Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Nouvelles technologies et essor industriel

Introduction

Marc Humbert

Texte intégral

1Le système industriel mondial évolue de manière non linéaire et certaines périodes sont marquées par des flux de techniques et d’innovations qui, non pas en raison de leur nombre, mais du fait de leur qualité engendrent une poussée plus forte, une mutation technico-industrielle. Chacun s’accorde aujourd’hui à considérer que notre époque est celle d’un tel bouleversement. Bien que confrontée à une crise d’endettement extérieur sans précédent et incitée par le FMI à prendre des mesures d’ajustement de court terme, l’Amérique Latine doit pourtant trouver les moyens d’aller au-delà des politiques de stabilisation. En effet, crise financière ou pas, l’Amérique Latine a vu l’épuisement de son modèle de croissance industrielle et il lui faut décider en conséquence des mesures de reconversion qui ne sauraient échapper à la prise en compte des réaménagements actuels du système industriel mondial.

  • 1 M. HUMBERT.- L’analyse fine des politiques d’industrialisation dans l’électronique. Rapport final. (...)
  • 2 M. HUMBERT.- Système industriel mondial et coopération Europe-Amérique Latine ; quels enjeux en él (...)
  • 3 CF 1.

2De fait, cette mutation s’inscrit dans “un trend mondial qui sert de référence contrainte à toute politique industrielle nationale”1 car “le succès et la généralisation d’une technologie se décident à cette échelle (planétaire), les choix d’approvisionnement, d’implantations, l’examen de la concurrence, rien n’échappe à la GLOBALISATION”2. Ainsi les nouvelles dimensions et conditions de la compétitivité internationale obligent toutes les entreprises, toutes les économies nationales à s’adapter, à introduire des innovations de produits, de procédés, de gestion, de commercialisation, mais les “contenus des politiques industrielles nationales et leurs résultats sont tributaires des trajectoires passées et des situations structurelles propres à chaque ensemble socio-économique national”3.

  • 4During periods of paradigm transition there are two sorts of favorable conditions. First of all, (...)
  • 5 Carlos OMINAML - Tercera revoluciόn industrial y opciones de desarrollo. In C. OMINAMI (ed.) 1986, (...)

3La question qui se pose est alors de savoir quel rôle les nouvelles technologies peuvent jouer pour permettre un nouvel essor industriel des pays d’Amérique Latine. D’aucuns pensent que tous les pays, y compris les plus avancés ayant à se moderniser, il y a peut-être une “fenêtre d’opportunité” qui est ouverte4. Il ne faudrait cependant pas verser dans un optimisme de facilité. Les nouvelles technologies ne sont pas douées de vertus magiques et leurs dangers ont été souvent soulignés : “l’inclinaison de la balance du côté des opportunités ou vers celui des périls dépend en dernière instance de la capacité des pays en développement à participer avec tous les moyens à leur portée à la révolution technologique en cours”5.

  • 6 Voir les indications bibliographiques in fine.

4Même en supposant que soient réunies les conditions politiques et sociales favorables à la mise en oeuvre appropriée de moyens qui seraient disponibles, il convient de préciser quels sont ces moyens nécessaires et quel emploi il y a lieu d’en faire. De nombreux travaux s’y sont déjà essayés6 et ont ouvert un débat qu’il faut encore nourrir de réflexions théoriques et d’analyses de cas afin d’éclairer au mieux les responsables pour les décisions qu’ils ont à prendre. Rappelons ici quelques éléments importants qui sont en discussion. Le point clé de l’impact de la mutation technico-industrielle mondiale sur les politiques industrielles nationales se situe dans l’importance à accorder désormais au changement technologique.

5Ce changement technologique à mettre en oeuvre passe peut-être par une réorientation -laquelle ?- des priorités sectorielles et, en tout cas, par des aménagements importants qui permettent de bénéficier des nouvelles technologies. Ceci peut signifier selon certains qu’il faut développer des industries locales fabriquant ces produits de hautes technologies, pour d’autres, il convient plutôt, ou il y a lieu simultanément, de promouvoir l’emploi de ces technologies dans certaines industries traditionnelles parvenues à maturité.

6Le changement technologique en question semble devoir être considéré dans une perspective dynamique, c’est-à-dire comme une rupture avec le passé et le commencement d’une période d’incessantes adaptations des produits, des procédés aux exigences de qualité, de structures des coûts et des prix ? Faut-il pour réussir ce type de changement, il pourait être impératif de maintenir un contact étroit avec les marchés internationaux et en particulier exporter ce que l’on produit localement, vers ceux les plus exigeants ? Pour d’autres, au contraire, une fois adoptées quelques technologies on devrait se réorienter vers des besoins spécifiques aux marchés intérieurs et procéder aux adaptations nécessaires pour échapper au déterminisme technologique. L’incorporation d’une perspective de dynamique technologique dans la nouvelle politique industrielle constitue évidemment un processus requérant des étapes. La compétitivité recherchée est une compétitivité globale à long terme exigeant dans le court terme une sélection de segments d’industrie où faire porter des efforts graduellement plus importants. La tâche est difficile car, face aux barrières à l’entrée tardive de nouveaux concurrents sur les industries de nouvelles technologies, il faut par exemple s’orienter vers différentes formes de coopération et d’alliances : alliances de firmes entre elles, sous-traitance internationale, accueil d’investissements étrangers, participations publiques ou conjointes à des projets internationaux régionaux… Tout ceci ne remplace pas les nécessaires ressorts économiques et sociaux endogènes de la dynamique à mettre en oeuvre. La manière (par diffusion de l’emploi de biens de haute technologie ou par leur production, par expérience directe ou transmise…) dont s’effectue l’apprentissage nécessaire pour combler le retard patent en matière de niveau technologique, l’importance de la formation générale, professionnelle, scientifique de la population, le rôle des entrepreneurs privés, le rôle de l’Etat en matière de financement, en matière de diffusion de l’information, de création d’infrastructures (de télécommunication, d’informatique) constituent autant de facteurs importants de la dynamique socioéconomique propre à chaque pays.

Bibliographie

Bibliographie

- AZPIAZU, D. ; BASUALDO, E. ; NOCHTEFF, H. - La revolución technológica y las políticas hegemónicas. El complejo electrónico en la Argentina - Buenos Aires, Legasa, 1988. 278 p.

- CEPAL - Transformación productiva con equidad. - Santiago de Chile, 1990, 185 p

- CEPAL/ONUDI. - Reestructuración industrial y competitividad internacional : asos nacionales. Industrialización y desarrollo tecnológico. Informe n° 6. - Santiago de Chile, Naciones Unidas, 1989.84 p.

- COOPER, C ; KAPLINSKY, R. (ed.). - Technology and development in the third industrial revolution. - The European Journal of development research 1(1) juin 1989.

- CORREA, C. - Tecnología y desarrollo de la informática en el contexto norte-sur. -Buenos Aires, Eudeba, 1989. 224 p.

- DOSI, G. - Technical change and economic theory. - London, Pinter, 1988. 646 p.

- FREEMAN, C ; LUNDVALL, B. -A. (ed.). - Small countries facing the technological revolution. - London, Pinter, 1988. 303 p.

- ERNST, D. ; O’CONNOR, D. - Technologie et compétition mondiale : un défi pour les nouvelles économies industrialisées. - Paris, OCDE, 1989. 193 p.

FREEMAN, C. - Technology gaps, intemational trade and the problems of smaller and less-developed economies. Chap. 3 in : FREEMAN et LUNDVALL (1988) pp 67-84.

- FROUVELLE, R. ; HUMBERT, M. - L’Amérique Latine semi-industrialisée. In : HUMBERT (1988), pp 65-145.

- HUMBERT, M. (ed.) Les stratégies d’industrialisation dans l’électronique. -Rennes, GERDIC, 1988, 364 p.

- HUMBERT, M. - Le nouveau cadre des stratégies d’industrialisation. - Cahiers d’économie mondiale 3(2) juillet 1989, pp 3-12.

- MINIAN, I (coord.). - Industrias nuevas y estrategias de desarrollo en América Latina. - México, Cide, 1986. 387 p.

- NOCHTEFF, H. - Industrial revolution, technological paradigm and regional alternatives. - Cepal Review (36), déc. 1988, pp 25-32.

- OCEDE. - Revivifier l’industrie par la technologie. - Paris, OCDE, 1988. 250 p.

- OMINAMI, C. (ed.). - La tercera revolución industrial. - Buenos Aires, GEL, 1986. 483 p

- PEREZ, C ; SOETEL, L. - Catching up technology : entry barriers and Windows of opportunity. In : Dosi et alii (1988), chap.. 21, pp 458-479.

- SELA. - La concertación industrial y tecnológica en América Latina y el Caribe. SP/C/XV/O/DT n° 7, 1989.

- UNIDO. - New technologies and global industrialization. PPD 141, 13 nov. 1989. 222p.

- VARII AUCTORES. - Modernización y integración. Primer seminario latinoamericano de reconversión industrial. Ixtapa, México, 21-24 juin 1987.

Notes

1 M. HUMBERT.- L’analyse fine des politiques d’industrialisation dans l’électronique. Rapport final. CERNEA, Commissariat général du Plan, janvier 1987 ou M. HUMBERT (ed.) 1988.

2 M. HUMBERT.- Système industriel mondial et coopération Europe-Amérique Latine ; quels enjeux en électronique ? Communication au colloque international : la Coopération et les relations économiques entre l’Amérique Latine et l’Europe occidentale. GRESAL-AFFSAL, Grenoble, 27-28 janvier 1989.

3 CF 1.

4During periods of paradigm transition there are two sorts of favorable conditions. First of all, there is tinte of learning the new concepts while everybody else is also learning and before the next upswing is unleashed. Second, given a reasonable previous level of productive capacity and externalities and a sufficient endowment of qualified human resources in the new branches of engineering, a temporary window of opportunity is open” Carlota PEREZ (1988).

5 Carlos OMINAML - Tercera revoluciόn industrial y opciones de desarrollo. In C. OMINAMI (ed.) 1986, p 37 : “La inclinaciόn de la balanza hacia el lado de las oportunidades o bien hacia el lado de los peligros, depende en última instancia de la aptitud de los países en desarrollo para participar con todos los medios a su alcance en la revoluciόn tecnolόgica en curso”.

6 Voir les indications bibliographiques in fine.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540