Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovations technologiques et mutations industrielles en Amérique latine

 | 
Hubert Drouvot
, 
Marc Humbert
, 
Julio Cesar Neffa
, 
et al.

Introduction

Les conditions d’un rapprochement de la recherche et du développement technologique en Amérique latine

Rigas Arvanitis

Texte intégral

1Le problème de la relation entre la recherche et le développement technologique a été l’un des thèmes centraux de cette première journée de la Table Ronde. Mon intervention se limitera à fournir, de manière très synthétique, ce qui me semble être des clés de compréhension de cette relation dans les pays d’Amérique latine. On peut les regrouper sous trois intitulés :

2- La recherche n’a de chance d’être prise en compte dans le développement technologique que si elle est mise en oeuvre par des acteurs innovants. En effet, il est illusoire de croire que le passage de la recherche, notamment universitaire, vers les secteurs d’application puisse se faire en absence d’un intérêt bien établi pour la recherche de la part de ceux qui mettront en oeuvre le développement technique. Or, notre expérience au Vénézuéla, montre que cet intérêt pour la recherche est le fait d’agent innovateurs, par exemple des industriels férus de technique, des ingénieurs motivés par le défi professionnel que pose la résolution de problèmes spécifiques, ou des entreprises qui ont acquis une mémoire technique issue de leur cheminement technique, de leur “apprentissage technologique”, de leur histoire particulière. En un mot l’innovateur précède l’innovation et l’innovation précède la recherche. Celle-ci ne devient outil innovant qu’en présence de ces acteurs innovants.

3Il faut toujours garder à l’esprit que la recherche n’est qu’un des moyen du développement technologique, et qui plus est, un moyen non nécessaire. Toutes les communications ici nous ont fourni des exemple de développements techniques fondés sur des stratégies d’entreprise ou des configurations économiques qui n’ont rien de commun avec la recherche. Mais dès l’instant où la recherche est en jeu, on observe qu’elle n’est prise en compte par les entreprises que si ces dernières formulent une volonté explicite de tirer profit de ce potentiel très particulier qu’est le potentiel scientifique. Ceci est une démarche rare en Amérique latine. Trop souvent on se berce dans l’illusion que la recherche appliquée produit un stock de connaissances inépuisable et formidablement riche. Or seuls ceux qui ont dû affronter des développements techniques relativement sophistiqués sont capables d’assimiler ce potentiel et sont capables d’évaluer ce que la recherche peut leur fournir. Ce phénomène est loin d’être spécifique à l’Amérique latine, mais dans ce continent il prend une forme particulièrement aigüe car trop souvent les politiques, mais aussi les chercheurs, pensent que la recherche peut précéder l’innovation technologique (c’est la «contribution de la recherche au développement”). Ainsi l’univers des “utilisateurs” potentiels de la recherche appliquée est beaucoup plus étroit que ne le supposent les grands discours sur la recherche au service du développement. Dans le cas précis de l’industrie, seules les entreprises qui ont un savoir-faire technique relativement solides sont-elles susceptibles de s’intéresser à la recherche. C’est pour cette raison que la majorité des relations techniques entre les entreprises et les centres de recherche n’a lieu que si les entreprises sont elles-mêmes dotées d’une unité de recherche ou, au moins, d’unités d’ingénierie voire de grosses unités de contrôle de qualité.

4- la relation entre la recherche et le développement technique ne sera réalisée qu’au prix d’une association étroite et permanente entre chercheurs et acteurs du développement technique. Là encore ces acteurs seront les entreprises, les agriculteurs, les agents de l’Etat ou encore les ingénieurs et techniciens qui manipulent concrètement la technique. Ils ne tiendront réellement compte des acquis des chercheurs qu’au travers d’une mise en commun des expériences, des activités techniques, d’une redéfinition permanente des objectifs et des contenus des problèmes et des techniques mises en œuvre pour résoudre ces problèmes. Cette symbiose ne peut pas s’établir dans le cadre de relations ponctuelles entre chercheurs et industriels. Elle est impossible si les chercheurs se bornent à offrir des services techniques compétents. Elle est également impossible si les chercheurs se bornent à offrir des “bons” résultats ou à définir des “bons” problèmes ou des “bonnes” solutions à des problèmes qu’eux seuls auront définis. Il importe peu de savoir si ce sont les chercheurs ou au contraire les “techniciens” qui ont défini le problème ; par contre, l’interaction de ces deux univers, celui de la recherche et celui de la production, à tous les stades des activités nécessaires au développement technologique sera essentielle.

5Or dans la plupart des pays d’Amérique du Sud, l’histoire de la formation des communautés scientifiques, la création des institutions de recherche s’est souvent opérée en maintenant à l’écart la science du reste de la société. Il s’est ainsi forgé un univers social particulier, qu’illustrent la plupart des centres de recherche de type académique, où la recherche se déroule en dehors de tout contact avec les acteurs du développement technologique. C’est, pensons-nous, de là que provient la prégnance de ce discours qui dans cette même salle a été souvent réitéré, de la nécessaire mise en relation de la recherche avec la “société civile”. Cette disjonction est d’autant plus étonnante que la majorité des recherches sont appliquées, mais l’application et la mise au service des utilisateurs sont trop souvent considérés comme externes à la recherche. De là aussi provient l’écart entre la recherche appliquée et l’application. Renverser cette tendance suppose donc une interaction plus étroite entre ces deux univers, celui de a recherche et celui du développement technologique. Elle suppose une volonté réelle de part, des politiques institutionnelles volontaristes ; c’est en ce sens qu’agissent aujourd’hui ces centres de transfert et valorisation de la recherche dont se sont dotées un grand nombre d’Universités. Il y a là un problème institutionnel, difficile à résoudre, même si sa formulation est simple.

6Soulignons seulement que la mise en œuvre d’une telle politique de rapprochement de la recherche avec le développement technique suppose une politique institutionnelle, notamment de la part des Universités, contrairement à ce qui s’est déroulé jusqu’à présent où la quasi totalité des contacts entre universitaires et industriels se fait sur la base de relations personnelles, informelles. Ceci revient à dire aux Universités de ne pas considérer la relation recherche-développement comme une activité secondaire des chercheurs, mais au contraire comme l’un des objectifs réels des centres de recherche universitaire. Cela signifie aussi que l’on se débarrasse de la notion “d’extension” qui fait plus de mal que de bien (comme d’ailleurs de la notion de recherche appliquée, comme nous venons de la signaler ci-dessus).

7De plus, cette interaction suppose un changement de conception quant à la recherche elle-même. Plutôt que d’user des catégories fallacieuses de recherche fondamentale et appliquée, il serait plus sain de considérer l’ensemble de la recherche comme un processus continu d’appréhension et de modification de notre univers. Assigner, comme le font par commodité les CONICIT, de manière statique un objectif de “production” de savoir à la recherche fondamentale et de “production” de biens à la recherche appliquée s’est s’interdire les aller et venues entre savoir et technique ; c’est aussi s’interdire de comprendre que les utilisateurs des technologies demandent non pas des “produits scientifiques” ni même des “produits technologiques” mais des savoir faires, des connaissances particulières, des aptitudes qui s’acquièrent dans et par la recherche. Evidemment, on pourrait dire qu’en l’absence d’un produit, on voit mal comment la recherche pourrait interagir avec l’industrie : ceci est faux problème car, dès l’instant où il y a véritablement interaction entre chercheurs et ingénieurs de la production, le produit peut se développer. Ce serait même plutôt le contraire qui ferait aujourd’hui la marque particulière de la recherche en Amérique latine : les chercheurs ont su définir des problèmes, on su développer des produits, en l’absence de cette interaction. D’où le désarroi actuel, où l’on se trouve avec un stock de “produits de recherche” totalement inutilisés.

8- enfin, la recherche ne peut être valablement mise au service du développement technologique que dans la mesure où les acteurs impliqués dans un problème technique spécifique sauront délimiter avec précision le contexte dans lequel s’effectuera cette “application” de la science. De même qu’un scientifique contrôle les variables de l’environnement dans cet univers codifié qu’est le laboratoire, il faudra contrôler les variables qui affectent d’une manière ou d’une autre l’objet du développement technique. Ces variables peuvent être aussi diverses que le contexte financier, les conditions de drainage des eaux, les conditions de contrôle des paramètres d’un atelier de production ou tout autre élément qui vient perturber le développement technique et la production. Or la connaissance de ces éléments, et donc leur contrôle, dépendra de tout un long et laborieux travail de codification, de connaissance, de définition des enjeux et des relations entre acteurs.

9Ceci suppose donc de prendre conscience du fait que la science et les techniques ne s’appliquent pas n’importe où ni n’importe comment. En d’autres termes, il faut un espace contrôlé et bien défini dans lequel se développera la technique. A cet égard, il faut souligner que ce contexte se construit au fur et à mesure que l’on agit sur les éléments techniques. Dans un très grand nombre de cas, contrôler le contexte signifiera avoir accès à l’information technique pertinente, donc maintenir des liens étroits avec les fournisseurs des machines et des équipements ; un coup de téléphone -si les téléphones marchent…-peut en bien des cas résoudre plus de problèmes que deux ans de programmation technique. Mais ce coup de téléphone ne sera efficace que si, auparavant, un important travail de balisage et de reconnaissance des conditions techniques et des relations commerciales, sociales et économique a été effectué (et si le réseau téléphonique est en état de marche).

10Les pays d’Amérique latine ont à répondre à ce nouveau défi qu’est la mise en application de la science au développement dans le temps, dans la permanence des structures et dans l’affirmation d’une volonté politique. Il leur faut définir des politiques industrielles qui sachent :

  • identifier les acteurs innovants, les entreprises actives et ajuster les mesures particulières en fonction de ces acteurs.
  • encourager les collaborations dans le long terme entre les centres de recherche et les entreprises.
  • faciliter la mise en place de conditions techniques élémentaires du développement technologique.

11J’ai bien nommé les politiques industrielles, car pour permettre ce développement technologique tant désiré et s’assurer de la mise en rapport de la recherche avec la production, il ne suffit pas, en effet, de placer la technologie dans la politique dite de “science et technologie” comme l’on fait la quasi-totalité des pays d’Amérique latine, en attribuant à la recherche appliquée des objectifs technologiques. Il faut prendre en compte la variable technologique, dans toutes ses composantes, y compris de recherche, au sein même de la politique économique et industrielle nationale.

© Éditions de l’IHEAL, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable