Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Introduction

La politique de science et technologie du Mexique face à l’ouverture politique de la politique commerciale : attentes et limites

Victor L. Urquidi
Traduction de Mariana Urquidi

Texte intégral

Quelques antécédents

1L’économie mexicaine connaît, jusqu’en 1980, une longue période de croissance et de développement. Entre 1950 et 1980, le PIB enregistre une hausse moyenne annuelle de 6,4 %, représentant une croissance annuelle du PIB par habitant de plus de 3 %. Pendant cette période de trente ans, un net changement se produit dans la structure du PIB : l’industrie de transformation, composée d’entreprises de taille différente, mais principalement petites et moyennes, passe de 12 à 24 % du PIB avec un taux de croissance annuel moyen de 7,5 %, ce qui a des conséquences très favorables pour l’emploi. Les salaires moyens dans l’industrie augmentent en termes réels et contribuent, avec l’emploi, à promouvoir des niveaux de vie plus élevés pour un secteur important de la population, plus particulièrement dans les zones urbaines. Le Mexique réussit en même temps à améliorer les conditions de vie de la population grâce, principalement, à l’extension de ses systèmes de santé, d’enseignement et aux politiques sociales rurales, et à réaliser un extraordinaire développement des infrastructures physiques dans la sphère de la production comme dans la vie urbaine, (routes, capacité de génération d’énergie électrique, réseaux d’irrigation et d’eau potable, transports urbains et interurbains, aéroports, etc.)

2Pendant ces trente années, le pays compte sur d’abondantes ressources en pétrole et en gaz naturel, qu’il met à la disposition du processus d’industrialisation à des prix subventionnés. Lorsqu’en 1973, le prix du pétrole brut accuse une forte augmentation, le Mexique a déjà localisé de très nombreux gisements supplémentaires, qui deviendront assez rapidement opérationnels pour faire du pays un des plus grands exportateurs de pétrole brut dans le monde. Cela permet au Mexique de recevoir, en 1980, 9,8 milliards de dollars pour l’exportation de pétrole brut, représentant 65 % de ses exportations totales, contre seulement 400 millions de dollars en 1974, année où le pétrole représente moins de 15 % des exportations totales.

L’essor du pétrole et le “syndrome néerlandais”

3La stratégie économique adoptée dans les années 70 est basée sur l’hypothèse que l’exploitation de la richesse pétrolière et les revenus supplémentaires de l’extérieur qui en proviendront, permettront d’avancer à pas de géant en direction d’une nouvelle étape d’industrialisation - aussi bien dans le secteur public que dans le privé - contribuant à absorber la main-d’oeuvre croissante et créant des bases pour un futur qui dépendra moins du secteur pétrolier. Pour faciliter ce processus, on incorpore à l’épargne disponible une dette extérieure qui correspond à 4 ou 5 % du PIB. La dette extérieure totale du Mexique, qui n’était que de 4 milliards de dollars en 1970, passe ainsi à 54 milliards de dollars en 1980, date à laquelle le secteur privé s’est déjà endetté de 17 milliards de dollars (chiffre élevé par rapport à 1970) ; le secteur public, y compris l’industrie du pétrole, accuse une dette extérieure totale de 37 milliards de dollars. La plus grande partie du nouvel endettement est contractée auprès de la banque commerciale internationale, avec des délais de remboursement de plus en plus courts et des conditions de plus en plus onéreuses. Il n’est pas envisagé de procéder parallèlement à une importante réforme fiscale qui pourrait contrecarrer certains des effets inflationnistes de l’expansion pétrolière.

4En 1981, lorsque le Mexique exporte pour 14 milliards de dollars de pétrole, le marché mondial commence à faiblir et ceci a des conséquences diverses pour la politique économique mexicaine. Le taux élevé d’expansion ne peut se maintenir qu’avec de nouveaux emprunts auprès de la banque commerciale internationale, essentiellement pour payer les intérêts sur les crédits antérieurs. Par ailleurs, le déficit courant de la balance des paiements atteint 4 % du PIB. Le Mexique a contracté, tout simplement, la maladie du “syndrome néerlandais” (the Dutch disease) - surévaluation de sa monnaie et accumulation d’énormes réserves monétaires - sans que les autorités monétaires et financières, et financières, prisonnières d’un grand dilemme, réussissent à adopter la seule solution qui pourrait aider à rétablir l’équilibre, et qui consisterait en une forte restriction des dépenses et du déficit publics, ainsi que des dépenses privées d’investissement et de consommation, pour permettre une correction à la base. En peu de temps, des taux élevés d’inflation et un déséquilibre commercial croissant auront généré une énorme perte de confiance en la stabilité de la monnaie nationale, le peso, ce qui entraînera une grande fuite des capitaux (le dollar est devenu le produit le moins cher du marché) ainsi qu’une importante crise financière.

