Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brésil : un système agro-alimentaire en transition

 | 
Roseli Rocha Dos Santos
, 
Raúl H. Green

Système alimentaire et organisation du travail

José Miguel Rasia

Texte intégral

1Ce chapitre est une réflexion sur l’organisation du travail dans le système alimentaire. Bien que notre préoccupation soit l’analyse du travail dans tout le système, celle-ci sera axée d’abord sur des unités productrices de matières premières, dans les unités familiales de production (WANDERLEY, 1981 ; RASIA, 1987a). Ayant comme cadre d’étude le sud du Brésil, notre souci sera de nous confronter avec quelques principes théoriques et méthodologiques qui nous permettront ou tout au moins nous aideront à mieux comprendre ce qui est le travail dans les unités familiales de production.

2Comme point de départ notre analyse adoptera deux concepts : le premier est celui de l’innovation technique, le second celui de l’économie de réseau.

Le rôle de l’innovation technique

  • 1 On considère comme des synonymes les expressions “producteur familial”, “agriculteur familial” et “ (...)

3Le sens de l’innovation technique est pour notre sujet d’étude un des éléments conceptuel de base en ce qui concerne les formes d’organisation du travail, étant données la vitesse et l’intensité des changements qu’ont atteint ces dernières années (surtout à partir des deux dernières décennies) les producteurs familiaux1 des états du Parana, Santa Catarina et Rio Grande do Sul.

4A partir des années 80, l’innovation technique a connu un épanouissement très intense grâce au développement des biotechnologies, de la micro-électronique et de l’informatique. Ses applications au processus de travail redéfinissent entièrement les moyens par lesquels se font la production et la consommation dans les sociétés capitalistes et au sein des pays sous-développés. Il ne s’agit pas seulement de considérer l’innovation comme une simple modification des formes tayloriste et fordiste de l’organisation du travail (RASIA, 1991), mais aussi de constater que dans l’horizon de la production un nouveau paradigme est en train de naître. Son fondement repose sur le taylorisme et le fordisme, tout en dépassant sa base technique. Ce fait peut être considéré comme une nouvelle tendance de la dynamique économique en général, ne se limitant pas à la production proprement dite mais en intégrant aussi la circulation et la distribution des produits. Dans le cas spécifique du système alimentaire, une intense incorporation des services se produit à partir de ce moment (voir chapitre 1).

5Comme résultat des innovations, le système de production acquiert des caractéristiques nouvelles. Parmi celles-ci on peut souligner la flexibilité du processus de travail et du rôle du travailleur. Désormais, on peut recréer le processus de travail dans ses différentes dimensions : en tant qu’organisation et utilisation des composants matériels de la production, en tant que possibilité de différenciation des produits en fonction des demandes spécifiques et en tant que procédé permettant au système l’incorporation des services à la production. Grâce à la flexibilité, il est possible de remplacer la rigidité des stocks par une dynamique économique fondée sur des réponses immédiates et flexibles.

6La flexibilité peut donc être considérée comme étant la capacité des chaînes à réaliser des produits différenciés à partir d’un équipement et avec des délais d’adaptation réduits. A une demande volatile, instable et toujours différenciée, il est nécessaire de faire correspondre des lignes de production capables de s’adapter et de se différencier (CORIAT, 1990).

7Si d’une part l’innovation technique agit de manière à modifier les formes d’organisation du travail et de l’offre de produits, d’autre part elle modifie aussi les modèles de la demande. Par ailleurs, la demande établit elle aussi certaines exigences en ce qui concerne l’innovation et son contenu. De cette façon le rapport innovation technique et demande apparaît comme une voie à double sens. Ces rapports agissent sur les formes traditionnelles de circulation et de distribution, en modifiant leurs rythmes. Ils multiplient les opérations de distribution, étant donné que les stocks doivent diminuer et obligent à des réponses immédiates et spécifiques de la demande. La circulation joue donc un rôle fondamental dans ce processus, puisqu’elle doit faire parvenir et aux points de distribution, dans des délais fixés, les produits offerts aux consommateurs.

8Ainsi, la circulation et la distribution ne peuvent plus être considérées seulement comme de simples moments de la concrétisation de la production. Il ne s’agit pas ici de nier les affirmations de Marx sur le rôle de la circulation et de la distribution dans le processus d’accumulation du capital, mais de reconnaître que le moment historique que nous vivons aujourd’hui, grâce au développement de la micro-électronique et de l’informatique qui s’ajoutent au processus de travail, est historiquement distinct de celui décrit et analysé par Marx dans l’”Introduction de 1857” et dans “Le Capital”. Il s’agissait, alors, de chercher les bases de la constitution logique et de la rationalité du capital dans sa marche vers la construction de la société capitaliste et industrielle ; de nos jours il s’agit de dépasser ces modèles et chercher une nouvelle forme d’organisation logique, rationnelle, traduisant une façon d’être sociale qui, tout en restant capitaliste, se veut en même temps post-industrielle. Il est donc nécessaire d’envisager la circulation et la distribution comme des moments réels de la production, des moments de travail susceptibles d’ajouter de la valeur à la production. D’après ce raisonnement, les modèles d’analyse qui considèrent la production, la circulation, la distribution et la consommation comme des moments distincts d’un même processus perdent leur pouvoir explicatif devant l’intégration de ces divers moments (dans des temps réels de travail), qui résultent des possibilités offertes par l’innovation technique.

