevés, avoir “un effet positif sur la diffusion, car les firmes locales semblent plus inclines que les étrangères à apprendre la technique à leurs clients locaux et à leur offrir de bons services de réparation et de maintenance” (Edquist et Jacobson, 1988 : 188)11.

35De plus, dans la mesure où la partie électronique des équipements à contrôle numérique informatisé est importée de plusieurs fournisseurs internationaux ou est produite sous licence (comme cela fut le cas en Argentine) on ne peut craindre un impact négatif du point de vue technologique. Il en serait autrement si la conception et la production locale du système de contrôle intégraient une technologie obsolète.

  • 12 La possiblilité de profiter d’un “effet démonstration” a été soulignée par Rush, 1990.

36La question importante est, donc, de savoir si la simple possibilité d’importer avec des droits de douane peu élevés (ou non) garantit un taux de diffusion satisfaisant ou s’il faut envisager d’autres mesures plus favorables. A notre avis, l’Amérique Latine dispose d’une marge de manœuvre importante : grâce à des politiques adéquates, les gouvernements peuvent accroître le rôle de l’informatique et de l’automatisation flexible dans le processus d’industrialisation et ceci à l’intérieur d’un contexte d’ouverture et de concurrence plus amples. La tâche à réaliser inclut aussi bien la définition des instruments appropriés comme l’identification des secteurs dont les caractéristiques structurelles augmentent l’apport de ces nouvelles technologies12. On devrait prendre en compte particulièrement les transformations en cours dans la structure industrielle latino-américaine et articuler les actions éventuelles de diffusion avec les politiques plus larges de reconversion et de modernisation industrielles.

Bibliographie

Bibliographie

- BASTOS TIGRE, P. (1989).- Competitividade dos microcomputadores nacionais.- Rio de Janeiro, Instituto de Economia Industrial, Unidad Federal de Rio de Janeiro.

- BERNAL, C. (1988).- La informática en el sector de bienes de capital en Colombia. Inventario general sobre sistemas, programas y recursos. Programa Bienes de Capital Col/87/023, septembre, Bogota.

- CEPAL (1986).- El papel de la pequeña y mediana empresa (PME) en la estructura industrial de los paises de Améria Laina: una comparaciόn con el caso de Italia.-Industrializaciόn y desarrollo tecnolόgica. Informe n° 3, novembre, Santiago du Chili.

- CEPAL (1986).- Tecnologías de informaciόn al servicio del desarrollo econόmico y social de América Latina.- Industrializaciόn y desarrollo tecnolόgico, Informe no 2, Santiago, mars.

- CHUDNOVSKY, D. (1986).- Economía y tecnología del control numérico para máquinas-herrramientas.- Documento SID, n° 18, Buenos Aires.

- CORREA, CM.- (1987).- Informática: temas en debate.- Documento SID, n° 34. Buenos Aires.

- CORREA, CM.. (1988).- Políticas de informática: opciones para los paises en desarrollo. In Papeles de Murcia, CREI, Madrid.

- CORREA, CM. (1990a).- Software industry: an opportunity for Latin America?.In: World Development. Londres.

- DIEBOLD, J. (1990).- How computers and communications are bosting productivity: an analysis.- Int. Journal of Technology Management, vol 5, N° 2.

- DOMINGUEZ-VILLALOBOS, L. (1988).- Microelectronics-based innovations and employment in mexican industries. ILO, Genève.

- EDQUIST, C. y JACOBSSSON, S. (1988).- Flexible automation. The global diffusion of new technologies in the engineering industry.- B. Blackwell, New York.

- EVANS, P. y BASTOS TIGRE, P. (1989) Paths to participation in high-tech industry: a comparative analysis of computers in Brazil and Korea.- Asian Perspective, Vol. 13, n° 1, print.-été.

- LOVEMAN, G. (1988).- An assessment of productivity impact of information technologies.- Working paper. Mangement in the 1990s Massachusetts Institute of Technology, Sloane School of Managment.

Notes

1 Comme ceux réalisés dans le cadre du Programme régional PNUD/ONUDI sur la Coopération dans l’Informatique et la Micro-électronique (RLA/86/003).

2 L’écart accumulé du taux de croissance du PIB de la région n’a été que de 11,7 % entre 1981 et 1989.

3 Il n’existe pas d’études comparatives récentes, mais dans le cadre des politiques de protection fiscales en vigueur en Amérique Latine, les prix internes des équipements ont été généralement plus de 1,5 fois supérieurs aux prix internationaux. Ce rapport est valable aussi pour les équipements sans production interne (comme les robots) (Correa, 1987). Les différences de prix ont été particulièrement importantes au Brésil, même par rapport à l’offre d’équipements de fabrication argentine.

4 Le rapport de prix des machines-outils à contrôle numérique/équipements conventionnels a été, par exemple, de 4/1 en Argentine (Chudnovsky, 1986).

5 Le secteur privé des E.U.A. a investi 33 % de ses dépenses en capital dans les technologies de l’information en 1987, soit l’équivalent de US$ 101 milliards. Néanmoins, l’accroissement du taux de productivité des Etats-Unis est inférieur à celui du Japon, de la Grande-Bretagne et de nombreux autres pays (Diebold, 1990).

6 De nombreuses études analysent les bénéfices potentiels des nouvelles technologies informatisées, auquels je ne ferai pas référence ici. Pour un examen du sujet dans un pays latino-américain, cf Neffa, 1987.

7 Avec le développement en masse des ordinateurs, tôt ou tard même des petites entreprises finiront par adopter une forme ou une autre d’informatisation. S’il en est ainsi, le problème de la diffusion compromettrait davantage la vitesse et la qualité du changement que sa direction.

8 Le Programme Régional de Coopération en Informatique et Micro-électronique (RLA/86/003) actuellement en exécution prévoit des expériences-pilotes de ce type.

9 Le programme - certainement le plus ambitieux de la région - prévoit l’installation de 4 200 ordinateurs dans 210 laboratoires d’écoles publiques de tout le pays.

10 Il convient de remarquer que dans la politique informatique brésilienne, et plus encore argentine, le problème de la protection de l’industrie locale a été posé de manière temporaire. D’après la “Loi de l’Informatique” brésilienne, la protection du marché s’achèvera en 1992.

11 Ces auteurs soulignent, pour ce qui est de la Corée du Sud, que la faiblesse de l’ingénierie d’application et le refus du fournisseur japonais d’envoyer ses quelques ingénieurs d’application en Corée du Sud, ont été les obstacles principaux à l’incorporation de technologies d’automatisation flexible dans ce pays (id : 185/186).

12 La possiblilité de profiter d’un “effet démonstration” a été soulignée par Rush, 1990.

Auteur

Christian Azaïs (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540