5Vers le milieu de l’année 1982, bien que l’exportation du pétrole brut se maintienne à un taux annuel de 16 milliards de dollards, les banques financières se réveillent de leur euphorie de plusieurs années et cessent de renouveler les prêts. Ainsi, le Mexique se trouve exposé à ce qu’on appelle à ce moment-là la “crise de liquidité” qui menace l’exécution du paiement des intérêts de la dette : en plus d’amortir 20 milliards de dollars d’emprunts à court terme, il faut couvrir 13 milliards de dollars d’intérêts. Quelques semaines plus tard, la crise de la dette éclate et le Mexique devient le détonateur, sur le plan international, du problème d’endettement extérieur des pays en voie de développement.

La crise structurelle du développement industriel

6Le cas mexicain met en évidence la profondeur de la crise : Il s’agit essentiellement d’une crise de la stratégie du développement, et plus spécialement de la politique d’industrialisation. Comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, le Mexique a adopté depuis les années cinquante, une politique de substitution d’importations, appuyée sur une protection douanière excessive et sur une multitude de barrières non douanières. En plus des incitations à l’investissement privé national, il a créé des conditions favorables à l’investissement étranger direct par les grandes entreprises multiniationales. De plus, l’Etat lui-même a réalisé des projets dans des domaines de base, tels que l’acier, la pétrochimie, la cellulose, les fertilisants, l’équipement en matière de transport etc. L’action de l’Etat s’élargit rapidement pour inclure diverses industries de biens intermédiaires et de consommation.

7Les premières mesures de protection adoptées pour stimuler le développement industriel peuvent encore se justifier. Cependant, comme dans d’autres pays latino-américains, des excès sont commis qui déboucheront - et l’on s’est peu soucié des conséquences - sur une situation de surprotection à tout prix y compris d’industries aux coûts très élevés et de faible productivité ; or chaque nouvelle industrie protégée fait monter les coûts dans les autres secteurs. La création d’économies d’échelle n’est pas un objectif assez répandu et on n’encourage pas, non plus, sur le marché captif interne, ni rentabilité suffisante, ni esprit de compétition. La décision du Mexique de ne pas faire partie du GATT lors de la Conférence de la Havane en 1948, lui donne toute liberté pour appliquer des barrières non douanières de manière discriminatoire et arbitraire, sous l’influence d’intérêts nationaux divers. Sans égard aucun pour les critères d’avantages comparatifs et même de bon sens, le gouvernement annonce des listes de produits importés qui, par le seul fait d’être importés, devront, selon lui, être produits dans le pays, sous couvert de l’ultraprotectionnisme.

8Pendant les année 60, le Mexique a un accès, limité mais suffisant, à un crédit extérieur d’origine très diversifiée. C’est la décennie du soi-disant “développement stabilisateur” caractérisé par la promotion de l’industrialisation avec très peu d’inflation (le taux moyen était de 4 % par an). Mais au bout de dix ans, l’inflation accumulée atteint presque 50 %. Etant donné la décision politique de maintenir absolument fixe le taux de change, malgré des réserves monétaires assez modestes, la surévaluation croissante du peso rend de plus en plus vulnérable l’équilibre de la balance des paiements courants.

9En 1970, il suffirait d’un ajustement d’environ 15 % de la parité du peso pour maintenir ce que l’on appelle aujourd’hui un taux de change “réel”, qui favoriserait les exportations. Au lieu de cela, on s’en tient au syndrome dangereux de la surévaluation avec un protectionnisme croissant et désordonné, et une politique anti-exportatrice. Le dénouement se produit en 1976, avec une forte dévaluation, générant ainsi une fuite des capitaux et une rétraction de l’investissement privé. C’est alors que s’amorce un nouveau processus inflationniste “à deux chiffres”. A partir de 1977-1978, les mesures favorisant l’exportation du pétrole, un endettement extérieur accru et le déficit budgétaire font retomber le Mexique dans le syndrome de la surévaluation. L’attitude protectionniste s’accentue encore plus et le gouvernement prend de nouvelles mesures dans ce sens et laisse passer une occasion d’entrer au GATT qui a pourtant été habilement négociée. L’économie mexicaine est désormais entraînée vers la catastrophe de 1982.