9L’innovation technique possède encore une autre dimension dont il faut tenir compte : la capacité qu’elle a d’incorporer des services à la production. A cet égard, CROZIER, (1991 ; pages 28 et 30) signale que “La notion de besoin d’autre part, s’estompe et c’est le service au client qui devient central. L’offre peut créer un besoin, non pas par conditionnement de la demande, mais par une meilleure compréhension des capacités du client et par une meilleure symbiose avec lui. Les rapports services-technologie enfin deviennent essentiels. La création conceptuelle du nouveau service en fonction des possibilités que va offrir la technique devient un acte créatif fondamental aussi important que la découverte d’un nouveau procédé révolutionnaire ou que la stratégie de conquête d’un marché.”

L’économie de réseau

10Le deuxième concept adopté dans ce chapitre est celui de l’existence d’une économie de réseau dans le système alimentaire. Ce principe nous permet d’affirmer que le système alimentaire brésilien traduit mieux la réalité de l’économie de réseau, si l’on tient compte de ses relations et articulations internes et de sa dispersion spatiale, que le principe du “district industriel” développé par MARSHALL (1920) et par BECATTINI (1989) ou que celui de “complexe agro-industriel” proposé par MULLER (1985 et 1990). Dans le système alimentaire brésilien ceci paraît être, plutôt qu’un choix personnel, une nécessité méthodologique qui s’impose puisque la production alimentaire en général obéit au principe d’une grande dispersion spatiale. Cette forme de dispersion dans l’espace constitue une donnée déterminante pour la caractérisation du système en question et en même temps dans la constitution de l’économie de réseau dans quelques régions et pour certains produits. L’exemple qu’on donnera ici est celui de la production de viande de volailles et de viande porcine.

11Les entreprises de production de viande, qui se situent surtout dans les états du Parana, Santa Catarina et Rio Grande do Sul, montrent la pertinence du concept d’économie de réseau. Un nombre relativement réduit de grandes entreprises fournissent la viande de volaille et de porc à tout le pays et à des segments du marché extérieur.

12La production de viandes, notamment celle de la volaille, ne se fait pas de la même manière dans d’autres régions du pays, elle n’utilise ni les mêmes ressources techniques, organisationnelles et humaines, ni la même intensité ni le même contrôle de qualité.

13Du point de vue méthodologique le concept d’économie de réseau se révèle approprié pour appréhender la logique de cette forme d’organisation, aussi bien en ce qui concerne les processus strictement économiques que dans ce qui se rapporte aux relations entre les agents économiques dans ce type de production. D’après GREEN et ROCHA dos SANTOS, l’économie de réseau peut être définie comme un espace productif où la concurrence s’établit, de manière dominante, entre un ensemble d’entreprises liées par contrat.

14Le mécanisme de la contractualisation atteint tout le réseau, depuis le fournisseur de matières premières (dans le cas du Brésil il s’agit du producteur familial engagé par contrat ou intégré), jusqu’à l’industrie de transformation et les autres étapes du processus de production, y compris les services. En tant que telle, la contractualisation est l’instrument par lequel on garantit le fonctionnement de l’activité économique à l’intérieur du réseau, en assurant tous les moyens nécessaire, depuis la fourniture de matières premières jusqu’à la circulation des produits tout au long des points de distribution, selon une demande spécifique.

15Il convient encore de rappeler que, du point de vue méthodologique, les concepts d’économie de réseau et d’entreprise-réseau nous permettent d’éviter la discussion sur la compréhension du système alimentaire à partir du concept de complexe agro-industriel. Ces concepts en effet, offrent un ensemble plus grand de ressources théoriques dans la mesure où ils relient tous les moments de la production et surtout du fait qu’ils permettent d’appréhender l’incorporation de services, principalement dans la distribution à l’intérieur du système alimentaire.

16Si on considère l’axe méthodologique constitué par le sens de l’innovation technique et par les concepts d’économie de réseau et d’entreprise-réseau, une autre hypothèse peut être envisagée celle qui fait disparaître la distinction entre le secteur industriel tourné vers la production d’aliments, l’agriculteur proprement dit, et le secteur alimentaire en tant qu’élément tiers. Cette démarche nous amène à considérer le système alimentaire comme une totalité et non plus comme la partie d’un modèle séquentiel de production du type suivant :

Modèle séquentiel du système alimentaire

Modèle séquentiel du système alimentaire

17D’après ce modèle chacun des moments est doté d’une logique et d’une rationalité propre et, malgré quelques points de contact, il ne constitue pas une totalité car il lui manque une logique unificatrice. La seule logique qu’il possède a pour fonction d’ordonner les opérations qui rendent possible la création de la valeur.

18L’utilisation du concept d’économie de réseau dans l’analyse du système alimentaire nous permet d’affirmer qu’une même logique et une même rationalité, celle du réseau, traversent et ordonnent tous les éléments qui le composent en lui accordant une unité. Cela nous amène à penser que la logique et la rationalité du réseau sont responsables de l’unification du système en tant que tel. Les spécificités de chaque composant du réseau s’effacent apparemment dans l’unification. Toutefois contrairement aux apparences, elles réapparaissent non seulement en tant que temps de travail différents mais aussi en tant que travaux concrets, spécifiques, lesquels d’une part sont responsables de l’agrégation de la valeur au produit pendant les différents moments de la production et de l’autre nous permettent d’identifier les agents sociaux responsables de ces travaux. De cette manière, lorsqu’on parle de la logique de la rationalité du réseau, on pose un problème à la fois d’ordre économique et sociologique.

19Du point de vue économique, le réseau, en tant que forme d’organisation du système alimentaire et en tant que principe logique de son explication, exprime une réalité à travers laquelle la valeur est produite dans l’ensemble du système. C’est-à-dire, qu’il existe à l’intérieur du réseau une structure qui permet d’identifier des points à partir desquels l’innovation s’introduit avec plus de rapidité en même temps que les nouveaux moments responsables de l’agrégation de la valeur au produit. Il est important de tenir compte ici du fait que ce sont par les services incorporés à la circulation et à la distribution, commandés dans son étape la plus développée par l’informatique, que la vitesse de l’innovation est déterminée. Sur ce point, le rapport service - innovation technique apparaît comme un rapport positif.

20Ainsi, si l’on considère la dynamique économique d’un point de vue traditionnel, la valeur, semble surgir d’où elle ne pourrait jamais provenir. Cette question est de nos jours une fausse question ou, tout au moins, une question qui a perdu en partie sa signification historique, étant donné qu’on ne vit plus le grand moment de la révolution industrielle, ni la constitution de l’Organisation Scientifique du Travail ou de la chaîne de montage.

21Si l’on considère les années 60 et 70, on verra que de grandes transformations se sont produites dans le processus de production du système alimentaire brésilien. Aujourd’hui on peut avancer l’hypothèse que tout ce que le système peut avoir de moderne résulte du sens de l’innovation, qui est déterminé par la demande flexible et volatile. Ceci revient à dire que les transformations subies par le système alimentaire, analysées d’après la démarche avancée dans ce texte, prennent le sens inverse du chemin historiquement parcouru. On marche donc à contre sens ou selon la proposition de CORIAT (1991), on “pense à l’envers”.

22Du point de vue sociologique la question est perçue comme étant déterminée par des agents sociaux apparemment extérieurs à la production, les consommateurs. Dans le cas du système alimentaire cette extériorité de la détermination est fondamentale et doit être considérée, puisque ce sont les consommateurs en dernière instance qui choisissent les produits qui seront consommés, ce sont eux qui imposent une certaine qualité tout en exigeant des produits différenciés.

23Il est clair, toutefois, que la sélection faite par les consommateurs ne dépend pas seulement d’un choix ou d’un goût individuel mais elle est bien l’expression d’une habitude, d’un style d’être et de vivre (BOURDIEU, 1979) et par conséquent d’un choix social correspondant à une façon de vivre, à une condition de classe.

24Ainsi donc on ne peut pas considérer la consommation comme un acte strictement personnel mais plutôt comme une activité dont l’origine et la signification s’inscrivent dans le cercle des représentations sociales. D’une part, le choix de ce qu’on consomme et du moment de consommation passe donc par la pensée symbolique, au sens où Bourdieu l’entend. D’autre part, il est directement rattaché au pouvoir d’achat des consommateurs. On doit donc souligner que la valorisation symbolique des aliments ne se détache pas de la condition de classe des consommateurs (BONIN et ROLIM, 1991).

A la recherche d’une nouvelle organisation du travail

25Si notre préoccupation jusqu’à présent a été d’exposer les éléments méthodologiques qui nous sont suggérés par l’innovation technique et par le concept d’économie de réseau pour l’appréhension de ce qui se passe actuellement à l’intérieur du système alimentaire, notre souci sera désormais d’établir des concepts permettant de mieux percevoir la logique de l’organisation du travail.

26Au fur et à mesure que l’économie de réseau s’établit, elle entraîne, en tant que nécessité intrinsèque, la transformation des formes d’organisation de l’activité économique qui l’ont précédée. En organisant et intégrant un ensemble d’activités par des contrats inter-entreprises ou par des engagements avec des agriculteurs, les rapports entre l’ensemble du système alimentaire et la réalisation du travail à l’intérieur des unités familiales intégrées sont redéfinis.

27Une remarque s’impose ici : cette redéfinition des rapports n’implique pas à priori l’abandon des formes anciennes, fordistes, voire pré-fordistes, de l’organisation du travail. Au contraire, il s’agit de les reprendre et de les restructurer dans le but de les doter d’une nouvelle orientation. Elle est désormais entraînée par un nouveau paradigme qui s’ébauche et qui, comme on vient de le dire, nous permet d’incorporer un ensemble de services qui n’existaient pas auparavant ou, s’ils existaient, fonctionnaient de façon précaire et à l’extérieur du système. Cette tendance est fondamentale car c’est par là que la formation (composition) de la valeur est maintenant définie, ou encore, c’est par elle qu’on peut se rendre compte de comment le cycle de l’accumulation se comporte aujourd’hui dans l’activité économique comprenant le système alimentaire.

28Pour bien saisir le paradigme qui organise désormais le travail, il faut comprendre non seulement le sens de l’innovation mais aussi les différentes alternatives de l’organisation du travail. La logique et la rationalité qui ont caractérisé et, dans beaucoup de cas, continuent à marquer les démarches tayloristes et fordistes de l’organisation du travail, relèvent en même temps d’une approche plus vaste de l’organisation du travail, et d’une démarche technologique imprégnée de cette même rationalité. Il faut toutefois avoir présent à l’esprit que le choix de cette démarche, au début tayloriste et par la suite fordiste, a été la seule possibilité, étant donné qu’on ne pouvait pas disposer au moment des choix ni de l’informatique, ni de la micro-électronique, susceptibles d’accorder à l’organisation du travail une plus grande flexibilité. Au moment historique de la constitution du taylorisme et ensuite du fordisme, il n’a été possible de construire l’organisation du travail qu’à partir de la rigidité des tâches et de la chaîne de montage. Cela a été la seule possibilité concrète qui s’est offerte aussi bien à Taylor qu’à Ford. A cet égard, les travaux de CAPECHI (1991) et de CORIAT (1991) sont importants pour replacer dans son contexte historique la naissance de l’Organisation Scientifique du Travail.

29L’investigation d’une nouvelle logique de l’organisation du travail doit, d’abord, tenir compte de l’idée d’une nouvelle rationalité qui abandonne les formes rigides dominantes auparavant et introduit une rationalité ouverte, flexible (RASLA, 1991). Dans une économie de réseau, cette rationalité qui caractérise le processus du travail, comprend un ensemble de possibilités en ce qui concerne l’innovation technique : la diversification des lignes de production en fonction d’une demande flexible et volatile, en alliant en même temps productivité et qualité, sans pour autant manquer d’incorporer des services au processus de travail.

30La nouveauté apparaît lorsque ces possibilités deviennent concrètes. Il faut remarquer, bien que ces possibilités puissent se montrer en même temps concrètes et exclusives, qu’elles peuvent aussi, en se concrétisant, dépasser l’exclusivité et devenir réelles, ensemble ou en se présentant à des rythmes différenciés.

31Toutefois, l’hypothèse la plus probable semble être celle où l’on ne peut pas imaginer un changement qualitatif en bloc dans le système alimentaire. Les changements semblent se produire toujours dans des parties du système et jamais dans son ensemble en ce qui concerne l’organisation du processus de travail.

32On ne peut donc pas envisager un changement se traduisant par un nouveau paradigme, dans le cas de la production en général et dans le système alimentaire en particulier, sans réévaluer et sans qualifier l’innovation et la rationalité que celui-ci comporte. La rationalité qui s’y instaure dérive d’un choix organisationnel capable d’établir un rapport positif entre les différentes parties composant le système alimentaire et la demande. De cette façon, le choix est doublement qualifié : il représente non seulement le choix possible mais aussi le choix approprié et en ce sens que le savoir du gestionnaire constitue un composant fondamental de l’organisation à l’intérieur de l’économie de réseau.

33Pour définir la logique de l’organisation, l’étude de CAPECHI (1991) sur l’industrialisation de Bologne, nous signale trois types de flexibilité dans le processus de travail lorsqu’il compare le “toyotisme”, en tant que paradigme émergeant, au taylorisme et fordisme. Le premier concerne la flexibilité de la production. L’organisation toyotiste se fixe pour objectif d’offrir au client, à partir de plusieurs variables et par opposition à la production en masse, le produit le plus approprié, celui qui l’intéressait d’avantage. Ce qui prédomine dans ce type de flexibilité c’est la possibilité du choix personnel, différencié.

34Le deuxième type, CAPECHI l’appelle flexibilité interne de l’organisation. Elle s’oppose à l’automatisation rigide du taylorisme-fordisme avec toutes les implications possibles entre le savoir et le faire à l’intérieur de l’organisation, entre le travail mental et le travail d’exécution ou celui de la chaîne de montage. Celle-ci cède sa place à l’automatisation flexible ayant pour base l’utilisation de machines qui peuvent être programmées par l’informatique car il s’agit là aussi d’un ensemble de machines flexibles. On peut rappeler à ce sujet la discussion déjà ancienne selon laquelle toute technologie comporte un type spécifique d’organisation du travail et des rapports sociaux. Sur ce point précis, CAPECHI (1991) et CORIAT (1991) s’identifient dans la mesure où ces deux auteurs font allusion à la possibilité d’une production informatisée, exécutée dans un “temps donné” à partir de zéro stock et avec zéro perte. La principale caractéristique de cette production est la capacité de répondre à la demande dans les plus courts délais et avec une gamme de produits différenciés. Dans le cas de l’économie de réseau ceci est l’expression du fonctionnement en “flux tendu” (GREEN et RODRIGUEZ ZUÑIGA, chapitre 2).

35Le troisième type de flexibilité concerne l’organisation tournée vers l’extérieur et il accorde une plus grande importance au marché et aux exigences du consommateur. A ce type de flexibilité se rattache le plus haut degré possible de diversification de la production “Qu’il s’agisse du marché intérieur ou du marché mondial, une mutation centrale s’est donc nouée : avec l’émergence de nouveaux comportements de consommation marqués du sceau de la différenciation, se font jour de nouvelles normes de concurrence. Celles-ci, désormais, portent autant sur la nature et la qualité des produits que sur les coûts. Les conséquences d’un tel type de situation, sur les structures de la production, sont considérables. L’affirmation de ces nouvelles normes de concurrence, viennent s’ajouter aux limites sociales, atteintes par le taylorisme et le fordisme, consomme définitivement la mort les systèmes rigides des grandes séries de produits standardisés” (CORIAT, 1991, page 24).

36Le choix d’une plus grande flexibilité et d’une nouvelle logique de l’organisation du travail ne peut se produire qu’à partir du moment où le système alimentaire sera à même de donner des réponses adéquates à la demande. En ce sens, le choix en tant que possibilité est aussi l’expression de la compétitivité qui est désormais restreinte aux augmentations de la productivité et se rapporte surtout à la différenciation et à la qualité des produits (RASIA, 1991).

37La logique de l’organisation du travail incorpore ainsi qualité, différenciation et compétitivité par opposition à la production en masse et à la réduction des coûts. La qualité et la différenciation sont inséparables de la compétitivité de la production ; elles sont la base même de toute compétitivité. Au fur et à mesure que la demande se transforme, devenant volatile, il n’est plus possible d’être compétitif, par l’offre différenciée de produits. La flexibilité devient par conséquent une résultante de la nouvelle logique organisationnelle, y compris l’organisation du travail et le rapport le plus adéquat possible entre travailleur/organisation/ demande. Cela veut dire que la flexibilité en tant que fondatrice d’une nouvelle logique organisationnelle et méthode de travail s’impose.

38Dans le cas du système alimentaire cette situation se traduit d’une part par le nombre d’articles de consommation que les entreprises sont capables de fournir au marché, et de l’autre par la capacité qu’a le producteur de matières premières, en l’occurrence l’agriculteur familial sous contrat ou intégré, à les fournir dans des délais précis avec les qualités exigées. Ceci impose à l’agriculteur une réorganisation de son travail et une nouvelle orientation de ses rapports avec le marché, qu’il s’agisse des industries de transformation ou des consommateurs finaux. On redéfinit ainsi l’ensemble des rapports entre l’agriculteur familial, son environnement et ses ressources productives.

Le travail flexible : de nouveaux métiers, un nouvel apprentissage

39Le fonctionnement du système alimentaire en économie de réseau reflète un nouveau paradigme dans l’organisation du travail. Il est donc nécessaire de réfléchir au travail recréé par la nouvelle dynamique. Ceci exige, dans une certaine mesure, qu’on recrée le travailleur lui-même.

L’organisation du travail flexible

L’organisation du travail flexible

40Le travail s’exprime ainsi par les lignes de tension représentées par le rapport entre l’organisation du système alimentaire et la demande. Cette logique établit par conséquent un flux tendu, possédant un rythme précis de fonctionnement, lequel doit être toujours prêt à répondre à la volatilité et à la différenciation de la demande. On peut donc se demander comment le travail et le travailleur se comportent vis-à-vis des autres composants du système, que ce soient des éléments matériaux : nature, machines, matières premières, connaissance ; ou des agents sociaux : entrepreneurs, distributeurs, consommateurs.

41La dynamique du système est désormais donnée par trois ensembles qui agissent de façon à constituer un tout : offre / demande, compétitivité / qualité, flexibilité / différenciation. Le travail et le travailleur sont soumis au rythme et à la rationalité de ces trois ensembles. Le fait d’être soumis à cette nouvelle logique de l’organisation du processus de travail ne veut pas dire que le système puisse faire table rase de tout ce que le travailleur possède en tant que connaissance du travail agricole, ni de ses valeurs éthiques et culturelles. Ceci revient à dire qu’il est impossible de mettre le système en fonctionnement en ignorant les parcours sociaux et la formation du travailleur. Il en découle deux questions qui concernent les caractéristiques de ce même travailleur, producteur familial sous contrat.

42La première question se rattache à la capacité d’interprétation que le travailleur, intégré à l’entreprise-réseau, se fait de sa nouvelle situation. Celui-ci continue à être un agriculteur familial, tout en vivant une nouvelle situation représentée par l’ensemble des nouvelles relations, auxquelles il doit faire face. Il est essentiel de considérer cette nouvelle situation pour pouvoir comprendre comment le travailleur familial dans l’agriculture répond de façon adéquate, par son travail, à la demande que le système lui impose. Il est nécessaire de découvrir quels sont les mécanismes permettant au travailleur familial de réaliser à chaque nouveau moment de l’organisation de la production (et on fait allusion ici à un moment très singulier puisqu’il s’agit du passage d’un paradigme à autre) un nouveau processus d’apprentissage sur la base d’un métier préexistant qu’il maîtrise.

43Le processus d’apprentissage peut être défini comme étant l’acquisition de connaissances et d’habilités techniques. En tant que processus d’acquisition de connaissances l’apprentissage est inséré dans le champ du savoir théorique, se rattachant à son métier mais aussi aux connaissances générales telles que la lecture, l’écriture, les mathématiques, l’histoire, transmises par l’école.

44L’école apparaît à ce moment comme un des lieux privilégié dans le processus d’apprentissage, malgré son caractère déficitaire, même au sud du Brésil, en ce qui concerne l’offre de places, la qualité de l’enseignement proposé et le temps de durée de la scolarité, surtout en milieu rural. D’après des observations réalisées en milieu rural, les opportunités éducationnelles ne dépassent pas la huitième classe : CM1, (MARTINS, 1974 ; RASIA et ZAGO, 1984). En somme, la trajectoire scolaire est une donnée qui permet d’évaluer dans un premier temps le niveau de connaissances du travailleur. La maîtrise des connaissances dont il est question ici rend possible la création d’une représentation du monde partagé par les producteurs familiaux. La maîtrise de la langue écrite et la connaissance de la signification des formations discursives font du producteur familial un agent social capable de prendre des décisions et de faire des choix adéquats dans un processus d’intégration avec l’entreprise-réseau et avec la demande ou le marché.

45Ainsi, il sera nécessaire d’observer au niveau empirique dans quelle mesure ce qui vient d’être affirmé ci-dessus peut constituer une hypothèse viable contribuant à l’explication des comportements des producteurs familiaux devant la logique de la production flexible : “Il modo di produzzione della famiglia contadina e plu particolare di quella mezzadrile viene giustamente visto come une delle origine del particolare modo de produzzione che caraterizza l’industrializzazione a specializzazione flessibile anche da un punto de vista piu complesso come ad esempio quelli dei rapporti tra i sessi, in generi scassamete presto in considerazione per quanto si gurada i processi di industrializzazione e i diferenti modi di pensare e organizzare la produzione industriale” (CAPECHI, 1991, page 347).

46Avant la scolarisation il existe déjà un processus d’apprentissage au sein de la famille et de l’église, qui s’accompagne d’un ensemble d’expériences ludiques qui se développent dans la communauté locale et auxquelles participe l’enfant. On pourrait appeler ce processus “socialisation primaire” (DURKHEIM, 1968) et c’est par lui que l’enfant apprend les comportements communs à son groupe de référence (RASIA, 1987a) et une façon d’être sociale fondée sur une expérience non systématique ayant pour but d’homogénéiser les individus (DURKHEIM, 1968). Ce processus est prolongé, en acquérant un caractère systématique, au cours des premières années de la scolarisation. De cette manière, une première vision du monde commence à être construite par l’enfant avant même son entrée dans l’institution scolaire (PIAGET, 1926). En milieu rural, l’enfant n’entre à l’école que lorsqu’il a six ans et demi accomplis. A ce moment, il possède déjà des structures logiques de pensée (PIAGET, 1926) à peine développées qui lui permettent de penser en forme organisée au monde, aux expériences qu’il a d’autrui. On ne peut pas oublier cette situation lorsqu’il s’agit de proposer une discussion sur le travail et l’apprentissage parmi les agriculteurs : “Il mondo rurale non è una parte residua di un sistema in evoluzione dominato della cità… è portatore di un patrimonio storico e culturale e anche di un certo stilo di vita che contribuiscono ad arridiare le sceltte che si offrono agli individue, che compongono la nostra società” (LECAMP, 1991, page 9)

47Le processus de scolarisation se développe toujours par la confrontation entre le savoir (les expériences, la connaissance) apporté par l’enfant sous sa forme de ce que BORDIEU (1979) nomme le capital culturel, et les connaissances (savoir) que l’école lui offre. Pour l’enfant des groupes subalternes, cette confrontation devient si insupportable, qu’il finit par abandonner l’école. FUKUI (1982) a démontré à l’aide d’une étude réalisée à l’état de Sao Paulo que, bien que le discours pédagogique dominant affirme que c’est l’enfant qui abandonne l’école, celui-ci est en vérité exclu de l’école par la différence qui caractérise le rapport entre son univers et celui de l’école. De cette façon, dire que l’enfant s’évade ou abandonne l’école n’a pas de fondement.

48Au Brésil, même dans les états les plus développés du sud, cette question prend des formes dramatiques. La moitié des enfants qui entrent en première année du premier degré ne parviennent pas en deuxième année (RASIA, 1987a). L’exclusion de l’école peut se traduire plus tard dans beaucoup de cas par l’impossibilité à trouver du travail, d’autant plus si l’individu quitte le milieu rural. Sans vouloir faire une comparaison, au Japon et en Europe, où le dépassement du fordisme par le toyotisme est bien avancé, un haut niveau de scolarisation des travailleurs est exigé. Des diplômes moins valorisés ne permettent pas à l’individu d’entrer dans un système périphérique de production, ce qui signifie pour lui d’entrer dans le système constitué par des entreprises de taille plus petite, non intégrées au Système Central de Production et qui, pour la plupart, forment le secteur tertiaire moins qualifié des services qui ajoutent très peu de valeur à la production. Cette situation a des reflets immédiats et directs sur la rémunération du travailleur et ses conditions de vie.

49L’enseignement scolaire en milieu rural, malgré ses déficiences, est très valorisé (MARTINS, 1974, RASIA et ZAGO, 1984) car c’est la connaissance transmise par l’école qui en partie facilite à l’individu la compréhension du monde du marché et des rapports avec les entreprises constituant le système alimentaire, avec les organes assurant l’exécution des services techniques à l’agriculteur - EMATER, Coopératives - et avec les Syndicats en tant qu’entités de lutte politique et de représentation de classe. Au fur et à mesure toutefois où se consolident les liens représentés par l’intégration, l’Etat retire ses agents d’assistance technique de la campagne et le mécanisme d’intégration lui-même (le contrat) incorpore les spécificités techniques exigées du travailleur familial. La forme par laquelle l’entreprise rend possible cette exigence se traduit souvent par le contrat de services et d’agents privés (agronomes, techniciens agricoles et vétérinaires) qui se rendront responsables du recyclage du travail (BRANDENBURG et FERREIRA, 1991).

50Améliorer l’éducation de l’enfant, en s’efforçant de le garder jusqu’à la fin de la scolarité en milieu rural, constitue un objectif pour la plupart des agriculteurs. Ceci est considéré d’une part comme un travail productif (MARTINS, 1974) puisqu’il produira un individu plus qualifié pour le travail agricole, qui exige chaque jour plus de connaissances, que ce soit en termes de lecture, d’utilisation des machines et des facteurs de production, des soins à donner aux animaux etc… D’autre part, une meilleure éducation est considérée comme un moyen pour trouver du travail lorsque l’individu quitte le milieu rural. Une prolongation des études, en ville, est d’après MARTINS (1974), RASIA et ZAGO (1984), et RASIA (1987a), non seulement le moins souhaité par les agriculteurs mais aussi le moins fréquent.

51La deuxième question concernant les caractéristiques du travail sous contrat se rattache à la connaissance du métier d’agriculteur, dont le processus d’apprentissage débute très tôt, avant même que l’enfant commence à fréquenter l’école. L’apprentissage des travaux des champs commence vers les six ans, lorsque l’enfant accomplit quelques activités plus légères auprès des adultes. Le développement des ces activités joue un rôle plus pédagogique que proprement économique (RASIA et ZAGO 1984) mais elles sont fondamentales pour déclencher un processus de connaissances et d’acquisition d’habilités techniques qui s’achèvera vers les 14 ans, moment où le travailleur est déjà considéré comme adulte.

52Le travailleur familial a son existence marquée par ces deux processus d’apprentissage simultanés. C’est cela qui le rend qualifié pour comprendre et pour mettre en place des innovations que l’agriculture du sud du Brésil connaît depuis les trois dernières décennies (RASIA, 1987a). Apprendre le sens de l’innovation et les utiliser de façon productive dépend donc du développement des connaissances théoriques fournies par l’école et de la pratique quotidienne du travail.

53La maîtrise des connaissances scolaires et des habilités techniques est aussi un des mécanismes qui entre dans le processus de sélection des agriculteurs qui seront intégrés contractuellement. Une meilleure éducation facilite la compréhension des exigences de l’entreprise, et rend les agriculteurs plus sensibles à la flexibilité et aux changements qui pourront se produire dans le processus du travail. L’intégration contractuelle des agriculteurs au sein du système alimentaire implique ainsi comme critère fondamental : la maîtrise du métier. Il en résulte ce qu’on peut appeler l’éthique du travail, se traduisant par le dévouement et les efforts continus car ce qui compte c’est l’exécution des tâches qui lui sont exigées (RASIA, 1991).

54Répondre de façon adéquate à la nouvelle situation exige d’opérer dans la limite de certains comportements :

  1. agir à l’intérieur de l’économie de réseau à partir des bases qui constituent le métier d’agriculteur, c’est-à-dire savoir, habilité technique et dévouement au travail ;

  2. redéfinir les rapports vis-à-vis de la demande non seulement en ce qui concerne la flexibilité mais aussi par rapport au temps et au rythme de travail ;

  3. fournir les matières premières possédant la qualité et la différenciation spécifiées au moindre coût ;

  4. reconnaître l’espace de relative autonomie (WANDERLEY, 1981) dans l’organisation du travail familial.

55De cette façon, l’apprentissage devient désormais beaucoup plus complexe, en incorporant des rythmes nouveaux, une nouvelle conception du temps, de nouvelles connaissances et une nouvelle rationalité. Ces éléments expriment en gros une nouvelle forme d’existence sociale du travailleur familial. Le métier dans son sens traditionnel est pris comme base mais avec l’incorporation de ces dimensions nouvelles. Il est requalifié et exprime une nouvelle synthèse du point de vue logique. De cette requalification du métier il surgit un travailleur nouveau possédant une nouvelle compréhension de ce qui constitue la qualité du travail.

56Pour conclure, l’économie de réseau et l’innovation technique, en réorganisant le système alimentaire, introduisent le producteur familial à la logique du réseau et l’obligent à réaliser de nouvelles synthèses, de nouvelles classifications en fonction de ce qui lui est exigé maintenant par la réorganisation du système. Ce qui le maintient uni au système c’est la qualité de son travail et du produit qu’il peut offrir. S’il n’arrive pas à répondre de manière adéquate, le lien avec l’entreprise-réseau se brise et son exclusion du système, et par conséquent du marché, est la seule alternative possible. On peut ainsi affirmer que le travail obéit, dans une certaine mesure, au “flux tendu” qui caractérise l’économie de réseau.

Bibliographie

Bibliographie

AOKI (M.), 1976 - Horizontal vs vertical information of the firm, American Economic Review, n° 5, N.Y.

AOKI (M.), 1984 - The cooperative game theory of the firm, Oxford, Oxford University Press.

AOKI (M), 1988 - Information, incentives and bargaining structure in the Japanese economy, Cambridge, C.U.P.

BECATTINI (G.), 1989 - Riflessioni sul distretto industriale marshalliano come concetto socio economico. Stato & Mercato. Bologna, aprile.

BONIN (A.) et ROLIM (M.C.B), 1991 - Hábitos alimentares : tradiçao e inovaçao. Inovaçoes tecnológicas e reestruturaçao do Sistema Alimentar. Anais do Seminário. Curitiba 24 a 26 juin

BOURDIEU (P.), 1979 - A economia das trocas simbólicas. SAO Paulo, Perspectiva.

BRADENBURG (A.) et FERREIRA (A.) 1991 - Agricultura familiar contratualizada à agroindústria. Inovaçoes tecnológicas e reestruturaçao do sistema alimentar. Anais do Seminário. Curitiba, 24 a 26 juin.

CAPECHI (V), 1991 - Formazione professionali “flessibile” e imprediorialità. Programma 1991 - Possibilità e limiti dello sviluppo locale. Bologna, septembre.

CAPECHI (V.), 1991 - L’industrializzazione a Bologna nel novecento. Programma 1991- Possibilità e limiti dello sviluppo locale. Bologna, septembre.

CORIAT (B.), 1990 - L’atelier et le robot. Paris, Ch. Bourgeois Éditeur.

CORIAT (B.), 1991 - Penser à l’envers. Paris, Ch. Bourgeois Éditeur.

CROZIER (M.), 1991 - L’entreprise a l’écoute. Paris, Intereditions.

DOZI (G.), 1982 - Technological paradigme and technological trajectories (A suggested interpretation of the determinants and directions of techinical change). Research Policy, n° 3, pages 146.62.

DURKHEIM (E.), 1968 - Sociologia e educaçao. Sao Paulo, Melhoramentos.

FANFANI (R.), GREEN (R.), RODRIGUEZ ZÚÑIGA (M.) et WILKINSON (J.), 1991 - Changement technique et restructuration d’industrie agro-alimentaire dans l’Europe, une réflexion méthodologique. Actes et communications, Paris, INRA n° 7, août.

FUKUI (L.) et alii 1982 - Escolarizaçao e sociedade : uni estudo de excluídos da escola. Educaçao e Sociedade. Sao Paulo, Cortez & Moraes, n° 11, janvier.

GREEN (R.), GUTMAN (G.) et ROCHA dos SANTOS (R.), 1992 - Argentine, Brésil : la distribution des produits alimentaires, Problèmes d’Amérique Latine, La Documentation Française, n° 6, Paris.

LANINI (L.), 1991 - Per uno studio dei processi inovativi nell’industria agroalimentare. Actes et communications. Paris, INRA n° 7 août.

MARSHAL (A.), 1985 - Princípios de economia. Sao Paulo, Nova Cultural.

MARTINS (J. de S.), 1974 - A valorizaçao da escola e do trabalho no meio rural. Debate & crítica. Sao Paulo, n° 2, janvier/juin.

MÜLLER (G), 1990 - Poder economico e empresas líderes na cadeia agroindustrial. Rascunho. Sao Paulo, n° 8.

MÜLLER (G.), 1985 - A velha senhora agrária e seus novos balangandas. Novos estudos CEBRAP. Sao Paulo, n° 2.

MÜLLER (P.), 1991 - Vers une agriculture de service ? Économie rurale. Paris, mai/juin.

OHNO (T), 1989 - L’Esprit Toyota. Paris, Masson.

PIAGET (J). 1926 - La représentation du monde chez l’enfant. Paris, P.U.F.

RASIA (J.M.) et ZAGO (N.), 1984 - A representaçao da educaçao escolar da criança e do trabalho no meio ruai. Ijuí, MEC/INEP/FIDENE.

RASIA (J-M.), 1987a - Criança e trabalho no campo. Campinas, UNICAMP.

RASIA (J.M.), 1987b - Trajetórias escolares na regiao metropolitana de Curitiba. Boletim de análise conjuntural. Curitiba, n° 9.

RASIA (J.M.), 1991 - Inovaçao técnica, trabalho e aprendizagem. Inovaçoes tecnológicas e reestruturaçao do sistema alimentar. Anais do Seminário, Curitiba, 24 a 26 juin.

VELTZ (P.), 1989 - Les nouveaux modèles d’organisation de la production et tendances de l’économie territoriale. Colloque : Les nouveaux espaces industriels. Paris, Sorbonne, 21/22 mars.

WANDERLEY (M.N.B.) 1981 - O camponês um trabalhador para o capital. Cadernos IFCH. Campinas. UNICAMP.

Notes de fin

1 On considère comme des synonymes les expressions “producteur familial”, “agriculteur familial” et “travailleur familial” (WANDERLEY et RASIA, 1987a).

Table des illustrations

Titre Modèle séquentiel du système alimentaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre L’organisation du travail flexible
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Éditions de l’IHEAL, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540