L’exportation des produits manufacturés et l’ajustement face à la crise

10Paradoxalement, l’essor du pétrole, et les politiques économiques qui l’accompagnent, ne favorisent pas l’exportation de produits manufacturés. Pays d’industrialisation tardive, le Mexique ne réussit pas à créer les conditions nécessaires pour que cette industrie naissante s’insère dans la compétitivité du marché mondial. Pourtant les exemples d’exportations industrielles ne manquent pas, non seulement la Corée et les autres pays du Pacifique, qu’on appelle “les dragons”, mais aussi en Amérique latine, le Brésil et l’Argentine notamment ; le Brésil, surtout, compte sur un secteur d’entreprises privées d’un dynamisme persistant et applique des politiques de commerce extérieur et des taux de change qui stimulent les exportations. Le Mexique, en revanche, maintient, d’une part, son orientation anti-exportatrice dans ses politiques macro-économiques et son commerce extérieur, et d’autre part sa dépendance vis-à-vis de l’exportation du pétrole brut. Il ne se présente que comme exportateur potentiel de produits manufacturés, et encore très tardivement…

11Les chiffres sont assez éloquents : en 1950, l’exportation de produits manufacturés s’élève à peine à 50 millions de dollars ; en 1960 et en 1970, elle atteint 156 et 444 millions de dollars respectivement. En 1980, elle monte à 3,379 milliards de dollars. Mais à aucun moment les exportations de produits manufacturés ne représentent une part significative de l’exportation totale : en 1950, 0,2 % ; en 1960, 19 % ; en 1970, 34 % et en 1980, quand le pétrole a déjà pris la première place, 20 %. Pour la plupart, elles sont dirigées sur le marché des Etats-Unis, qui absorbe traditionnellement 70 % des exportations mexicaines, consistant en aliments transformés, textiles et autres produits de l’industrie légère, et en matériel de construction. Lors du grand essor du pétrole, de 1977 à 1981, le marché interne, avec une hausse du PIB de 7 à 8 % par an, absorbe presque toute la production nationale et consomme même de plus en plus de produits importés. Pour les entreprises industrielles, il est plus facile de vendre sur le marché interne en échange de pesos et d’acheter immédiatement dans les banques, sans limitation aucune et à un prix “réel” tous les jours plus favorables, des dollars en guise d’assurance contre de futures dévaluations.

12En 1982-1983, la décision officielle de s’acquitter pleinement du paiement des intérêts de la dette extérieure, rend nécessaire une politique très sévère d’ajustement macroéconomique, dont l’application commence principalement avec une réduction des dépenses publiques et l’ouverture simultanée d’un rééchelonnement du remboursement de la dette. Pour réduire le taux d’inflation, ,on impose à l’économie un processus de forte récession. En 1982, le PIB chute de 0,6 % et en 1983 de 4,2 %. Par ailleurs, la politique d’ajustement prévoit l’échelonnement des augmentations de salaires. En conséquence, les importations amorcent une baisse rapide tandis que parallèlement le marché interne subit un phénomène de compression. L’important surplus commercial est généré plus par une réduction des importations que par une augmentation des exportations.

13Il en résulte que quelques industries mexicaines, qui disposent d’une capacité de production moderne, deviennent compétitives sur le marché des Etats-Unis. En 1983, l’exportation des produits manufacturés commence à s’affirmer, atteignant un montant total de 4,5 milliards de dollars. On met en oeuvre des mesures de promotion et d’incitation qui, dans certains cas, ont des effets positifs. Par ailleurs, quelques entreprises multinationales, surtout dans les branches de véhicules à moteur, de l’électronique et des produits chimiques, initient des programmes d’exportation à long terme, sur la base d’investissements stratégiques tant dans l’élaboration de produits finis que dans celle de pièces de rechange et de composantes (moteurs, etc. ). Il faut signaler également la forte expansion du secteur de la sous-traitance (maquila) dans plusieurs villes de la frontière nord, impulsé en partie par les bas salaires. Les difficultés de l’ajustement macroéconomique, qui débouchent toujours sur de nouvelles dévaluations, avec une tendance à la sous-évaluation du peso, comme en 1986, conduisent à une nouvelle croissance de l’exportation des produits manufacturés ; c’est ainsi qu’une longue liste de biens de consommation et de produits manufacturés correspond à une valeur de 6,9 milliards de dollars (en 1986, atteint 7,8 milliards de dollars, 10,7 milliards de dollars en 1987 et continue une expansion rapide vers un total estimé de 14 milliards de dollars en 1990). Cette multiplication par plus de trois en sept ans de ce type d’exportation est inédite dans l’histoire économique du Mexique. Elle compense, par ailleurs, la baisse des exportations de pétrole brut pendant la période 1984-1990.

La nouvelle perspective des exportations industrielles

14Outre l’avantage offert par la sous-évaluation du peso, et surtout par les bas salaires en termes réels, il convient de citer d’autres éléments : les nouveaux programmes de promotion et d’incitation à l’exportation ; les stratégies d’exportation déjà citées des entreprises multinationales ; l’ouverture commerciale, qui réduit les droits de douane sur les importations de matières premières et de produits intermédiaires, et qui établit des programmes spéciaux d’importation temporaire non taxée ; enfin la mise en place progressive dans certaines industries, de programmes de modernisation technologique. En 1985, le Mexique annonce son entrée au GATT et est admis un an plus tard, ce qui inspire également confiance en la nouvelle politique d’ouverture commerciale. Il établit un tarif douanier non inférieur à 20 %, élimine un grand nombre de restrictions non douanières, et maintient une politique qui, au lieu de favoriser le protectionnisme, cherche à rendre l’industrie mexicaine compétitive sur le plan international. Cela provoque pas mal de faillites dans la petite et moyenne industrie, qui a moins de capacité d’adaptation, et les grandes industries nationales elles-mêmes ont du mal à s’organiser en fonction de l’exportation. Passer d’un surprotectionnisme à une politique néo-libérale, avec une frontière pratiquement ouverte à tout genre d’importation, souvent sans appui financier adéquat et avec des taux d’intérêt réel supérieurs à 20 %, cela n’est pas une tâche facile, face à la concurrence internationale sur les marchés.

15Le Mexique, après avoir mis l’accent sur l’exportation de produits manufacturés qui représente aujourd’hui 60 % du volume total des exportations se heurte à de nouveaux problèmes de politique économique, sur plusieurs fronts.

16Le premier est la politique du taux de change. Depuis la fin de 1987, après une forte dévaluation s’accompagnant d’un taux d’inflation très élevé, on applique, dans le but de contrôler l’inflation, une politique concertée entre les secteurs public, patronal et syndical - appelée “le Pacte” - qui tend à freiner l’expansion du marché interne. Pendant les années 1988 et 1989, une série de mesures sont prises : réduction des dépenses publiques en termes réels (avec une diminution du déficit du secteur public) échelonnement des augmentations de salaire, ajustement des prix des produits de base, sur accord tripartite uniquement ; le taux de change de peso par rapport au dollar est pratiquement stabilisé. En 1990, cette politique est poursuivie à part de légères augmentations des dépenses publiques dans des secteurs importants d’un point de vue social. L’inflation est réduite à un taux annuel de 25 à 30 %, avec une tendance apparente à la baisse. Mais le taux de change évoluant dans le sens de la surévaluation, il faut le rendre fixe par rapport au dollar. Tant que l’inflation ne pourra pas rejoindre le niveau des Etats-Unis, qui constitue le marché principal, la tendance à surévaluer le peso sera un facteur de plus en plus défavorable pour les exportations des produits manufacturés. Certes, le marché des Etats-Unis est immense par rapport à ce que le Mexique y exporte, mais c’est un marché de grande concurrence où s’est progressivement érodé l’avantage offert par les prix mexicains.

17Deuxièmement, le Mexique doit encore allouer 30 % de ses exportations au paiement des intérêts de la dette extérieure, même après les négociations Aspe-Brady en 1989, qui réduisent dans une certaine mesure, tant la dette auprès des banques commerciales que le taux moyen d’intérêts. C’est un élément qui oblige le Mexique à continuer de s’endetter, de telle sorte que dans la perspective actuelle, il lui est encore nécessaire d’obtenir 5 à 6 milliards de dollars par an en recourant soit à des crédits extérieurs, soit à de nouveaux investissements étrangers directs, ou grâce au rapatriement des capitaux. La seule alternative serait de pouvoir augmenter les exportations de produits manufacturés de 20 à 25 % par an. Dans les circonstances actuelles, cela ne paraît pas faisable à court terme. Les importations totales, qui dépassent déjà les exportations, peuvent difficilement se réduire dans la nouvelle étape où le PIB commence à croître et l’économie en général à reprendre son expansion. Certaines de ces importations sont par ailleurs essentielles pour pouvoir augmenter les exportations des produits manufacturés.

18Troisièmement, étant donné les courants toujours protectionnistes dans tous les pays de haute industrialisation - les Etats-Unis, la Communauté Européenne et le Japon -, qui imposent des barrières non douanières, le Mexique doit mener, pour la première fois, une politique commerciale active et prendre des mesures favorables aux nouveaux secteurs dynamiques exportateurs c’est-à-dire l’industrie de transformation. Au fur et à mesure que s’épuisera l’effet du taux de change et des bas salaires, et qu’il faudra se mettre sur un terrain plus difficile en concurrence avec d’autres pays exportateurs — surtout ceux qui ont des avantages technologiques plus marqués —, il est clair que le Mexique pénétrera de moins en moins facilement le marché des Etats-Unis (et quelques autres). Cela explique que le Mexique soit devenu un grand défenseur de l’Uruguay round du GATT dans sa recherche d’un soutien général de l’ouverture des marchés, et plus encore, qu’il ait annoncé à la fin de 1990, son intention de négocier un accord de “libre échange” avec les Etats-Unis et le Canada, qui lui permettra de s’assurer un accès au marché de ces pays et plus particulièrement, l’élimination ou la réduction des barrières non douanières.

19Enfin, le Mexique doit encore définir une politique dans le domaine scientifique et technologique qui soit plus cohérente avec ses visées d’exportation de produit manufacturés.

La politique scientifique et technologique actuelle

20Bien que, au niveau du discours, l’Etat affirme appuyer le développement scientifique et technologique, et malgré la création en 1970 d’un conseil national pour la Science et la Technologie, relativement peu a été fait. De plus, à partir de 1982, on enregiste une détérioration continue - avec quelques exceptions notables - de la recherche scientifique et technologique ; en tout cas, l’industrie n’a jamais représenté une part appréciable de la recherche. Dans l’ensemble, selon les estimations, le Mexique n’a pas alloué, ces dernières années, plus de 0,3 % du PIB à la science et la technologie Les entreprises industrielles en général, mènent peu de recherches, se reposant traditionnellement plutôt sur l’importation de la technologie par le moyen de contrats passés avec des sociétés multinationales et autres ; seules quelques entreprises mexicaines ont développé leur propre département de R & D.

21Cet état de choses, qui révèle le désintérêt de l’Etat quant à la contribution de la science et la technologie au développement économique, s’aggrave à la lumière de la conjoncture actuelle du Mexique. Si l’on veut exporter des produits manufacturés sur un marché international concurrentiel, il est indispensable de transformer l’industrie ultraprotégée d’avant en une industrie efficace et compétitive, qu’elle travaille pour le marché interne ou externe (la distinction n’est plus désormais aussi claire). Le gouvernement semble avoir opté pour la voie de l’innovation technologique à base d’importations de technologie. Bien entendu, de nombreuses sociétés multinationales ont pratiqué ce genre d’innovation en introduisant, entre autres, des machines à contrôle numérique et même des robots, et en incorporant au Mexique les résultats des innovations réalisées dans le pays d’origine. Si quelques entreprises mexicaines ont acquis des machines à contrôle numérique et ont fait leurs propres innovations, la grande majorité, pour s’adapter à la nouvelle perspective d’exportations et de compétitivité, a dû établir des arrangements coûteux avec des entreprises internationales pour réaliser les innovations nécessaires et mener à bien la réorganisation du management.

22C’est dans ce contexte que le gouvernement a annoncé une politique pour les prochaines années, qui, dans le meilleur des cas, semble ambiguë ; il s’agit du Programa National de Ciencia y Modernizaciόn technolόgica, présenté en février 1990. Dans ce programme, l’Etat, adoptant une orientation néo-libérale, déclare s’appuyer sur le secteur privé, pour réaliser, en suivant ses propres critères la modernisation technologique nécessaire ; il obtiendra la technologie où bon lui semble et importera de nouveaux biens d’équipement, sans intervention ni supervision gouvernementale. De même, l’Etat espère, et cela malgré les enseignements de l’histoire, que les entreprises mexicaines effectueront des investissements propres dans la recherche technologique et soutiendront la recherche menée dans les institutions spécialisées et dans les universités. En même temps, il déclare ne pas avoir de raison d’assumer la promotion de la recherche fondamentale en matière d’industrie, faisant ainsi fi d’importantes expériences réalisées dans d’autres pays et de quelques-unes, intéressantes, déjà menées au Mexique.

23Cette stratégie qui consiste à se reposer prioritairement sur l’innovation technologique importée comporte plusieurs aspects importants. Il n’y a pas de doute que, pour obtenir des résultats à court terme d’une politique de modernisation industrielle, il faut avoir recours à la technologie étrangère, pratiquement la seule disponible. Elle est d’ailleurs intégrée, en partie de façon implicite, dans les investissements directs des grandes multinationales, ou dans les opérations menées avec leurs filiales mexicaines. Bien entendu, dans l’immédiat, le programme d’exportation de produits manufacturés et de recherche de compétitivité va dépendre de ces innovations technologiques. Il est incompréhensible, cependant, que la politique du gouvernement en ce qui concerne “la science et la modernisation technologique” n’inclue pas un fort soutien à la recherche industrielle nationale à travers les instituts existants et l’encouragement à l’établissement de nouveaux centres de recherche, surtout dans les domaines de la nouvelle technologie de pointe, et dans ceux qui pourraient être importants pour les petites et moyennes industries. L’on ne comprend pas, non plus, que le Programme ne s’intéresse pas davantage au rétablissement des conditions de base permettant le fonctionnement du secteur scientifique et à la promotion de la recherche scientifique fondamentale.

24Dans la politique actuelle, l’Etat se désintéresse même de la négociation des contrats de technologie, puisqu’il a démantelé le Registro Nacional de Tecnología, fait marche arrière dans la réglementation des contrats et cédé face aux pressions extérieures en faveur d’une plus grande liberté pour les détenteurs du know-how international et des brevets.

25Il est également évident que l’Etat considère qu’il existe une espèce d’équation linéaire par laquelle la “modernisation technologique” génére automatiquement une plus grande productivité, une compétitivité plus élevée et l’augmentation des exportations, sans tenir compte de la complexité de la structure industrielle, ni des ét- qui séparent l’introduction de l’innovation du produit final mis sur le marché international. Or, dans ce domaine, il faut une politique industrielle bien définie, avec des soutiens de l’Etat.

26Il n’existe pas, dans le Programme, d’engagement ferme par rapport au renforcement de l’infrastructure scientifique et technologique du Mexique, tout particulièrement en ce qui concerne les ressources humaines hautement qualifiées qui seront nécessaires à long terme. La communauté scientifique a réagi en exerçant des pressions sur l’Etat pour élargir la disponibilité en ressources. Mais plus que des ressources, il faut, encore une fois, un réel engagement à long terme du secteur public.

Conclusion

27Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur la nouvelle politique du Mexique en faveur des produits manufacturés et de l’innovation technologique. Tout paraît indiquer, cependant, que l’on prend l’énorme risque d’appauvrir la capacité mexicaine en matière de recherche et développement expérimental, en ne présentant pas une claire définition d’un soutien à la science et la technologie et en se reposant excessivement sur l’importation sans discrimination de la technologie internationale. Etant donné les avancées de la technologie internationale, un pays comme le Mexique, qui a un niveau faible de départ, doit se montrer très dynamique s’il veut renforcer ses bases de recherche dans les principaux domaines de la science et la technologie. Les années de crise les ont détériorées et seul l’Etat, avec une éventuelle coopération internationale est en mesure d’allouer les ressources nécessaires à cette restauration, surtout tant que le secteur privé ne prend pas conscience qu’il est important de ne pas dépendre exclusivement de l’innovation technologique importée. Elle sera nécessaire, certes, mais il faudra mener en parallèle un effort de recherche locale de grande envergure, auquel le secteur privé devra participer. La communauté scientifique et son secteur technologique, au Mexique, reconnaît les quelques mesures que le gouvernement a commencé à appliquer pour soutenir ses activités, mais, face à la perspective de l’accord trilatéral de libre commerce, elle considère qu’il est indispensable que l’on alloue des ressources bien plus importantes au renforcement de la base scientifique et technologique du pays.

Auteur

Mariana Urquidi (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable